Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 13:46

Au chantre Roga Roga.

Je me donne ici la peine de t'écrire cette lettre pour que tu redescendes de ton nuage, car si personne ne te dit que tu as les chassies aux yeux, tu ne le sauras pas à moins de se regarder dans un miroir. Je n'ai rien contre ton folklore que tu appelles indécemment musique. Tu me diras que tu rencontres du succès : lequel ? Pour commencer, tu n'as fait que plagier médiocrement le Wengé Musica au départ. Ton pseudo succès t'a fait pousser des ailes et tu t'es cru être musicien. Ton public est juste le fruit de ce que le système que tu encenses a voulu établir : tuer l'école pour avoir une masse analphabète incapable de raisonner. Crois-moi, je n'enverrai même pas ma vache à un seul de tes concerts. 
Souviens-toi de ta dernière prestation à Kinshasa lors de la "francofolie". Vous étiez certes bien sapés comme tout Congolais vulgaire dans cet exercice, mais votre folklore n'avait convaincu aucun Kinois. Sais-tu pourquoi tu es passé en premier avant Werrason ? Et bien par (pure) courtoisie  : c'était pour  t'éviter l'humiliation de voir le public vider le lieu après la prestation de Wengé. Tu avais beau singer Jimmy Hendrics à la guitare, la jouant par terre, sur le dos d'un de tes compagnons, voire dans ton propre dos, rien n'y pouvait. D'ailleurs, toute ces élucubrations étaient tout bonnement la preuve que tu n'avais rien à prester. La musique exige du talent, mais au pays des aveugles, les borgnes sont des rois.
Pour parler de ton folklore, les mélomanes avisés  constateront comme moi de la platitude de tes oeuvres et surtout de ta guitare que tu compenses un utilisant l'effet orverdrive ou distorsion à outrance. Ton guitariste basse n'ayant aucune créativité (à ton image car qui s'assemble se ressemble) reprend indéfiniment la même ligne mélodique sur toutes les chansons si on peut appeler cela chansons. Bien sûr que tu t'en aperçois que maintenant que j'en parle. Quant aux textes, je te conseillerai de changer de métier, tu as ta place garantie au PCT si tu n'as pas encore encarté. Ne fais pas de la musique quiconque voudrait ! 
Comment as-tu pu déverser au public des titres comme "Contentieux" dansé dans les boîtes de nuit alors que tu te gausses des Tékés qui ont tout perdu le 04 mars 2012 par votre bêtise ? Quelle bassesse ! Et que dire de ton chiffon de "Rupture" qui s'il avait été chanté par un Moukongo l'aurait conduit tout droit en captivité ? En plus, un ministron inculte se permet de te féliciter et de t'encourager dans cette folie ! Quant à la "lettre à mr le président", je trouve que tu manques sérieusement d'inspiration.
Il est dit que "la musique adoucit les moeurs". Elle ne doit donc pas servir le vice et encore moins un système d'un autre âge. Je conviendrais avec toi que le public raffole de tout ce qui est vulgaire, mais il y a des frontières à ne franchir. Utiliser la musique pour exacerber la haine est inacceptable. La musique est une puissance moralisatrice, elle devrait être au service de la vérité, la justice. Franklin Boukaka pour deux fois moins fut tué. Bien sûr qu'il ne t'arrivera rien de fâcheux tant que tu cautionneras et plébisciteras ce système inique. A l'image des Zulu bad, Moubenda, Hydevert et autres, tu dois certainement compter parmis les mercenaires du système. Au vu de la photo jointe, j'invite le procureur Oko Ngakala d'ouvrir une enquête. J'ai dit.
 
                                      DAVY ALBANO
DAVY ALBANO : LETTRE OUVERTE AU CHANTRE ROGA ROGA
Repost 0
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 00:04
DAVY ALBANO : 'SASSOU LE MAUVAIS NEGRE DE LA FRANÇAFRIQUE'

DAVY ALBANO : "SASSOU LE MAUVAIS NEGRE DE LA FRANÇAFRIQUE"

L'interview de Denis Nguesso  par France 24 sur les bords de l'Alima m'a laissé pantois. Vu que pour ce genre d'interview le monarque devait forcément orienter les questions et que ses conseillers se devaient de lui venir à la rescousse, je me demande sur quelle orbite tourne le système Sassou. De mémoire d'homme, je n'ai jamais vu un grand-père s' exprimer de la façon la plus vulgaire qui soit. Jusqu'alors j' avais un soupçon, disons un doute  quant à son état mental. Mais après cette interview, mon avis est qu'il aurait mieux fait de s'en passer !
Denis Sassou s'est livré en spectacle de manière tellement pathétique qu'il a perdu (s'il en avait encore) le peu de crédit qui pouvait lui rester. J'ai découvert un homme vulgaire, affreusement hypocrite, respirant la haine, plus un chef de gang tribal organisé en mafia de haute voltige qu'un chef de l'Etat. On aura tous compris qu'un loup même vêtu d'une peau d'agneau reste un loup. Notre bâtisseur indétrônable ne se gêne plus de montrer son vrai visage. Lui, l'homme de la paix (de l'épée), des actions concrètes m'a laissé l'impression d'un possédé démoniaque. Le regard hagard, Denis Sassou a besoin d'être exorcisé, tellement qu'à trop manipuler les fétiches, des légions entières des démons l'ont colonisé. Au fait, qui tient la comptabilité des 10.000 âmes qui lui sont demandées par ses marabouts pour se maintenir au pouvoir ? 
De même qu'ils ont sacrifié Marien  Ngouabi pour la conservation du pouvoir au Nord, de même je pressens que Sassou finira idem, car "qui tue par l'épée périt par l'épée". Je ne prédis pas mais je présume car dans ce monde, chaque action engendre forcément une réaction égale mais opposée. WAIT AND SEE.
 
 
Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 20:57
NIANGA MBOUALA NGATSE SERA-T-IL LE PROCHAIN NTSOUROU ?

Ceux qui me suivent quotidiennement n'ont pas manqué de lire mon article qui faisait observer que le Général Nianga Mbouala Ngatsé était dans l'oeil du cyclone au regard de l'arrestation de son directeur de cabinet, l'homme qui gère son planning, le conseille et à qui il délègue la gestion de sa Garde Républicaine quand il n'est pas là. Et à observer ce qui se passe au sein de l'oyocratie, l'homme a bien compris le message et a même retrouvé une conscience "républicaine' autrefois perdue quand il combattait pour la Bête de l'Alima. On voit ici et là apparaître des vieilles vidéos du coup d'Etat de 1997 comme pour rappeler qu'il a permis au grand ndzokou de revenir aux affaires louches de la république royale bananière.

L'opposition entre le féticheur du monstre de l'Alima et Barbe Hirsute bien blanche est désormais déclenchée et actée. Une barbe ou un féticheur doit tomber. A moins que Sassou en décide autrement mais comme nous l'avons constaté, Denis Sassou Nguesso est incapable de s'opposer à l'homme qui paraît-il l'a déjà vaincu du côté ténébreux de la puissance mystique. Les indicateurs penchent du côté de l'affrontement. Jean Dominique Okemba alias Eliminator a triplé sa garde personnelle et aurait semble-t-il exfiltré sa famille du côté de la rive gauche du fleuve Congo. Quant au Général Nianga Mbouala Ngatsé, ce sont ses seconds couteaux qui lancent des imprécations tartares sur les réseaux sociaux. Eliminator simba nkissi, grand nganga devant l'éternel ndzokou politique, aurait passé commande de mercenaires soudanais entre autres - pour arrêter Tata Mandefo et renforcer les unités qui commencent à déserter pour éviter de se faire massacrer dans le Mukongoland.

Espérons que le Général Nianga Mbouala Ngatsé a caché quelques armes susceptibles d'abattre les hélicoptères de combat qui pourraient l'attaquer par les airs pendant que d'autres troupes l'encercleraient au sol. Exactement comme ce fut le cas pour le colonel Marcel Ntsourou, grand serviteur du grand ndzokou dévoreur de serviteurs qui périt en prison parce que Eliminator l'avait soufflé à l'oreille envoûtée de Denis Sassou Nguesso qui aux dires de monsieur Le Floch Prigent n'écoute plus personne sauf celui qui l'a envoûté, le grand nganga Eliminator Jean Dominique Okemba.

A moins que la famille ne s'en mêle sous le manguier à Oyo, les choses vont dégénérer. La suspicion est installée. Le piège est tendu. La table de la haine est dressée. Reste juste à servir du plomb si la sagesse ne l'emporte pas. Même si feu colonel Marcel Ntsourou était du nord, il n'était pas mbochi mais téké. Il se murmure que Ta Mandefo aurait dit ; " On peut emprisonner un frère mais on ne l'assassine pas ! ". Et toujours d'après la même rumeur, il aurait eu l'outrecuidance d'aller se recueillir sur la tombe de Ntsourou. Le Troubadour et son informateur général l'auraient accusé de livrer armes, véhicules, munitions et informations à Kinzinza Kia nzambi, l'ombre pastorale de Dieu, Ntata Ntumi. L'accusation a été consommée puisque le directeur de cabinet de Judas Barbe Hirsute bien blanche a déjà été arrêté : seul Dieu connaît ce qu'il subit en ce moment. Selon l'horloge du pouvoir, les heures de Judas Ngatsé sont comptées - sauf si le ndzokou furieux ne fasse preuve de compassion. Hélas, la confiance a été rompue. Nianga Mbouala Ngatsé, Jean Dominique Okemba et Denis Sassou Nguesso ne peuvent plus chasser du Mukongo ensemble. Cela au moins n'est plus possible.

Il est vrai qu'il s'agit de soldats aguerris qui n'ont peur de rien mais là, il s'agit de pouvoir, du POUVOIR ! Et le pouvoir ne fait pas de sentiment. Le pouvoir tue car il est sans pitié. Nous sommes plus proches de l'affrontement fratricide que de la réconciliation. On tue au nom de la dictature mais quand il s'agit de mourir de sa main noire et horrible, on prétend toujours mourir au nom de la république et du peuple, le même peuple qu'on massacrait hier. Au nom de l'ethnie-Etat qui veut votre peau aujourd'hui...

Attendez, encore une petite question : en cas d'affrontement, de quel côté penchera la garde républicaine ? Défendra-t-elle Denis Sassou Nguesso ou soutiendra-t-elle l'homme qui a recruté ses hommes ? Le décor est planté. D'un côté Tata Mandefo et ses soutiens, de l'autre l'ethnie-Etat au grand complet avec Eliminator et sa police de mercenaires. La suspicion appelle la suspicion. La haine appelle la haine. La violence appelle la violence. Et le pouvoir a les moyens de vous servir tout ça avec excès - sans modération aucune. Ainsi commence l'implosion d'une dictature, quand elle est obligée de dévorer ses propres enfants.

Le pouvoir n'a qu'un camp : LE POUVOIR. Denis Sassou Nguesso devrait s'en souvenir, lui qui est passé maître dans la trahison et l'élimination des autres. Espérons qu'il ne finira pas comme Marien Ngouabi car ceux qui le protègent si bien peuvent avoir un jour envie de manger du ndzokou, la chair du pouvoir. Le POUVOIR EST UN PLAT QUI SE MANGE SEUL ET IL SE PEUT QU'ELIMINATOR AIT ENVIE DE SE METTRE A TABLE. Le ndzokou n'est-il pas à sa merci ? Quand un homme élimine tous ceux qui vous ont porté au sommet de la montagne politique, c'est qu'il a l'intention de vous en faire descendre. En haut, au sommet de la montagne du pouvoir, un accident est vite arrivé et il est toujours tragique. Servir le pouvoir, nous l'avons dit, c'est servir la mort. En dictature, il n'y a que deux voies : la servitude pour la vie et la désobéissance pour la mort. Ce n'est pas : "TOSSA PO O LIYA" mais "TOSSA PO O BIKA".

Ils ont détruit la république en détruisant l'unité nationale. Comme il n'y a plus rien à démolir, ils vont s'en prendre les uns aux autres. Ainsi le veut le pouvoir. La violence comme mode de gouvernance ne s'arrête jamais avant le chaos final. Et le chaos final dans le cas d'une dictature est souvent une implosion.

 

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 18:58
TSATY MABIALA PASCAL, LE PETIT : REVELATIONS SUR UN RAT PALMISTE, TRAITRE DE HAUTE VOLTIGE

La qualité du monde, celle des pays, des institutions voire des familles, dépend de celle des hommes qui les animent puisque le bien et le mal sortent du coeur et de l'esprit des hommes. Des hommes violents produisent la violence, des hommes égoïstes produisent l'égoïsme, le fourbe suscite la fourberie, etc. Des hommes grands produisent la grandeur et participent au progrès de l'humanité tandis que des nains de l'esprit comme Tsaty Mabiala le font reculer. Nous voyons comment notre planète est essaimé par la violence, par la méchanceté, la pauvreté, les sociétés humaines étant entre les mains de personnes qui pensent d'abord à eux-mêmes tout en manipulant les autres à travers des dogmes culturels, identitaires, politiques ou religieux quand ils n'usent pas de corruption ou de violences physiques. Voilà vingt ans que la haine de l'autre est au pouvoir dans notre pays, le Congo, une haine cupide qui appauvrit les masses, les divise et les oppose les unes aux autres. Et tous ceux qui comme Tsaty Mabiala profitent de tels systèmes inhumains se fichent éperdument du sort des populations. En fait, Tsaty  Mabiala, le rongeur, n'est pas très différent de l'éléphant Denis Sassou Nguesso : tout est juste une question d"échelle - l'appétit et la cupidité étant les mêmes. Ce qui vaut à l'échelle du ndzokou vaut aussi pour le mbende. C'est juste une question de différence d'estomac, de possibilité de satisfaire sa cupidité, ses vices, les mêmes vices.

Nous avons reçu des informations qui vont vous permettre de mieux cerner la personnalité de Tsaty Mabiala Pascal, petit rat palmiste, rongeur cupide et égoïste de son Etat qui pense d'abord à lui et à lui seul. Au service de son maître Ndzokou, il peut compter sur la complaisance des services de l'Etat. Par exemple, comment les services des impôts peuvent-ils délivrer un certificat de bonne moralité fiscale à Tsaty Mabiala - alors qu'il ne déclare pas son chauffeur et neveu Eric payé 100000 francs cfa au noir depuis plusieurs années sans fiche de paie ? Le pauvre Eric bachote et veut aller voir ailleurs car il se dit qu'il n'aura certainement pas une retraite s'il continue à bosser au noir pour tonton Mbendé. Quand Eric sort la nuit avec tonton Pascal, ce dernier lui demande de s'arrêter quelque part pour l'attendre tandis qu'il emprunte un taxi (dans ce cas, pourquoi avoir un chauffeur ?). Quelques heures plus tard, Tsaty Mabiala Pascal, le petit appelle Eric pour lui dire qu'il est déjà rentré et qu'il peut le suivre à la maison. Tout ceci pour éviter qu'Eric ne puisse pas le voir prendre nuitamment des nguiris de Sassou.

Attendez, sans blague, Tsaty Mabiala n'est pas n'importe qui ! C'est le premier secrétaire d'un grand parti, député, président d'un groupe parlementaire et député africain avec des émoluments mensuels d'au moins 20 millions de francs cfa ! Qu'est-ce que ça lui coûte de déclarer son chauffeur et neveu Eric - notamment quand on se rend compte qu'il lui fait faire un travail ingrat sans respect des horaires conventionnels ? Eric est inquiet pour son avenir et on peut le comprendre...

Ce n'est pas tout. Tsaty Mabiala Pascal, le petit, aurait reçu 450 millions de francs cfa pour trahir et lâcher le Général Jean Marie Michel Mokoko qui lui aurait fait des indiscrétions. Il est donc pour quelque chose dans l'arrestation du Général du peuple. Tsaty Mabiala Pascal, le petit, selon nos sources, aurait reçu l'ordre de Denis Sassou Nguesso de laisser la tête de l'UPADS au jeune Jeremy Lissouba.

Affaibli par tous les secrets dont dispose le pouvoir à son encontre, Tsaty Mabiala serait dans la tourmente car même son siège de député de Loudima serait menacé par un jeune loup politique. Il essaie en ce moment de négocier un poste ministériel pour sauver sa carrière politique.

Pascal, le petit, se permet même de déclarer en pleine réunion qu'il n'y a pas de prisonniers politiques au Congo. A propos d'André Okombi Salissa, il aurait déclaré en public que tous les opposants venus du PCT avaient des armes - comme s'il en possédait les preuves !

Que Mahouèle et Mabiala Bouanga sachent qu'ils ne sont nulle part sur les listes de l'UPADS selon des indiscrétions de proches de notre rongeur national. On soutient toujours un rat palmiste - traître de haute voltige - à ses dépens.

Au sein du parti, Tsaty Mabiala voit des ennemis partout, surtout depuis que le sénateur Mboussou Diangou proche de Nimy Madingou, aurait pris le parti du petit Jeremy Lissouba pour le chasser de la tête de l'UPADS qui est devenu son fonds de commerce.

Sachez qu'il ne s'est pas rendu au dialogue de Sibiti mais a bien participé à celui de Ouesso où il s'était rendu par jet privé affrété par Denis Sassou Nguesso himself. Il aurait même rencontré le monstre de l'Alima en France.

Cet homme est une teigne de rongeur cupide qui doit être éjecté du sommet des trois palmiers. Nous ne pouvons pas lutter correctement contre la dictature venue des bords de l'Alima avec des traîtres comme Tsaty Mabiala Pascal, le petit. La démocratie se joue au travers d'institutions. Si celles-ci sont tenues par des traîtres corrompus comme Pascal, le petit, il n'est pas étonnant que la Bête d'Edou soit au sommet de l'Etat depuis maintenant vingt (20) ans. Assainir les grands partis politiques du Congo est un enjeu d'une importance capitale.

Corrompu, corrupteur, Tsaty Mabiala s'est toujours senti en position de force mais qu'il sache que désormais, nous lui ferons la guerre - jusqu'à ce qu'il soit catapulté du sommet du parti de Lissouba Pascal LE GRAND. Qu'il se dise qu'il peut toujours imiter Clément Mouambe en encartant au PCT. Il y aura toujours une place pour un rat palmiste au milieu de serpents...

 

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 00:25

Ne pouvant dormir après avoir vu cette vidéo, il m'a fallu me résigner à sortir de mon lit pour la mettre en ligne sur votre blog. Elle montre des jeunes Congolais arrêtés du simple fait qu'il sont des Bakongos - certainement au bord de la route comme on le constate dans la vidéo. On entend clairement un milicien de l'ethnie-Etat dire : "On va vous tuer. To ko barrer bino".

Si nous n'étions pas dans une démarche génocidaire, on aurait pu chercher à les amener devant le juge, devant l'accusateur par procuration, on aurait tout fait pour  prouver leur appartenance aux ninjas nsiloulou du Général Ntumi avant de les juger et de les condamner - puisque la peine de mort n'existe pas au Congo-Brazzaville. Or, nous constatons qu'ici, il s'agit juste de combler une frustration devant l'incapacité de la faiblesse publique d'arrêter de vrais ninjas nsiloulou car ces jeunes gens n'ont pas d'armes - contrairement aux vrais ninjas nsiloulou. Les sévices que certains d'entre eux ont subis, le fait qu'un jeune homme est totalement dénudé, montrent qu'il s'agit ici, de les humilier, de venger les soldats morts au champ de bataille car nous voyons bien que les ninjas nsiloulou ne s'en prennent qu'aux miliciens de la faiblesse publique et non aux simples citoyens. Les ordres ne sont décidément pas les mêmes ici ou là.

Si les ninjas nsiloulou sont en situation de légitime défense quand ils prennent la vie de leurs assaillants, dans cette vidéo, nous constatons que les jeunes arrêtés le sont simplement parce qu'ils sont Bakongo. C'est donc bien la preuve d'un génocide planifié. Leur appartenance aux ninjas nsiloulou n'est pas prouvée même si on leur pose des questions car leurs réponses sont conditionnées par la peur - juste pour faire illusion devant la caméra.

Cette vidéo pourra demain être présentée à la Cour Pénale Internationale car ces jeunes gens, il est à peu près sûr qu'à l'heure où j'écris ces mots, ont déjà été assassinés. Il y a d'un côté des hommes qui luttent contre une armée avec un code de l'honneur et de l'autre, des mercenaires et assassins qui tuent tout Mukongo valide ou non valide du simple fait de son appartenance ethnique. C'est du terrorisme d'Etat, un génocide, un holocauste visant exclusivement tout Mukongo car il est impossible de distinguer le bon Mukongo du mauvais. Le crime, ici, c'est d'être un Mukongo. Dans ce cas, tous sont mauvais ; il faut s'en débarrasser. Dans le doute, tuer. Dans le soupçon, tuer. Même sans raison, tuer. Le Mukongo est déjà condamné à mort parce que Mukongo par l'homme qui détient le permis James 007 de tuer dans l'impunité absolue. C'est un scandale pire que celui de la disparition du Beach car on s'efforce de faire disparaître le génome kongo. Si tout ceci est à cause d'un hypothétique coltan, nous refuserons demain que ce coltan du sang soit vendu à ceux qui nous ont regardé mourir.

Attendez, nous ne sommes pas aussi aveugles ! Non, nous savons distinguer une opération de police où l'on veut arrêter des gens dûment identifiés d'une guerre qui oppose deux armées ou d'un génocide planifié dont le but est d'éradiquer une catégorie de la population à cause de sa spécificité identitaire et culturelle. Ntumi n'est qu'un prétexte.

Nous gardons jalousement cette vidéo pour demain la soumettre à la CPI. Voilà la preuve du génocide au travers des rafles des Bakongo, surtout des jeunes Bakongo. Si le milicien se permet devant les caméras de dire : "on va vous tuer", c'est qu'ils ont reçu l'ordre de tuer pour tuer. Le crime de ces jeunes gens ? Etre des Bakongo. C'est donc un génocide planifié de longue date. Le monde finira par prendre conscience de ce qui se passe dans ce pays avant que tous les Bakongo ne soient massacrés. Non, une opération de police qui rase les villages, qui tue tout Mukongo sans distinction d'âge et de sexe, n'en est pas une mais un crime contre l'humanité. Le Pool n'est qu'une étape dans cette nazification de l'ethnie-Etat qui veut réduire la population kongo a son expression la plus insignifiante. C'est une guerre de nivellement démographique, un prolongement en pire de l'opération Mouébara. Pendant que le monde détourne son regard du torrent de sang qui coule dans mon pays, Denis Sassou Nguesso efface toute une région de la carte. Que des nègres massacrent des nègres fait l'affaire des barbares "civilisés" qui vendent des armes aux barbares sans humanité du tout. La récolte du coltan vaut bien cela.

Ces jeunes gens ne seront pas présentés à Toto Ngakala qui laisse tranquilles les terroristes mbochis appelés " Bébés noirs" qui massacrent les populations à l'arme blanche, tuent, violent - alors que les troubles du 4 avril 2016 n'ont causé aucune perte humaine ; ce qui n'a pourtant pas empêché qu'on déclenche le recueil du sang et des larmes des autres - c'est-à-dire, des larmes et du sang kongo.

Cet holocauste des Bakongo qu'on tue parce que Bakongo doit faire l'objet demain d'un jugement international à l'instar du jugement de Nuremberg. Hitler n'est pas mort ; il vit au Congo sous un masque mbochi. Ce n'est pas une réincarnation mais une trans-épidermisation, une possession, une métempsychose. La peau est nègre mais la haine et la soif de sang sont bien d'Hitler... Mes mots ne sont pas assez proches de la réalité. En tout cas, le démon nazi qui a fait Hitler est bien au Congo où il fait la pêche au bord de l'Alima.

Je suis un Mukongo comme je suis un Mbochi car je suis Congolais, la nationalité m'associant à tous mes autres compatriotes en transcendant toutes les différences. Je déplore la mort de tout citoyen de mon pays - même ceux qui meurent des balles de ceux qui se défendent contre une soldatesque criminelle. Mais là, dans cette situation-là où la justice a disparu, où les miliciens du régime se donnent du courage en tuant des hommes désarmés sans défense, je pousse un cri d'alarme, j'appelle le monde à l'aide car si certains s'estiment développés ou civilisés et acceptent ce qui se passe dans le Pool sans ciller, alors ce monde est entre les mains de monstres inhumains qui veulent faire disparaître ce qui reste d'êtres humains véritables.

Depuis le commencement des temps historiques, la différence tue. Elle tuait pour conquérir, pour piller, pour assujettir mais désormais, elle tue juste pour le plaisir de faire couler les larmes et le sang des autres. Cela n'arrive que lorsque la folie est au pouvoir. Exactement comme ce qui se passa sous l'Allemagne hitlérienne ! Tuez-les tous ! Tirez sur tout ce qui bouge ! Massacrez les Bakongo ! Les ordres de Denis Sassou Nguesso sautent aux yeux de ceux qui savent déchiffrer les faits. Ce ne sont pas les Bakongo qui meurent ; c'est l'unité nationale qu'on assassine. A jamais !

 

LION DE MAKANDA MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 13:20
COMMUNIQUE DES FALC SUITE AUX FAKE NEWS DU PSEUDO VIOL MONTE DE TOUTES PIECES PAR LE ROI D'OYO ET SES ACOLYTES

Communiqué des FALC suite aux << FAKE NEWS >> du pseudo viol monté de toutes pièces par le roi d'OYO et ses acolytes

Nous rejetons en bloc des allégations mensongères qui accusent nos éléments d'avoir commis le viol sur des jeunes filles. 
Le combat que nous menons (résister contre la dictature) obéit a des règles spirituelles et traditionnelles très strictes qui nous interdisent de  :

  • ne pas voler,
  • de ne pas piller,
  • ne pas demander de l'argent,
  • ne pas coucher avec une femme,
  • ne pas tuer les civils,
  • ne pas violer.

L'opinion nationale est bien rodée à ce genre de montage de la part des ennemis des Congolais.

S'agissant de l'opération du vendredi 26 Mai 2017, le détachement ayant mené cette opération était sous les ordres du caporal NDZOZA, chef du bataillon, un détachement de 20 éléments , ils étaient sous l'autorité du commandant VAUSS chef de la zone militaire de MINDOULI . Des instructions ont été claires sur la mission et les objectifs :

1-Neutraliser les convois (bus) ;

2-Sécuriser les lieux de l'opération ;

3-Mettre la main sur les caches d'armes et kits militaires ;

4-Identifier les civils et les militaires ;

5-Mettre en sécurité les civils ;

6-Neutraliser les bus de façon à envoyer un message clair à qui de droit ;

7-Neutraliser les hommes en armes et en tenue militaire.

Voilà entre autres les missions qui ont été assignées à nos éléments FALC.


L'opération avait été filmée du début jusqu'à la fin. BrazzaNews détient les vidéos de cette opération. Pour des raisons stratégiques, nous lui avons interdit de le publier, le site BrazzaNews sera chargé de fournir ces preuves aux organisations internationales. 


La mission des FALC avait été accomplie avec professionnalisme et détermination.

Nous prenons les civils à témoins, car les justes ne se tairont pas, ils savent que nos FALC ont été professionnels.

 

Porte-Parole des FALC, le lieutenant colonel NGUIMBI,

Formé à l'école de guerre aux USA (Académie navale d'Annapolis) 
Ancien marine (United States Marine Corps)
Ex-force spéciale américain, ayant servi l'US en Afghanistan, en Irak et récemment en Syrie.

Repost 0
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 12:08

Quand on s'enfonce dans l'absurdité par mégalomanie, on ne peut que traîner des casseroles et Denis Sassou Nguesso traîne trop de casseroles en même temps ce coup-ci : crise économique qu'il ne parvient pas à résorber en dépit de la mise en exploitation de nouveaux gisements pétroliers - plongeant son pays dans la faillite qui se fait de plus en plus sentir, guerre d'extermination dans le Pool qui tourne au bourbier du Poolailler provoquant la désertion de plusieurs garde-chiourmes du régime, prisonniers politiquement condamnés injustement sans être jugés - ce qui devient de plus en plus intenable, une guerre de succession qui se joue déjà entre enfants, neveux et ressortissants de l'ethnie-Etat - notamment entre Denis Christel Sassou Nguesso et Jean Dominique Okemba, une communauté internationale qui se modifie et qui amène de nouvelles personnalités plus hostiles aux dictatures comme Donald Trump, etc. Il faut commencer à se débarrasser de quelques-unes.

Le cas du Général Jean Marie Michel Mokoko est l'une de ces casseroles dont il aimerait bien se débarrasser au plus vite. Pourquoi avant les législatives ? Parce que dans les régions nord du Congo, la colère gronde et certaines régions menacent de ne pas organiser les élections législatives. Hélas, Toto Ngakala traîne dans la confection des fausses preuves. Il vaudrait mieux pour le monstre de l'Alima solder la question de tous les prisonniers politiques au lieu de se contenter de résoudre au plus vite juste le cas Mokoko. Nous avons appris qu'il aurait renforcé la sécurité autour de la maison d'arrêt centrale de Brazzaville - comme s'il redoutait une tentative d'évasion des prisonniers politiques. Des miradors récemment installés auraient même ordre de tirer à vue en cas de tentatives d'évasion.

L'arbitraire appelle l'arbitraire comme l'excès appelle l'excès. Lorsqu'il ne reste plus que l'injustice pour maintenir un système, c'est que le coup de bâton de la justice n'est plus très loin. Traînant avec elle, les éléments de sa propre destruction, la dictature venue du bord de l'Alima tombera de ses propres excès. La question n'est plus comment mais quand. Il y a une fin à tout et les fins les plus dramatiques sont souvent celles auxquelles on ne s'attend pas.  Quoi que l'on fasse, la fin surviendra. Rien ne résiste à l'entropie qui est la règle absolue du temps. Même Rome eut une fin.

 

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

PRESSE : SASSOU VEUT REGLER LE CAS JUDICIAIRE MOKOKO AVANT LES LEGISLATIVES
Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 09:46
NIANGA MBOUALA : L'ARRESTATION DE SON DIRECTEUR DE CABINET EST UNE ATTAQUE QUI LE VISE DIRECTEMENT

Les Chinois disent que lorsqu'on attaque un serviteur, c'est son maître que l'on veut abattre ou que l'on défie. En effet, le serviteur ne fait rien sans l'ordre du maître. Attaquer le serviteur revient en quelque sorte à attaquer le maître. Si le maître ne réagit pas à l'arrestation de son serviteur, les autres serviteurs ne lui feront plus confiance. C'est l'autorité du Général Nianga Mbouala qui est en jeu au sein de toute la Garde Républicaine au travers de l'arrestation de son directeur de cabinet - à son insu et pendant son absence. Toto Ngakala lui manque de respect. Non, c'est Jean Dominique Okemba qui défie le Général Mandefo. Tata Mandefo doit réagir sinon le prochain sur la liste, c'est lui. Qu'il se rappelle l'histoire sordide du serviteur Ntsourou trahi et poignardé dans le dos par Jean Dominique Okemba qui sait faire avaler n'importe quelle couleuvre à Denis Sassou Nguesso qu'il aurait complètement envoûté.

L'arrestation du directeur de cabinet du Général Nianga Mbouala à la tête de la Garde Républicaine en rapport avec les événements du Pool où la soldatesque du monstre de l'Alima s'enlise, est une attaque directe contre la personne de notre barbe hirsute nationale. Décidément, Jean Dominique Okemba ne craint pas de se faire des ennemis pour plaire à son kani. Il y a des traîtres qui renseigneraient le Général Ntumi et l'arrestation du directeur de cabinet du Général Nianga Mbouala indique clairement que l'on suspecte la barbe hirsute de complicité avec l'ennemi.

On se rapproche de la bête mais on arrête d'abord ses serviteurs afin de la débusquer. Toto Ngakala n'a même pas pris le soin de contacter Barbe Hirsute avant l'arrestation de son directeur de cabinet. Ce qui indique que la suspicion a atteint des sommets. La dictature est vraiment une merde qui patauge dans la merde. Jean Dominique Okemba ne sait plus où mettre de la tête et pour la préserver, il est prêt à exposer celle de Nianga Mbouala. A chacun pour son cou, Oyo pour les uns, Ollombo pour les autres...

Cette affaire n'a que deux hypothèses possibles : ou bien Jean Dominique est un minable agent de sécurité du régime ou c'est un génie pour avoir trouvé le mouchard - si près de Denis Sassou Nguesso. Enfin, il lui a fallu tout de même plus d'une année ! Ce n'est pas digne d'un Einstein de la sécurité !  

Cette guerre à visée génocidaire commence à bien faire. Si elle ne se termine pas très vite, il faudra bientôt espionner les espions qui espionnent les espions qui espionnent les espions ! Onéreuse, sécurité ! Sans blague, Jean Dominique Okemba suspecte celui qui garde le roi d'Edou au plus près ! C'est une attaque grave, inouïe ! Même s'il avait envie de faire pression sur le petit-frère du directeur de cabinet arrêté, il manque d'imagination en s'attaquant directement au Général Barberousse, euh, pardon, Barbe Blanche, non Barbe Hirsute ! 

La guerre d'influence secoue le système de l'intérieur. Entre les originaires d'Oyo et ceux d'Ollombo, paraît-il, que rien ne va plus. A jouer de la différence comme instrument de division des hommes pour mieux les gouverner, on risque d'affaiblir son royaume car la différence finit par s'insinuer partout...

L'incompétence de toute une milice ethnique est mise à nu. La fiabilité du renseignement sécuritaire est proche de zéro. Et d'après, ce que l'on apprend, ce seraient les originaires d'Ollombo qui tombent plus au champ de bataille. Hier, une jeune dame me disait qu'il y avait de nombreuses veillées mortuaires à Nkombo.

Ce génocide était au départ aussi facile que des bombardements aveugles mais voilà que dans le bourbier du poolailler, ça sent de plus en plus mauvais.

Une dictature meurt toujours de ses excès et elle n'y peut rien car un excès en appelle toujours un autre plus gros. L'implosion du régime est en marche. Et cette crise économique qui dure n'arrange pas les choses ! Franchement, ce régime est une statue aux pieds d'argile. Quelques coups bien portés au bon endroit et l'édifice s'écroulerait comme un château de cartes En fait, Denis Sassou Nguesso ne règne que sur nos peurs. Or, la peur est désormais chez ceux qui l'administrent à notre peuple au quotidien. Il va arriver un moment où même l'argent ne parviendra plus à cimenter cette construction de sable. La haine du Mukongo, non plus. Face à la mort pour rien, même l'idiot du village devient lucide. Même l'idiot d'Oyo...

 

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

Je mets en ligne un texte d'Anaïs Polo, rédactrice en chef d'OEIL DU CONGO BRAZZA :

 

OEIL DU CONGO BRAZZA 

ARRESTATION DU DIRCAB DU GÉNÉRAL NIANGA MBOUALA 

Le grand-frère du Dircab de Nianga Mbouala, le nommé Okandzé Onkourou qui est un ami et adepte du Président des FALC, est incarcéré à la DGST depuis un an à cause de son dévouement au Pasteur Ntumi. Ce dernier était un élément clé lors des négociations entre le pouvoir et le Révérend en 2003.
Nianga Mbouala avait même fait envoyer deux Hilux au Pasteur Ntoumi par l'intermédiaire de cet ami. 

Depuis son arrestation, Monsieur Okandzé Onkourou est sommé de montrer toutes les cachettes du Président des FALC, mais il dit ne pas savoir où se trouve son ami.

Pour la petite histoire, le rapprochement de Monsieur Okandzé Onkourou et le Pasteur Ntoumi, vient du fait que tata Ntumi avait soigné Okandzé de sa folie en 1995... Depuis, ce dernier guéri et convaincu est devenu un adepte sans faille de son guérisseur... Ils ont tissé par la suite des liens très forts.
 
Hier, son cadet, Dircab du Général Nianga Mbouala a été interpelé et écroué à la Maison d'Arrêt de Brazzaville par le tout puissant "FAIT À MON PARQUET" en l'absence du Général Nianga Mbouala, qui se trouve actuellement à Ouesso pour assurer la sécurité de papa 8. On reproche au Dircab d'être le petit-frère de Monsieur Okandzé Onkourou.

"Soki bo bimissi yé té, mandeffo na ngaï é ko koma motani à mon retour de Ouesso." DIXIT Nianga Mbouala alias Djo bill.

Anais Polo, la Tutsi du Congo Brazzaville, Rédactrice en Chef

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 15:30
JUSTICE/JAMAIS UN SANS DEUX : LE CLAN SASSOU &amp; NGUESSO ATTAQUE A NOUVEAU LE LION DE MAKANDA

COMMENTAIRE : Cher maître Delphine MEILLET. J'ai bien reçu votre mise en demeure de suppression de contenu. N'ayant jugé en rien mes propos que vous avez cités - diffamatoires dans la mesure où monsieur Wilfried Nguesso ne représente pas à lui tout seul son clan, je vous prie de porter plainte afin que la justice décide du caractère diffamatoire ou non de l'article incriminé  car votre interprétation de mes propos me paraît exagérée voire réductrice de tout un clan à un individu, peut-être juste pour créditer une intimidation judiciaire - justement - de tout le clan au pouvoir dans mon pays contre ma modeste personne.

L'article qui sert de prétexte à intimidation judiciaire - a été écrit en septembre 2015 ; il est assez curieux que son caractère diffamatoire n'apparaisse aux yeux de monsieur Wilfried Nguesso qu'aujourd'hui. Je me doutais que le régime de Brazzaville trouverait un trou de souris pour me renvoyer devant la justice. Juste surpris que le clan ait attendu près de huit ans pour contre-attaquer. Après celle-ci, quelque autre membre de la famille royale prendra le relais, j'en suis sûr.  Je serai toujours là pour répondre parce que le Congo le mérite.

Je suis prêt à me défendre seul s'il le faut pour mieux faire entendre la voix du peuple congolais qui souffre. Cette traque judiciaire dont je fais l'objet sera appréciée à juste titre par le peuple congolais. 

Je me bats pour la restauration de la démocratie dans mon pays, démocratie confisquée par la pire dictature au monde, celle du clan Sassou & Nguesso. Nulle croix ne sera assez lourde à porter pour cela. Je suis fils de la terre du Congo, de l'orteil au cheveu. Mes ancêtres n'ont pas été déportés en 1910 d'Afrique de l'Ouest dans ce pays. Tous mes ancêtres y reposent - notamment : IBOUANGA, IPOUDI, MADZIOMBO du côté de mon père. NZILA, BOUANGA, NZALI, IBALA, OUFOUNDOUNOU, ILAMA, etc, du côté de ma mère. Afin de les honorer et d'honorer le peuple congolais à qui je dois la vie, je suis prêt à subir une deuxième attaque en justice - même injustifiée. Je mets votre mise en demeure en ligne afin que les Congolais en prennent connaissance et jugent par eux-mêmes ce qu'il en est de la supposée diffamation. Des articles existent sur la Lettre Du Continent et dans de nombreuses revues et j'ai bien en mémoire ce qui se passait au Congo en 2015 à l'apparition de cette affaire... 

Dans ce contexte, chère madame Delphine MEILLET, chère Maître, Il n'est nullement nécessaire d'attendre trois jours pour ester en justice. Vous pouvez lancer la plainte dès aujourd'hui afin que la justice française examine cet article. Je vous épargne ma réponse sur les détails ci-mentionnés dans votre texte. Je les réserve au tribunal. Et si la justice française décide que je retirasse l'article - parce que diffamatoire, je m'inclinerai mais pas avant.

Très respectueusement et confiant en la justice française qui ne m'a jamais déçu,

 

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

                                                               *

Mise en demeure de suppression de contenu 

Cher Monsieur,

Je vous contacte en ma qualité de conseil de Monsieur Wilfrid NGUESSO.

Vous avez publié en date du 3 septembre 2015 sur votre blog « Demain le nouveau Congo Brazzaville » un article intitulé « La presse : Wilfrid Nguesso le fils de Denis Sassou Nguesso veut s’établir définitivement au Canada ! », lequel est disponible à l’adresse suivante : http://www.demainlenouveaucongobrazzaville.org/2015/09/la-presse-wilfrid-nguesso-le-fils-de-denis-sassou-nguesso-veut-s-etablir-definitivement-au-canada.html

Aussi je vous mets par la présente en demeure, en votre qualité d’administrateur du blog « Demain le nouveau Congo Brazzaville », et pour le compte de mon client de supprimer l’article susmentionné, en ce qu’il est diffamatoire à l’encontre de Monsieur Wilfrid NGUESSO.

La diffamation est définie par l’article 29 alinéa 1er de la loi du 29 juillet 1881 comme « toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation. La publication directe ou par voie de reproduction de cette allégation ou de cette imputation est punissable, même si elle est faite sous forme dubitative ou si elle vise une personne ou un corps non expressément nommés, mais dont l’identification est rendue possible par les termes des discours, cris, menaces, écrits ou imprimés, placards ou affiches incriminés ».

La diffamation publique envers un particulier est réprimée par l’article 32, alinéa 1er de la même loi aux termes duquel « La diffamation commise envers les particuliers par l'un des moyens énoncés en l'article 23 sera punie d'une amende de 12 000 euros ».

Monsieur Wilfrid NGUESSO porte à votre connaissance l’existence des contenus illicites suivants (en gras, en italiques et soulignés) au titre de la diffamation publique envers un particulier :

« C'est une honte de vouloir fuir son père parce que l'on sent soudre la colère populaire ».

« Les autorités canadiennes savent que la demeure des Nguesso à Mont-Royal (Montréal) d'un coût de 1, 2 millions de dollars est un BIEN MAL ACQUIS à l'aide de l'ARGENT MAL ACQUIS qu'il faudra restituer au peuple congolais. Nous demandons à nos compatriotes du CARTON ROUGE de s'occuper de ce dossier en portant plainte ».

« Nous demandons à la FRANCE de ne pas recevoir sur le sol français ces criminels en col blanc en leur refusant l'entrée du pays des Droits de l'Homme. LE CONGO DOIT SOLDER LE CONTENTIEUX SASSOU & NGUESSO. De toute façon, cette fois-ci, nous les poursuivrons judiciairement où qu'ils aillent. LE CONGO A DES BIENS ET DES DEVISES A RECUPERER ! »

« Ce clan coupable de crimes de toutes sortes a du sang sur les mains, soit en tuant directement, soit en causant la mort indirectement. Le Congo ne saurait se prévaloir d'un pays digne de ce nom si ces gens-là, ces assassins-là, ne sont pas jugés et condamnés à la Haye... »

Ces propos entraînent nécessairement dans l’esprit du lecteur l’idée selon laquelle Monsieur Wilfrid NGUESSO se serait rendu coupable d’avoir blanchi au Canada de l’argent issu de la corruption et de détournements de fonds publics dans son pays, le Congo Brazzaville.

Monsieur Wilfrid NGUESSO est également explicitement accusé d’être un « criminel en col blanc », un « assassin » faisant partie d’un « clan coupable de crimes de toutes sortes [qui] a du sang sur les mains, soit en tuant directement, soit en causant la mort indirectement ».

Or, il est incontestable que Monsieur Wilfrid NGUESSO n’a pas encore été définitivement jugé, de sorte qu’il demeure présumé innocent et que l’accusation d’avoir été impliqué dans des crimes et des faites de détournements de fonds publics, en ce qu’elle implique qu’il aurait enfreint la loi, porte nécessairement atteinte à son honneur et sa considération.

En conséquence, je vous mets par la présente en demeure, en votre qualité d’administrateur du blog « Demain le nouveau Congo Brazzaville », de supprimer l’intégralité de l’article.

En l’absence de réponse de votre part 3 jours après réception de la présente, nous engagerons des poursuites à votre encontre.

Conformément à mes règles déontologiques, je vous invite à transmettre la présente à votre Conseil habituel.

Vous souhaitant bonne réception de la présente, je vous prie de croire, cher Monsieur, à l’assurance de mes sentiments respectueux.

Delphine MEILLET
Avocat à la Cour
 
 
Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 19:02
UPADS/LEGISLATIVES : JEREMY LISSOUBA DOIT POUSSER TSATY MABIALA PASCAL LE PETIT A DES PRIMAIRES GENERALISEES

Dans un article sur l'UPADS, nous sollicitions une plus grande implication des rejetons du professeur Lissouba PASCAL le GRAND en politique afin de préserver le parti créé par leur père. Les fistons Kolélas ne doivent pas être les seuls, déjà que les enfants de Marien Ngouabi se sont complètement désintéressés de la politique en abandonnant le PCT entre les mains de Denis Sassou Nguesso qui a fait du PCT un PCTue.

Les petits Lissouba peuvent être des fruits politiques du même arbre que leur père. Qui sait ? Les fils peuvent avoir à coeur de mieux défendre les idéaux de leurs pères que des transfuges du PCT comme Tsaty Mabiala Pascal, le petit. En effet, des rats palmistes traîtres conduits par Tsaty Mabiala Pascal le petit ont vendu le parti  UPADS à Denis Sassou Nguesso en le transformant en satellite du PCT. Le plus grand parti politique du Congo a été larbinisé par Pascal le petit, un rat palmiste aux dents longues et à la cupidité vorace qui entend squatter les cîmes des trois palmiers ad vital aeternam.

Entendre que Jeremy Lissouba a décidé d'entrer en lice aux législatives en provoquant ipso facto, une petite révolution appelée "primaires" à l'UPADS afin de permettre aux militants du parti de choisir entre lui et Guillaume Foutou, nous estimons qu'il faille généraliser cette démarche à tous les niveaux afin que les meilleurs candidats soient choisis par les militants eux-mêmes et non cooptés par le parti, permettant ainsi à Tsaty Mabiala Pascal le petit de choisir ses amis, tous acquis à ce qu'il reste au sommet des trois palmiers.

Nous appelons donc Jeremy Lissouba à exiger des primaires partout afin que l'UPADS se débarrasse des candidats corrompus aux législatives. Il est vrai que le FROCAD et l'IDC ont boudé ces législatives - certainement à raison car le choix des vainqueurs se fera certainement sous le manguier à Oyo. Cependant, nous soutenons la démarche de tenter la conquête du parlement par l'opposition. C'est possible si on allie mobilisation et vigilance. On vote, on filme les résultats et on reste jusqu'au dépouillement. Conquérir l'assemblée nationale et le parlement permettrait de réduire le pouvoir du monstre de l'Alima. Cette fois-ci, le peuple doit infliger non seulement infliger une seconde défaite au grand ndzokou mais faire en sorte que leur choix ne soit pas volé.

Si le parlement bascule entre les mains de démocrates, on peut contrer Denis Sassou Nguesso. Il s'agit de d'affaiblir le régime en prenant le pouvoir législatif. Si le PCT et apparentés trichent, il faudra cette fois-ci faire entendre la voix du peuple en surmontant la peur. Déjà que Denis Sassou Nguesso n'a pas la légitimité au sommet de l'Etat, il serait encore plus affaibli s'il se retrouvait en position de tricher pour se doter d'une majorité à l'assemblée nationale et au sénat.

Jeremy Lissouba doit secouer les trois palmiers pour en éjecter les rats palmistes qui rongent les régimes de noix de palme sur le dos du peuple depuis trop longtemps. Il est jeune comme la base des militants de l'UPADS et donc plus à même de comprendre leurs revendications. Tsaty Mabiala Pascal le petit doit laisser la tête du parti à quelqu'un de plus sérieux, une personne incorruptible. Il faut extirper toutes les taupes du parti du professeur Lissouba PASCAL le GRAND pour préparer ce parti aux enjeux futurs.

Un homme qui a n'a recueilli que 4% des suffrages à l'élection présidentielle n'est plus légitime à diriger un parti comme l'UPADS. Il est temps d'éclipser Tsaty Mabiala Pascal le petit. Que des primaires lui soient imposées même à Loudima où il n'est plus du tout populaire car vomi par les militants. Un homme aussi décrié, de surcroît traître transfuge du PCT dont il est la taupe pour remorquer le parti de Lissouba PASCAL le GRAND au PCT, doit être affaibli et les législatives en sont une occasion avant que le Congrès du parti ne le fasse chuter du sommet des palmiers droit dans le fleuve Niari. La reprise en main de nos grands partis est une étape indispensable dans la reconstruction de la démocratie. Les partis politiques sont des chevaux sur lesquels doivent monter des cavaliers qui font la course politique pour faire gagner le peuple et non le faire perdre. La démocratie passe par la reconquête et l'épuration de nos partis politiques.

 

LION DE MAKANDA, MWAN MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

Voici à présent un texte que j'ai reçu du Congo qui résume la prise de conscience des militants du parti aux trois palmiers :

" A l'UPADS, des primaires ont eu lieu ce vendredi 26 mai 2017 à la circonscription N°2 de Dolisie où Jeremy a battu le député sortant Guillaume Foutou pour les prochaines élections législatives. A quand les primaires à Loudimaoù Tsaty Mabiala Pascal le petit est à son troisième mandat bien qu'il soit souvent battu mais repêché par le pouvoir PCT pour servir de faire valoir.

Qu'une génération d'hommes nouveaux se mette au service des populations. Dolisie la capitale du Niari n'a aucun siège de l'UPADS, le parti du Pr Lissouba PASCAL, le GRAND. Aucun patrimoine pour Pascal Lissouba malgré la vente du siège du parti à Brazzaville à plus d'un milliard huit cents millions de francs cfa, argent qui a permis aux dirigeants de l'UPADS de se construire de grandes villas dans les grandes villes du Congo et d'Europe.

Lissouba Junior doit prendre la tête de l'UPADS et remettre Tsaty Pascal le petit à son parti naturel, le PCT car autour de lui s'est constitué un groupe d'usurpateurs qui ne servent que leurs intérêts reléguant ceux des militants aux calendes grecques.

Le moment du changement a sonné. Le peuple a le choix de son destin. "

 

     DIKASSOU, DUMISS KIFUMBA

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg