Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 12:27

NorbertDabira.jpgConvoqué devant le juge ce 5 décembre 2014 pour répondre à sa mise en examen en France dans l'affaire des massacrés du Beach de Brazzaville, le général Norbert Dabira, pour certains, serait déjà en France avec sa femme tandis que d'autres rétorquent que Denis Sassou Nguesso l'en aurait dissuadé, l'affaire étant déjà jugée à Brazzaville dans une sorte de  farce juridique - alors qu'en France, on affirme qu'il s'agit d'un autre procès qui n'a rien à voir avec la mascarade de justice de Brazzaville.

Nous souhaitons faire la part des choses et demandons à tous ceux qui peuvent infirmer ou confirmer l'information de nous écrire par le menu contact du blog, sur Facebook voir par mail pour ceux qui peuvent le faire.

Si le général Dabira n'a rien à se reprocher, il n'a rien à redouter de la justice française. Par contre, s'il se défile devant le juge d'instruction, cela donnerait matière à croire qu'il a quelque chose à se reprocher.

Ceux qui ne veulent pas qu'il se rende à la convocation devant le juge français redoutent certainement qu'il parle et dise des choses qui les compromettraient. Si Dabira n'est au courant de rien et surtout, s'il n'est pas impliqué dans quoi que ce soit, lui, l'un des plus grands idéologues du régime PCT, de quoi les crocodiles de l'Alima ont-ils peur ?

Nous espérons pour notre part que l'information qui prétend que Dabira se trouve en France avec son épouse soit avérée. De toute façon, on ne lui demande qu'une chose : DE DIRE LA VERITE, RIEN QUE LA VERITE...

LE GENERAL NORBERT DABIRA ET SA FEMME SERAIENT EN FRANCE DEPUIS LE 1er DECEMBRE 2014...

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 20:18

Un virus n'a pas de frontières. Il circule avec les êtres humains d'une zone à une autre, d'une région du globe à une autre, d'un pays à un autre. L'apparition du virus Ebola en Afrique de l'ouest a eu pour conséquence la prise de mesures préventives dans certains pays comme le contrôle de température aux frontières des personnes en provenance des zones à risque. Avec la porosité de nos frontières, il était prévisible qu'un jour Ebola pointerait le bout de son nez chez nous - sans crier gare ! Trop de ouest-Africains circulent librement entre le Congo et leurs pays respectifs - parfois sans visa ! Comme nous n'avons certainement pas de contrôle de température au laser dans nos aéroports, il est évident que quelqu'un pouvait - sans le vouloir - introduire la maladie dans notre pays sans qu'on y prenne garde.

Monoko na nga nganga ! J'ai été le premier à tirer la sonnette d'alarme sur le fait qu'Ebola avait de fortes chances de sévir dans notre pays (lisez mes articles à propos). En effet, il n'y a aucune disposition de contrôle en amont et en aval. Quelqu'un pouvait très bien se rendre dans une zone à risque et revenir au Congo avec le virus Ebola. Le temps que la maladie soit diagnostiquée, imaginez le nombre de personnes qui peuvent être contaminées...

Nous venons juste d'apprendre qu'une Malienne serait hospitalisée à l'hôpital A. Cissé de Pointe-Noire vraisemblablement porteuse du virus Ebola. Ce genre de malade ne devrait pas se retrouver dans un tel hôpital si populeux. Des mesures d'isolement devraient être prévues dans un endroit adapté à de tels malades. Le gouvernement avait soi-disant voté un budget à ce propos afin de mettre en place des mesures adaptées.

Nous attendons d'un moment à l'autre de plus amples informations. Si le cas est avéré, il faudra remonter tous ses contacts pour éviter que le virus ne se répande comme une traînée de poudre. Cependant, avons-nous des équipes médicales formées pour combattre une telle pandémie ?

Le gouvernement des crocodiles du PCT ferait en sorte de ne pas ébruiter cette affaire mais une personne a tenu à ce que cette nouvelle nous parvienne. Nous vous demandons d'en faire une large diffusion et de prévenir vos familles au pays.

Cette situation était prévisible. Mon Dieu, fasse qu'il s'agisse d'une fausse alerte car l'incompétence du régime en place risque de causer une hécatombe au sein de mon peuple !

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 11:06

"La mangue est mûre", vient de me dire un compatriote. Que nos jeunes frères ne fassent pas l'erreur de tomber avec elle dans les abysses de la colère populaire ! Même pour quelques centaines d'euros ou juste pour des promesses que les félons du régime pourri de Brazzaville ne tiendront pas ! Et même s'ils vous donnaient un peu d'argent ou des billets d'avion, vous perdrez bien plus aux yeux du peuple ! La crédibilité se perd vite - surtout quand les rumeurs se multiplient et, derrière, il n'est parfois plus possible d'en récupérer les morceaux. Nous qui sommes en province, nous pouvons pas tout le temps monter à Paris mais nous suivons ce qui s'y déroule.

Au Congo, en fait, sous le saupoudrage d'un pluripartisme proclamé, nous sommes revenus à l'époque du monopartisme triomphant. Il n'existe en fait qu'un parti, le PCT, les autres se contentant de faire de la figuration pour donner l'illusion de la démocratie pluraliste. Le PCT, le parti du président Marien Ngouabi, a été assassiné. Le parti qui porte le même nom et dont le chef n'est autre que l'assassin du vrai créateur du vrai PCT, n'a plus rien à voir avec les idéaux initiaux de son fondateur. Ils ont assassiné le PCT comme ils ont assassiné Marien Ngouabi, le fils du Congo qui aimait tant son pays - même si nous lui reprochons d'avoir élevé si haut la bête immonde qui finit par lui prendre la vie. Il ne reste plud du PCT que le nom, une coquille vide. Tout n'y est qu'intrigues, magouilles, corruption, détournements, violation des droits primaires, intimidation. Ce parti est aujourd'hui divisé entre ceux qui n'ont pas perdu tous leurs neurones de bon sens et les autres, les serviteurs volontaires par intérêt personnel au détriment de la vie de millions de nos compatriotes. Le 7 novembre dernier, le PCT n'a pas pu accoucher d'un soutien ferme à son gangster de chef quant à la constitution, se dédouanant sur une base qui a subi l'holocauste le 4 mars 2012 dans les quartiers nord de Brazzaville. En vérité, la base de ce parti est aussi mince qu'une feuille de papier.

Quelques parasites et succubes ont trouvé bon de créer une succursale métropolitaine de ce parti moribond, question de profiter à distance de la manne pétrolière. Le PCT-FRANCE se cache derrière le statut d'une association pour entreprendre sur le sol français des activités politiques illégales. Nous dénonçons la violation des lois de la France républicaine par des gens qui n'ont aucun respect pour la liberté d'expression dans leur propre pays. Pour preuve, la présence de Pierre Ngolo et Michel Ngakala venus structurer la cellule parisienne du PCT. Pourquoi ? Parce qu'il faille contrer sur place la diaspora congolaise militante qui redonne confiance au peuple congolais.

Il nous faut plus de cohérence et plus d'unité lorsqu'on entreprend de lutter contre un ennemi qui est prêt à tout pour vous rouler dans la farine : il vaut mieux être les premiers à les "enfariner". Il faut les contrer avant. Ils empêchent les opposants de s'exprimer au pays, il est bon de faire en sorte que le PCT ne déplace pas le débat de la Constitution sur le sol français : IL N'Y A PAS LIEU DE DEBATTRE DE L'ALTERNANCE SANS LAQUELLE LA DEMOCRATIE NE SAURAIT EXISTER. EN CLAIR : PAS D'ALTERNANCE, PAS DE DEMOCRATIE DONC SI VOUS ETES POUR LA DEMOCRATIE, VOUS ETES POUR L'ALTERNANCE. NUL BESOIN DE GASPILLER SA SALIVE. Si on se prétend démocrate, on ne peut que comprendre que cela ne peut faire l'objet d'un débat.

Quand on planifie un événement, il convient de ne pas trahir ses frères pour les livrer entre les mains de l'ennemi car ce sont des sauvages, tous ces cobras qui entouraient Pierre Ngolo, des véritables assassins qui ont déjà tué et qui n'hésitent pas à user de la violence la plus barbare pour vous intimider. Et surtout, tous ceux qui avaient promis y participer auraient dû être au rendez-vous. Le trouble à l'ordre public peut parfois se justifier quand on combat des dictatures mais lorsqu'on appelle la partie adverse pour dire ce qui se prépare, on agit en traître !

Nous en avons assez d'apprendre que des brebis galeuses seraient parmi nous pour saper l'action de la résistance à la dictature. Surtout en ce moment où le régime de Brazzaville tend vers sa fin de règne. Il faut faire des choix clairs : ceux qui veulent rejoindre le manguier pour tomber avec la mangue, au moment où elle est mûre et prête à choir, peuvent le faire mais VOUS NE POUVEZ PAS ETRE EN MEME TEMPS AVEC NOUS. Choisissez votre camp une fois pour toutes !

La France a choisi de soutenir les oppositions aux dictatures qui veulent violer la loi démocratique de l'alternance. Nous devons nettoyer l'opposition et éviter de se décrédibiliser en se laissant corrompre. Il n'y a qu'une seule façon de discuter en politique : ON LE FAIT DE FACON OFFICIELLE DANS LA "LUMIERE" PUBLIQUE. TOUT CE QUI SE CONCOCTE DANS L'OMBRE EST DE L'ORDRE DE LA CORRUPTION. EN CE QUI CONCERNE NOTRE PAYS, IL N'Y A RIEN A DISCUTER A PROPOS DE LA CONSTITUTION : LE PEUPLE CONGOLAIS EST POUR L'ALTERNANCE. PAR CONTRE, IL FAUDRA BIEN QUE L'ON EXIGE DES COMPTES A CEUX QUI ONT ETE AUX AFFAIRES. IL FAUDRA BIEN REVOIR OU EXAMINER :

- le bilan du régime des crocodiles du PCT afin d'avoir les clés et les dossiers de la nation entre les mains ;

- le découpage électoral de sorte à ce qu'il tienne compte de la masse démographique - au lieu de ce découpage arbitraire qui favorise les régions du nord du pays peu peuplées ;

- le fichier électoral pour le mettre à jour en partant d'un recensement général de la population congolaise : il faut bien en retirer les morts et en rajouter ceux qui sont désormais majeurs. J'ajoute que ce recensement général de la population nous permettra d'évaluer et d'anticiper à propos des infrastructures nécessaires ;

- la CONEL pour qu'elle devienne véritablement indépendante afin de garantir des élections claires, transparentes et crédibles. La CONEL actuelle entre les mains du seul régime de Brazzaville doit disparaître en laissant la place à une institution plus saine, plus apte à contrôler une élection pluraliste ;

- la gestion des ressources nationales - de façon à ce qu'elles profitent à toutes les filles et à tous les fils du Congo : il y va de l'examen des contrats, des sociétés privées qui gèrent les ressources publiques, tout ceci dans le but de la défense des intérêts du Congo ;

- la composition, la distribution et les attributions des forces publiques - de sorte qu'elles ne tournent plus jamais l'arme contre le peuple ;

- il faudra des discussions sur la santé, l'éducation, l'économie, les infrastructures, etc.

Quand on reprend un logement, on procède à un état des lieux avec l'ancien locataire pour évaluer l'état de la maison afin que l'on n'accuse pas le nouveau locataire des malversations commises par l'ancien sur le logement en question. Bref, il ne s'agira certainement pas de dialoguer pour faire en sorte que la mangue reste attachée au manguier du pouvoir mais nous n'éviterons pas de débattre sur le destin de notre pays car TOUT EST A REFAIRE.

La diaspora a un grand rôle à jouer demain dans le cadre de la construction d'un avenir qui regarde le peuple congolais en face au lieu de lui tourner le dos. Que ceux qui ne sont qu'au service de leur estomac aillent prendre leur part de mangue mûre et pourrie mais qu'is ne fassent plus croire qu'ils poursuivent les mêmes objectifs que nous. Il est temps que la diaspora militante montre un peu plus de rigueur, de dignité et de solidarité dans l'action et dans sa posture politiques...

                            LION DE MAKANDA MWAN' MINZUMB'

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 07:11

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 16:10

La ville de Paris est devenue l'arène où se joue la guerre politique entre LE BIEN (PEUPLE CONGOLAIS) et L'AXE DU MAL représenté par le PCT de Denis Sassou Nguesso et ses complices, serviteurs volontaires par intérêt personnel (argent mal acquis de la corruption et des détournements). Cette semaine a été riche en événements sur la place de PARIS : conférence panafricaine, Grande Marche SASSOU DEGAGE. Le PCT se devait de réagir :  il s'agit d'étouffer l'espace de liberté qui donne confiance au peuple congolais en le galvanisant. Pierre Ngolo et Michel Ngakala ont donc organisé ce matin une assemblée de leur parti dans un hôtel parisien. Le PCT a délaissé l'espace national où les opposants  au changement de la constitution du 20 janvier 2002 n'ont pas droit à la moindre expression constataire. Il faut venir sonner la charge là où l'opposition est la plus vivace. Malheureusement, l'assemblée du PCT a été perturbée par des éléments de la diaspora congolaise combattante. Pierre Ngolo aurait été enfariné avant de recevoir un coup de poing (nous avons appris que Denis Sassou Nguesso aurait demandé à Pierre Ngolo de rentrer à Brazzaville).

Le BIEN a affronté l'AXE DU MAL et la lutte ne fait que commencer ; elle atteindra son paroxysme au pays. Nous le répétons : nous ne voulons pas d'un faux débat qui n'a pour leitmotiv que de donner du courage à Denis Sassou Nguesso afin qu'il charge le peuple et passe en force au travers d'un hold-up constitutionnel pour s'autoriser un troisième mandat que la constitution ne lui accorde pas.

NOUS DISONS A TOUS CEUX QUI SOUTIENNENT LE DIABLE A FAIRE DU CONGO UN ENFER QU'ILS AURONT A RENDRE DES COMPTES AU PEUPLE ET A L'HISTOIRE. LA SEULE PERSONNE CONCERNEE DANS CETTE AFFAIRE, C'EST DENIS SASSOU NGUESSO DONT LE MANDAT SE TERMINE EN 2016. LE PCT N'EST PAS CONSTITUTIONNELLEMENT CONCERNE EN RIEN EN MATIERE DE MODIFICATION DE LA CONSTITUTION. QUE PIERRE NGOLO ET MICHEL NGAKALA ARRETENT DE DEFENDRE LEUR BOUT DE MOUNGOUELE EN SERVANT DE BOUCLIERS A DENIS SASSOU NGUESSO : SASSOU, IL TEMPS DE PRENDRE LES RESPONSABILITES QUI INCOMBENT DEVANT LE PEUPLE AU LIEU DE SE CACHER COMME TOUJOURS DERRIERE TES SERVITEURS. PAUL KAGAME A PRIS LES SIENNES EN S'EXPRIMANT PUBLIQUEMENT. NOUS SOMMES LE PEUPLE. NOUS SOMMES LE POUVOIR. NOUS NE CEDERONS PAS...

MPT_12.jpg

MPT_9.jpg

MPT_1.jpg

MPT_6.jpg

MPT_8_2.jpg

MPT_11.jpg

GCP2711.jpg

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 21:13

Nous mettons en ligne la vidéo de l'interview exclusive accordée par François Hollande à RFI, France 24 et TV5 Monde ce jeudi 27 novembre 2014. Il a évoqué de nombreux sujets : terrorisme, francophonie, climat, révolution burkinabée, problème de l'alternance en Afrique, etc. Il a particulièrement indexé Denis Sassou Nguesso sans le nommer quand il évoque la question de l'alternance politique en Afrique avec ces présidents qui veulent modifier leur constitution nationale pour convenance personnelle. Lorsqu'il parle de la limite d'âge, il évoque de façon voilée la personne de Denis Sassou Nguesso car la constitution du 20 janvier 2002 est l'une des rares qui limite l'âge du candidat à la présidence de la république à soixante-dix (70) ans.

La position de la France reste stable sur le sujet de l'alternance politique car l'Afrique en a assez de la présidence à vie - même son attitude vis-à-vis de certaines dictatures africaines - reste ambigüe. Il y a pas de démocratie sans alternance et sans alternance, en république - même patatière - on se retrouve en dictature. Une vraie république ne peut se passer de l'alternance au sommet de l'Etat et, l'alternance ne peut être évincée sous le prétexte qu'un dictateur construit quelques machins pour contrebalancer le détournement de milliers de milliards de francs cfa. Il faut mettre fin à la course à la gloire individuelle, au culte de la personnalité. Les dictateurs ne sont pas des surhommes - encore que leur statut d'hommes possédant toutes leurs facultés - est discutable. Comment peut-on se prétendre humain quand on laisse son peuple dans la misère absolue pour distribuer l'argent public  même à ceux qui n'en ont pas besoin ? L'Afrique en a assez de psychoptathes au sommet des Etats. La grande folie et la folie des grandeurs au pouvoir doivent s'arrêter.

L'alternance est la garantie de résultat en politique : ce qui implique des élections libres, plurielles, claires, transparentes pour ne pas priver le peuple de son choix comme ce fut le cas au Gabon récemment lors de l'éviction de Mba Obame. Ceux qui refusent une alternance crédible sont pour la poursuite de politiques assassines, de crimes de masse ethnocentrés - par la faim, la soif, le chômage, l'ignorance au travers de la destruction de l'école, la maladie faute de soins adéquats.

Si vous ne voulez pas visionner toute la vidéo, vous pouvez passer directement à la treizième minute...

 



 

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 17:56

Nous vous avons dit : "2016, l'inconnu !" pour reprendre ce qui se dit dans l'ombre des salons feutrés du pouvoir sous des litres de whisky, de vodka et de champagne au citron arrosant des plats épicés de ngoki et de mabokés au poisson-chat. Les surprises sont au rendez-vous dès 2014. Lorsqu'un pays fonde son économie sur le pétrole et que le prix du baril baisse brusquement de 30% sur les marchés internationaux, la tension économique augmente de façon spectaculaire. Les tours jumelles près de la LCB à Brazzaville ont vu leurs travaux s'arrêter faute de financement et ce n'est pas le seul chantier à l'arrêt puisqu'un ami me rapporte que les travaux de construction de l'immeuble du ministère de l'intérieur à côté du CCF (Centre Culturel Français) de Brazzaville sont aussi à l'arrêt... Deux proches De Christel Denis Sassou Nguesso, tous deux transfuges de COTRADE avec leur chef "KIKI", venus poursuivre leur oeuvre de mafieux à la SNPC, Aimé Ngoya, petit-frère de Guy Ngoya et Achille Ondélé (l'homme à tout faire de Kiki) sont aux arrêts à la Direction Générale de la Sécurité pour une affaire de détournement de deux cargaisons de pétrole. Comme ils sont tous des mafieux et que Sassou marche au sentiment, Kiki lui fera certainement lâcher prise. Cependant, c'est la première fois, s'étonnent les Brazzavillois, que des membres du système sont aux fers pour cause de détournements. Denis père aurait dit à Denis fils de faire le ménage autour de lui. Il faut que ça brille comme du Christel ! En effet, ça tombe en pleine période de vache maigre. Pas de chance ! Les entrées d'argent au Trésor Public se raréfient. De nombreuses sociétés étrangères plient bagage.

Sur le plan politique, le Burkina Faso vient de réussir la première révolution de rue d'Afrique obsidienne. Dans la foulée, Paul Kagamé vient d'annoncer qu'il va lâcher le pouvoir au Rwanda. S'il s'en va, son "cheval de Troie" en RDC, le premier Rwandais Congolais, ira dépenser ses quinze milliards de dollars ailleurs. Au Togo, les esprits s'échauffent. Denis Sassou Nguesso, qui espérait changer la constitution du 20 janvier 2002, ne sent pas un soutien franc venir de son propre camp ; certains membres de son clan ont déjà mis leurs familles au vert à l'étranger. Le PCT, même SON PCT n'a pa été capable de lui apporter un soutien franc et massif lors de la réunion du 7 novembre 2014 à Brazzaville.

Jacques Soudan a essayé d'intimider Clément Mierassa dont la maison a été mise à sac et Parfait Kolélas au cours d'une interview mais les deux n'ont pas cédé et se sont montrés intransigeants et déterminés. Madame Soudan est venue à la rescousse en affirmant que le Congo n'était pas le Burkina Faso certes mais nous au Congo avons été les premiers à pousser un président à la démission le 15 août 1963 en la personne du président Fulbert Youlou. Le Burkina se réveille en 2014 et nous disons : tant mieux pour nos frères de ce pays. Conclusion, chère madame, la politique d'intimidation semble ne pas apporter les résultats escomptés puisque le peuple congolais ne se laissera pas faire et personne ne peut prédire à l'avance ce que fera le peuple face à une décision inique.

Sassou a donc changé de tactique avec Parfait Kolélas en allongeant 6 milliards de francs cfa, une opération corruptive dénoncée par la Lettre du Continent. Lorsque ce dernier a voulu porter plainte, il a appris que l'informateur de la LC n'était autre que le Général (devinez)... Ca vous dégonfle illico un projet de plainte. Pourquoi le régime frotte le dos de Parfait Kolélas avec des milliards tout en lui jetant des peaux de banane sur la route de sa renommée ? Parce que le président du MCCDI serait en entente avec le RDD pour créer une alliance rénégate au sein du système et torpiller le PCT le moment venu.

Toute cette situation ne promet rien de bon. Obara, Ndenguet et les autres affûtent le baston. Ils sont prêts : véhicules blindés, gilets pare-balles, hélicoptères de combat, etc. Tout ça ne suffit pas : Denis Sassou Nguesso préfère compter sur ses mercenaires en dernier ressort. Il lui faut créer une situation de troubles pour rendre le pays ingouvernable Le plan du faux coup d'Etat étant démasqué, Bouya et les autres tenants du maintien de Sassou au pouvoir doivent trouver autre chose.

Les hommes en armes, policiers, gendarmes, soldats, sont en rogne. On se demande ce qui va se passer ce 30 novembre 2014, vu que certains soldats ont porté des réclamations (lire l'article concerné). Espérons juste qu'ils ne donneront pas à Sassou le prétexte constitutionnel de mettre le pays en coupe réglée, la constitution stipulant qu'en cas de crise...

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 13:53

Paul_Kagame_New_York_2010.jpgConnaissant le président sur échasses avec os longs bien garantis d'origine, Paul Kagamé, l'homme qui a fait d'un Rwandais le premier citoyen de la RDC, c'est une nouvelle qui surprend et qui mérite d'être rapportée ici car si vraiment il a promis publiquement de ne pas vouloir briguer un troisième mandat, c'est une information qui vaut son pesant de cacahuètes des mille collines. Cependant, attendons de les voir pour se réjouir, de les manger avant de danser de joie.

Nous avons déjà demandé à notre éléphantesque président Denis Sassou Nguesso de se prononcer publiquement sur le respect de la constitution du 20 janvier 2002 en annonçant publiquement qu'il ne se présenterait pas en 2016 à l'élection présidentielle en toute violation de ladite constitution mais c'est croire qu'un ndzokou est animal capable de changer ses vieilles habitudes. Nous avons eu le silence comme seule réponse et aujourd'hui, nous savons qu'il est prêt à s'incruster, à prendre racine au sommet de l'Etat. Philippe Obara, à la tête de la tristement célèbre DGST (Direction Générale de la Sécurité du Territoire) n'a-t-il pas dit que le régime était prêt à parer à toute éventualité ?

La soif de pouvoir de Kagamé est telle qu'il a assassiné deux chefs d'Etat et provoqué un horrible génocide dans son propre pays pour arriver à ses fins. Ce n'est pas tout : pour s'enrichir, il n'a pas hésité à massacrer des millions de Congolais de la RDC pour leur voler leur coltan entre autres matières premières. Il n'y a qu'à voir à quelle vitesse se construit le Rwanda pour le comprendre.

Paul Kagamé aurait annoncé qu'il ne se présentera pas à l'élection présidentielle de 2017 au Rwanda conformément à la constitution mais en Afrique, les promesses faites au sommet de l'Etat n'engagent que ceux qui y croient, pas ceux qui les professent. Vibrant très en déça du kimuntu sur l'échelle des valeurs bantoues, c'est-à-dire, dans la sphère de la sauvagerie, de la barbarie et de l'animalité, la plupart des chefs d'Etat africains obéissent plus à leur âme animale qu'à ce qui fait l'essence de l'homme (selon la kabale juive, l'homme aurait deux âmes : une divine et une autre animale). Nous ne pouvons être sûrs de la véracité des propos de Paul Kagamé qu'en 2017. Pour l'instant, cette promesse reste une intention brute sans valeur ajoutée puisque non réalisée. Wait and see.

KagameLacheLePouvoir.jpg

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 17:12

Les grands esprits voient les choses avant qu'elles ne se produisent. Nous avons dit que Denis Sassou Nguesso s'il ne peut modifier ou changer la constitution créera volontairement des situations de troubles au pays pour le rendre ingouvernable et se maintenir au pouvoir (faites des recherches sur nos articles et vous trouverez). Vous avez déjà vu de nombreuses tentatives d'agitation politique comme l'opération "Mbata ya mokolo Sassou", des troubles militaires au nord, des arrestations d'opposants avec passage à baston, des initimidations, des blocages de manifestations, l'arrestation musclée de Ntsourou avec un déploiement d'armes de guerre et des hélicoptères de combat, sans oublier le petit Hiroshima du 4 mars 2012 - pour traumatiser à son tour les populations originaires du nord dont les parcelles sont récupérées par le système.

Nous venons de recevoir du Congo un appel téléphonique urgent. Denis Sassou Nguesso veut simuler une tentative de coup d'Etat en faisant intervenir des mercenaires venus d'Afrique du nord (peut-être des Marocains mais certains parlent de Libanais) qui se trouvent actuellement à Moukondo près de demeure de Jean-Jacques Bouya, l'argentier du système qui a dû les faire venir et les financer. Cette agitation politique permettrait à Denis Sassou Nguesso de faire arrêter de nombreux opposants tout en plaçant le pays sous l'état d'urgence avec couvre-feu, etc. Ce qui lui permettrait de bloquer tout mouvement qui proviendrait de la rue et prolonger son règne au-delà de 2016 puisqu'il ne semble pas trouver la solution pour sortir du piège constitutionnel dans lequel il est pris. Les pseudo-sages ont échoué, les Pierre Mabiala et les Justin Koumba n'ont pas réussi, le PCT a renvoyé l'os pourri constitutionnel à sa base et celle-ci sait qu'elle ne pourra que passer du temps à meugler - sans avoir de véritable pouvoir sur le cours des événements, un PCT par ailleurs divisé sur la question...

Nous demandons aux Congolais d'être vigilants et de continuer à nous alerter de sorte à ce que nos concitoyens apprennent ce qui se trame afin de ne pas se faire piéger car exposés à la lumière, les projets des ténèbres sont anéantis.

Brazzaville se trouve en ce moment dans le noir. C'est devenu une habitude. Il n'est pas pas possible de voir ce qui se fomente dans l'obscurité mais grâce à la vigilance de nos frères, nous mettrons ce régime à genoux - jusqu'à la victoire finale.

Nous avons toujours eu de bons rapports avec le Maroc qui par ailleurs s'accommode bien de la présence de dictateurs africains sur son sol - alors qu'ailleurs ils sont indésirables comme des pestiférés : après Mobutu, voilà que Blaise Compaoré vient y trouver exil en partance de la Côte-d'Ivoire. Le royaume chérifien  ne doit pas servir de support pour des dictatures en fin de carrière. Le Maroc doit s'occuper des problèmes marocains et ne pas faire de l'ingérence dans nos problèmes.

Quant à Denis Sassou Nguesso, il n'est pas encore trop tard pour qu'il puisse sortir tranquillement par la porte constitutionnelle - sans faire couler inutilement les larmes et le sang des autres (surtout des sudistes). Certes, sa parole est dévaluée mais il peut encore choisir de se comporter en être humain au moins une fois en réussissant sa sortie politique puisqu'il n'a ni réussi sa rentrée en politique (assassinat de Marien Ngouabi), ni ses différents règnes. Il pourrait profiter de son discours de fin d'année pour annoncer qu'il respecterait son serment et qu'il se retirerait en 2016 pour refermer la parenthèse dictatoriale sanglante qu'il a ouverte depuis plus de dix-sept ans...

Nous suivons de près cette histoire et nous exhortons notre peuple à rester vigilant et à ne pas perdre confiance. MEME LA PIRE DES DICTATURES A UNE FIN...

 

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 20:06

PlaintecontreX.jpgL'Afrique est le continent des impostures, lisait-on, dans un de mes articles. J'évoquais l'imposture identitaire à l'intérieur de laquelle on peut distinguer celle de la fausse identité nationale qui a permis et permet encore à des étrangers de présider aux destinées de pays dont ils ne sont pas les ressortissants. Cette imposture identitaire est un crime grave parce qu'un étranger ne se préoccupe pas de la condition des citoyens d'un pays lorsqu'il accède au sommet de l'Etat comme un natif le ferait. Il a toujours un déficit de compassion et il est plus facile pour de tels énergumènes de livrer ledit pays entre les mains des étrangers. C'est ce que l'on a observé partout où ce fut ou c'est encore le cas.

Combien de chefs d'Etat imposteurs squattent ou ont squatté le fauteuil présidentiel en Afrique ? Alassane Dramane Ouattara, le Burkinabé, président de la Côte-d'Ivoire ? Denis Sassou Nguesso, le Béninois ? Feu Omar Bongo Ondimba ? Mobutu Sese-Séko, le Centrafricain ? Bokassa, l'Abbey, originaire de Côte-d'Ivoire comme Patassé ?  

Je lis actuellement le dernier livre de Pierre Péan intitulé "Nouvelles Affaires Africaines Mensonges et pillages au Gabon". Le livre établit clairement qu'Ali Bongo Ondimba n'est pas un Gabonais et que par conséquent, il n'a rien à faire à la tête du Gabon.

Le pillage du Gabon par les étrangers sous la direction de Maixent Acrombessi d'origine béninoise, directeur de cabinet tout-puissant au palais du bord de mer, est un scandale répugnant. Ce n'est pas nouveau et il n'y a pas lieu de s'y attarder. Par contre, je suis bien curieux de savoir quelle suite le procureur de la république près le Tribunal de Grande Instance de Libreville a donné à la plainte de monsieur Bengono Nsi contre X déposé en 2011 à propos du faux acte de naissance d'Ali Bongo Ondimba car il est évident que c'est un faux. La plainte l'explique assez bien :

ActeBongoOndimbaFaux.jpg

PlainteContreAliBongo_1.jpg

PlainteContreAliBongo_2.jpg


Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg