Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 10:44
UPADS : NORBERT MFIKOU CHARGE PASCAL TSATY MABIALA

"Ceux qui profitent d'un système, ceux-là mêmes qui ont beaucoup à perdre parce qu'ils se goinfrent de ses faveurs et de ses facilités, sont peu enclins à le voir tomber : en détruisant le système, ils casseraient la branche pleine de fruits juteux qui les nourrit car la chute du système coïnciderait avec leur propre chute qui les catapulterait au niveau du petit peuple d'en-bas qui vit des miettes qui tombent d'en-haut. Pour eux, détruire le système, c'est se détruire soi-même. Ils ne se querellent que pour en prendre la direction. Tous ceux qui vivent d'un système corrompu sont corrompus par le système. Le petit peuple ne peut attendre d'eux qu'une seule chose : la trahison. En effet, ils privilégient la position, le prestige et l'ambition de leur petite personne à la transformation et à l'amélioration du sort collectif.

Ceux qui vivent du système sont au service des objectifs du système et non de l'ambition collective. Ceux qui vivent de la dictature, quels qu'ils soient, meurent pour sa défense et non pour celle du peuple. Ne vous égarez pas du fait qu'ils font semblant de combattre l'arbre pourri qui les nourrit ; ils ne se battent pas du même combat que vous. VOUS DEMANDEZ LES FRUITS QUI VOUS REVIENNENT EN TANT QUE PROPRIETAIRES DE L'ARBRE, EUX SE BATTENT POUR OBTENIR LE DROIT DE DEVENIR LE GLOUTON EN CHEF DES FRUITS AVEC DROIT DE DISTRIBUTION A QUI BON LEUR SEMBLE. Ce n'est pas le même combat.

Si on reconnaît l'arbre à son fruit et le fruit à son goût, on reconnaît le traître à la manière dont il est accroché à la branche nourricière : la gueule directement dans le fruit. N'attendez pas d'eux votre salut : LES VRAIS SAUVEURS DE L'HUMANITE SONT DES IDEALISTES ET NON DES MATERIALISTES. CEUX QUI ONT GROS A PERDRE NE VEULENT RIEN PERDRE. QUE CEUX QUI N'ONT RIEN A PERDRE DOIVENT SE BATTRE POUR TOUT GAGNER. L'HISTOIRE NE MENT JAMAIS..."

 

LION DE MAKANDA, MWAN MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

UPADS : NORBERT MFIKOU CHARGE PASCAL TSATY MABIALA
UPADS : NORBERT MFIKOU CHARGE PASCAL TSATY MABIALA
UPADS : NORBERT MFIKOU CHARGE PASCAL TSATY MABIALA
Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM)
commenter cet article
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 13:55
LE PIEGE DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE TENDU A SASSOU...

Nous approchons de la fin de l'année 2015, une année terrible pour le peuple congolais qui a eu un sursaut républicain insoupçonné - notamment par sa jeunesse qui est sortie en masse exprimer son rejet du régime sanguinaire des crocodiles du PCT. Les malheurs sont une fois encore venus d'un seul homme : Denis Sassou Nguesso qui s'est accroché au pouvoir comme une sangsue sur la peau d'un homme. Demeurer gangster en chef au sommet d'un Etat même en faillite, c'est la seule solution qui lui reste pour échapper à la justice internationale, notamment de la CPI. Il a donc perpétré le coup d'Etat référendaire qui constitue désormais un précédent puisque le monstre de l'Alima a été imité par le président sur échasses, Paul Kagamé du Rwanda. Le héron de Kigali a au moins le mérite d'avoir développé son pays avec le coltan de la RDC - en massacrant au passage six millions de Congolais.

Afin de faire sauter l'immunité parlementaire d'André Okombi Salissa, de Guy Brice Parfait Kolélas et de Mabio Mavoungou pour ensuite les mettre aux arrêts, Denis Sassou Nguesso, à cheval sur deux constitutions, s'apprêterait paraît-il à dissoudre le parlement (assemblée + sénat) mais comme ce dernier est issu de la constitution du 20 janvier 2002, il ne le peut juridiquement parlant. Il a certes promulgué sa nouvelle fausse constitution mais il est gangster en chef selon celle du 20 janvier 2002 et doit d'abord prêter serment sur la nouvelle. Qu'à cela ne tienne, Denis Sassou Nguesso pourrait corrompre députés et sénateurs en leur versant la totalité  de ce qu'ils auraient dû percevoir jusqu'à la fin de leurs mandats en 2016 ou 2017. Chacun recevrait un peu moins de 100 millions de francs cfa et on sait par avance que personne ne peut bouder pareil pactole tombé du ciel.

Denis Sassou Nguesso se rend-il compte qu'il a été piégé par la cour constitutionnelle et par la bande à JDO et Ndenguet ? Nous avons appris que tout ceci était un complot ourdi par ses proches. En proposant de le protéger des crimes contre l'humanité au travers des articles 10 (non extradition à n'importe quel motif, alors qhe le Congo a signé la charte de la CPI) et au titre de l'article 96 qui est le seul article à protéger un chef d'Etat criminel, la nouvelle fausse constitution de Denis Sassou Nguesso AVOUE et RECONNAIT à la face du monde que Denis Sassou Nguesso est un criminel ! En voici le menu :

"Aucune poursuite pour des faits qualifiés crime ou délit ou pour manquement grave à ses devoirs commis à l’occasion de l’exercice de sa fonction ne peut plus être exercée contre le Président de la République après la cessation de ses fonctions. 

La violation des dispositions ci-dessus constitue le crime de forfaiture ou de haute trahison conformément à la loi.

L'article 96 établit à la face du monde que Denis Sassou Nguesso est un criminel qui veut jouir de son impunité absolue jusqu'à la mort et bien au chaud au bord des berges de l'Alima - sans que personne ne vienne perturber son sommeil. Ces articles 10 et 96 pourraient le pousser à perpétrer encore un peu plus de crimes et être encore plus passible de la CPI dont le Congo est signataire de la charte. Il n'existe aucune autre Constitution de cette nature dans le monde - le Congo innovant toujours dans le pire. C'est au contraire, ceux qui souhaiteraient que justice soit rendue qui sont coupables de forfaiture et de haute trahison ! Sassou peut tuer, massacrer son peuple, personne n'a le droit de l'ouvrir et il croit que c'est à son avantage. Cela ne fera que le pousser à l'erreur.

Ndenguet, le procureur Ngakala, Ibara et tous les autres vont multiplier les gaffes qui lui retomberont dessus un jour car nul n'est au dessus de la loi et la loi ne protège pas le criminel - surtout pas de façon aussi directe. Ces deux mécanismes ont été mis en place pour exploiter le goût de Sassou pour le sang  et les larmes des autres. Ndenguet va exécuter les crimes de Sassou tandis que le procureur va procéder aux arrestations arbitraires augmentant ainsi les tensions sociales jusqu'à l'explosion qui permettra à la bande à JDO de renverser la BETE de l'Alima. Et profitant de ce désordre, surtout pour éviter d'être exposés dans les tribunaux étrangers, les Ndenguet, JDO, Ngakala et consorts peuvent décider de frapper les premiers pour créer un courant de sympathie populaire qui les exonérait eux, les exécutants, de leurs crimes et méfaits car ils le savent tous : cette nouvelle fausse constitution qui protège le criminel et condamne l'innocent pour Haute Trahison alors que la Haute Trahison est réservée au chef de l'Etat ne durera pas très longtemps et n'a en fait aucune validité. C'est une question de temps pour que Sassou frappe encore les Bakongo qu'il hait à mort, entraînant une révolte qui nécessitera que Sassou soit sacrifié par les siens. CE N'EST QU'UNE QUESTION DE TEMPS...

 

LION DE MAKANDA, MWAN MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 13:34
IL FAUT PLUS QU'UNE ELECTION TRANSPARENTE POUR SAUVER LE CONGO

Au-delà d'un mode de gouvernance démocratique, les problèmes inhérents au bon fonctionnement des sociétés modernes sont constitués par la bonne gestion des affaires publiques et une redistribution globale des ressources qui vise à répondre aux inputs (demandes, besoins) de l'ensemble des membres de la société. Quand nous avons assisté au naufrage de la Grèce, aux problèmes économiques de l'Italie ou de l'Espagne, personne ne se souvenait qu'il s'agissait de pays démocratiques où les citoyens ont le droit de vote et que leur choix dans l'urne est respecté. Cela suffit à convaincre que la démocratie élective - quand bien même elle serait nécessaire - ne suffit pas à sortir un pays d'une crise structurelle voire idéologique quand la compétence et la vertu politiques ne sont pas au bon endroit, au sommet de l'Etat.

Au Congo, nos lecteurs se rendent compte que les problèmes qui secouent le Congo sont légion : absence de démocratie au travers du non-respect des urnes, communautarisme ethnique, incompétence des gangsters politiques juchés au sommet de l'Etat, absence d'une juste redistribution des ressources nationales, force "publique" tribalisée à la solde d'un monarque, bradage des ressources du pays, corruption, endettement injustifié - alors que certains projets peuvent se financer avec les fonds publics, défaut de consistance de la nation et de la république qui ne sont qu'un rassemblement d'ethnies avec une ethnie-Etat dominant les autres ethnies, faiblesse de l'opposition qui pèche par une insuffisance stratégique, ambition individuelle au dessus de l'ambition collective, identité ethnique devançant de très loin l'identité nationale, incohérence du modèle républicain car il n'existe nullement de vrai projet politique à couverture nationale, détention arbitraire et désordonnée des armes de guerre, justice défaillante, presque inexistante, absence de véritables partis politiques, les ethnies jouant le rôle de partis politiques, carence des projets politiques du fait que les "politichiens" se contentent de leur identité ethnique comme projet politique, etc. Voilà le décor planté dans un pays où la jeunesse est dominante, une jeunesse sans avenir à qui la vieille classe politique en activité depuis les années 70 laissera des dettes après avoir détourné tous les deniers publics. En effet, SASSOU A TOUT VOLE ET IL NOUS LAISSE DES DETTES ET LA FAILLITE DE L'ETAT EN PLUS ! LE COMBLE !

Personne ne perçoit l'abysse en dessous de la surface démocratique bien mince qui crie à l'alternance, une alternance que le PCT refuse parce qu'il est conscient que la démocratie congolaise n'est pas une démocratie de projet mais une démocratie communautaire avec l'identité du leader politique comme seul véritable projet politique : oui, être Mbochi, Kongo, Téké est le seul projet politique qui compte dans notre idéologie politique parce que la colonisation a réussi à diviser les ethnies de sorte qu'elles ne parviennent jamais à s'assembler dans une vraie nation. Dans ces conditions, les plus nombreux ethniquement gouverneraient le pays jusqu'à la fin du monde, un peu comme se profile aujourd'hui le modèle sud-africain où le pouvoir reviendra éternellement à un Noir, vu la déficience démographique blanche. Or, cela, les Mbochis minoritaires le refusent. Ce problème est renforcé par l'inexistence de l'unité nationale qui ne peut germer que si les droits de tous deviennent une réalité quotidienne. Or, au Congo, c'est la distribution arbitraire des privilèges par l'ethnie-Etat qui prévaut. C'est de ce chaos qu'il faudra tirer une démocratie. Vous vous rendez compte du challenge ?

Même si demain Pascal Tsaty Mabiala, André Okombi Salissa ou Guy Brice Parfait Kolélas parvenaient respectivement au pouvoir de façon légitime, cela ne résoudrait pas les contradictions dialectiques qui minent le Congo : la logique ethnie-Etat se poursuivra de sorte que les Bakugni, les Laris ou les Tékés s'estimeront l'ethnie au pouvoir, c'est-à-dire, l'ethnie ayant droit aux privilèges arbitraires du pays.

La démocratie ne peut se réduire à une panacée électorale car cela ne suffit pas dans un contexte d'économie de rente, de prévalence de l'identité ethnique sur l'identité nationale minant toute possibilité d'unité nationale comme c'est le cas au Congo.

Avant même de parler démocratie, il faut d'abord construire une nation et une nation doit se construire autour d'une communauté de destin assumée : il faut que les problèmes de chacun deviennent les problèmes de tous (droits) et que les problèmes de tous deviennent les problèmes de chacun (devoirs). Nous en sommes loin. Et nous ne nous battons que sur ce qui brille à la surface du chaos : le pouvoir d'Etat.

L'Occident a ses propres problèmes dont notre chaos politique constitue une solution : divisées, affaiblies, les républiques noires ne sont en fait que des gouvernorats entre les mains des grandes puissances qui se fichent que les nègres se canardent entre eux tant qu'elles viennent se servir allègrement chez eux. Dans un siècle ou deux, l'Afrique n'aura plus aucun intérêt pour l'Europe qui aura épuisé les ressources du continent. Il ne restera aux Africains qu'une seule option : la guerre civile dont vous avez une illustration en Irak, en Syrie et en Lybie avec les bombes des occidentaux en plus. Pour sortir de ce schéma qui se compliquera par une dégradation climatique, il faudra une prise de conscience que la démocratie ne se réduit pas à un simple vote. Il faut que l'intérêt national ait un sens face aux étrangers, que la distribution des ressources concerne tout le monde sans exception mais pour cela, il faut que la compétence et la haute valeur ajoutée morale prennent d'abord le pouvoir. N'oubliez pas que l'on peut être un roi et bien gérer un pays avec une distribution équilibrée et égalitaire des ressources nationales. Un monarque peut être un bon gestionnaire - même si nous préférons l'alternance. En conclusion pour sauver notre pays pratiquement en faillite sans la perfusion de la dette gagée au pétrole, il faut plus que la démocratie : UNE REVOLUTION DANS LA PRISE DE CONSCIENCE COLLECTIVE !

 

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 17:12
CORAF : LE CONGO POURRAIT CONNAITRE UNE PENURIE DE CARBURANT PLUS LONGUE

Le comble pour un pays producteur de pétrole, c'est de manquer de carburant. Une telle situation ne saurait se produire en France. Le Congo connaît une crise énergétique en gaz et en carburant qui nous paraît après enquête auprès des salariés de la CORAF un peu plus compréhensible. Au dépôt de bilan de la compagnie nationale HYDRO CONGO pour mauvaise gestion, la société a été divisée en trois entités distinctes : l'approvisionnement en gaz a été privatisé tandis que celui du carburant (aval ou produits finis) reste l'exclusivité de la SNPC, une société publique - au Congo - lorsque la production de la CORAF (Congolaise de Raffinage) est en dessous de la demande. Dans ce cas, il revient à Denis Christel Sassou Nguesso, directeur général adjoint (aval ou produits finis) de la SNPC et Karl Ngakala, responsable aval pétrolier, doivent commander le carburant pour que le pays ne soit pas en rupture. Pour le gaz, l'approvisionnement et la distribution du produit fini sont assurés par des sociétés dirigées par des proches du gangster en chef de l'Etat privé du Congo.

Chaque année, la CORAF nettoie et répare ses machines pour en remplacer les pièces défectueuses ; ce qui arrête l'aval ou la production de produits finis. Les machines sont censées reprendre du service le 20 décembre 2015 mais une nouvelle projection prolonge cette situation de nettoyage et de réparation des machines jusqu'au 20 janvier 2016.

La question que l'on se pose à la CORAF est la suivante : pourquoi Christel Denis Sassou Nguesso et Karl Ngakala n'ont-ils pas commandé le carburant pour compenser l'absence de l'aval de la CORAF ? Est-il normal de provoquer le déraillement de trains, de paralyser des avions et de perturber le transport routier de tout un pays ?  C'est irresponsable de paralyser l'économie d'un pays lorsqu'on est le prince héritier du royaume. Bref, les problèmes s'accumulent à la SNPC quand vous lisez les informations liées au pétrole gagé. 

Comme si une crise en entraînait une autre, nous apprenons que les travailleurs de l'université Marien Ngouabi attendent leur salaire du mois de novembre et pourraient entrer en grève. La situation du Congo confine à l'explosion sociale car les choses pourraient dégénérer brusquement.

Pendant ce temps, les tractations entre le régime des crocodiles du PCT et la soi-disant opposition vont bon train. L'IDC et le FROCAD déclinerait l'offre du poste de premier ministre du gouvernement d'union nationale à l'opposition exigeant d'offre les ministères de l'intérieur, de la défense, des finances et des affaires étrangères. Bref, le pouvoir, quoi. Ce que le clan Sassou & Nguesso ne saurait tolérer car il s'agit de leur pouvoir et ils vous le font savoir quand on voit un jeune brandir un pistolet en public - sans que la police n'intervienne. De toute façon, la déclaration suivante attribuée à Pierre Oba a le chic d'être claire :

"TO ZUAKI NA MINDUKI ; TO KOZONGUISSA NA MINDUKI..."

En somme, pour le système mafieux PCT, le pouvoir se gagne et se perd au bout du canon. Toutefois, je ne vois par un seul canon braqué en direction des putschistes multirécidivistes du PCT. Quand vous avez compris cela, vous avez tout compris...

LION DE MAKANDA, MWAN MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 00:26
URGENT/PERSONNALITE : QUI POURRAIT NOUS DONNER DES NOUVELLES DU MINISTRE LANDRY KOLELAS ?

C'est une information que nous prenons avec de grosses pincettes car on ne plaisante pas avec le sommeil sans réveil avec silence éternel d'un être humain, ce qui peut conduire à une grave méprise si cela n'est pas du tout avéré. Nous avons tout de même l'excuse d'être dans la situation juridique d'exception de vérité en qualité d'informé qui cherche à infirmer ou à confirmer des propos reçus de la part d'un tiers. Cependant, garder pour soi une information qui concernerait le peuple congolais, la vie d'un grand parti du Congo comme le MCCDI et le gouvernement aux ordres de notre mastodonte national n'est pas digne de nous : il faut manier l'euphémisme, risquer d'être contredit ou confirmé mais ne pas conserver l'information pour soi. De toute façon, si la chose est de l'ordre de la vérité, elle ne saurait se garder trop longtemps dans une morgue ou dans un cercueil sans qu'elle ne devienne publique, surtout si le concerné est un homme public. Nous faisons nôtre le précepte de porter à la lumière ce qui se murmure dans l'ombre. De toute façon, au Congo, la rumeur est très souvent la queue de la vérité que l'on aperçoit derrière la porte - même si une queue touffue ne signifie pas toujours qu'il faille crier au loup.

 Nous avons reçu un mail concernant le ministre Landry Kolélas entré au gouvernement en qualité de ministre du commerce et des approvisionnements il y a quelques mois - alors que son frère Guy Brice Parfait Kolélas en sortait : on sortait un Kolélas pour en faire entrer un autre. L'homme qui s'est récemment proclamé président du MCCDI nous intéresse car nous souhaitons savoir s'il est toujours parmi les vivants. Si quelqu'un peut nous le confirmer, qu'il n'hésite pas car nous savons tous que le nouveau ministre du commerce et des approvisionnements avait une santé fragile. Apporter une parole funeste n'est pas chose aisée - surtout si officiellement, le régime des crocodiles du PCT se trouve dans l'embarras pour avoir fait un mauvais choix qui n'aura pas duré - de sorte qu'il cherche comment nous présenter la situation.

De grâce, si quelqu'un a des nouvelles du ministre du commerce et de l'approvisionnement Landry Kolélas, qu'il n'hésite pas à nous les donner. Nous espérons qu'il est toujours vivant et qu'il se soigne quelque part - peut-être aux Etats-Unis où néanmoins la rumeur prétend qu'il aurait traversé l'Hadès. Depuis deux jours...

URGENT/PERSONNALITE : QUI POURRAIT NOUS DONNER DES NOUVELLES DU MINISTRE LANDRY KOLELAS ?
Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
12 décembre 2015 6 12 /12 /décembre /2015 14:49

L'Etat étant privatisé, totalement déconnecté du peuple, les Congolais subissent des situations difficiles sans savoir ce qui leur tombe dessus puisque le gang des crocodiles du PCT ne se sent pas obligé d'expliquer la situation catastrophique du pays à ses serviteurs et à ses esclaves. Les Congolais vivaient normalement, vaquant à leurs activités jusqu'à ce que l'essence et le gaz de ville se fassent rares. Sans qu'ils aient même eu le temps de faire des provisions de carburant. Sassou lui est tranquille : son hélicoptère ne manquera pas de carburant puisque la plus grande réserve de carburant du pays se trouve curieusement ... au nord ! 

Voici un texte qu'un aîné nous a envoyé du Congo qui pourrait expliquer ce qui se passe actuellement au Congo, un texte qui permet de comprendre la pénurie de pétrole dans la mesure où des créanciers frileux comme GLENCORE veulent à tout prix se faire rembourser au plus vite.  Et ils se font payer par cargaisons de pétrole. Si les créanciers sont privilégiés, c'est le pays qui est sacrifié. L'essence finit par se faire rare...

Il faut redouter que les Occidentaux soucieux de ménager (et non de sauver) le climat réduisent de plus en plus leur dépendance au pétrole en développant de plus en plus des énergies propres. Dans ce cas là, le Congo aurait de très très graves problèmes financiers, vu la dépendance de notre économie au pétrole...

Nous avons évoqué avec un autre aîné le spectre de la faillite que j'avais distinguée en plusieurs aspects dont le plus important me semblait être la faillite morale, mère de toutes les autres. En lisant ce texte, vous qui savez que le pétrole est la principale ressource stratégique de l'Etat, pourrez aisément comprendre nos inquiétudes. Ceux qui finiront par trinquer ce sont les retraités et les fonctionnaires en cas de coup dur. Cependant, notre mastodonte national peut toujours continuer à hypothéquer le futur. Enfin, tant qu'il restera une goutte de pétrole à exploiter quelque part...

 

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

CONGO/SNPC/PRESSE : CE QUI POURRAIT EXPLIQUER LA PENURIE D'ESSENCE
Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 12:07

Mwangou, la religion a été détournée de sa fonction première : donner à l'homme le véritable sens de son existence ici bas qui est de protéger la création divine, celle-là même que Satan détruit chaque jour qui passe. L'église catholique ne manque pas de perles (humaines) mais elle est la plus corrompue de toutes tant matériellement que spirituellement.

SAMBILA-SALA, il faut que les prêtres qui sont payés par l'église pour le SAMBILA reprennent le SALA pour le peuple. Que les prêtres reprennent donc en main l'école et l'éducation, par exemple et qu'ils produisent pour aider le peuple. Si Christ demande à ses disciples de nourrir le peuple, cela veut dire que l'église doit produire des biens matériels nutritifs et non simplement des prières. Si l'homme ne vit pas que du pain, il a tout de même besoin d'un moungouélé pour son estomac car ainsi l'a voulu le Créateur et dans ce domaine, l'église ne montre pas l'exemple : au lieu de seulement endoctriner ses fidèles, elle peut les emmener à produire des choses utiles pour la vie. L'église doit aider à soulager et le corps et l'âme et l'esprit. Le salut de l'âme est incompatible avec la faim du corps et la détresse de l'esprit sans espoir et sans espérance.

L'église doit spiritualiser la chair pour qu'elle ne tue pas l'esprit et matérialiser l'esprit pour qu'il protège et entretienne la chair. Dans un monde où la chair est totalement séparée de l'esprit et se prend pour l'essentiel de l'être humain, on assiste au triomphe du matérialisme, et dans un monde où l'esprit ignore la chair et la torture comme dans le bouddhisme, on assiste à un attentisme. Comme le disait si bien le Bouddha, il faut un juste milieu. Puisqu'il faut vivre et de pain et de la parole de Dieu, il faut nourrir, soigner, sauver le corps tout comme nourrir, soigner et sauver l'âme et l'esprit. Or, l'église ne s'insurge pas contre la dictature d'un Denis Sassou Nguesso qui détruit les corps et condamne les esprits et les âmes de ses serviteurs aveugles. Les prophètes comme Moïse, Elie, Jean-Baptiste voire le Christ lui-même se sont insurgés contre le pouvoir temporel et en s'opposant, ils ont défendu la chair, l'âme et l'esprit. Moïse en contribuant à libérer les esclaves hébreux de l'emprise de pharaon a montré l'exemple de ce que doit véritablement faire un homme de Dieu.

Toute église aujourd'hui fait commerce de la Parole de Dieu comme une vieille femme vend un peu de moungouélé pour survivre. Le Christ est aujourd'hui une marchandise que les églises et les pasteurs vendent aux enchères sur la surenchère du salut des âmes, en agitant la peur de la mort éternelle et la promesse de la vie éternelle.

 

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMBA, MBUTA MUNTU

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 17:01
Repost 0
Published by Marie Louise ABIA - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 16:02

L’Eglise (l’assemblée des croyants) est la lumière du monde.
Comment rayonne-t-elle aujourd’hui et quel est son témoignage, surtout dans les pays d’Afrique au sud du Sahara ?
Il y a une trentaine d’années en  Afrique, tous les défis étaient pour : « d’ici l’an 2000 ». On croyait cet horizon si loin ; tellement loin que, comme par enchantement, tout pouvait et/ou devait être fait avant le début du troisième millénaire.
Hélas, le temps passe très vite et la réalité s’impose à nous, une réalité sombre et douloureuse. Nous sommes aujourd’hui dans la deuxième décade du troisième millénaire et la situation dans beaucoup  de pays d’Afrique sub-saharienne est plus que catastrophique. Les populations vivent une crise d’espérance et chaque jour qui passe est un pas de plus dans la misère la plus profonde. Les gens ne peuvent pas se nourrir, se loger, se soigner… Quant à l’instruction, point n’est besoin de l’évoquer puisque les besoins primaires ne sont pas satisfaits.


Les Eglises doivent sortir de leur torpeur et se lever, non pas pour critiquer et condamner mais pour bâtir, pour redonner l’espoir véritable et pour être la lumière du monde.


Il est plus que jamais impératif que l’Eglise s’implique de façon pragmatique à la recherche du  bien-être des populations dans les pays d’Afrique sub-saharienne.
Aujourd’hui le chrétien d’Afrique, sa Bible à la main, est prompt à la « prière ». Cela pourrait être louable. Toutefois, la situation actuelle impose une nouvelle attitude, complémentaire à la précédente.  Les leaders d’Eglise ont le devoir d’inciter le chrétien à avoir d’une main la Bible et de l’autre un outil pour l’action.
Ce qui va nous conduire vers une véritable logique de « sala – sambila, sambila – sala », c’est-à-dire : « action-prière, prière-action », sans laquelle me semble-t-il, l’Eglise restera déconnectée de sa mission…
Devant les besoins et les problèmes des hommes, nous avons le devoir de témoigner de la force de la Bonne Nouvelle du Christ, dans la prière et par l’action.


Nous n’avons pas un autre programme que celui de Jésus, le Christ : prendre en compte et en charge tout l’homme (l’homme dans toutes ses dimensions).


Après avoir enseigné la multitude (dimension spirituelle), le Maître se préoccupe de la faim de cette foule (dimension matérielle).
Et il donne la mission à ses disciples d’en trouver la solution… (Donnez–leur vous–mêmes à manger), Matthieu 14.13-21. Cette mission n’est pas facultative, c’est un ordre du Seigneur aux disciples…
Il y a un grand fossé entre la volonté de Dieu et « l’ordre présent des choses ». Notre devoir est de réduire ce fossé, tant soit peu…
Que la paix qui vient d’en haut soit avec vous tous ! Notre Dieu est Vivant.


Joseph NZIKOU-KENGUE, pasteur

Repost 0
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 13:11

La question climatique, lorsqu'on entend parler tous ces politiciens réunis à Paris lors de la COP21, semble très simple : il faut éviter l'augmentation de la température à plus de 2°C et pour cela, il faut réduire le taux d'émission de gaz à effet de serre. Or, pour réduire celui-ci, il faut une nouvelle façon de produire, une nouvelle forme d'énergie non polluante. Ceux qui produisent et qui polluent sont ceux qui par leur croissance effrénée soutiennent les Etats et vont même à faire élire les chefs d'Etat. Pour les pays pauvres ou sous-développés, sauver la planète est une question d'argent : il faut 100 milliards de dollars par an - alors qu'un gangster d'Etat comme Denis Sassou Nguesso laisse les Asiatiques détruire les vastes forêts du bassin du Congo. Et le monde devra payer pour ça !

LA QUESTION DE LA DETERIORATION DU CLIMAT ET DU CYCLE ECOLOGIQUE EST AVANT TOUT UNE QUESTION INDUSTRIELLE, UNE AFFAIRE DE MODE DE PRODUCTION. TOUTE AUTRE APPROCHE EST D'AVANCE FAUSSE, FAUSSEE PARFOIS VOLONTAIREMENT PAR LES POLITICIENS ET LES MEDIAS CAR ON VEUT PROTEGER LES VRAIS COUPABLES, CEUX-LA MEMES QUI DETRUISENT LA PLANETE TERRE.

Nous allons vous expliquer pourquoi la question climatique ne peut être résolue par ceux-là mêmes qui sont les principaux destructeurs de la planète. Quand on détruit des forêts entières, quand on pollue des fleuves entiers comme le cinquième fleuve du Brésil, le Rio Doce, pour les intérêts de Mosanto, comment la planète peut-elle croire une seule seconde que les pollueurs, les assassins de la planète, peuvent une seule seconde la sauver ? Ne voyez-vous pas la désertification avancer en Chine en même temps que la pollution, tout ça au nom de la production et du profit pour que les Occidentaux continuent leur mode de vie fait de gaspillage de ressources et de superflu ?

1) Les Occidentaux et les grandes puissances le claironnent à qui veut les entendre : ils ne changeront pas leur mode de vie. La question est donc : quel est-il, ce mode de vie ? Une production capitaliste avec surabondance et gaspillage. Même si chaque citoyen des puissances du monde avait trois voitures, quatre ordinateurs, cinq téléphones portables, etc, on continuerait à produire des voitures, on continuerait à pêcher - même si on n'arrive pas à écouler tout le poisson pêché, on continuerait à transformer les forêts du monde en bout de papier avec des numéros !

2) Tout cela nécessite de l'énergie et question énergie, ils ont déjà découvert des énergies propres non polluantes mais avant de passer à leur exploitation, il leur faut épuiser le pétrole, une énergie fissile très polluante. Ils ont tué Tesla pour lui voler ses brevets et ils savent que l'énergie libre existe à foison de sorte à réduire la pauvreté sur toute la terre. Hélas, ils n'ont pas fini d'amasser les millions de milliards de dollars du pétrole. Et toutes ces entreprises qui vendent de voitures, que deviendront-elles si on changeait de carburant ? Non, le gaz oil doit continuer à polluer l'air ! On peut faire rouler des voitures à l'hydrogène, à l'huile, même à l'eau ! On peut utiliser les technologies de Tesla qui avait fait rouler une voiture sans carburant - juste avec l'énergie du point zéro utilisant le magnétisme terrestre. Vous voyez la timide évolution des voitures électriques en France et dans le monde. Sachez qu'aux Etats-Unis, ils avaient réussi à fabriquer une voiture électrique performante mais elle fut retirée à ses utilisateurs ! Pourquoi ? Parce que fonctionnant trop bien, elle constituait un danger pour les sociétés pétrolières !

3) Les vrais pollueurs de la planète n'ont pas été conviés et pour cause ! La pollution de la planète ne peut pas s'arrêter comme l'enrichissement de quelques-uns ! Ils détruisent les forêts, polluent des fleuves entiers comme le Rio Doce au Brésil, une catastrophe provoquée par la société SAMARCO dont les médias occidentaux ne parlent même pas - alors qu'elle a atteint l'océan atlantique en dévastant tout sur son passage. La société minière SAMARCO qui a causé cette catastrophe écologique n'a écopée que d'une amende de 80 millions d'euros - alors que des millions de poissons sont morts et que des terres sont devenues stériles. Les océans, lieux de vie, sont des poubelles industrielles pour ces multinationales. Jusqu'à quand ? 

Les sociétés qui utilisent le charbon dans leurs propres centrales électriques ne sont pas venues à Paris. Or, ce sont ces multinationales qui causent des catastrophes écologiques et provoquent l'élevation de la température de la planète. Si elles continuent à produire et à rechercher la croissance économique, rien ne pourra arrêter la progression de la détérioration du climat dont les conséquences s'abattront d'abord sur les pays pauvres. Vous comprenez pourquoi je m'insurge contre la destruction de nos forêts par les sociétés asiatiques qui rasent tout parce que les forêts sont le garde-manger du pauvre et surtout, la forêt est nécessaire pour le cycle de la pluie. Savez-vous que les arbres secrètent des substances dans l'air pour qu'il pleuve ? Si on réduit les forêts en désert, il n'y a plus de pluie. Le Sahara est là pour le témoigner !

4) Les politiciens ne peuvent pas changer quoi que ce soit à cette situation puisqu'ils vivent des taxes et des impôts que leur rapportent les multinationales pollueuses qui par ailleurs hissent leurs pions au sommet des Etats. Ils ont donc un pouvoir limité sur la dévastation des écosystèmes et sur la détérioration du climat. "CHANGEMENT CLIMATIQUE" est une expression qui ne veut rien dire car le climat change tout le temps selon un cycle bien déterminé. Cet euphémisme a pour fonction de ne pas vous apeurer car il est question de DETERIORATION DU CLIMAT ET DU CYCLE ECOLOGIQUE de la planète à cause de la surproduction capitaliste. Tant que le capitalisme sera le modèle de production dominant de notre planète, elle ne pourra pas être sauvée. Surtout pas par ceux qui la détruisent ! Les accords qu'ils peuvent signer n'y changeront rien : la température finira par dépasser les 2°C et cela, ils le savent très bien. Il s'agit de berner les esprits des militants écologiques pendant que l'on continuera à polluer. Ils prétendent sceller un accord contraignant. Qui appliquera la contrainte - dans un monde où les puissances sont interconnectées ?

Ne vous fiez pas au petit document que Laurent Fabius fera signer aux pays présents à Paris car la pollution se poursuivra : le profit doit croître et vite. Donc, plus de pollution, plus de détérioration du cycle climatique et du cycle écologique. Sachez que certains changements sont irréversibles - sauf si les technologies qu'ils cachent à l'humanité sont mises en exergue mais ça, c'est un autre problème : on ne peut pas compter sur des technologies qui n'existent pas aux yeux du public !

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

COP21 : POURQUOI, ILS NE PEUVENT PAS SAUVER LA PLANETE
COP21 : POURQUOI, ILS NE PEUVENT PAS SAUVER LA PLANETE
COP21 : POURQUOI, ILS NE PEUVENT PAS SAUVER LA PLANETE
COP21 : POURQUOI, ILS NE PEUVENT PAS SAUVER LA PLANETE
COP21 : POURQUOI, ILS NE PEUVENT PAS SAUVER LA PLANETE
Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg