Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 13:28

A la lecture de ce texte, ceux qui me traitent d'extrémiste, vont avoir de quoi mastiquer mais qu'ils se rassurent, je l'avoue, oui, je suis un extrême démocrate et l'extrémisme en démocratie ne s'est pas encore manifesté dans les sociétés modernes car ceux qui ont créé la société extrême démocrate, c'étaient nos ancêtres, les hommes investis du kimuntu. La démocratie à l'occidental n'est que la dictature d'une majorité politique sur une nation avec diktat de son projet politique sur l'étendue sociétale pendant un moment donné jusqu'à ce qu'une élection vienne changer la donne et, tout ceci, avec l'accord du peuple et la sanctification de la loi.

Ce modèle démocratique occidental construit à l'infini un cycle, suite à l'aliénation du peuple, qui appelle une entité représentative de tous qui devient entité de gouvernance, cycle qu'on pourrait caractériser de la manière suivante :

Etape 1 : Nécessité d'une entité représentative de tous les êtres humains qui pilotera un ensemble d'institutions représentant l'ensemble de la société objectivée (le tout n'est pas un être qui possède une pensée unique, une compréhension unique mais simplement des besoins identiques fondamentaux propres à tous les êtres : manger, se soigner, s'instruire, travailler, se distraire, se vêtir, se loger, bref, satisfaire aux besoins de tous dans un espace géographique bien défini) ;

Etape 2 : promesses ou séduction du peuple au travers de groupes ou de corporation d'intérêts identiques appelées partis politiques eux-mêmes représentés par un individu (en effet : la loi de l'aliénation veut que dès qu'il se constitue une entité, une forme de superstructure apparaît et s'élève au niveau de la représentation de tous avant d'incarner par surimposition ou par faiblesse du groupe une autorité) ;

-Etape 3 : Mise en place d'un mode structurel de sélection de l'autorité (ici, le vote selon le mode : "one man, one vote" avec un principe  de majorité qui exclut une catégorie d'âges inférieurs à X). La vigilance doit être accrue pour éviter la fraude électorale qui fausse les résultats d'une élection. Dans les régimes de vieille démocratie, le processus électoral semble assez bien contrôlé mais dans un système dictatorial qui joue à la démocratie, une élection n'est qu'un prétexte ;

Etape 4 : Campagnes de séduction des partis dans un certain laps de temps donné sur toute l'étendue du territoire  en utilisant les moyens et les techniques de communication (médias) en usage dans la société ;

Etape 5 : Validation du projet par le peuple (élection ou sélection selon le mode un homme, une voix). En conséquence, le projet du parti victorieux, même s'il n'est pas le meilleur, s'impose à tous pendant une durée D ou le parti P aura le pouvoir de mobiliser toutes les ressources de la nation en ayant en plus l'exercice de la violence légitime.

Etape 6 : Action politique (déroulement des promesses au niveau sociétal). Le parti au pouvoir installe ses hommes à la tête des institutions du pays pour piloter sa destinée pendant une durée D selon ses promesses qui ne sont jamais totalement tenues à cause des contre-pouvoirs, des influences diverses, du  lobbyisme, de la corruption, de la limite des moyens financiers qui ont été subrepticement retirés aux Etats, etc.)

Etape 7 : Satisfaction ou déception du peuple, notamment de la partie ayant consenti les suffrages. En général, vu que les promesses ne sont jamais tenues dans l'ensemble, cet électorat favorable diminue, ce qui garantit ce que l'on appelle l'alternance. En théorie, dans le cas d'un parti qui donnerait entièrement satisfaction au peuple, la possibilité d'une alternance serait impossible au niveau du parti mais seul le chef de l'exécutif changera suite à la limitation des mandats individuels s'il en est.

Etape 8 : fin de la validation populaire (fin du mandat politique accordé par le peuple) ; ici, on arrive à la fin du cycle de (cinq ou sept ans, entre autres durées de mandats) - sans que le parti au pouvoir ne résiste à abandonner le pouvoir qu'il ne détient que par délégation du peuple puisque seul le peuple est véritablement souverain (c'est une conception qui a été gagné au prix de longues luttes socio-politiques : en effet, le peuple n'a pas toujours été considéré comme le détenteur du pouvoir qui est exercé en son nom );

Etape 9 : on recommence  à l'Etape 1 ce qui nous permet d'évoquer le processus de "boucle démocratique" perpétuelle.

Dans ce cycle, l'observation sociologique revèle un principe : les individus servent leur ambition personnelle de pouvoir en promettant la satisfaction des desideratas du peuple ou de la majorité de celui-ci et, ils sont tenus d'agir - tout en satisfaisant leur ambition personnelle pour le profit du peuple s'ils ne veulent pas être balayés par les urnes. Le peuple est souverain car il donne et retire le pouvoir - (ce qui nous amène à penser que si, quelqu'un n'a pas reçu son pouvoir du peuple, qu'est-ce qui pourrait l'empêcher de le garder ? Si le peuple est incapable de revendiquer qu'il est le souverain suprême qui ne donne son pouvoir que par la nécessité de l'aliénation (lire Marx et Rousseau), que se passe-t-il ?).  

Or, les hommes politiques en démocratie, sont sous l'influence de partis, de groupes d'influence ou de pression, bénéficient de financement d'organismes dont ils deviennent redevables et font souvent la volonté de ceux-ci et non les promesses tenues devant le peuple. Ce qui consolide ce système, quel que soit le parti, c'est un ensemble de principes universels : le droit à tous à l'éducation, à l'eau, à l'électricité, à la protection de l'intégrité physique, à la santé par des sytèmes de mutualisation sociale des moyens collectés auprès de la totalité du peuple ou de ceux qui en disposent.

Vous me direz que c'est beau la démocratie mais ce système ne tient que s'il existe une structure judiciaire qui garantit le bon fonctionnement de ce modèle, système judiciaire qui doit être indépendant du système politique tout en ayant la possibilité de mobiliser la force de coercition légitime pour imposer le respect de la loi.

En Afrique, nous essayons de copier ce modèle sans succès car il y va déjà de la faiblesse du système judiciaire, des institutions allogènes héritées de la colonisation et qui ne nous ressemblent pas. D'autre part, ce n'est pas le système judiciaire qui mobilise la force de coercition légitime mais plutôt le système politique, d'où les coup d'Etat perpétuels. Il faut donc empêcher en Afrique si l'on veut qu'un tel modèle ait la chance de fonctionner l'emprise de l'Etat sur la force de coercition légitime. L'Etat ne doit donc pas en imposer au système judiciaire, ni déployer à sa guise la force de coercition légitime. Il faut donc que la mobilisation de la force légitime en Afrique soit décidée par le peuple afin qu'elle soit toujours du bon côté. Tant que cette aberration ne sera pas corrigée, le modèle démocratique en Afrique ne fonctionnera pas correctement.

Qu'est donc l'extrême démocratie ? C'est une société dans laquelle tout homme possède tous les droits, homme à qui s'impose dans le même temps tous les devoirs. Dans une telle société, il n'y a pas un homme qui soit au-dessus des autres - même en sa qualité de chef ou de roi. Nul n'exploite personne, nul ne possède personne - sauf par les liens de parenté dans la limite de l'exercice de son libre-arbitre et de la protection de son intégrité physique et vitale. Vous me direz : "Une telle société n'est-elle pas une simple vue de votre imagination, LDM ?" Je vous répondrai : "Non". Vous n'avez qu'à visiter le Congo profond pour observer nos villages - notamment ceux où l'autorité de l'Etat est quasi nulle pour en voir les survivances. L'extrême démocratie qui prévalait en Afrique profonde ne permettait pas au souverain de mobiliser des armées pour se lancer dans les conquêtes de territoires ou pour exploiter les ressources humaines à son profit. Le souverain dans l'espace du kimuntu n'était que le garant des droits et des devoirs de tous ; il n'avait aucun droit au-dessus du commun des mortels ; une telle société règle ses problèmes de façon collective au mbongui selon le mode du consensus total. Dans une telle société, les élections ne se justifie pas car nul ne craint qu'un fils succède à son père au trône ou à la chefferie.

En conclusion, c'est en retournant vers notre passé que nous trouverons un mode de gouvernance qui nous ressemble. Nos ancêtres n'ont jamais interdit le travail personnel mais dans la conscience collective, tous avaient le devoir de partager le surplus de gibier, de poissons, etc, car le droit à la nourriture comme le droit à la vie, était reconnu à tous. Nous avons péché par excès d'individualisme mercantile en ayant sacrifié notre esprit grégaire atavique au pouvoir de l'argent. L'avenir de l'Afrique et même du monde se trouve dans le mode de gouvernance ancien selon le kimuntu car la démocratie a le grand défaut de détruire la planète par une surexploitation des ressources juste pour la satisfaction de la convoitise de quelques-uns.

Vous avez dû remarquer que le mode d'accès au pouvoir détermine le mode de départ de celui-ci : dans le cycle démocratique, on vient au pouvoir par les urnes et on le quitte par les urnes ; dans une dictature, on vient au pouvoir par la force et on ne peut perdre le pouvoir que par la force, par la modification du rapport de force en sa défaveur. Dans le cas du Congo, la réponse de l'armée sera déterminante en 2016 : elle aura à choisir entre un homme et le peuple et si elle choisit le dictateur, elle doit être réformée en profondeur. Dans tous les cas, le nouveau président de la république démocratiquement élu doit changer la constitution et statuer sur qui a le pouvoir de mobiliser l'armée est essentiel. En fait, les dictatures ne perdurent que par le pouvoir qu'ont les dictateurs sur la force coercitive légitime qu'on leur affuble automatique dès qu'ils se hissent au sommet de l'Etat.

Il faut donc faire en sorte que le président ne soit plus le chef suprême des armées dans la nouvelle constitution et que la mobilisation de l'armée ou de toute force coercitive soit sous le contrôle du peuple au travers d'un conseil constitutionnel constitué par tous les chefs coutumiers du Congo. C'est ce que je crois...

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans Textes universels
commenter cet article
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 15:11

Monsieur Nowinsky,

bonjour.

Les méandres de ma pensée plongent parfois en profondeur de mon être pour rechercher les valeurs qui charpentent les concepts selon les cultures, selon les identités, selon les époques. Il m'apparaît que la nation selon l'Occident s'est imposée au monde au travers de la république mais ce n'est pas ce que mes ancêtres appelaient "NATION", "TSI". 

J'ai bien cerné votre message qui porte sur l'existence de deux Congo au lieu d'un seul et, en théorie, AU SENS MODERNE, rien n'empêche que les deux Etats ne fassent qu'une même nation, qu'une même république, et je pourrais même dire un même TSI ou une sorte de permanente référence à l'origine (c'est d'ailleurs ce qui fait la force de la "nation" juive qui domine le monde, le Tanak talmudisé aidant). Hélas, à l'heure actuelle, c'est plus facile à dire qu'à faire. 

En dépit de cela, c'est un plaisir de lire des gens comme vous parce qu'ils portent un idéal si élevé qu'il paraît parfois comme irréalisable à cause de facteurs psychologiques et juridiques qui semblent insurmontables à première vue mais vous et moi savons que toutes les divisions artificielles introduites de façon allogène en Afrique ne sont pas insurmontables : il suffit aux Africains de tourner le regard vers leur passé et de regarder au-dedans d'eux-mêmes. Le problème est que le Muntu a égaré sa véritable identité en portant les oripeaux d'identités républicaines allogènes. Avant, il n'y avait pas de "Congolais",de "Gabonais", de "Zaïrois", etc, mais seulement des Tékés, Vilis, Oubanguis, Ngala, Mbochis, etc. La référence n'était pas d'abord l'espace, l'extériorité mais l'intériorité, les valeurs et les kandas traversaient les ethnies comme des noeuds de cohésion, une cohésion qui se perdait dans la nuit des origines. Le fait d'être un MUSSI caractérisait le MUNTU et ce MUSSI était charnellement et historiquement lié à d'autres BISSI KANDA éparpillés dans toute l'Afrique


LA NATION SE CONFONDAIT AVEC UNE CONSCIENCE IDENTITAIRE QUI REMONTAIT A L'ORIGINE DES SOCIETES HUMAINES - ALORS QUE DE NOS JOURS, NOS IDENTITES NATIONALES SON RECENTES, FLUCTUANTES ET RENVOIENT A UN SIMPLE PARTAGE D'UN ESPACE COMMUN REPUBLICAIN BORNE PAR LES PUISSANCES DU MONDE, ESPACE CENSE NOUS OCTROYER LES MEMES DROITS. POUR LA PETITE ANECDOTE, MES ANCETRES SE DEPLACAIENT MAIS DONNAIENT TOUJOURS LES MEMES NOMS A LEURS NOUVELLES IMPLANTATIONS - COMME SI L'ESPACE N'EXISTAIT PAS, COMME S'ILS NE S'ETAIENT PAS DEPLACES...


Hier, j'ai appris une chose étrange : le wolof serait une langue d'origine congolaise parce que les colons français auraient déporté des Congolais au Sénégal ou si je veux rester cohérent des BISSI X. Socle véritable de notre muntu, adn culturel de notre kimuntu ou humanessence, la cape identitaire du MUSSI n'est pas morte, épine qui empêche, par ailleurs, la nouvelle identité républicaine de prendre. 


NOUS AVONS EGARE,  AU DEDANS DE NOUS, NOTRE IDENTITE ORIGINELLE MAIS FAUTE DE POUVOIR LA TUER, LA NOUVELLE APPORTEE PAR LES FILS D'EUROPE A DU MAL A PRENDRE...


Monsieur Nowinsky, vous êtes peut-être Européen et il vous sera difficile de saisir le concept du MUSSI (qui marque l'appartenance) ou MUSHI KANDA : le Mussi marque l'appartenance à un kanda, à un clan (ensemble de personnes qui se reconnaissent avoir un ancêtre commun) et l'ensemble des Ma Kanda constituaient la nation véritable, le tsi profond sur lequel régnait le roi, le Makoko ou le Maloango. CETTE NATION AVAIT DE SPECIFIQUE NON PAS SON ATTACHEMENT A UN ESPACE QUI POUVAIT CHANGER SELON SES MIGRATIONS MAIS SA DEFINITION PAR RAPPORT A UNE INTERIORITE, A  UN KIMUNTU. 

Combien sommes-nous à vouloir retourner à notre identité atavique ou combien sommes-nous à ne pas l'avoir perdue en dépit d'une culture allogène inculquée par le colon au travers de l'éducation et de l'attachement à une nouvelle nation basée sur un modèle républicain venu d'ailleurs ? Avons-nous la force de reconstituer les véritables frontières, les véritables nations en redessinant les barrières factices, virtuelles imposées par les diviseurs de l'Afrique ? Ils ont redessiné les frontières et les cartes, une façon habile d'inscrire une nouvelle identité sur ce que nous étions véritablement - en y rajoutant une dose religieuse (christianisme, islam). Pour dire de façon laconique, ce que je ressens au plus profond de moi, je dirai : "JE ME CONNAIS DONC JE SUIS..." parce qu'il ne suffit pas de penser pour se connaître !


Hélas, en la matière, la division est la norme et l'unité, la réunification ou l'unification l'exception : il faudra d'abord passer sous les fourches caudines du droit international pour triompher de la division entre CONGO et RD CONGO. Au xxième, nous n'avons assisté qu'à une réunification avec les retrouvailles des deux Allemagne (Est-Ouest) - alors que l'apparition de nouveaux Etats sont plus nombreux : dislocation de l'empire soviétique en plusieurs Etats (Russie, Ukraine, etc.), éclatement de la Serbie jusqu'à l'apparition de l'Etat du Kosovo. Plus récemment, on peut citer l'apparition de la république Sud-Soudan. En conclusion,  les penchants divisionnistes sont plus forts que les tendances à l'union. 


Pour ma part, de mon humble point de vue, s'il y a deux Congo, l'explication remonte à l'époque coloniale quand De Brazza  trahit le roi des Belges pour la France : s'il ne l'avait pas fait, les deux Congo seraient un même Etat car ce fut le roi des Belges qui finança la mission exploratrice de De Brazza. Les deux peuples portent les stigmates d'une unité passée au travers des  groupes ethnolinguistiques,des échanges, de la mixité sociale. Un million de ressortissants de la RDC vivent au Congo avec des alliances matrimoniales nombreuses. De nombreuses denrées alimentaires qui nourrissent les Brazzavillois viennent de la RDC par Kinshasa. Somme toute, la division se situe au niveau politique. Il faut donc d'abord capitaliser sur le fond culturel et ethnique commun pour trouver les éléments d'un rapprochement et nous savons, par exemple, que le Bas-Congo en RDC est encore plus proche du Congo par la langue kituba

Cela demande un travail politique impliquant les élites de deux pays pour créer  les conditions d'un rapprochement. C'était le projet de Lumumba mais nous savons comment l'histoire s'est terminée : les Mobutu de l'histoire seront toujours là comme des briseurs de rêves...

 

Vu la perméabilité des frontières terrestres, la frontière véritable des deux pays se situe au niveau de l'existence de deux Etats et ce n'est pas une mince affaire de passer de deux Etats à un seul. Il faudra certainement compter sur les puissances du monde qui sévissent des deux côtés du fleuve Congo et qui s'en mettent plein les poches pour faire échouer le projet mais d'ores et déjà, le déséquilibre démographique est un gros handicap politique : en cas d'élections, il y a des chances que le président  provienne toujours de l'actuelle RDC, raison suffisante pour qu'un homme comme Denis Sassou Nguesso s'y oppose. 

Néanmoins, regardons dans le rétroviseur de l'histoire : le royaume du Congo couvrait l'Angola, le Congo, la RDC et une partie du Gabon. Hélas, le couteau du colon à la conférence de Berlin n'a pas respecté l'homogénéité culturelle. Il y a même des langues au Kénya et en Afrique du sud qui sont des langues bantoues ! La langue est le ciment d'une culture et par elle voyage le tsi qui se dissémine par les KANDAS constituant la nation. J'ai toujours émis l'hypothèse d'une nation unique du MUNTU avec une langue-mère originelle, langue qui s'est par la suite diversifiée. Quand les Tékés, les Koongos, les Vilis parlent, je comprends sans avoir besoin d'un traducteur, preuve qu'il existe un inconscient linguistique issue de la langue-mère commune qui subsiste en moi.


Je vous invite donc à m'introduire, si vous le pouvez, auprès de nos frères d'en-face qui portent encore les rêves de Lumumba pour que nous examinions ENSEMBLE comment passer du rêve à la réalité... 

                                                                              Avec, toute ma sympathie.

         LION DE MAKANDA
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans Textes universels
commenter cet article
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 00:13
L'objectif de ce jet est d'introduire un concept juridique nouveau en matière de Droit International. Il n'est plus possible au XXIème siècle de se contenter des principes de "non-assistance à personne en danger" et du droit d'ingérence humanitaire pour cause de catastrophe humanitaire - alors même qu'un pays qui est un ensemble de personnes dont la majorité peut-être mise en danger par la gloutonnerie financière de quelques-uns - peut être en danger : la preuve est donnée par l'histoire qui témoigne de la disparition de nations et d'empires ; si nous ne faisons pas attention, les atteintes, portées ici et là à l'environnement, provoqueront la disparition de toute l'humanité - par la gloutonnerie de quelques-uns qui dévastent la planète au nom de l'argent ; il sera trop tard quand on s'en rendra compte car la planète est un être vivant que nous sommes entrain de tuer et en le faisant, nous nous suicidons pour l'appétit d'un petit nombre de malades mentaux qui tiennent ce monde en otage par l'argent.
Vous allez suivre un raisonnement simple qui vous permettra de comprendre qu'il faut à présent dépasser la vision humanitaire qui a court dans l'idéologie internationale qui s'est arrêtée à la naissance du droit d'ingérence humanitaire dont nous avons déjà montré les limites dans un précédent écrit que vous pourrez relire à souhait. C'est que le Droit international évolue peu - alors que les droits nationaux n'arrêtent pas d'innover.
Le concept bien admis dans nos esprits de non-assistance à personne en danger renvoie à un principe qui veut que quiconque, parlant de l'être humain, n'intervienne pas quand son semblable est en danger, est coupable d'un crime et qui dit crime dit condamnation.
Déjà que cette notion peut-être juridiquement ambigüe car la mise en danger de sa propre vie peut être un facteur qui empêche d'agir en ce sens. Exemple : " Je vois un homme qui est sur le point de se noyer mais je ne sais pas nager et je n'ai pas de téléphone portable et il n'y a personne aux alentours, le premier téléphone disponible étant à des kilomètres". Suis-je coupable de non-assistance à personne en danger parce que j'ai évité de me mettre en danger au non de la survie de ma propre personne qui est la première loi naturelle ? De l'autre côté, je suis un milliardaire qui voit des enfants mourir de faim - alors que mon argent peut en sauver un, deux, trois, plus. Suis-je coupable de non-assistance à personne en danger ?
Cependant, là, nous devons introduire la dimension de l'espace national et de l'espace international : à l'international, il n'y a aucune obligation légale imputée à un riche Américain si un enfant palestinien ou congolais meurt de faim et qu'il soit au courant. On procédera par caresser son côté charitable s'il en a au travers d'associations de fondations humanitaires de sorte que la spontanéité d'être humain laisse la place à une institutionalisation du comportement qui rallonge les délais et diminue la capacité de sauvetage d'une opération qui a besoin de beaucoup de paperasse pour se mettre en place. On pourrait croire que sur le plan national, c'est différent mais c'est à peu près pareil.
Nous regardons tous les jours bafouer le droit international qui doit se faufiler entre les interstices des droits nationaux et au final, tous ces atermoiements conduisent à l'inaction et nous sommes impuissants face à l'injustice ici et là. Notre monde, certes, n'est pas un paradis mais on peut le rendre meilleur sinon comment comprendre qu'on ait pu vaincre l'esclavage, le nazisme, l'apartheid ?
Souvent, les lignes fortes partent de quelques individus, parfois même d'un seul et la force de sa conviction finit par être partagée par tous - par devenir un principe universel. Donc l'espoir n'est pas à bannir. Et comme disait je ne sais qui : "Les grandes idées finissent par germer dans plusieurs esprits à la fois", des esprits qui peuvent être très éloignés les uns des autres mais auourd'hui très rapprochés par les médias, par la communication qui est à présent planétaire. Les grandes idées, on le dit souvent, se détachent des esprits qui les enfantent pour vivre en tant que mèmes, principes idéels purs qui engendrent d'autres idées ou des actions partout où elles s'incrustent.
Notons que le danger dont il est question ici est la mort - immédiate, proche, en cours mais certaines juridictions introduisent désormais le principe juridique de précaution car faut-il attendre que l'on soit en situation d'irréparable pour légiférer ? Ne peut-on le faire plus tôt pour éviter le pire ? Doit-on attendre qu'un enfant qui a faim soit proche de mourir de faim pour parler de non-assistance à personne en danger ? Qui doit s'engager dans ce cas ? Un individu ? Toute la société ? Je réponds toute l'humanité. Nous avons tous autant que nous nous reconnaissons la fibre humaine l'obligation de sauver toute vie en danger ou sur le point de se mettre en danger ou qui pourrait se mettre en danger et les nuances sont nombreuses. Oui, nous le savons bien entre l'éthique et le Droit, il y a de la marge et un peu de place pour la philosophie et surtout, le droit n'est pas hélas une science exacte et personne n'a essayé de réfléchir dans ce sens car ce serait certainement l'une des trouvailles les plus révolutionnaires de l'humanité !
Toutes ces digressions conduisent au fait que la totalité humaine - même si elle se dédouane cloisonnée dans des nations, des continents, des familles, est responsable de la totalité qu'elle constitue et si on y parvenait, on ferait de la terre un paradis et Dieu ne nous serait plus d'aucune utilité ! Mais le rêve ou l'imagination, pire, certaines abstractions ou chimères, peuvent se matérialiser pour le bonheur de plusieurs...
En envisageant qu'il arrive que tout un pays, soit une composition multiple de plusieurs personnes,  soit  en danger comme dans le cas des faillites bancaires américaines ou tout simplement des comportements frisant la folie de nos jeunes dictatures africaines entre autres, le concept de non-assistance à pays en danger n'est pas une chimère et un jour, toutes mes idées que vous jugez utopistes, finiront par faire du chemin quand des personnalités placées aux bons endroits et aux bons moments s'en inspireront.
A la question : " A qui doit-on imputer la non-assistance à pays en danger ?", je répondrai à toute l'humanité, à tous les autres pays, coupables de n'avoir rien fait, d'avoir laissé doucement un pays comme le Congo sombrer - alors que les banques savent que monsieur Sassou Nguesso et les siens pillent et laissent piller le pays. Vous me répondrez : "auprès de qui portera-t-on une accusation contre l'humanité entière ? Auprès de Dieu ? Mais il ne répond pas ou il n'existe pas ! " Je vous réponds qu'une telle idée amènera un type de tribunal international qui se met doucement en place et qui comme le Tribunal Pénal International et un jour, à présent que l'Europe fait l'Union, que l'humanité parviendra à une structuration plus globalisante, on mettra en place une telle juridiction.
On doit sauver les peuples des dictateurs avec la manière et non comme Bush a voulu agir en Irak avec les mauvaises intentions ou de faux prétextes. Aucune, je dis bien aucune dictature ne survivrait un jour face à la  vindicte mondiale qui se dote des moyens d'appliquer sa juridiction qui aura le droit de transgresser les frontières que le Rwanda traverse allègrement en RDC pour des mauvaises raisons.
En fait, nous sommes encore quelque part entre l'homme et l'animal, entre l'ange et le démon, parce que l'Homme, je vous le dis, l'Homme, nous ne sommes pas encore parvenus à ce stade, l'Homme, c'est-à-dire, la totalité de l'Humanité vivant en tout Homme et tout Homme vivant réellement dans la totalité des Hommes, c'est à mon avis, la définition de DIEU. Dieu n'est pas quelque part ; il est simplement l'animal devenu Homme et l'HOMME, ce n'est pas l'hybride que nous sommes. Même une société de fourmis nous dépasse car les Fourmis Sont des Fourmis, chacune ayant assimilé la totalité pour laquelle elle travaille et la totalité travaille pour elle...

                              Mouvimat IBOUANGA LOUNDOU 
Published by Le lion de Makanda mwan Mizumba - dans Textes universels
commenter cet article
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 19:38

Le premier ministre français, François Fillon, vient d'annoncer les mesures qui permettraient à la France d'économiser 12 milliards d'euros dans son budget annuel. Ayant souhaité être plus taxés que le commun des mortels, les Français les plus riches (au moins 500.000 euros par an) vont être déçus puisqu'il ne seront taxés de manière spécifique qu'à hauteur de 3%  de leurs revenus annuels - alors que cette frange capte 75% de la richesse nationale - ce qui fait qu'il sont de plus en plus riches chaque année ! Ils ne représentent que dix pour cent de la population à appartenir à la race des "élus" selon le dieu "ARGENT". Posons-nous la question suivante : sommes-nous égaux ou avons-nous les mêmes droits devant l'argent ? En effet, l'argent est la quête des quêtes. Si vous n'en possédez pas, c'est la mort assurée dans un pays comme le Congo. Dans les pays riches, on vous donne quelques miettes que vous dépensez en alcool, en cigarettes, etc. Ce qui fait que cet argent rentre vite dans les poches des riches.

Ceux qui ont vu la vidéo qui parle de la création de la Sécurité Sociale ont dû se rendre compte que la sécurité sociale a un trou qui donne directement sur les comptes bancaires de riches sociétés pharmaceutiques qu'on a du mal à juger lorsqu'elles provoquent des scandales comme ceux du Médiator qui a tué de nombreuses personnes tout en octroyant des milliards d'euros à un certain SERVIER qui reste libre comme l'air. On savait que le Médiator était mortel puisque le principe actif de cette molécule était déjà connu mais il a suffi que l'on change de nom, de forme et de couleur pour qu'une molécule hautement toxique reprenne une deuxième vie. Vu le prix onéreux de certains médicaments - on se demande d'ailleurs pourquoi de si petites pilules qui ont tant d'effets secondaires coûtent si cher - un pauvre ne pourrait soigner son cancer qu'un ou deux mois et mourir. Au contraire, il absorbe des médicaments qui provoquent des effets secondaires qui lui font ingurgiter encore d'autres médicaments qui provoquent d'autres effets secondaires. Ainsi de suite jusqu'à ce que les médicaments vous tuent. Ce qui au final enrichit lourdement de grands laboratoires. En France, cette élite de l'argent appartient à deux cents familles qui possèdent la quasi totalité du pays : ils ont la terre, l'immobilier, contrôlent tout ce que vous mangez ou buvez, ce que vous portez et savent déjà ce que vous allez acheter dans vingt ans. Ils ont des actions et des participations dans tout : banques, télécommunications, finances, recherches novatrices, industries de l'armement, firmes pharmaceutiques, les OGM, l'industrie chimique, la cigarette, le vin, les Nouvelles Technologies de l'Information, les Télécommunications, TOUT ! En effet, leur argent ne dort pas puisqu'ils l'utilisent pour devenir encore plus riches.

Ces riches n'ont rien à faire avec la démocratie sociopolitique tant que l'argent reste un monde où la démocratie n'a pas lieu. Lord  Rotschild a dit : "Donnez-moi le contrôle de la monnaie et je me fous de qui fait les lois." Cette démocratie sociopolitique les arrange puisqu'ils ont le cadre idéal pour s'enrichir de plus bel au détriment de millions de vies qu'ils n'hésitent pas à envoyer au front lorsque leurs intérêts sont menacés. Ils ont provoqué toutes les guerres de ce monde depuis la nuit des temps. La guerre est une industrie qui par ailleurs rapporte gros : on vend des armes aux deux bélligérants qui détruisent tout et se ruinent, ensuite, on leur propose des contrats de reconstruction (c'est ce qui va se passer en Lybie où le CNT promet la priorité de la reconstruction aux pays qui l'ont aidé à faire tomber Kadhafi) tout en leur proposant de l'argent à des taux juteux puisque la guerre aura ruiné les deux camps. Ils s'arrangent pour s'enrichir même lorsqu'il y a des crashs boursiers... Et ces individus rachètent tous les brevets qui sont pourtant le fruit de l'investissement éducatif de toute la nation puisque l'école est souvent publique.


Il n'y a pas d'égalité dans le monde du travail ; il n'y a que des liens de subordination reconnus par le code du travail. Vous pouvez le lire en ligne sur des sites officiels entre autres. La subordination, c'est-à-dire, l'obéissance aveugle du salarié envers son patron, est bel et bien écrite noir sur blanc dans le droit français...

 

En fait, les concernant, la mesure ne rapportera que 200 millions d'euros pour l'année en cours - alors qu'ils gagnent des milliards pour certains d'entre eux qui ont reçu un cadeau fiscal de la part du président Nicolas Sarkozy. Cette mesure exceptionnelle qui court jusqu'à ce que la France retrouve un déficit à hauteur de 3%  permet encore à ces hyper-riches de jouir encore d'une réduction fiscale juteuse en dépit de l'abolition du bouclier fiscal qui ne prendra effet qu'en 2012 ou 2013 (mes souvenirs ne sont pas si précis).


Même quand les riches demandent à payer plus d'impôts, les Etats préfèrent taxer un peu plus la classe ouvrirère que le capital et cela montre que les êtres humains ne sont pas égaux devant l'argent qui confère aux riches le pouvoir d'imposer leur volonté - alors même qu'ils ne sont riches que du travail humain et des richesses du sol. Les bourgeois ont réussi à faire de l'argent une catégorie à part en dépit du fait que l'argent, simple étalon d'échange, n'a de sens que par rapport à la plus value que le travail humain confère aux ressources physiques entre autres. Il y a une répartition totalement inégale entre l'actionnaire et l'esclave des temps modernes qualifié de "salarié".

Si la démocratie sociopolitique existe en Europe et aux Etats-Unis, celle qui donne à l'esclave le droit de choisir son maître, la démocratie de l'argent n'existe pas : même si vous avez en apparence les mêmes droits civiques, vous n'avez pas les mêmes droits devant l'argent : celui qui en possède plus vaut plus que vous. L'argent le place très largement au-dessus des lois et l'on observe que les lois ont du mal à s'appliquer sur les riches quand elle passe allègrement lorsqu'il s'agit d'un pauvre. Or, l'argent est aussi vital voir même plus vital que la liberté : vous pouvez être libre mais que vaudra votre liberté si vous n'avez pas d'argent ? En contrôlant l'argent, ils contrôlent le monde. C'est donc au coeur de l'argent qu'il faut frapper pour changer le monde.

Hélas, vous voyez combien il est difficile de taxer les transactions financières qui permettraient de résorber la crise des Etats parce que les riches ne le veulent pas, eux qui sont les véritables maîtres de ce monde et qui en imposent aux présidents !  Les régimes politiques changent mais l'argent ne change pas de mains. Ce sont toujours les mêmes qui le possèdent. Et vous pensez qu'une société où 10% de la population possède 75% des richesses peut être une nation démocratique ? Comment se fait-il que la plus grande société du CAC40 ne paie pas d'impôt sur ses faramineux bénéfices ?

J'appartiens à la RADICALE DEMOCRATIE qui veut une DEMOCRATIE TOTALE. La planète TERRE est à TOUS et tous ont le droit d'y vivre heureux. Un jour, lorsque la conscience humaine aura évolué un peu plus, il apparaîtra scandaleux qu'un individu soit plus riche que tout un pays ou tout un Etat. En effet, un homme comme Denis Sassou Nguesso est plus riche que l'Etat congolais... 

La conscience humaine avance par cycle. Il y a eu le cycle mythologique, le cycle religieux, le cycle empirique, le cycle rationnel, le cycle scientifique, le cycle démocratique, le cycle de l'argent-roi, et, à la fin, il y aura le cycle SPIRITUEL. Soit huit cycles, chaque cycle contenant les autres en les dépassant, le huitième étant celui de la félicité humaine quand l'homme aura atteint une  conscience supérieure. Souvenez-vous qu'au Colysée, les Romains applaudissaient que des hommes s'entre-tuent pour leur plaisir. Une idée comme la démocratisation financière, c'est-à-dire, un travail, un salaire correct à tous, un logement pour chaque famille, le droit à la santé pour tous, etc. Cette utopie a été professée par un Juif nommé Karl Marx  dans son socialisme scientifique, et un jour,  le monde se rendra compte que la démocratie actuelle est insuffisante et qu'il faudra passer à la radicale démocratie, une sorte d'égalité devant l'argent pour que TOUS les hommes aient une égalité devant la vie. S'il y avait égalité devant l'argent entre les nations, les peuples, les Etats et les individus, la terre serait un paradis et il n'y aurait pas de PROBLEMES DEMOCRATIQUES...

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans Textes universels
commenter cet article
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 23:30
Désormais et à jamais, l'argent trône dans toutes les consciences et dans tous les coeurs comme le nouveau Dieu dont l'universalité se présente en clair au travers du culte du "travail" de la religion capitalisme dont les nouveaux lévites ne sont autres que les banquiers et grands financiers internationaux qui ne permettent pas à ceux qui ne sont pas membres de cette tribu d'officier devant ce dieu qui est une pure idole car créé par l'homme. Le travail, cette manière payante de gagner sa gratuite de vie. Qu'on le sache, le capitaliste est le nouveau prophète qui nous prophétise depuis ses sectes francs-maçonniques et autres le novo ordo, le nouvel ordre mondial dans lequel l'argent aura conduit à la conversion totale de toute l'humanité en réussissant à imposer un seul culte : le sien, celui du travail qui est une sorte d'esclavage. Le banquier international est le Moïse des temps modernes, celui dont la tâche est de vouer à interdit, entendez de détruire, toute société dans laquelle l'argent ne détermine pas les destins ; le monde à l'image de la société libérale idéale doit être une jungle où l'on se discute les faveurs du dieu Pluton ou pour ceux qui aiment la Bible - de Mammon. Dans ce tourbillon de vies qui se déchirent, un seul arbitre : l'Etat, nouveau Aaron, protégeant le riche, nouveau saint, et décimant les pauvres, les pécheurs, à coups de taxes, de sorte que se vérifie la parole de l'Evangile : "A celui qui possède (de l'argent), on donnera encore et encore ; à celui qui n'a que sa propre vie, on la retirera pour la donner aux riches". En effet, au misérable, on a retiré le droit même de rêver, déjà que l'on pense à sa place car il y a bien une Bible du libéralisme pour cela, le philosophe se chargeant de son idéologie, le romancier de ses sentiments et la publicité de ses goûts : " Mangez ceci est ma chair ; moi, le capitaliste, je décrète les rillettes bonnes pour vous !"
Liberté ! Démocratie ! Egalité ! Fraternité ! Ces slogans religeux jetés en pâture aux pauvres de la terre sont les puissants somnifères qui composent les versets sacrés qui endorment même les esprits les plus brillants de l'Occident. Qui est libre de ne pas payer ses impôts, ses taxes, son loyer, son pain, sa vie ? Seuls les lévites qui ont reçu le droit de fabriquer de l'argent à partir de vulgaire papier monnaie le peuvent car ils créent la richesse, en créant leur dieu-idole : l'argent. Des scandales comme celui de Madoff ou de Kirviel montrent qu'on n'a pas le droit d'être pris en flagrant délit de péché devant le dieu Argent - au risque de perdre sa qualité de grand prêtre...
Les "Grands" de ce monde, voyant la guillotine par eux inventés se retourner contre leur pouvoir de droit divin, on inventé une nouvelle religion, en prêchant cette bonne parole : "Vous n'êtes plus esclaves puisque désormais libres de choisir vos maîtres, pardon, vos gouvernants, non, vos représentants. Donnez gratuitement et de votre propre gré vos libertés ; nous gérerons vos vies pour le meilleur et le pire (entendez, le pire et le pire) car qui peut mieux le faire que nous qui avons réussi car notre dieu l'argent a fait de nous le peuple élu ?" Ainsi naquit la grande doctrine religieuse de la démocratie, une doctrine qui promet le paradis de la "réussite" à tous...
La réussite ? C'est le côté exotérique de la ruse, c'est l'espérance populaire qui pousse le rmiste à jouer aux jeux de hasard où ils ne possèdent qu'une chance sur 70 millions de gagner, la face ésotérique et kabbalistique se trouvant dans le jeu catisfié de la possession de l'argent, apanage des nouveaux lévites (patrons, banquiers, etc.)
A présent, voilà l'homme aliéné, quantifié, chosifié, bêtifié, machinisé. Au bas de l'échelle, l'homme noir, à peine sorti de l'esclavage, que dis-je, de l'animalité, celui dont mille vies ne valent pas grand' choses. Pour la nouvelle religion capitaliste, il a été réduit à l'état de bien meuble et vendu comme une vulgaire marchandise. On le maintient en enfance pour toujours tout lui prendre et pour prêcher cette bonne parole de l'évangile du bonheur aux pauvres de l'Occident : "N'êtes-vous pas, dans votre abondante pauvreté riches aux yeux des Nègres que nous avons trouvés à moitié-nus ? Soyez heureux car votre blancheur est déjà à leurs yeux une bénédiction divine." La pauvreté du continent noir est là pour maintenir le sentiment de "mieux lotis" chez les pauvres d'Europe.
Il faut ressusciter Marx plus prophète que Jérémie car plus terrestre donc plus humain et plus proche de la misère du monde pour avoir été considéré comme hérétique par la nouvelle religion capitaliste triomphante. Oui, maître Marx, nous réclamons ton retour du paradis des Champs-Elysée de l'Hadès car depuis les temps esclavagistes jusqu'à nos jours, les hommes politiques africains, à quelques rares exceptions près, ces "politichiens", véritables Cerbères pour leurs maîtres blancs, n'ont fait que trahir leurs frères et leurs pays pour jouir de la puissance divine du pognon. Tous cherchent, prêchant à pleines dents le développement (de leurs poches) à entrer dans le cercle restrient des saints nouveaux riches en argent.
Le capitalisme a détrôné tous les dieux de la bonté leur substituant le dieu-argent, le nouvel Arhiman qui n'arrête pas de se prendre pour Ahura Mazda. En somme, l'argent revendique la totalité de la nature divine car est dieu complet celui qui possède le monopole du Bien et du Mal. L'argent s'autoproclame Bien du monde en toujours faisant le Mal qu'il n'arrête pas de nier pour duper les pauvres en esprit afin de les maintenir dans l'espérance. Sans nul doute, le profit est Satan sur terre car il ne se fait qu'en saignant, qu'en détruisant des vies, qu'en détruisant - même la terre elle-même, source de toute richesse...
Nous, Africains, serons toujours la lie du monde tant que nous ne comprendrons pas que notre ennemi s'appelle "CAPITAL-PROFITS GOURMANDS",  lui, le Seigneur de ce système de choses où tout se vend et s'achète, lui qui fait notre pauvreté en mettant au sommet de nos nations des serviteurs bien avilis qui n'ont qu'un seul dieu, un seul maître : celui qui possède l'argent. Selon la doctrine religieuse capitaliste, nous ne pourrons accéder à la démocratie (ce Saint-Esprit social) que si nous parvenons par nous-mêmes au stade de sociétés capitalistes, LA DEMOCRATIE N'ETANT QUE L'ENZYME REGULATEUR DES CONTRADICTIONS DU SYSTEME MARCHAND UNIVERSEL, LA VERITABLE RELIGION MONOTHEISTE DE CE MONDE... 
Published by Le lion de Makanda mwan Mizumba - dans Textes universels
commenter cet article
14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 09:17

 

Toute notre histoire est une lutte pour la liberté. D'ailleurs, la démocratie n'en est qu'un pendant parce qu'il s'agit de notre droit à établir et à démettre ceux que nous choisissons pour la gouvernance de ce qui est à tous dans l'intérêt de tous, c'est-à-dire de chacun.
A l'intérieur d'OVER-BLOG, nous venons de créer une communauté dénommée : "Liberté et démocratie", Liberté comme la jouissance de toutes nos capacités humaines mises en commun ou non dans des droits et des devoirs, liberté comme la condition sine qua none de tout véritable épanouissement, la liberté dont la démocratie est fille cadette car la démocratie - même dans des pays dits de vieille démocratie ne date pas de si loin et il a fallu passer par la Bastille pour libérer les libertés enchaînées et guillotiner le roi de droit divin pour établir la république de toutes les libertés constituées. Nous invitons tous les blogs qui se reconnaissent dans cette cause de mettre nos luttes en commun parce que les chaînes qui nous entravent sont liées et appartiennent souvent aux mêmes maîtres.
Toute l'histoire de l'humanité semble être traversée par la lutte entre la confiscation et la jouissance de sa propre liberté. Etre libre, c'est vivre sans carcan, sans violation de votre volonté, qu'elle soit incluse ou non dans la volonté collective. Et notre liberté ne vaut que si nous respectons celle des autres. C'est la raison pour laquelle, je me suis toujours demandé pourquoi les peuples démocratiques ne font pas pression sur leurs gouvernants pour que les libertés des autres peuples soient respectées.
Dans les pays de vieille démocratie, être libre doit paraître assez banal car le droit canon qui essaie de canaliser l'ensemble des libertés pour qu'il y ait possibilité d'une vie collective harmonieuse distille des droits et des devoirs pour tous  (et par ailleurs, le légiste essaie de légiférer sur tout : les biens meubles, les immeubles, la faune, la flore, tout au point où il y a peu de domaines qui passent dans la parenthèse de la jurisprudence )- sans exception, même le plus petit des citoyens à peine né en bénéficie déjà. En Afrique, nous avons une plus longue histoire de privation des libertés ; on pourrait juste remonter à l'esclavage, poursuivre par la colonisation puis terminer par les dictatures qui ternissent  l'image de l'Afrique - à quelques exception près. Cependant, les dictatures qui sont la négation la plus flagrante de la liberté à l'époque moderne ne sont pas l'apanage de l'Afrique car la plus grande partie de l'humanité, en l'occurrence, la Chine, n'est pas une démocratie.
Nous avons décidé de nous battre pour les libertés et la démocratie au Congo-Brazzaville. Nombreux ont le même combat mené de façon disparâte. Nous pouvons nous rassembler entre ceux qui combattent à l'échelle nationale et ceux qui le font à une plus grande échelle. En effet, la liberté est une constance dans l'entendement humain et une injustice là-bas fait mal ici - alors qu'on n'est pas de ce pays. C'est donc un dénominateur commun qui devrait rassembler les hommes et les peuples. Ceux qui se sentent libres et en sécurité dans leur démocratie encore plus car eux au moins peuvent parler librement et dire ce qu'ils pensent. Or, en Afrique, ils n'ont pas la liberté de la pensée, de la parole, des actes et du ressentir car onnous empêche même de manifester notre mécontentement. Hier, nous étions assimilés à des animaux et ce sont les peuples libres d'Europe qui ont dû nous libérer du carcan de l'esclavage. Donc la liberté et la démocratie sont affaire de tous. Rejoignez-nous et aidez-nous à changer l'Afrique, à changer le monde car le MONDE C'EST NOUS...
(Il fallait que ce trois-centième article soit spécial : nous avons décidé de clarifier notre combat car la liberté est venue à bout de grands empires comme Rome ; ce n'est pas de petites dictatures comme celles de Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville qu'elle ne peut pas vaincre. Il y a un proverbe punu qui dit : " Celui qui a déjà déraciné un okoumé ne craint pas l'herbe verte du gazon sur lequel il marche...")
Published by Le lion de Makanda mwan Mizumba - dans Textes universels
commenter cet article
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 10:58
Dans un contexte mondial bardé d'incertitudes, comme une mondialisation injuste et chancelante qui se détruit en détruisant l'environnement, les classes moyennes et l'économie réelle au profit des spéculateurs, par delà les divers modes de gouvernance qui vont de la démocratie à la dictature en passant par la royauté, quel est le bon profil, quels attributs doit posséder un chef d'Etat, un président de la république pour qu'il soit juste de l'affubler de l'attribut "BON" ? Ceci est une réflexion qui se veut éclairante à l'approche d'une élection décisive car pour les sept prochaines années, nous scellerons notre propre sort par notre choix qui se révèlera préjudiciable ou dommageable pour nous ou totalement judicieux.
Il fut des époques où le chef, le roi, le meneur d'hommes devait être fort comme Alexandre, le Grec ou Léonidas, le Spartiate. Il fallait qu'il ait la capacité de gagner des guerres, de savoir négocier avec les adversaires, de veiller à ce que son armée soit bien traitée, bien nourrie, etc. On ne demandait pas à un roi d'être particulièrement "bon" si ce n'est de protéger son peuple contre les Barbares. Il y a toujours eu des classes sociales, les hautes et les basses et les choses étaient normales à cette époque. On passait sur ses frasques. En Egypte, à pharaon, fils d'Horus, on demandait d'assurer la maat ; le pharaon devait être la justice incarnée pour que le chaos ne s'abatte pas sur le monde. A Rome, on exigea à l'empereur, à la caste des Césars de respecter la loi et le sénat et de toujours agir dans l'intérêt de Rome. Il a donc toujours existé à toutes les époques une matrice pour apprécier le souverain, pour voir s'il est bon ou mauvais.  Certes, les rois en Occident ont presque tous prétendu l'être de droit divin mais les peuples ont su leur exiger une certaine ligne de manoeuvre dans cet océan de pouvoir dans lequel ils surnageaient. Puis vint la république. Chaque individu de sujet devint citoyen et une voix qui comptait. Bien entendu, il n'est pas fait état ici de la république grecque où le peuple était une classe sociale nantie. La démocratie supplanta la royauté et les rois devinrent des chefs d'Etat qui ne règnaient plus ad vitam aeternam et surtout, il fallait battre campagne et proposer le meilleur projet social. Or, il semble que les peuples soient souvent déçus parce que les promesses qu'on leur fait ne soient pas toujours tenues. Avant le pouvoir, un candidat au pouvoir suprême est un homme comme les autres ; après le pouvoir, il acquiert une stature autre, il n'est pas fils d'Horus mais presque et il ne se sent plus obligé de tenir ses promesses car il est souvent tenu par des influences diverses et par des forces qui le dépassent. Donc la parole donnée avant l'obtention du pouvoir ne vaut que pour ceux qui écoutent et croient en celle-ci. Aussi, est-il déterminant que l'homme politique ait une parole qui vale quelque chose et elle ne peut valoir son pesant de cacahuètes que si l'homme qui parle croit en ses propres idées ainsi véhiculées.
Les hommes ont des destins qui pour certains sont prédestinés pour d'autres qui ne tiennent qu'à l'entrelacement des relations historiques et sociales. Quoi qu'il en soit, certains parviennent à se jucher, à s'arroger, à s'installer au pinacle du pouvoir. Les peuples s'aliènent leur liberté pour être gouvernés car autrement, c'est la loi de la jungle mais pour autant, doit-on subir les aléas de l'histoire ou essayer d'être regardants quant à ceux qu'on se doit d'installer dans un fauteuil moelleux de gouvernance ? A quoi nous sert-il d'avoir la possibilité de voter si nous ne pouvons nous donner d'abord les moyens de choisir ? Oui, on peut se doter de critères de choix objectifs - même s'il est difficile d'appécier un homme politique avant coup car ce n'est souvent qu'après coup qu'on se rend compte qu'on a été bernés, trompés, que les mots les plus endormants on été utilisés pour affaiblir notre vigilance. Mais il arrive parfois que les peuples soient à même de juger, d'apprécier ceux qui viennent solliciter leurs suffrages car les hommes politiques ne sont pas le produit d'une génération spontanée ; ceux qui nous gouvernent vivent parmi nous, et nous les voyons agir et si les hommes se disaient qu'il faille juger les hommes sur les petites choses d'abord avant de leur confier des grandes, de nombreuses erreurs historiques seraient évitées. Comment comprendre qu'un homme qui a coulé une banque par exemple soit ministre des finances ? Nous sommes à l'heure d'une certaine moralisation de la politique et de l'économie et le mouvement qui se prépare dans le monde finira par exiger à notre continent une certaine rigueur éthique car plus personne ne veut donner de l'argent à des individus qui sont des vrais gouffres, des abysses qui engloutissent le moindre petit pécule. Si les banques se font de la défiance, il va bientôt arriver que cette défiance se répercute au niveau des Etats car de nombreux Etats sont des gaspilleurs, des vénaux, des pilleurs, des voleurs, des détourneurs qui ne font pas avec l'argent qu'ils empruntent au nom de tous ce qu'ils avaient prévu de faire.
Les décennies qui viennent vont être assez spéciales car les Etats vont tomber en faillite s'ils ne font pas attention car le temps où l'on donnait les yeux fermés est sur le point de se terminer. La vie politique basée sur un perpétuel emprunt va connaître de grosses difficultés et ceux qui donnent leur argent vont devenir de plus en plus exigeants au point que nous vivrons bientôt des époques de troubles sociaux graves.
Dans toutes les professions, on vous demande de l'expérience, on se renseigne sur votre passé professionnel, on essaie d'appréhender votre personnalité, vos atouts, vos qualités extraprofessionnelles que professionnelles. Mais en matière de chef d'Etat ou de roi, il n'existe aucun diplôme, aucune grande école, aucune université qui forme les hommes destinés à porter les autres vers un bien-être ! D'aucuns diront que des grandes écoles d'administration jouent ce rôle mais savoir faire fonctionner une administration ne vous garantit pas d'être un excellent chef d'Etat car là où il y a un grand vide, c'est à propos de toutes les qualités intérieures, de la grandeur d'âme, du don de soi, du dépassement de  soi ; ceux qui reçoivent d'énormes privilèges comme ceux de chefs d'Etat doivent être au niveau moral les meilleurs d'entre nous. Non pas qu'ils aient forcément un certain nombre d'attributs ou de vertus au départ mais qu'ils travaillent ardemment à les acquérir.
On ne peut donc pas être surpris de tant de mauvais présidents, de tant de mauvais ministres, de temps de piètres hommes politiques, de tant de mauvais dirigeants. Cependant, on peut se doter d'une matrice pour envisager une appréciation - même approximative car de tels outils manquent cruellement et les campagnes électorales ne sont souvent que des promesses non tenues car ceux qui les font n'ont en eux aucune des qualités humaines nécessaires pour les tenir. Est-ce dire qu'on doit toujours choisir dans le noir, dans l'inconnu, l'incertitude ? Aux Etats-Unis, il existe au moins un certain puritanisme qui veut qu'un homme qui a pris la femme d'un autre ou qui a même seulement été convaincu d'adultère ne soit jamais élu président. En fait, prendre la femme d'un autre, c'est du vol, c'est même se dire que l'homme que l'on a en face de soi est un menteur en puissance car si on lui demande s'il a forniqué avec madame X, il répondra non. On peut même y voir un convoiteur car il a convoité la femme d'autrui et la convoitise prépare toujours à l'élimination des autres, comme le fit le roi David quand il fit tuer Uri, le Hittite, époux de Betsabé, la future mère de Salomon. La réflexion faite, on peut se confectionner une grille, une matrice qui permettrait aux peuples de mieux choisir les hommes car s'ils sont mauvais dans de toutes petites choses comme avoir coulé une entreprise, avoir détourné de l'argent, etc, ils seront mauvais dans les grandes et vous allez vous rendre compte que cette réflexion va bâtir un homme politique idéal et comment on peut le choisir en s'inspirant de toutes petites choses qui sont autant d'indicateurs pour reconnaître un grand homme. On peut reconnaître le bon fruit à l'odeur, à la couleur, à la forme, etc.  avant même de le goûter. Un chef d'Etat revêtu de la puissance suprême doit aussi être le plus humble, celui qui doit le plus penser aux autres au point d'incarner l'altruisme.
Un chef d'Etat est un homme comme les autres qui occupe une fonction importante. Il représente la totalité de ses compatriotes à l'intérieur comme à l'extérieur du pays. Si on ne lui demande pas d'être un saint, il ne doit non plus être un démon car il doit parfois prendre - toujours au nom et dans l'intérêt de tous de graves décisions. Il ne travaille pas pour s'enrichir lui mais d'abord à enrichir son pays, à le rendre plus compétitif, plus vivant, plus vivable, plus humain et on mesure son action à l'once de bonheur qu'il procure au plus petit de ses concitoyens. A quoi sert-il à un pays d'être riche si ses richesses n'atteignent pas le plus petit des citoyens ? Il y a ce qui renvoie à la part de l'usage collectif comme des routes des ponts, des écoles, des hôpitaux et ce qui rélève de l'individu comme le logement, le travail, le bien-être individuel et dans ces deux domaines, un chef d'Etat doit marquer son ou ses mandats de son empreinte.
Voyons à présent les vertus que devrait posséder un chef d'Etat pour qu'il soit digne d'être affublé de l'épithète "bon", la bonté étant ici le sentiment agréable que son évocation procure à la population  à l'allusion implicite de son oeuvre, de ses actions, du rayonnement de son esprit et de son action.
Avant d'être amené à gouverner, à règner sur ses semblables, un homme devrait être :
  • intègre : par intègre, j'entends qu'il doit être ou aspirer à être irréprochable et droit au regard de la morale civique voire religieuse. Cette qualité est nécessaire pour la crédibilité de sa parole, en effet, nos hommes politiques ne se sentent pas liés par des chaînes invisibles à leur parole donnée. Quand on promet des milliers d'emplois, il faut avoir à coeur de les créer - surtout si le budget est généreux ! L'intégrité est le contraire  du mensonge et de l'instabilité psychologique. Celui qui est intègre, on lui fait confiance, on l'écoute, on a envie de le suivre car il ne donne pas de parole en l'air, ne dit pas les choses de manière démagogique. Cette intégrité l'amènera forcément à défendre les intérêts de son pays ; à ce propos, il est des chefs d'Etat qui n'ont jamais dans un discours prononcé l'expression "intérêt de mon pays" - ce qu'on entend tout le temps dans la bouche des chefs d'Etat des pays démocratiques. Cette intégrité mêlée au sens de l'honneur devrait le conduire à quitter le pouvoir s'il se sentait désavoué ;
  • avoir le sens de l'honneur car l'honneur distingue les petites âmes des grandes, un homme sans honneur est comme la lie de l'espèce humaine car manquer d'honneur, c'est comme ne pas se respecter soi-même. Qui peut respecter un homme qui ne serespecte pas lui-même ? Contrairement à ce que pensent certains hommes politiques, le respect public, on ne vous le doit pas mais vous devez le mériter. On est respectable non pas simplement par le fait de s'ériger à un certain niveau de la hiérarchie sociale mais par le fait qu'on impose le respect par son altruisme et son intégrité ;
  • altruiste : comment peut-on prétendre représenter les autres si on n'est pas du tout altruiste, si on ne pense qu'à sa petite personne ? De tels individus devraient simplement être des hommes d'affaires : quand on crée son entreprise, on prend un risque et on est digne d'en récolter les bénéfices si les affaires marchent ! De nombreux hommes politiques confondent l'Etat et le business car ils croient qu'ils sont là pour s'enrichir d'abord, eux-mêmes. L'altruisme suppose qu'on soit désinteressé de sa petite personne pour faire passer les autres avant ;
  • désintéressé : de nombreux hommes politiques ne sont pas du tout désintéressés ; leur principale préoccupation quand ils arrivent au pouvoir est avant tout de se servir et non de servir. Tout de même, un chef d'Etat n'a pas de faibles émoluments et tous les privilèges qui entourent sa fonction lui assurent un bien-être à vie. Il ne devrait plus se préoccuper que de faire son travail et de le faire bien. Pour être désintéressé, il faut être sensible au bien-être des autres et s'estimer heureux quand les autres le sont - surtout si c'est vous qui en êtes l'artisan, par votre action ;
  • actif : un bon chef d'Etat en puissance doit aimer agir, ne doit pas compter ses heures de travail et aujourd'hui, pour ne citer que la société congolaise, les hommes politiques travaillent très peu pour leurs compatriotes puisqu'ils sont tout le temps en vadrouille pour leurs propres affaires...  Son action doit être visible, impartial, équilibré selon la répartition des ères démographiques.
  • juste : car sans la justice, il fait du favoritisme en privilégiant ses enfants, sa famille, ses amis - alors qu'il est père spirituel de la nation et que tous ses compatriotes sont ses "enfants". Un chef d'Etat injuste est une insulte à tout un peuple, une honte car c'est la trahison même de la gent humaine;
  • ne pas être sous influence : ici, on aurait beaucoup à dire car nos chefs d'Etat sont en Afrique sous influence de féticheurs et marabouts, de magiciens hindous entre autres, de puissantes sectes comme la franc-maçonnerie, de sectes sataniques, et j'en passe. Il est impossible qu'étant sous influence qu'il agisse pour l'intérêt de leur peuple. Ils servent des maîtres qui n'ont qu'un seul objectif : réduire la terre en esclavage si ce n'est déjà le cas. Dans ce cas, il leur est souvent impossible de respecter la vie humaine puisque le maître leur apprend avant tout de n'agir que pour l'intérêt supérieur de Satan et que tout le reste est sans importance, que les pauvres, il faut qu'il en est et que même si on tue, la nature aura vite fait d'envoyer d'autres vies sur la terre ;
  • respectueux de la vie humaine : on devrait tout simplement interdire par la loi qu'un homme qui a ôté la vie à un autre ou qui a comploté pour le meurtre d'un autre de se présenter à une quelconque échéance politique;
  • être bien entouré. La question de l'entourage d'un président ou d'un chef d'Etat est une question essentielle car si celle-ci se réduit à sa famille, aux membres de son clan ou de son ethnie, c'est que le critère de sélection n'est pas la compétence mais le lien au souverain. Or, ce type de gouvernance ne renvoie pas à la république mais à la royauté. A la lecture d'un telle configuration, on est à peu près sûr qu'on se trouve dans une dictature car les enfants, les neveux, les oncles, les cousins ne font pas automatiquement de bons ministres, de bons conseillers et en cas de faute, le souverain ou le chef d'Etat aura du mal à les sanctionner...
Comment retrouver autant de vertus dans un homme avant qu'il accède au pouvoir ? Il faut faire simplement faire une enquête de moralité. On peut trouver de nombreux enseignements  en observant la vie sexuelle de quelqu'un, en étudiant ses oeuvres comportementales et là on peut tirer de nombreuses leçons qui nous permettraient de déduire le bon ou le mauvais fond d'un homme ou d'un homme politique. Les hommes politiques sont nos frères, nos amis, nos voisins et il est impossible que l'on n'ait pas un point sur leur personnalité car le recul de l'Afrique s'explique notamment par le fait que nous n'avons pas des hommes moralement investis de qualités nobles pour nous conduire dans la voie du bien-être collectif.
De façon plus quantifiable, nous vous proposons une technique d'appréciation humaine. Vous donnerez une note à un individu en soustrayant la moyenne totale des éléments négatifs de la moyenne totale des éléments négatifs :

Il s'agit d'apprécier :
1) son taux éthique (le noter de 1 à 100) : le taux éthique est le degré de moralité d'un homme ;
2) sa force de caractère (de 1 à 100) : la force de caractère est l'abnégation d'un individu à atteindre un objectif ;
3) sa stabilité mentale (de 1 à 100) : la stabilité mentale est le degré d'influençabilité d'un individu ;
4) sa nature subjective (de 1 à 100 ) : sa capacité de préférer les hauts idéaux immatériels aux idéaux matériels ;
5 ) son degré d'éthylisme (de 1 à 100) : le degré d'éthylisme est la grandeur qui mesure la relation que quelqu'un a avec l'alcool et aux autres drogues ;
6) son patriotisme (de 1 à 100 ) : le patriotisme est le degré d'amour qu'un homme a pour son pays ;
7) son charisme (de 1 à 100) : le charisme est la capacité que possède un homme à galvaniser les autres et à les influencer définitivement si possible par l'apparence et surtout par les idées. Ce charisme peut dépendre de la beauté, du niveau intellectuel, de la position sociale, etc. ;
8) son taux de libido  (de 1 à 100) : la libido est le degré d'énergie sexuelle en nous : par son influence, nous sommes portés vers la gent féminine. Pour un vrai combattant, elle doit être inférieure à 20;
9) sa vénalité : le degré d'amour de l'argent que possède un individu (de 1 à 100) ;
10) sa faculté analytique : la capacité que possède un homme à débrouiller l'embrouillé, à rendre simple compréhensif ce qui est difficile à l'esprit humain, à décomposer le réel en catégories et à le réassembler pour en démontrer l'essence et le fonctionnement (de 1 à 100);
11) son sens de l'honneur : se mesure surtout par la capacité à donner à sa parole et à la tenir (de 1 à 100)
Ces onze niveaux suffisent pour l'instant : il faut appliquer la méthode à l'insu de la personne et ne pas parler de cette méthode d'appréciation à la personne appréciée car les hommes risquent d'avoir des comportements superflus. Au lieu de dire comme ça : "Je connais quelqu'un", il vaut mieux l'apprécier sur des critères qui ne sont pas universels mais qui au moins permettent de juger sur une base saine.
Voir permet de mieux connaître les hommes. En effet, ne perdons  jamais à l'esprit qu'étudier l'homme doit être la première préoccupation de tout homme. Un homme est grand quand il est capable de s'élever au-dessus des pesanteurs de l'argent.  Pour vous amuser, vous pouvez appliquer cette méthode au président Denis Sassou Nguesso et lui donner une note...
Published by Le lion de Makanda mwan Mizumba - dans Textes universels
commenter cet article
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 23:09

 

Titre : LA DEMOCRATIE N’EST PAS UN PRINCIPE DEMOCRATIQUE
Sous-titre : Plaidoyer pour un droit d’ingérence démocratique universel transitoire.

 

 

Algorithme :

-soit l’histoire du monde(histoire humaine)
C'est une histoire qui se résume en terme de luttes entre ceux qui veulent enfermer la liberté et ceux qui veulent la délivrer. Une histoire de la lutte des classes sociales, une histoire de luttes pour la conservation, l'acquisition de positions dominantes, une lutte entre nations, entre continents, entre individus, une lutte d'ambitions, une lutte pour la survie, pour la grandeur...

 -soit l’apparition des nations
Les nations-Etats actuelles sont une sorte d'équilibre entre nations belliqueuses qui fatiguées de se faire la guerre, les empires étant difficiles à maintenir, se partagent l'espace, les zones d'influence et vont jusqu'à délimiter des peuplades qu'elles ne connaissaient pas. On a partagé le monde comme un pain de mie, on a créé des nations là où elles n'existaient pas.

-soit la géographie du monde
De part et d'autre des Tropiques, le sort des êtres humains est différents : au nord, 20% de l'humanité consomment 80% des richesses du monde ; au sud, les peuples sont pauvres et croupissent sous la dictature. Au nord, ils ont trouvé un équilibre de classe appelé "démocratie" où les individus ont des droits qui sont constitutionnellement garantis. Au sud, les nations sont jeunes, sortent à peine des indépendances et ne possèdent pas la maîtrise technologique des pays du nord du continent qui ont façonné la géographie terrestre au travers de leurs conquêtes de l'espace.
Aujourd'hui, la géographie n'est plus un frein car il est possible de se rendre d'un point de la planète à un autre et plus personne grâce aux moyens de communication ne peut ignorer ce qui se passe dans le moindre recoin du monde où vit la plus petite âme humaine. De sorte que la géographie et les conditions de communication rendent les pays développés coupables de ne rien faire là où leurs semblables souffrent...

-soit le nord de l’Europe
C'est en Europe que sont nées toutes les guerres et toutes les grandes catastrophes de l'humanité comme l'esclavage, la colonisation, la conquête de territoires préalablement occupés par de vieux peuples, de vieilles civilisations que les nations européennes ont détruites pour substituer leur culture basée sur un matérialisme débridé. L'Amérique est fille de l'Eurpoe ; elle n'est qu'un pendant de la culture occidentale. C'est au nord de l'Europe que l'on trouve les plus vieilles démocraties dont certaines cohabitent encore avec  la royauté qui n'a été abolie qu'il y a quelques siècles. La démocratie est un équilibre entre la liberté, l'inégalité, les droits et la survie de l'individu grâce au travail du groupe, de la communauté.

-soit le capitalisme
C'est une fille de la liberté de l'homme à entreprendre mais son seul défaut, c'est qu'il ne peut se faire qu'au travers d'un lien de subordination qui ressemble fort à un esclavage déguisé car le salaire n'est qu'une façon d'agir pour que l'esclave ne meure pas. Processus qui enrichit quelques-uns par le travail de tous au travers du droit de propriété, le capitalisme a fait de ceux qui l'ont l'ont créé les maîtres du monde car ils tiennent la bourse qui peut changer le monde si l'objectif qu'il poursuit, à savoir l'enrichissement personnel était modifié. Mais le capitalisme n'est pas mauvais en soi car il produit des richesses qui font les grandes nations et les richesses rendent l'assouvissement des libertés possible. Le niveau de vie de tous est tiré vers le haut par le progrès des savoirs et des techniques et la culture globale s'émancipe en créant un microcosme où l'on peut vivre sans que la misère soit absolue comme en Afrique ou dans tous les pays où la démocratie n'existe pas. Il se constate que là où est le capitalisme, là aussi se trouve la démocratie qui crée un équilibre entre l'inégalité des richesses et la contribution de tous à une société meilleure qui sans brider les libertés les conjuguent au travers de l'Etat qui prend à tous pour donner à l'un et à l'un pour donner à tous. Le pouvoir politique n'est pas grâce à ce système la seule source d'enrichissement ; ce qui qui atténue la convoitise des hommes à l'égard du pouvoir. L'accession au pouvoir par le consentement de la majorité rend la légitimité plus forte et donne le la qui force tout homme politique à oeuvrer pour la communauté nationale. Le système de droits et de devoirs fonctionne même s'il n'est pas parfait car - même le plus petit des citoyens se sent membre de la république parce que sa voix compte puisque ses droits sont respectés, car il sait que ses devoirs garantissent la liberté de tous.

-soit le principe de non-ingérence
Principe louable qui veut que chaque nation-Etat reconnue par les autres s'administre seule pour éviter tout acte de colonisation, le principe de non-ingérence garantit la liberté des peuples à s'autodéterminer par eux-mêmes selon le mode de gouvernance que les peuples auront accepté. C'est là qu'il y a un problème car dans certains cas, les peuples se voient imposer des dictatures - sans qu'ils leur soit possible de rompre ces chaînes qui les entravent. Le principe de non-ingérence est-il compatible avec les dictatures ? Que non ! On a créé un principe d'ingérence humanitaire pour sauver les hommes s'ils sont victimes des catastrophes naturelles comme la faim et la maladie. Or, c'est là que l'on se trompe car la maladie et la faim ne sont pas causées que par des causes naturelles : la dictature peut les engendrer en provoquant les guerres, en détournant l'argent destiné à soigner les peuples. Il faut une vraie réflexion sur le droit de non-ingérence qui tout en garantissant la liberté des peuples à s'autodéterminer, permet aussi l'abomination dictatoriale - de sorte que la plus grande partie de l'humanité - donc l'humanité mathématiquement - vit dans des conditions proches de l'animalité.

-soit le droit d’ingérence humanitaire
Voilà l'expression de la solidarité humaine dans ce qu'elle a de plus louable car on explose les barrières nationales, raciales pour ne voir en l'autre que l'homme, notre semblable : des hommes viennent au secours d'autres hommes au nom de notre nature commune - puisque ceux qui sont en difficulté ne pourront pas s'en sortir tous seuls à cause d'une grande catastrophe. Il n'y a qu'à déclarer la dictature grande catastrophe humanitaire. Certes, là encore, les humanitaires ont besoin de l'accord des Etats pour agir - alors qu'il leur suffirait d'avoir l'accord des peuples. Ce qui s'applique parce qu'un tsunami est passé par là et que des hommes sont morts est valable en politique - car la dictature tue plus que le tremblement de terre, la dictature en suscitant la faim, tue par la faim comme elle tue par la guerre ou toute sorte de violence. Il faut donc passer du droit humanitaire spécifique à un droit d'ingérence démocratique transitoire pour que les peuples soient mieux servis par ceux qui prétendent gouverner en leur nom.

-soient les catastrophes dans les nations du sud

Elles sont presque toutes le fait de l'homme politique et de la mauvaise gouvernance qui peut être corrigée par l'avènement d'une véritable démocratie qui ne se réduit pas au suffrage universel qui n'a de sens que si à l'objectif quantitatif d'obtention de la majorité des voix correspond la réalisation d'un projet qualitatif jugé meilleur pour la gestion du patrimoine et des richesses de la nation tout entière.

- soit la démocratie
il ne s'agit pas d'un simple système électoral où on se contenterait de voter car si les esclaves pouvaient voter leur maître cela ne les affranchirait pas pour autant. Non, la démocratie va au delà d'un système électoral où chaque voix compte car on peut assister à l'élection démocratique d'un dictateur - comme ce fut le cas pour Hitler. On doit se rappeler qu'Hitler a été démocratiquement élu. Certes, l'élu sait qu'il pourrait être sanctionné à la prochaine élection s'il venait à décevoir le peuple mais cette peur positive qui l'amène à tenir ses engagements n'est pas tout car l'alternance politique est assurée et nul ne peut revendiquer le pouvoir définitivement. Le code démocratique dans ces pays veut que la règle admise par tous soit la loi, une sorte d'idéal vers lequel on tend continuellement au travers du débat d'idées. Acteur principal en démocratie, le peuple est juge suprême dans l'attribution du pouvoir qui est géré en son nom pour son intérêt - même si on observe que l'Etat favorise souvent la classe capitaliste dominante. La conquête du pouvoir n'a plus lieu d'être quelle que soit l'ambition démesurée des uns et des autres, l'armée étant une sphère de défense nationale qui n'est nullement au service d'un seul individu. Cet état de choses conduit à ce que la "chose publique" ait un sens pour lequel des élus travaillent - alors que dans la dictature, on vient aux affaires pour soi et par sa soi en usant de force ou de stratagèmes politiques...
 

 

Si le principe de la démocratie est bon, alors il est universel
L'humanité partage le même bon sens, indépendamment de la couleur, de la culture, de la race : ce qui est bon pour l'Occident est bon pour l'Afrique et le reste du monde car nous voyons les effets bénéfiques des phénomènes en question chez les autres et le désastre de leur absence chez nous. La démocratie est bonne et produit du bien pour l'Occident. Son absence dans les pays du sud crée la misère et la mort car à la place le mode de gouvernance n'est autre que la dictature - une force de royauté déguisée.

Or il n’est pas universel car il n'est présent qu'en Europe et dans les nations d'origine caucasienne - héritières de la culture grecque qui l'inventa à Sparte après une victoire sur l'Orient de Xerxès.

Il n’est pas dans la nature ; il est donc strictement humain.
La démocratie ne se trouve pas dans les moeurs des lions et des hyènes ; c'est un phénomène éminemment humain. Et ce qui est humain, dépend de nous car nous n'avons pas à prendre en compte des probabilités naturelles - hasardeuses.

Nous pouvons décider d'imposer la démocratie - parce qu'elle est bonne pour les peuples. Le président n'est pas comme chez les hyènes le mâle alpha qui a toutes les femelles et qui a la part du lion.


PROBLEME : COMMENT DEMOCRATISER LA DEMOCRATIE ?
Comment faire pour que les dictatures disparaissent et qu'elles soient remplacées par les démocraties ? Comment sortir les peuples du piège de la non-ingérence qui les exposent à l'esclavage et au manque de liberté ? Certes, la démocratie ne peut être décrétée. Alors, il faudra un jour que ça soit les peuples qui décident par referendum de quel mode de gouvernance ils veulent : veulent-ils de la royauté ? De la principauté ? De la république démocratique ? De la république dictatoriale ? L'ONU viendrait organiser le referendum pour éviter toute tricherie et s'il le faut, elle peut gérer de façon transitoire cette démocratie au nom des peuples car les peuples y trouveraient vraiment un gain en bien-être et développement.

 

 

 

  • Si l’ONU est là pour gérer les problèmes du monde, alors elle doit avoir aussi pour mission de travailler à conduire toutes les nations à la démocratie.

 

Or ce n’est pas le cas (à cause du principe de non-ingérence)  : la non-ingérence est un mauvais principe car elle expose la plus grosse portion de l'humanité à croupir dans la misère, le manque de liberté et l'esclavage le plus honteux. C'est une idée qui peut être améliorée, dépassée, changée, remplacée par une autre plus belle, plus conforme aux aspirations humaines. Il ne s'agit pas de retomber dans la colonisation car telle n'est pas la mission de l'ONU, le seul organisme capable de susciter de la confiance auprès des peuples. Seulement, cet organisme peut avoir cette mission noble mais il faut d'abord qu'elle devienne une instance démocratique, un grand hic qui empêche le monde de tourner rond puisque les grandes puissance mondiales y exercent une sorte de dictautre au travers de leur droit de veto conféré par la possession de la bombe atomique(pas étonnant que d'autres pays essaient de l'avoir)...

 

Soient les dictateurs dans les pays non-démocratiques
Ces dictateurs ne sont là que parce que l'ONU légitime leur pouvoir en reconnaissant de tels gouvernements illégitimes parce que le principe même de la démocratie ne sévit pas au sein même de l'ONU. C'est à une non-assistance à peuple en danger qu'on assiste. Et il faut savoir que ces dictateurs ne sont que les larbins des nations riches qui ont trouvé par eux le moyen de poursuivre leur oeuvre coloniale qui est de prendre pour pas grand' chose les richesses des ex-pays-toujours colonisés d'Afrique et d'ailleurs.
 

Soient les richesses du monde

 

Soit la partie des richesses dans les pays non-démocratiques : elles sont malheuresement exploitées par les nations capitalistes qui imposent des dictateurs à la tête des nations africaines, par exemple pour leur piller les richesses.

Les nations démocratiques riches collaborent avec les dictatures des pays pauvres au nom de leurs intérêts qui sont d'appauvrir le sud pour enrichir le nord et un tel objectif ne peut être pleinement atteint que si les dictatures persistent car le dictateur ne fait pas la volonté du peuple mais celle de son maître occidental.

 

Soit l’ONU qui ne fait rien pour empêcher cette collaboration :  on devrait assister dans un monde dûment civilisé à des sanctions sévères si une telle collaboration était avérée; par ailleurs, aucune dictature ne devrait avoir une reconnaissance des nations dites civilisées. Si tel était le cas, il y aurait moins de dictatures dans le sud.

 

Soit l'ONU est bonne, soit elle est mauvaise, soit il faut changer ses priorités et les fixer autrement car ce n'est pas le bonheur et la liberté de toute l'humanité que l'ONU garantit mais le droit des nations fortes nanties.

 

 

Si elle est mauvaise, il faut la changer et mettre en place une nouvelle organisation internationale dont les priorités seront garanties par un peu plus de démocratie interne ; ce qui appelle forcément à la suppression du droit de veto qui instaure la dictature entre les nations. Et personne ne comprend pourquoi les nations dites démocratiques ne tiennent pas à la démocratie au sein de l'assemblée des nations - de sorte que ce qu'elles admettent comme la norme au plan national ne vaut plus au plan international, le veto étant distribué à la mesure de la force de destruction d'une nation (bombe  atomique, etc.). La SDN (Société Des Nations) avait pour objectif d'éviter la guerre ; ayant échoué, on est passé à l'ONU qui visiblement a échoué et doit être réformée.

 

 

Si le principe de non-ingérence n’apporte ni la paix, ni la prospérité dans les nations du sud, c’est qu’il n’est pas bon et il ne faut le respecter que dans les démocraties car dans les démocraties, on sait que les peuples ont les moyens de parvenir à leurs revendications mais que dans les dictatures - notamment africaines, il n'en est pas le cas...

 

 

Soit le principe de la démocratie (c'est en fait une démocratie par délégation avec droit de retrait dans une durée limitée et dans des mandats restrictifs)

Soit le principe de la liberté des peuples ; or les peuples qui subissent les dictatures ne sont pas libres et comment peut-on parler du droit de non-ingérence là où les peuples ne sont pas libres de l'exercer ?

Soit le droit des nations à jouir de leurs richesses (ceci est fortement hypothétique car il faut encore que les nations aient la capacité d'exploiter leurs propres richesses) ; or ce n’est pas le cas.

 

 

Donc les bases rationnelles du monde sont corrompues ; il faut donc les modifier – ce qui est un travail ardu mais pas impossible : tout est possible au correctif de la raison. Il nous suffira de convaincre que les destins des peuples sont liés et les aspirations qui sont bonnes ici, le sont aussi là et que l'exploitation éhontée du rapport de force entre le nord et le sud ne doit pas être le cadre par lequel se lit le développement des nations et des rapports qui les lient. Il se vérifie que toute irrationnalité qui conduit à l'enrichissement est tolérée. C'est donc là qu'est le noeud qui bride la raison, le point crucial où l'homo sapiens doit travailler pour mériter d'être vraiment un homo sapiens, un homme sage.

 

 

Tant que perdurent les dictatures les nations qui vivent sous dictature sont dans les fers et la misère du plus grand nombre persiste. Et tant que la misère du plus grand nombre existe, c'est que les bases de ce système des choses sont fausses et faussées volontairement dès le départ. Pourquoi a-t-on du mal à concevoir le droit à tout être humain, à tout peuple d'être heureux ? Comment peut-on se considérer être supérieur si on est incapable d'admettre le droit à tous d'être heureux ? 

 

 

La démocratie est un principe qui s’applique au niveau des  nations et non au niveau international car l'ONU et l'OMC n'ont rien de démocratique et fonctionnent de façon hiérarchisée ;

 

Il faut rendre la démocratie démocratique (la Suisse demande au peuple suisse d'approuver toutes les décisions que l'Etat central veut prendre ; voilà un exemple de fonctionnement démocratique car le peuple approuve ou désapprouve tout ce qui se fait) :

 

Soit les nations la font elles-mêmes

Soit le principe démocratique est mis en place par autrui

Or les dictatures utilisent la force pour mater les peuples parfois avec la complicité des puissances dites démocratiques qui leur vendent armes et munitions pour tuer ceux au nom desquels ils sont censés diriger le pays.

 

Il faut donc un principe d’embargo universel :

-contre les dictatures ;

-contre les nations démocratiques qui profitent des dictatures ;

 

Soit le lien de la démocratie et des nations capitalistes.

-Hypothèse : la démocratie sert aux nations capitalistes à juguler les révoltes populaires. Elle n'est en rien le signe d'un progrès social mais simplement le résultat de luttes acharnées populaires de sorte qu'il ne soit plus possible aux puissants de ces nations de ne pas concéder de droit à tous au risque de perdre cette posture hiérarchique. C'est le prix à payer...

 

 

Histoire de la démocratie

Il faut la faire en remontant depuis la démocratie grecque qui n'avait de démocratie que le nom. De toute façon, le peuple n'incarnait pas la totalité mais une caste ; ce que la Grèce a introduit, c'est le vote, l'élection mais non la démocratie proprement dite...

Les imperfections des nations démocratiques :
Ces nations ont été celles qui ont violé les libertés des autres peuples en les réduisant à la servitude, en les colonisant, en les néocolonisant - au nom d'une supériorité raciale, au nom de la supériorité martiale. Il ne suffit pas d'avoir un semblant de démocratie interne alors qu'externellement, on ne respecte aucun principe démocratique qui caractérise les droits de l'homme qui sont complètement à réformer...

 

-Soient les dettes payées par les masses populaires

-Soient les richesses nationales  détenues par les gens riches pour la joie de les détenir.

-Soient les problèmes de l’industrie capitaliste : licenciement, délocalisation, baisse de la croissance.

-Soient les richesses du monde qui sont détenues par quelques individus.

Donc les démocraties sont imparfaites mais supérieures aux dictatures :

-liberté d’expression, liberté d’entreprise, droit privé, droit public, suffrage universel, pluripartisme.

Donc il faut repenser la démocratie

Il faut aussi repenser la marche de l’histoire du monde

-L’avenir : plus de pauvreté pour les nations non-démocratiques, des conflits sociaux en perspective dans les nations riches.

-On retombe sur les travers de l’Etat (c’est l’Etat qui assume tout, alors que le problème c’est la détention de la richesse entre les mains d’une minorité) ; jamais les riches bourgeois ne sont inquiétés.

 

-Il faut vraiment démocratiser la démocratie.

-Il faut d’abord l’améliorer dans les nations riches en dénonçant l’enrichissement au détriment du plus grand nombre qui doit payer les dettes de tous alors qu’il n’a rien ; ce sont les classes moyennes qui trinquent - alors que les milliardaires ne font rien pour remédier aux problèmes collectifs.

 

-Le principe : le pauvre doit payer est mauvais : faire payer à celui qui n'a pas beaucoup est simplement un non sens et cette logique est entretenue car ce sont les riches qui font l'idéologie qui régit le monde...

 

-Il faut fixer un seuil d’enrichissement individuel en reversant le trop perçu au profit de tous.

-soient les erreurs de l’histoire : invasions, colonisations, pillages, etc.

-soit leur connaissance

-Soit le statu quo qui veut régner sur l’histoire.

Il faut corriger les erreurs de l’histoire et seuls ceux qui les ont commis peuvent le faire car ils sont à la fois juges et partis : ils fonts le feu et empêchent que quelqu'un d'autre en dehors d'eux ne soit pompier....

 

-soit la mondialisation pour plus de richesses et plus de pauvreté.

-Le cours de l’histoire n’est pas immuable.

Il peut être modifié en bien ou en mal.

Or il a déjà été modelé en mal.

Donc il faut lutter contre les puissances hostiles au bien de tous sans briser le génie créateur.

Les démocraties sont corrompues si leurs richesses sont bâties sur des dictatures

Les droits de l’homme doivent être revus et corrigés

 

Soit le protectionnisme des nations contre les mouvements migratoires qui font la marche naturelle de l’histoire. Cette réalité finira par amener les nations du nord à insuffler la démocratie au sud. C'est inéluctable... Pour qu'il y ait une immigration contrôlée, il faut que la démocratie se répande partout...

 

 

RENFORCEMENT DE L’ONU

 

-Indépendance vis-à-vis des nations puissantes

-veto remplacé par le suffrage universel

-plus grande indépendance financière

-un vrai pouvoir militaire capable de combattre pour les libertés et l'instauration de la démocratie. 

Les peuples qui ont l’avantage de la démocratie ne doivent pas accepter d’être dépossédés du droit de revendiquer :

-plus de clarté dans les affaires publiques,

-plus de sanctions.

 

La démocratie revue et corrigée doit devenir une nécessité vitale puisqu’elle est le meilleur système pour le moment.

 

Tous les continents, tous les peuples, toutes les nations, doivent aspirer à plus de liberté, plus de démocratie si ce n’est à la démocratie.  Il faut universaliser la culture de la démocratie par les livres, par l'enseignement - par tous les moyens...

SOLUTION : LA DEMOCRATIE EST UN PENDANT DE LA LIBERTE ET, COMME TOUS LES PEUPLES ASPIRENT A LA LIBERTE, C'EST QU'ILS ASPIRENT A LA DEMOCRATIE QUI N'EST PAS BONNE QUE POUR L'OCCIDENT. SI CETTE HYPOTHESE EST ADMISE, ALORS IL EST DU RESSORT DE L'HUMANITE ENTIERE D'OEUVRER A CREER LES CONDITIONS DE LA DEMOCRATIE PARTOUT. IL FAUT CREER UN DROIT D'INGERENCE DEMOCRATIQUE TRANSITOIRE POUR LIBERER LES PEUPLES DES DICTATURES - A L'INSTAR DU DROIT D'INGERENCE HUMANITAIRE QUI EST TRANSITOIRE CAR DES QUE LA SITUATION EST REVENUE A LA NORMALE, LES HUMANITAIRES S'EN VONT. LA FAIM TUE, LA DICTATURE TUE CAR ELLE INSTAURE LA FAIM EN DETOURNANT L'ARGENT DES PEUPLES. DONC IL NE SUFFIRA PAS D'APPORTER DES SACS DE RIZ POUR ELIMINER LA FAMINE. IL FAUT EN ELIMINNER LA CAUSE : LA DICTATURE. LE DROIT DE NON-INGERENCE EST DONC UNE ABERRATION QUI DOIT DISPARAITRE UN JOUR ; EN TOUT CAS, TEL QU'IL SE PRESENTE ACTUELLEMENT...
POUR QUE LA DEMOCRATIE DEVIENNE UN PRINCIPE DEMOCRATIQUE, IL FAUT QU'IL DEVIENNE UN PRINCIPE UNIVERSEL.
SI LES PEUPLES SONT FAIBLES, IL FAUT LES AIDER A COMBATTRE LES DICTATURES ET L'HUMANITE A LES MOYENS DE VAINCRE TOUTES LES DICTATURES...

Published by Le lion de Makanda mwan Mizumba - dans Textes universels
commenter cet article
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 22:28
aigle-copie-1.jpgCet article interpelle votre esprit sous la force d'un faisceau d'interrogations ponctuées d'hypothèses afin de vous permettre d'accoucher vous-mêmes des réponses comme dans la maïeutique de Socrate.

FAISCEAU 1) Pourquoi Sassou Nguesso a-t-il été le seul invité d'honneur du sénat français lors du forum sur le développement durable s'étant tenu le 06 et le 07 décembre 2007 ? En quoi est-il plus honorable que les autres chefs d'Etat en matière de développement durable ? Est-il on ne peut plus honorable - ne serait-ce que sur les bords - avec du sang sur les mains, lui qui laisse croupir son peuple dans la misère, sans eau, sans électricité, sans soins ? N'est-ce pas lui qui distribue les licences d'exploitation des forêts congolaises aux sociétés malaysiennes chassées du Libéria pour saccager nos forêts sans respect de la taille ou de l'âge des arbres et surtout sans plan de reboisement ? Sassou est-il le seul en Afrique qui aurait pu être invité ? Personne n'a pu mériter en Afrique centrale d'être invité à part lui ? Qu'attendait le sénat de lui sinon un aveu d'impuissance ? A quoi a servi ce cinéma qui au final aura émis dans l'atmosphère des flots de paroles qui ne pourront rien contre tous les tsunamis maritimes ou sociaux ? Contre la pollution ? Contre la destruction des forêts du bassin du Congo ?

Si vous avez trouvé les réponses à ce faisceau 1, faites-nous montre de vos trouvailles pour illuminer notre entendement et passez au faisceau 2.

Manif061207-1.jpg FAISCEAU 2)
Débroussaillons d'abord autour de l'idée de développement. Nous entendons par là l'idée d'un germe, d'un processus, qui se déploie en augmentant d'envergure au fur et à mesure que le temps avance avec un objectif prédéfini - qui n'est pas forcément le bien-être de tous...
-Pour qui parle-t-on de développement durable ? Pour toute la planète ? Qui se met dans la poche les bénéfices du développement tout court ?  A l'heure où le climat planétaire se révulse, où la couche d'ozone s'écartèle, où les sociétés sont à l'heure de la mondialisation, peut-on ne pas envisager le développement comme un concept total ? Comment dans ce contexte planétaire concilier les égoïsmes nationaux et individuels face à l'intérêt de toute la gent humaine car le climat n'a que faire des particularismes frontaliers qui somme toute sont tous d'une virtualité coloniale ? Qui entrave la durabilité du développement ? N'est-ce pas les grandes firmes internationales françaises entre autres ?

Si vous avez trouvé des réponses dignes d'éclairer notre lanterne, n'hésitez pas à nous communiquer vos réponses car pour une fois, c'est vous qui faites les réponses et passez au faisceau 3.

Manif061207-2.jpgFAISCEAU 3) Hypothèse 1 : quand l'être humain utilise un concept affublé d'un adjectif ou d'un attribut pour parler comme les logiciens, c'est que la réalité est le concept est caractérisé par l'attribut contraire. Le développement durable signifie : "développement qui pourrait durer, qui doit durer, sinon on aurait parlé de développement pérenne. C'est quoi le qualificatif de notre développement capitaliste actuel en matière de durabilité ? Hypothèse 2 : notre développement capitaliste actuel est un développement non durable aux incidences irréversibles car les matières premières ne se renouvellent pas, du fait de la nature minérale de celles-ci.
- Le développement durable veut-il dire que le développement dans sa forme actuelle est "non durable" ? Qu'est-ce qui dure dans le développement si la matière première sur laquelle il s'exerce s'épuise ? (Le pétrole s'épuise, les océans sont vidés de leurs poissons, les forêts se réduisent chaque année, les matières premières s'épuisent au point où le cours du zinc est si haut). S'inquiète-t-on de l'exercice même du développement qui saura prendre d'autres formes (informatique, automatisme, domotique, spéculation) ou de l'objet qui permet l'exercice même du développement (matières premières, environnement, l'humain) ? Dans ce cas pourquoi ne s'inquiète-t-on pas du sort de l'être humain qui est le facteur principal du développement ? Quelle est la part du développement durable face au développement non durable ? Si l'on conçoit que la notion de développement épouse bien celle d'irréversibilité, les conséquences du développement ne risquent-il pas de durer plus que le développement lui-même (nous ne prendrons pour exemple que les effets des irradations nucléaires) ?

Si vous avez hoché de la tête ou si vous vous êtes enfin posé les questions que personne ne se pose (cet exercice est difficile car nos esprits sont formatés par des médias tous sont contrôle : on veut vous réduire à l'état de "pur consommateur" ; on pense à votre place pour vous dire ce qui est bien pour vous afin que vous consommiez ce qu'on veut vous faire gober), passez au faisceau suivant.

Manif061207-3.jpgFAISCEAU 4) Y a-t-il une responsabilité collective face au développement durable ou c'est le chacun pour soi qui demeure la règle ? Si tel est le cas, à quoi servent tous ces fatras de forums ? A créer un prétexte pour refiler des sous à Sassou sous forme d'aides au développement durable, de l'argent qui reviendra forcément en France par la voie du détournement ? A réunir des hommes dans une salle afin de dégager encore un peu de gaz carbonique ? Chaque pays exerçant son développement qu'il veut "durable" dans son espace imparti avec des conséquences largement en dehors de ses frontières (Tchernobil), comment concilier l'intangibilité des frontières, des Etats et les enjeux globaux qui ne choisissent pas si un tsunami va se déclencher en Asie ou en Afrique ? N'est-il pas temps de créer un organe responsable du développement durable avec un pouvoir de mesurer l'impact des activités humaines sur le devenir de toute la planète ? Aura-t-il un pouvoir de sanction ou sera-t-il comme les autres un simple organe consultatif  ?

Si vous avez fini de lire le faisceau 4, vous pouvez reprendre une activité polluante normale et surtout si vous n'avez pas trouvé une seule réponse, ne vous inquiétez pas, il y aura bien une génération après la vôtre qui aura à résoudre toutes ces questions si d'ici-là vous ne vivez pas 120 ans et n'assistez pas à la disparition de l'Angleterre et des îles Fidji...


Published by Le lion de Makanda mwan Mizumba - dans Textes universels
commenter cet article
7 octobre 2007 7 07 /10 /octobre /2007 18:09

foudres-de-zeus.jpgQu'est donc la force ? Une énergie mue par une structure en mouvement censée transformer la matière, l'organisme, l'environnement, l'univers. La seule force qui nous intéresse dans l'histoire est la force humaine, une volonté qui laboure le monde, l'environnement et d'autres volontés. Cette force est à la fois mentale, physique, verbale, fiduciaire, instrumentalisée, juridique, dictatoriale. Bref, c'est l'homme qui donne à la force toute sa richesse multiforme. Toutes les forces de la nature ont conduit à la vie qui est aussi une force, celle de la liberté car toute force non vivante est une force aveugle, déterminée.La vie seule possède la faculté d'être une force consciente qui peut s'autodéterminer en agissant avec intelligence si nécessaire. La force de vie ou force libre a la particularité de manier les autres forces, tant qu'elle le peut en toute connaissance de cause.

C'est en suivant patiemment et passionnément cette force qu'elle soit armée ou raisonnée que nous allons construire une nouvelle vision des choses. La thèse que nous soulevons ici est simple : notre système de choses humaines est un imbroglio de forces qui s'efforcent de contrôler le tout  humain ou humanité pour l'expression ultime d'une des formes de la force : la gloire, une force mentale, la sensation d'être au-dessus des autres, d'être plus humain que les autres, le pouvoir, à savoir la capacité de drainer toutes les forces au bon vouloir de sa volonté.  Ce pouvoir que confère la force crée des dieux et il n'y a de dieu que la plus grande des forces capable de tout régir, celle-là même vers laquelle tend tous les grands esprits. il n'est pas étonnant que les Pharaons se prirent pour des dieux, eux qui avaient le pouvoir de maintenir la maat, l'ordre universel, l'ordre cosmique. Mais est-ce possible ? Le système n'est-il pas devenu trop complexe ? Toutes les forces réveillées ne vont-elles pas à la longue détruire l'humanité ?

Du premier cri à la bombe thermonucléaire, en passant par la pierre taillée, la lance, l'argent, etc., nous passerons au crible toutes les manifestations de la force qui est finalement le facteur premier de l'histoire car la raison elle-même en est une. En fait, toute histoire est une histoire de la force. Il n'est donc pas étonnant de comprendre la part que prend l'histoire des guerres dans notre Histoire humaine.

La volonté humaine est la dernière manifestation de la force naturelle, de cette force aveugle devenue force orientée vers un but : la domination de la planète et de l'univers si possible. Seuls ceux qui croient en la magie vous diront que l'on peut dominer les forces de la nature par la volonté. Nous affirmons que seules les forces vivantes peuvent concéder à la volonté.

Chez l’homme, la force  est l'instinct de vie qui aura permis de passer de cro-magnon à homo sapiens sapiens, d'abord contre les éléments puis contre l'homme, son semblable. Force pour fuir le danger par la vélocité des jambes mais surtout, volonté et capacité à se fixer un but, un idéal, un but et d'y orienter toute son énergie. Au début, la force était l'élément premier de la survie puis l'homme développa la force mentale qui lui permit de mieux manier d'autres forces à son profit. Et l'outil était né, et la ruse était née. Nul n'étant certain d'être en tout lieu, en tout temps le plus fort, la force est devenue plus fine, immatérielle en agissant sur la volonté.

La vie implique la violence de prendre celle des autres êtres, de vivre à leurs dépens. La force chez l'homme est devenue au fil des passions, guerres, conflits, oppositions volontaires et physiques. Elle a été instrumentalisée et toute notre histoire est jalonnée de guerres, de cette violence de masse pour la réalisation de la volonté de quelques-uns. C'est de ressort de l'animalité, de ce qui nous reste de cette nature première que nous vient la faculté d'aliéner notre volonté. En raison pure, c'est une chose totalement impensable.

Donc la force n'est pas que physique car nul ne pourrait s'arroger une constance dans le déploiement de son énergie physique. Aussi sont apparues des formes comme le droit afin que la force puisse contenir l'homme en le tenant en tenant sa volonté. Cela s'est manifesté au début par une contrainte sur la vie d'autrui : esclavage, royauté, vassalité, etc.

Notre histoire montre que l'on croit avant tout en la force avant de croire en la raison car l'homme n'est pas un animal  juste en matière de force qui se répartit par ailleurs inégalement dans la nature. L'esprit a donc suppléé aux forces de la chair pour se servir d'abord de la pierre et de l'airain avant de devenir feu nucléaire.

La conquête des mondes s'est faite sur le sang, sur les vies prises à ceux qui refusaient de se soumettre. Elle est partie sur la base d'une estimation des forces chez les peuples qu'on découvrait : la colonisation n'aurait pas été possible si l'Afrique se trouvait à l'heure de la bombe atomique.

De toutes les forces subtiles manipulées par l'homme, il y a la force fiduciaire, celle détenue par une poignée de banques qui tiennent le monde : l'argent, la plus grande injustice, la plus grande inégalité qui n'est pas le fait de la nature mais de l'appétit humain. Nations, Etats, continents sont en fait esclaves de quelques barons de l'argent car ils sont endettés jusqu'au cou.

L'homme a créé un usage de la force appelé travail afin d'accumuler de la richesse en subordonnant son prochain.

Il apparaît chez l'homme que la force est le premier facteur d'injustice entre les nations, entre les hommes, entre les continents. Le droit de veto des nations les plus fortes n'aurait plus aucun sens si toutes les nations de la terre devenaient puissances nucléaires. Aussi, comprend-on pourquoi on veut refuser à l'Iran de s'accaparer du feu nucléaire. La force est une quantité qui se mesure et qui s'apprécie par instinct ou par intelligence et la discussion ou la collaboration n'a pu naître que d'une évaluation de forces jugées égales.

La force nous rappelle que l'homme reste raisonnablement une force animale mue par la volonté de mieux paraître que les autres... La force appelle la force, ne respecte que la force et reste encore et toujours le premier principe dans lequel l'homme croit...  La force aspire à prendre, à posséder, à outrepasser la raison, la volonté.

La force porte en elle tout ce qui transforme  l'univers.  Dieu lui-même ne peut être, s'il est, que la mère des forces...

La force est toute énergie susceptible de dynamiser, d’immobiliser, de détruire, de rassembler, de mouvoir, d’orienter et de reproduire formes, comportements, idées, volontés. En deçà de toutes les forces aussi multiformes soient-elles, se cache la force physique, la force de sa capacité de détruire la volonté. Aussi, se comprend-il que tous les membres permanents de l’ONU sont tous des puissances nucléaires. Le droit lui-même qui prend une de ses formes les plus remarquables dans la démocratie, ne peut survivre que s’il est protégé par l’épée, par le feu nucléaire car trop de tentations guettent et la volonté de puissance est ce qui caractérise le mieux la force volonté. Cette problématique nous conduira vers une interrogation ultime sur la paix. Qu’est donc la paix sinon la force du statu quo ? La paix régnait à l’époque de l’esclavage, paix de menaces ouvertes, paix de tortures. De nombreuses dictatures sévissent dans la paix, paix qui tue, une force silencieuse garantie par la puissance du canon. Aussi doit-on se poser cette question : face à la force qui est avant tout un facteur qui influe sur notre liberté, que doit-on faire ? Se résigner ? Lui opposer la force ? La paix de ce monde est avant tout équilibre des forces. Le temps des barbares n’est pas révolu car il a simplement changé de force. En Irak, c’est en la force que croit d’abord le GI, pas dans le droit car en face de lui, une force de volonté est décidé de lui faire la peau. En Israël, c’est en la force qu’on croit d’abord pour pérenniser une situation qui dure depuis 1947. Ces adeptes de la religion de la force parmi tant d’autres proclament haut et fort être des démocraties.

La conscience des forces qui tiennent nos volontés est pour moi le premier pas vers la philosophie de la force car que l’on ne se trompe pas : CE MONDE NE CROIT D’ABORD QU’EN LA FORCE…

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans Textes universels
commenter cet article

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg