Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 22:59

COMMENTAIRE : Ce message vient de membres de la Force Publique représentés par un bureau spécial - du collectif des officiers, sous-officiers et hommes de rangs en retraite et en activité de classes/promotions de 1979 à 1989 - qui utilise votre espace démocratique pour envoyer un message aux autorités congolaises compétentes (ministres de tutelle) afin qu'elles puissent apporter une réponse aux revendications qui semblent légitimes de certains de nos soldats et de nos policiers. La  discrimination semble sévir même au sein de nos forces publiques ; ce n'est pas nouveau - nous y voyons un relent d'ethnodiscrimination comme d'habitude. Nous ne faisons que passer le message en espérant que cette situation trouvera rapidement une réponse appropriée...


                         *   


Peux-tu publier cet info sur ton blog ?

Avis de mécontentement Destinataires : -- Ministère de la défense nationale -- Ministère de l’intérieur et de la décentralisation

Objet : revendications aux fins de reconstitution de carrières et rétablissement de soldes

Le bureau spécial du collectif des officiers, sous-officiers et hommes de rangs en retraite et en activité de classes /promotions de 1979 à 1989 de la Force Publique Congolaise, après débats contradictoires et libres tenus en urgence le mardi 28 octobre 2014 (via internet-skype), et de commun accord, décide d’informer les ministres de tutelle de notre mécontentement suite aux refus de l’administration militaire de reconstituer nos carrières et de rétablir nos soldes.

Attendu que nous avons épuisé toutes formes de recours officiels et règlementaires tels que prévus par la Constitution Congolaise en vigueur.

En rappel : Nous avons porté cette affaire devant le Tribunal de Grande Instance de Brazzaville, après de multiples requêtes règlementaires ; le jugement rendu en la circonstance en date de 17 mars 2006 est en notre faveur condamnant l’Etat Congolais. En vain. La Cour d’Appel de Brazzaville a rendu un arrêt numéro 11 en date du 26 mars 2007, en vain. Le Médiateur de la République a été saisi par nous en date du 5 juin 2009. En vain. L’inspecteur de la marine nationale en service à l’inspection générale des armées et gendarmerie a reçu le bureau du collectif le 09 janvier 2013, puisque le premier bureau fut corrompu par la commission de révision des carrières administratives mise en place par la note de service numéro 0216/PR/MDN-CAB du 23 janvier 2013.

Les membres corrompus de ce bureau de révision des carrières sont :

  • Colonel MONGO Pierre,
  • Colonel KINZONZI BASSOUMBA Prosper,
  • Colonel SABA Bernard,
  • Colonel MASSOUKOU Louis Roland,
  • Capitaine de vaisseau EKOULA Médard,
  • Colonel de police MOUKO Alain Christian,
  • Colonel ONDZIE Félix,
  • Colonel OBE Anatole,
  • Capitaine BAHANA Elisabeth.

 

  Les corrupteurs sont :

  • POUTOUKOU Joachim,
  • YOKA Boniface,
  • NGALOUO Bernard,
  • et SOMBO Léa.

 

Actuellement, plusieurs personnels sont renvoyés chez eux après un stage à l’école nationale de police. C’est un désordre également. Plusieurs agents ayant purgé leurs peines sont sans soldes. C’est un désordre.

NOTRE MECONTENTEMENT EST GENERAL. NOUS PROTESTONS CONTRE CETTE MAUVAISE MANIERE DE FAIRE DE LA HIERARCHIE PARTIALE QUI EST COMPLICE PAR SA PASSIVITE.

DEMANDONS QUE NOS SOLDES SOIENT RETABLIES ET NOS CARRIERES RECONSTRUITS AVEC EFFET RETRO-ACTIF DANS LES MEILLEURS DELAIS POSSIBLES.

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 18:20

Blaise Compaoré au pouvoir depuis 1987 au Burkina-Faso arrive à la fin de son mandat présidentiel se terminant en 2015. Cependant, si le parlement favorable à ce dernier décide de voter la révision de la constitution, il pourra poursuivre son règne sans partage sur le Burkina encore sept ans voire plus. Après demain, les députés burkinabés vont examiner le projet de loi qui permettra à Blaise Compaoré de s'ouvrir la porte constitutionnelle pour un autre mandat de sept longues années ou de quitter la scène politique si les députés suivent les injonctions du peuple.

Jeudi 30 octobre 2014 pourrait bien être un jeudi noir si le peuple envahit à nouveau les rues. Il est à peu près certain que de nombreux commerces seront fermés pour éviter des pillages et des saccages. Nous avons appris que les députés burkinabés auraient reçu chacun au moins 55 millions de francs cfa pour faire pencher la balance du côté de la dictature. Il est évident que si la loi passe, le peuple envahira les rues et il est à prévoir qu'il y aura de la casse. Sauf si le peuple burkinabé refreine ses ardeurs et contient son mécontentement.

Blaise Compaoré a disposé des policiers partout avec gilet pare-balles sous le chaud soleil de Ouagadougou. Cependant, ils ne pourront pas protéger tout le monde.

Nous venons d'apprendre que les parents des parlementaires ont été menacés d'être décapités par des citoyens hostiles si les députés de la majorité présidentielle - renforcée par le ralliement de l'ADF/RDA avec dix-huit nouveaux députés - votaient la révision de l'article 37 ouvrant la voie d'un troisième mandat à Blaise Compaoré. Au niveau du parlement, les dés semblent avoir déjà été jetés car avec 99 députés favorables à la révision de la constitution, Blaise Compaoré est presque certain de poursuivre sa carrière de dictateur...

Nous suivons ce bras de fer entre le peuple et le dictateur avec beaucoup d'attention. Si la dictateur gagne, les Sasssou, Kabila et consorts se diront qu'il est possible de se jouer du peuple pour se maintenir au pouvoir - juste en jouant sur le terrain institutionnel. Par contre, si Blaise Compaoré échoue, cela pourrait constituer un précédent que de nombreux peuples chercheront à imiter. Certains au sein de son parti le CDP ont rejoint l'opposition. Le jeudi 30 octobre 2014, le pays s'embrasera ou la joie explosera. Wait and see..

Manif-contre-la-modification-de-la-constitution-a-Ouagadou.jpg

 

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 20:04

Face à un HOMME FORT, par défaut d'INSTITUTIONS FORTES, il faut UN PEUPLE FORT. En fait, il ne devrait y avoir que de PEUPLE FORT mais pour cela, il doit être uni autour d'une même cause car si le peuple est faible, cela renforce l'HOMME FORT qui peut tenir les institutions à la baguette - les rendant ipso facto faibles. Le pouvoir donne l'impression que toutes les institutions dont il décide le placement des têtes à leur sommet lui sont redevables en dépit de la séparation des pouvoirs (EXECUTIF, LEGISLATIF).

L'Afrique peine à entériner l'idée que le pouvoir appartient au peuple et, cela dit, elle ne peut réagir qu'en PEUPLES FAIBLES. Il y a une explication à cela mais nous n'en disserterons pas ici pour ne pas allonger le texte inutilement.

Nous avons les yeux braqués du côté du Burkina-Faso où le face-à-face entre le peuple et le dictateur "démocratiquement élu" Blaise Compaoré - a commencé. Il a tout de même fallu attendre vingt-sept ans ! Blaise Compaoré veut rempiler pour un autre mandat - au mépris de sa constitution - qu'il doit trouver "faible" de toute façon, elle ne peut se défendre toute seule, la pauvre constitution ! Il veut passer par l'assemblée afin de faire voter une loi rendant possible l'organisation d'un référendum qui lui permettrait de poursuivre son règne sans partage maculé du sang de son ami Thomas Sankara commencé il y a de cela vingt-sept ans.

 Ce qui se passe au Burkina nous intéresse car un changement de constitution se profile aussi chez nous en 2015 - selon la Lettre du Continent. L'opposition peuple/dictateur au Burkina aura un vainqueur et, cette victoire inspirera soit les peuples africains, soit les autres dictateurs.

Blaise Compaoré a demandé à la France et aux Etats-Unis de ne pas se mêler du linge sale burkinabé que le peuple veut laver dans la rue mais que le beau Blaise veut badigeonner à la poudre référendaire. Reste à savoir s'ils l'entendront de cette oreille, eux qui le considèrent comme un "gouverneur noir"- même si la nature des dictatures a un peu évolué : elles sont devenues un peu plus autonomes. En effet, si le peuple envahit les rues, pendant plusieurs jours, sans nul doute, pour la préservation de leurs intérêts, Blaise Compaoré sera remplacé par un autre "gouverneur noir". Pour calmer le peuple...

Il est admirable que les C.R.S. du Burkina Faso laissent passer le peuple dans les rues sans le brutaliser.  De toute façon, il y a un certaine dimension populaire qui inspire le respect : LA TAILLE FAIT LA DIFFERENCE COMME VOUS LE VERREZ SUR LES PHOTOS (Merci à P.O.).Ce peuple doit être respecté et surtout, la police n'est pas là pour protéger les dictateurs. Pas plus que l'armée et la gendarmerie. Enfin, c'est ce que l'on prétend. Cependant, mon amie C.N. qui se trouve en ce moment au Burkina m'a dit que la route qui donne accès à la présidence de la république était fermée à la circulation.

J'apprends à l'instant que demain, au Burkina, sera organisée une journée morte sur toute l'étendue du pays. Si les choses dégénèrent, la France, me signale une amie, a déjà prévu de rassembler ses ressortissants à l'ambassade de France. Il y a des attroupements devant les stations services presque toutes fermées, les gendarmeries, les prisons... Le pays des hommes intègres nous montre le chemin, chers compatriotes. Aucun dictateur ne peut vaincre un peuple qui se lève et qui reprend ses droits et son POUVOIR !

Soit 100% du pouvoir. Il appartient au peuple. Cependant, si le peuple l'abandonne entièrement par aliénation au point de n'en posséder que 0%, le dictateur et les institutions doivent donc se partager les 100% du pouvoir. Si les institutions prennent 0%, les 100% du pouvoir vont au souverain. Il faut donc faire en sorte de les lui reprendre. La règle est simple : 10% du peuple se lève, le dictateur perd 10% du pouvoir. Si 100% du peuple se lève et décide de (re)prendre le pouvoir, il ne reste que 0% du pouvoir au dictateur et là, soit il capitule, soit il prend la fuite ; ce qui revient à la même chose... PEUPLES D'AFRIQUE ET D'AILLEURS, PRENEZ LE POUVOIR ! 

PeupleBurkina.jpg

Burkina_Revolution.jpg

Burkina3.jpg
Burkina_4.jpg
Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 12:25

A chaque mort, il y a comme un éclair de lucidité qui traverse ceux qui sont restés. Oui, la mort blanchit le mort mais elle illumine parfois les vivants qui perçoivent la réalité et l'avenir avec plus de clarté. Voici une vidéo recommandée par un ami qui m'a paru très instructive car les messages des amis de lutte du défunt Honorable Willy Matsanga en disent long sur leurs ressentiments et sur leurs appréhensions (voir les parties appropriées si nécessaire).

La mort de Willy Matsanga vient ponctuer celle de nombreux autres guerriers de haut vol comme "Chien Méchant". Les anciens combattants sortent les tenues pour honorer le combattant Matsanga et se demandent tout haut : " Demain, à qui le tour ? " Ils reconnaissent en même temps avoir fait le pouvoir actuel pour que juste quelques individus en profitent. Ils savent aussi que Matsanga mort, le pouvoir va essayer de récupérer l'arsenal qui pourrait avoir été caché par le défunt en sa qualité de chef de guerre. Ses frères de lutte avertissent que ceux qui trahiront auront le sort des traîtres : la mort car le pouvoir finira par les exécuter pour qu'ils se taisent à jamais.

Pour la petite histoire, après les événements de 1997, plusieurs combattants ayant participé à la victoire de Denis Sassou Nguesso avaient obtenu d'être envoyés en France en guise de récompense. Peut-être une façon habile d'éloigner les plus belliqueux. Vous avez lu dans un récent article que Denis Sassou Nguesso a fait revenir nombre d'entre eux. Vous imaginez facilement pourquoi...

Au-delà de ces préoccupations toutes politiques, il y a des craintes quant à de possibles mutilations pratiquées sur le corps du défunt à des fins fétichistes comme ce fut le cas pour Pierre Anga dont les parties génitales furent prélevées et bien d'autres. Le retour du corps de Willy Matsanga au Congo s'annonce donc explosif. De toute façon, le ndzokou n'a pas fini de nettoyer sa forêt : il y a encore des têtes qui doivent tomber avant 2016. Dans la forêt, il est connu que l'éléphant abat toujours plusieurs arbres lorsqu'il veut se frayer un passage...

 

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 17:02

COMMENTAIRE : L'élite politique au pouvoir genre P.C.T. et associés ou jouant à la fausse opposition au Congo-Brazzaville appartient - tous autant qu'ils sont - à la franc-maçonnerie, loges à part, chacun pour son tablier. Sassou, Dzon, Okemba, Tengo et les autres savent régler leurs problèmes autour de l'équerre et du compas sous le maillet quand il le faut. Les mots doux se glissant sous le tablier. Les ordres aussi. L'argent de la corruption aussi. Comme la coutume veut qu'en Afrique noire, le chef de l'Etat s'agenouille d'abord devant Eblis avant de cracher sur le peuple, le pouvoir ne peut se jouer sans que les tripointés apportent leur lumière et leur bénédiction. Cependant, la lumière est mi-blanche, mi-sombre : tous les francs-maçons ne sont pas d'avis à changer la constitution. Denis Sassou Nguesso, grand maître de la GLC peine à convaincre tout le monde. Pour le moment. Question d'attendre ce que diront les maisons-mères à Paris. Le trône se trouve peut-être au palais présidentiel, l'ancien palais du gouverneur mais la bouche qui dicte la façon de s'sseoir sur le fameux fauteuil se trouve à Paris...

 

SASSOUDIVISEFL.jpg

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 12:48

RECTIFICATIF PROGRAMME DE LA JOURNÉE DU 1er NOVEMBRE 2014 à Lyon

Le samedi 1er Novembre 2014, se tiendra l’HÔTEL IBIS LYON PART DIEU à Lyon, la convention pour la dynamique du Rassemblement, le respect de la constitution le dialogue et la paix.

Y sont conviés :

Les représentants de la société civile congolaise, les chefs d'entreprises, les artistes, les universitaires, les politiques engagés pour la restauration de la démocratie au Congo.

------------------------------------------

MATIN

09h –09h45 : Réception des invités et participants autour d’un café

-------------------------------------------

10h –10 h10 : Mot de Bienvenue, Jean-Claude BERI, Président du DAC

10h15–10h30 : Pourquoi  la Convention pour la dynamique du Rassemblement, le respect de la constitution le dialogue et la paix. Orientation et buts Gertrude MALALOU KOUMBA  (Modératrice)

 

10h40- 10h 55 : Sans rassemblement la société civile congolaise peut-elle avoir son destin en main : MaitreSilvère IDOURAH, Individualité

 

11h 00 –11h 15 : L’esprit de KI-MUNTU de Jean Pierre IBOUANGA (LION DE MAKANDA)

 

11h 20 – 11h 30 : Le rassemblement entre unité ou unicité : Joseph LOUFOUA Individualité

 

11h 35- 11h45 : Le rassemblement vu par le panafricanisme UMOJA

 

11h 50- 12 h 00 : L’esprit des Etats généraux : Sanellie Tamba-Tamba.

 

12 h 05 –12h15 : Le sens de l’unité au sein de la diaspora : le CODICORD

12 h 20  12 h 30 : L’esprit du dialogue et de paix :  Les assises Nationales

 

12 h  35- 12 h 45 : Pourquoi les jeunes se détournent de la politique : Jean-Pierre Godefroy Karanda

----------------------------------------------------------------------------------------------

PAUSE DEJEUNER (à ceux qui ont réservé le repas à midi) 

----------------------------------------------------------------------------------------------

APRES-MIDI :

 

--------------------------------------------------------------------------


14 h00 - 14 h 15 :L’éthique, la morale et la politique: Maître Tony MOUDILOU

 

14 h 20 –14 35 : Dans un contexte de crise congolaise, quelle est la place du rassemblement politique ? : MBIKI de NANITELAMIO Individualité

 

14 h 40 – 14 h 50 : Lisanga 2016 : Vivien Manangou

 

14h 55- 15 h 10 : Quel est l’état constitutionnel du Congo-Brazzaville à ce jour et que faire ? : Raoul Ludovic LOUBELOIndividualité.

 

15h10–15h20 : L’enjeu du dialogue politique dans le contexte congolaisOUABARI Mariotti

 

15 h 25- 15h 35 : Faut-il changer la constitution congolaise ? F. B.M

 

15h 40– 15h 50 : Comment réussir le Changement et imposer l’alternative au Congo ? Le Congrès de Genève

15h 55 - 16 h 10 : La nouvelle républiqueAdrien HOUABALOUKOU individualité.

16h 15 –16 h 30 Contribution de la jeunesse au rassemblement : Evrard NANGHO et KEVIN DIAFOUKA

 

16 h 35 – 16 h 45 : Le rassemblement pour le dialogue ou soumission ?  : MCCD,   Bruno MOUELE

 

16 h 50 : 17h 00 : Les forces vives face  au  rassemblement et le dialogue. Jean-Sylvestre ITOUA

17 h 05 : Lecture de l’appel de LYON (C’est une  invitation au rassemblement,  une incitation  à une réflexion responsable devant  conduire  la diaspora vers   l'élaboration d' un projet de large consensus pour un retour à la démocratie véritable) Celle-ci n’est plus soumise à la discussion des participants. Libre à vous d’adhérer ou pas. ( Après avoir pris connaissance)

PS : La notion de respect de l’heure est scrupuleusement recommandée. Aussi,  nous vous invitons à nous faire parvenir vos communications qui seront lues le 1er Novembre à Lyon, au plus tard le 27 Octobre 2014., afin de préparer le document ( rassemblant toutes ces interventions)  final qui sera distribué le jour de la rencontre.

developperautrementlecongo@gmail.com

contact@dac-presse.com

La liste des participants est close.

--------------------------------------------------------------------------------------

18H : REPAS CONVIVIAL DANS UN RESTAURENT AFRICAIN

Repost 0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 11:18

BlaiseCompaore.jpgL'Afrique s'essaie à la démocratie occidentale, passage obligé après l'acceptation de la république qui nous a été imposée après des indépendances souvent données gracieusement. Comme c'est douloureux ! On oublie souvent que la démocratie est née en guillotinant la royauté. Hier, avant-hier et aujourd'hui, entre le pouvoir absolu (dictature) et la liberté, c'est une lutte féroce, à mort. Hélas, nous Africains, en avons-nous conscience ? Dans de nombreux pays africains, la guerre des nerfs est engagée entre les dictatures " démocratiquement élues " et l'alternance politique qui signifierait un changement à la tête de l'exécutif - c'est-à-dire, à tous les niveaux de décision étatiques. Ce ne sont pas seulement les dictateurs qui tremblent mais tous ceux qui vivent de la dictature. Quand on abat un arbre, ce sont toutes les autres plantes parasites qui vivent de sa sève qui tremblent. Peut-être plus que l'arbre lui-même. En effet, dans de nombreuses constitutions, les chefs d'Etat actuels doivent s'en aller : Congo, Burkina, etc. Cependant, ces vieux croutons au pouvoir depuis des dizaines d'années ont pris goût au pouvoir et ne veulent pas s'en aller ! Ce n'est pas si facile de quitter le fauteuil de l'impunité absolue et de l'argent facile ! C'est tout simplement magique : il suffit d'ordonner pour tout avoir, argent, femmes, palaces, vaches, banques, poissons-chats, etc. TOUT ! Mieux qu'un rêve...

A Washington en évoquant l'idée d'un référendum organisé au Congo, probablement en 2015, le plus vieil assassin politique encore en activité, Denis Sassou Nguesso, a indiqué la solution pour que les dictatures "démocratiquement élues" s'éternisent au pouvoir. Blaise Compaoré qui a tué son ami le président Thomas Sankara pour le pouvoir s'en est inspiré et veut lui emboîter le pas, lui qui annonce en réponse à Barack Obama : " il n'y a pas d'institutions fortes sans hommes forts ". Il fallait trouver l'argument ; les mammouths au pouvoir en Afrique l'ont rêvé, Denis Sassou Nguesso allant jusqu'à s'envisager premier ministre à vie mais c'est Blaise Compaoré qui a trouvé la parade et il veut être le premier à expérimenter l'idée.

Attendez, le pouvoir appartient au peuple, n'est-ce pas ? C'est une idée proclamée mais personne parmi les dictateurs pourtant ne veut qu'elle prenne vraiment corps car autrement, l'Afrique deviendrait un champ de bataille entre dictateurs et populations. Cependant, là aussi, il existe une parade : puisqu'il revient au pouvoir en place de proclamer les résultats, il suffira de dire que le peuple a perdu et que la dictature a gagné. Qu'on passe par le référendum ! Même pas peur ! Compaoré, Sassou et les autres estiment que le seul moyen de vaincre les textes constitutionnels, c'est d'en appeler au peuple, ce peuple qu'on peut facilement berner sans qu'il ne se lève pour revendiquer ses droits, son pouvoir. Pourquoi ? Parce que les dictateurs peuvent toujours user du bouclier militaire et policier pour se prémunir de la fougue du peuple si elle se manifestait. Si les forces armées défendent les dictateurs, qui défendra les peuples désarmés ? DOIT-ON UN JOUR SE RESOUDRE A LANCER DES ARMES AUX PEUPLES - COMME LES AMERICAINS LE FONT POUR LES KURDES CONFRONTES A DAESH A KOBANE - POUR LEUR PERMETTRE DE SE DEFENDRE CONTRE LES DICTATURES ?

Denis Sassou Nguesso avait vu juste depuis le début en l'avouant de façon crue dans son livre "Le fleuve, le manguier et la souris" : le pouvoir rend fou. Surtout en Afrique où n'existent pas de garde-fous. Au point où personne n'ose plus le laisser à quelqu'un d'autre. Comment laisser fuir un gibier pris dans le filet de la volonté d'un seul homme ? Qui se passerait de la griserie, de l'ivresse du pouvoir absolu ? De ce nectar des dieux ? De tout cet argent facile ? Non, ils ne partiront pas ! Sassou aurait dit à ses nkanis qu'il préfèrerait subir le sort de Khadafi que de lâcher le pouvoir. Mungabé a même prétendu que c'est Dieu lui-même qui lui avait donné le pouvoir, lui qui le prit entre les mains des Anglais et des Occidentaux et s'opposa pour que le peuple le lui reprenne au travers d'un vote démocratique.

L'Afrique se trouve à un tournant de sa jeune histoire démocratique car il y a un problème éléphantesque à surmonter : désormais, les dictatures n'ont plus à prendre les armes pour demeurer au pouvoir ; il leur suffit de passer par des urnes truquées. On tire avec des bulletins de vote qui ne tuent personne pour battre le peuple à son propre jeu. Après tout, l'Etat n'est-il pas le maître du jeu électoral ? Et qui est au sommet de l'Etat ? N'est- ce pas le dictateur ? N'est-il pas là pour imposer sa volonté ? De toute façon, même au Congo, la démocratie bien partie en 1992 était mal engagée à partir du moment où le premier président démocratiquement élu Pascal Lissouba prononça cette phrase emblématique : " ON N'ORGANISE PAS DES ELECTIONS POUR LES PERDRE..." Oui, en Afrique le pouvoir possède une fâcheuse tendance à dérouter l'esprit même des hommes les plus lucides. Cependant, posons-nous la question suivante : et si tout ceci n'existait que parce que les peuples africains sont faibles et facilement manipulables ?  Si tel n'est pas le cas, comment expliquer que la démocratie - même élective ne marche pas en Afrique ? Surtout noire ?

Dans la mesure où les urnes deviennent le lieu où se jouent la misère et la libération des peuples, une seule question intéresse toute l'Afrique : comment démocratiser les urnes trouées de nos républiques bananières et surtout, comment garantir la proclamation des résultats crédibles ? Ailleurs, ils ne se battent plus pour les questions de mode de gouvernance mais plutôt au travers du choc des projets politiques entre les partis. Tant que l'Afrique se contentera de regarder à la façon de prendre et de conserver le pouvoir, tant que nous ne chercherons qu'à arracher l'os du pouvoir entre les mains des dictatures, ils ont auront le champ libre pour piller nos richesses. Un proverbe dit : " Des chiens qui se battent pour un os ne lèvent jamais la tête pour voir ce qui est sur le point de leur tomber dessus "...

                            LION DE MAKANDA MWAN' MINZUMB'

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 13:48

Christophe-de-Margerie-Sassou-Nguesso.jpgChristophe de Margerie, Président Directeur Général du groupe pétrolier Total est mort dans un accident d'avion (crash) à l'aéroport de Vnoukovo à Moscou en Russie à l'âge de soixante-trois (63) ans ce lundi 20 octobre 2014, peu avant minuit en heure locale.

Cet homme était un grand ami de monsieur Denis Sassou Nguesso ; la rumeur prétend qu'il aurait facilité la réception de ce dictateur auprès du président français François Hollande qui réchignait à le recevoir.

Sur les circonstances de sa mort, nous avons des interrogations : comment a-t-on pu donner l'ordre au jet privé de Total de décoller alors que la piste n'était pas libre puisque s'y trouvait un chasse-neige qu'il a heurté dont le conducteur - selon la Russie était sous l'emprise de l'alcool ? Comment a-t-on pu autoriser le décollage du jet privé alors que la neige réduisait la visibilité ? Dans cette affaire les enquêteurs français ne manqueront pas de nous apporter plus de détails car la présence du véhicule de type chasse-neige sur la piste dénote du manque de respect du code de l'aéronautique : une piste doit être totalement dégagée avant tout décollage d'aéronef.

On parle d'une visite de Vladimir Poutine au Congo pour y rencontrer notre ndzokou national. La Russie essaie de faire son trou dans l'exploitation du brut congolais - à ce qu'il paraît. Cependant, Poutine et Sassou auront beaucoup de sujets à débattre en dehors de ce dernier  : il y a les armes, les véhicules blindés et le gazoduc Pointe-Noire - Oyo, entre autres.

L'air de la ville de Pointe-Noire est pollué par les torchères qui brûlent du gaz dans l'atmosphère afin de favoriser la remontée du pétrole, un gaz qui peut servir autrement au lieu de contribuer à la destruction de la couche d'ozone. Il n'est même plus possible de boire l'eau de pluie qui est aussi devenue impropre à la consommation à cause des particules qui se trouvent dans l'air. Christophe de Margerie préférait favoriser la réinsertion de chimpanzés dans les forêts de Congouati dans le Kouilou au lieu de construire des écoles, des hôpitaux ou fournir de l'eau potable aux habitants de cette région dont le littoral est souillé par les déjections pétrolières et dont les nappes phréatiques sont aussi touchées car on y exploite désormais du pétrole onshore. La pêche maritime y est aussi plus difficile car le littoral pollué a fait fuir le poisson et au large, les Chinois piquent tout notre poisson en pêchant 24 heures sur 24. Les petites pirogues de nos concitoyens ne font pas le poids face aux navires sophistiqués chinois. Hélas, Total n'est pas au Congo pour faire de l'humanitaire et cela ne changera pas car son successeur poursuivra la politique d'indépendance énergétique de la France instaurée par De Gaulle et Foccart.

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 15:01

Pendant qu'Al Qaïda s'affaiblit et perd de la vitesse, le monde a été surpris de voir surgir un autre groupe avec une nouvelle stratégie sur fond d'idéologie khalifienne. Non, cette fois-ci, il y a bien quelque chose de nouveau dans la construction des nations, quelque chose qu'on croyait avoir disparu parce que relevant du Moyen-Age où des seigneurs se faisaient la guerre pour agrandir leur comté avant l'apparition de l'Etat qui est venu servir d'arbitre.

Nous savons que l'islam a sa guerre d'influence intestine entre chiites et sunnites. Nous avons l'habitude de voir l'Occident monter une partie du peuple pour en renverser une autre au sein d'une même nation : il suffit de les armer, de les manipuler et de leur dire : "Allez renverser Assad, faites tomber Khadafi, etc..." El Baghdadi, l'Irakien avec El Chachani, le Tchétchène, en chef de guerre vient d'innover dans l'art de faire la guerre non pour autrui mais pour sa propre gloire dissimulée derrière celle de l'islam : pourquoi ne pas se la jouer solo au nom de l'idéologie religieuse en ne cherchant plus à renverser un Etat mais en se fabriquant le sien taillardé du milieu des nations ? Pourquoi toujours rechercher la reconnaissance auprès des puissances du monde qui ne roulent que pour elles-mêmes au travers de leurs intérêts qui est de prendre la substance du monde, la richesse des nations qui échoit entre quelques mains cupides ? Et si on se taillait un Etat ? Un khalifat au nom de l'islam ? Avec les armes de l'Occident sans leur demander leur avis ? Ils ont osé. L'Etat Islamique est né entre l'Irak et la Syrie avec une volonté expansionniste.

Désormais, les puissances occidentales déboussolées ne savent plus quoi faire afin de protéger leurs intérêts : on ne peut plus envoyer les soldats américains ou anglais mourir en Irak ou en Syrie car c'est politiquement suicidaire parce qu'il vaut mieux que des musulmans se battent et s'entretuent entre eux pour le triomphe de la volonté des adorateurs du profit ; on se doit d'aider ceux qui veulent combattre DAESH ou l'Etat islamique mais DAESH ressemble à une coalition de musulmans venus du monde entier au nom du triomphe de l'islam. Si Al-Baghdadi l'emporte à Kobané, il aura encore plus de puissance et attirera encore plus de combattants du monde entier. Il a le pétrole, les armes, l'armée et la foi qui conduit les volontés conquérantes. Face à l'Occident se dresse le glaive noir du coran qui veut redessiner le Moyen-Orient en foulant au pied les frontières artificielles érigées par les puissances occidentales.

Devant à l'avancée fulgurante de DAESH qui renverse tout sur son passage, les Américains vont jusqu'à armer les groupes qu'ils classaient hier comme terroristes. Logique du profit oblige. Qui est Al-Baghdadi ? Voici ce que l'on peut lire sur Wikipédia :

" Ibrahim Awad Ibrahim Ali al-Badri, dit Abou Bakr al-Baghdadi al-Husseini al-QurashiDr. Ibrahim Awad Ibrahim Ali al-SamarraiAbou Du'a ou plus récemment « calife » Ibrahim, né probablement à Samarra en Irak en 1971, est un djihadiste irakien, chef de l'État islamique. Il est le successeur présumé de Hamid Daoud Muhammad Khalil al-Zawi, alias Abou Omar al-Baghdadi, à la tête de l'État islamique d'Irak ".

Voilà donc l'homme qui a décidé de se tailler un Etat sans demander son reste aux puissances du monde. Il semble porté par une puissance noire comme le drapeau de son Etat car les armées prennent la fuite devant les soldats d'Allah qui récupèrent chars, armes lourdes et munitions. A présent, ses légions s'ingénuent à piloter des avions de guerre abandonnés par l'armée irakienne avec pour instructeurs les anciens soldats de Saddam Hussein. Certes, les Kurdes de Kobané résistent mais avec l'aide du feu du ciel de la bannière étoilée.

Des fous de Dieu affrontent le monde dit civilisé pour imposer leur loi, LEUR ISLAM, et ils sont prêts à tuer ou à mourir pour atteindre leur objectif. Même la Turquie est sur ses gardes, elle qui laisse détruire la résistance kurde de l'autre côté de la frontière. Par calcul...

Le monde appartient aux audacieux. La foi est audace. Si mon peuple se dressait un seul jour contre l'infâmie de la dictature de Denis Sassou Nguesso, un jour, un seul, avec juste la foi de la liberté, la foi de reprendre ce qui lui appartient, nous serons plus forts que ces djihadistes qui rêvent de dompter la terre entière. Même le feu de l'enfer n'arrête pas des âmes déterminées jusqu'à la mort. Où est la force qui conduit les peuples vers le soleil de la liberté ? Qui embrasera la volonté de mon peuple pour qu'il s'extirpe du piège tendu par les puissances de l'argent ?

Au nom d'une folie incontrôlée, des hommes osent braver les puissances du monde - juste armés de la foi auveugle dans un coran qu'ils ont réécrit, réinterprété à leur manière selon leur passion et leur rejet de l'ordre des choses établies par autrui. Nous, nous n'avons besoin que de notre liberté retrouvée pour vaincre un système, une dictature, un dictateur. Au nom de la gloire, ils combattent ; nous n'avons besoin que de nous lever au nom de la dignité. Ils prouvent que ce que l'on croit figé à jamais peut être remanié, redistribué. Nous n'avons pas besoin d'aller au-delà du réveil de la liberté pour nous sortir de cette parenthèse de sang et de misère qui nous étrangle depuis 1997. Si quelques fous d'Allah défient le monde au nom d'une idéologie, nous pouvons vaincre une dictature au nom de la liberté, de la dignité humaine et s'il le faut, nous devons combattre la terre entière. ENSEMBLE, NOUS SOMMES LE POUVOIR. ET LE POUVOIR A DANS SON ESSENCE LA VERTU D'IMPOSER SA VOLONTE.

Al-Baghdadi veut instaurer un règne par la force, bâtir un Etat en écartelant des peuples. Au nom de l'islam. Nous, Congolais, nous n'avons besoin que d'un jour, d'un seul, pour reprendre ensemble ce qui nous revient. AUCUNE DICTATURE NE PEUT VAINCRE LA DETERMINATION D'UN PEUPLE QUI NE VEUT PLUS ETRE ESCLAVE. Si eux le font à tort, nous pouvons aussi à raison le faire et construire un avenir qui regarde le peuple congolais en face au lieu de lui tourner le dos. Al-Baghdadi est un fou d'Allah. Nous n'avons juste qu'à devenir les fous de la liberté et de la démocratie. juste pour un jour : LE JOUR DE LA GRANDE COLERE, LE JOUR DE LA LIBERTE...

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 12:51

J'ai été - au travers de l'article : " Ebola : J'accuse..." - parmi ceux qui les premiers ont lancé l'alerte sur cette étrange maladie qu'est Ebola qui sévit en Afrique de l'Ouest - sans que l'on nous dise comment le virus qui est apparu d'abord en RDC s'est retrouvé curieusement en Afrique de l'ouest. Nous sommes actuellement dans un étonnement plein de suspicion : le Canada au travers du laboratoire WINNIPEG prétend avoir réussi à fabriquer - en si peu de temps - un vaccin contre Ebola - alors qu'il n'existe pas de vaccin contre le VIH qu'on ne soigne par ailleurs qu'en Europe et surtout que l'on néglige le développement d'un sérum pour soigner les malades actuels qu'on laisse mourir comme des animaux au Libéria et en Sierra Leone. Huit cents doses de vaccin vont être distribuées - sans que l'on sache ce qu'elles contiennent vraiment ni quand et comment elles ont été testées. NON, LE NEGRE N'EST PAS UN COBAYE POUR QU'ON SE PERMETTE DE TESTER SUR EUX N'IMPORTE QUEL POISON PARCE QUE L'ON VEUT FAIRE DU PROFIT.

 

Quand l'organisation Mondiale de la Santé (OMS) propose deux vaccins expérimentaux contre Ebola, nous mettons cette vaccination avec les prédictions de sept millions de morts qu'elle a faites préalablement car nous ne voyons pas comment cette maladie se répandrait aussi rapidement si elle ne bénéficie pas d'un coup de main de firmes et organisations criminelles comme les grandes firmes pharmaceutiques.

Comment peut-on concevoir si rapidement un vaccin dont le premier - celui de WINNIPEG serait disponible à la fin de l'année 2014 et l'autre développé par le laboratoire GlaxoSmithKline (GSK) en 2016 ? LA THESE QU'ON INJECTERAIT LA MALADIE AU TRAVERS DU VACCIN N'EST PAS A PRENDRE A LA LEGERE ; ELLE EST MEME PLAUSIBLE.

Comment expliquer qu'un virus aussi dangereux que le virus Ebola ait pu être aussi facilement dompté ? On prétend travailler sur une souche rendue inoffensive trouvée chez les singes mais on peut se poser une question : QU'EST-CE QUI LE PROUVE ? Réagissant sous la peur que les médias occidentaux accentuent, les pauvres ouest-Africains vont accepter qu'on leur inocule la maladie. C'est tout simplement un nouveau crime contre l'humanité qui se prépare...

NOUS DEMANDONS AU GOUVERNEMENT CONGOLAIS DE FAIRE ATTENTION ET DE NE PAS VALIDER N'IMPORTE QUEL PROJET AU PRETEXTE QU'IL PROVIENDRAIT DE L'OMS QUI TRAVAILLE EN CONNIVENCE AVEC LES GRANDS FIRMES PHARMACEUTIQUES. NOS VIES VALENT PLUS QUE LEURS PROFITS.

Et il est encore plus curieux d'apprendre que l'Union Africaine serait prête à tolérer que des vaccins dont l'efficacité clinique n'a pas été prouvée puissent être inoculés à des innocents qui vont ensuite, nous sommes sûrs, développer la maladie et déclencher des épidémies mortelles dans des grandes villes.

Il est encore plus étonnant d'entendre parler de flambée de l'épidémie - alors que les zones où sévissent cette maladie sont circonscrites. Les médias sont sous influence des grands laboratoires et des grandes firmes multinationales qui ne pensent qu'à leurs profits. IL FAUT ARRETER DE PRENDRE LES NOIRS POUR DES PRIMATES SUR LESQUELS ON SE PERMETTRAIT DES EXPERIENCES DE DESTRUCTION MASSIVE. QUE L'EUROPE ET L'AMERIQUE APPLIQUENT D'ABORD A LEURS PROPRES PEUPLES CE GENRE DE VACCINS EXPERIMENTAUX A L'EFFICACITE CLINIQUE NON PROUVEE SELON LES SPECIALISTES : S'IL N'Y A RIEN A CRAINDRE, ALORS IL N'Y AURA AUCUN MAL A PRESCRIRE LE VACCIN CONTRE EBOLA A DES CANADIENS ET A DES AMERICAINS. Souvenez-vous que le président Obama lui-même avait justifié le refus de traitements expérimentaux contre Ebola aux Africains parce que non testés et non homologués - alors qu'il n'y voyait aucun inconvénient à ce qu'on les prescrive à des Américains. Eh bien, qu'il en soit aussi de même pour les vaccins ! Commencez par les tester vous-mêmes s'il n'y a rien à redouter !

Les Etats africains doivent devenir plus prudents et ne plus se laisser abuser par les Occidentaux. l'OMS oeuvre en complicité avec les puissances du monde, les puissances du profit qui ne pensent qu'à l'argent, l'homme étant pour elles une marchandise comme une autre - surtout les NOIRS...

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg