Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 14:21
RESEAU MAFIEUX : LE COLONEL LOUIS MARIE TONDO DOIT EXPLIQUER COMMENT DES PASSEPORTS DESTINES A LA DESTRUCTION SONT DELIVRES A DES CONGOLAIS

Chers compatriotes, aujourd'hui, j'ai été conduit à intervenir au tribunal administratif de Lyon dans une affaire concernant la préfecture de la Loire et un jeune compatriote à propos d'une situation de refus de titre de séjour. C'est une affaire qui me paraît suffisamment grave pour que mon interpellation dépasse le cadre du colonel Louis Marie TONDO pour atteindre celui de Denis Sassou Nguesso lui-même en passant par le Général Jean François Ndenguet, etc. Il s'agit ici de dénoncer l'existence d'un réseau mafieux qui recycle des passeports détectés comme défectueux et destinés à la destruction.

Nombreux sont nos compatriotes qui ont du mal à se procurer un passeport ; ce qui rend parfois compliquée la régularisation de leur situation administrative à l'étranger - notamment en France. Le passeport ne peut s'obtenir qu'à Brazzaville. Le paradoxe est que lorsqu'on n'en dispose pas, on ne peut pas se rendre au Congo - surtout lorsqu'on n'a qu'une carte d'une année dégraissée de la période où un récépissé de carte de séjour vous a été remis. On redoute de ne plus avoir un titre valide pour revenir en France...

Afin de débloquer au plus vite, sa situation administrative en France, monsieur X a sollicité l'aide d'une de ses cousines pour voir s'il était possible d'obtenir un passeport de façon assez rapide à Brazzaville, d'autant qu'il avait déposé un dossier de demande de passeport à l'ambassade du Congo en France, à Paris. Celle-ci a répondu que cela était possible à condition d'y mettre les moyens. Cinq cents euros plus tard, il reçut par DHL son nouveau passeport et se précipita à la préfecture de la Loire pour retirer sa carte de séjour. Après examen, il s'avéra que ce passeport entaché d'une erreur sur son nom s'est avéré être un passeport suspect. La préfecture le retint mais lui délivra un récépissé de carte de séjour. N'ayant pas reçu mention de ce qui n'était pas correct dans ce passeport, il rappela sa cousine pour lui dire que le passeport avait un problème car il y avait une erreur sur son nom, la seule chose qu'il put détecter à l'oeil nu. Il dut encore débourser 300 euros pour qu'on lui fasse parvenir un autre passeport. Celui-ci arriva avec son nom correctement écrit mais après vérification, il lui fut aussi retiré pour vérification auprès de la police des frontières de l'Hexagone.

A la fin de son dernier récépissé, la préfecture de la Loire refusa de lui délivrer une carte de séjour alors  qu'il avait déposé un dossier en février 2017. Je lui conseillai de prendre un avocat car on ne lui expliquait pas clairement pourquoi ses derniers passeports avaient été retenus...

Un passeport possède une zone de lecture automatique ou bande MRZ ainsi qu'une puce électronique qui permettent d'en vérifier l'authenticité à partir d'un appareil appelé COMBO-SMART. Cela, je l'apprends en lisant une copie numérique de la défense de la préfecture de la Loire.

Après introduction d'une plainte en référé-liberté, la préfecture de la Loire envoya sa défense à l'avocat et dans les pièces jointes se trouve la réponse du colonel Louis Marie TONDO en guise d'authentification d'un passeport, un courrier officiel entaché de fautes d'orthographe dont le grand festival a lieu en ce moment même au travers des affiches de campagne des élections législatives de juillet 2017. Celle-ci (réponse) nous révèle que les passeports envoyés à notre compatriote dans l'urgence s'avèrent être des passeports défectueux qui étaient destinés à la destruction. Et c'est là que j'attire l'attention de monsieur Denis Sassou Nguesso sur l'existence d'un réseau mafieux qui trafique même des passeports défectueux destinés à être détruits en les remettant illégalement en circulation.

Les questions que je pose au colonel Louis Marie TONDO sont les suivantes :

Comment et par quel biais des passeports destinés à être détruits se retrouvent encore en circulation au sein des services habilités à délivrer des passeports ? A-t-on fait exprès de l'attribuer à monsieur X parce qu'il était sudiste afin de lui causer du tort en France ? Le Congo ne doit-il pas diligenter une enquête sérieuse pour élucider cette affaire ? Quelle est la responsabilité personnelle du colonel Louis Marie TONDO dans cette affaire, s'il en est ? Qui devrait contrôler le processus de destruction des passeports défectueux ? Quelle est l'ampleur de ce trafic mafieux ? Comment expliquer l'existence de ces passeports défectueux ? 

Force est de conclure qu'un réseau mafieux les détourne pour les recycler au prix fort - puisque la preuve est faite que de tels passeports ne sont pas tous détruits. La réponse même du colonel Louis Marie TONDO signe l'aveu de l'existence de ce réseau. Estimant qu'il doit forcément exister un protocole de destruction des passeports défectueux, il est indispensable de remonter la procédure de destruction pour identifier à quel moment ils ont été soustraits de la destruction et par qui. Il y va de la crédibilité de notre pays dont les passeports sont de plus en plus suspects. On se rappelle encore de cette histoire où les Libanais se faisaient délivrer des passeports congolais au Liban ou celle des passeports diplomatiques délivrés à des personnes qui n'y avaient pas droit.

Le passeport est un titre de voyage que tout Congolais ayant introduit un dossier complet doit avoir. C'est un droit et non une exception ou un privilège de quelques individus.

Un jeune Congolais a été victime d'un réseau mafieux qui lui a délivré des passeports défectueux au prix fort. Il risque de se retrouver devant le procureur de la république pour s'en expliquer - alors qu'il n'est qu'une victime d'un réseau mafieux sévissant au sein de la direction de l'émigration.

Il est déjà assez pénible de ne pas se voir délivrer un passeport congolais - surtout quand l'on combat le régime comme moi mais payer le prix fort pour qu'une administration vous délivre un passeport défectueux me paraît suffisamment grave pour que même le gangster suprême Denis Sassou Nguesso s'en préoccupe. Il y va de l'honneur du Congo. Si l'Etat n'est plus en mesure de garantir la délivrance de documents officiels authentiques, il y a un problème. Un GROS problème qui remet en cause l'existence même de l'Etat..

 

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 23:40
ELECTIONS LEGISLATIVES :  APRES DES MINISTRES CANCRES, DEMAIN DES DEPUTES ANALPHABETES ?

Sur les réseaux sociaux, j'ai soulevé un débat à savoir : pour ou contre le boycott ? Cette question ne peut se comprendre que si l'on adopte la méthode du juge qui se demande d'abord :  à qui profite le crime ? Nous devons nous déterminer entre le boycott et le vote-barrage pour éviter que des députés analphabètes n'envahissent l'assemblée nationale - en attendant une troisième voie que je n'aperçois pas au regard de l'urgence et de l'enjeu de cette élection législative.

La campagne électorale aux législatives de juillet 2017 est devenue un véritable concours à l'affiche qui comportera le plus de fautes d'orthographe. On dira que la faute revient aux infographistes mais si les textes reçus ne sont pas d'eux, ils ressemblent à ces tailleurs qui confectionnent des pantalons fantaisistes à la demande de leurs clients. Avant d'accuser réception de l'affiche, ils ont dû accuser réception de la maquette de l'affiche. Cet indicateur pour certains observateurs est révélateur de la volonté du système à compléter la panoplie des ministres cancres et incompétents par des députés analphabètes qui n'auront aucune intelligence d'analyse pour percevoir le caractère insidieux des textes qu'ils auront à voter demain.

Mais il y a plus grave : monsieur Isidore Aya tonga a publié un texte que je ne peux que relayer - même si son propos est encore hypothétique. La source d'Isidore Aya Tonga prétend qu'il s'agit de faire en sorte que ces professionnels de la faute d'orthographe devenus députés votent demain un nouveau changement de la Constitution qui permettrait au président de la république d'être élu par des grands électeurs - ce qui serait un vrai recul démocratique. C'est une hypothèse - même si selon la source de monsieur Isidore Aya Tonga, le plan semble bien ourdi. Dans ce contexte, le boycott ne peut s'envisager  - sans une réflexion sérieuse car les conséquences risqueraient d'être terribles. Si on boycotte, il ne faudra pas s'arrêter à l'inaction mais prévoir de nouvelles formes de résistance. Et les solutions ne sont pas si nombreuses ! Il y a l'insurrection armée - avec risque de remplacer la force par la force, l'insurrection populaire qui pourrait déboucher à une terrible guerre civile, il y a la voix démocratique qui est aussi corrompue par de faux opposants, une opposition affaiblie. La revendication institutionnelle ne fonctionne pas parce qu'elle est à la solde du régime du PCTue. Il reste le vote. Cependant, là aussi, il faut que le peuple défende ses suffrages. Pour l'instant, la peur paralyse l'initiative populaire.

Ce système, tel qu'il est, profite au régime dictatorial de Denis Sassou Nguesso qui a comme allié la lâcheté populaire. Le vote est potentiellement révolutionnaire si certains facteurs sont déclenchés. Nous attend toujours un pression populaire plus forte sur la CONEL. L'opération "Je vote, je reste" doit être poursuivie. Il faut que les résultats soient proclamés plus rapidement. Une fois que le vainqueur est connu, pourquoi prendre des jours avant de proclamer des résultats déjà connus dans les bureaux de vote ? Il manque des observateurs indépendants aussi dans les bureaux de vote. Bref, au lieu de chercher une CONEL parfaite, on pourrait améliorer le processus électoral en le rendant plus transparent, en publiant les résultats beaucoup plus vite.

D'aucuns argumentent que ces élections législatives ne sont qu'une farce et que les listes d'analphabètes députés ont déjà été confectionnées sous le manguier à Oyo. Si tel est le cas, pourquoi l'invalidation de certains candidats sérieux ? Pourquoi l'intimidation des candidats qui affrontent les analphabètes du PCTue ? Pourquoi la corruption des électeurs aux pétrocfas par les candidats du régime ? Pourquoi des tentatives de fraude dénoncées ici ou là ? Est-ce là, le comportement de candidats assurés de gagner une élection ?

Nous réagissons souvent par l'émotion et nous n'évaluons pas assez les conséquences de nos actes. Aurait-il par exemple fallu boycotter le référendum ou aller massivement voter non ? Les blasés diront : quelle importance si le résultat est le même ? Ils oublient qu'il existe toujours un facteur d'incertitude dans toute élection, une incertitude qui disparaît en cas de boycott car seuls les 8% qui soutiennent Denis Sassou Nguesso font l'élection. Le boycott est une inaction qui dans ce cas favorise ceux qui agissent.

D'autres prétendent qu'on n'organise pas des élections pour les perdre. Pourtant, en 1992, ce fut le cas. Sassou organisa l'élection présidentielle. Sassou perdit dès le premier tour. On introduira alors l'impact de la conférence nationale qui fait défaut, que le contexte a changé et que le PCTue contrôle tout le processus électoral. Si le PCTue exerce une pression sur la CONEL, il tarde à ce que le peuple aussi entre dans le jeu de la pression. Or, il se tait et accepte de faux résultats. En France, la gauche a organisé des élections que Macron a remportées. Aux Etats-Unis, Obama a organisé des élections que Donald Trump a gagnées. Dire qu'on n'organise pas des élections pour les perdre n'est pas un principe universel.

Il y a lors de ces élections législatives des candidats qui ne sont pas de mèche avec le PCTue. Non, tous ne sont pas du PCTue. Ceux-là n'auront aucune chance si le boycott fonctionne à merveille. Ils ne pourront bénéficier du vote de résistance comme ce fut le cas pour le Général Jean Marie Michel Mokoko qui prit la résolution de participer à une élection avec des listes supposées truquées qui virent pourtant la défaite de monsieur 8%. Une liste n'a pas de conscience. Un électeur, si. Encore faille-t-il que la conscience participe au vote ! 

A qui profite le boycott ? Mon ami Isidore Aya Tonga n'a pas certainement réfléchi à la question mais j'ai bon espoir qu'il fasse de ce sujet sa prochaine vidéo. Celui qui n'est ni candidat, ni électeur à une élection verra l'élection se faire sans lui. Ah, si au lieu de boycotter le référendum, on était massivement allé voter non ! C'est trop tard. Le vote des 8% fera la nouvelle assemblée et nous savons que la faute d'orthographe s'installera sur les bancs de l'assemblée nationale. S'ils écrivent si mal, il est presque certain qu'ils ne savent pas lire.

Après le boycott qui profitera au PCTue, nous n'aurons aucune voie de recours contre le député analphabète. Si tout ceci prépare l'avènement de Denis Christel Sassou Nguesso, alors, il aura ses cancres et ses analphabètes pour succéder à son père en 2021. Des pages qui annoncent qu'il sera candidat existent déjà sur les réseaux sociaux. 

Lors de l'élection présidentielle du 20 mars 2016, le vote a été un formidable acte de résistance - tout comme se présenter face à Denis Sassou Nguesso fut pour Guy Brice Parfait Kolélas, le Général Jean Marie Michel Mokoko et l'honorable André Okombi Salissa est un véritable affront au système qu'ils avaient servi. J'ai une pensée pour le Général J3M et pour André Okombi Salissa emprisonnés pour avoir refusé de reconnaître de faux résultats. Et si ce coup-ci, c'est tout le peuple qui contestait les résultats ?

A ceux qui parlent de "règle de jeu" dans une élection en affirmant qu'on ne participe pas à une élection parce que la règle du jeu est faussée. Non, la règle du jeu est constitutionnelle. C'est le processus qui est faussé. La dictature est forte de la faiblesse revendicative du peuple. Lorsqu'une dictature bloque les canaux institutionnels de la revendication démocratique, le déclic ne peut venir que du peuple. Or, ce peuple est lente à la révolte.

Non, participer à une élection prévue par la constitution d'un pays souverain n'est pas forcément accompagner le régime - surtout quand il s'agit d'une démocratie. Ce n'est pas l'élection le problème mais la falsification des résultats électoraux par une dictature - ce qui n'est pas du tout "la règle du jeu" - puisque la règle du jeu est constitutionnelle ! La dictature est un déficit de démocratie. Si nous ne faisons rien pour faire reculer la dictature, à qui la faute ? Alors nous espérer qu'une dictature se saborde en se suicidant ?

On m'a même sorti du Staline en prétendant que celui qui vote ne fait pas l'élection mais celui qui compte les voix - en sachant pourtant que Staline était élu par des consignes de vote données aux membres du parti communiste - ce qui n'est pas la même chose qu'une élection démocratique. Dans ce cas, que le peuple ouvre l'oeil et ne se laisse pas faire ! Il y a bien des représentants des candidats dans les bureaux de vote, non ? C'est plutôt celui qui proclame les résultats qui se permet de frauder car il possède le pouvoir de proclamation. 

Le meeting prévu le 10 juillet 2017 n'a pas eu lieu. La mobilisation populaire devient très difficile. Dans ces conditions, certains rêvent d'une révolution spontanée. Un rêve qui dure depuis vingt ans. La race des seigneurs qui compose l'ethnie-Etat sait comment assassiner des rêves - surtout quand la peur enchaîne l'action des vaillants. Même une révolution est organisée. Il ne suffit pas de la souhaiter. Quelqu'un quelque part doit allumer le feu de la révolte. Or, ce feu ne s'allume jamais en présence de la peur. De quoi a-t-on peur ? Quand on n'a plus que sa petite vie comme seule richesse, on s'évertue de la conserver. Quitte à mourir de faim ou de maladie - alors qu'on aurait gagné à changer les choses pour trouver du travail ou pour obtenir de vrais hôpitaux performants.

Je termine en disant ceci : "LA DEMOCRATIE EST COMME UNE GUITARE. QUE CEUX QUI NE SAVENT PAS EN JOUER NE DISENT PAS QUE C'EST LA FAUTE A LA GUITARE". Il faut juste se demander comment font ceux qui savent la jouer et les imiter. Si la règle démocratique est bonne, alors c'est nous qui sommes mauvais. Il faudra se remettre en cause. Le peuple congolais est à la fois le problème et la solution. L'histoire pourra certainement un jour résoudre ce dilemme. 

 

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

*

CE MESSAGE EST CELUI D'UN RESISTANT SUR LA PLACE EN RESIDENCE SURVEILLEE ...
En réalité, tout ceci s’inscrit dans une procédure destinée à satisfaire les exigences de la France vis-à-vis de Mr 8%...
Sassou père est sommé par la France et l'Union Européenne de normaliser la situation de son pays et de quitter le pouvoir .

Il avait alors demandé un délai ...
La rébellion de Ntumi est arrivée à point nommé pour justifier ce délai et permettre l’élimination politique de ceux qui gênent la marche de Kiki vers la présidence de la République.
Il s’agit à présent de créer les conditions normales de la succession de Sassou père par Sassou fils.

Ces élections, mettant en scène des candidats soigneusement choisis par Kiki et son équipe (y compris des conseillers Français !) n'ont pour seul objectif que de doter le parlement d’une majorité docile qui modifiera la constitution afin de permettre l’élection du prochain président de la République par les "grands électeurs " ...Et ce nouveau président s’appellera Denis Christel Sassou Nguesso !

J’attire donc l’attention de tous ceux qui trouvent en ces élections une simple occasion de rire du niveau d’instruction de ces candidats qui " ne savent pas écrire correctement le français ".

Je m’adresse aussi à ces " loyalistes " qui pensent que voter est un devoir civique, plus que la défense de la République.

Mon appel intéresse aussi ces Congolais qui se croient en sécurité, tant qu’ils ne se mêlent pas de problèmes politiques.
...
En fait je m’adresse à tous les Congolais....!

Nous n’avons pas le droit de laisser faire, Comme si le Congo appartient aux seuls Sassou et Familles Nguesso.

Aujourd'hui il ne s’agit même plus de défendre seulement la forme de la République, il s’agit en plus, de nous montrer dignes et fiers de notre pays qui ne doit pas être cédé comme une vulgaire parcelle de famille.

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
5 juillet 2017 3 05 /07 /juillet /2017 08:23
DIASPORA/MRLC : COMMUNIQUE DE PRESSE

Henri PEMOT
Président  élu de la diaspora Congolaise, 
Président du Mouvement Républicain pour la Libération du Congo-Brazzaville
34 avenue Jean Jaurès -- 93450

L’Ile Saint-Denis - Tél : 09.52.48.09.60

 

                                      COMMUNIQUE DE PRESSE

Le Mouvement Républicain pour la Libération du Congo ne reconnaît pas le régime illégitime et illégal de Brazzaville.

Dès lors, Le Mouvement Républicain pour la Libération du Congo s’oppose à la tenue des élections législatives et locales organisées par le dictateur Général Denis Sassou-Nguesso. Nous savons d’emblée que les futurs candidats seront nommés et non élus par le peuple. Pourquoi alors accompagner le général Denis Sassou-Nguesso dans toutes ses forfaitures ?

Le Mouvement Républicain pour la Libération du Congo met en garde tous les partis politiques se réclamant de l’opposition de s’abstenir à valider une mascarade électorale par leur participation au risque de violer la volonté du peuple souverain et être considérés comme des partis satellites faisant le lit de la dictature.
Quoiqu’il en soit, Le Mouvement Républicain pour la Libération du Congo ne reconnaîtra pas les résultats issus de cette consultation électorale, de même que le parlement qui en découlera.

Le Mouvement Républicain pour la Libération du Congo réitère avec fermeté la condamnation des violations des droits de l’homme et des libertés fondamentales aussi bien au Pool que sur le territoire national.

Toutefois, nous demandons au peuple congolais de boycotter cette mascarade en ne se déplaçant pas au bureau de vote.

Par ailleurs, le Mouvement  Républicain pour la Libération du Congo demande sans condition au pouvoir illégal :
⦁    la libération de tous les prisonniers politiques et des civils embastillés arbitrairement
⦁    l’arrêt des bombardements et des atrocités au Pool
⦁    l’ouverture d’un corridor humanitaire pour assister et apporter des soins aux populations déplacées et d’une enquête internationale sur les massacres du Pool
⦁    la tenue d’une conférence internationale de raison en France sous l’égide des institutions internationales.

Fait à Paris le 03 juillet 2017

Pour le Mouvement Républicain
Le Président, Henri PEMOT

 

Repost 0
Published by Henri PEMOT, président du MRLC - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
4 juillet 2017 2 04 /07 /juillet /2017 16:09
CORRESPONDANCE : MWANG' MILONGUI NOUS APPREND QUE LES CANDIDATS DU YUKI PARTICIPERONT BIEN AUX ELECTIONS LEGISLATIVES

COMMENTAIRE : Mon ami Malonga nous révèle que Parfait Kolélas et son Yuki ont trouvé une esquive au gros tsuki du ndzokou en présentant des candidats indépendants aux élections législatives et locales - alors qu'on leur avait fermé la porte principale de l'accès aux législatives. C'est de bonne guerre politique !

Nous souhaitons à tous les candidats du Yuki bonne chance en leur qualité de candidats indépendants - car contrairement à plusieurs de nos compatriotes qui m'attaquent sur les réseaux sociaux, au regard de l'échec de la stratégie du boycott qui est un large boulevard ouvert à la dictature, je suis pour l'affrontement politique car je refuse une assemblée où ne siégeraient que les membres du PCTue. Même Adolf Hitler avait des opposants au Reichtag ! L'assemblée nationale est le creuset où se disputent les problèmes du pays et il est hors de question que le PCT se retrouve en face du PCTue pour que ndzokou nous administre sa dose mortelle de poison quotidienne sans qu'une voix discordante ne se lève.

Que mon ami Malonga me lise bien : j'ai écrit que le ndzokou cherchait à enlever le moungouélé (politique) de la bouche de Parfait Kolélas. Rien ne garantit qu'il y parvienne ou qu'il n'y parvienne pas et qu'y a-t-il d'injurieux dans une telle expression imagée ?

Je suis bien heureux que Guy Brice Parfait Kolélas aux yeux de Mwang' Milongui soit un espoir de succession à notre inébranlable et indécrottable ndzokou national. Nous souhaitons tous être débarrassés du ndzokou. Au moins là, nous sommes d'accord, cher ami et si le tsuki du Yuki est la solution, eh bien, faites vite car le Pool souffre, le Congo gémit. Au rythme du rapport de force politique actuel, il est à redouter que les cartes politiques ne soient rebattues qu'à la disparition du ndzokou, du moment que personne ne peut soulever son gros popotin royalement éléphantesque de son fauteuil étatique.

Mwang', Milongui, je suis heureux de constater que Parfait Kolélas est un bon joueur aux échecs politiques qui tient tête à la Bête de l'Alima. Qu'il se dépêche pour faire échec et mat au ndzokou car le temps nous est compté.

En attendant, je vous avais averti des charges qu'il allait viser Pako et qui ont commencé à sévir - comme je lui avais averti qu'on allait invalider sa candidature à l'élection présidentielle s'il se présentait en candidat du MCCDI. Il a trouvé une habile pirouette pour se retrouver en face du ndzokou pour lui faire mordre la poussière. Tant mieux si l'allié d'hier est devenu le plus terrifiant adversaire aujourd'hui !

Croyez-moi, si Parfait Kolélas est la solution aux maux du Congo, je m'en réjouirais pour notre pays. En attendant, je vous réitère mon conseil de bien veiller sur lui car je n'ai rien contre l'homme et surtout, les menaces qui complotent contre lui sont au pays. J'espère au moins que cette fois-ci, quand le PCTue voudra vous flouer de vos suffrages que vous ne vous contenterez pas de prendre acte car ça va arriver. Et très vite, cher ami ! C'est à la réaction vis-à-vis de l'injustice que nous jugerons le Yuki. Nous voulons une calebasse bien ronde qui ne s'aplatit pas en reconnaissance quand elle gagne des élections. J'espère cette fois- ci me faire comprendre. Et la revendication n'est pas forcément synonyme de violence physique. Il s'agit d'affirmer une volonté qui défende le choix des électeurs. A bon entendeur, salut !

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

                Ouayaa ! Pako avance lentement et sûrement ! 
 
  
 
 

Mbuta, vous avez certes la capacité, par vos prédications, de voir loin avant les autres. J’admire votre supériorité spirituelle et soyez en félicité. Mais nous qui avons opté pour l’action politique sur le terrain, luttons en prenant le soin d’étudier les stratégies de nuisance des mauvais gestionnaires de la démocratie congolaise, très inquiets sur les sanctions que les congolais leur réservent dans les urnes.
Alors, les prédications et les prophéties, nous les laissons à ceux qui les professent et aux personnes effrayées par les simagrées politiques du Ndzokou national.
Pako avait simplement osé le 20 mars 2016 et il l’avait terrassé. Vous le savez, même si vous ne voulez pas le reconnaître. C’est votre liberté ! Enfin, là n’est pas le débat.
Non, mon frère, ce n’est pas le Ndzokou national qui a peur de se retrouver encore en face Parfait KOLELAS, le briseur du mythe de la suprématie Ndzokuesque. Cette phase est dépassée et Pako poursuit son chemin pour apporter sa contribution au combat politique qui se mène dans le pays. Les peureux de l’ascension politique de Pako s’appellent : Claude Alphonse Silou, Hellot Matson Mampouya, Euloge Landry Kolelas, Nick Filla, Adélaïde Moughani et les autres traitres qui ont un regard inquiet sur la chute vertigineuse de leurs cotes de popularité politique et sur la menace de coupure de leur traitement de faveur auprès du Ndzokou national. Ils sont très effrayés par la colère populaire qui monte contre leur couardise et leur infantilisme politique. Ils ont vivement souhaité ne pas rencontrer Pako sur leur chemin.
Effectivement, à l’annonce de la décision relative à la non-participation des candidats Yuki aux locales et aux législatives, ces francs couards avaient sabré le champagne dans leurs officines, pour exprimer leur joie d’avoir gagné les élections par les automatismes qui caractérisent leur imbécilité politique.
Mais c’était sans compter sur la capacité titanesque de Pako qui, dans son face-à-face avec Mboulou, a fini par trouver une solution à cette exclusion injuste et injustifiée. Les candidats Yuki participeront aux élections législatives et locales en indépendants, ce, au grand dam des pique-éléphants qui se contentent des broutilles qui leur sont servis en guise de récompenses à leur traitrise maladive. 
Ouayaaa !!!! Pako continue son chemin en toute simplicité et de façon sereine. Ce ne sont pas les quolibets des mauvais rivaux qui lui feront fléchir. Pako n’a jamais voulu, ni souhaité être dans le cœur de SASSOU, il est suffisamment grand pour se prendre en charge, « massolo wana atikéla bana wana balingaka kokola té ! » C’est leur problème. Nous assumons les conséquences de nos actes en toute responsabilité.
Ce n’est pas Guy Brice Parfait Kolelas qui torpille la démocratie congolaise, que ceux qui sont atteints de la cécité politique se taisent s’ils ne savent plus comment contrer le système SASSOU devenu obsolète. 
Pour qu’elle raison diantre, la non-participation des candidats Yuki peut-elle apporter la satisfaction dans le jeu démocratique congolais ? De quoi, nos adversaires ont-ils peur ? Pourquoi, ne veulent-ils pas nous affronter dans les urnes ?
Pako est encore là, je suis très désolé, vous aurez encore à le subir. Ce n’est pas sa faute s’il a pour adversaire les politiciens qui mouillent leurs culottes avant la bataille électorale.
Mbuta, cessez de croire que Pako nous avait trahi, nous sommes toujours avec lui, nous croyons en sa démarche politique, la preuve, il fait trembler tous ses adversaires politiques qui sont en train de perdre leur aura politique. Non, non et non, nous ne nous sentons pas trahis par Pako
Ndzokou national n’est pas le maître de l’univers pour qu’il ait la capacité de punir ou de briser Pako, il ne mène pas son combat politique pour garantir le yaka dans sa bouche, vous faites une mauvaise prédication Mbuta, veuillez remettre à jour votre logiciel de prédication. C’est une injure que vous lui avez faite. Pako a l’ambition de présider aux destinées de la République du Congo, il n’a pas le temps de se faire traiter par le Ndzokou national, sa colère ! On s’en fout ! 
Qu’il soit irrité, à la simple pensée de la désinvolture de Pako à son égard, jusqu’à ce que la tension lui monte, monte, monte et trouve la mort !!!!!!! Justice sera faite pour ce cynique. 
Ah, Si Emmanuel Macron s’était juste contenter du traitement de faveur de François Hollande !


Mwang’ Milongui

 
 
  
Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM)
commenter cet article
4 juillet 2017 2 04 /07 /juillet /2017 13:13
NOELLE MALANDA : REPONSE A L'ARTICLE PARU SUR FACEBOOK BRAZZANEWS (03/07/17)

Monsieur Menghobi, ancien garde du corps du ministre Mottom, accuse de nombreuses personnalités congolaises de faire enlever des petites filles pour des pratiques fétichismes sexuelles en groupe. C'est monstrueux. Et, d'après ce Monsieur, le ministre Mottom fait partie de cet escadron de la mort. Mottom est un père de famille. Il a 2 enfants très jeunes à Amiens (en Picardie) avec une femme du Pool qui a grandi à Rouen. C'est cette femme qui lui a permis d'obtenir la nationalité française. Ce ministre de bas étage serait-il heureux d'apprendre qu'on a fait la même chose à ses enfants ? Il paraît qu'il est addicte au sexe, ok, mais qu'il trouve des femmes qui l'acceptent pour sa beauté ou pour l'argent des congolais qu'il pille.

Une enfant sans défense est sacrée et reste intouchable. Mais où va-t-on ? Pour quoi sommes-nous abrutis à ce point ? Si vraiment toutes ces pratiques sataniques étaient efficaces, pourquoi on n'arrive pas à foudroyer Sassou qui nous traite comme ses esclaves ? Notre ignorance nous pousse même à assassiner les personnes âgées dans notre société parce qu'être âgé au Congo est synonyme de sorcier. Les pasteurs des fausses églises contribuent à cette animosité à l'égard des vieilles personnes pour diviser les familles et soutirer de l'argent aux personnes fragilisées par la maladie, la pauvreté matérielle, psychologique et/ou intellectuelle.

La ministre des affaires sociales, Madame Dinga, qui devrait réagir violemment et sanctionner fortement les responsables de ces forfaits, ferme les yeux sur ces pratiques séculaires. Notre pays est dirigé par des insensés en costard, nous sommes tous d'accord là dessus.

Mbys Assoland est décédé à Brazzaville ce dimanche 02/07/17. Thomas Bakala Mayinda est mort aussi au CHtue. J'espère qu'ils vont rendre les comptes devant notre créateur. Nous sommes tous égaux devant la mort. Ces messieurs ont participé à la mort de beaucoup de Congolais. Si c'est Dieu qui est en train de faire le ménage pour nous aider à sortir des ténèbres, qu'il soit glorifié.

Nous n'avons pas besoin d'utiliser les armes ou le poison comme le fait la bande d'assassins à la solde de Sassou. Nos armes sont notre voix et notre plume. Nous devons nous faire entendre et écrire pour dénoncer le calvaire que vivent les Congolais au Congo. Nous immigrons ailleurs pour fuir : la torture, les enlèvements, les assassinats, les viols, la pauvreté et un avenir sans perspective pour nos enfants. Tout cela à cause de la mauvaise gouvernance de nos dirigeants.

Lissouba a été élu démocratiquement, nous avons applaudi l'installation de la démocratie dans notre pays. Mais pendant les 5 ans de son règne, une poignée de voleurs (Koukébéné, Moungounga, Moukouéké, Itadi...) avait fait main basse sur la richesse du Congo. Les enfants et les maîtresses de la bande des voleurs n'étaient pas en reste. Nous devons comprendre que le Congo est un bien commun. Chaque Congolais devrait vivre librement et aisément au Congo.

Le monde est en marche, le monde évolue mais le Congo se meurt. Levons-nous et disons tous en choeur : NON AUX TUERIES. NON AUX PILLAGES ET A LA GABEGIE. VIVE LA LIBERTE ET LE PROGRES.

Noëlle M.

 
 
   

 

Siffredi Mottom aurait subi un deuxième accident de la circulation en un an. Il serait hospitalisé à Owando

Siffredi Mottom aurait subi un deuxième accident de la circulation en un an. Il serait hospitalisé à Owando

Repost 0
Published by Noëlle Malanda - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 11:22
THOMAS BAKALA MAYINDA DECEDE AU CHTue TANDIS QUE TOTO NGAKALA SE FAIT SOIGNER A L'ETRANGER !

C'est l'info qui fait le buzz sur les réseaux sociaux. Il est vrai que sa disparition ne changera rien aux souffrances de notre peuple puisque le génocide des Bakongo se poursuit et la misère des populations aussi mais quand la mort frappe les bourreaux du peuple, elle a un petit air de justice divine. Même quand c'est Satan qui l'administre ! Un serviteur du prince des Ténèbres vient de le précéder en enfer pour tester l'intensité des flammes avant lui. Tourments à son âme en enfer. Pas de paix pour un homme qui martyrisait le peuple qui lui avait donné la vie ! Thomas Bakala Mayinda, directeur des renseignements généraux de la police, colonel de son royaume et tortionnaire professionnel de la DGST, est mort au CHTue tandis que Toto Ngakala, inquisiteur par procuration pour inventer de fausses accusations, se fait soigner à l'étranger. Tous, des serviteurs du ndzokou infernal, à une différence royale près. Cherchez la différence et vous comprendrez pourquoi l'un meurt au CHTue et l'autre est en vie, bien qu'amaigri - déjà qu'il n'était pas bien gros - au Maroc. La question de son évacuation se pose avec autant plus d'acuité quand l'on apprend de la bouche de ses proches que cela faisait un moment qu'il était malade. Il aurait perdu connaissance après de longues convulsions sur le chemin du CHTue, le Centre hospitalier qui soigne en vous inoculant la mort. Qu'on arrête de parler de crise cardiaque pour tout et n'importe quoi : mourir implique dans l'absolu un arrêt cardiaque. Cependant, tout arrêt cardiaque entraînant la mort n'est pas une crise cardiaque !

Il paraît que tout allait bien avant qu'il ne rende l'âme au CHTue de Brazzaville ce 1er juillet 2017 à 22 heures. Mort suspecte ! Certains poisons foudroyants ont cet effet. L'a-t-on soupçonné d'informer le Général Ntumi ? On pourrait croire que le directeur des renseignements généraux trafiquait du renseignement, dans la mesure où au Congo tout se trafique. Au pays de la mort pas naturelle du tout, déjà que pour le Bantou toute morte est suspecte, mourir après un moment de joie - même malsaine, ne colle pas du tout. Mangeait-il ? Buvait-il son verre de vin favori avant que le malaise ne commence ? Que sa famille se console : Denis Ndzokou Nguesso lui fera des funérailles d'enfer.

 

Je l'ai dit : tous ceux qui servent et mangent à la table du diable mangent avec la mort - on peut même dire qu'ils mangent et boivent la mort. Même lorsque la mort a un visage éclairci et lissé aux cosmétiques de madame Jézabel Sassou Nguesso. Tous ceux qui en savent trop comme Jean Dominique Okemba doivent se méfier. Motando, Adoua, Avoukou, Ntsourou, Bakala et tant d'autres gardiens des secrets de l'enfer royal du Congo ne sont plus. Ils ont servi le ndzokou et sont morts par le ndzokou et pour le ndzokou. Ne vous laissez pas aveugler par les facilités que le diable vous donne. Méfiez-vous même d'un grain de riz qu'il vous propose - déjà que le fait qu'il vous parle peut vous tuer car sa parole venimeuse tue. Si la parole de Dieu est vie, celle du ndzokou infernal est mort. Surtout proférée de très près. Si tel n'était pas le cas, pourquoi tous ceux qui travaillent à la présidence de la république royale bananière du Congo sont-ils bardés de fétiches ?

 

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 10:07
CONGO : APPEL A MANIFESTATION POUR LE 10 JUILLET 2017
Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 08:16
CE QUE JE PENSE : POURQUOI LE BOYCOTT EST UNE MAUVAISE STRATEGIE

Qu'on le veuille ou non, la consultation du peuple au travers du suffrage universel est un progrès démocratique. C'est même le premier pas du processus démocratique. Il est légitime de consulter ses compatriotes pour jouer les rôles politiques de premier plan dans une vraie démocratie. Le suffrage universel n'est pas en soi le problème : c'est un excellent outil de choix et qui dit choix dit émulation. Si émulation il y a, éliminés seront certains qui passeront au crible de l'appréciation populaire. Un mauvais président de la république ou un mauvais député ne peuvent que redouter cet exercice. Vous constaterez que les dictatures ne soumettent à cet exercice que forcées et malgré elles. Le fait qu'au Congo, les candidats du PCTue essaient de corrompre le peuple par de l'argent sale est une preuve qu'il y a une vraie crainte de leur part car solliciter le suffrage universel revient à se soumettre à l'incertitude électorale. C'est un pas important à franchir.

Solliciter les suffrages de ses compatriotes pour en retirer une légitimité va de soi. Le problème, ce n'est pas l'élection mais la transparence du processus électoral de bout en bout. C'est à ce niveau qu'il faut se battre en instaurant un vrai rapport de force pour que régime respecte le choix des Congolais. Et sociologiquement il est connu que toute structure est rétive au changement auquel elle résiste toujours. N'attendez pas à ce que la dictature vous accorde la transparence du processus électoral - sans joutes politiques. Et c'est là que l'absence d'une vraie opposition fait défaut. Avec une vraie opposition, il est toujours plus facile de créer un vrai rapport de force politique en s'appuyant sur le peuple rassemblé derrière les partis politiques. Sans partis politiques libres et indépendants du régime en place, il n'est pas possible de parler d'opposition. Denis Ndzokou Nguesso a détruit l'opposition en vassalisant tous les autres partis politiques du Congo au PCTue. C'est la raison pour laquelle je combats Tsaty Mabiala Pascal, le petit, en sa qualité de taupe du PCT à la tête de l'UPADS. La mobilisation démocratique se fait autour des partis politiques. Si ceux-ci sont muselés au travers de la corruption des leaders, toute possibilité d'insurrection populaire est anéantie.

Le suffrage universel, nonobstant la dictature, est entré dans les moeurs politiques de notre pays où le PCTue élisait son président par acclamations debout. Tout n'est pas encore parfait. En 1992, nous avons eu une belle percée démocratique mais hélas, elle n'a duré que cinq ans. En revenant, la dictature n'a pas pu supprimer le recours au suffrage universel par la consultation populaire - même si on remarque le recours à des nominations ici ou là. Tout n'est pas parfait et pour cause : il s'agit d'une dictature. Cependant, il faut éviter de reculer en rejetant les avancées que même la dictature n'a pas pu effacer.

Je vais vous dire pourquoi je suis contre le boycott et pourquoi le premier, j'ai demandé de changer de stratégie en demandant à l'opposition de participer à la dernière élection présidentielle. Le boycott est une mauvaise stratégie qui favorise le statu quo à 100%. C'est une sclérose politique totale, le boycott. Si vous boycottez, vous biaisez le choix du peuple qui se retrouve à choisir entre PCTue et PCTue. Dans ces conditions, la victoire du PCTue est assurée et Denis Dzokou Nguesso pourra toujours dire : " Tant pis pour ceux qui n'ont pas participé aux élections".  Lorsqu'il n'y a pas deux véritables candidats opposés, il n'y a pas de véritable choix. Or, la démocratie consiste toujours à accorder au peuple un vrai choix. Pour choisir véritablement, il faut au moins deux choses différentes sur la balance du choix. Autrement, le suffrage universel est tronqué par ceux qui appellent au boycott.

Restent la transparence du processus électoral et la transparence des résultats. C'est la mère des batailles. Si nous parvenons à gagner cette bataille, c'est que nous aurons réussi à gagner la bataille de la démocratie électorale. Et là, il faut instaurer un rapport de force au lieu de céder à la démission. C'est pourquoi je pense que tous ceux qui appellent au boycott travaillent sans le savoir pour la dictature. Si les candidats du PCTue sont tous battus au cours d'élections et que la dictature est obligée de tricher pour s'offrir une majorité à l'assemblée nationale, il revient aux députés légitimes et au peuple d'instaurer un rapport de force en usant du courage politique pour que la voix des urnes soit respectée. Si nous ne faisons rien parce qu'il n'existe pas de vraie opposition capable de motiver et d'organiser le soulèvement populaire, c'est de notre faute. La dictature ose. Le peuple se désiste. Nous ne pouvons nous plaindre qu'à nous-mêmes. Le point focal du progrès démocratique est là. Nous avons avancé en passant du monopartisme au multipartisme.

Nous avons progressé en instaurant le suffrage universel. La prochaine étape, c'est la bataille pour la transparence du processus électoral, de bout en bout - jusqu'à la proclamation des résultats véritablement sortis des urnes. Ne comptez pas sur la dictature pour vous faire ce cadeau - sans résister car la transparence du processus électoral, c'est tout bonnement la mort de la dictature et personne n'aime se suicider. La force de toute dictature, c'est la faiblesse du peuple. Aucune dictature n'est invincible. Seuls les peuples sont faibles - parce que mal organisés. Nul besoin d'entre dans les détails car vous savez ce qui nous reste à faire...

 

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
28 juin 2017 3 28 /06 /juin /2017 08:15
LEGISLATIVES : NOUS ESPERONS UN SURSAUT DEMOCRATIQUE, POPULAIRE ET RESISTANT

En juillet, le régime de Denis Sassou Nguesso et de son PCTue organise des élections législatives au Congo. La majorité des Congolais estime qu'il faut ne pas y aller, ne pas y participer - parce que Denis Sassou Nguesso distribuera les portefeuilles comme on distribue des parts de tarte. Si on suit ce raisonnement, seuls les candidats du PCTue doivent se présenter aux élections législatives et, comme l'a dit Denis Ndzokou Nguesso lors de son interview bidon sur TV5, cela ne lui pose aucun problème si tel était le cas. C'est plus le contraire qui l'inquiète car si des députés hostiles au système PCTue avaient la majorité à l'assemblé nationale du royaume, il pourrait y avoir du changement. D'aucuns pensent que c'est impossible. Pourquoi ? Parce que Denis Sassou Nguesso trichera. Et c'est ce à quoi nous nous attendons. Et c'est à ce moment qu'il faut que la réaction en face soit à la hauteur. Il n'y a jamais eu une véritable résistance politique face aux injonctions dictatoriales de Ndzokou et de son PCTue.

Cependant, si pour la première fois, comme l'a promis le fils du président Yhombi Opango, chaque député ne se laissait pas voler ses suffrages et que les Congolais défendaient vraiment leurs suffrages pendant l'élection en surveillant les décomptes de voix, en filmant et photographiant les résultats en signant les formulaires de résultats avec les vrais résultats et en rendant publics les résultats avec preuves à l'appui, beaucoup de choses peuvent changer. FILMEZ-VOUS EN TRAIN DE VOTER POUR VOTRE CANDIDAT ET ENVOYEZ CETTE PHOTO SUR LES RESEAUX SOCIAUX. Ce n'est pas un délit. C'est totalement légal.

Après la proclamation des résultats, il n'est plus question de se laisser voler les suffrages. Si ces élections peuvent aboutir à des troubles généralisés sur l'ensemble du territoire, cela pourrait constituer un progrès dans la réactivité démocratique.

Nous ne pensons pas que le boycott soit la bonne posture devant une dictature. Nous conseillons plutôt la récupération progressivement des pans de pouvoir - puisque la révolution totale, brusque et déterminante n'est pas possible. On peut assister à un sursaut démocratique lors de ces élections législatives si les candidats sont vigilants, s'ils surveillent le processus électoral de bout en bout et si le peuple manifeste au lieu de se laisser voler ses suffrages, ses votes. SE BATTRE POUR QU'ON RESPECTE VOTRE SUFFRAGE EST UN PAS IMPORTANT SUR LA ROUTE DE LA DEMOCRATIE. DEFENDEZ VOS VOTES !

Il s'agit d'une élection localisée et non d'une élection d'étendue nationale. La surveillance est donc plus facile. Et justement, c'est là où le contrôle peut s'exercer avec rigueur. Il faut que les populations de chaque circonscription s'opposent à ce que des personnes étrangères à leurs quartiers prennent part aux votes. Il faut que les résultats soient transmis aux réseaux sociaux comme lors de l'élection présidentielle et il faudra faire en sorte que les résultats soient proclamés rapidement - c'est un pas important que l'on ne peut obtenir qu'après des batailles politiques.

LA DEMOCRATIE N'EST JAMAIS LE PRODUIT D'UNE GENERATION SPONTANEE CAR ELLE EST LE RESULTAT D'UN LONG PROCESSUS DE LUTTES POLITIQUES ET SOCIALES. Si on peut prouver que les députés qui siègent à l'assemblée nationale ne sont pas légitimes, déjà que le chef de l'Etat ne l'est pas, on peut renforcer aux yeux du monde le constat que le Congo est une dictature qui joue à la démocratie. Ce régime PCTue ne peut que sortir plus affaibli. Notre stratégie consiste à l'affaiblir jusqu'à ce qu'il soit possible de le vaincre politiquement. Si tous les paramètres sont bien alignés, à un moment ou à un autre se produira une implosion qui fera tomber ce régime. La solution, ce n'est pas l'inaction ou la la démission mais l'action, une action qui à chaque fois corrige ses erreurs. Tant que la dictature ne rencontrera pas de vraie résistance de la part de notre peuple, pourquoi voulez-vous qu'elle change ses pratiques mafieuses ?

 

Nous sommes au courant que Tsaty Mabiala Pascal, le petit a retiré des candidats de l'UPADS dans certaines circonscriptions où l'UPADS pouvait gagner contre 50 millions de francs cfa. TSATY MABIALA EST UN CORROMPU. Vous comprenez pourquoi je m'insurge contre ce traître qui a vassalisé l'UPADS au PCTue. Il faut qu'il soit battu à Loudima. Monsieur 4% n'a plus vocation à diriger ce parti. En disant cela, je ne dis pas que le fils Lissouba doit prendre la tête du parti créé par son père ; j'espère juste qu'il participe à le nettoyer. IL NE PEUT Y AVOIR D'INSURRECTION POPULAIRE AVEC DES PARTIS QUI ONT DES TRAITRES A LEUR TETE. Nombreux disent que personne ne connaît le petit fiston Lissouba à Dolisie et que sa victoire serait plutôt une nomination, eh bien, que les populations poursuivent l'opération "JE VOTE, JE RESTE" pour qu'une culture de lutte démocratique commence peu à peu à s'installer dans notre pays et que l'on prouve vraiment qui a gagné un siège à l'assemblée.

Dans tous les pays du monde, la démocratie n'est pas née toute armée comme Junon de la cuisse du dieu grec Jupiter. C'est souvent par des combats politiques houleux que l'on a arraché progressivement des droits démocratiques - jusqu'à parvenir  un processus démocratique intégral.

Une assemblée nationale sans voix discordantes n'est pas souhaitable - surtout en dictature. La où sévit la déraison, il faut que s'y trouve aussi la voix de la raison. D'aucuns me disent : " A quoi cela servira-t-il ?" A faire entendre la voix de la majorité, à évoquer les vrais problèmes des Congolais et je ne crois pas que cela soit inutile. A force de parler du génocide qui a lieu dans le Pool, nous poussons la presse internationale à s'intéresser au cas du Congo. Si l'ONU recherche 20 millions de dollars pour venir en aide aux déplacés du Pool, c'est parce que nous en parlons : elle peut contraindre Denis Sassou Nguesso à sortir cet argent pour aider les déplacés du Pool qui meurent de faim dans la Bouenza.

Le silence pour l'homme, c'est la mort. Parler, c'est exprimer l'essence même de la vie humaine et je pense qu'une assemblée nationale - même lorsqu'il s'agit d'une dictature qui n'aurait que les membres d'un seul parti n'est pas du tout souhaitable. Surtout en dictature. Sans opposition aucune, il ne peut résulter un progrès politique et c'est une loi universelle. C'est à nous de faire en sorte que cette opposition soit forte. Le pouvoir législatif n'est pas un pouvoir négligeable. Juste une hypothèse : si le PCTue perdrait la majorité à l'assemblée nationale, je vous laisse deviner toutes les possibilités qui s'ouvriraient pour contrer ce régime. Aussi, nous vous demandons de vous battre pour que vos suffrages ne soient pas une fois de plus volés. Du nord au sud, d'est en ouest, faites en sorte que ce soient les députés que vous élirez qui siègent à l'assemblée nationale. Si Denis Sassou Nguesso s'accroche au sommet de l'Etat, arrachons-lui l'assemblée nationale. Cela pourrait constituer un précédent décisif. Un proverbe mbochi dit : "C'est en mettant une jambe devant l'autre, à petits pas, qu'on avance jusqu'à atteindre la destination finale quand on ne possède pas des ailes pour voler comme un pigeon voyageur".

Une dictature a peur d'une vraie opposition. Même si elle n'est constituée que d'une seule personne car une seule personne peut suffire à répondre des idées explosives au sein de tout un peuple. Un seul groupe de vrais démocrates peut perturber la vie de toute une assemblée car même si les députés nommés tendent à soutenir servilement le régime en place, ils peuvent avoir à un moment ou à un autre un sursaut de conscience - ce que redoutent tous les dictateurs. Et si personne n'était là pour le susciter, comment voulez-vous que les idées démocratiques progressent dans notre pays ? La pertinence d'une prise de position à l'assemblée nationale ne dépend pas du nombre de députés qui sont derrière celui qui s'exprime. Un seul vrai député peut suffire à porter la voix du Congo dans une assemblée nationale corrompue. Sans légitimité véritable, le pouvoir de Denis Sassou Nguesso est fragilisé. A défaut d'abattre l'éléphant d'un seul coup, on peut commencer par lui mettre des épines sous les pattes...

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 12:58
VIDÉO  : UNE ACTION VAUT PLUS QU'UN MILLIARD DE MILLIARDS DE PRIÈRES

La prière est une bonne chose et je prie tous les jours, mes prières étant adressées au Dieu créateur de mes ancêtres - car c'est Lui notre VRAI DIEU et tant mieux s'il a créé le reste des êtres humains - ce qui est loin d'être prouvé : il suffit d'avoir lu le Livre d'Hénoch pour se dire que tous Humains sur terre ne sont pas ceux que Dieu a créés POUR la terre : il y a des êtres humains qui sont venus d'ailleurs. Je ne suis pas contre la prière car je l'estime nécessaire dans toute situation qui ne peut être changée par la seule volonté de l'homme mais pour tout le reste, je suis pour l'action. En guise d'illustration, combien savent que l'homme surnommé Jésus ne se contenta pas de prières face à Hérode et à Rome ? "Que celui qui n'a pas une arme vende son manteau.", demanda-t-il à ses disciples.  Une arme pour quoi faire ? Pour combattre l'armée romaine et les  forces d'Hérode Antipas qui fut le souverain de cette époque et non Hérode le Grand qui mourut en l'an 4 avant l'ère chrétienne, c'est-à-dire, avant la naissance de Jésus. Les massacres d'enfants qu'on lui impute sont donc des pieux mensonges - même s'il fut un tyran. L'homme surnommé Jésus a dit : " Que celui qui veut porter sa croix me suive ! " Ce sont ses vraies paroles.  Sachez qu'à l'époque de l'homme surnommé Jésus, la croix n'est pas encore un signe religieux : elle ne le deviendra que plus tard, notamment sous l'impulsion de Paul (qui n'était pas Juif. Or, en le prétendant, celui qui a écrit ses Lettres ment. Paul ou Saül est né de la soeur d'Hérode Le Grand qui n'était pas Juive, pas plus que son père).  Elle est réservée aux lestai, aux brigands. La loi romaine Julia punissait les brigands de crucifixion. Les Évangiles disent qu'il a été crucifié au milieu des brigands en omettant de dire qu'il était lui-même un BRIGAND qui n'hésitait pas à tuer. " Apportez devant moi ceux qui ne veulent pas que je régnasse sur eux  et égorgez-les ". C'est aussi écrit dans le Nouveau Testament. Les Evangiles ont escamoté tout le contexte politiquement explosif dans lequel a évolué le seul l'homme consubstantiel au Père...

Il y avait plusieurs sortes de croix pour plusieurs formes de crucifixion. L'empereur Constantin n'a pas voulu que le héros de son église d'État soit présenté comme un ennemi de Rome. Aussi,  on a arrangé l'histoire pour en faire un homme doux. N'a-t'-il pas déclaré : " Pourquoi m'appelez-vous mon bon  ?  Seul Dieu est bon" ? Cela montre combien il était aussi humain que vous et moi. Cependant, des bribes de vérité persistent. De quoi est donc accusé Jésus , par les Juifs auprès des Romains  ? De demander au peuple de ne pas payer l'impôt dû aux Romains (ce qui avait déjà provoqué la récolte à l'époque de Quirinius en 6 après l'ère chrétienne) et de prétendre au trône de son ancêtre David : "Le sceptre ne quittera pas Juda avant que le shilo (sauveur) ne vienne. Voici le verset de l'Ancien Testament qui a provoqué l'agitation en Palestine quand les Asmonéens perdirent le pouvoir. Nombreux se proclamèrent "messie" dès qu'Hérode s'empara du pouvoir - pour satisfaire les souhaits du peuple qui attendait le messie. Si vous n'avez pas cette connaissance, vous ne pouvez comprendre le messianisme juif. On retrouve ces faits dans la vie du vrai homme surnommé Jésus : comme son père qui fut assassiné dans le temple, il s'opposa à ce que le peuple paye l'impôt à Rome car les Juifs ne devaient obéir qu'à Dieu seul.  Il fut d'ailleurs crucifié pour s'être proclamé roi des  Juifs à Bathanea - en espérant régner mille ans avec le vrai Messie, le Fils de l'Homme dont la description se trouve dans le livre d'Hénoc et dans le livre de Daniel.  L'huile de grand prix qu'on lui versa était expressément réservée à cet usage.  Il fut capturé à Lydda après avoir livré bataille aux troupes romaines.  On le transporta nuitamment à  Jérusalem pour le juger et le condamner avant la pâque juive du 15 Nissan 789, marquant le début de l'année juive car le sanhédrin ne jugeait personne pendant pessah. Jésus n'a pas mangé la pâque juive qui marqua le début de l'année 789.  Son dernier frère Ménahem poursuivit le combat commencé par leur père Juda de Gamala  en massacrant les Romains à Massada avant qu'il ne soit proclamé roi-christ d'Israël pendant cinquante jours pour ensuite 'être tué dans le temple par ses propres hommes. Voilà, la vraie histoire de Jésus qu'on vous cache depuis plus de  deux mille ans. Ménahem, son frère, fut celui qui entra à Jérusalem sur un âne accompagné de son ânon.  On l'acclama comme roi et messie d'Israël.  Cette histoire est connue.  La crucifixion de l'homme surnommé Jésus mais qui se surnommait lui-même Bar ABBA ou fils du Père sous Pilatus se trouve consignée dans l'oeuvre de Flavius Josèphe,  fils du grand prêtre Mathias ou Mattathias qui fut l'un de ceux qui jugèrent Jésus à côté de Kaïphas, de  Hannan et de Gamaliel, entre autres.  

Le fondateur de la quatrième secte juive, la secte des Kannaïm, fut le père de l'homme surnommé Jésus. La foi de ces zélotes n'a rien à voir avec celle des chrétiens d'aujourd'hui : eux étaient prêts à mourir pour Dieu, pour sa loi et ils ont tué et sont morts pour leur foi. Flavius Josèphe dit qu'ils ne craignaient pas la mort. Hélas, les copistes catholiques ont supprimé toute description de cette secte dans l'oeuvre de Flavius Josèphe qui s'inspira de l'oeuvre de Juste de Tibériade aujourd'hui disparue car cet historien juif avait personnellement connu l'homme surnommé Jésus dont il avait révélé le vrai nom.  Juda ou Yéhoudda et ses sept fils sont morts en combattant Rome, la Bête et son allié iduméen incarné par la famille d'Hérode après l'échec d'Antigone de reprendre le pouvoir pour le rendre aux Asmonéens.  Christ était un politico-religieux qui se battait contre ceux qui avaient usurpé le trône de David et ce que vous ignorez, c'est que le royaume de Dieu n'était que la restauration du règne de la descendance de David pour la secte des Kannaïm. Il attendait lui-même le Messie qui devait descendre du ciel mais qui n'est pas venu. Ceci pour vous dire que l'homme à qui vous adressez vos prières et vos plaintes fut un homme d'actions qui avait rompu avec son naziréat car il mangeait et buvait avec les païens - ce qu'un vrai nazir ne pouvait faire. 

Si je vous révèle ceci, c'est à cause d'une vidéo d'un prêtre de la RDC qui a porté plainte contre ses pairs de l'église catholique, contre l'ONU, etc,  auprès de Dieu au lieu de pousser le peuple à l'action. Si Jésus est venu apporter l'épée,  c'est qu'il était un combattant.  Or,  le travail de l'église consiste aujourd'hui à endormir le peuple. On nous parle d'églises de réveil - alors qu'il s'agit d'églises de sommeil.  Quand le peuple commence à se poser trop de questions,  Satan accentue les campagnes de prédication.  Il faut garder le peuple dans le mensonge qui rapporte gros à l'église  !

Cette vidéo est l'expression crue de l'impuissance humaine - surtout nègre car le nègre  (dont l'humanité a été réduite à une simple couleur de peau) se tourne vers Dieu ou le grand absent silencieux de ce monde, là où l'Occidental réagit de son propre chef comme si Dieu n'existait pas en recherchant activement des solutions par lui-même. Toute la posture de l'homme résigné, incapable de réagir pour changer les choses par ses propres moyens est résumée dans la plainte de ce prêtre originaire de la RDC contre les puissances de ce monde auprès de Dieu. Des paroles adressées au grand silencieux absent contre les bombes et contre des tirs de Kalachnikov.  La balle aura vite fait de tuer la prière. On vous massacre. Au lieu d'appeler le peuple à la révolte, on se plaint à Dieu ! Quand le lion attaque le buffle, ce dernier se défend-il ou porte-t-il plainte auprès de Dieu  ?

La religion : voilà la plus grande réussite de manipulation mentale des nègres par l'Occident. Si Dieu attend des prières et des plaintes pour réagir, alors c'est le plus insensible des êtres de tout l'univers. Attend-il vos prières pour faire pousser les plantes ou diriger la course du soleil ? Non, pas du tout. Celui qui a créé l'oeil ne voit-il donc pas les injustices et les massacres de millions d'innocents qui se passent sur cette terre ? S'il ne voit déjà pas, comment être sûr qu'il entende vos milliards de milliards de prières  ? Celui qui a créé le coeur humain a-t-il au moins un coeur ? S'il a un coeur comme le nôtre, comment peut-il supporter la vue des horreurs qui se passent sur terre ? N'a-t-il pas dit dans sa sacro-sainte parole biblique : " Nul bonheur ou nul malheur ne surviennent sans que j'en sois l'auteur " ? Si ce mensonge biblique est vrai, n'est-il pas celui qui nous veut du mal  ? Dans ces conditions, la question est de savoir ce que nous avons fait au dieu de ce monde pour qu'il s'acharne contre nous.  Et ne me dites pas qu'il nous veut des misères parce qu'il nous aime - parce que je me demande ce qui arriverait aux Africains s'il les détestait ! Quand vous aurez trouvé la réponse à cette question, vous aurez tout compris.  Je vous laisse réfléchir.  Que celui qui l'aura trouvée n'hésite pas à laisser un commentaire. 

Ils savent, eux qui nous manipulent, qu'une seule action surpasse de loin des milliards de milliards de prières et qu'à l'inverse, des milliards de milliards de prières ne valent pas une bonne action décisive précédée par une bonne réflexion. Surtout, une seule action collective : si tout le Congo se soulevait, le même jour, à la même heure, qu'on se débarrasserait de Denis Ndzokou Nguesso en moins d'une heure. En dépit du fait qu'ils se prenaient pour le soi disant peuple élu,  de nombreux peuples ont colonisé les Juifs. Par la force. Et les juifs n'ont jamais bien agi que lorsqu'ils prenaient leur destin en main. Les Juifs ont livré de nombreuses guerres contre les Romains montrant qu'il ne faut pas toujours se contenter de prières !

Ce prêtre porte plainte auprès de Dieu. Et après  ? La solution ne résidera-t-elle pas dans une action humaine si jamais Dieu daigne l'envoyer  ?  Si ce prêtre attend patiemment, il se met en position d'inaction.  Son peuple aussi. Il attendra que le grand silencieux agisse à sa place ! Vous avez faim  ? Priez donc pour que le moungouélé tombe du ciel ! Le pragmatique ira à la pêche et à la chasse.  On verra qui mourra de faim ou qui survivra.  L'audace de l'action au fort, au brave et au malin, la faiblesse de la prière au lâche et au peureux. 

Les chaînes les plus dangereuses sont celles qui sont invisibles : des chaînes mentales. Ce monde pue le mensonge, la violence, le mal, des maux apportés par la semence du serpent pour asservir les vraies créatures de Dieu.  Derrière nos peines et nos douleurs, ne sentez-vous pas la pestilence du diable  ? Satan et ses rejetons sont ici, physiquement,  sur cette terre. Dieu par contre, ne s'y trouve pas. La prière ne suffira pas à les contrer. Pas même des plaintes auprès de Dieu. Ceux qui disent que la fin des temps est proche peuvent toujours rêver : c'était déjà le cas au temps de Jésus qui déclara : " Cette génération ne passera pas..." Ils sont tous morts y compris lui qu'on enterra à Macheron.  L'empereur Julien découvrit sa tombe et détruisit ses restes.

Le véritable Créateur n'est pas un être sensible - comme nous mais une énergie impersonnelle, intemporelle et infinie qui se contente de créer et de détruire continuellement. S'il n'était vraiment qu'amour, il ne laisserait pas la pauvre biche se faire dévorer par le loup. Même la Bible le dit si bien : "JE NE SUIS PAS UN HOMME" (lire dans l'Ancien Testament, par exemple,Osée 11 :9, Nombres 23:19, 1 Samuel 15:29, autant de versets qui permettent de dire que partout dans la parole prétendue divine où il y a mensonge, c'est que c'est soit l'oeuvre de l'homme ou du démon).  

Le Créateur a tout mis sur terre. Toutes les solutions s'y trouvent. Les fils des Ténèbres le savent et cherchent à décrypter les lois du Créateur pour les utiliser à leur profit. Et ça marche.  Nous,  nègres, passons notre temps à prier alors que tout a été donné.  Les fleuves et les océans, les forêts et les savanes sont là Quel Père Créateur aurait mis ses enfants quelque part sans y mettre tout le nécessaire pour leur survie  ? Il suffit de chercher à comprendre le langage énergétique de la création pour résoudre tous nos problèmes.  Dieu est comme une énigme qui veut être résolue.  Craignez que les fils des Ténèbres ne trouvent la Grande Loi.  Ils détruiront ce monde et iront s'installer ailleurs. 

 

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU 

(Publié de mon smartphone)

 

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg