Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 19:23

sassououa-1.jpgMes chers compatriotes, le discours du chef de l'Etat, je viens de l'entendre au téléphone par l'intermédiaire d'un ami qui a eu la bonne idée de mettre le haut parleur. Il n'y a eu aucune annonce explicite sur le changement ou la modification de la constitution du 20 janvier 2002 - même si Denis Sassou Nguesso en appelle au peuple qui n'a pas constitutionnellement le pouvoir de se saisir de la loi pour appeler un changement et surtout, il égratigne au passage l'ingérence étrangère (française) - oubliant que lors de son coup d'Etat de 1997, c'est avec l'aide des Angolais et l'appui de son ami Jacques Chirac, président de la république française, qu'il est revenu aux affaires louches de la république royale bananière.

Quand Denis Sassou Nguesso annonce des élections en 2016 et 2017, nous y lisons une continuité institutionnelle car s'il y a changement de constitution, toutes les institutions tombent et il faut alors une période transitoire avant d'organiser de nouvelles élections. Conclusion : il n'y aura pas de modification ni de changement de la constitution du 20 janvier 2002 en 2015 pas plus qu'en 2016.

Quant au dialogue dont parle notre mastodonte, de quoi parle-t-il ? Le pays est en paix, les institutions marchent bien, paraît-il - alors pourquoi forcer les gens ou les responsables politiques à dialoguer ? Sur quoi ? Tout ceci n'a aucun sens. Nous avons compris la situation de Denis Sassou Nguesso qui s'est pris les pattes dans son propre filet constitutionnel. La constitution est au-dessus de lui et de son assemblée nationale bidon mais il y a le PEUPLE au-dessus de la constitution. DENIS SASSOU NGUESSO A DU SE DIRE : " PUISQUE JE SUIS COINCE AU NIVEAU CONSTITUTIONNEL, JE NE PEUX SORTIR DE CE PIEGE QU'EN M'ELEVANT AU NIVEAU SUPERIEUR, CELUI DU PEUPLE..." Comment y parvenir d'autant qu'il a perdu toute estime auprès de ses concitoyens ? Il faut organiser un faux débat n'ayant pas lieu d'être sur la constitution - l'objet qui l'empêche de briguer un troisième mandat - ce qui entraînera un faux dialogue qui aboutira à un référendum mais le problème, c'est le SOUVERAIN PRIMAIRE lui-même qui n'entend pas se faire dicter sa marche car il a pris conscience qu'il est le POUVOIR VERITABLE.

Denis Sassou Nguesso n'a pas vocation à imposer au peuple ses lubies mais à lui obéir. Vouloir forcer ce verrou, c'est ouvrir grandement les portes de la GUERRE CIVILE. Denis Sassou Nguesso l'a compris, raison pour laquelle il distribue des armes de guerre aux siens mais s'il entraîne le pays dans un embrasement, le Congo se rwandisera ou s'antibalakisera s'il ne se somalise pas et cette fois-ci, les choses ne seront pas aussi simples. Notre fauteur de troubles est attendu au tournant par la communauté internationale : ce coup-ci, s'il provoque l'embrasement du pays à cause de sa soif de pouvoir, il se retrouvera avec toute sa famille et tout son clan à la CPI...

Donc Denis Sassou Nguesso n'a pas pris le risque de dire qu'il s'engageait LUI, personnellement, à changer ou à modifier quoi que ce soit. Ca ne lui ressemble car sa tactique, c'est de toujours faire jouer aux autres le mauvais rôle : pseudo-sages, ministres et personnalités de tous bords corrompus, le PCT, etc. Il veut au contraire préserver SA paix et terminer SES petits travaux d'intérêt personnel. Après avoir évoqué une conjoncture économique internationale peu propice, il a néanmoins assuré que les fonctionnaires passeraient de l'indice 225 à l'indice 250 et qu'il poursuivrait ses petits travaux (au nom de sa gloire). Denis Sassou Nguesso a prononcé un discours prudent s'arc-boutant sur les acquis et la poursuite du statu quo.

D'une voix qui sentait l'homme qui s'est shooté au whisky comme à son habitude, il a dit : "Donnons-nous la main". C'est donc  qu'il sent la main du peuple et de nombre de ses alliés s'éloigner. Puisqu'il semble avoir perdu la main que le peuple a reprise et qu'il nous la laisse en nous demandant de nous décider, nous avons ici la latitude de lui dire que nous avons décidé de ne rien décider et de laisser LA PAIX actuelle suivre son cours jusqu'au fleuve Alima afin que les eaux constitutionnelles le ramène au bord des rives de ce majestueux fleuve qu'il affectionne tant. A bon port.

J'avais prédit qu'il ne ferait aucune annonce explicite du genre : "Au nom de l'article x de la constitution stipulant..." parce qu'en le faisant, il risquait de se frotter à la barrière constitutionnelle et ses piquants n° 57, 58 et 185. L'homme table donc sur un soutien populaire qu'il va peut-être essayer de provoquer en l'achetant mais il se heurtera à la grande barrière du nombre cette fois-là. Il nous tend la main ; il est de notre devoir de la laisser tomber une fois pour toutes dans l'intérêt de tout le peuple - si nous voulons préserver l'avenir largement compromis. L'homme rêve certainement de capitaliser une gloriole internationale en organisant les jeux africains en 2015, des jeux qui n'amusent pas trop les ventres affamés de nos compatriotes. Nous devons rester vigilants et ne rien laisser passer.

L'Afrique marche désormais sur les lignes prophétiques du prophète Simon Kimbangu, prophète du vrai Dieu Nzambi ya Mpungu. Elle se trouve à la croisée des chemins. Elle finira par prendre son destin en main car nous avons compris l'histoire et la place qu'elle nous assigne, place de marche-pied, de dernier de la classe que nous ne voulons plus. L'époque des gouverneurs noirs arrive bientôt à sa fin. Le temps des fils intègres de mama Africa s'approche. Nous avons tout essayé - sauf d'être ce que nous sommes au fond de nous, génétiquement, culturellement : des Bantus, des fils du kimuntu-bomoto-Kimburu, tsimuntu, imutu, ubuntu, etc. Evidemment, en jouant à nous détester et à ressembler à nos colonisateurs, nous ne pourrons jamais construire un avenir qui nous ressemble.

Notre destin à TOUS est de rentrer au pays afin d'aider notre pays à se redresser. Congolais, debout, fièrement...

 

                                      INGUETA !

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 17:44
Repost 0
Published by Lion De Makanda Benzila
commenter cet article
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 13:25

Chère madame Antoinette Sassou Nguesso née Tchibota,

Sassou-rit-Antoinette-soucieuse.jpgMadame,

Noël est une fête religieuse et non une festivité politique. Il faut laisser au petit Jésus ce qui est à l'innocence et aux sorciers politicards comme votre mari - ce qui fait le lit du malheur des peuples. Nous sommes ahuris que vous profitez du repas donné à quelques enfants innocents à noël pour leur demander d'aller dire à leurs parents de ne pas céder à la violence, à la révolte. Madame, ce sont des innocents qui n'ont pas vécu le coup d'Etat sanglant de votre époux en 1997 ! Il faut arrêter de faire du conditionnement à la Pavlov !

Pendant que vous avez choisi quelques enfants du pays ce jour de noël afin qu'ils viennent manger et boire, par la faute de votre cher et tendre, nombreux sont les enfants du Congo qui meurent de faim - alors qu'il y a assez de ressources pour que tous nos enfants mangent à leur faim !

Madame,

ce repas de noël concocté à de fins politiques est une honte venant de la part de l'épouse d'un chef d'Etat. Vous avez osé mêler la naissance de l'innocence de la vie en Christ à la violence politique dont votre mari est l'instigateur depuis la mort de Marien Ngouabi.

Si vous avez à parler, il vous suffit de parler à une personne et une seule et vous savez à qui je fais allusion. Cet homme a tué pour revenir au pouvoir et il continue à tuer pour rester aux affaires louches de la république royale bananière et il tuera encore demain pour toujours rester au pouvoir. Sinon, pourquoi distribue-t-il des armes de guerre à Brazzaville - en ce moment même ?

Madame,

vous qui avez passé un anniversaire à un million d'euros en Côte-d'Azur n'avez comme les autres qu'un seul mot à la bouche : LA PAIX ! En fait, le statu quo actuel vous arrange pour que vous puissiez continuer à jouir des ressources du pays tandis que le reste de notre peuple meurt de faim, de soif et de maladie dans l'ignorance, dans l'obscurité totale et dans la saleté la plus répugnante. 

Madame,

non, le Congo n'est pas en paix ! Je vais vous le démontrer. Lorsqu'un homme plus fort que vous vient vous chasser de votre maison en vous disant que tout ira bien tant que vous ne viendrez pas réclamer votre bien, la situation devient un statu quo si le propriétaire de la maison n'a pas les moyens de récupérer sa propriété face à un spolieur plus fort que lui. Pour le spolieur, la situation est parfaite si le propriétaire ne vient même pas réclamer son dû. IL PRENDRA LE STATU QUO QUI LUI PROFITE POUR DE LA PAIX. Croyez-vous que celui qui est dehors - parce qu'un monstre lui a volé sa maison - est en paix ? Vos inquiétudes traduisent bien que vous savez que la situation dont vous jouissez actuellement est une imposture et vous redoutez que le propriétaire de la maison Congo qui s'appelle PEUPLE CONGOLAIS ne vous foute dehors par la force si vous refusez de sortir de sa maison. Non, madame, il n'y a pas de paix pour ceux qui meurent de faim, de soif, de maladie, qui n'ont même pas d'avenir - parce que des voleurs leur piquent leur argent.

DANS VOTRE BOUCHE, LE MOT PAIX A LA MEME SAVEUR QUE LE MOT DICTATURE. VOTRE "PAIX" CRUCIFIE LE PEUPLE CONGOLAIS. ET NOUS N'EN VOULONS PAS. ELLE NE SE MANGE PAS, NE NOURRIT PAS LE PEUPLE MAIS LE TUE SCIEMMENT.

Madame, 

c'est votre époux qui est le fauteur de guerre au Congo depuis 1977 parce que c'est un drogué du pouvoir. Il a tué Marien Ngouabi pour le pouvoir, a évince Yombhi pour le pouvoir, a mis le Congo a feu et à sang en 1997 pour le pouvoir, il veut changer la Constitution du 20 janvier 2002 toujours pour le pouvoir et s'apprête à tirer sur le peuple s'il le faut toujours pour garder le pouvoir. Il y a des indicateurs qui ne trompent pas comme cette distribution d'armes de guerre aux ressortissants du nord pour encore plonger le Congo dans la terreur. Cette fois-ci, les choses ne se passeront pas comme votre époux le croit. Nous avons libéré la parole et la parole va libérer l'action pour que le Congo reprenne son destin en main.

Madame,

en fait, il ne vous faut convaincre qu'un seul homme, un homme qui dort auprès de vous, un homme dont vous connaissez la moindre pensée, un homme qui vous aime au point de vous avoir enlevée à un autre homme le jour sacré de votre mariage avec monsieur Diawara.

Vous êtes plus proche de lui que ses enfants, que ses conseillers. S'il se décide à laisser enfin le peuple congolais en PAIX, c'est-à-dire, dans les dispositions à déterminer librement de son avenir, il n'y aura aucun problème mais s'il veut nous prendre pour un peuple incapable de reprendre son POUVOIR, cette fois-ci, vous allez être surpris ! 

Madame,

nous ne contrôlons pas la furie du peuple, un peuple frustré depuis dix-sept ans et Dieu seul sait comment il réagira si votre mari persiste dans son projet de coup d'Etat constitutionnel. Vous n'avez pas envie de courir pour fuir mais vous, vous n'aurez pas à courir puisque votre mari vient d'acheter deux avions avec l'argent de notre peuple pour vous extirper de la colère du peuple si nécessaire. Vous parlez de belles maisons mais oubliez de dire que c'est que c'est vous qui habitez de telles demeures de luxe, ces biens mal acquis que nous restituerons au peuple. Evidemment, si tout n'est pas cassé avant ! 

Madame,

donner un petit repas à des enfants à noël, c'est bien si ces enfants auront quelque chose à manger demain mais c'est encore mieux de leur assurer un avenir. Nous ignorons comment vous les avez choisis ; peut-être ne s'agit-il que des gosses de riches, des fils et filles à papa mais si ce sont les enfants de Congolais lambda, nous, nous venons pour leur donner pas seulement un petit gueuleton d'un jour mais un avenir.

En conclusion,

vous avez le devoir de convaincre votre dictateur de mari de laisser le pouvoir en 2016 en sortant par la porte constitutionnelle. LE CONGO RISQUE DE S'EMBRASER ET CETTE FOIS-CI, CA NE VA PAS S'ARRETER A BRAZZAVILLE. TOUT LE PAYS RISQUE DE SE LEVER COMME UN SEUL HOMME.

Madame,

nous sommes le peuple. Nous sommes le Congo. Nous sommes le POUVOIR, le VRAI POUVOIR. Nous sommes déterminés à nous faire respecter. CETTE FOIS-CI, NOUS NE CEDERONS PAS.

Madame,

nous profitons tout de même de ce message pour vous souhaiter une excellente année 2015 - à vous, à votre époux et à toute la famille Nguesso parce que nous savons qu'en 2016, nous en serons débarrassés

AU PEUPLE CONGOLAIS,

AU PEUPLE QUI M'A DONNE SA CHAIR,

depuis dix-sept ans, nous avons éprouvé dans notre for intérieur votre douleur. Nous n'avons pas oublié que certains d'entre-vous ont tout perdu le 4 mars 2012. 

Pendant que vous souffrez, nous voyons le régime des crocodiles de l'Alima dilapider votre argent, l'argent qui vous aurait permis de croire en la république, d'envisager l'avenir sous des meilleurs auspices.

Cette année qui vient sera une année décisive : si tu n'es pas fort, le mal persistera et les forces des ténèbres te plongeront dans encore plus de souffrances. Tu n'as pas le choix : Denis Sassou Nguesso te forcera à te battre pour ton POUVOIR. Tu dois relever le défi !

TU NE DOIS PAS CRAINDRE DE LIVRER LE COMBAT DE L'HISTOIRE. AU SOMMET DE TON ETAT TRONE UN SATANISTE. IL DOIT ETRE VAINCU.

A vous, mères, pères, soeurs, frères, compatriotes,

LE LION DE MAKANDA SOUHAITE UNE ANNEE 2015 PLEINE DE VICTOIRES.

Vive la république !

Vive le Congo !

                            LION DE MAKANDA MWAN' MINZUMB'

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 17:18

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 16:55
Repost 0
Published by Lion De Makanda Benzila
commenter cet article
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 15:58

Deux kilomètres composés de véhicules et d'Africains venus de plusieurs pays manifester pour montrer qu'ils aspiraient  toutes et tous au changement, à l'alternance politique, dans le froid, pendant six heures, ce samedi 27 décembre 2014.

Un jour, Ndong, un Camerounais, dit à son ami français qu'il allait en vacances chez lui à Douala, en Afrique. Le Français lui demanda de saluer au passage son pote Diop au Sénégal - comme si l'Afrique n'était qu'un grand village. Cette marche a permis à un Tchadien de titiller le bitume à côté d'un Congolais de l'une ou l'autre rive du fleuve Congo ou d'un Camerounais, d'un Angolais, d'un Gabonais, d'un Mauritanien, d'un Centrafricain ou d'un Malgache, entre autres. Comme si l'esprit avait aboli toutes les distances, comme si l'Afrique n'était plus qu'un grand village - exactement à l'instar de ce que notre jeune Français imaginait.

Nous publions quelques photos que nous avons reçues. Hélas, elles ne rendent pas compte par leur angle de vue de la portée du cortège. Dans la première; c'est comme si le jeune homme était en lévitation...

Juste une dernière chose à l'élite occidentale : Vous devez nous soutenir dans ce combat contre les dictatures. Vous voulez que les Africains restent chez eux ? Arrêtez de soutenir les dictatures ! L'Afrique, il n'y a pas que du diamant, de l'or ou du pétrole ; il y a aussi des hommes qui aspirent au bien-être, au bonheur. Avec les dictatures, la volonté de fuir l'espace carcéral africain ne fait que croître et quoi que l'Europe puisse faire, elle n'arrêtera pas la dynamique migratoire qui pousse les Africains à fuir les dictatures en direction des démocraties. Un petit conseil et pas des moindres : LA MEILLEURE FACON DE LUTTER CONTRE L'IMMIGRATION, C'EST D'AIDER A L'ECLOSION DE LA DEMOCRATIE ET A L'INSTAURATION DES DROITS DE L'HOMME EN AFRIQUE. Un proverbe africain dit : " Qui aime les poules ne peut répugner de trouver des fientes dans son poulailler". La poule symbolise nos richesses que les multinationales occidentales pillent avec la complicité des dictateurs et les fientes, ce sont les immigrés qui n'arrêtent pas de venir en Europe, quitte à mourir dans la Méditerranée. Si vous recevez de l'Afrique le pétrole, l'or, le diamant, le coltan, la potasse, le manganèse, l'uranium avec joie pour ce qu'ils vous rapportent en trillions d'euros, accueillez les Africains pour autant avec humanité. Vous ne pouvez pas piller nos richesses, soutenir les dictatures des "gouverneurs noirs" et ne pas tolérer nos peaux anthracites dans vos belles rues blanches... 

GMA_1.jpg

GMA_2.jpg

GMA_3.jpg

GMA_4.jpg

GMA_5.jpg

GMA_6.jpg

GMA_7.jpg

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 17:35
Repost 0
Published by Lion De Makanda Benzila
commenter cet article
28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 15:12

Les Africains prennent conscience que politiquement parlant, la situation de nombreux pays du vieux continent, à quelques exceptions près, est identique : violences, conflits, barbarie, dictature, pauvreté, sous-éducation, absence de soins primaires, non-respect des droits élémentaires et constitutionnels, pillage des matières premières, conditions d'hygiène et de vie déplorables pour les populations privées d'infrastructures de base, absence de liberté d'expression, etc. Ce samedi 27 décembre 2014 a été organisée à Paris une grande marche africaine réunissant les citoyens de plusieurs pays dont nous mettons en ligne une vidéo.

La conscience politique se panafricanise doucement. Ensemble, nous sommes plus audibles. Ensemble, nous sommes plus forts. Si nous autres Africains ne prenons pas conscience que nos sorts sont liés, ils nous détruiront à petit feu. Ils ne se contenteront pas seulement de piller nos ressources mais prendront nos vies au travers de virus inoculés par le biais de vaccins avec la complicité de l'OMS. D'ailleurs, ils ont des programmes de réduction démographique par le SIDA ou Ebola qui ruinent déjà de nombreux pays africains en décimant des cadres ou des médecins, des virus fabriqués en laboratoire (Fort Mc Kinley pour le virus du SIDA). Sans manipulation génétique de la part de l'homme, un virus innofensif ne peut pas changer de nature. ILS LE SAVENT TRES BIEN.

sida-fbi.jpg

Les gouverneurs noirs, nos chef d'Etat, ne sont en fait que des "gardiens de prison". Cela ne vous étonne pas que certains d'entre eux soient de purs étrangers qu'on présente habilement comme des fils du pays ? C'est qu'un étranger ne peut avoir pitié d'un peuple dont il n'est pas issu : il vendra les ressources, asservira le pays en le pliant par le fer, les larmes et le sang. Ali Bongo en est la dernière illustration en date et je ne parle même plus de Denis Sassou Nguesso et du premier Rwandais de la RDC. Il ne suffira pas de faire fuir le gardien de prison en demeurant emprisonné : il faut et sortir de prison et détruire la prison. Cela signifie qu'il faut des connivences au dedans et au dehors de la prison. Un système carcéral peut très bien être à ciel ouvert. Les chaînes ? Elles se trouvent dans nos cerveaux. Il n'est plus utile d'entraver les pieds et les mains quand le cerveau se trouve dans le carcan d'idéologies déversées sur le continent depuis des centaines d'années qui ont produit un certain complexe d'infériorité et une cécité culturelle.

Le concept de prison doit être compris au sens le plus large du terme comme une privation, une restriction, une suppression, une négation de votre liberté, de vos droits les plus élémentaires, de votre liberté de circuler, d'agir voire de penser (le cas de la télévision est illustratif de la subtilité du contrôle de notre esprit par l'élite politico-économique qui subliminalement modifie vos goûts, vos valeurs, votre perception esthétique, vos choix). En prison, le premier sentiment que l'on ressent c'est son impuissance face à l'oppression du système, le fait que le système vous met au ban de l'humanité, comme si vous étiez en cage. En prison, l'homme est réduit à l'état d'objet car il est privé de la possibilité de se définir et d'acter pour donner du sens à son existence. Bref, en prison, on passe de sujet à objet, exactement comme lorsque survient une dictature dans un pays. Lorsque vous vivez dans une dictature, vous ressentez ce sentiment d'impuissance, cette onde presque psychotronique de l'oppression comme si le système surveillait et contrôlait vos moindres faits et gestes (nous l'avons ressenti en 2008 au Congo où nos compatriotes avaient peur de parler de politique - alors que la politique concerne chaque individu). Seule une révolte collective - comme le soulèvement général que nous avons observé au Burkina Faso - peut casser les barrières psychologiques, les fers mentaux qui empêchent un peuple de jouir de toute sa liberté de sentir, d'agir et de penser. J'entends encore Rousseau dire : "L'homme est né libre mais partout il est dans les fers (c'est-à-dire en prison)" Comme il avait raison !

Il ne suffira pas de sortir un pays africain de la prison dictatoriale ; l'Afrique est un pénitencier qui mérite que tous les pays soient libérés. Le plus difficile sera de détruire les prisons dont les possesseurs se trouvent ... en Occident. Ceux qui téléguident les dictateurs noirs sont ceux-là mêmes qui ont jeté leur cupidité sur nos ressources en méprisant les peuples qui ne sont pour eux que quantités négligeables. L'ennemi n'est pas simplement celui qui a pris la place du colon mais le colon qui n'a pas cessé d'être colon.

Si l'Occident le désirait, il pourrait arrêter nos dictatures en jouant juste sur une donnée : la monnaie. En bloquant les comptes de tous les dictateurs et en leur empêchant de manipuler les comptes des Etats, aucune dictature ne tiendrait une semaine. La plus redoutable des armes est l'arme fiduciaire mais pourtant, ils ne bougent pas le petit doigt, eux qui connaissent tout des magouilles de Sassou, Bongo, Eyédéma, Kabila, Biya, Nguéma, etc. NOUS DEVONS ELEVER NOTRE CONSCIENCE POLITIQUE, MES FRERES AFRICAINS !

 

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 15:05

Afin de montrer que toute l'Afrique aspire à l'alternance démocratique, le 27 décembre 2014, de nombreux citoyens originaires de divers pays africains ont or...

Afin de montrer que toute l'Afrique aspire à l'alternance démocratique, le 27 décembre 2014, de nombreux citoyens originaires de divers pays africains ont or...

Repost 0
Published by Ibnzila Mouvimat
commenter cet article
25 décembre 2014 4 25 /12 /décembre /2014 19:11
Repost 0
Published by Lion De Makanda Benzila
commenter cet article

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg