Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 17:01
FAILLITE D'ECAIR : IL FAUT CLARIFIER LE STATUT DE CETTE SOCIETE

Nous l'avons toujours dit : quand la politique va, tout va et inversement. Au Congo, la politique va mal ; rien non plus ne fonctionne correctement, même pas le sport (notre pays a été éliminé de la CAN). En fait, rien, surtout pas l'Etat, ne fonctionne parfaitement. Au Congo, même quand cela part d'une bonne initiative ou d'une bonne intention, avec le mauvais citoyen à la place qu'il ne faut pas, rien ne marche. Bien entendu, dans ce chaos total, les nantis du système tire leur épingle de la souffrance du peuple, chaque occasion étant une opportunité pour puiser dans les caisses du Trésor Public qu'ils pillent allègrement.

Cependant, lorsque ces cupides coulent une entreprise supposée d'Etat sans que le peuple n'en récolte les bénéfices, et qu'ils demandent aux citoyens lambda de boucher les trous financiers gigantesques qu'ils ont eux-mêmes créés, nous nous posons des questions. On ne peut en appeler au peuple - sans avoir soldé la question des responsabilités. Comment ECAIR peut-elle être en faillite - alors que le carburant est au plus bas ? Comment est gérée cette compagnie ? Qui nous dit que si le bon diagnostic n'est pas posé aujourd'hui que demain - même si on renflouait les caisses d'ECAIR, qu'on ne se retrouve pas avec les mêmes problèmes demain ? Non, blague à part, le boukoutage a trop duré et même en dictature, il y a des limites dans le détournement du denier public. 

La société aérienne  ECAIR est en faillite et joue avec une curieuse malchance, vu qu'un de ses Boeing 737 a pris feu dans un hangar à Prague en république Tchèque lors d'une révision. Un article de monsieur Ossebi sur Congo-liberty indiquait déjà qu'un BOEING d'ECAIR était abandonné dans le désert aux Etats-Unis. ECAIR est en faillite au point où l'Etat privé congolais demande l'aide du peuple congolais pour renflouer les caisses. Nous venons d'apprendre que la dictature a demandé aux députés d'apporter leur contribution mais que ceux-ci auraient refusé ou cherché à comprendre avant comment était gérée cette société avant de signer le moindre document.

Nous nous posons la question du statut d'ECAIR : est-ce une société étatique, para-étatique, privée ? Un ami prétend qu'elle serait détenue à 99% par l'Etat congolais et à 1% par le port autonome de Pointe-Noire. Dans ce cas, c'est une société étatique ou quelque chose comme ça, me direz-vous. Cependant, quand monsieur Odzali, après un procès intenté en France, avait voulu saisir un avion d'ECAIR, les avocats de l'Etat congolais avaient rétorqué que ce n'était pas une compagnie nationale. Nous avons besoin de clarification dans cette affaire. Quand nous apprenons que les dirigeants de cette société s'en mettent plein les poches pendant qu'ECAIR coule comme une grosse pierre dans l'océan de la déconfiture nationale - parce que l'Etat qui subventionnait cette société n'a plus d'argent, on doit exiger la transparence. Pas que chez ECAIR, d'ailleurs. Il est temps que la lumière et la transparence soient faites sur la manière dont sont gérées les entreprises publiques. Non, il faut un audit complet sur TOUT le service public. Non, il faut carrément s'asseoir pour auditer tout le pays, à tous les niveaux. La baisse du baril du pétrole n'explique pas tout. La preuve, ECAIR avait déjà des problèmes avant la chute des cours du pétrole. Madame Moussa qui dirige cette société doit s'expliquer publiquement sur ses méthodes de gestion. Quand je vous répète que tous doivent rendre des comptes à quelque poste de responsabilité publique que ce soit, j'espère peut-être aujourd'hui me faire comprendre...

 

           LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 22:10
Jean Itadi a mis le cap politique du CAP sur la soumission à Sassou et la trahison du peuple !

Jean Itadi a mis le cap politique du CAP sur la soumission à Sassou et la trahison du peuple !

Nous venons d'apprendre que Pascal le Petit, a un pas d'avance sur les autres traîtres qui le coursent : il n'est pas simplement venu titiller les tétons de sa seconde épouse car il a aussi profité de faire des achats de matériel afin de préparer les législatives de son parti l'UPADS dont les palmiers, les trois, ont été plantés à Oyo en guise de soumission. Notre réseau parle de PC et de sono. Tsaty Mabiala assume sa félonie au moment où Jean Itadi met à son tour  le CAP sur le chemin de la trahison de notre peuple en affirmant la nécessité d'un dialogue avec le Parti Congolais des Tricheurs. Comment expliquer que celui qui a refusé le dialogue de Sibiti devienne prédicateur du dialogue de la soumission aujourd'hui ?

Comme c'est triste de constater que même Christophe Moukouéké est rentré au pays pour aller participer à la soumission au pouvoir. Okombi Tsalissan vient avec les promesses et les boukouteurs salivent. Qu'à cela ne tienne, nous vous rendrons le moungouélé de la soumission et de la trahison, amer à la bouche. Quand Itadi parle de discuter avec la "majorité", ne voit-il pas qu'il se fout de la gueule du peuple congolais ? Denis Sassou Nguesso, majoritaire dans le pays avec 8% de parts de l'électorat national ? Sans blague ! Qui peut croire une telle ineptie ? C'est le raisonnement d'une racaille politique qui a mis le CAP sur la trahison et la soumission au bourreau de notre peuple. Tous pourris de la pourritique jusqu'à l'os. Quand Jean Itadi estime qu'il faut dialoguer avec la dictature, a-t-il au moins demandé au petit Okombi Tsalissan sur quoi ? Pourquoi ? Denis Sassou Nguesso a-t-il besoin d'un dialogue - alors qu'il vient de confisquer le pouvoir après avoir perdu l'élection du 20 mars 2016 ? Jean Itadi se souvient-il au moins de ce qui s'est passé lors des précédentes soumissions à Ewo, Brazzaville, Dolisie, Sibiti ? En fait, ceux qui veulent dialoguer ont déjà intériorisé la soumission au régime illégal de Sassou. Ils se disent que la cause est perdue et qu'il vaudrait mieux prendre les restes qui tombent de la table de Sassou. Ils sont en course pour les législatives et les sénatoriales.

Quand on prend pour logo le régime de palme, c'est-à-dire, l'essentiel du palmier, en se saoulant au tsamba au passage, on se croit malin en envoyant le message que les trois palmiers de l'UPADS ne servent plus à rien puisque dépouillés de leur essence et raison d'être ; il faut juste s'intéresser aux noix de palme pour faire la mouambe. L'UPADS est morte, cap sur le CAP ! Jean Itadi a juste oublié que les palmiers que le petit Pascal a vendus à Sassou ne peuvent pas pousser à Oyo et comme mouambe, il faudra se contenter de parlementer avec Mouamba. Dans la boue de la traîtrise et de la soumission.

Il y a des moments où il faille discuter avec un régime au pouvoir mais quand le pouvoir est légitime - parce que sorti des urnes, s'il vous plaît ! Qui choisira la date du dialogue de la soumission ? Qui en formulera le contenu ? Qui dirigera l'opération de légitimation ? Qui présentera les conclusions déjà toutes faites ? Sassou vous a promis des postes de députés et de sénateurs, monsieur Itadi, pour que vous mettiez le CAP sur la soumission et la trahison.

Ainsi va la corruption qui amène son lot de soumission dans notre pays. L'UPADS est un parti qui était vraiment infesté par des traîtres à la cause du peuple, des ego qui avaient le ventre à la place du cerveau et la main tendue du mendiant à la place du coeur. Même les transfuges du parti aux trois palmiers qui ont cru dérober le régime de noix de palme pour changer de CAP n'ont pas ... changé : un traître comme Moukouéké ne changera jamais. Vous êtes désormais nus. Le peuple voit votre traîtrise : en vous soumettant à un petit comme Okombi Tsalissan, vous démontrez que vous n'avez pas d'envergure, ni d'épaisseur politiques. Il n'y a pas que la chasse à l'éléphant qui est ouverte : il y a aussi celle des rats palmistes.

Que Denis Sassou Nguesso reconnaisse d'abord qu'il a perdu lors du scrutin présidentiel du 20 mars 2016. Ensuite, on discutera des conditions de son départ mais comme ça, sans condition, dire que le CAP doit discuter avec la dictature, quelle soumission ! Vous n'êtes que devant le petit Okombi Tsalissan ; vous baissez déjà le froc ? Vieilles canailles ! Nous ferons tout pour vous barrer la route. Ceux qui se soumettent à la dictature en acceptant de dialoguer - ce qui est une reconnaissance du hold-up électoral - seront considérés comme des ennemis de notre peuple. Nous battrons campagne contre Sassou et contre vous. Sachez que nous n'avons qu'un cap : la délivrance du peuple congolais. Tout autre CAP est soumission et trahison.

 

              LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 20:55
PROCES POLITIQUE : CE 13 JUIN 2016 AU TRIBUNAL, TOUS DERRIERE PAULIN MAKAYA

Après une première comparution qui s'est soldée par l'absence remarquée du juge - pour ne pas dire du procureur politique Oko Ngakala, le prisonnier politique congolais Paulin Makaya se présente encore une fois devant ses accusateurs ce 13 juin 2016. Certes, certaines charges trop farfelues contre lui ont été abandonnées mais en fait, ce sont toutes les charges qui devaient l'être.

Nous demandons aux populations de Brazzaville et de ses environs de venir nombreux au Tribunal de Grande Instance de Brazzaville soutenir le prisonnier politique Paulin Makaya ce 13 juin 2016. Ce monsieur mérite notre soutien.

Ailleurs, on rend justice au nom du peuple ; chez nous, on condamne injustement au nom du roi Sassou. Par sa présence nombreuse et remarquée, le peuple doit reprendre possession de son rôle de justicier suprême.

A chaque fois que nous gardons le silence ou restons inactifs face à l'injustice, cette dernière prolifère et avec elle, la violence,  en fait, toute forme de violence.

La dictature fait bon ménage avec la violence qui est  fille de l'injustice. Nous ne pouvons vaincre la dictature du monstre de l'Alima avec un ministère de l'injustice à la place du ministère de la justice. Patience, il y aura un temps pour la justice, la vraie.

Nombreux sont les prisonniers politiques et d'opinion qui croupissent dans les geôles du système tyrannique de Brazzaville comme Modeste Boukadia, le colonel Marcel Ntsourou et tant d'autres. Il est temps que tous soient libérés.

Ceux qui sont injustement arrêtés au nom du peuple doivent bénéficier de l'appui du peuple : ils défendent le peuple et doivent être défendus par le peuple. Paulin Makaya - parmi tant d'autres - mérite notre soutien car nous n'acceptons pas l'injustice et l'arbitraire qui font la loi dans notre pays. Le peuple doit soutenir ceux qui portent sa voix.

Nous espérons que ce coup-ci, le juge ne brillera pas par son absence au Tribunal de Grande Instance de Brazzaville. Nous exigeons que si cette fois-ci, il n'est pas jugé, que Paulin Makaya soit purement et simplement libéré. C'est déjà suffisant qu'il ait pu passer des mois en prison - alors qu'il ne le méritait pas. Il n'y a pas le moindre début d'un fait contre lui. Son avocat, Maître Yvon Eric Ibouanga, doit plaider la relaxe.  En fait, au Congo, on vous embastille d'abord, ensuite on invente un motif d'incarcération. On ne vous juge que pour légaliser l'injustice.

Le régime illégal et illégitime de Denis Sassou Nguesso et du PCT doit libérer tous les prisonniers politiques et d'opinion congolais injustement arrêtés. Que les bourreaux de notre peuple sachent que ceux qui aujourd'hui jugent - sans véritable motif juridique - seront jugés demain. Tous rendront des comptes. A commencer par les juges. La restauration de la démocratie commencera par le redressement de la justice...

 

                   LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

PROCES POLITIQUE : CE 13 JUIN 2016 AU TRIBUNAL, TOUS DERRIERE PAULIN MAKAYA
Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 22:03
VISITE D'ALI BONGO A OYO : OBSERVATIONS ET QUESTIONNEMENT

COMMENTAIRE : Il se sait qu'un homme politique ne se déplace pas pour voir un homologue pour rien. Même lorsqu'il s'agit d'aller voir un dictateur comme Denis Sassou Nguesso. Tout a son importance : le moment (temps) comme le lieu (espace) de la rencontre. Nous n'oublions pas, bien entendu, l'objet de la rencontre (motif). Le reste est juste une question d'enfumage de l'opinion. Lorsque Denis Sassou Nguesso reçoit un hôte à Brazzaville, cela n'a pas la même importance s'il le recevait à Oyo. A Brazzaville, c'est une visite officielle ; à Oyo, une visite secrète ou privée. Il y a un proverbe de mon cru qui dit : Quand on entre dans la forêt de l'éléphant, on mesure l'épaisseur de sa puissance tantôt nuisible, tantôt bienfaisante...

Nous avons tous été surpris d'apprendre qu'Ali Bongo Ondimba s'était rendu à Oyo - pour la première fois rencontrer le monstre de l'Alima, son Eléphantissime tricheur infatigable Denis Sassou Nguesso, tout autant tricheur que tueur infatigable - avec impunité absolue.

Oyo est la capitale du royaume de Sassou. C'est un lieu chargé mystiquement où le souffle et l'odeur du diable se font sentir à chaque millimètre carré. Qui s'y rend le fait à ses risques et périls tant sur le plan humain que politique. Cependant, on peut aussi en revenir avec des mallettes pleines ou un quelconque avantage en nature comme un nouvel acte de naissance. Qui sait ? Ali Bongo Ondimba n'a certainement pas manqué de se barricader mystiquement derrière de puissants fétiches vaudous que lui aurait fournis son directeur de cabinet Acrombessi.

Ce n'est un secret pour personne qu'Ali et Sassou bien que parents par alliance ne s'apprécient pas beaucoup mais, en famille - même par alliance, on se sert les coudes dans les moments difficiles. Certains intérêts sont plus importants que les petites animosités personnelles qu'il faut diplomatiquement dépasser quand cela s'avère nécessaire.

Cela soulève tout de même quelques questions de notre part :

pourquoi Ali Bongo Ondimba ne s'est-il jamais rendu auparavant  à Oyo, ne serait-ce que pour honorer la mémoire de l'épouse défunte de son père ? En assistant à l'intronisation du pseudo-chef d'Etat Sassou, dictateur nu d'une république prise en otage, Ali Bongo Ondimba a-t-il voulu se concilier les bonnes grâces de ce dernier ? Dans quel intérêt ? Certains observateurs prétendent que le président gabonais, lui-même mal élu par ailleurs, voulait que cette visite passe inaperçue dans les médias. C'était sans compter sur le crocodilosaure de l'Alima qui a vite fait d'ébruiter sa présence à Oyo. Une chose est certaine, Ali avait besoin de rencontrer Sassou. Il s'agit de se demander pourquoi. Sa visite est-elle liée à la prochaine élection présidentielle gabonaise ? En tout cas, ce n'est pas pour aller admirer les vaches de Sassou qu'Ali s'est rendu à Oyo. L'hypothèse liant la visite d'Ali à l'élection présidentielle prochaine au Gabon a de fortes chances d'être vraie...

Voici une correspondance que nous avons reçue comme analyse et réflexion de la part d'un observateur avisé de la politique africaine, l'homme qui nous avait révélé que le Général Diendéré préparait un coup d'Etat au Burkina-Faso avec cinq mois d'avance :

 

" Salut LDM,

Je te fais ce mail pour te donner un certain nombre d'infos.
 
1- Ali Bongo est allé à Oyo recevoir un acte de naissance des mains de Sassou. La question qu'on peut se poser est la suivante :  Sassou est-il le papa de monsieur Ali Bongo Ondimba ?
Ali Bongo Ondimba dont le papa est mort, a une maman qui est encore vivante ; c'est elle qui devait lui remettre son acte de naissance selon nos us et coutumes. N'est-ce pas ? Pourquoi avoir accepté cette offre diabolique qui peut lui être fatale ?
 
2- Ali Bongo a-t-il mesuré les risques qu'il prend en allant recevoir un acte de naissance des mains du bourreau de son  père, un bourreau qui soutient ses oppposants ?
Sait-il que Sassou  l'accuse de vouloir le renverser quand bien même il a été battu dans les urnes mais qu'il cherche par tous les moyens à faire des sacrifices de sang pour rester au pouvoir ? Le sacrifice d'un chef de l'Etat est dans leur monde  très important, à mon avis.
 
3- Comment la commission électorale indépendante du Gabon a-t-elle pu publier la date des élections présidentielles pour le 27 Août  2016 sans donner la liste des pièces à fournir pour les candidatures à cette importante échéance ?
Comment peut-on avoir décidé que les élections présidentielles se tiennent un samedi, alors qu'habituellement ,elles se sont  toujours tenues le dimanche ?
A-t-on besoin de toute la journée du dimanche pour changer les chiffres afin d'inverser les résultats, proclammer les faux résultats tard dans la nuit, et mettre l'armée dehors comme le tsar d'Oyo l'a fait ?
Selon les dires, Patience Dabany, la maman d'Ali, lui aurait interdit de se rendre auprès de Sassou qui soutient l'opposition et qui aurait empoisonné le papa, lors des obsèques d'Edith Bongo à Oyo.
 
Voila l'analyse que je fais de la situation politique actuelle dans nos deux pays, et je ne sais pas ce que tu en penses. J'approuverai tes commentaires, cher cadet !
B. "

 

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 10:59
LE PROFESSEUR ZACHARIE BOWAO NE DOIT PAS REPONDRE A UNE CONVOCATION INJUSTIFIEE

La violence est à la dictature ce que la propagande est à la démocratie disait Bernays, l'homme qui a inventé le "gouvernement invisible" en manipulant le peuple américain au travers de la propagande. Une dictature sans violence et sans arbitraire perdrait son âme et le système s'écroulerait très vite. Aussi, dans un pays comme le Congo on assiste à des arrestations arbitraires, des enlèvements, des emprisonnements injustifiés non notifiés par la justice qui reste le bras accusateur du régime, des assassinats, des empoisonnements par de vrais poisons, par l'eau souillée à la merde de Sassou et de ses enfants, les aliments, l'environnement, etc. On meurt pour un rien au Congo, faute de soins. La faim tue plus que la malaria, l'eau polluée plus que la faim.

Tant que la dictature du PCT ne sera pas reconnue par l'opposition, Denis Sassou Nguesso usera de violence pour domestiquer les esprits rebelles. L'opposition intérieure congolaise doit tenir bon. Denis Sassou Nguesso ne sera plus un chef d'Etat en août 2016 selon la constitution du 20 janvier 2002 - la seule toujours en vigueur. A ce moment-là, on pourra dialoguer sur son départ. Nous ne croyons pas trop à la rumeur qui voudrait que le régime de Mpila  libère les prisonniers politiques pour mieux détendre l'atmosphère politique, rendant ainsi possible un éventuel dialogue avec l'opposition. Il est évident que des pressions sont exercées sur le système. Cependant, le monstre d'Edou n'est pas homme à céder aux exigences extérieures - tant qu'il reste un bon serviteur de la France dont il est le gouverneur noir. Il l'a prouvé en organisant son référendum illégal et en se proclamant vainqueur d'une élection qu'il a pourtant perdue. Monsieur 8% sait que la France et ceux qui le soutiennent se cacheront derrière la non-ingérence pour ne rien faire. Sassou peut embastiller à domicile les opposants, les arrêter sans procès, les convoquer sans raison, personne ne viendra au secours des Congolais. La preuve, le Pool : deux mois de bombardements sans que la communauté internationale ne s'en émeuve...

Pauvre colonel Thomas Bakala Mayinda à qui le pouvoir demande de jouer les mauvais rôles. Pourquoi Ndenguet ou Jean Dominique Okemba ne s'occupent pas eux-mêmes de convoquer les opposants ? C'est un sudiste aux ordres que l'on utilise toujours pour faire le sale boulot. Que le colonel Bakala sache qu'il ne sera jamais Général et même s'il le devenait, le moindre caporal mbochi aura plus d'importance aux yeux de Sassou que lui.

Qu'est-ce que le professeur Charles Zacharie Bowao a à voir avec les événements du 4 avril 2016, ce grotesque montage de la dictature sassouiste qui a mis en scène d'anciens ninjas à sa solde ? Ce n'est plus le pasteur Ntumi, le coupable présumé dans cette affaire pour qu'on s'intéresse désormais à Charles Zacharie Bowao ? Convoquer Bowao est une provocation, une tentative d'intimidation.

Quant à ceux qui disent que le régime du PCT veut assassiner l'homme qui dirige la coalition IDC-FROCAD, c'est simplement grotesque :  lorsqu'il est trop gros comme un poing sur la figure, le meurtre politique n'est plus possible. Du moins, pas au su de tous. Bowao subit des menaces parce que le coup d'Etat connaît des difficultés pour un trop grand rejet extérieur et intérieur - dans un climat de crise économique qui confine à la faillite d'Etat. Il faut donc distraire le peuple pour qu'il se focalise sur la théâtralisation de la vie politique nationale, de façon à ne pas voir que le pays chavire  doucement.

Le professeur Charles Zacharie Bowao ne doit pas répondre à la convocation du colonel Bakala car il n'a rien à voir avec les événements du 4 avril 2016 que le régime du monstre d'Edou à lui-même fomentés pour intimider la cour constitutionnelle. On n'a pas à se justifier sur quelque chose dont on n'était même pas témoin oculaire et qui ne vous concerne en rien. Bowao n'est pas un ninja que je sache. Le premier acte de résistance consiste à ne pas céder à l'arbitraire, professeur. Si le régime dictatorial de Sassou a des raisons de vous arrêter, eh bien, qu'il le fasse mais il est hors de question de donner du sens à ce qui n'a aucun sens. Au mieux, envoyez votre avocat s'enquérir sur ce qu'on vous reproche.

 

                LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
5 juin 2016 7 05 /06 /juin /2016 22:13
Que fait ce bus de l'Etat dans une parcelle privée ? Alain Akouala doit s'expliquer...
Que fait ce bus de l'Etat dans une parcelle privée ? Alain Akouala doit s'expliquer...

Que fait ce bus de l'Etat dans une parcelle privée ? Alain Akouala doit s'expliquer...

Contrairement à mes jeunes compatriotes qui pensent que ce bus réservé au transport de personnel du ministère à la présidence chargé des Zones Economiques Spéciales n'a été déplacé que lors du retour de monsieur le cerveau bleu - parce que pourri de monsieur Alain Akouala Atipault - au gouvernement, nous pensons que ce bus se trouve dans cette parcelle beaucoup plus longtemps. En témoigne la roue trouée qui l'empêche de circuler depuis bien longtemps. C'est un cas flagrant d'abus de biens sociaux qui doit intéresser Oko Ngakala, alias "Coller la petite chaudasse"et le nouveau ministre de la justice Pierre Mabiala, alias "Chien (bakugni) méchant". Ce cas est symptomatique du détournement des biens publics par les ministres et les agents de l'Etat. Il n'y a pas que l'argent que l'on détourne ; vous avez la preuve que même le matériel de l'Etat est détourné. On vole jusqu'aux ampoules et aux carreaux dans les ministères...

Le cerveau bleu est-il pourri jusqu'au dernier neurone ? En tout cas, Alain Akouala Atipault doit s'expliquer. Ce n'est pas parce que nous sommes en dictature que l'on doit laisser le vol du bien public s'étaler à la face du monde. Déjà que nous sommes surpris de voir monsieur Alain Akouala Atipault revenir au ministère où il a fait la preuve par neuf de son incompétence, voilà que nous nous offusquons de constater qu'un bus de son ministère, un bus public, se retrouve dans une parcelle privée.

Qu'un zizi albinos se trémousse sur les réseaux sociaux ou que Rocco Siffredi Mottom s'exhibe, on peut dire que cela relève du domaine de la vie privée mais dans le cas d'espèce, la preuve est faite qu'un bien public n'est pas à la bonne place et on s'en fiche que le cerveau pourri soit bleu, rouge ou vert, il va devoir s'expliquer. Nous demandons à monsieur Okok Ngakala qui arrête des citoyens honnêtes sur des bases fallacieuses d'ouvrir une enquête. C'est un cas de flagrance qui coûte cher à l'Etat si tous les ministres se comportent de cette façon. Finalement, la fausse nouvelle ripoublique recycle des délinquants de haut vol, incompétents partout sauf quand il s'agit de dérober l'argent et les biens publics. Ces malotrus bandent fort dans l'art du détournement du denier et des biens publics. Et l'érection se poursuit jusqu'à coller la petite chaudasse au derrière. C'est facile avec l'argent et les voitures volés à l'Etat...

Les affaires de l'Etat se réduisent à des orgies, à de la pornocratie et à de la cleptomanie enrobées dans de la haute incompétence. Et ceci du gangster suprême, voleur et tueur infatigable, au petit ministre analphabète en passant par tous les cerveaux pourris de la pourritique, quelles qu'en soient la couleur et l'odeur malsaine. Quand viendra la transition, nous ferons un audit sévère pour restituer au domaine public ce qui lui appartient. TOUS - SANS EXCEPTION - DOIVENT RENDRE DES COMPTES. Vous pouvez croire en notre détermination.

Mikolo nionso, fêti na fêti, moyibi na moyibi. Ba yiba, ba tala té. C'est normal ensuite que ba pessa ba tala té. Nous devons mettre fin à la ripoublique de l'orgie et du vol où la pourritique a fait son nid de serpent depuis trop longtemps. Nous avons un peuple à sauver des mains de barbares. Le temps nous est compté...

 

             LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 18:26
Mohamed Ali est mort le 3 juin 2016. Ses coups de mots faisaient parfois plus mal que ses coups de poing.

Mohamed Ali est mort le 3 juin 2016. Ses coups de mots faisaient parfois plus mal que ses coups de poing.

Mohamed Ali s'est éteint ce 3 juin 2016 à l'âge de 74 ans (1942-2016), après avoir perdu son dernier combat qu'il livrait contre la maladie de Parkinson depuis trente-deux ans. Il ne rentre pas dans l'histoire seulement comme le plus grand boxeur de tous les temps mais aussi  comme un humaniste, grand défenseur de la cause "noire". Une belle âme dans un beau véhicule de chair tout en force, force physique et force mentale. Il ne donnait pas des coups seulement avec ses poings mais aussi avec sa grande gueule. Il savait manier les mots autant que les coups de poing. Avec d'autres personnalités comme Malcom X, il aura fait avancer la cause des Afro-américains aux Etats-Unis. En refusant de s'engager dans la guerre du Vietnam, il est emprisonné et ses trois titres de champion du monde seront confisqués. L'homme qui jeta sa médaille olympique dans l'eau estimant que l'Amérique ne la méritait pas sera plus tard réhabilitée par la justice américaine.

Que son âme repose en paix car il n'aura plus à combattre dans l'autre monde mais demeurera un exemple pour tous ceux qui comme LDM ne supportent pas l'injustice et l'arbitraire dans une privation de liberté et de droits de l'homme. La leçon de vie qu'il nous laisse  est la suivante : la plus grande bataille d'un homme consiste à se battre pour les autres afin de les élever vers plus de dignité humaine.

Non violent, LDM n'a jamais frappé personne mais en quelque sorte, il se sent héritier du grand Mohamed Ali parce qu'il donne lui aussi des coups de mots depuis qu'il a lancé l'intifada des mots pour la libération de la parole confisquée du peuple congolais Je donne des coups de mots pour abattre les maux dont souffre notre peuple. Que son esprit renaisse en Afrique là où les ténèbres de l'oppression ne cessent de recouvrir la terre de l'homme premier, ancêtre de toute l'humanité.

 

                LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

.

 

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 13:11
DIALOGUE : OUI, SI C'EST POUR DIRE A SASSOU DE PARTIR AU MOIS D'AOUT 2016 !

Et ils remettent ça ! Ils veulent dialoguer pour imposer à ceux qui leur résistent leurs quatre volontés ! Dialogue-t-on avec un terroriste ? Sachez qu'on ne dialogue avec un usurpateur que sur la restitution du trône, du pouvoir et, surtout, ce n'est pas lui, l'usurpateur, qui peut conduire un tel dialogue, ni en formuler les objectifs. Avec un voleur, on exige la récupération de l'objet volé - avant de l'entendre. Qu'on ne s'y trompe pas : Denis Sassou Nguesso veut dialoguer à ses conditions en menant la danse pour se faire reconnaître comme le roi du Congo. Ce dialogue ne doit pas être accepté. La forme et le contenu du dialogue sont bien définis par le contexte politique actuel. Dialoguons sur le départ de Denis Sassou Nguesso dont le mandat s'arrête en août 2016. Après, il n'est plus du tout un chef d'Etat selon la constitution du 20 janvier 2002, la seule toujours en vigueur. Tout le reste ne relève que de la farce politique qu'on veut nous faire avaler de force. Ce coup-ci, c'est NON, NO, NIET, KAANI, VE, TE, TO BOYI, BETO ME MANGA !

Si l'opposition va au dialogue aux conditions du régime de Mpila, cela équivaudra à valider et à reconnaître le pouvoir du monstre d'Edou qui embastille, torture et tue - sans craindre quoi que ce soit. A Sibiti, Sassou a démontré qu'il pouvait ne dialoguer qu'avec ses serviteurs pour nous faire avaler un cobra ; donc, il n'a pas besoin de dialoguer avec l'opposition mais cherche LA reconnaissance de son pouvoir frauduleux. Nous nous inscrivons en faux contre ceux qui disent que mieux vaut un dialogue que la guerre. Non, il n'y a pas que le dialogue ; il y a aussi le silence et la détermination - surtout lorsqu'on est les vainqueurs par les urnes. La guerre ? Sassou la fait déjà contre notre peuple depuis plus de trente-deux ans. C'est donc faux de croire que nous sommes en paix. Que ceux qui ne sont pas Congolais arrêtent de se mêler à tort et à travers des problèmes du Congo : nous ne nous mêlons pas des problèmes des autres pays et nous sommes capables de trouver des solutions par nous-mêmes.

Combien de fois devrions-nous dire à nos compatriotes que Sassou est le pion de la France ? Et cela depuis les années 70 ? Comment ne voyez-vous pas que la France a choisi de conserver le tueur infatigable à son poste de gouverneur noir du Congo ? Sinon pourquoi Jean Yves Ollivier et l'ambassadeur de France au Congo seraient venus demander au Général Jean Marie Michel Mokoko de reconnaître le pouvoir de l'usurpateur et tricheur Denis Sassou Nguesso ? Jean Yves Ollivier et l'ancien ambassadeur de France au Congo agissent bien entendu au nom de la France car leur seule préoccupation est de garantir intacts les intérêts de leur pays au Congo. Cela peut aisément se comprendre. Eux défendent les intérêts de la France ; nous, nous défendons ceux du peuple congolais qui a désormais compris l'envers du décor de notre dictature de l'intérieur qui est aux ordres de la dictature de l'extérieur.

Denis Sassou Nguesso a des problèmes de reconnaissance au niveau international dans un climat intérieur de faillite économique. Or, si l'opposition avalise son coup d'Etat en reconnaissant sa fausse autorité qui est en fait autoritarisme, il redeviendra fréquentable car il dira : " Vous voyez que ceux qui m'ont battu lors du scrutin présidentiel du 20 mars 2016 me reconnaissent comme leur roi. Donc, tout est en ordre ! "  N'ALLEZ PAS LUI DONNER UN POUVOIR QU'IL N'A PAS. DE TOUTE FACON, N'A-T-IL PAS MONTRE AU MONDE ENTIER QU'IL N'A BESOIN DE PERSONNE POUR SE HISSER ET SE MAINTENIR AU SOMMET DE L'ETAT ? LE DIALOGUE DANS CES CONDITIONS SERAIT LA PIRE DES TRAITRISES A L'EGARD DE NOTRE PEUPLE QUI A VOMI DENIS SASSOU NGUESSO LE 20 MARS 2016.

On ne dialogue pas pour dialoguer. On ne dialogue pas pour se faire avoir. On ne dialogue pas avec un usurpateur. Le faire reviendrait à commettre une erreur grave. Surtout à un moment où la faillite a fait son nid dans la maison Congo. Non, attendons août quand finira son mandat pour lui demander de partir. Avec Sassou, un usurpateur, un dictateur de la pire des espèces, il ne faut pas dialoguer mais ordonner. Denis Sassou Nguesso n'a plus d'ordre à donner à personne. Quiconque voudra parler dialogue avec Sassou d'autre chose que son départ du sommet de l'Etat sera considéré comme un traître à la nation.

Quant à mes compatriotes qui croient que la France voudra jouer aux droits de l'homme en Afrique au détriment de ses intérêts, réveillez-vous ! Combien de fois devrons-nous vous dire que vous avez le pouvoir de changer le régime en France de façon à influer positivement sur votre pays ? C'est d'ailleurs le cas pour tous les Africains. Il faut voter MELENCHON à la prochaine élection présidentielle française. Nous demandons à tous les Africains, de toutes nations, de tous pays, de voter Mélenchon. Même si nous savons bien qu'en matière d'intérêts la France n'a qu'un parti politique, le profit, il vaut mieux choisir le moindre mal et le seul que je trouve à même de nous donner une lueur d'espoir, c'est monsieur Mélenchon. Cela dit, nous ne devons compter d'abord que sur nous-mêmes pour chasser le dictateur qui ne se maintient au pouvoir que parce que nous sommes faibles. Il faut donc que le peuple s'affermisse. Je ne peux pas en dire plus ici.

Que Claudine Munari,  le Général Jean Marie Michel Mokoko, André Okombi Salissa, Charles Zacharie Bowao et tous ceux qui à l'IDC-FROCAD sont restés fermes, tiennent bon. Ne dialoguez que sur le départ de Sassou. Ne réanimez pas le ndzokou qui a perdu tout pouvoir. Pensez à nos morts, à nos prisonniers politiques, à ce peuple à qui on fait boire de l'eau souillée à la merde de Sassou, à ces enfants qui n'auront pas d'avenir parce qu'ils meurent de faim faute de lait maternel, à tous ces jeunes qui meurent d'avc comme si on pouvait mourir sans que le coeur ne cesse de battre. Vous avez décidé de résister à la Bête d'Edou ; il faut tenir jusqu'au bout. Ce siècle est celui des grands bouleversements de l'Afrique. Il faut penser à l'histoire et non à nos petites personnes. L'éléphant est sur le point de s'écrouler. On ne dialogue pas pour le réanimer : il faut lui donner le coup de grâce, un coup de grâce politique...

 

                LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 21:20
BLOCAGE DE L'ARGENT MAL ACQUIS DES DICTATEURS : LA SUISSE DOIT PRENDRE DES MESURES IMMEDIATES

Nombreux sont mes amis et les membres de mon réseau à m'envoyer l'article du Point que l'on peut trouver à l'url suivante : http://www.sen360.fr/afrique/economie/le-1er-juillet-la-suisse-bloque-l-039-argent-des-dictateurs-36923.html qui annonce un durcissement de la loi helvète à l'égard de l'argent volé aux Etats par les dictateurs comme Denis Sassou Nguesso à partir du 1er juillet 2016. La Suisse promet de bloquer et de restituer les valeurs patrimoniales d'origine illicite à compter du 1er juillet 2016 aux pays tiers sous condition de changement de régime. La justice helvétique pourra séquestrer les avoirs d'un dictateur avant sa chute (ce qui indique qu'elle le faisait à sa chute).

Il y a lieu de se réjouir mais du fait que la LVP ou loi sur les valeurs patrimoniales entre en vigueur le 1er juillet 2016, les dictateurs et leurs acolytes ont un mois pour vider leurs comptes suisses et, si vous avez déjà fait un virement, vous savez que dans le monde bancaire, nul besoin d'un mois pour déplacer des milliards de francs suisses. La décision aurait pu s'appliquer de façon immédiate. Quand on est convaincu qu'il s'agit d'argent sale, pourquoi attendre aussi longtemps pour appliquer la loi ? Les Helvètes savent que l'argent que les dictateurs déposent dans leurs banques est de l'argent détourné, de l'argent mal acquis. Laisser tout un mois à ces voleurs, qui n'hésiteront pas à s'entourer de grosses pointures du barreau pour vider leurs comptes, est scandaleux. Cette mesure pour se montrer véritablement efficace doit s'étendre à toutes les banques, à tous les paradis fiscaux. De toutes façons, nous savons tous, qu'une fois le pouvoir perdu, les banques bloquent les comptes des dictateurs et s'approprient cet argent. L'argent de Sassou n'est pas en Suisse mais en Chine et dans les paradis fiscaux mais si une telle démarche judiciaire faisait tache d'huile, il a beaucoup à perdre. De plus, Denis Sassou Nguesso a sa propre banque comme l'a révélé Mathias Dzon.

Cette situation tombe mal au moment où la faillite couve au Congo. Si les fonds cachés à l'étranger sont bloqués, cela peut affaiblir de plus bel la dictature des crocodiles du Parti Congolais des Tricheurs. Nous avons eu vent que la fausse monnaie est légion dans notre pays pour combler le manque de la vraie...

Nous attendons que la France imite la Suisse pour donner à cette LVP une valeur plus universelle. Pourquoi la France n'agirait-elle pas aussi de cette manière ? Cependant, nous avons quelques doutes quant à l'adoption d'une telle loi en France qui fait bon accueil aux dictateurs du monde entier. Quand on voit l'affaires des Biens Mal Acquis prendre son temps, on se dit qu'il n'y a pas urgence pour les juges français...

Néanmoins, ceci illustre bien qu'il ne suffit que d'une loi pour que les Européens s'approprient l'argent des dictateurs africains entre autres. Il est évident que si restitution il y a, elle ne peut se faire qu'auprès d'un gouvernement démocratique. Donc, cela ne sera pas si facile de recouvrer tout ces milliards d'euros ou de francs suisses. Nous vous l'avons dit : si les Occidentaux voulaient vraiment stopper les dictatures dans nos pays, elles n'ont qu'à agir sur le plan judiciaire : si la signature De Denis Sassou Nguesso n'est plus valable nulle part, il négociera son départ avec les puissances du monde.

Il y a une chose qui m'étonne : si l'Iran a subi un embargo pétrolier, pourquoi le Congo n'en subit-il pas un ? L'Irak aussi a connu un tel embargo. Si une telle mesure n'est pas appliquée dans notre pays le Congo, la raison en est simple : nous n'avons pas la propriété de notre pétrole qui appartient à la France là où l'Iran et l'Irak avaient procédé à des nationalisations. Nous disons à la France que si elle continue à soutenir le dictateur Denis Sassou Nguesso, nous serons dans l'obligation de nationaliser toutes les compagnies pétrolières dans notre pays - quoi que cela déclenche. De toute façon, la chute actuelle du cours du baril de pétrole et la faillite étatique qui en découle présage de ce que sera notre destin lorsque nous n'aurons plus de pétrole. Donc, il nous faut prendre des décisions austères pour préserver l'avenir s'il y a encore quelque chose à sauver...

Même le buffle sait jusqu'à quelle hauteur il doit brouter l'herbe tendre de la savane pour ne pas nuire à la croissance de celle-ci. Le pétrole nous apporte des malheurs parce que nous n'en contrôlons ni la production, ni l'exportation, ni la commercialisation. Tout cela doit changer à l'avenir. Et ce qui est valable pour le pétrole l'est pour tout le reste de nos matières premières. A défaut d'avoir la mainmise sur la monnaie, nous devons au moins réguler NOUS-MEMES nos propres ressources. Nous ne sommes pas sujets de notre économie. C'est une situation qui indique que le Congo est encore une colonie. Si nous voulons vraiment parler démocratie, il nous faudra d'abord devenir véritablement indépendants. Si nous voulons devenir véritablement indépendants, il nous faudra passer MAITRES de notre économie. C'est aussi simple que cela : IL NE PEUT Y AVOIR D'INDEPENDANCE POLITIQUE - SANS INDEPENDANCE ECONOMIQUE. Une paysanne qui possède des tomates qu'elle ne mange pas ou qu'elle ne récolte ou ne commercialise est une esclave qui travaille pour un seigneur. Le fait que le Congo est dépossédé de ses ressources est un indicateur que nous n'avons pas entre nos mains notre destin économique et si notre économie nous échappe, cela ne doit pas nous étonner que notre politique nous échappe aussi. Si vous me lisez et comprenez vraiment ce texte, vous déduirez pourquoi la démocratie a du mal à prendre dans notre pays.

N'ayons pas peur de le dire : le Congo n'est pas encore sorti de l'emprise de la colonisation et ceux qui nous maintiennent en servitude n'ont absolument pas intérêt à ce que cela change. Comme je l'ai dit à l'assemblée nationale, il y a une dictature du dehors et une dictature du dedans qui est au service de la première.

Les banques suisses saisiront l'argent des dictateurs et l'utiliseront à leurs propre fins. Nos dictateurs n'ont rien compris : leur argent n'est pas en sécurité en Europe. De toute façon, les dictatures africaines enrichissent l'Occident et les puissances du monde : on vous laisse des miettes ; vous les prenez et venez les rendre à ceux qui pillent vos pays. Ce n'est que normal que les puissances du monde concluent que vous n'avez pas besoin de cet argent. Alors, pourquoi ne pas le prendre, le spolier à des voleurs ? Si ce n'est pas malheureux, comme le disent mes amis Ivoiriens...

                      LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
29 mai 2016 7 29 /05 /mai /2016 10:46

Il est bon de sortir certaines données des réseaux sociaux qui sont des milieux fermés pour les jeter en pâture sur internet accessible à tout le monde. Avant de poursuivre mon propos, juste une petite anecdote sur la mouambe qui est allée rejoindre le PCT pour servir de sauce-graine aux "crocodiles" politiques du Parti Congolais des Tricheurs, boukouteurs de ngokis à souhait. C'est une illustration du fait que l'UPADS est infestée de traîtres à tous les étages du parti - en commençant par le premier des traîtres, Pascal Tsaty Mabiala à qui nous conseillons de suivre l'exemple de Clément Mouambe. Djibril peut déjà aller encarter au PCT si ce n'est pas déjà fait.

A ceux qui ne savent pas ce qu'est un traître, il faut comprendre qu'un traître prétend être opposé à quelque chose, à un individu, à une structure, à un ordre ou un désordre établi mais dans le secret, il sert la cause qu'il prétend combattre, il est aux ordres du camp qu'il feint de faire tomber. Depuis le début de la politique jusqu'à nos jours, l'usage des espions et des taupes est légion. Un lecteur de Machiavel comme Denis Sassou Nguesso le sait et en use pour demeurer au sommet de l'Etat en sa qualité de gangster illégitime d'Etat avec impunité absolue et droit de tuer car il est à lui tout seul une arme de destruction massive. Tous les grands partis politiques du Congo sont des satellites du PCT...

Clément Mouambe, le franc-maçon, avait-il besoin d'adhérer au PCT - alors qu'il est déjà pseudo-premier ministre d'un pseudo gouvernement au service d'un gangster d'Etat - sans légitimité ? Que le ciel soit clément envers Clément Mouambe quand viendra la chute de l'éléphant que même certains de ses ministres prédisent avant la fin de l'année. L'éléphant va tomber. Il s'agit juste de savoir comment et quand. C'est une question de manière et de temps. C'est la séparation du pays entre le camp de ceux qui comme le pseudo-ministre Léon Juste Ibombo disent : "Le Congo est à nous" et celui de ceux qui sont étrangers dans leur propre pays qui fait durer la chute. L'éléphant ne tombera pas seul : il entraînera dans sa chute aux enfers tous les bonobos pornocrates qui partagent ses orgies noires maçonniques. Comme Ibombolo pense que Sassou ne finira pas l'année, il faut se dire qu'il cherchera à vite s'enrichir pour mieux servir sa libido...

Revenons à notre mouton-bonobo. C'est un échange entre le pseudo-ministre de la communication Léon Juste Ibombo et une demoiselle de vingt-deux ans Aliyana Malonga que nous mettons en ligne. Les captures d'écran et les fautes d'orthographe - y compris celles du pseudo-ministre - plaident pour des documents authentiques non retouchés.

Vraiment, j'aimerais que Denis Sassou Nguesso lise ce que son "serviteur" Ibombolo pense de lui. Si le monstre d'Edou peut passer outre les frasques sexuelles de ses ministres parce qu'il n'est pas lui-même irréprochable pour leur jeter la première pierre, nous apportons ici la preuve que même les nouveaux bonobos pornocrates amateurs de chair fraîche ne croient pas en lui. Léon Juste Ibombo pourra toujours dire que ce n'est pas lui mais quand nous apprenons qu'il a demandé à mademoiselle Aliyana de créer des faux profils sur Facebook pour insulter Denis Sassou Nguesso, cela paraît surréaliste qu'il soit pseudo-ministre aujourd'hui auprès de Denis Sassou Nguesso. Ibombolo a raison de dire qu'il profite d'une opportunité d'enrichissement parce que croit-il que le pays est à "eux" - ce qui conforte l'implacable castification des Congolais en deux classes : ceux qui possèdent le pays et ceux à qui il a été dépouillé. Voilà le fossé mental devenu abysse physique par la différence des moyens entre les voleurs et les spoliés qu'il faudra résoudre.

En espérant que madame Ibombo, pauvre épouse cocufiée, lira ce message, nous souhaitons à celle que son époux appelle la "nonne" un bon dimanche au nom du Seigneur. Au pseudo-ministre opportuniste Léon Juste Ibombo, nous souhaitons un bon conseil des pseudo-ministres en présence du pseudo-président. Sans nul doute, Denis Sassou Nguesso ne manquera pas de le féliciter pour son nombrilisme avéré car le comportement sexuel d'un homme un indicateur de son état mental. Franchement, j'ai pitié de mon pays qui vit sous une escroquerie politique depuis près de vingt ans.

Je l'ai dit et je le redis : la connaissance des hommes est la première grande qualité qu'un grand chef doit avoir. Hélas, nous avons à la tête du pays un nain politique - même si Denis Sassou Nguesso est un grand assassin ayant fait du crime le seul moyen de conserver son pouvoir illégitime...

 

                    LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

QUAND UN PSEUDO-MINISTRE DU GOUVERNEMENT MOUAMBE ESTIME QUE SASSOU NE FINIRA PAS L'ANNEE AU POUVOIR
QUAND UN PSEUDO-MINISTRE DU GOUVERNEMENT MOUAMBE ESTIME QUE SASSOU NE FINIRA PAS L'ANNEE AU POUVOIR
QUAND UN PSEUDO-MINISTRE DU GOUVERNEMENT MOUAMBE ESTIME QUE SASSOU NE FINIRA PAS L'ANNEE AU POUVOIR
QUAND UN PSEUDO-MINISTRE DU GOUVERNEMENT MOUAMBE ESTIME QUE SASSOU NE FINIRA PAS L'ANNEE AU POUVOIR
Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg