Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 17:20

rogerTamba.jpg

La diaspora congolaise de Lyon déplore la mort d'un de ses membres en la personne de Roger Tamba connu de ses amis sous le surnom de " DE PARIGI" décédé depuis le 9 novembre 2014 au Congo dans la ville de Pointe-Noire. Il laisse une veuve et trois enfants.

L'Association des Congolais du Grand Lyon (ACGL) informe ses parents, amis et connaissances que la famille TAMBA organise demain samedi soir 15 novembre 2014 une veillée en sa mémoire.

Adresse : 24 Avenue Joannes Masset 69009 Lyon (Ligne D : Métro Gorge de Loup).

Contacts : +330664393494/+330474965756.

L'ACGL compte sur la solidarité atavique des Congolais pour venir soutenir la famille.

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 21:28

COMMENTAIRE : Lisez attentivement ce texte. Vous verrez comment Blaise Compaoré a manoeuvré pour rester maître de la situation - même après son départ au travers de Gilbert Diendéré, le patron du régiment de la Sécurité Présidentielle burkinabée. Diendéré, trop proche de l'ancien chef de l'Etat Blaise Compaoré a préféré mettre en avant son adjoint le lieutenant-colonel Isaac Yacouba Zida. A la différence du peuple, le système politique prévoit toutes les hypothèses pour retomber sur ses pieds.


Au Congo, are you ready to face a situation like that ? Déjà qu'il faille la provoquer. LE TEMPS PRESSE. IL NOUS FAUT VOIR PLUS LOIN, PLUS VITE. LE RASSEMBLEMENT DE TOUTES LES FORCES VIVES QUI COMBATTENT LA DICTATURE MISE EN PLACE PAR DENIS SASSOU NGUESSO EST UNE QUESTION DE SURVIE NATIONALE. LAISSEZ VOS EGO DE COTE ET CONSIDEREZ QUE LA CAUSE DU CONGO EST PLUS GRANDE QUE NOS PETITES PERSONNES !

 

CommentDiendereAManoeuvreEnCoulisse.jpg

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 21:12

Repost 0
Published by Marie-Louise Ango - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 14:06

JF_ndenguet-copie-1.jpgIl y a dans ce monde tant de contradictions qui ne sont solubles qu'à la lumière des intérêts qui guident les volontés des maîtres du monde : ressources, espaces, lutte comme le terrorisme, questions migrationnelles, etc. Le Congo appartiendrait à ces pays qui ont signé les conventions d'Interpol et à ce titre, certaines personnalités policières de haut rang bénéficient de privilèges qui leur permettent de participer à certaines discussions cruciales. Le Général Jean François Ndenguet possèderait un passeport international d'Interpol qui lui permet de voyager partout sans visa. Vous avez bien entendu. Sa présence a été certifiée à Monaco où il a séjourné à l'hôtel METROPOLE en compagnie de son épouse Annie et de sa délégation, à Monte-Carlo, un hôtel où la suite coûte 5000 euros la journée. Il serait venu participer à un congrès d'Interpol à ce qu'il paraît.

Le Général Jean François Ndenguet être peut-être recherché en France mais Monaco n'est pas la France et les conventions d'extradition si elles existent en Paris et la principauté de monaco, ne peuvent pas s'appliquer pour le citoyen d'un autre pays mais juste pour un Français à Monaco ou un monégasque en France. Tout ce fatras juridique doit être revu si on ne veut pas que des criminels à col blanc se promènent en toute impunité dans le monde.

Jean François Ndenguet bien que poursuivi par la justice française dans l'affaire des disparus du beach bénéficie d'un statut particulier qui lui permet de se déplacer - sans être inquiété.

Les rumeurs disent qu'il aurait préparé de faux passeports pour lui et toute sa famille mais qu'ils auraient été confisqués et se trouveraient actuellement entre les mains du grand ndzokou lui-même. Une rumeur très difficile à vérifier. Cependant, si elle s'avère fondée, alors des choses graves vont certainement survenir au Congo. Il y a déjà des choses graves qui s'y déroulent déjà comme l'incendie du Casino appartenant à un certain Houdrouge, pourtant ami intime de Denis Sassou Nguesso...

Actuellement, la situation du Congo n'est pas au beau fixe tant sur le plan politique que sur le plan économique. Le prix du baril de pétrole aurait baissé de 30% - ce qui fait des liquidités en moins dans les caisses de l'Etat surtout que l'argent de l'Etat a du mal à atteindre le Trésor Public.

Certaines sociétés étrangères à ce qu'il paraît plieraient bagages pour ne pas avoir été payées - y compris chinoises... Des salaires se font parfois attendre depuis sept mois ici et là. Certains chantiers seraient à l'abandon tandis que d'autres à peine finis commencent déjà à se lézarder comme nous l'avons déjà signalé.

PN_BZ_ROUTE_POURRIE.jpg

L'article d'Elie Smith en dessous peut vous apparaître comme l'expression de la vendetta d'un homme expulsé arbitrairement mais n'oubliez pas qu'il s'agit d'un journaliste qui essaie de faire son travail avec beaucoup de sérieux.

Pourquoi diable Denis Sassou Nguesso a-t-il maintenu Jean François Ndenguet au sommet de la police nationale congolaise depuis 1997 ? Quelques réponses ont été apportées par Elie Smith mais elles ne nous paraissent pas suffisantes. Il y a d'autres Mbochis, d'autres violents, d'autres personnages du même acabit. S'il est l'épine dorsale du système, cela veut dire que c'est peut-être à l'heure actuelle l'homme le plus dangereux du Congo. Même pour Denis Sassou Nguesso lui-même qui doit se souvenir de ce qu'avait dit feu le commandant Marien Ngouabi : " Un homme qui n'est rien, tu le prends, tu le hisses très haut ; il devient vite très dangereux..." SI ON N'Y PREND GARDE, JEAN FRANCOIS NDENGUET POURRAIT ETRE TRAIT POUR TRAIT, COIFFE POUR COIFFE, LE PROCHAIN "DENIS SASSOU NGUESSO" DU CONGO. C'EST UN TIGRE ET LES TIGRES EN PLUS D'ETRE REDOUTABLES, SONT PATIENTS ET ATTENDENT LEUR HEURE POUR BONDIR SUR LA PROIE. TIC TAC, TIC TAC...

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 01:07

JF_ndenguet.jpgLe Général Jean François Ndenguet est peut-être l’officier qui aura été le plus longtemps chef de la police congolaise. Il est à la tête de cette institution depuis 1997. Mais la plupart des officiers ne l’apprécient pas car ils pensent que sa nomination ne s’était pas faite en fonction du mérite mais sur une base d’appartenance tribale, et aussi en récompense pour son rôle présumé dans le renversement – en 1997 – du deuxième président démocratiquement élu du Congo, le Professeur Pascal Lissouba.

Le premier président démocratiquement élu du Congo était le Révérend Père Fulbert Youlou. Même loyalistes inconditionnels du Président Denis Sassou Nguesso ont des doutes sur le rôle joué par le général Jean François Ndenguet pour le retour au pouvoir de leur héro en 1997. Ceux qui doutent de sa loyauté disent que tout ce que Ndenguet, était de prendre part, en 1999, au massacre du Beach, le massacre des réfugiés congolais rentrant d'exil de la RDC.

Le Général Jean François Ndenguet était un ancien responsable du service d'immigration et avait également travaillé à l'ambassade du Congo à Kinshasa. Quelle a été sa fonction à l'ambassade du Congo à Kinshasa ? Sur cette question, les détails sont encore très vagues.

C’est un homme affable qui aime prendre soigner son apparence comme si il était un mannequin. L'autre chose avec Jean François Ndenguet, c’est qu’il n'a pas de personnalité. Outre le fait de se prendre pour un modèle, il passe aussi son temps à essayer de ressembler au président Denis Sassou Nguesso. Mais derrière son sourire, son air charmant et ses sombres lunettes de soleil, le chef de la police congolaise est un homme violent qui, néanmoins, tient ses promesses, et il est ponctuel.


Style KGB 

Il a un complexe d'infériorité caché qui s’affiche chaque fois qu'il rencontre des personnes instruites, peut-être parce qu'il est conscient d’avoir sous sa responsabilité des officiers plus instruits et mieux formés que lui-même.

Pour impressionner les personnes instruites qu’il rencontre, il aime agrémenter ou assaisonner ses conversations en citant des célèbres philosophes français. Il fonctionne comme un agent du KGB, ayant des indicateurs infiltrés disséminés un peu partout, écoutant les conversations de ses collègues ainsi que celles des journalistes. Il adore enregistrer des conversations téléphoniques. Il aime également élaborer des conspirations contre ses rivaux, il voit des menaces partout et il est très zélé. Il n'aime pas non plus les journalistes indépendants et la liberté de la presse. Il déteste les Occidentaux, surtout les Français et les Américains, il n’aime pas non plus les ONG ou les organisations des droits de l’homme.

Pour lui, chaque journaliste indépendant est un espion. En réalité, il a peur qu’un journaliste libre et indépendant puisse découvrir ses actions néfastes dans la ville et dans tout le pays. Dans chaque salle de rédaction, il a un ou deux journalistes qui lui rapportent directement tout ce qui est dit à propos de lui et de la police. Il espionne aussi tous les dirigeants politiques, qu'ils soient du parti au pouvoir ou de l'opposition.

Cependant, les personnes pour qui il a un grand intérêt sont les leaders de l'opposition dont les conversations téléphoniques sont constamment enregistrées. Il aime que n’importe qui ou n’importe quelle institution, au Congo, soit attaqué par la presse, ou fasse l’objet d'enquête médiatique, mais pas la police. Il est un manipulateur professionnel, il finance les mouvements syndicaux et il veut tout contrôler, juste pour montrer qu'il est indispensable.

Intimidation

Le 31 Janvier de cette année, il a demandé au colonel Bakala Mayinda, le responsable du service spécial de la police, de me contacter par téléphone pour un interrogatoire. Il était environ 14 heures et quand je suis arrivé au bureau du colonel, il m'a dit que je devrais cesser de critiquer la police. Mais M. Bakala était un officier aimable et professionnel ; il n'a jamais voulu exécuter, à la lettre, les ordres de son patron parce qu'il estimait qu’ils étaient sans fondement. Cela signifie simplement que tous les agents qui travaillent au sein de la police congolaise ne sont pas auteurs de violations des droits de l'homme.

Prenant part comme contributeur dans un programme matinal appelé « Ça Discute Le Matin », diffusé sur MNTV et animé par Gustelle Klaire, j’avais eu des propos élogieux concernant le colonel Gérard Yengo, l'auteur du livre sur l’influence négative des églises évangéliques au Congo ; et j’avais aussi complimenté le colonel Jean Aive Alakoua, ce qui n’était pas du goût de Jean François Ndenguet qui en était furieux.

Je ne savais pas que Jean François Ndenguet avait une aversion pour ces deux officiers. Quoi qu'il en soit, ce que j’avais dit ne justifiait pas sa colère, car je disais que ces colonels étaient d’excellents officiers qui étaient à la maison à ne rien faire. C’était vrai et ça l’est encore aujourd'hui.

Puis le même jour, un de mes collègues, dont je ne vais pas mentionner le nom, m’a appelé pour me dire que, le directeur du cabinet de Jean-François Ndenguet, le dénommé Oxance Langa, lui avait demandé de dire que: si je (Elie Smith) disparais, ce serait une bonne chose, en d'autres termes, Jean François Ndenguet voulait ma mort ou complotait mon assassinat. Je l'ai pris au sérieux, car il y a déjà eu deux journalistes congolais qui ont perdu leur vie dans des circonstances mystérieuses dans ce pays ; il s’agit de Bruno Ossebi, brûlé dans sa maison avec ses deux enfants, et le second c’est Joseph NGOUALA.

bourreau pour ses voisins

Jean François Ndenguet aime la popularité et s’est autosurnommé : Tigre. Il est violent, bat régulièrement sa femme, il aime la musique et les musiciens de la RDC. Alors qu'il n’est pas respecté par les autres officiers qui le considèrent comme un lâche, ses amis d'enfance le décrivent comme rusé, fier et violent.

A propos de la supposée lâcheté du général Jean François Ndenguet, un officier de police a déclaré, lors du procès du colonel Marcel Ntsourou, qu’il (Jean François Ndenguet) avait partiellement pris part au complot qui avait occasionné la chute du colonel Ntsourou, après les explosions survenues le 4 mars 2012, dans un dépôt de munitions au nord de Brazzaville. Jean François Ndenguet avait été convoqué par les juges afin qu’il aille donner son témoignage sur ce qu'il savait contre le colonel Marcel Nstourou. Au lieu d'aller témoigner devant le tribunal, il avait plutôt décidé d’aller se réfugier dans son village, demandant à un autre officier de police d’aller le représenter.

La personne ou l'agent de police qui m'a donné cette information pense que c’était un acte de lâcheté. Mais moi, je pense que ça ne l'était pas. Je pense qu’il s’était juste comporté comme le félin qu’il se dit être.

Ses espoirs, et c’est ce qu'il dit à qui veut l'entendre, c’est qu’il veut devenir soit le ministre de la sécurité intérieure, soit le ministre de l'Intérieur. Le Général Jean François Ndenguet, comme la plupart des officiers de l'armée et de la police congolaise, est un homme d'affaires qui utilise sa position pour extorquer des hommes d'affaires et des investisseurs.

Homme fier

C’est un homme très fier qui aime le m’as-tu-vu. Une fois, il m'avait emmené visiter son immense manoir en cours de construction dans le quartier populaire de Ouenzé, et il m'avait dit : « ça c’est 30 ans de travail acharné et j’attends ma retraite ». Et dans son style, toujours menaçant, il m’avait dit : « je t’expulserai de ce pays, si jamais, dans le cours de ton travail, tu touchais la police. » Et il avait ajoute : « je suis l'épine dorsale de ce régime. »

Tandis qu'il vit dans l'opulence, ses voisins, eux, sont dans une pauvreté abjecte et ils ont terriblement peur de lui parce qu'il les terrorise. Comme un vrai costaud qui tourmente ses voisins, il a parfois des petits instants de gentillesse et a ce moment, il ouvre sa porte pour organiser des fêtes pour les pauvres. Ils ne peuvent pas refuser parce qu'ils sont pauvres, et le refus de prendre part à ces fêtes signifierait que vous êtes contre lui. De temps en temps, il ferme les rues menant à sa maison avec pour prétexte, sa sécurité. Pour pouvoir se rendre à leur domicile, ses voisins sont contraints de parcourir de longues distances, mais personne n’ose se plaindre.

Le mépris pour les enfants

Le Général Jean François Ndenguet n'a aucun respect pour les politiciens, qu'ils soient du parti au pouvoir, le Parti Congolais du Travail (PCT) et ses sociétés affiliées ou de l'opposition. Les autres personnes qu'il ne respecte pas – ce qui est un paradoxe – sont les membres de la famille du président Denis Sassou Nguesso. Il a un mépris particulier pour les enfants du président, et il le dit haut et fort à qui veut l’entendre, déclarant que les enfants du président de la République sont des "bons-à-rien", et qu’il les mettra sur la bonne voie dès que leur père ne sera plus là. Quoi que cela veuille dire, il n’y a que Jean François Ndenguet qui puisse l’expliquer. Jean Dominique Okemba est la seule personne et membre de la famille du président pour qui il a une once de respect.

Son respect pour Jean Dominique est dû au fait que lui, Jean François Ndenguet, est ce qu'il est aujourd'hui grâce à M. Okemba, un neveu éloigné  du Président de la République et le secrétaire général du Conseil national de sécurité. L'once d'égard que Jean François Ndenguet a pour Jean Dominique Okemba est actuellement en diminution, car il dit clame partout que c’est lui qui fait tout le travail pour Jean Dominique Okemba, en d'autres termes, il prétend que Jean Dominique Okemba est incompétent. 

Il a ruiné la réputation de la police

Opportuniste comme un félin, il a néanmoins deux portraits géants dans son bureau. A sa droite retrouve celle de Jean Dominique Okemba, et à sa gauche celle du président Denis Sassou Nguesso. Raymond Mboulou Zépherin est le ministre de l'Intérieur et son patron de facto, mais Jean François Ndenguet ne le respecte pas. Il est celui qui prend les décisions et le ministre exécute. Jean François Ndenguet est devenu si puissant qu’il a créé une unité spéciale de la police au sein de la police nationale. Son unité de police spéciale a pour sigle GRB. Ils prennent leurs instructions directement de lui et non du ministère de l'Intérieur, et au poste de police de Ouenzé Madzandza, considéré comme son poste de police privé, là où se déroulent viols et exécutions sommaires, il a fait construire un bâtiment spécial pour abriter son unité ou milice privée.

Il a ruiné la réputation de la police à un tel point que n’importe quel résident du quartier Ouenzé Madzadza et des alentours vous dirait que tous les vols à main armée dans la ville et d'autres crimes violents tels que le viol sont organisés par Jean François Ndenguet.

Apparemment, sa nature espiègle serait connue du Président de la République.

Un proche du président m’avait dit un jour, qu’en  plaisantant, le président avait déclaré que la raison pour laquelle il a permis à Ndenguet de rester si longtemps à la tête de la police était parce que, étant lui-même un criminel, Ndenguet sait comment combattre le crime et que, même les toxicomanes connaissent Ndenguet, car lui aussi est un consommateur de drogues.

Que le président ait juste été sarcastique ou non est une tout autre histoire. Mais la raison pour laquelle le président permet à une personne aussi corrosive d’être à la tête de la police, une personne qui ternit la réputation du pays et de la police, dépasse tout entendement.

Mais ce que le président n'a pas dit ou ne sait pas, c’est que chaque fois que le général Jean François Ndenguet est informé des plans tendant à le démettre de ses fonctions, en tant que chef de la police, il y a une augmentation de vague de criminalité dans le pays, surtout dans les villes de Brazzaville et Pointe Noire. Jean François Ndenguet fonctionne comme un pyromane et un pompier en même temps.

Ambitieux 

Quand je travaillais au Congo, avant mon expulsion, deux policiers travaillant pour l'aile judiciaire de la police sont venus dans mon bureau et m'ont présenté un mémorandum détaillant le criminel modus operandi de Jean François Ndenguet. Ils ont écrit dans leur mémorandum que leur patron avait une équipe de policiers spécialisés dans les vols à main armée et des assassinats. Ils ont également dit que les personnes tuées par la police étaient transportées au nord de la ville de Brazzaville et jetées dans un fleuve appelé Lefini. Je ne sais pas si ce qui a été écrit dans le mémorandum était vrai ou pas. Mais je ne pense pas non plus que ces deux personnes viendraient jusque dans mon bureau juste pour monter un complot contre leur patron.

Quoi qu'il en soit, dans la ville de Brazzaville, tout le monde sait qu’il est celui qui met en scène la plupart des vols armés.

Le chef de la police congolaise est tellement obsédé par la popularité qu’il agit de manière populiste comme s'il était un politicien. Le 16 Septembre, six jours après le vol à main armée dans ma maison, je suis allé le voir dans son bureau sur son invitation. Il m'a dit que les Congolais ordinaires l’aiment et que seule l'élite corrompue le haïssait.

Dans sa quête de  popularité, et aussi pour préparer le terrain pour sa carrière politique civile, il a essayé de diriger plusieurs clubs locaux de football. Bien que tribaliste, méprisant les Congolais du sud, en particulier ceux de la région du Pool, il voulait diriger une équipe de football mythique du sud de Brazzaville appelée Diable Noir FC, sans vergogne. Après avoir échoué dans sa tentative de diriger le Diable Noir FC, il a essayé de gérer deux équipes de football du nord de Brazzaville, à savoir, l'Etoile et Cara.

Le pire c’est que le général Jean-François a maintenant des ambitions présidentielles et pense qu’il succédera au président Denis Sassou Nguesso en 2016.

 

                                                          Par ELIE SMITH

Texte traduit par une lectrice de DAC PRESSE

Repost 0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 10:05

PATRICK ERIC MAMPOUYA A CERTES ETE LIBERE MAIS IL DEPLORE LA PERTE DE SES OBJETS PERSONNELS LAISSES ENTRE LES MAINS DE LA POLICE QUI GAGNERAIT A LES LUI RESTITUER...

Réunis pour organiser leur assemblée générale au domicile de Clément Mierassa à Brazzaville, les membres du Mouvement Congolais pour le Respect de l'Ordre Constitutionnel ont été arrêtés en toute violation des droits fondamentaux inscrits dans la constitution du 20 janvier 2002. Nous assistons depuis quelques jours à des libérations sélectives - alors que tout le monde devait être libéré au même moment puisque tous ont participé à la même réunion privée. Pourquoi garder certains en prison en parfaite illégalité - alors que certains sont libres ?

Nous venons d'apprendre que pour Patrick Eric Mampouya et le reste, le système crapuleux qui s'est érigé au sommet de l'Etat congolais exige qu'ils abandonnent toute activité politique et qu'il faille pour qu'ils sortent qu'un document l'attestant soit signé - par un membre de leur famille et par eux-mêmes.

C'est inacepptable et intolérable. D'un côté on excite la base du PCT au nom de la liberté de se prononcer sur un débat qui n'a pas lieu d'être, de l'autre on veut écarter des citoyens qui s'opposent au système en disant NON au changement de la constitution.

Ce chantage grotesque sortie de prison contre abandon de la politique nous ramène à l'époque du fascisme ou du nazisme et ne peut en aucun cas être accepté...

Il faut que monsieur Denis Sassou Nguesso se rende compte que ce n'est pas un bout de papier qui arrêtera la détermination d'un Patrick Eric Mampouya. NOUS EXIGEONS LA LIBERATION IMMEDIATE - SANS CONDITION DE NOS COMPATRIOTES.

Que monsieur Denis Sassou Nguesso sache que le monde entier a les yeux tournés en direction du Congo. Les écarts entre les discours et les actes démontrent que ce régime tatillon n'est plus crédible et que nous assistons aux derniers soubresauts d'un système à l'agonie.

TOUT CONGOLAIS A LE DROIT DE PARLER DES PROBLEMES POLITIQUES DE SON PAYS. IL EST ABUSIF DE VOULOIR INTERDIRE A DES CITOYENS D'INTERFERER DANS LA POLITIQUE DE LEUR PAYS.

Comment peut-on croire un instant que ce parti de sauriens de l'Alima qu'est le PCT recherche le consensus quand il viole les libertés primaires ? NOUS DEMANDONS A TOUT CONGOLAIS DIGNE DE CE NOM DE NE PAS CAUTIONNER LA BARBARIE POLITIQUE DE DENIS SASSOU NGUESSO ET DE JEAN-FRANCOIS NDENGUET.

Monsieur Denis Sassou Nguesso, ce n'est pas en arrêtant et en faisant du chantage sur vos citoyens que vous réussirez à nous faire peur. NOUS AVONS ASSASSINE LA PEUR. BIENTOT, VOUS VOUS RETROUVEREZ EN FACE DEMONSTRES DE VOLONTE ET DE DETERMINATION.

Le Congo a besoin d'une transition politique apaisée. Il n'est trop tard pour que vous le compreniez.

A PATRICK ERIC MAMPOUYA ET LES AUTRES : " VOUS N'ETES PAS SEULS. TENEZ BON " ! 

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 09:24

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 09:08

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 14:55

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 14:00

BannièreDernièrePeupledoitPrendrePouvoirMonsieur Jean-Pierre Manoukou-Kouba : votre réunion des crocodiles à peau grasse et épaisse, comme vous, a accouché d'une volonté de passer par votre base pour exciter un débat qui n'intéresse pas le peuple congolais dans son ensemble : NOUS N'ENTENDONS PAS DISCUTER ENCORE MOINS MODIFIER OU CHANGER QUOI QUE CE SOIT SUR LE PLAN CONSTITUTIONNEL ET VOTRE SQUELETTIQUE BASE N'A PAS DE POUVOIR A ORDONNER OU A EXCITER UNE DECISION AUSSI GRAVE QUI NE PROFITERAIT QU'A UN SEUL INDIVIDU - CE QUE MEME ALAIN AKOUALA ATIPAULT REJETTE (lire article le concernant avec ses écrits sur Facebook).

En interpellant votre base auprès de laquelle vous recherchez un consensus - car ce n'est qu'à ce niveau que vous pouvez - à coups de millions de francs cfa espérer un consensus monnayé pour aveugler les consciences, vous indiquez que même auprès d'elle, il n'y a pas consensus. On ne peut chercher quelque chose que l'on a déjà.

Nous sommes pour notre part déjà dans une logique consensuelle qui dit : "on ne discute de rien, on ne modifie, ni ne change rien dans le projet constitutionnel". Denis Sassou Nguesso ne doit pas chercher à se dédouaner sur la base du PCT, le parti de Marien Ngouabi qu'il a assassiné. Les vrais militants de ce parti veulent son départ. Il ne trouvera  même pas de consensus auprès de sa mouvance présidentielle.

QUE LES VENTRIPOTENTS ECAILLEUX QUE VOUS ETES COMPRENNENT BIEN : TOUT CE TRALALA NE RIME A RIEN ! DENIS SASSOU NGUESSO NE DOIT PAS LAISSER A AUTRUI LA RESPONSABILITE DE SON PUTSCH CONSTITUTIONNEL. Je vous ai dit : " Que celui d'entre-vous qui n'a pas volé un seul franc cfa lance la première sottise". Vous avez opté de vous cacher derrière votre base.

Vous arrêtez tous ceux qui veulent entendre une voix discordante et vous osez parler de consensus ! Patrick Eric Mampouya et les autres membres du Mouvement Congolais pour le Respect de l'Ordre Constitutionnel n'ont pas eu le droit de débattre librement de la constitution parce qu'ils sont contre toute idée de changement. De votre point de vue, seuls ceux qui sont pour cette manipulation ont droit au chapitre. Ca ne se passera pas comme ça.

IL Y A UN CONSENSUS NATIONAL SUR LEQUEL NOUS SOMMES TOUS D'ACCORD : DENIS SASSOU NGUESSO DOIT SORTIR PAR LA PORTE CONSTITUTIONNELLE. POINT !

Monsieur Manoukou-Kouba, vous ne défendez en fait que vos ascaris : c'est votre propre position sociale avec accès à l'argent facile que vous défendez à travers la recherche du maintien de Denis Sassou Nguesso aux afffaires louches de la république.

Le PCT n'est qu'une bande d'escrocs doublés de criminels en tous genres. Vous avez assassiné Marien Ngouabi deux fois pour toutes mais son sang crie : "Vengeance" !

CETTE AFFAIRE AVANT D'EN ARRIVER A QUELQUE TENTATIVE DE HOLD-UP, JE PARLE DE LA REVISION AUTORISEE, NE CONCERNE SELON LA CONSTITUTION, QUE DENIS SASSOU NGUESSO OU L'ASSEMBLEE NATIONALE. QUE VIENT FAIRE LA BASE DU PCT LA-DEDANS ? ELLE POURRA PARLOTER DES JOURNEES ENTIERES QUE SA PAROLE NE VAUDRA QUE DU VENT. C'est minable de prétendre servir un peuple et de n'aller rechercher du réconfort que chez ceux qui bénéficient des droits de tous transformés en privilèges ! CHANGEZ DE STRATEGIE : CELLE QUE VOUS AVEZ CHOISIE NE VAUT PAS UN CLOU. COMME CELLE DES PSEUDO-SAGES...

Que Denis Sassou Nguesso jette la première pierre sur la porte constitutionnelle s'il en a le courage. DANS CETTE AFFAIRE, NOUS ATTENDONS QU'IL APPUIE SUR LE DETONATEUR. LE RESTE N'EST QUE GRIMACES ET DIVERSION... .



 

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg