Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 21:11

Nous venons juste d'apprendre que la panique gagne non pas seulement les hommes d'affaires comme Pendino qui prend désormais ses distances avec Denis Sassou Nguesso mais aussi les Généraux qui ont détourné des milliards et qui à présent essaient de les soustraire du pays. Nous vous apprenons que les nantis de l'armée ont commencé à organiser la fuite des capitaux mal acquis en contactant des membres de leurs familles sur la place de Paris et ailleurs afin qu'ils réceptionnent des fortunes mal acquises en prévision d'une fuite qui semble de plus en plus proche. Les éléphants, les  cobras, les rats et les crocodiles s'apprêtent à quitter de nuit le navire ! Ils font d'abord précéder leur pactole, signe que le navire tangue et que l'échouage est proche. Ils pourront ensuite moyennant un pourcentage récupérer ce magot facile auprès de leurs complices. Et le tour sera joué !

L'article juste en dessous vous apprend qu'Emmanuel Yoka a préféré investir au Bénin, laissant sa file Emma gérer ses investissements - le Bénin, un pays qui a des airs de famille ; il n'est pas le seul : Moussa, l'éternel ministre du plan s'est constitué une petite fortune au Mali.

En vérité selon un de mes correspondants, Sassou ne compte que sur trois personnes : Jean Dominique Okemba, conseiller spécial l'ayant pris en otage et dont toutes les décisions sont pratiquement validées pour régir le pays, monsieur Guy Ngoya et le colonel Tiendjen. Il se sait que sans ces trois personnes, Denis Sassou Nguesso n'est rien. il est donc otage et cerné au point où il ne sait plus où mettre de la tête. Quand il lira que ses Généraux recherchent le moyen de planquer leur fortune mal acquise, il se dira : 'LA FIN EST VRAIMENT PROCHE" ET LE FAIT QU'IL ECRIVE A L'UPADS POUR L'AIDER A TROUVER UNE PORTE DE SORTIE EST UN SIGNE QU'IL EST AUX ABOIS.

En fait, nous sommes à peu près sûrs qu'il ne lui reste que deux fidèles parmi les fidèles, Jean Dominique Okemba exhalant désormais selon la rumeur populaire la pestilence du traître qui lui pense déjà à se mettre au frais à Dubaï ou au Maroc car il n'y aura aucun autre pays qui pourra l'accueillir - même pas la France qui lui a décerné une médaille pour services à venir et, surtout si la Gauche arrive au pouvoir avec François Hollande, ILS SAVENT QUE LES CHOSES RISQUENT DE TOURNER AU CAUCHEMAR...

La conséquence de cette affaire est la suivante : l'affaire des Biens Mal acquis doit s'étendre aux parents et proches de Sassou , aux ministres et aux Généraux qui tiennent l'armée en étant adjudicataires de tous les marchés de l'Etat avec la force publique. L'affairisme dans le Haut commandement des forcs armées congolaises est devenu légion. La Banque de France ne manquera pas d'ouvrir les yeux sur les comptes des congolais qui enfleront de façon trop soudaine et si nous avons des informations plus fines à ce sujet, nous ne manquerons pas de dénoncer les coupables de complicité de blanchiment d'argent....

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 20:38
Cher LION DE MAKANDA,
Hier l'arrogant et pédant Aimé Emmanuel Yoka est venu pérorer devant les caméras de télévision la chanson qu'il a apprise de son neveu, le président Sassou NGuesso : "Tsourou n'est pas inculpé, il est toujours présumé innocent, il est simplement entendu !". Ces dix ou douze jours au secret, puisqu'il n'a pas pu voir son avocat, Maître Hervé Malonga, ne correspondent pas à une arrestation ! Tsourou est entendu comme le sont Germain Ickonga, Claude Mopita et André Sahous. On pourrait ajouter à ce ministre hautain et présomptueux, tellement soucieux du droit et des libertés de ses compatriotes congolais, que Tsourou est entendu comme l'est actuellement depuis une année Amédée Loemba ! Un pauvre gosse incarcéré sans jugement, sans charge et sûrement toujours présumé innocent ! 
Nous pouvons parier que les familles des Tsourou, Ickonga, Mopita et autres personnes détenues n'entendront jamais les charges qui pèsent sur eux et qui vaudraient une inculpation. Ce pouvoir, pleutre et aux abois, aura trop peur d'aller vers l'épreuve de force. D'ailleurs, ce vaillant ministre de la justice a, depuis bien longtemps, décidé de ne plus investir dans son propre pays, cette démocratie idyllique que tous nous envient ! Aimé Emmanuel Yoka a préféré mettre ses billes (nombreuses) au Bénin.  Il y a acquis de vastes de domaines que gère sa fille Emma. Ce génie du non-dit, nous le voyons avec ces avocats et militaires détenus, en prétextant une raison médicale, fait escale à Cotonou à chacun de ses nombreux aller-retour en Europe. Histoire de bien être connu et reconnu des Béninois pour son prochain exil qu'il sent de plus en proche ! L'Oncle du président Sassou se sent (plus) d'affinités avec les Béninois qu'avec les Congolais et leur justice, car il est mieux placé que personne pour savoir que cette dernière, la justice congolaise, ne vaut rien ! Strictement rien !
Il y a une semaine mercredi ou jeudi dernier, une délégation de Sages de Makoua s'est rendue à Brazzaville dans l'intention d'être reçue par le Président Sassou NGuesso. Son intention était d'intervenir, discrètement, en faveur d'un de leurs fils, Germain Ickonga. Malgré leurs sollicitations, leur parent Firmin Ayessa, avait préféré rester en dehors de cette initiative. Ce dernier, à la tête de la Commission d'indemnisation qui gère les allocations des fameux "3 millions" avait mieux à faire que de ce soucier du sort du parent détenu ou, plus encore, d'intervenir en sa faveur. Firmin Ayessa connaît trop bien la rouerie de son Maître pour risquer de recevoir les foudres de sa colère. Finalement, la délégation des Sages de Makoua, sûrement composée de "rats" au regard de Sassou NGuesso, a été éconduite. Le président "de tous les Congolais" a refusé de les recevoir !
Après les Bakongos, les Laris, les Vilis, les Mbochis (après l'explosion) et les Tékés (après l'arrestation de Tsourou) Denis Sassou NGuesso s'est mis à dos les Makouas. Après la mort d'Yves Motando, le Monjombo, dans des circonstances suspectes, on peut légitimement se demander où l'actuel président congolais ira chercher ses voix dans une élection ? Même son fidèle serviteur et associé, Hubert Pendino, "une brave souris", aurait décidé de bien montrer qu'il quittait le navire.... Depuis quelques jours, c'est une véritable campagne publicitaire qui a été mise en place, notamment avec Google, pour affirmer haut et fort qu'il est un grand humaniste et grand entrepreneur. C'est bien lui le principal actionnaire de Socofran et pas Denis Sassou NGuesso, comme depuis des années certaines rumeurs l'affirment ! Qu'on se le dise !
Pendino.jpg
Amitiés

 

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 22:22

Nous venons d'apprendre que Sassou a écrit officiellement à l'UPADS pour que le parti aux trois palmiers le tire du mauvais pas dans lequel il se trouve.

En ce moment même Gamassa, Moukouéké et Tamba-Tamba préparent la réponse en coulisse. Au nom de qui ? D'un parti divisé ? d'un parti en lambeaux ? De quel droit parlerez-vous au nom des peuples du sud ? Ne voyez-vous pas l'injustice de Sassou à l'oeuvre ? Il va donner des milliards aux siens - alors qu'ils laissent mourir de faim les bébés du sud ! Il a en effet mobilisé 800 milliards de francs cfa pour panser la douleur des siens.

Croyez-vous que si les populations sinistrées étaient du Pool, il allait agir de la sorte ? Ne vous rappelez-vous pas qu'il a coupé les arbres fruitiers et empoisonné l'eau dans le Pool ? Où étiez-vous quand les sinistrés de Pointe-noire ayant reçu un avion sur leurs maisons pleuraient leurs morts ? Qu'avez-vous donc fait pour qu'on indemnise les populations de Diata, Bacongo, etc, qui ont perdu leurs maisons et leurs biens ?

Franchement, nous savons que vous êtes faibles et sans personnalité devant l'argent et surtout, vous avez formaté vos mémoires pour mieux vous fourvoyer mais attendez, regardez ce que fait Sassou ! Un malheur a frappé les siens. Que fait-il ? Il sort l'ardoise, il sort les liasses du Trésor : de 14.000, ils sont passés à 100.000 qui vont recevoir 3000000 de francs cfa tandis que les populations du sud qui ont perdu des biens lors des événements liés au coup d'Etat de 1997 n'ont jamais été indemnisés en dépit de procès intentés contre l'Etat...

C'est 300 milliards de francs  cfa que Denis Sassou Nguesso va distribuer aux populations issues du nord, prouvant par là qu'il est le plus fieffé tribaliste de la terre. Et vous, vous allez au secours de l'éléphant qui se noie ? Vous allez à son secours ? Qiuand l'heure de vous décapiter politiquement arrivera, il n'hésitera pas une seconde. Le peuple est averti ; le peuple va vous demander des comptes...

Si vous le faites en le tirant la tête de l'eau, le peuple comprendra que vous n'êtes que des traîtres ; c'est pour cela que vous avez vendu le parti du professeur Lissouba à l'homme qui l'a chassé du pouvoir, à l'homme qui a assassiné vos soeurs, vos frères. C'est une bête qui se terre désormais, qui a oublié les déplacements avec faste car il a peur. De qui ? Des siens qu'il va essayer d'amadouer avec de l'argent - alors que ceux qui ont perdu leurs biens, leurs vies dans le sud n'ont jamais été indemnisés. Pourquoi ? Parce que Sassou a la haine des "Bakongos".

Et vous, vous allez vous retrouver avec lui pour participer à cette mascarade qu'il prépare à nouveau ? Vous vous croyez plus malins que lui  ou êtes-vous juste guidés par l'argent facile.

En tout cas, sachez que nous sommes au courant de ce que vous êtes sur le point de faire et nous ne vous le pardonnerons pas ! La traîtrise à son propre peuple mérite un châtiment exemplaire et vous, au lieu de laisser le parti aux trois palmiers aux jeunes, vous vous accrochez du haut de vos soixante-dix ans passés pour certains - vous avez toujours faim, vous n'avez pas fini de mendier, vous n'avez pas cessé de vous faire berner par Sassou et lorsqu'il aura retrouvé du poil de la bête, vous croyez qu'il cessera de vous traîter en ennemis, en mendiants, en esclaves, en putes de la république, en morabisi ?

 

Il n'y a qu'une réponse possible : Vous devez répondre à Denis Sassou Nguesso que la CONFERENCE NATIONALE SOUVERAINE DEUXIEME DU NOM EST LE SEUL CHEMIN QUI RESTE. ET CETTE FOIS-CI, LDM SERA DE LA PARTIE. NOUS LAVERONS LE CONGO AU SAVON DE LA JUSTICE. RECLAMEZ UN CONSEIL NATIONAL DE TRANSITION POUR REMETTRE LE PAYS A L'ENDROIT !

Assez de vos traîtrises, assez de vos lâchetés, assez de vos manigances. Sachez que vous n'avez aucune légitimité pour parler au nom de l'UPADS. VOS MANDATS N'ONT PLUS COURS DEPUIS LONGTEMPS. Si vous voulez vous faire entuber, faites-le en vos noms de péripatéticiennes mais de grâce, arrêtez de croire que VOUS REPRESENTEZ LE PEUPLE ! VOUS N'AVEZ AUCUNE LEGITIMITE POUR DISCUTER DE L'AVENIR DU CONGO. VOUS AVEZ TRAHI LISSOUBA, VOUS AVEZ EMPOISONNE LISSOUBA, VOUS AVEZ VENDU SON PARTI A SASSOU MAIS NOUS NE SOMMES DUPES. LIVREZ VOS DERRIERES RANCIS AU MEMBRE VIRIIL ELEPHANTESQUE DE SASSOU MAIS ALLEZ-Y EN JUPES. VOUS ETES FINIS. VOUS ETES POLITIQUEMENT MORTS. NOUS SOMMES A L'HEURE DES LIONS. VOUS ETES AVERTIS : NOUS NE VOUS PARDONNERONS PAS CETTE ENCULADE DE TROP....

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 16:31

Elle se demandait souvent ce que son père lui trouvait, lui qui n'était même pas un vrai membre de la famille, elle qui se méfiait de lui, de l'homme qui est responsable des arrestations arbitraires, des assassinats et des enlèvements de paisibles citoyens en sa qualité de responsable de la sécurité nationale. Hélas, elle n'est plus là pour avertir son père de la confiance aveugle qu'il a dans cet homme...

Combien de fois Wamba Sassou Nguesso le lui a craché au visage : "Tu n'as pas une goutte de sang avec mon père" ? Eh oui, le peuple congolais a le droit de savoir la vérité sur Jean Dominique Okemba. S'il estime que nous ne disons pas la vérité, alors qu'il écrive et nous lui accorderons un droit de réponse.

Jean Dominique Okemba, le "Spécial", le conseiller de tous les secrets, le second dans toutes les sphères de pouvoir tant physiques qu'occultes, n'a pas une seule gouttelette de sang en commun avec Denis Sassou Nguesso. il peut donc le supprimer s'il en a l'occasion et c'est en cela que nous trouvons désormais crédible le récit relaté par OTWERE KOUMOU ODZAMBE Jean. Cet homme qui s'est approché du pouvoir de si près est devenu trop ambitieux que son rôle de second ne lui sierait plus. C'est tout simplement la même histoire que celle de Lucifer et de Dieu, du premier et du second depuis la nuit des temps, Lucifer-Eblis qui a toujours voulu prendre la place de Dieu, Lucifer qui a en avait assez de n'être que l'ange de lumière : EN FAIT, EBLIS VOULAIT TOUT SIMPLEMENT DEVENIR LA LUMIERE ET L'HISTOIRE CONTINUE ; MARIEN NGOUABI A ETE LE PREMIER A EN FAIRE LES FRAIS. A CE SUJET, FLORENT TSIBA NE MANQUERA PAS DE DIFFUSER LA CASSETTE QUE LUI LAISSA ONTSOU EN CAS DE DECES DU GRAND ELEPHANT !

La famille du grand éléphant le sait et se demande pourquoi Denis Sassou Nguesso fait tant confiance à celui qui pourrait être Brutus pour César Sassou. Cette histoire n'est pas terminée ; elle s'écrit encore - il suffirait d'un peu d'encre de sang pour que le roman fasse un bond dans le temps. Il ne reste plus qu'un pas, une place à prendre, un coeur à cesser de faire battre et le sentier de l'OBALI pourrait se transformer en BOULEVARD DU KANI.

Qui est en fait Jean Dominique Okemba ? Voici ce que nous avons reçu comme révélation par un homme qui pourrait être proche du pouvoir :  

"J'ai beaucoup apprécié les derniers articles que tu as mis en ligne et je les ai largement diffusés auprès de mes diverses relations. Celui sur Jean Dominique Okemba est parfaitement pertinent. Un élément qui échappe à beaucoup d'observateurs, c'est qu'Okemba n'est qu'un parent "par alliance" de Sassou NGuesso. Il n'est que le neveu d'une épouse de Valentin Ambendet, frère ainé de Sassou aujourd'hui décédé. Wamba, le rejeton de Sassou ne se gêne pas pour lui cracher à la gueule qu'il n'est pas du "même sang" qu'eux ! C'est sans doute ce dernier point qui a constitué l'argument décisif pour que JDO passe à l'acte...."

Il est utile de vous rappeler que Valentin Ambedet fut le frère défunt de monsieur Denis Sassou Nguesso, le chef de famille qui mourut sans laisser - selon Sassou lui-même -  d'hériter, lui qui gardait les fétiches de son frère cadet, lui qui considéra Jean Dominique okemba comme son fils spirituel. C'est au travers de ce lien que jean Dominique Okemba se rapprocha de Denis Sassou Nguesso.

CECI POUVANT EXPLIQUER CELA, NOUS AVONS TENU A VOUS APPORTER CETTE PRECISION. CELA POURRAIT AUSSI EXPLIQUER POURQUOI LE CONSEILLER SPECIAL A ETE ECARTE DE L'ENQUETE SUR L'AFFAIRE DU 4 MARS 2012...

Voilà, vous savez tout de l'homme par qui passent TOUTES les décisions politiques du pays, l'homme qui représente Sassou à l'étranger depuis le début de cette affaire tragique du 4 mars 2012, l'homme qui n'a plus qu'une marche à franchir. Sassou l'a hissé très haut ; il risque de descendre Sassou sous terre. CE N'EST QUE JUSTICE CAR IL RENDRAIT A SASSOU LA MONNAIE DE LA PIECE DE MARIEN...

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 21:09

Nous venons d'apprendre l'arrestation aujourd'hui 9 avril 2012 de Maître Ambroise Hervé Malonga, l'avocat du colonel Marcel Tsourou arrêté arbitrairement par le pouvoir de Brazzaville le 30 mars 2012 - alors qu'il tenait une conférence publique au domicile de son client. C'est un flagrant exemple de la violation de la liberté d'expression et de l'arrestation arbitraire d'un avocat qui n'a pas à demander la permission du dictateur Denis Sassou Nguesso pour s'exprimer. Si le pouvoir empêche maître Malonga de parler, c'est qu'il se reproche de quelque chose et ne veut pas que le peuple congolais le sache. HELAS, NOUS FINIRONS PAR LE SAVOIR. D'ailleurs, nous apprenons par la bouche de maître Tiassé que maître Ambroise Hervé Malonga essaie depuis 10 jours de rencontrer son client le colonel Marcel TSOUROU en vain. Il ne sera pas aisé de garder éternellement en prison un avocat dans l'exercice de ses fonctions. Vous vous rendez compte que le Congo est un pays qui arrête même des avocats dans l'exercice de leur métier ? Au prétexte qu'il leur faut la permission de l'Etat pour s'exprimer devant la presse ou devant des individus ? Mais dans quel enfer vit-on au Congo ? C'est pour cela que DNCB est une chance pour le pays parce que NOUS, nous n'avons à attendre la permission de personne pour vous informer et pour nous exprimer...


Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 10:50

Nous avons reçu de Jean OTWERE KOUMOU ODZAMBE un document faisant la lumière sur le drame du 04 mars 2012 qui est en fait un coup d'Etat manqué dont vous allez enfin  découvrir le commanditaire en lisant son texte complet dans un document pdf que nous avons mis en ligne pour qu'il soit disponible en entier.

J'avoue avoir lu tout le texte en dépit de sa longueur tellement il est captivant. Je vous laisse le découvrir en cliquant sur le lien ci-dessous. Tous ceux qui ne pourront le lire en entier ont l'article en dessous qui le reprend mais en l'amputant de deux parties non essentielles pour qu'il ne dépasse pas les 260.000 caractères. C'est vrai que j'aurais pu transformer le PDF en images pour ensuite le publier sous cette forme.

C'est l'histoire d'un OBALI qui veut devenir KANI à la place du KANI à l'image d'IZNOGOUD QUI VOULAIT DEVENIR KHALIFE A LA PLACE DU KHALIFE. Il arrive que l'ambition se lasse d'attendre le bras du destin et qu'elle se décide de lui...forcer la main !

Ce texte ne va pas manquer de plaire à monsieur Denis Sassou Nguesso qui se souviendra certainement de ce que le président Marien Ngouabi avait dit :  "Lorsque vous juchez très haut un homme qui n'est rien, il devient très dangereux"...

 

 

CLIQUEZ SUR CE LIEN POUR LIRE LE TEXTE D'OTWERE KOUMOU ODZAMBE JEAN EN ENTIER

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 10:19

Jean-Dominique-Okemba.jpgCette histoire commence au moment où le Colonel Sassou Nguesso Denis est Vice-président du CMP en 1977 sous la présidence de Yhombi Opangault, après  l’assassinat du Président Marien Ngouabi le 18 mars 1977, suivi des exécutions sommaires de l’ancien président Alphonse Massambat Débat, du prélat catholique le Cardinal Emile Biayenda, etc Pour préparer son ascension politique future,  le colonel Sassou NguessoVice-président du Comité militaire du Parti (CMP), s’est arrangé à faire affecter son neveu Jean Dominique Okembasous-officier au grade de second maître (sergent) à la chancellerie du Congo à Kinshasa comme agent consulaire. Durant son séjour diplomatique kinois, Mr Jean Dominique Okemba va s’illustrer avec beaucoup de dévotion  dans la contrebande et la vente des diamants zaïrois avec l’aide de son épouse d’origine RDC (Zaïroise) au profit de son oncle le colonel Denis Sassou Nguesso Vice-président du CMP afin d’avoir un trésor financier. 

Sur le plan ésotérique et mystique dans les pays mbochis, Mr Sassou s’est approprié le titre prestigieux de Kani, une espèce de roi chez les Mbochis, qui règne sur les populations et le pays, il a droit de mort et de vie sur tous les êtres humains et les animaux qui sont sous sa juridiction, un Kani semble-t-il est capable de parler aux vivants et aux morts, il est intronisé par des prêtres qu’ils appellent Otweré ; Jean Dominique Okemba est quant à lui, un Obali, Vice-roi en pays mbochis et celui-ci ne peut prétendre au trône du Kani que lorsque ce dernier sera mort, parce que le pouvoir du Kani est à vie et l’un de ses attributs de pouvoir c’est le balai et la queue de bœuf ou de cheval.  Il faut rappeler que pour l’initiation au trône traditionnel, Sassou a je son dévolu sur Okemba Jean Dominique parce que ses propres enfants étaient  encore tous immatures, en dehors de sa fille aînée, Edith Lucie Sassou Nguesso qui a préféré convoler en noces avec feu le président gabonais Albert Bernard Bongo Ondimba. 

Après l’escapade diplomatique de Kinshasa et le trafic des diamants au profit de Sassou, Mr Okemba rentre à Brazzaville où il devient l’intendant principal de Sassou et le porteur attitré du sac des fétiches et autres bibelots des marabouts de Sassou.  

Pendant la période de la traversée du désert de Mr Sassou qui a commencé à partir de la conférence nationale souveraine de 1991, plusieurs officiers comme : Florent Tsiba, Adoua Blaise, Okemba Jean Dominique, Nianga Mbouala, Aboya, etc vivront reclus à Oyo et ce jusqu’au coup d’état du 5 juin 1997 . Redevenu Président par effraction et la force des armes, grâce à Jacques Chirac, aux supplétifs de l’armée angolaise, des mercenaires tchadiens et marocains, Mr Sassou va faire de  son neveu Jean-Dominique Okemba,  son adjoint à tout point de vue  ; il le nomme conseiller spécial, Contre-amiralgestionnaire de tous ses fonds politiques, Obali pour le compte des affaires mystiquestout en gardant ses fonctions occultes de porteur du sac des fétiches et autres filtres magiques donnés par les marabouts du monde entier à Sassou, en sa qualité d’ancien griot et danseur. Sassou l’intronise grand maître adjoint de la GLCdans sa loge du Congo dont il est le grand maître.  

Content du travail d’initiation ésotérique effectué sur son neveu et très confiant en lui, Mr Sassou, désormais se fait accompagner par Jean Dominique Okemba dans tous ses déplacements à l’étranger, il l’envoie le représenter et porter des messages auprès de ses homologues présidents et chefs d’Etat étrangers. 

Alors, Jean Dominique Okemba, commence à prendre goût aux fastes des palais et jouissant de toute la confiance et l’attention de son oncle SassouJean Dominique Okemba profite pour agrandir son cercle personnel d’amis et dévoués en faisant nommer plusieurs de ses hommes de main aux hautes fonctions de l’Etat, au gouvernement de la républiquedans toute la force publique. Ainsi, tour à tour, on peut citer comme exemple de son activisme pêle-mêle les nominations de Jean Alfred ONANGA, Directeur général des douanes, Jean François Ndenguet au grade de Général de brigade et Directeur général de la police nationale, Moigny, Général de brigade et commandant en second de la gendarmerie pour suivre et surveiller de près le Général Gilbert Mokoki considéré comme un potentiel candidat au trône de Sassou en cas d’accident de parcours, Okoye au grade de Général, commandant du groupement aéroporté, les ColonelIlobakima et Emerson comme délégués du Conseil national de sécurité dans les départements du Kouilou et Niari malgré leur mise à la retraite, le maintien du Général de brigade Moundele Ngolo au poste de Préfet à vie de la ville de Brazzaville, les ministres Maboundou Nguimbi Pierre MichelEmile OuossoAdélaïde Moungani, Rosalie Kama et je passe sous silence les hommes et femmes que Jean Dominique Okemba a fait nommer dans l’administration civile aux postes de DG et autres directeurs centraux. 

Sur le plan politique contrairement à toute la famille,  monsieuOkemba Jean Dominique n’a pas de parti politique qu’il dirige en sous main, en dehors d’une hypothétique association dénommée « Génération Okemba Dominique de Komono » œuvre d’un de ses anciens camarades de l’école primaire qu’ il a nommé dans son cabinet, question de mettre un peu de coloration parmi ses collaborateurs ; comme son oncle Sassou dont il suit attentivement les initiatives et imite les faits et gestes, Jean Dominique Okemba prend vite conscience de son handicap sur le plan politique et tente de combler ce vide à travers l’achat des consciences  : il est la seule personne autorisée à donner et à venir en aide aux indigents de la république, aux  hommes d’Etat de tout acabit (anciens et nouveaux) par l’utilisation des fonds particuliers du président Sassou Nguesso. Chez lui au bureau ou à son domicile de Talangaï, déferlent des ministresdes hommes politiques (de la majorité et de l’opposition), essentiellement des frères de lumière ayant un problème social ou autres (achat de maison, de voitures, évacuation sanitaire, anniversaire, voyage de plaisance, deuil, mariage, positionnement, nomination, frais d’hospitalisation, divorce, etc.)  à résoudre Quant aux officiers supérieurs et subalternes en difficulté ceux-ci devaient  déposer, suivant les affinités, leur demande d’aide soit directement au « Spécial » lui-même ou passer par la maison militaire tenue par l’amiral Gombe et attendre la réponse. Tout passait par lui. 

 Dans ce jeu, Jean Dominique Okemba a construit son petit réseau de fidèles et courtisans de la première heure, pouvant le soutenir si un jour, il arrivait une bataille de partage ou de conservation du pouvoir entre lui, les enfants Sassou, les autres neveux et nièces et les parents  mais une pièce manquait toujours à son puzzle : tant que traditionnellement le Kani Sassou est debout il ne peut prétendre au trône en tant qu’Obali, la seule issue possible ne pouvant se faire que si Sassou le Kani accepté de tous venait à disparaître.  

Face à ce dilemme, Jean Dominique Okemba a mis en place avec les seconds couteaux un plan devant lui permettre d’accéder rapidement au trône en coupant la tête de son mentor et prendre la direction du pays en main avec l’aide de tous ses affidés. Pour y parvenir il a conçu un plan dont :  

Le premier acte :  visait à anéantir la force militaire de Sassou par la destruction d’une bonne partie de l’armement lourd stocké à Mpila dont il connaît les conditions d’acquisition et les quantités ;  

Deuxième acte: arrestation ou élimination de Sassou dans la foulée

ml:lang="fr-fr">.  Comme ce dernier a pris l’habitude de se rendre chaque week-end quand il est présent à Brazzaville, jouer au tennis a son domicile de Mpila (ce domicile est à près de 1450 m du lieu l’épicentre des déflagrations de Mpila), ceci allait  faciliter la tâche des insurgés pour le capturer puisque n’ayant autour de lui qu’une petite équipe de gardes ; 

Acte 3 : Une fois Sassou arrêté ou assassiné, le neveu hériterait du pouvoir après des obsèques organisées avec faste, accessoirement il prendra aussi la femme, Antoinette Sassou, et les enfants pour être en conformité avec la coutume mbochie. 

Concernant le déroulement des faits, la garde actuelle de Sassou est composée essentiellement des jeunes pêcheurs venus de Tsambitso, des anciens FAZ de Mobutu,  des supplétifs angolais et des jeunes originaires du nord du pays triés dans le tasDepuis l’avènement de Sassou au pouvoir par coup d’Etat en 1977, les manœuvres militaires sont prohibées sauf pour sa garde personnelle ; à Brazzaville on ne voit plus par exemple les para commandos faire des sauts d’entraînement, cependant seule la garde personnelle de Sassou a le droit de s’entraîner uniquement pour les exercices de tir avec des armes de poing et de petit calibre 

Son plan en main, Jean Dominique Okemba a ordonné son exécution. Quelques éléments de la garde de Sassou acquis à la cause de Jean Dominique Okemba et d’autres sont arrivés du village de Tsambitso depuis le 1er  mars 2012 prétextant des permissions  comme le prévoyait le déroulement des actions. Après le repérage des lieux plusieurs jours avant, ils ont fini par incendier les différents dépôts d’armes de Mpila très tôt en matinée dans la journée du dimanche 04 mars 2012 en minimisant l’effet que cela devait produire. 

Pendant ce temps, le bras droit de Jean Dominique Okemba, le Général Ndenguet Jean François qui vit dans une villa située à 300 voir 450 mètres du lieu du drame était déjà curieusement hors de sa maison en cette matinée du 04 mars 2012 aux alentours de 08h00 avec toute sa famille, il s’est retrouvé sur la route du nord en train de fuir, histoire de dire après l’assassinat de Sassou que je me trouvais en week-end hors de Brazzaville avec ma famille. 

Face aux fortes détonations qu’ils n’ont jamais entendues de leur vie de miliciens en treillis, la panique a gagné les rangs des insurgés dont certains sont venus de Tsambitso et qui ont préféré  prendre la fuite au lieu de se diriger vers le palais où ils devaient ensuite attenter à la vie de Sassou comme cela s’était déroulé le 18 mars 1977 pour Marien Ngouabi en pleine journée et mettre cet assassinat sur le dos de personnes non identifiées. 

 Pendant que se déclenchent les déflagrations, Sassou est seul au palais avec quelques éléments de sa gardetous les membres du haut commandement des FAC comme par hasard sont injoignables ou encore les téléphones sont off. Les yeux hagards Sassou ne sachant plus ou donner la têtedemande au téléphone à tous ses enfants qu’il arrive à joindre et qui se trouvaient à Brazzaville, de fuir se protéger dans une ambassade de la place. 

 Pendant ce temps devant les fortes intensités des déflagrations, une bonne partie des membres du clan Sassou a fini par fuir avec femmesenfants et valises de billets de banque sur la route du nord en abandonnant à son triste sort leur champion Sassou, l’essentiel étant de sauver d’abord sa peau et voir la suite après.  C’est sur le tronçon de la route nationale qui mène dans la partie du nord du pays que le ministre délégué à la défense Charles Bowao en compagnie de son homologue de l’intérieur Raymond Mboulou, feront une communication dans une chambre, avec comme objectif premier de remobiliser les troupes qui étaient en débandade et annoncer que ce n’est pas un coup d’Etat contre le régime mais un court-circuit qui a provoqué ces déflagrations, il n’y a pas de morts d’hommes sauf des dégâts mineurs.. 

Sassou au palais, pris lui aussi par la panique, se réfugie dans le bunker de la résidence au sous-sol ne pouvant fuir en direction de Kinshasa, la Princesse (yacht de Sassouétant en panne et amarrée au Beach de Brazzaville derrière le restaurant Mamiwata au bord du fleuve Congo, il ne réapparaitra dans Brazzaville que dans l’après-midi pour aller constater uniquement au niveau de l’hôpital militaire les premiers sinistrés et blessés qui affluaient de tous cotés.

Il y a aujourd’hui un vrai malaise perceptible dans la bande à Sassou et sa famille ; ne pouvant résoudre les graves problèmes de gouvernance, d’exclusion, de mal-vivre et de corruption dans le pays,  Sassou Nguesso préfère choisir la protection des siens et la tactique du pourrissement des situations 

Observateur averti des dictateurs africains, nous nous acheminons lentement et inexorablement vers la fin du règne sombre et macabre de Sassou, qui sera à ne point douter tragique, comme cela a  été pour plusieurs dictateurs avant lui comme par exemple la fin tragique de son ami et frère Mouammar Kadhafi a qui il avait conseillé de refuser mordicus les propositions de sortie de crise proposées par toute la communauté internationale. 

La seule issue possible à ce jour sans d’autres  dégâts collatéraux à venir serait d’engager une enquête nationale dirigée par des magistratsdes parlementaires à parité égale provenant de l’opposition et de la majorité et des experts internationaux. 

Cette commission sera capable d’entendre sous serment, le président Sassou lui-même en sa qualité de chef suprême des armées et ministre de la défense, les ministresles civils, tout le Haut Commandement de l’armée, les différents organes de renseignements intérieurs, le Conseil National de Sécurité, la police nationale, la DGST qui agit dans l’illégalité puisque dissoute par la Conférence nationale souveraine par l’acte N°135, le deuxième bureau des FAC, la gendarmerie nationale et certains chefs de corps . 

Un proverbe des pays du Mayombe dit : « Un bananier ne pousse que dans un lieu étroit où se trouvent déjà plusieurs autres rejetons ». Cela veut dire, que c’est au milieu de plusieurs contradictions,  convoitises avouées et inavouées entre neveux, enfants de sang de Sassou et d’adoption, parents proches, que Jean Dominique OkembaGrand Maître adjoint de la GLC,  Obali chez les Mbochis a voulu tenter sa chance de démettre le Kani, grand maître de la Grande Loge du Congo, Mr Sassou.  

La question que l’on peut se poser  : comment Jean Dominique Okemba est-il arrivé à ce point pour chercher à éliminer son oncle, un Kani ?   Souvenez-vous, Jean Dominique Okemba, est devenu l’homme incontournable du système  :  pour avoir l’argent, il fallait faire la courbette devant lui et non chez Sassou, pour un poste il fallait le voir, parce que tout ce qu’il disait à son oncle Sassou, ce dernier était toujours approbateur mais lors du dernier remaniement gouvernemental, Mr Okemba Jean Dominique a proposé un homme que je tairai le nom au poste de ministre de la défense, Sassou a refusé, tout comme certaines de ses propositions à d’autres postes ministériels, seules les propositions faites par les  enfants Sassou ont été agréées par leur père Bienvenu Okiemy est devenu ministre à cause de  Christel Sassou Nguesso, Henri Ossebi, ministre, cas  d’Edgard Nguesso. Pour ternir davantage son image même  les fonds politiques présidentiels qu’il gérait allégrement lui ont été confisqués réduisant ainsi son influence d’antan.  Autre motivation,  les officiers  : Général Jean François NdenguetGénéral Blaise Adoua,  Général Norbert  Dabira, Colonel  Marcel Tsourou, Colonel Jean-Aive Alakoua, avaient fait un serment d’allégeance pour servir coûte que coûte Mr Sassou Nguesso, mais voilà que sur ordre de ce dernier, ils vont par excès de zèle, provoquer l’irréparable, un carnage de 350 jeunes gens congolais qui revenaient de Kinshasa au mois de mai 1999, après les différentes guerres civiles que le pays a connu, en croyant bénéficier de l’immunité du pouvoir dont ils sont les socles.  Malheureusement pour eux,  cette affaire des 350 disparus du Beach de Brazzaville, s’est internationalisée. Résultat immédiat, les Généraux Jean François Ndenguet, Norbert Dabira, Blaise Adoua, et les  Colonels Jean Aive Alakoua, Marcel Tsourou sont bannis, indésirables, recherchés par les tribunaux européens et américains pour crimes contre l’humanité et tous ces officiers savent, qu’ils ne peuvent plus bien dormir, puisque Mr Sassou Nguesso bien que président du Congo, est dans l’impossibilité de les protéger indéfiniment face à la machine judiciaire impitoyable européenne qui finira par les rattraper pour leur transfèrement, quel que soit le futur régime au Congo, dans les prisons françaises ou celle de la CPI – dans la mesure où un crime contr

e l’humanité est imprescriptible.. 

Conscients qu’ils ont été instrumentalisés pendant que Sassou Nguesso,  jouit de l’immunité accordée aux chefs d’Etat en fonction, eux ruminent tous les jours malgré l’illusion momentanée de belle vie à Brazzaville comment réagir ; aujourd’hui, ils sont tous dans l’incapacité de sortir en dehors du Congo, sauf au Maroc ou Sassou Nguesso possède des biens ou aux Emirats Arabes Unis où le clan Sassou cache des sommes d’argent importantes et acquiert des biens immobiliers, mais pour combien de temps encore ? Sur le plan international, Jean Dominique Okemba ayant obtenu la légion d’honneur de la part du gouvernement français a cru voir en cela, une reconnaissance internationale pouvant lui faire pousser des ailes.

Ce qui est certain ils ou leurs hommes finiront comme pour le président Marien Ngouabi, par avoir la tête de Sassou et tenter de monnayer leur liberté aux yeux du peuple congolais. 

L’apprenti KaniContre-amiral, adjoint au grand maître de la GLC, connaissant tous les féticheurs et marabouts de Sassou, griot et danseur de groupe folklorique à ses heures perdues, a cru que son heure était arrivée pour détrôner Mr Sassou Nguesso dont il dit d’ailleurs qu’il est affaibli par la maladie et ne tient plus debout que grâce aux massages que lui fait chaque matin un jeune lieutenant physiothérapeute et aux injections de morphine et autres drogues que lui administre chaque matin son médecin traitant avant d’aller au bureau ou en déplacement. 


                                                        Jean Otweré Koumou Odzambé   


Repost 0
Published by Jean Otweré Koumou Odzambé - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 08:24

Depuis la catastrophe du 4 mars 2012, la situation est très tendue à Brazzaville car Sassou ne sait plus de quel côté chercher ses ennemis - alors qu'ils sont juste très proches de lui. Dans son aveuglement, il arrête à tour de bras et s'est inventé des adversaires : les Tékés - surtout lorsqu'ils sont dans l'armée. On vient de me rapporter ce que sa milice de Tsambitso a fait des siennes à Lékana. Que me reproche-t-on de la part du pouvoir ? Selon mes sources, le pouvoir de Brazzaville m'accuse  de deux maux :

1) d'appartenir au groupe téké par ma mère - c'est-à-dire au groupe qui pour lui essaie de le renverser pour prendre le pouvoir - alors que c'est faux puisque les événements du 4 mars 2012 ont été causés par un proche de Sassou qui a voulu tenter sa chance. Souvenez-vous d'un article que j'ai écrit lorsqu'il m'était parvenu que le pouvoir affirmait que j'étais un proche de Mathias Dzon - dont j'admire certes le courage par son revirement, lui qui prétend avoir changé MAIS que je ne connais pas, que je n'ai jamais rencontré et avec lequel je n'ai jamais discuté ;

2 ) de faire une "guerre médiatique" (qui du reste n'a jamais tué une mouche et qui n'est pas un délit au titre des lois en vigueur au Congo ou ailleurs) au travers de mon blog "Demain le Nouveau Congo-Brazzaville. Pourtant, nous ne faisons que dire la vérité, que servir de courroie de transmission à la pensée populaire - ce qui explique ma crédibilité. Si la liberté d'expression existait au Congo, le Lion de Makanda n'aurait pas eu besoin de prendre sa plume pour lancer son intifada de mots afin de combattre les maux politiques qui affligent et asservissent notre peuple. C'est parce que le peuple est bâillonné que le Lion de Makanda a pris sa plume pour défendre tous les KANDAS du CONGO, DU NORD AU SUD, D'EST EN OUEST. Que l'éléphant se souvienne que le lion a toujours eu vocation de défendre son clan et le mien, "MA KANDA", C'est L'ENSEMBLE DE TOUS LES CLANS, C'EST-A-DIRE, LE CONGO...

Avant les événements du 4 mars 2012, on estimait que Le Lion de Makanda dérangeait le pouvoir, voilà qu'on veut m'arrêter parce que je suis Téké et que je fais une guerre médiatique ! S'il suffisait d'être Téké pour être contre le pouvoir, alors Denis Sassou Nguesso devrait se méfier de Florent Tsiba et l'arrêter car c'est un Téké comme un autre. Et pour la guerre prétendue médiatique, le pouvoir dispose de moyens énormes : il lui suffira à son tour de lancer sa croisade médiatique. Nous saurons lui donner la réplique avec plaisir...

Et ne prenez pas ce que je vous dis pour une plaisanterie car j'ai passé deux ans à prendre le TGV à Lyon pour aller me défendre au Tribunal de Grande Instance de Paris dans une affaire qu'on prétendait ne pas être politique - alors qu'en vérité, elle l'était : le pouvoir connaît la portée de notre combat qui est juste et populaire ; ce qui fait de nous une menace.

Je n'ai pas peur d'être arrêté et lorsque je l'aurai décidé, je reviendrai au pays - non pas pour défier le pouvoir mais parce que je n'ai rien fait d'illicite : la critique sociale n'est pas un délit et la liberté d'expression non plus.

Au contraire, le pouvoir inique de Brazzaville devrait me remercier de lui montrer le vrai chemin, celui qui conduit à la justice sociale au lieu de me menacer. LE CHEMIN D'AVENIR ? IL A FAIT EXPLOSER MPILA ET SES ENVIRONS. L'AVENIR S'EST SAUVE ET MARCHE A COTE DU LION DE MAKANDA, LA OU IL EST EN SECURITE...

L'AVENIR EST A CONSTRUIRE AUTREMENT POUR QU'IL REGARDE LE PEUPLE CONGOLAIS EN FACE. L'AVENIR DE L'AVENIR, C'EST LE RETOUR AU KIMUNTU-BOMOTO DE SORTE QUE NOTRE AVENIR SOIT NOTRE PASSE PARCE QUE NOUS DEVONS RETOURNER BOIRE A LA SOURCE DE LA SAGESSE ANTIQUE COMME TOUTES LES EAUX PROVIENNENT DE LA MERE ET RETOURNENT A LA MER. LE KIMUNTU-BOMOTO EST LA MERE DE TOUTES LES SAGESSES PROFANES OU RELIGIEUSES...

Je rappelle au grand éléphant que je ne suis pas un militaire mais un civil, que je ne suis en relation avec aucune personnalité politique, que je suis à l'étranger - alors que ses véritables ennemis sont pour beaucoup dans l'armée ou en collusion avec des militaires et ils sont juste à ses côtés.

Sassou devrait se méfier de laisser courir ses vrais ennemis pour s'en prendre à des innocents. Cerné comme il est, cette injustice de plus finira par  créer l'ambiance que ses détracteurs recherchent pour ensuite trouver le prétexte de le faire tomber. SI LE GRAND ELEPHANT N'Y PREND GARDE, SON DESTIN PRENDRA LE CHEMIN DE CELUI DE MARIEN NGOUABI ET IL EST BIEN PLACE POUR LE SAVOIR...

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 12:41

Dans la vidéo ci-dessous, vous allez voir monsieur Gilbert Ondongo, ministre des finances et du portefeuille public du royaume du Congo rectifier le budget 2012 et le ramener à 3924 milliards, soit près de 4000 milliards de francs cfa. Chose curieuse, cette rectification intervient après et peut-être à cause de la catastrophe du 4 mars 2012 qui a généré des dépenses supplémentaires - ce qui m'a amené dans un article récent à me demander où le pouvoir allait-il trouver l'argent supplémentaire à allouer à cette dépense impromptue sans affecter le budget préalablement voté.

  Ô miracle ! Il y a de l'argent en plus ! Comme par hasard, le pétrole a généré (que) 400 milliards de francs cfa de plus et cela, parce que nous devons croire Ondongo sur parole - sans qu'il ne prouve la véracité de ses propos - ce qu'il DEVAIT FAIRE et ce n'est pas si difficile : il suffit d'établir le rapport entre les quantités de pétrole vendues et les prix de vente àdivers moments de l'année. D'AILLEURS, DE NOMBREUX OBSERVATEURS ONT REMARQUE QU'ONDONGO GERE EN TOUTE LIBERTE, SANS LE MOINDRE CONTROLE  LE DENIER PUBLIC - PAS ETONNANT QUE SA FEMME SELON LA RUMEUR SE BALADE AVEC DES VALISES DE DEVISES...

Nous avons toujours noté la votation d'un budget au rabais : le budget 2012 avait été voté avec l'hypothèse d'un baril à 50 $ ; or actuellement, il a presque triplé puisq'u'il est à plus de 120 euros - soit près de 150 $ ; ce qui fait que le pétrole doit rapporter  plus d'argent dans le budget de l'Etat, budget générant donc forcément des surliquidités dont toutes ne sont pas versées au Trésor public et, surtout, la comptabilité du ministre Ondongo est totalement tronquée, Denis Sassou Nguesso  faisant des devises supplémentaires ce qu'il veut : nous ignorons tout du budget de la présidence de la république, seul celui des Grands Travaux est connu : 300 milliards de francs cfa.

Nous vous le répétons tout le temps : 90% de l'économie du Congo est souterraine ; ce qui nous permet de déduire que le budget réel de l'Etat est au moins de 40.000 milliards de francs cfa. En conséquence, le Congo a assez d'argent pour résoudre TOUS les problèmes que le peuple rencontre ; il suffit de plus de transparence, de plus de sérieux et d'hommes politiques plus responsables, d'hommes remplis du kimuntu-bomoto. Dans le cas de la catastrophe du 4 mars 2012, vous avez remarqué que l'Etat distribue 3 millions de francs cfa à qui le veut (il suffit de s'inscrire sur les listes), prévoit de construire des logements pour les sinistrés à Kintélé et même de reconstituer l'arsenal militaire perdu.

Nous sommes tous convaincus à présent que ce régime ne peut plus changer et qu'il continuera à nuire à notre peuple s'il perdure. Nous savons tous ce que le bon sens nous commande au fond de nous...

IL EST TEMPS D'ARRETER CE SYSTEME PREDATEUR QUI LIVRE LE CONGO A LA CONVOITISE DES ETRANGERS ET QUI MASSACRE SES PROPRES POPULATIONS, L'HEURE EST VENUE DE METTRE EN PLACE UNE TRANSITION QUI RAMENERA LA DEMOCRATIE DANS NOTRE PAYS au travers d'un CONSEIL NATIONAL DE TRANSITION. JE LE DIS, CA NE PEUT PLUS DURER. NOUS DEVONS TOUT FAIRE POUR EPARGNER PLUS DE SOUFFRANCES A NOTRE PEUPLE...



Présentation de la loi de finance rectificative... par Congo-SiteOfficiel

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 18:20

Nous recevons beaucoup d'informations par mail et souvent, il est difficile de faire la part du vrai et du faux. Nous avons donc besoin de vous qui vivez au pays pour des confirmations ou des infirmations. La diaspora et le monde entier ont besoin de savoir ce qui se déroule dans notre pays et nous ne sommes pas nombreux à servir de courroie de transmission de l'information. Il s'agit de dénoncer les situations iniques, d'informer, d'inspirer et même d'éduquer le peuple pour raffermir sa culture démocratique ; ce qui hâterait la libération.

Aussi, par mail ou par le menu Contact, nous vous demandons de confirmer ou d'infirmer le fait qu'on aurait arrêté le frère du colonel Tsourou habitant  la rue Moukoukoulou dans le quartier "Plateaux des Quinze ans" pour détention d'armes. Nous savons que le pouvoir félon de Brazzaville est capable de tout : il peut planquer des armes chez le frère de Tsourou juste dans le but de nuire à ce dernier. Nous prions toute personne au courant de cette affaire de nous apporter un peu plus d'informations.

Le colonel Tsourou est un compatriote quoi qu'on lui reproche, bien qu'il ait servi la "Bête", le grand éléphant. S'il est victime d'une manipulation, il est de notre devoir de la dénoncer : nous sommes au courant des tentatives de dépôt d'armes avortées chez des ministres ou chez des parents de personnalités comme Okombi Salissa ou Mathias Dzon. La vigilance du peuple a souvent permis de déjouer de telles manoeuvres.

S'en prendre à un citoyen, à un soldat juste pour ses origines est une grave discrimination qui relève de la violation des libertés primaires et du tribalisme le plus primaire. Quel que soit ce que monsieur Tsourou a fait par le passé, il reviendra au peuple congolais de le juger - toute arrestation pour des motifs erronés à connotation politique est inacceptable.

Que Sassou ne se trompe pas de cible : ses ennemis sont ceux qui mangent au quotidien avec lui...

ArretFrereTsourou.jpg

Commentaire.jpg

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg