Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 16:17

ldm-mbiki.jpg

La politique est avant tout une affaire d'hommes. Une façon de dire que la politique dépend de la volonté et de l'idéal des hommes qui l'exercent. Vertueux, ils pratiqueront une politique vertueuse car, corrompus, ils contamineront les autres, au détriment de la grande majorité de la société.

Ce n'est donc pas par choix de carrière ou par opportunité que l'homme se présentera à vouloir régler les problèmes de tous qui trouvent leur solution dans la politique qui nous concerne tous, mais par l'engagement de ceux qui se sentent interpelléspar le peuple pour le servir en prenant des décisions qui déterminent son avenir dans le bon sens.

 

             La priorité est de redonner confiance au Peuple en prenant en compte ses défis.

C'est dire toute l'importance et la responsabilité qui incombe à la classe politiqued'une Nation. Qu'on se souvienne de Néron, de l'Allemagne nazie sous Hitler avec toutes ses atrocités. Qu'on se souvienne aussi de Solon le sage qui parvint à résoudre la grave crise politique qui secouait la Grèce son pays. Qui a oublié Lumumba assassiné et son dessein de faire profiter les richesses du Congo à ses compatriotes ? Avons-nous besoin de prendre en exemple Nelson Mandela, père de l'Afrique du sud arc-en-ciel, pour illustrer le bien-fondé de nos propos ?

 

Le Rassemblement des véritables opposants, c'est à dire ceux qui sont acquis à la Restauration de la Démocratie et au Départ sans Condition de Denis Sassou Nguesso avec tout son systèmeétant UNE URGENCE:

c'est sur cette base que LE LION DE MAKANDA etMBIKI DE NANITÉLAMIO sont entrés en contact et ont décidé de proclamer leur rapprochement pour signifier au Congo profond que ses fils et filles désireux de porter une autre vision politique ont ressenti la nécessité de former UN FRONTde véritables opposantspour barrer le chemin à tous les opportunistes qui n’œuvrent que pour la satisfaction de leur propre ambition, au moment où le peuple tient à se libérer d'un clan responsable de la décadence du Congo qui manque d'eau potable alors l'hydrologie du pays ne s'y prête point.

 

N'est pas homme politique qui le veut, faire la politique dépend avant tout de la qualité des hommes qui savent que c'est auprès du peuple qu'ils iront solliciter le POUVOIR pour le servir et non se servir car, même si les textes et les projets sont les meilleurs du monde, portés par des hommes qui se partagent le pouvoir, aucun développement ne peut en découler en faveur du Peuple car le dialogue que les uns sont en train de vendre et les autres tiennent à acheter maintenant : IL NE PEUT EN RESULTER QUE SOUFFRANCES, MISERE SOCIALE ET MULTIPLICATION DESANTIVALEURSque nous sommes en train de décrier.

 

Ensemble, le LION DE MAKANDA et MBIKI DE NANITÉLAMIO poursuivent l'objectif de la consolidation de l'alliance des hommes qui sont pour le RASSEMBLEMENT et LE CHANGEMENT afin de préparer le Congolais qui se sentira être appelé en politique par le Peuple, demain.

 

                            Vive le Congo libéré de la dictature et de la traîtrise de ses propres fils,

                                            Vive le renouveau politique de notre pays en marche,

                                                                      Vive la République !

 

                                                       SIGNATAIRES :

 

LION DE MAKANDA                                                MBIKI DE NANITÉLAMIO

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 16:54

Le dialogue apparaît nécessaire lorsque du constat général, les choses semblent dériver dangereusement vers une crise majeure sociopolitique future. Oui, il faudra bien que l'on débatte de l'avenir du pays parce que la gestion du denier public, le respect des droits fondamentaux ainsi que l'absence d'une vision claire de l'avenir posent problème. Non, la constitution n'est pas sujet à débat car elle a permis le fonctionnement harmonieux des institutions de l'Etat jusqu'à présent. CE N'EST PAS LA FAUTE DES TEXTES CONSTITUTIONNELS SI LES MEMBRES DU PCT AU SOMMET DE L'ETAT NE LES RESPECTENT PAS. Alors, un débat sur commande ne changera pas la nature du vrai problème que connaît notre pays : la mauvaise gestion de la chose publique accompagnée de l'ethnodiscrimination. Quelques gangsters ethnisés élargis en clan de boukouteurs ont pris tout un pays en otage. cette situation dégradante ne peut plus durer.

Qu'importe que quelques membres du PCT gesticulent à Paris pour maugréer et ne rien dire car nous savons qu'ils n'ont aucun degré de liberté et ne réagissent que comme quelques automates à l'esprit brouillé par des billets de banque.

Si l'on veut le consensus, le vrai, pas simplement, un soutien monnayé et partisan comme celui du PCT, il faudra un vrai dialogue national pour préparer la sortie de Denis Sassou Nguesso. Oui, pour discuter de son départ, examiner son bilan à la tête du pays depuis dix-sept ans mais non à un débat qui vise à ce qu'il reste à la tête de l'Etat. Il a fait son temps. Il doit sortir par la porte constitutionnelle. Ceux qui le soutiennent ne pensent qu'à leur propre avenir et non à celui du pays. Le Congo est plus grand que Denis Sassou Nguesso et même plus grand que tous les Congolais réunis : LE CONGO, SELON LA VISION DE NOS ANCETRES, CE SONT NOS MORTS, MARTYRS OU PAS, LES VIVANTS ET CEUX QUI VONT NAITRE. NUL N'A LE DROIT DE GACHER L'AVENIR DE TOUT UN PAYS POUR LA SATISFACTION DE L'EGO DEMESURE D'UN INDIVIDU.  Sa cause ne peut être trahie juste pour satisfaire l'ego d'un individu ou de quelques canailles politiques qui jouent aux gangsters nageant dans l'impunité absolue depuis dix-sept ans.

Vous pouvez multiplier les réunions du PCT à Paris que ça ne changera rien : le PCT n'est pas plus grand que l'ensemble des Congolais et ne représente que quelques intérêts partisans et non la masse des souffreteux qui végètent au pays.

A tous les gredins rouges (comme votre drapeau) qui veulent jouer aux traîtres de la nation, nous disons : GAME IS OVER. Le PCT n'a aucune légitimité en ce qui concerne la modification légale de la constitution. Tout le reste est une sordide tentative de manipulation qui ne trompera pas les vrais fils du TSI. LA SOUFFRANCE DU PEUPLE CONGOLAIS A TROP DURE. VOUS, PCT-FRANCE, AVEZ LA LIBERTE D'EXPRESSION EN FRANCE - CELLE-LA MEME QUE VOUS REFUSEZ AUX CITOYENS QUI NE PENSENT PAS COMME LES TENORS DU PCT MAIS VOS DISCUSSIONS N'ONT AUCUN IMPACT LEGITIME SUR LE MAINTIEN OU NON DE L'ACTUEL CONSTITUTION ET VOUS NE NOUS FORCEREZ PAS A UN REFERENDUM QUI NE SE JUSTIFIE PAS. Pérorez pendant des heures si ça vous chante, usez et abusez de l'argent public que l'on met à votre disposition pour louer des salles presque vides mais sachez que vous perdez votre temps car nous n'attendons qu'une seule chose : QUE DENIS SASSOU NGUESSO LANCE LA PREMIERE SOTTISE SUR LA PORTE CONSTITUTIONNELLE...

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 14:11

togo7.jpgL'Afrique est en ébullition politique. Telles des eaux souterraines qui cherchent désespérément un cheminement vers l'océan de la liberté, l'Afrique sous le carcan des dictatures cherche SA démocratie. Dans le sang et les larmes. Des autres. Dans la douleur. Des autres. Non, cette fille de la liberté n'est pas l'apanage de l'Occident - même si elle a du mal à s'accommoder de la pauvreté établie depuis les temps coloniaux en Afrique, pauvreté qui mine les coeurs et les esprits. Ailleurs, ils ont dû passer par la guillotine et la Bastille pour en arriver à la république et de la république à la démocratie.

Nous, au Congo, nous avons eu la république en présent deux ans avant l'indépendance. La république, un présent que nous ne parvenons pas à déployer parfaitement depuis cinquante-quatre ans - pour la faire voler comme en Occident. Idem pour la démocratie imposée à la Baule par François Mitterrand. La démocratie et la république, ça se mérite ! Il ne suffit pas de les décréter ou de les recevoir en présents ! Comme qui dirait : il faut gagner la république et la démocratie pour les mériter. Il en fut ainsi au départ en Occident. L'Afrique doit en payer le prix. L'arène où se déroulera la bataille ? LA RUE - même si l'Afrique a aussi ses "Bastilles" !

Il y a eu la révolution de Jasmin en Tunisie contre Ben Ali avec contagion en Egypte où l'armée a repris les affaires en main depuis un moment. Elle fut vite assimilée au monde arabe et à sa fougue. Certains spécialistes devisaient que la "révolution" ne traverseraient jamais les Tropiques pour déferler sur le riche golfe de Guinée. C'est plus du domaine du souhait que de la réalité historique que nul ne peut prévoir à l'avance. Les étincelles du feu du Tunisien immolé ont fini par atteindre le Burkina Faso et aujourd'hui le Togo. Nous sommes en Afrique de l'ouest. Si on descend d'un cran, on traverse les Tropiques pour se retrouver en Afrique centrale. Patience ! La bicyclette de l'histoire finira par atteindre les rives du fleuve Congo...

Peut-on peut parler de démocratie sans votes libres et transparents ? Non. Peut-on parler aussi de démocratie sans alternance ? Non plus ! IL FAUT SE BATTRE POUR REMPLIR LES CONDITIONS D'UNE VERITABLE ALTERNANCE DEMOCRATIQUE EN AFRIQUE. SI LA DEMOCRATIE EST UN LUXE COMME L'AVAIT AFFIRME LE PRESIDENT JACQUES CHIRAC, ALORS L'ALTERNANCE RESSEMBLE A DE LA HAUTE COUTURE POLITIQUE QUI PRODUIT CE LUXE AVEC LES FILS DU VOTE TRANSPARENT...

togo1.jpgDepuis hier, le Togo, au travers de deux manifestations, voit son peuple se diviser entre ceux qui soutiennent le maintien de la constitution actuelle - le camp au pouvoir et ceux qui veulent le changement - à savoir l'opposition lasse du long règne des Eyadéma à la tête du pays. Dans la nouvelle constitution togolaise que Denis Sassou Nguesso doit leur envier, il n'y a pas de limitation de mandat et l'élection se joue à un tour comme au Gabon. Aujourd'hui, l'opposition a compris que cela constitue un déni de démocratie car Faure Eyédema peut rester au pouvoir jusqu'à sa mort comme le fit son père avant lui - comme dans une monarchie républicaine à la sauce gombo.

La situation togolaise ne tient pas la ressemblance avec le Burkina Faso parce qu'au pays des hommes intègres l'alternance passait par le maintien de l'actuelle constitution tandis qu'au Togo dame alternance exige que la constitution soit modifiée. DONC LA QUESTION CENTRALE EST L'ALTERNANCE QUI SEMBLE PEU RESOLUE A EPOUSER L'HISTOIRE POLITIQUE AFRICAINE. Au Burkina, la domination des Mossis (50% de la population) et la détermination à l'alternance du fait du long règne de Blaise Compaoré a fait le lit de l'unanimité. Au Togo où nos regards se tournent, on ne fera pas l'impasse d'un affrontement populaire si l'absence de dialogue persiste. Encore une fois l'Afrique innove en démontrant sa capacité à résoudre le même problème (ici la dictature et son refus de l'alternance) par des voies différentes. Non, l'Afrique n'est pas que le continent de la démesure ; il est surtout le continent des impostures : imposture identitaire, imposture religieuse, imposture politique, imposture économique, bref, imposture historique et cela prendrait trop long à le démontrer.

Là où l'alternance politique est enchaînée, bâillonnée, piétinée, il y a DICTATURE. C'est même l'un des indicateurs sociologiques de la tyrannie politique avec le viol des libertés fondamentales, le détournement des deniers publics, la corruption, etc. Donc tout doit être fait pour se frayer un chemin vers l'alternance, gage de résultats politiques. Les dictateurs savent que jugés aux résultats, ils ne font pas le poids - donc ils refusent l'alternance en bidouillant les constitutions.

togo4.jpgMême si l'Afrique gagnait la bataille de l'alternance, rien ne garantirait la transparence démocratique car on l'a vu en RDC, au Togo, que l'alternance peut se jouer au sein d'un même camp, d'une même ethnie ou d'une même famille. En Afrique, dès qu'on semble trouver un nouveau remède politique, surgit brusquement une nouvelle complication. Nous ne sommes pas sortis du piège tendu par les conservatismes dicatatoriaux et leurs complices internationaux qui veulent nous maintenir la tête sous l'eau. Au Burkina, l'armée s'est accrochée au pouvoir puisque le lieutenant colonel Isaac Zida est premier ministre et nous parions qu'il y aura d'autres militaires dans le nouveau gouvernement. Par contre, la Tunisie vient de connaître ses premières élections libres, transparentes - c'est-à-dire, démocratiques. C'est une guerre mentale comme je le disais à un de mes amis qui se moquait de moi. C'est en musclant les cerveaux de nos concitoyens et en libérant la parole de ceux-ci que la lave de la contestation réussira à se frayer un chemin vers l'océan de la liberté pour nager un jour en pleine démocratie. QUE LA FONDATION JACQUES CHIRAC AIT PRIME UNE BLOGUEUSE TUNISIENNE, TOUT UN SYMBOLE...

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 20:11

COMMENTAIRE : Guy Parfait Kolélas, ministre de la fonction publique de son royaume, vient de recevoir 6 milliards de francs cfa de la part de Denis Sassou Nguesso. Désormais, il n'aura plus à envier son demi-frère Hellot Mampouya d'être devenu milliardaire avec de l'argent public puisque lui ausi l'est devenu ! Quand je vous dis que Denis Sassou Nguesso ne fait les choses que pour sa gloire personnelle, vous avez ici la preuve que décaisser des milliards de francs cfa pour bien se faire voir à l'extérieur ou à l'intérieur du pays ne lui pose aucun problème : il ne travaille que pour sa gloire et cette gloire n'existe que s'il garde le pouvoir. Donc pour le conserver, il est prêt à tout. Il se passera encore des choses d'ici 2016...

Corrompre un fils du Pool pour qu'il corrompe à son tour ses propres frères. C'est une stratégie qui aurait pu marcher à l'époque de Néron mais il est moins certain qu'elle fonctionne aujourd'hui, le peuple prenant vite les billets car il sait que cet argent est le sien mais ne suivant plus les directives assignées par le corrupteur. Que Guy Parfait Kolélas sache que distribuer quelques milliers de francs cfa aux populations du Pool ne suffira pas à faire en sorte que Denis Sassou Nguesso, l'homme qui a massacré les fils du Pool au Beach et lors de l'opération Mouébara se fasse bien voir. Un petit conseil : garde tes milliards mal acquis. Tu pourrais en avoir besoin en exil, demain !

KolelasCorrompu.jpg

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 19:08

COMMENTAIRE : Tandis que le monde entier regardait avec grand intérêt ce qui se passait au pays des hommes intègres, au Congo-Brazzaville, les chaînes d'Etat ou affiliées au pouvoir n'ont pas eu le quitus pour évoquer la chute de Blaise Compaoré au Burkina Faso. Nul besoin de donner des idées révolutionnaires et renversantes au pacifique et amorphe peuple congolais ! Pour le moment, le statu quo fait l'affaire du pouvoir. Montrer à la télé des hommes et des femmes qui vont faire échouer la tentative de modification de la constitution burkinabée aurait pu coûter leur place à quelques journalistes audacieux. La presse officielle a donc fait l'autruche. Si le silence correspondait dans cette affaire à garder de quoi payer son moungouéllé, il fallait la boucler pour ne pas amplifier les malaises du grand ndzokou.

Cependant, les réactions concernant la victoire d'un peuple sur un dictateur, à Brazzaville, à Kinshasa, à Cotonou, à Lomé ou ailleurs, dans les palais, ont fini par parvenir jusqu'aux oreilles de la presse. Nous les partageons avec vous dans cet article. On sait que Denis Sassou Nguesso a beaucoup compati à la chute de Blaise Compaoré à qui, paraît-il, il aurait promis des soldats pour mâter le peuple burkinabé mais ce n'est qu'une rumeur - rien de fondé. Par contre, il n'a pas arrêté de l'appeler pour prendre de ses nouvelles. Lisez donc les deux articles ci-dessous.

Après avoir entendu ce que François Hollande vient de déclarer aujourd'hui, à la fondation Chirac, sur les dictateurs, nos pachydermes qui ont la peau politique si dure, doivent se dire que l'ère des mammouths est sur le point de toucher à sa fin puisque même le maître ne veut plus de ses serviteurs qui affament et malmènent leurs peuples.


Le cas Compaoré représente un précédent qui a déjà fait reculer le PCT au début du mois de novembre dans la mesure où sa réunion sur le changement de la constitution n'a pas débouché sur une déclaration franche, le parti se dédouanant sur sa base.

Les Africains changent et prennent conscience de leurs droits. Plus personne ne peut plus se contenter de terroriser son peuple pour se maintenir au pouvoir. Il va falloir se faire à l'idée que l'Afrique change ; ce changement inclut une certaine perception de la politique. Ceux qui ne voudront pas se résoudre à comprendre les mutations en cours risquent de se voir emporter par la lame de fond qui partie de la Tunisie, déferle désormais sur l'Afrique dite "noire".

OUI, IL PEUT Y AVOIR ET IL Y AURA CERTAINEMENT UNE REVOLUTION POLITIQUE SOUS LES TROPIQUES. RESTE A EN SAVOIR LA NATURE ET A EN MESURER L'AMPLEUR...

semoncecompaore.jpg

SassouSouffleLeChaudetlefroid.jpg


Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 17:47

PaulMakaya.jpgCOMMENTAIRE : Voici une alerte du Parti Libéral Congolais (PLC) trouvée sur les Réseaux sociaux selon laquelle monsieur Paulin Makaya, président de l'UPC (Unis Pour le Congo), récemment revenu sur sa terre natalego, le Congo, pour livrer le combat politique de l'intérieur, a échappé à un lynchage organisé par les hommes de basse besogne de Jean François Ndenguet, des policiers sans uniforme de police appartenant à un gang organisé qui sème la terreur à Brazzaville.

D'un côté, le régime des crocodiles du PCT prétend dialoguer ou rechercher un consensus à propos d'un débat sur la constitution qui n'a pas lieu d'être, de l'autre, il intimide ou agresse tous ceux qui ont une opinion contraire au système et qui le font savoir publiquement. En mode dictature, le consensus signifie que l'on accepte sans broncher le point de vue du dictateur.

Non, Denis Sassou Nguesso n'est pas pour le dialogue ou le consensus - sauf s'il vous impose sa volonté. Nous félicitons les populations de s'être interposées pour éviter le genre de saccage qui s'est produit au domicile de Clément Mierassa. Voilà donc comment les pachydermes jouent à la démocratie : en pratiquant la dictature ! ILS DEMOLISSENT TOUS CEUX QUI NE PENSENT PAS COMME EUX...

NOUS ATTENDONS QUE LE PEUPLE CONGOLAIS SE LEVE COMME UN SEUL HOMME DES QUE DENIS SASSOU NGUESSO LANCERA LA PREMIERE SOTTISE SUR LA PORTE CONSTITUTIONNELLE. Il y a une mi-temps pour la peur et la seconde pour le courage. Nous sommes entrés dans la seconde période du match contre la dictature depuis que Blaise Compaoré a été chassé du pouvoir au Burkina Faso.

                                                               *

                         ALERTE, ALERTE, TENTATIVE D’AGRESSION ECHOUEE A BRAZZAVILLE
PLC COMMUNIQUE : Nous tenons à dénoncer vigoureusement la descente punitive organisée encore par la police du PCT, pour agresser physiquement le Président de l’UPC, monsieur Paulin Makaya à son domicile ce lundi 1
7 novembre 2014 aux environs de 08h30 du matin.
L’escouade était composée de 40 personnes en civils, tous des karatékas, qui ont perçu chacun pour cette mission, la modique somme de 7000 frs Cfa. Dans le groupe se trouvait un certain Cyriaque et un garde de corps du Général jean François Ndenguet, directeur général de la police du Congo qui a été identifié.
Ce groupe qui sème la terreur et la mort à Brazzaville, est arrivé à bord d’un (1) bus Coaster et de trois (3) taxis.
Le président Paulin Makaya, n’a eu la vie sauve, que grâce à la mobilisation des populations de son quartier qui voulait en découdre avec les assaillants.
Nous dénonçons avec la dernière énergie, ces méthodes de la Gestapo hitlérienne, qu’utilisent les thuriféraires du pouvoir de monsieur Denis Sassou Nguesso, pour brutaliser, terroriser, terrifier et intimider tous les opposants à leur domicile. 
Le peuple conscient est contre tout projet de modification ou de changement de la Constitution au Congo. 
monsieur Sassou à l’issue de son second et ultime mandat de président de la république doit prendre sa retraite en 2016 ; c’est définitif.
Cependant, nous tenons monsieur Denis Sassou Nguesso, pour responsable de toutes sortes des sévices corporels qui pourraient arriver aux opposants congolais à Brazzaville et partout dans le monde.
Ces actes de bestialité et de barbarie n’entameront en aucun cas la détermination du peuple congolais, longtemps terrorisé, à venir à bout de ce système obsolète.

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 11:49

John-Binith-Dzaba-copie-1.jpgL’UPADS PRO-SASSOU, un des principaux partis d’opposition sur le papier, est en réalité un outil au service du pouvoir cynique et sanguinaire de Monsieur Denis Sassou Nguesso.  Pour éviter toute affirmation gratuite et pour favoriser une compréhension saine des événements politiques congolais, nous avons décidé de vous dévoiler quelques éléments tenus secrets. Vous pourrez ainsi vous constituer  une opinion éclairée sur ceux qui se disent « opposants ».

1/ L’assiette au beurre: la vente du siège de l’UPADS et la spoliation des militants.

Situé à Brazzaville au rond-point de la coupole, le siège de l’UPADS a été vendu au mépris de toute règle démocratique et surtout au grand mépris des militants à la société chinoise Asia, dont SASSOU NGUESSO est en réalité le vrai propriétaire. Ce patrimoine a rapporté plus de 1.850.000.000 FCFA (un milliard huit cent cinquante millions de CFA) à ceux qui l’ont vendu. Vous nous lisez bien, ce patrimoine a été volé au parti et donc aux militants. Ce qui est impensable ailleurs est normal dans un Etat-voyou ! Le système Sassou, ça n’est que ça, c’est la voyoucratie. L’UPADS n’échappe pas à cette tare imposée. Cette vente, ou plutôt ce vol, s’est fait par Tsaty Mabiala avec l’aval de Poungui, Gamassa, Ndekesse, Bayande et autres. Comme le prévoyait leur plan de pirates, ils se sont partagés le butin avec  Jocelyne Lissouba, qui montre une fois de plus de quel côté elle est.

L’immeuble de l’UPADS appartient à l’UPADS et aux militants : cette vente s’est volontairement faite dans l’obscurité totale. C’est une honte de plus. Que l’on m’attaque en diffamation si ce que je dis n’est pas vrai ! J’assume pleinement mes accusations car c’est le peuple congolais que l’on trompe et que l’on piétine à longueur de temps !

Monsieur Tsaty-Mabiala est comme Monsieur Sassou-Nguesso : aussi vil, aussi traître et aussi malveillant. Tout pour eux. Rien pour le pays qui crève !!!

Militants des grands partis comme l’UPADS, le MCDDI…, ne vous laissez plus abuser par les discours séducteurs mais biaisés de ceux qui ont confisqué la tête de vos partis à leur seul profit ! Rejoignez la Résistance !

 Nous avons, ainsi que tous les autres combattants pour la Justice et la Liberté, réussi à convaincre les Congolais de ne pas se rendre aux urnes pour un scrutin truqué. Nous avons convaincu ceux qui étaient tentés de bonne foi de se présenter à cette vaste farce, de ne pas faire le jeu des tricheurs. Notre combat des prochains jours, c’est de chasser ces voyous en continuant sans relâche à défendre l’ordre et la morale ! Le Congo a besoin de bonnes valeurs et d’exemplarité ! Le changement ne passera pas autrement !

Les politiciens sans foi ni loi comme les Sassou Nguesso et Tsaty-Mabiala sont des gens centrés sur eux-mêmes qui utilisent la bonne foi des innocents pour assouvir leurs besoins de parasites. Pour le bien de tous, ils doivent absolument faire place nette.

2/ Tsaty-Mabiala et la mort du colonel Gaspard LOUNDOU en octobre 1997.

 Au nom du SACER et au nom de tous ceux dont la voix est bâillonnée, puisqu’il est question aujourd’hui de Monsieur Tsaty-Mabiala, je l’invite à rendre des comptes sur la mort du dernier chef d’Etat-major du Président Lissouba, le colonel Gaspard LOUNDOU. En effet, Monsieur Tsaty-Mabiala était ministre de la défense lorsque le colonel Gaspard LOUNDOU a disparu pour toujours, enlevé et assassiné entre Madingou et Loudima, le fief de Monsieur Tsaty-Mabiala. Cela lui donne deux bonnes de raisons de s’expliquer. Personne n’a jamais retrouvé le corps du colonel Gaspard LOUNDOU, ni ceux de son chauffeur et de la trentaine de ses gardes qui composaient son escorte. Quant aux véhicules, ils ont purement et simplement disparu. Il faut dire que le crime a rapporté gros : le Colonel Gaspard LOUNDOU, dernier chef d’Etat-major du Président Lissouba était chargé de récupérer le trésor de l’armée, à vrai dire beaucoup d’argent. Ce véritable guet-apens n’a jamais été expliqué à ce jour. Aucune enquête n’a jamais été diligentée pour faire la lumière sur cette affaire. Tout comme le reste, j’assume pleinement mes propos. Qu’ils me poursuivent devant les tribunaux impartiaux de la Justice française si ce que je dis n’a pas lieu d’être dit !!!

Ne soyez plus dupes de ces marchands de rêves, Tsaty-Mabiala et Sassou Nguesso font partie d’une seule et même catégorie de personnes: ce sont de dangereux voyous.

Il est important que vous compreniez qui est vraiment Tsaty-Mabiala : il a des casseroles qui mettent en lumière son potentiel criminel et sa soif d’argent comparables à ceux de Denis Sassou Nguesso. Comme lui, c’est un homme déterminé à faire du mal au Congo et même pire que ça… Tsaty-Mabiala n’est pas de l’opposition, c’est un allié du PCT. Les choses sont claires et nettes.

 En conclusion: le SACER appelle les militants de l’UPADS, du MCDDI, du RDR, du RDPS et autres à prendre conscience et surtout à entrer en Résistance pour mettre ces voyous dehors. Le poisson pourrit toujours par la tête, alors changeons de têtes et n’acceptons plus les pourris! Seuls les plus honnêtes et les plus dignes doivent pouvoir conduire la destinée d’un pays! Sans cette exigence, c’est la décadence, le chaos et le désordre durable!

La démocratie pourra vivre quand Denis Sassou Nguesso et ses complices seront partis. Les grands partis meurent de ces complicités non dites et des double-discours qui ne visent qu’à tromper pour servir des intérêts égoïstes. Notre seul souci, c’est le bien du peuple. L’Education, la santé et l’Agriculture sont nos grandes priorités pour construire le Congo de demain. Nous devons par conséquent mettre en place une sécurité sociale universelle dans les six premiers mois de notre gestion du pays.

Pour finir, encore merci au peuple congolais d’avoir boycotté les élections locales du 28 septembre dernier. C’est une victoire non-négligeable qui s’ajoute aux précédentes et qui vous permet de croire que nous pouvons affronter l’hydre Denis Sassou Nguesso jusqu’à la victoire finale. Courage à cette jeunesse africaine déterminée et prête à prendre son destin en main.

Enfin, ce n’est pas le nombre d’arrestations qui nous donne de l’énergie, mais le bien-être du peuple congolais qui motive notre lutte. Notre dignité n’est pas à vendre.

Vive la République du Congo! Vive le Peuple congolais! Pour la Justice et la Liberté.

 John-Binith Dzaba, combattant pour la Justice et la Liberté

Président-fondateur du SACER (Service d’Action Civique Et de Résistance)

 

 

Repost 0
Published by John-Binith Dzaba - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 19:26

tract-ouagattitude.jpg

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 13:42

MichelKafando.jpgLe comité national de transition du Burkina Faso vient de nommer un civil à la tête de l'Etat en la personne de Michel Kafando. L'armée passe la main à un civil. Espérons qu'elle reste dans son rôle et dans les casernes. Isaac Zida a tenu sa promesse de passer le flambeau à un civil mais rien ne l'empêche de devenir par exemple premier ministre à la lecture de la charte de la transition rédigée et approuvée par tous. Nous attendons les nouvelles élections présidentielles dans un an - si tout se passe comme convenu dans la mesure où la constitution burkinabée a été réactivée.

Michel Kafando, 72 ans, diplomate, ancien ministre des affaires étrangères, ancien représentant du Burkina Faso à l'ONU, est le nouveau président par intérim du Burkina Faso. Il a été promu par un collège de désignation de 23 sages après la défection du favori monseigneur Ouedraogo que le Vatican ne voulait par voir exposé. Etaient exclus au poste de président par intérim les militaires et les présidents de partis politiques. Michel Kafando par contre ne pourra pas participer à la prochaine élection présidentielle ni les vingt-cinq membres de son gouvernement. Du moins, pour ce qui est de la charte de transition. Nous verrons si elle sera respectée à la lettre ou pas.

Un peu plus de deux semaines après le départ de Blaise Compaoré et le bref règne d'Isaac Zida, un civil prend le pouvoir mais nous savons que l'armée bien organisée reste en embuscade.

La question du statut de l'armée en Afrique doit être posée, débattue et résolue pour que plus un seul pays africain ne souffre d'un régime militaire à sa tête, l'armée ayant sur notre continent une fâcheuse propension à pointer l'arme sur le peuple dès qu'il n'est pas d'accord avec le système aux commandes d'un pays.

Le peuple burkinabè doit rester vigilant et toujours prêt à envahir la rue si sa volonté n'est pas respectée. Ce premier coup d'essai révolutionnaire doit devenir une redoutable habitude pour que plus jamais on ne refasse le chemin politique à l'envers. 

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 23:45

Si une parole, si la moindre petite critique suffisait à la nuisance de la sécurité du territoire au Congo, on le saurait. Encore faille-t-il que cela soit considéré comme un délit par la loi, jugé et condamné comme tel. D'ailleurs, pourquoi parler de loi quand la justice n'y a pas voix au chapitre ? Les excès de la dictature sont à l'image des excès de la colonisation lorsque les Occidentaux coupaient des têtes noires juste pour terroriser les autochtones afin qu'ils obéissent sans jamais discuter. Hier, le bourreau, le maître autoproclamé, venait de loin ; aujourd'hui, l'esclavagiste a les mains noires comme ses victimes.

Au Congo, des hommes disparaissent comme par enchantement sans qu'aucun membre de leur famille ne sache ce qu'ils sont devenus. Ces hommes sont tout simplement détenus en toute illégalité au mépris de leurs droits fondamentaux à la DGST. Ils sont jetés aux oubliettes et traités comme des animaux. Cependant, quelqu'un finit par les voir, deux yeux qui parviennent à sortir de cet enfer pour dire à la face du monde combien des hommes, des fils du Congo, sont réduits à l'état de larves humaines - par des bourreaux qui agissent juste parce qu'il faille terroriser un peuple pour qu'il soit réduit au silence à jamais. Pourquoi ? Parce que TOUTE VRAIE LIBERATION COMMENCE PAR LA LIBERATION DE LA PAROLE.

La Direction Générale de la Sécurité du Territoire, une prison hors-la loi, une zone de non-droit, un lieu de tourmente où des hommes qui sont arrêtés sans décision de justice croupissent certains depuis des années. Il y a des vies que des familles recherchent en vain depuis une, deux trois, quatre, cinq ans ou plus. Ils ont été enlevés et croupissent à la DGST, une véritable zone de non-droit où des vies sont privées de liberté - sans le moindre jugement, sans la moindre raison, juste à cause de leurs opinions politiques.

Il y a des prisonniers politiques au Congo. Des hommes qui croupissent dans les geôles de la DGST dirigée par Philippe Obara. S'il affirme le contraire, qu'Amnesty International ou la Croix-Rouge soient autorisés à visiter les caves de cet établissement qui n'a aucune légalité à retenir des citoyens de mon pays pour des raisons politiques, juste pour leurs opinions. Des Congolais, nos frères, qui y sont embastillés, torturés depuis des années.

Il faudra certainement un jour prendre la DGST comme on prit la Bastille. Des hommes qui ont perdu tout espoir, des hommes qui ne savent plus quel goût a la liberté, y croupissent dans leurs propres larmes et leur propre sang. NOUS, CONGOLAIS, AVONS NOTRE BASTILLE EN CET ENDROIT SORDIDE OU DES VIES DISPARAISSENT SANS QU'ON SACHE QUOI QUE CE SOIT SUR LEUR SUPPLICE.

A ceux de mes frères qui y croupissent dans les ténèbres de l'injustice, dans la soif, la faim et la torture quotidienne, vous sortirez de cet enfer car nous avons appris ce que vous y subissez. Même les nazis ne purent exterminer toutes leurs victimes. L'heure du salut finira par sonner.

Il est donc faux de dire que nul n'est emprisonné au Congo à cause de ses opinions car la DGST détient au Congo des PRISONNIERS POLITIQUES. Nous disons à Philippe Obara qu'il s'agit de crimes contre l'humanité dont lui et ses sbires se devront de rendre des comptes au peuple. Cette barbarie aura une fin et nous sommes déterminés à l'éliminer de la face de la terre.

Non, ces crimes ne sont pas justifiés par la conservation du régime au sommet de l'Etat. Nous y lisons là une soif de sang, une envie de violence gratuite, l'expression la plus sordide d'un régime pire que le nazisme.

NOUS DEMANDONS A AMNESTY INTERNATIONAL ET A LA CROIX-ROUGE DE VERIFIER QUE CE QUE NOUS ECRIVONS ICI NE RELEVE PAS D'UNE LUBIE. Le monde dit civilisé doit savoir qu'il y a au Congo, au XXI ème siècle, des PRISONNIERS POLITIQUES qui subissent la pire des injustices dans le pays où ils virent le jour. JUSTE PARCE QU'ILS RECLAMENT PLUS DE JUSTICE, PLUS DE DEMOCRATIE, PLUS DE LIBERTE...

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg