Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 15:16

Je suis l'apôtre de la libération de la parole populaire. Mes 516 abonnés qui me lisent peuvent en témoigner. Les bouches se délient. Et une fois que c'est fait, les corps passent à l'action. La parole est totalement libérée chez nos frères en RDC qui nous montrent l'exemple. Le syndrome burkinabè a atteint l'Afrique centrale. Oui, la révolution de Jasmin va traverser les Tropiques. Nous avons dit que Denis Sassou Nguesso détient le détonateur qui réveillera le peuple entre ses mains. Nous ne sommes pas le Burkina Faso mais nous n'en sommes pas moins humains. La capacité à se révolter n'est pas l'apanage de quelques hommes. J'avais annoncé depuis des années que le temps des lions arrivait. Il arrivera peut-être beaucoup plus vite que prévu...

Joseph Kabila, selon certaines sources, négocierait en ce moment même son départ. Affaire à suivre de près !

Denis Sassou Nguesso doit nous prendre au sérieux quand nous lui demandons de sorte par la porte constitutionnelle. Tous ceux qui le soutiendront dans sa fuite en avant seront traduits en justice à la CPI...

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 14:51
Repost 0
Published by Lion De Makanda Benzila
commenter cet article
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 14:05

En affirmant publiquement qu'elle veut poursuivre l'homme qui fut le ministre de la défense en 1977 lors de la mort de son grand-père, feu le président Marien Ngouabi, fondateur du Parti Congolais du Travail, madame Marienta Ossere n'agit pas, à notre avis, sous le feu de la colère mais sous l'impulsion du droit à la justice - comme toute personne frustrée d'un droit légitime. Elle a raison de dire que les Congolais doivent réclamer justice car il s'agit tout de même de leur président qui a été assassiné sans que l'on sache vraiment par qui. Ceux qui savent qui a tué Marien Ngouabi  ne doivent pas attendre la mort de Denis Sassou Nguesso pour dire la vérité  : c'est tout simplement de la complicité, de l'obstruction à la justice.

Nous avons aussi apprécié le discours de madame Nzon qui fait une lecture lucide des forces qui gangrènent notre système politique. Oui, les pères des indépendances ont fait des erreurs, ont concédé une partie de notre souveraineté au colon en échange de l'indépendance politique partielle - dans la mesure où nous ne possédons pas encore toute notre souveraineté (politique, économique, monétaire, culturelle, etc). ILS AVAIENT LE CHOIX ENTRE RIEN ET LA MOITIE DE LA SOUVERAINETE ; ILS ONT ESTIME QUE N'AYANT PAS LES MOYENS DE PRENDRE DE FORCE TOUTE NOTRE SOUVERAINETE NATIONALE, IL VALAIT MIEUX SE CONTENTER DE CE QUE LE COLON OFFRAIT. Il revient à d'autres générations de parachever le travail commencé par les pères de l'indépendance. Néanmoins, le fait de ne pas posséder la plénitude de notre souveraineté ne saurait expliquer l'absence d'unité nationale, l'absence de distribution équitable des ressources du pays, le manque d'infrastructures, etc. Personne depuis 1960 ne s'est préoccupé d'unité qui est une conséquence de la justice, de l'égalité des droits et des devoirs, de l'équité. L'unité ne peut exister là où on traite certains fils du Congo comme des privilégiés et d'autres comme des sans-droits. Cela, nous pouvons le réaliser nous-mêmes et si nous construisons l'unité véritable, il ne nous sera plus impossible de conquérir la moitié de souveraineté qui nous manque. Les textes, les accords peuvent être renégociés, revus, dénoncés. Hélas, cela ne peut pas être possible dans un contexte où l'existence politique dans notre pays revient à rejouer le remake de la colonisation parce qu'une ethnie veut coloniser d'autres ethnies en se plaçant au dessus, en se comportant comme une race de seigneurs ou de privilégiés.

Même si le Congo avait la maîtrise de cent pour cent de sa souveraineté que se poserait tout de même le problème de l'unité qui ne dépend que de notre volonté à vouloir vivre ensemble en accordant à tous les mêmes droits et les mêmes devoirs. Nous n'avons jamais pensé à construire l'unité ; nous l'avons simplement utilisée au niveau du slogan. Ce n'est pas parce qu'il y a un ministre vili, un ministre yaka, un ministre téké, un ministre lari, un ministre kouyou, un ministre tsangui, entre autres qu'il y a unité nationale. Non, l'unité ne sera réalisée que par des Congolais qui auront compris qu'il faille que tous les enfants du Congo sentent qu'ils sont pris en charge au même niveau par la république - parce que nous avons mis en commun les richesses, les terres, les ressources et que cela implique que chacun reçoive la juste part qui lui revient parce qu'il a droit à la vie, à la santé, à l'éducation, au travail - sans la moindre distinction - où qu'il se trouve.

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 13:51
Repost 0
Published by Lion De Makanda Benzila
commenter cet article
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 13:16

L'Afrique qui s'essaie à la démocratie, en passant par l'étape intermédiaire de la démocrature, un mélange paradoxal de démocratie élective et de dictature, est à l'aube de coups d'Etat constitutionnels dans la mesure où de nombreux présidents arrivent à la fin de leur second et ultime mandat constitutionnel. La tentation est très grande ici et là de passer à l'encre correcteur certains articles constitutionnels ou liés au code électoral pour que des dictateurs se maintiennent au pouvoir. A Kinshasa, la session plénière de l’Assemblée nationale consacrée à l’examen du projet de loi modifiant la loi électorale en vue d'introduire une loi conditionnant l'élection présidentielle à un recensement préalable - a été perturbée ce lundi 12 janvier par des députés de l’opposition. Ces derniers ont tenté, à coups de sifflet et de chansons, d’empêcher l’examen de ce projet de loi proposé par le gouvernement de la RDC.

Cependant, l’examen du projet de loi a finalement eu lieu, le texte ayant été déclaré recevable. Cependant, ceci constitue un avertissement pour le régime du premier rwandais du Congo. La police ne pourra pas contenir un débordement plus vaste si toute la population de la RDC se mobilise. Joseph Kabila doit prendre ce soulèvement comme un début de révolte parlementaire et populaire. Il est évident que toute tentative de sa part de se maintenir au pouvoir aura des conséquences désastreuses.
Juste après l’annonce de l’ordre du jour de la plénière par le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, des députés de l’opposition se sont mis à siffler. D’autres ont rejoint l’estrade de la salle. Une bousculade avec des députés de la majorité et des agents du protocole de l’Assemblée nationale s’en est suivie. Kabila veut profiter du fait qu'il possède la majorité à l'assemblée nationale pou faire voter sa modification de la loi électorale. Nous avons prédit que nos frères d'en-face se soulèveront avant nous si le cheval de Troie en RDC du président sur échasses Paul Kagamé essaie d'obtenir un autre mandat.

                            INGUETA !

 

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 01:01
Repost 0
Published by Lion De Makanda Benzila
commenter cet article
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 20:13
Repost 0
Published by Lion De Makanda Benzila
commenter cet article
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 13:47
Repost 0
Published by Lion De Makanda Benzila
commenter cet article
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 12:09

Bruno-Ossebi.jpgNous avons suivi avons intérêt la grande marche qui s'est tenue hier dimanche 11 janvier 2015 à Paris, une marche ayant mobilisé plus de quatre millions de personnes et quarante-quatre chefs d'Etat et de gouvernement. Nous avons été heureux de ne pas voir Denis Sassou Nguesso parmi les invités de François Hollande : l'assassin de Bruno Ossébi, de sa compagne et des deux filles de celle-ci ne méritaient pas de fouler le macadam parisien à cet effet. Denis Sassou Nguesso verouille au Congo toute presse libre non assujettie au régime, sa police tabasse ceux qui osent porter toute parole contraire à celle de l'Evangile satanique et terroriste du PCT. Elie Smith et Sadio Kanté en savent quelque chose, eux qui voulaient faire leur métier de journaliste avec professionalisme. Denis Sassou Nguesso n'est pas pour la liberté d'expression, non, d'ailleurs, Denis Sassou Nguesso n'est pas pour la liberté, tout court, lui qui fomente un complot contre le texte le plus important de son propre pays : la constitution du 20 janvier 2002 qu'il a lui-même pourtant initiée.

La France a manifesté un élan d'unité ce dimanche en réaffirmant son idéal de liberté dans toutes ses formes et de refus de toute forme d'intimidation par le terrorisme aveugle fanatisé par la religion. A Brazzaville, les Congolais auraient pu, s'ils ne redoutaient pas d'être assassinés, se mobiliser de la même manière à la mort du journaliste Bruno Ossébi, un ami qui possédait des documents compromettants sur le régime des crocodiles de l'Alima susceptibles de bloquer l'admission du Congo à l'initiative PPTE (Pays Pauvres Très Endettés) une disposition internationale du FMI et de la Banque Mondiale entraînant une réduction de la dette nationale du pays qui y est admis. C'est la raison pour laquelle Bruno Ossébi a été assassiné à l'hôpital militaire de Brazzaville après avoir échappé à la mort dans un incendie au cours duquel périra sa compagne et ses deux filles. Le régime des crocodiles de l'Alima s'opposera à ce que le citoyen français Bruno Ossébi soit évacué sanitairement en France. Avant sa mort, il cherchait un Blackberry pour communiquer avec nous mais le système assassin des zélotes du PCT ne lui a pas laissé le temps d'en avoir un.

Aussi, nous trouvons hypocrite que Denis Sassou Nguesso écrive au président Hollande pour faire semblant de s'émouvoir face à l'assassinat des journalistes de Charlie Hebdo - alors qu'il n'a pas hésité à assassiner le journaliste Bruno Ossébi. D'ailleurs, la presse reste muselée, oppressée, de nombreux journaux comme TALASSA étant victimes de la censure.

Pour ma part, j'estime que le Congo a son Kouachi en Denis Sassou Nguesso et son Charlie en Bruno Ossébi. Même si le grand ndzokou a masqué l'assassinat de Bruno Ossébi en le faisant passer pour un accident. Vous avez tous remarqué que la maison incendié du défunt journaliste a été rasée au bulldozer pour faire disparaître tout indice criminel et qu'aucune enquête n'a été effectuée parce que non autorisée...

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 10:29
Repost 0
Published by Lion De Makanda Benzila
commenter cet article

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg