Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 15:41
Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 09:43

En sa qualité de premier secrétaire de l'UPADS, monsieur Pascal Tsaty Mabiala nous doit des explications : comment peut-il programmer une réunion du Secrétariat National le 25 mai 2016 et ne pas y assister lui-même ? N'est-ce pas symptomatique d'une fuite ? D'aucuns disent qu'il est venu planquer son magot en Europe en profitant au passage de venir roucouler auprès de sa deuxième femme. A chaque fois, c'est le pauvre Boungouandza qui a le mauvais rôle. Jugez donc par les points inscrits à l'ordre du jour de ladite réunion qui comportait un volet orientations du premier secrétaire  portant sur l'élaboration des dossiers à soumettre aux sessions du Bureau Politique et du Conseil National, un volet qui ne peut qu'exiger la présence du grand dribbleur Tsaty Mabiala, un point qui a par ailleurs disparu de l'ordre du jour :

- rapport d'activités ;

- rapport financier ;

- budget du parti exercice 2016 (deuxième semestre) ;

- programme d'activités du parti exercice 2016 (deuxième semestre) ;

- le bilan de la participation de l'UPADS à l'élection présidentielle.

Croyez-vous que le colonel Boungouandza soit celui qui est le plus habilité à évoquer ces questions ou qu'il faille que Pascal Tsaty Mabiala y réponde ? Qui a commandité les activités pour en faire le rapport ? N'est-ce pas Pascal Tsaty Mabiala ? Qui a décidé des dépenses du parti ? N'est-ce pas la taupe du PCT au sein de l'UPADS ? Qui doit faire le bilan de la participation de l'UPADS à l'élection présidentielle ? N'est-ce pas le candidat du parti et son équipe de campagne ? Alors, comment expliquer que le Secrétariat National de l'UPADS tienne une réunion aussi importante sans son premier secrétaire absent ? Comment peut-on valider une telle réunion sans la présence du premier concerné ?  Nous sommes en face d'un délit de fuite. Pour ne pas brûler au feu, Pascal Tsaty Mabiala a préféré s'envoler pour l'Europe, pendant que le pauvre Boungouandza se fait manipuler...

Pascal Tsaty Mabiala a bien programmé son voyage en Europe en tenant compte de cette réunion, sciemment ; cela va de soi - lorsqu'on a du bon sens. Pourquoi ne pas avoir annulé la réunion du Secrétariat National pour attendre le retour du petit Pascal qui fout la honte au GRAND PASCAL ? C'est Tsaty Mabiala qui agit en traître et en fuyard comme à son habitude : lorsqu'il s'agit de rendre des comptes, vroum, monsieur prend son avion pour l'étranger aller titiller les tétons de sa seconde épouse. Tout ça n'est pas très sérieux comme le fait qu'il aurait fait arrêter son directeur de campagne pour avoir voulu déposer un recours auprès de la cour constitutionnelle concernant le scrutin présidentiel du 20 mars 2016.

Il plaît à Tsaty Mabiala de s'acharner sur Benoît Koukébéné pour le discréditer mais quand il s'agit de dire où est passé l'argent du parti, combien a coûté  la participation de l'UPADS à l'élection présidentielle, Tsaty Mabiala alias Djibril dribble son Secrétariat National, laisse Boungouandza se débrouiller pendant qu'il va satisfaire sa libido en Europe - tout en mettant au frais l'argent volé à l'UPADS, le parti aux trois palmiers. Quand il s'agit de jouer les mauvais rôles comme décider des suspensions au sein du parti ou évoquer des dépenses, en bonne taupe, Pascal Tsaty Mabiala laisse sa place au colonel Boungouandza. Décidément, tout ce qui produit la mouambe ne fonctionne pas très bien ces temps-ci - surtout quand il y a une taupe du PCT à la cuisine...

 

             LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

POURQUOI TSATY MABIALA A-T-IL ESQUIVE LA REUNION QU'IL A CONVOQUEE LE 25 MAI ?
POURQUOI TSATY MABIALA A-T-IL ESQUIVE LA REUNION QU'IL A CONVOQUEE LE 25 MAI ?
Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 21:05
LE TRAITRE TSATY MABIALA SERAIT A BRUXELLES AUPRES DE SA SECONDE EPOUSE

Si on pouvait résumer cet énergumène en quelques mots, on dirait que c'est l'ambition, presque une intelligence malsaine et déplacée, au service de l'ego et non de l'intérêt général qu'il utilise en fait comme un tremplin. En ce sens, lui, l'homme qui a dirigé l'école du Parti Congolais des Tricheurs, est de la même trempe, de la même graine, de la même semence que Denis Sassou Nguesso, l'ego le plus démesuré et le plus criminel du Congo. Oui, il est né pour s'entendre avec le monstre d'Edou. C'est un serpent qui a tout fait pour s'emparer d'une belle mécanique politique, l'UPADS, afin de la mettre au service d'un tyran. A cause de la traîtrise et de la félonie de Pascal Tsaty Mabiala qui s'est mis au service des forces du mal, Denis Sassou Nguesso a pu s'écrier un jour : " J'ai cassé l'UPADS ! ". En effet, pour jouer au jeu de la démocrature, Denis Sassou Nguesso avait besoin d'une opposition aux ordres, bref, une fausse opposition. Pascal Tsaty Mabiala ne fait pas de la politique pour défendre un haut idéal national : il ne court qu'après l'enrichissement personnel. Il n'a pas encore expliqué aux militants de l'Union Panafricaine pour la Démocratie sociale où est passé l'argent de la vente illégale du siège de l'UPADS. Il faudra un jour saisir tous ses biens pour recouvrer l'argent dérobé au parti du professeur Pascal Lissouba...

Pascal Tsaty Mabiala alias Djibril a trahi l'UPADS, le parti fondé par le professeur Pascal Lissouba (abandon des idéaux du professeur Pascal Lissouba, autoritarisme, travail fractionnel, vente illicite du siège du parti, détournement des fonds du parti, tribalisme et dénivellement du parti vers le bas, etc), il a trahi le FROCAD dont il est le président et l'alliance IDC-FROCAD en les lâchant pour ne servir que ses propres intérêts travestis en intérêts des militants du parti aux trois palmiers, il a trahi le peuple congolais en reconnaissant le coup d'Etat de monsieur 8% au scrutin du 20 mars 2016. En fait, il négocie déjà sa part de députés avec le parti qui a assassiné son fondateur en lui coupant la carotide. Cela méritait bien des vacances en Europe, à Bruxelles auprès de sa seconde épouse : il a besoin de souffler loin du Congo, question de se relâcher un peu - avant de nouvelles trahisons toujours plus grosses les unes que les autres. Vous verrez que Denis Sassou Nguesso fera tout pour qu'il conserve sa place de député - à moins que la vigilance populaire et le rejet des militants ne lui fassent mordre la poussière.

Pendant que les autres opposants - en fait, les vrais  opposants intérieurs à la dictature du lieutenant Denis Sassou Nguesso autobombardé Général d'armée - ont du mal à sortir de Brazzaville (on m'a expliqué toutes les difficultés que monsieur Mafimba a eues pour sortir du Congo), pendant que le pasteur Ntumi se bat pour sa vie, traqué par les mercenaires de la dictature, pendant que le Général Jean Marie Michel Mokoko est en résidence surveillée, pendant qu'André Okombi Salissa est aussi en danger, nous avons appris que Pascal Tsaty Mabiala, l'homme qui a allègrement foulé au pied la charte de la victoire signée par les cinq candidats de l'IDC-FROCAD, après avoir pactisé avec le diable au travers des ordres transmis par Sassou par l'entremise d'Okombi Tsalissan, est venu décompresser en Europe. Hier, nous avons appris que l'avion dans lequel il était à bord avait atterri à Paris et qu'il avait pour projet d'aller roucouler auprès de sa seconde épouse à Bruxelles. Nous avons mis le réseau en alerte pour avoir son adresse en Belgique où il possède une villa.

Cet homme doit quitter la tête du parti aux trois palmiers. Nous estimons à l'heure actuelle après analyse que le colonel Boungouandza est le plus à même de diriger le parti qui représente l'héritage politique du président Pascal Lissouba pour les générations futures : l'UPADS. La démocratie commence par la démocratie interne au sein des partis. Nous ne réussirons pas à restaurer la démocratie dans notre pays si les chefaillons de nos structures politiques sont en fait des dictateurs en puissance. Un nouveau congo implique des hommes nouveaux, une nouvelle vision de la politique et de la vie des partis, une nouvelle façon de faire de la politique qui doit privilégier la satisfaction de l'intérêt collectif avant celle de l'intérêt individuel. Il faut que les ego parlent le langage de la satisfaction des intérêts du peuple. Autrement, de tels égoïstes comme Pascal Tsaty Mabiala doivent quitter le monde de la politique.

 

                   LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 19:59
Où se trouve actuellement le Général à la barbe hirsute ? Qui peut nous dire où se trouve Nianga Mbouala ?

Où se trouve actuellement le Général à la barbe hirsute ? Qui peut nous dire où se trouve Nianga Mbouala ?

Vous êtes des milliers à nous lire au quotidien. C'est une grande responsabilité. Notre intention est toujours d'être au plus près de la vérité et de ne jamais propager - volontairement - des informations erronées. Si nous le pouvons et si cela est possible, nous vérifions les informations qu'on nous envoie ou que nous lisons. Cependant, nous ne pouvons pas tout vérifier car concernant le Congo, nous nous trouvons à plus de sept mille kilomètres, dans l'Hexagone, en Europe. Il nous faut hélas parfois répercuter des rumeurs afin de provoquer la manifestation de la vérité. Les flammes de la rumeur ne peuvent être éteintes que par l'eau de la vérité dont il faut parfois provoquer la manifestation. Si Téléfoufou faisait convenablement son travail, de nombreuses rumeurs seraient étouffées dans l'oeuf mais nous savons tous que les médias dans notre pays sont des caisses de propagande du régime dictatorial.

Une rumeur est une information dont on ne peut ni en certifier la véracité, ni en établir la fausseté. Nous attendons une réaction des gens du pouvoir, des Nsiloulous et de nos compatriotes qui vivent aux voisinages de Mindouli pour infirmer ou confirmer la rumeur que nous avons lue sur les réseaux sociaux. Nous avons même pris peine de joindre au téléphone BLD qui nous a appris qu'il tenait ses informations du QG des hommes du pasteur Ntumi - sans nous donner plus de détails sur ses informateurs.

Voici la teneur de la rumeur que nous vous livrons parce que nous croyons qu'il n'y a pas de fumée sans feu :

Dans sa chasse à l'homme contre le pasteur Ntumi et ses proches qui tourne au génocide dans le Pool, un sérieux accrochage aurait eu lieu vers Mindouli. Plusieurs officiers de la soldatesque du régime sanguinaire de Denis Sassou Nguesso auraient perdu la vie. Un certain Mubenda aurait eu les deux jambes coupées par un certain Ntombari. Si Mubenda a encore l'usage de ses deux jambes, nous ne tarderons pas à le savoir. Le Général Jean François Ndenguet aurait été touché lors de l'accrochage. Il serait hospitalisé à COGEMO. Ceux qui travaillent dans cet hôpital peuvent apporter leur lumière sinon le Général Jean François Ndenguet n'hésitera pas à apparaître bon pied, bon oeil pour faire taire les rumeurs. Quant au Général Nianga Mbouala dont le fils aurait trouvé la mort sous le feu des Nsiloulous, il se pourrait qu'il soit otage des hommes du pasteur Ntumi. Nous aurons tout le plaisir de voir apparaître l'homme à la barbe hirsute pour apporter un démenti cinglant à tout ceci.

Encore une fois, il ne s'agit pas de faits avérés, d'où l'utilisation expresse du conditionnel. C'est une rumeur qui est peut-être exagérée par rapport à la réalité mais nous attendons qu'on nous dise et apporte les preuves du contraire. Merci d'avance.

 

                  LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

.

CONGO/GENOCIDE/POOL/MINDOULI : LE GENERAL NIANGA MBOUALA SERAIT-IL OTAGE DE NTUMI ?

P.S. : Selon une autre source qui aurait tiré ses informations du milieu médical (la source évoque une information certifiée à 99%), il semblerait que le Général Jean François Ndenguet soit bien hospitalisé mais pour des raisons de santé. Bien que s'agissant d'un homme public, nous ne pouvons vous en dire plus pour le moment, le temps de confronter les sources contradictoires. Certains observateurs disent qu'il n'est pas dans les habitudes de monsieur "Manière"  (Ndengué) d'aller au front. Quant au Général Nianga Mbouala dont nous n'avons pas encore eu de nouvelles, il est escorté dans un véhicule blindé israélien et souvent accompagné d'une cinquantaine de personnes. Les conditions d'une plausible arrestation restent encore à cerner. Selon une source, deux hélicoptères de l'armée auraient été détruits par les Nsiloulous. A vérifier.

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 11:33
A MOSSINGUE : IL N'Y A DE DEMOCRATIE DANS LE MONDE DU PROFIT

Monsieur MOSSINGUE, merci pour cet éclairage en commentaire qui m'a inspiré ce texte. Ce n'est pas vraiment la question de la politique intérieure du Vénézuela qui m'intéresse mais les incidences de la chute du prix du baril sur les économies basées sur le pétrole dont notre pays fait partie. En observant ce qui se passe dans des économies plus solides que la nôtre, on peut deviner ce qui se déroule souterrainement au Congo au niveau macroéconomique - même si pour le petit peuple, cela ne fait pas de différence car il vit presque avec rien. Tout régime, même la dictature la plus féroce, doit avoir les moyens de mener sa politique. Sans argent, il n'y a pas de politique moderne. Aussi, celui qui tient l'argent, tient la politique. Mais il se tient dans l'ombre - sans faire de bruit car l'argent n'aime pas le vacarme - sauf quand le serviteur politique n'obéit plus au maître financier. Un exemple simple : par le franc cfa qu'il fabrique, la France tient toujours dans ses rets ses anciennes colonies. C'est en cela que l'économie est déterminante sur la politique. Les causes économiques finissent pas déferler en conséquences politiques. Ainsi, l'économie fait la politique chaque jour que Dieu fait. 
Si Denis Sassou Nguesso résiste sur le plan politique, il faudra voir comment il fera pour résister au séisme économique si ce dernier se poursuit encore au moins deux ans. Pour illustration, voilà des années que j'observe la politique française et j'ai déduit que les projets politiques même dans des pays dits démocratiques s'arrêtent et s'agenouillent face au fait économique qui n'a que faire de la démocratie. En entreprise, dans les banques, à la bourse, bref en économie en général, il n'y a pas de démocratie : on perd ou on gagne de l'argent. Point ! Le reste, c'est pour distraire ce qui n'ont pas compris le jeu. Tout fonctionne sur la base de la subordination et du profit. Le reste n'est qu'une affaire d'échelle. Le monde de la finance qui manipule l'économie ressemble à une grande chaîne alimentaire dans laquelle les gros mangent les petits, les plus malins dévorent les moins malins. Il est de bon ton que les leaders économiques fassent et contrôlent les hommes politiques à tous les niveaux de l'Etat et des institutions internationales. C'est cela la loi de ce monde qui est totalement au service de Mammon comme l'a constaté Yeshua, il y a plus de deux mille ans. La cupidité mène le règne humain comme la gloutonnerie mène le règne animal. L'homme moderne est un animal économique ou plutôt une bête financière. De toute façon, les capitalistes savent qu'ils ont gagné la guerre contre la liberté et contre la démocratie. C'est juste au niveau des peuples qu'on perpétue l'illusion qu'il y a encore quelque chose à défendre, des droits à gagner. Sans remise en question de tout le système, ce monde poursuit sa course folle vers la quête de la domination absolue.
La démocratie, qu'est-elle donc sinon un divertissement des peuples à qui on jette des restes en Europe pour qu'ils ne fassent pas la révolution tous les matins ? Avant, le souverain était un monarque de droit divin. La révolution française le décapita. Les maîtres du monde décidèrent qu'il fallait désormais laisser la plèbe choisir son maître : le droit de vote était né. Le roi choisi par le peuple devint le président. Les maîtres du monde octroyèrent un peu de moyens aux Etats pour que la comédie prenne. En Grèce, la crise économique nous a montré le côté cynique des banques qui pourtant furent sauvées par les Etats lors de la crise économique précédente, celle des subprimes qui n'a d'ailleurs pas encore été entièrement résorbée. Comme le crocodile ramené dans la rivière par la vache, voilà qu'à peine debout, la banque veut continuer à ruiner et à asservir l'Etat.

"Mon ennemi, c'est la finance..." Aujourd'hui, celui qui a prononcé cette phrase sert la finance, quitte à imposer les lois du patronat français en passant par le 49.3 à l'assemblée nationale au peuple français qui n'en veut pas. François Hollande n'a pas eu le choix : il est contraint, vaincu, de servir la finance, son maître, celle qui est en fait le vrai pouvoir. Les gouvernements à qui on a enlevé le droit de battre la monnaie n'ont plus les moyens de tenir leurs promesses politiques. Ils échouent tous en France. Gauche comme Droite.

Vous avez raison de voir une intrigue de la bourgeoisie et un plan insidieux mondial dans ce qui se passe au Vénézuela et ailleurs. Cependant, lorqu'un Etat s'affaiblit tout seul, il ne faut pas donner tort à la bourgeoisie qui lui assène le coup fatal. Le président Maduro et son gouvernement ne peuvent pas être exonérés de leur mauvaise gestion de la chose publique.
Je m'intéresse à ce qui se passe au Vénézuela pour en transposer le schéma sur le Congo - même si le pays de Chavez n'est pas celui du roi Sassou. En réaction au boycott économique des bourgeois, Maduro a décidé de nationaliser certaines entreprises privées du Vénézuela. Reste à savoir s'il y parviendra. Il faut aussi dire qu'il y a eu mauvaise gestion du denier public vénézuélien. L'Arabie Saoudite seule est derrière la crise du pétrole afin de ruiner les compagnies américaines qui exploitent le gaz de schiste. Pourquoi les Saoudiens ne baissent-ils pas leur production pétrolière - alors même que le marché pétrolier est saturé ? Parce qu'ils gagnent de l'argent - même avec un baril à 30 dollars tout en espérant ruiner les compagnies américaines. J'ai dû écrire un texte dessus. Les Américains n'importent plus assez de pétrole ; ce qui a provoqué la chute du prix du baril. Les Saoudiens ont conçu un plan simple : pour exploiter le gaz de schiste et le pétrole offshore, il faut entre 30 et 50 dollars le baril. En Arabie saoudite, juste 10 dollars par baril du fait que le pétrole est en surface. En faisant baisser les prix, elle casserait les entreprises américaines qui feraient faillite et le prix du baril de pétrole remonterait mais elle est aussi empêtrée dans les conséquences de sa stratégie au point de vendre 5% de sa société pétrolière en bourse pour avoir des liquidités. Cette affaire est terrible mais dans le monde de l'argent, comme je l'ai toujours dit, il n'y a de démocratie. 
Quand on ouvre un livre d'histoire, on se rend compte, en ce qui concerne l'occident et l'orient, que la guerre est le fait dominant : invasions, conquêtes, guerres de religions, guerres coloniales, guerres impériales. Bref, la violence physique directement appliquée sur l'homme est le fil d'Ariane qui nous permet de suivre l'histoire écrite par le vainqueur. Cependant, la guerre a changé de forme ou plutôt elle se déploie différemment en se déroulant sur le plan économique. Wisigoths, Saxons, Celtes, Romains, Huns, Phéniciens, Sumériens, Akkadiens, etc, se combattent toujours mais sur le plan économique. CEUX QUI TIENNENT LA FINANCE ET L'ECONOMIE VOIRE LA POLITIQUE N'ONT-ILS PAS LEURS GENES VIOLENTS ? NE SONT-ILS PAR LEURS DESCENDANTS ? Au dessus du fleuve, les eaux paraissent calmes mais en profondeur, la guerre fait rage. Les Américains pratiquent même l'espionnage économique. Les nations démocratiques sont font la guerre économique, une guerre plus "civilisée" mais une guerre quand même qui conduira au nouvel ordre mondial. En économie, combien savent que le monde est toujours en guerre, une guerre permanente ? Même l'idéologie religieuse est une guerre contre la volonté, contre la liberté et, tout ceci dans le but d'asservir l'humanité. Ils veulent à tout prix parquer le troupeau humain sous un même berger. Ce faisant, ils conduisent l'humanité droit à sa perte. Pour les intérêts économiques, on saccage la planète, on détruit les forêts et des écosystèmes, on souille les océans, on empoisonne la nourriture, l'eau, l'environnement, on provoque des guerres pour vendre des armes - alors qu'avant on fabriquait des armes pour faire la guerre. Objet de profit, l'arme devient un commerce qui n'est rentable que si on vend la guerre mais l'occident préfère désormais l'exporter, la déplacer ailleurs. La guerre est un business rentable comme un autre. Ce monde ressemble à un train fou qui court droit dans un précipice. Et nous sommes tous dans ce train...

 

                 LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 12:46

COMMENTAIRE : La situation du Venezuela est explosive. Le spectre de la faim menace la révolution bolivarienne. Imaginez un pays qui a les plus riches réserves de pétrole au monde, plus que l'Arabie Saoudite, un pays dans lequel, hélas, on ne peut plus s'offrir un kilo de pommes de terre ! Le Venezuela connaît désormais des émeutes de la faim : magasins et camions de vivres vandalisés. La violence sévit dans les rues où des voleurs sont transformés en torches humaines ! Comment en est-on arrivé là en dépit de toute cette richesse ? Un cocktail simple : baisse du prix du baril de pétrole + mauvaise gestion. La mauvaise gestion est une façon déguisée, civilisée de parler du détournement de l'argent public et de l'incompétence des dirigeants du pays. 

Ca ne vous rappelle pas un autre pays qui est actuellement en faillite ? Ca fait peur mais on croirait que le Venezuela est devenu un autre Congo-Brazzaville. Violences, pillages à Caracas. Ce n'est pas le titre d'un film mais la réalité, le quotidien des Vénézuéliens. Idem : violences, génocide, arrestations arbitraires, tortures, enlèvements, assassinats au Congo-Brazzaville... 

Le président Maduro a instauré l'état d'urgence qui lui octroie plus de pouvoir. A-t-il compris que, face à un peuple affamé, tout son pouvoir ne vaut pas une graine de maïs ? Depuis janvier le Venezuela vit sous l'état d'urgence économique. L'économie basée sur l'exportation du pétrole souffre de la chute des cours du pétrole. Les coupures d'électricité sont courantes. La semaine de travail des fonctionnaires a été réduite. L'heure a été avancée de trente minutes. Désormais, les Venezuéliens demandent le départ de leur président Maduro. En conclusion, la faim est sur le point d'avoir raison de la révolution bolivarienne. L'héritier de Chavez n'a pas été à la hauteur...

Au Congo où les ministres auraient reçu une enveloppe de 50 millions de francs en attendant une embellie économique, les signes de la faillite sont là. Mêmes causes économiques qu'au Venezuela, mêmes effets économiques. La mauvaise gestion des ressources et des finances est pire au Congo qu'au Venezuela. Après avoir gagé le pétrole et les droits de douanes, voilà que l'Etat rackette les commerçants. Nous savons que les choses vont mal dans le privé et parfois dans le public. On déplore de nombreux mois de salaires impayés. On estime qu'il y a près de 200 milliards de francs cfa de retraites cumulées impayées. Il paraît que même la société qui commercialise l'eau Okiéssi de Sassou est proche du dépôt de bilan. Les sociétés pétrolières compressent leur personnel quand certaines ont du retard dans le paiement des salaires. Pour conjurer l'irréparable Denis Sassou Nguesso a explosé la dette souveraine du Congo. Que va-t-il se passer si l'Etat ne parvient plus à payer les fonctionnaires et les mercenaires qui nous tiennent lieu de force publique ? Nous surveillons ce qui se passe dans des pays comme le Venezuela parce que nous savons que le Congo est en plus mauvaise posture que ces pays - de loin plus riches que lui. Les Venezuéliens chassent du chat, du chien et des pigeons pour survivre. On se demande comment font nos compatriotes au pays pour joindre les deux bouts...

 

             LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

 

Au cours des dernières années, nous avons documenté avec la régularité d'une horloge l'effondrement du Venezuela jusqu’à un statut d'État en faillite, ce qui a été cimenté il y a quelques semaines, quand la nouvelle est tombée que « le Venezuela était officiellement à court d'argent pour imprimer de nouveaux fonds ». À ce moment-là, la meilleure chose qu’ils pouvaient faire était simplement de prendre du recul et de regarder la société locale comme une civilisation tournée sur elle-même, déclenchant ce qui allait se transformer en triste apocalypse du Venezuela lui-même.

Hier soir, nous avons montré à quoi Caracas, ressemblait cette semaine :

Scènes d’apocalypse au Venezuela : « D’innombrables blessés » après que 5000 personnes eurent dévalisé un supermarché à la recherche de nourriture

Comme nous l'écrivions alors, ce sont tout simplement les Venezuéliens affamés qui protestaient que leurs enfants étaient en train de mourir d'un manque de nourriture et de médicaments, et qu'ils ne possédaient pas suffisamment d'eau ou d'électricité. Comme l’a ajouté AgainstCronyCapitalism, c'est un pays avec plus de pétrole que l'Arabie Saoudite et le gouvernement qui a volé tout l'argent, et maintenant ils encerclent des manifestants pacifiques et les menacent avec des bombes (ou de les mettre en prison pour les torturer).

Un pur désespoir a pris place, le crime devient inévitable. Un homme accusé d'agression de personnes dans les rues de Caracas a été entouré par une foule de spectateurs, battu et brûlé vif, une vidéo pixélisée, mais qui reste un élément graphique a été publiée de l'homme brûlant vif alors que maintenant la justice populaire est l'arbitre suprême de qui vit et qui meurt :

« Roberto Fuentes Bernal, 42 ans, aurait été surpris en train d’agresser des passants dans la capitale venezuélienne, et avant que la police arrive sur les lieux, la foule a fait sa propre loi avec ses propres mains. » La vidéo peut être vue ici.

Maintenant, dans le dernier développement choquant, le Venezuela a vu une nouvelle vague de pillage cette semaine qui a entraîné au moins deux morts, un nombre incalculable de blessés, et des millions de dollars de pertes et de dommages.

Selon Panampost, mercredi matin, une foule a pillé le marché de gros de Maracay dans la région centrale du Venezuela. Selon les témoignages des marchands, les files d’attente sans fin que les Venezuéliens affrontaient pour se procurer des produits d'épicerie ne pouvaient pas être organisées ce jour-là.

Au fil du temps, les Venezuéliens désespérés sont devenus de plus en plus anxieux de ne pas pouvoir acheter de la nourriture. Ensuite, ils ont commencé à sauter par-dessus les portes et ont pris d'assaut le supermarché.

« Ils ont pris le lait, les pâtes, la farine, l'huile et le lait en poudre. Il y avait 5000 personnes » a déclaré un témoin à la sortie du Venezuela El Estímulo.

Des gens venant de partout dans l'État tout entier sont venus au supermarché parce qu'il y avait des rumeurs que certains produits ne se trouvant nulle part ailleurs y auraient été vendus.

En raison de la foule massive, les autorités ont été incapables de maintenir l’ordre. « Il y avait 250 personnes pour chaque officier de la Garde nationale ... beaucoup de gens et quelques soldats. Au moins un policier a été battu parce qu'il a essayé d'arrêter la foule », a déclaré une autre source à El Estímulo.

Les autres dispensaires alimentaires gérés par le gouvernement ont également été pillés par le peuple.

Loin du paradis socialiste promis, alors que la foule massive se déplaçait, une porte d'entrée s’est effondrée sous le poids des gens, faisant plusieurs blessés.

L'image ci-dessous montre une ruée humaine sur le riz.

Au cours des deux dernières semaines, plusieurs provinces ont accueilli des scènes de pillage dans les pharmacies, les centres commerciaux, les supermarchés et les camions de livraison de nourriture. Dans plusieurs marchés, les cris de « nous avons faim ! » ont fait écho . Le 27 avril, la Chambre venezuélienne des aliments (CAVIDEA) a rapporté que les producteurs de denrées alimentaires du pays avaient seulement 15 jours de réserve d'inventaire.

PanamPost ajoute que les pillages sont des événements de plus en plus courants au Venezuela, alors que la pénurie alimentaire du pays a donné lieu à un autre incident violent dans un supermarché - cette fois dans le Luvebras Automarket situé dans la province de La Florida de Caracas.

Scènes d’apocalypse au Venezuela : « D’innombrables blessés » après que 5000 personnes eurent dévalisé un supermarché à la recherche de nourriture

Les Venezuéliens ont perdu le contrôle cette semaine quand ils ont donné de petites portions

Les Vidéos postées sur les médias sociaux ont montré des gens désespérés tombant les uns sur les autres en essayant d'obtenir des sacs de riz. Un utilisateur a indiqué que le pillage avait eu lieu parce qu'il est difficile d'obtenir des céréales, et donc les gens « ont cassé les portes et endommagé les infrastructures »

Dans la province centrale de Carabobo, les résidents ont pillé un entrepôt de maïs situé dans la ville côtière de Puerto Cabello. Ils auraient cassé la porte parce que les employés ont donné de petites portions.

« Il n'y a pas de riz, pas de pâtes, pas de farine », a déclaré le résident Glerimar Yohan à La Costa, « seulement la faim. »

* * *

L’effondrement social est inévitable

Avec la mort de l'économie, la seule chose qui reste est de regarder comment la société implose. À cette fin, Oscar Meza, directeur du Centre de documentation pour l'analyse sociale (Cendas-FVM), adéclaré que les mesures de la rareté et de l'inflation en mai vont être les pires à ce jour. « Nous avons officiellement déclaré que le mois de mai était celui où la faim a commencé à se répandre au Venezuela », a déclaré Web Noticias Venezuela... « Quant à Mars, il y a eu une augmentation des prix annuels en raison de l' inflation - une augmentation de 582,9 pour cent pour la nourriture, alors que le niveau de la rareté des produits de base reste à 41,37 pour cent. »

« Nous avons officiellement déclaré que le mois de mai était celui où la faim a commencé à se répandre

au Venezuela », a dit une ONG qui mesure l' inflation et la pénurie

Meza a déclaré que le déclenchement de la crise est dû au manque de pain et d'autres aliments dérivés du blé.

« Les prix sont si élevés que vous ne pouvez pas acheter quoi que ce soit, comme les gens ne peuvent pas acheter du pain, ils ne peuvent pas acheter de la farine. Et vous obtenez un porridge, vous voyez le prix du poulet monter et les familles luttent ... le déjeuner coûte environ 1500 bolivars... Les gens doivent prendre de la nourriture à la maison pour aller travailler, mais maintenant vous ne pouvez plus parce que vous n'avez plus de nourriture à la maison. »

C’est pourquoi, Español Ramón Muchacho, maire de Chacao à Caracas, a déclaré que les rues de la capitale du Venezuela sont remplies de gens qui tuent des animaux pour les mangerMuchacho a rapporté qu'au Venezuela, c’est une « réalité douloureuse » que les gens « chassent les chats, les chiens et les pigeons « pour soulager leur faim. »

Par conséquent, Muchacho a averti que les îles des Caraïbes et la Colombie pourraient subir un afflux de réfugiés en provenance du Venezuela, si les pénuries alimentaires continuent dans le pays.

« Comme la faim se répand, nous avons pu voir de plus en plus de Venezuéliens fuyant par terre ou par mer vers les îles », a dit Muchacho.

Et voilà comment toutes les utopies socialistes finissent toujours.

* * *

Pendant ce temps, alors que la guerre civile semble inévitable, comme signalé précédemment, il y a des factions en lice pour évincer Maduro, même si nous sommes persuadés que le dictateur se heurtera sur la vie chère (littéralement) et forcera sa population à supporter plus de ce cauchemar socialiste. On ne peut qu'espérer que ces scènes choquantes restent reléguées dans les rues des paradis socialistes perdus en mer, bien que les Américains devraient toujours se préparer au pire dans le cas où ils auraient finalement réussi à se frayer un chemin dans le pays.

Source(s) : Crashdebug.fr via Zerohedge.com sur la piste du Contributeur anonyme

http://www.brujitafr.fr/2016/05/scenes-d-apocalypse-au-venezuela-d-innombrables-blesses-apres-que-5000-personnes-eurent-devalise-un-supermarche-a-la-recherche.html

 

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 10:55
OKO NGAKALA : SA FAUSSE ARRESTATION D'UN GREFFIER MONTRE QU'IL EST AUSSI COMEDIEN PAR PROCURATION

Une vidéo mettant en scène un flagrant délit d'usage de faux et d'escroquerie au ministère de la justice a attiré notre attention. Un homme a appelé la presse et les caméras de téléfoufou pour terminer son montage par un film qui passera ensuite en boucle sur les chaînes du régime. Oko Ngakala n'est pas seulement la bouche menaçante de Denis Sassou Nguesso par procuration mais aussi un bon comédien doublé d'un metteur en scène. Il a conçu un scénario dans lequel il est lui-même l'acteur principal en tant que Zorro avant de se faire filmer en action, en live. Partons d'un fait : voilà des années qu'Oko Ngakala alias "Coller la petite chaudasse" cautionne et entretient les réseaux mafieux au ministère de la justice. Il sait ce qui s'y passe mais, sous le règne de l'oncle Yoka, tout le monde faisait ses petites affaires. A présent que Sassou est reconnu dictateur jamais élu, le gouvernement des bonobos pornocrates joue à la rigueur. Depuis combien d'années Oko Ngakala est-il procur(at)eur ? Combien de flagrants délits à son actif au sein de son service ? Zéro. Comment comprendre que soudain, il se met à arrêter ceux qui délivrent de faux casiers judiciaires et de faux certificats de nationalité ?

Quand Oko Ngakala exhibe un jeune innocent comme victime d'un escroc dans son service, ça sent la comédie et la mise en scène. Il vous suffit d'entendre l'escroc parler pour vous en rendre compte. L'apparition dans le bon tempo de monsieur "Coller la petite chaudasse au derrière" est trop opportune pour être prise au sérieux. DEPUIS QUAND UN PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE JOUE LE VIGILE DU MINISTERE DE LA JUSTICE POUR NE PAS DIRE L'AGENT DE SECURITE DE L'INJUSTICE ? Le jeune homme, la fameuse victime, a été envoyé en mission, dans le but de montrer qu'Oko Ngakala est sérieux et qu'en arrêtant ce monsieur qui reprendra vite son poste, le ministre Pierre Mabiala alias "Chien Méchant" peut laisser les affaires judiciaires suivre leurs petites magouilles. Simple mise en scène. C'est insultant pour notre intelligence d'entendre parler de "démantèlement de réseau" - alors qu'une seule personne ne fait pas un réseau, n'est-ce pas ? D'où viennent les casiers judiciaires ? Qui les fabrique ? Qui les livrent ? Qui reçoit la livraison ? Qui les conserve ? Qui les remplit ? Qui les signe ? Qui les distribue ? Voilà des questions dont les réponses permettraient de remonter un réseau qui conduirait forcément au procureur Oko Ngakala lui-même. On devrait dans la foulée arrêter le chargé de matériel ou quelque chose comme ça pour qu'il explique comment des documents aussi importants se retrouvent entre les mains d'un greffier qui les a forcément reçus de quelqu'un ! Attendez, Si c'est lui, Oko Ngakala qui signe les casiers judiciaires à Brazzaville, c'est qu'il est celui qui les possède dans son bureau et qu'ils ne peuvent sortir que de son bureau !  Si ce droit n'est pas échu à monsieur Oko Ngakala, c'est encore plus grave quand il proclame devant toute ouïe qu'il les signe.

Pourquoi flouter le greffier et exposer le visage du jeune escroqué ? C'est pour qu'on ne le reconnaisse pas quand il reviendra prendre son poste - sans qu'il n'ait pu expliquer d'où lui viennent les vrais-faux casiers judiciaires.. Si vraiment, seul Oko Ngakala signait les casiers judiciaires, comment expliquer que quelqu'un d'autres puissent les posséder ? Cette affaire devrait coûter son poste à Oko Ngakala pour négligence au sein de son service car si les criminels peuvent s'acheter un casier judiciaire vierge, c'est qu'il n'y a pas de justice dans notre pays. On condamne l'innocent et on fait courir le criminel, d'autant qu'il est gros et proche du roi Denis Sassou Nguesso par le sang, l'ethnie, l'espace, l'alliance, etc.

Lorsque les casiers judiciaires dans un pays ne valent rien, c'est que la justice de ce pays ne vaut rien. Un grand criminel peut très bien avoir un casier judiciaire vierge. Pire : si les certificats de nationalité ne valent rien, c'est que la justice injuste et corrompue n'est même pas capable d'établir qui est Congolais et qui ne l'est pas ! Pour preuve, n'importe qui peut signer n'importe quoi dans un ministère aussi important que le ministère de la justice. Mikolo nionso féti na féti, buzoba na buzoba, moyibi na moyibi...

Pierre Mabiala a fort à faire avec un réseau bien rôdé qui sait jouer la comédie et faire de la mise en scène. S'il est vraiment ministre de la justice, monsieur Pierre Mabiala doit virer Oko Ngakala et tous ceux qui l'entourent car de l'ancien système ne peuvent sortir que magouilles, corruption et antivaleurs.

Cette petite mise en scène montre que la justice va vraiment mal dans notre pays - comme nous l'avons toujours souligné. Quand la justice ne va pas bien, rien ne va dans un pays puisqu'elle est le coeur et le moteur de tout système social moderne. Comment voulez-vous prétendre à la démocratie avec ça, avec une (in)justice pourrie qui arrête et condamne des innocents en accordant le statut de Congolais à des étrangers contre de l'argent  ? C'est quoi, cette merde judiciaire dans laquelle un "Talon Dame"  court sur pattes et sur idées, irascible de surcroît pour camoufler son incompétence - vient faire son cinéma ?

Juste pour la petite anecdote, voici ce que je viens d'apprendre d'un ami :

" Bonjour, LDM. J'ai lu ton article sur Ngakala ; tu as oublié le passage de la clé de son bureau qu'il aurait oubliée chez lui quand le ministre (Pierre Mabiala) lui demande d'ouvrir son bureau. Il n'y avait pas que le lit mais il était aussi plein de faux documents, fruits de ses magouilles. Et puis !!! Comment peut-il laisser les clés de son bureau (à la maison ou chez la petite chaudasse) alors qu'il venait au travail ? Si Pierre MABIALA est libre, il devra le virer sinon les choses ne bougeront pas. De toute manière, avec Sassou, rien ne changera... "

D'après J. M., pour apporter un démenti à cette rumeur, Brazzaville a médiatiquementt réagi en publiant sur Téléfoufou une vidéo où se pavanaient les deux Généraux Jean François Ndenguet et Nianga Ngatsé Mbouala en pleine possession de leurs moyens et libres de leurs mouvements mais nous avons dit à notre source qu'il fallait se méfier des images d'archives. A ce propos, nous disons qu'il faut les entendre parler d'événements permettant de dater la vidéo, surtout les plus récents - même si ceci dit, cela ne signifie pas que cette vidéo date de Mathusalem. De nos jours, avec le génie informatique soutenu avec un peu de manipulation, tout est possible...

 

              LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 20:29
CONGO : LA FAILLITE VUE PAR L'ALLIE CHINOIS

COMMENTAIRE : Le Congo, sixième pays le plus endetté du monde en 2016, est en faillite. Nous l'avons dit depuis longtemps bien avant que le prix du baril de pétrole ne soit aussi bas. Aujourd'hui, la fallite commence à apparaître au grand jour. Voici un article publié en français sur le site french.china.org.cn qui rend explicite la situation de faillite du Congo vue par l'allié chinois qui ne rit même plus jaune mais rouge.  Et quand un Chinois rit rouge,ses yeux se ferment.

Qu'est donc une situation de faillite ? Une faillite d'un Etat se constate quand celui-ci ne peut plus faire face à ses obligations et que l'endettement devient le seul moyen pour lui de résoudre ses problèmes. François Fillon avait scandalisé la France en évoquant la faillite de l'Etat français, en révélant que les caisses de l'Etat étaient vides. Enfin, façon de parler ! Le premier ministre de Nicolas Sarkozy pouvait compter sur l'argent des comptes d'opération des Etats africains, des milliards d'euros qui permettent à la France d'emprunter à des taux préférentiels proches de zéro.

Voici déjà que le Congo n'arrive plus à faire face à ses obligations comme payer les salaires, les pensions, les sociétés en affaire avec l'Etat, rembourser sa dette souveraine, entretenir ses infrastructures, etc. Pourtant, en dépit de tout, Denis Sassou Nguesso s'accroche au pouvoir. Son adversaire le plus coriace est désormais la situation économique. L'économie qu'il ne maîtrise pas pourrait bien réussir là où la politique et le peuple congolais ont échoué. Cependant, ce n'est pas lui, le multimilliardaire aux cinq mille vaches et aux dizaines de milliers de caprins, lui l'homme qui n'achète que le sel (si les Libanais ne le lui offrent pas), qui va souffrir mais notre peuple dont le pays sera la proie des fonds vautours si ce n'est déjà le cas. Sassou n'aura qu'à boire son eau Okiéssi, son lait, sa bière Ndzokou, manger ses poissons-chats, son boeuf bio pour regarder la souffrance emporter doucement nos compatriotes. Le Congo est en faillite mais Sassou émerge de ce bourbier aussi sec et propre qu'un canard qui sort de l'eau sans mouiller ses plumes...

Il n'est pas certain que les Chinois qui montrent désormais des dents puissent continuer à prêter de l'argent au Congo dans un contexte où ils peuvent se procurer du pétrole bon marché n'importe où. Quand le Chinois vous montre ses dents, ce n'est pas forcément un sourire : il peut avoir envie de vous dévorer.

Au lieu de s'acharner sur le Pool dont les paysans ne demandent rien à personne, l'Etat privé du Congo parce que privatisé devrait se pencher sur les vrais problèmes du pays. Même une dictature a besoin de moyens financiers pour maintenir son étau sur un pays.

Ce que l'allié chinois dévoile, nous pouvons le croire. Denis Christel Sassou Nguesso a plongé la SNPC et ses filiales dans une situation grave. Au point où certaines filiales ne payent plus les salaires de leurs ouvriers. Il va arriver que même la SNPC ne pourra plus faire face à ses obligations. Cette société est le symbole de notre économie basée sur la rente pétrolière. Si la SNPC et ses filiales sont en déperdition, n'ayons pas peur de conclure que le Congo est en faillite.

Qu'arrivera-t-il si plus personne ne nous prête de l'argent ? Allons-nous gager nos forêts, notre littoral après avoir gagé le pétrole et les droits de douane ? Que va devenir notre pays ? Vous comprenez pourquoi l'opération Mouébara II du nom de cette mère qui a porté le plus grand criminel du monde après Hitler, n'est qu'un divertissement pour qu'on ne se focalise pas sur les vrais problèmes du Congo.

Ils doivent rendre des comptes. Nous leur reprendrons TOUT. Tous doivent rendre des comptes, quel que soit le pays où ils iront se cacher. Ce n'est que justice : quand on détruit un pays dont on a pris la direction by force, on se doit au moins d'être un bon gestionnaire. Cette racaille incompétente doublée de pornocrates doit savoir que nous ferons passer la justice. Et la justice jugera même les juges, les ministres et les procureurs...

 

               LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

 

L'économie du Congo frappée de plein fouet par la chute du prix du pétrole (SYNTHESE)

Par : Lisa |  Mots clés : news
French.china.org.cn | Mis à jour le 16-05-2016

La crise financière causée par la chute des matières premières, notamment le pétrole, principale source du revenu du Congo, a frappé de plein fouet l'économie du Congo, avec à la clé l'arrêt des chantiers et la réduction substantielle du personnel par de nombreuses entreprises dans plusieurs secteurs d'activités.

La situation qui touche en grande partie des sociétés oeuvrant dans le secteur pétrolier, mais aussi du BTP (Bâtiments et travaux publics) fait grimper l'inflation qui, si l'on y prend garde, risque de se pérenniser en attendant le rebond espéré à l'horizon 2018.

Selon des indices, les premières entreprises touchées par cette crise sont les filiales du groupe SNPC, comme SFP ou SONAREP, ainsi que les entreprises partenaires du groupe, notamment RENCO et SICIM qui ont dû bloquer certaines installations pour non-paiement.

"Les employés de la SONAREP (filiale de la SNPC) rentrent dans leur deuxième mois sans salaire, tandis que ceux dépêchés sur le projet Mengo-Kundi-Bindi en sont à leur sixième mois inclus sans solde", a indiqué à Xinhua un employé sous anonymat.

Le secteur contribue à hauteur de 90% des exportations, 75% des recettes publiques et 60% du PIB.

L'impact de la crise pétrolière sur le Congo, quatrième plus grand producteur de pétrole d'Afrique subsaharienne, se fait de plus en plus sentir sur le terrain.

DES CHANTIERS A L'ARRET FAUTE DE FINANCEMENTS

Depuis quelques temps, on constate l'arrêt de plusieurs chantiers d'infrastructures, malgré l'engagement du gouvernement à poursuivre son plan de développement dans ce secteur. L'incidence de cet arrêt est de plus en plus ressentie dans les entreprises en charge des infrastructures routières.

A Brazzaville, la dégradation des principales artères témoigne du manque de financement pour leur réhabilitation ou aménagement.

La situation préoccupante interpelle certains pays dont les sociétés sont partenaires du Congo en matière de construction d'infrastructures.

En fin de mission au Congo, l'ambassadeur de France, Jean Pierre Vidon a, lors d'une réception faisant office d'adieux, alerté les autorités congolaises sur cette situation de non-paiement des entreprises françaises qui connaissent des difficultés de paiement de leurs prestations.

Pour surmonter cette difficulté, le diplomate français a suggéré l'ouverture d'un dialogue entre ces entreprises et les autorités concernées afin de trouver un compromis à cette situation.

Pour la première fois depuis des années, le Congo est susceptible de connaître une récession financière qui pourrait perdurer si on n'y prend garde. Les perspectives à long terme pour le risque souverain du Congo dépendront de l'évolution des prix du pétrole mondial et la capacité du gouvernement d'accélérer le processus de diversification de l'économie.

Face au contexte économique marqué par la baisse du prix du pétrole, la Banque mondiale a invité le gouvernement congolais à rationaliser les investissements publics dans les secteurs à fort potentiel, notamment l'agriculture pour soutenir son économie.

"Si l'Etat fait recours à l'endettement, il faudrait qu'il s'attèle à financer les secteurs qui sont porteurs de croissance et qui n'augmente pas le taux d'endettement", a alerté le représentant résident de la Banque mondiale au Congo, Djibrilla Issa, au cours d'une conférence de presse tenu le 11 mai à Brazzaville. "

Source: Agence de presse Xinhua.

Comment un pays qui prêtait des milliards de francs cfa aux pays africains comme le Bénin, la Côte-d'Ivoire, la RCA, le Togo, le Niger, etc, peut se retrouver obligé d'emprunter de l'argent - même à une banque kényane ? Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond au Congo. La dictature devient folle. 500 millions de dollars, c'est beaucoup d'argent. Qu'est-ce qui garantit que le Congo pourra rembourser cet argent en 2019 ?  Combien se souviennent des largesses de Denis Sassou Nguesso aux Espagnols ? Mon pays est entre les mains de cupides incompétents pornocrates qui vont le plonger dans l'abîme...

CONGO : LA FAILLITE VUE PAR L'ALLIE CHINOIS
Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
15 mai 2016 7 15 /05 /mai /2016 16:05
MWANGOU : RUMEURS SUR LES DESSOUS DE L'AFFAIRE SASSOU-NTUMI

COMMENTAIRE : Mwangou est un fidèle lecteur de DNCB qui vit Congo. Ce qu'il m'a rapporté dans ce mail tient à la fois du fait et de l'hypothèse. En observateur privilégié sur le terrain, il peut nous rapporter des éléments factuels mais pour cimenter certains faits, des hypothèses sont nécessaires car les faits n'exposent pas toujours les intentions cachées qui les animent ou les objectifs poursuivis par les acteurs politiques. En effet, il y a bien une logique politique malsaine et malodorante derrière ce qui se trame au Pool...

Les rapports entre le monstre de l'Alima et le pasteur Ntumi sont complexes comme le sont les deux personnages. Comment expliquer le brusque passage de l'entente cordiale à l'inimitié absolue entre Sassou et Ntumi ? Qu'on n'oublie pas qu'il y a si peu Ntumi était ministre de Denis Sassou Nguesso. Avant le 4 avril 2016, tout allait bien jusqu'à ce que les choses dégénèrent. Tout ceci à cause d'un poste de police brûlé ? Sans qu'il n'y ait eu mort d'homme ?

Mwangou fait état d'un rumeur qu'il qualifie de non publique, certainement obtenue auprès de cercles très restreints aux deux protagonistes Sassou et Ntumi. Une chose est sûre, les deux camps négocient certainement une trêve que Sassou ne respectera pas. Il veut peut-être juste mettre Ntumi en confiance, le temps de l'arrêter ou de l'exécuter. En attendant, toute une région ou du moins une grande partie du Pool subit les affres de la destruction et de la terreur juste dans le but d'asseoir un prétexte politique : comme nous l'avons souligné, pour orienter les regards vers autre chose qu'un hold-up électoral, rien de mieux que de servir aux Congolais et à la communauté internationale une opération Mouébara bis. Sassou travaille sur un principe simple : la paix, c'est lui au pouvoir dûment accepté à tort et à travers. Autrement, c'est la violence, la guerre. Vous ne pouvez avoir la paix sans avoir fléchi les genoux devant l'autocrate absolu. Sassou ne veut pas seulement régner ; il veut surtout dominer en vous imposant l'acceptation de ... l'inacceptable ! 

Pourquoi Denis Sassou Nguesso désormais veut-il débarrasser le Pool du pasteur Ntumi - alors qu'il s'en accommodait depuis toutes ces années ? Frédéric Bintsamou alias pasteur Ntumi n'a-t-il pas été un ministre qui était payé - même s'il ne faisait pas son travail de ministre ? Comment un prétexte aussi mince qu'un commissariat brûlé par les miliciens de Sassou peut-il conduire un Etat-gangster à placer en projet essentiel de son gouvernement l'élimination d'un homme - au lieu de se préoccuper des vrais problèmes du pays ? Tout cela est bien curieux. Nous faisons à notre tour l'hypothèse que tant que le pouvoir de Denis Sassou Nguesso sera fragile, il n'y aura pas de paix totale dans le Pool.

En s'attaquant au pasteur Ntumi, Denis Sassou Nguesso poursuit manifestement plusieurs objectifs : il veut éteindre le seul foyer  qui pourrait alimenter le feu d'une rébellion armée, il veut éliminer un homme charismatique, peut-être allié d'hier qui en sait trop et en même temps, il cherche à gagner du temps afin de consolider son pouvoir - en poussant les Congolais à ne s'intéresser qu'à une crise armée - alors que le Congo connaît en fait une véritable crise politique doublée d'une faillite économique.

Le pasteur Ntumi a toujours détenu des armes depuis près de vingt ans - sans que cela n'émeuve le moins du monde le régime du PCT. Qu'est-ce qui a donc changé pour que la situation tourne au bombardement massif d'une région ? Nous avons le droit de savoir, n'est-ce pas ?

La violence vient du nord, violence qui semble s'intéresser particulièrement au Pool où vivent des paysans qui ne demandent rien à personne. A tous ceux qui cassent des cacahuètes sur le dos du peuple, le Pool n'est pas un terrain de jeu.

 

             LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

" Bonjour LDM !
A titre personnel !
J'ai eu cette réflexion après une info rumeur non publique : Il semblerait qu'il y ait eu une affaire Sassou Nguesso - Ntumi, en vue de s'assurer la maîtrise de la situation catastrophique que Sassou se préparait à instaurer dans le pays... Ntumi ayant hésité de refaire subir les affres de cette stratégie à la région du Pool, avait dit que cette pagaille devait partir du nord, ce que Sassou Nguesso n'a pas admis. Ainsi, le 4 avril dernier a été l'acte posé par Sassou Nguesso pour court-circuiter l'hésitation de Ntumi et le mettre en difficulté. Parallèlement, Sassou Nguesso avait pris contact, séparément avec le fameux "le doc" et le non moins fameux "Ramsès". Tous les trois n'ont pas tenu parole pour honorer leur engagement. D'où, ils sont recherchés.
De vous, LDM, j'ai appris qu'il y avait des pourparlers. ce qui m'a été confirmé par certains villageois qui suivent la situation en regardant les mouvements des hélicos. Ces interlocuteurs m'ont même affirmé qu'ils sont sûrs que tout ces simagrées s'arrêteront à la fin de cette semaine, demain au plus tard... Ils sont catégoriques: Ntumi va sortir de la forêt et regagnera la vie normale. On m'a même précisé qu'il sera indemnisé... Ce que je ne crois pas...
Connaissant la fourberie de Sassou Nguesso, je pense que les fameux pourparlers sont un maillon de la stratégie pour circonscrire le lieu où Ntumi se cache. Et que la fin prévue ce week-end, l'est effectivement dans le schéma de Sassou Nguesso, en ce sens qu'il va ordonner une attaque surprise de Ntumi. La fin de l'affaire, sera donc la mort de Ntumi. Si ce dernier ne l'a pas compris, c'est qu'il est naïf, car il ne sera jamais l'homme de Sassou Nguesso, parce qu'il en sait trop. J'ai déjà soutenu l'idée que Sassou Nguesso ne veut pas que d'autres Congolais que lui, aient et livrent leur version de l'histoire du Congo.
je suis en train de dire que Ntumi, s'il ne prend garde et s'il se fie aux pourparlers, court droit vers sa perte, et cela, cette nuit ou demain.
J'ose croire que je me trompe dans mon analyse..."
A+
Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 13:46
DAVY ALBANO : A MON FRERE THIERRY MOUNGALLA, ALIAS J. GOEBBELS

Par Davy ALBANO
Ce 13/05/2016

A mon frère T. MOUNGALA alias J. GOEBBELS
Tu dois certainement comprendre pourquoi je t’appelle frère et donc je peux me permettre de te tutoyer, nonobstant ton poste de perroquet chargé du mensonge et de la diffamation ; rôle perdu par Okiémy. Tu fais bien de reconnaître que Mr Alain MABANCKOU est un grand homme de Lettres ! Bien sûr qu’il l’est, Bravo en cela car tu attestes que tu as encore quelques relents de lucidité. Mais contrairement à toi qui es  une triste mauviette intellectuelle vendue à un système pervers et abject au pouvoir, au Congo Brazzaville, toi, le GOEBBELS du PCT, après avoir  été tiré de l’anonymat par feu André MILONGO (que je te soupçonne d'avoir éliminé), tu t’illustres par un verbiage digne d’un néo-Nazi. 
Comment peux-tu croire que les 8% de ton mentor peuvent migrer comme par enchantement en 60% de victoire, par la volonté de votre cours inconstitutionnelle et déclarer sans vergogne qu’Alain MABANCKOU n’a pas le droit de rentrer dans ce débat politique que vous nous imposez depuis lors ? 
Comment un intellectuel se tairait-il devant l’injustice instituée en système de gouvernance d’un Etat ? Quelle sera ta fin lorsque ce système tombera un jour ? Pourras-tu trouver des excuses à ta prostitution ? 
Nous, citoyens congolais, connaissons très bien comment fonctionne le système PCT. Vous êtes tellement ancrés dans la médiocrité que vous êtes incapables de soutenir un débat contradictoire sans user de la langue de bois. Tes différents passages sur Africa24 pendant la campagne présidentielle ont montré ta nullité, car tu étais incapable de défendre votre mentor qui prétend nous " IMMERGER dans 9 ans si nous ne le sommes pas encore ".   
Alain MABANCKOU passe bien son temps entre New York et les facultés de France et n’a pas pu voter certes, mais vous oubliez, de par votre mémoire très courte que c’est  votre système qui pousse les vrais fils du pays à errer dans la diaspora. Donnez la possibilité à tous ces éminents  fils du Congo de participer à la reconstruction du pays, et l’on ne parlera plus du PCT.
Vous avez commencé par nous imposer un débat infondé sur la constitution alors que la gestion du pouvoir était au beau fixe : stabilité des institutions, PIB en croissance, excédent budgétaire énorme au point de distribuer l’argent à certains pays et  à tout courtisan. Je dois ici ouvrir une parenthèse : Thierry, sais-tu que tes comparses et toi au PCT n’avez jamais lu votre constitution de 2002 ? Sinon comment pouvais-tu dire des incongruités du genre : « Nous voulons faire évoluer les choses pour ne pas arriver à un blocage des institutions au cas où l’opposition gagnerait les présidentielles et qu’elle n’aurait pas la majorité à l’assemblée pour gouverner » ? Ou vas-tu dénicher cette absurdité ? Relis donc ta constitution. Cette constitution mettait tous les leviers du pouvoir entre les mains de Sassou.
Tu nous as tout le long rabâché les oreilles en affirmant la main sur le cœur que nous avions tort de tout ramener à la  personne de Sassou  qui ne briguerait un 3ième mandat. Ou en sommes-nous ?
Tu as organisé avec ton parent ex-cobra Hydevert MOUAGNI une milice des patriotes alors que le pays grouille de mercenaires de tout genre, juste pour simuler une attaque de Ninjas afin de valider dans le trouble votre hold-up électoral. Aussitôt l’enquête ouverte, un bouc émissaire est désigné en la personne de Ntoumi. Comment expliques-tu qu’il n’y ait pas eu de policiers tués dans les commissariats incendiés à 3 heures du matin sachant que nos policiers miliciens ne tiennent pas des tours de garde ? N'est-ce pas ridicule ? Quel idiot s’attaquerait aux quartiers  sud de Brazza sachant que le pouvoir est au palais de Mpila ? Et les bombardements des peuples du POOL, n’est-ce pas  la suite du plan MOUEBARA ?
Cher frère perroquet du système, sache que comme les Nazis, vous rendrez compte de vos crimes. Tes scandales aux télécommunications sont connus de tous. Nous savons que tu n’as pas voulu mettre la fibre optique à la disposition des Congolais par ta phobie de l’informatique, toi qui t’es vendu sur la toile. Nous n’avons pas non plus oublié ton gros mensonge sur la coupure de l’information pendant le referendum et les présidentielles, car il est absolument avéré que tes pannes ne surviennent à deux reprises qu’en ces moments. Vous êtes d’une lâcheté telle que vous n’avez pas le courage de vous suicider comme HITLER et GOEBBELS, ce qui arrangerait bien des choses. Mon pronostic est que rien ne sera plus comme avant, vous allez droit au mur. Qui vivra verra.

 

Repost 0

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg