Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 23:21

MAQUETTE D'ARTICLE : Ici, nous mettons juste les grandes lignes d'une réflexion que nous allons mener pour arriver à la conclusion que ce monde est à l'image des forces qui le gouvernent et que malheureusment, l'époque où la force-sagesse où le kimuntu-bomoto guidait les hommes - notamment les chefs - est désormais derrière nous depuis que nous avons perdu ce qui caractérisait les Bantous, les Hommes de sagesse : la suffisance ontologique. Nous vivons désormais sous le feu de la convoitise, de la possession, de l'envie de dominer autrui ; ce qui en fait caractérise l'animal et non l'homme et cette convoitise est même sur le point de détruire la terre-mère.

C'est cette énergie-là (kimuntu-bomoto) qui est à la base de la vraie religion et de l'amour divin qui porte la vie au piedestal de l'importance et comme la vie humaine est dans ce règne le sommet de la perfection dans la création, sacraliser la vie, c'est sacraliser l'homme. En fait, l'homme a assassiné le kimuntu-bomoto qui le faisait sapiens-sapiens pour susciter quelque chose d'insatiable : la gloire, la grandeur de posséder : posséder les choses, les volontés, posséder même le temps contre nature, etc, une possession qui n'a pas de fin puisqu'elle ne comble pas l'homme, l'eau vive qui calme notre soif étant de nature spirituelle...

Caractéristiques d'une armée : organisée, hiérarchisée, disciplinée, réactive comme un seul homme, solidaire comme un seul corps et habile au maniement des armes dans l'objectif de tuer, de provoquer professionnellement la mort de masse. L'armée est la première tentative réussie de chosification, de mécanisation, d'automatisation humaine. On est parvenu à séparer l'individu de son libre arbitre ; ce qui le conduit à agir comme si un autre agissait à sa place : il obéit aux ordres (bioautomatisation).

Démarche : Partir du constat alarmant syrien : l'armée qualifiée d'armée de Bachar El Assad tire des obus sur une ville syrienne, Homs - comme si c'était la guerre civile - comme si une partie du peuple en combattait une autre. En Egypte, on constate un revirement de l'armée comme si l'homme qui commandait l'Egypte n'était pas Moubarak mais Tantaoui. En effet, comment expliquer que l'armée ne réagit pas quand le peuple exige la tête d'Hosni Moubarak mais dès que Tantaoui arrive au pouvoir, elle change de position et prend une posture répressive ? Comment situer l'armée par rapport à l'allégeance car c'est bien ce qui est déterminant ici ? Les choses ne sont pas identiques quand l'armée fait allégeance à l'Etat, au peuple ou à elle-même.

En fait, ce que l'on voit n'est que l'expression d'émotions primitives qui ne comblent pas l'homme car elles veulent se maintenir malgré elles parce que l'homme ne se suffit plus. Combien se souviennent de Diogène, ce philosophe qui lorsque les autres ramassaient ce qui constituaient pour eux la richesse pour fuir lors d'une bataille, répondit : "Toute ma richesse, je la possède en moi" ?

Essayer de remonter à des temps historiques pour démontrer que l'armée est toujours le bras armée du prince et qu'elle se détache du peuple en se rapprochant plus de l'Etat ou du prince qui la nourrit, l'entretient. L'armée est le début de ce système de choses : dès que le souverain a eu besoin d'entretenir des légions qui s'étaient spécialisées dans le métier des armes, il a fallu lever des impôts pour les nourrir, forcer le peuple à produire le superflu en armes, camps militaires, etc. il a fallu habiller l'armée ; ce qui développa les corps de métier de tissage, les armuries, etc. L'apparition de l'armée est le phénomène le plus avilissant et le plus destructeur de l'histoire humaine...

Dans la plupart des cas, on constate que la force appelle la force pour qu'il y ait un changement comme en Côte-d'Ivoire où les rebelles appuyés par la force française Licorne et les forces onusiennes prennent finalement le pouvoir pour le confier à Ouattara. Même situation en Lybie où le CNT est porté au pouvoir par une rébellion et l'appui des forces militaires de l'Otan.

Objectif : partir des événements actuels et récents pour s'interroger sur la place de l'armée dans une nation, place qui dépend du mode d'allégeance qu'elle adopte. Les faits semblent contredire l'idée que l'armée a pour fonction de protéger le peuple. Cela se peut dans le cadre d'une attaque extérieure et même dans ce cas, on se demande qui du roi et du euple l'armée protège vraiment..

Dans le cas d'un conflit opposant une partie du peuple ou la totalité du peuple à l'Etat, quelle doit être la posture d'une armée ? Qu'est-ce qui dicte sa conduite ? Si l'armée se fait allégeance à elle-même, elle prend le pouvoir ou se trouve en situation de combattre une rébellion. Elle peut choisir de défendre un Etat quel qu'il soit dictatorial ou non, d'être neutre, c'est-à-dire, d'exposer l'Etat à la vindicte populaire comme en Egypte. A quelque position où on la regarde, elle est décisive dans l'évolution des moeurs ou le maintien du statu quo.

Idée secondaire : s'inspirer d'exemples actuels et récents, les comparer et en tirer les leçons avec l'hypothèse suivante :

l'armée constitue la structure qui maintient le statu quo au sein d'une société au profit du  prince ou à son propre profit, le peuple n'étant qu'un prétexte à la pérennité de son existence. Tout mouvement de remise en cause suppose la constitution d'une autre force ou la mise en place d'institutions (démocratiques) qui la réduisent à sa juste expression.

Le panel de pays qui va être concerné par cet essai : la Côte-d'Ivoire, la RDC, la Lybie, l'Egypte, la Syrie, le Yémen.

En conclusion, l'idée selon laquelle l'armée protège le peuple ne vaut qu'en tant de guerre mais non lorsque des peuples essaient de se tirer des situations oppressantes, oppressives comme la dictature, l'injustice, etc.

Parenthèse : quelle différence une armée fait-elle entre trouble de l'ordre public et revendications spontanées populaires ?

 

Généralisation : le monde sans "LA FORCE MILITAIRE" ne se porterait-il pas mieux ? Peut-on envisager un état mondial , planétaire dans lequel la force légitime n'aurait qu'un rôle infime ou pas du tout ? Conclure par le fait que l'évolution de l'humanité ne peut connaître un bond que si elle se débarrasse de la force pour permettre aux volontés populaires de s'exprimer librement.

OUVERTURE SUR LE KIMUNTU-BOMOTO BANTU : Les peuplades bantoues en particulier et africaines en général ont existé sous forme de royaumes sans armée, dans la paix, la justice, l'harmonie entre les peuples, les ethnies, les clans.

Déduction : finalement, si on y réfléchit bien, notre avenir n'est-il pas notre passé ? Notre passé est paix, expression du kimnutu-bomoto, harmonie collective car aucune force exploitante n'existe  dans la mesure où les rois considèrent l'exercice du pouvoir comme l'exercice de la sagesse (ce que l'on retrouva en Egypte ancienne où Pharaon se considérait gardien de la maat, de la sagesse universelle au traver d'une justice quasi mystique...).

L'esclavage et la colonisation n'ont-elles pas détruit la meilleure civilisation qui existait sur terre et qui était portée par le kimuntu-bomoto, l'humanessence qui faisait du Muntu l'être le plus  élevé de la planète ?

Nous vivons à l'heure du supeflu parce que nous sommes en fait morts en esprit puisque notre chair nous pousse à accumuler des biens, de l'argent, des choses qui n'ont en fait aucune valeur que parce que l'esprit humain a été corrompu (les incas considéraient la plume de leur oiseau sacré plus importante que l'or).

Il est à noter qu'avec les économies que l'on pourrait faire sur la disparition des forces armées, la terre pourrait vivre un âge d'or : coût de production des armes, coût de l'entretien, coût des hommes, des structures, etc. Un seul Tomawoak coût 600 000 dollars ; on économiserait aussi sur le coût des guerres : pensez aux milliards dépensés par les Etats-Unis en Irak, en Afghanistan, etc. Si l'humanité oeuvre pour le triomphe du kimuntu-bomoto, nous entrons dans une nouvelle ère qui rendra l'armée inutile mais il ne s'agit pour le moment que d'un rêve, d'une vision qui pourrait un jour se réaliser si l'homo animalis redevient homo sapiens sapiens, c'est-à-dire, doublement sage.

Combien savent que l'Europe gaspille la nouriture tous les jours - alors qu'elle peut nourrir d'autres hommes ? A quoi cela sert-il d'accumuler argent, pouvoir, biens si ce n'est pour paraître grand à l'extérieur aux yeux de nos semblables ? Toutes mes recherches sur le kimuntu-bomoto indiquent que nous sommes passés depuis la mort du kimuntu-bomoto de l'homo-sapiens sapiens à l'homo animalis. En dépit de toutes les découvertes, l'homme a régressé sur l'échelle de la grandeur car la véritable grandeur est intérieure et suffisance ontologique. Le Christ n'invitait-il pas ses disciples à tout quitter pour le suivre et gagner le royaume des cieux qui est au-dedans de nous ? En fait, s'il y a une initiation, une vraie initiation, c'est celle qui nous permet de redevenir HOMME, c'est-à-dire, dieu (n'oubliez pas qu'il est écrit dans le livre des Psaumes : "Vous êtes des dieux" - ce qui n'est pas seulement valble pour les Juifs mais pour n'importe quel être humain)...

Cet article est en construction...

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 11:40

Franchement, c'est énervant d'apprendre qu'un homme qui est à la tête d'un pays distribue à tout postérieur cambré doté d'un beau visage le denier public - alors que le peuple congolais manque de tout. Vous, ça vous est peut-être égal mais moi, quand j'apprends que monsieur Denis Sassou Nguesso aurait incité madame Diouma Dieng Diakhaté à se présenter à l'élection présidentielle avec certainement à la clé une dotation de 200 millions de francs cfa, je suis très en colère. Le fait que le site officieux du pouvoir démente l'information prouve que celle-ci est certainement fondée. Sassou ne nous dit pas qu'il ne connaît pas cette femme, qu'il ne l'a jamais vue. Or, il s'agit de se demander où se sont-ils rencontrés pour la dernière fois pour avoir cette conversation qu'on leur impute. Il est probable que cela se soit passé dans une chambre d'hôtel... Et ce n'est pas la première fois que l'on taxe Denis Sassou Nguesso de distribuer à l'emporte-pièce l'argent du Trésor Public quand il ne le dilapide pas tout simplement comme si les Congolais n'étaient pas dans le besoin.

Je parie que toutes ces inepties faites par cet homme n'ont qu'un sens : la gloire supposée, imaginaire de monsieur Denis Sassou Nguesso - alors que ce n'est pas du tout glorieux de trahir son peuple en achetant des Mercedes à tous les ministres centrafricains, de donner 200 millions à madame Diouma pour une affaire de  postérieur car nous connaissons tous l'appétit de l'homme pour toute carrosserie charnelle rebondie flanquée en haut d'un joli visage, de financer des campagnes présidentielles en France ou ailleurs.

Nous savons qu'il a par exemple apporté un soutien financier conséquent à François Bozizé et peut-être même à Boni Yayi, président du Bénin et la liste n'est pas exhaustive. Un Mbochi venu en vacances en France nous a appris une des raisons pour lesquelles Denis Sassou Nguesso est venu rencontrer Nicolas Sarkozy et ce n'est pas très glorieux car les pratiques qu'on récuse en public continuent dans l'ombre...

Certes, c'est sa vie privée d'aimer n'importe qui mais lorsqu'il prend l'argent qui aurait pu servir au peuple pour satisfaire son ego, ça n'est plus du domaine privé mais bien du domaine public et nous avons le droit de le dénoncer si l'affaire est avérée et nous sommes à peu près sûrs que c'est le cas. De tels comportements montrent suffisamment que Denis Sassou Nguesso n'aime pas le Congo et on peut se demander comment un fils du pays peut à ce point haïr la terre qui lui a donné la vie, le peuple qui l'a nourri en le laissant dans un dénuement total. En fait, le "faux président mais véritable maire d'Oyo" ne se préoccupe que de sa petite bourgade de pêcheurs et de son clan. Et nous disons au peuple congolais que "DU SASSOU EN POLITIQUE, CA SUFFIT L'INDIGESTION ! "

DIOUMA_DIENG.jpg

DIOUMATEXTE.jpg

SOURCE : http://actu-senegalaise.senego.com/presidentielle-diouma-aurait-recu-plus-de-200-millions-de-fcfa-du-president-sassou-ngesso

Voici l'article sur le site Ledakarois.net :

DioumaLeDakarois.jpg

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 19:32

CPJ_LOGO.jpg

La presse en état de siège: la censure de l'info locale 
prend une ampleur mondiale

New York, le 21 février 2012Des gouvernements répressifs, des groupes militants, et des bandes criminelles à travers le monde usent de tactiques aussi bien nouvelles que traditionnelles pour contrôler l'information, en vue de cacher leurs exactions, museler les voix dissidentes et priver les citoyens de leurs droits, selon le rapport Attaques contre la presse en 2011, uneenquête annuelle du Comité pour la protection des journalistes (CPJ) publiée aujourd'hui.


Comme l'a démontré le black-out  médiatique de l'Érythrée et de la Guinée Équatoriale sur les soulèvements populaires du printemps Arabe ou celui de la Syrie sur la répression des manifestations, le blocage de l'accès à l'Internet sous le régime de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak, la censure locale de l'information, soit par des moyens technologiques comme en Iran, la persécution judiciaire de l'Équateur à la Turquie ou la violence contre les journalistes du Mexique à la Somalie, a des répercussions mondiales.

«La couverture de manifestations politiques, de désastres écologiques et d'autres troubles ne peut se faire de manière efficace lorsque l'information est censurée », a déclaré Joël Simon, directeur exécutif du CPJ. « À l'ère de l'information mondialisée, la censure est une infraction transnationale à laquelle il faut vigoureusement s'opposer », a-t-il martelé.

Les recherches du CPJ ont montré que dans le monde arabe, les journalistes sont confrontés à de nouvelles menaces imprévisibles, et qu'en Asie, l'intimidation a un effet dissuasif. En Afrique, les gouvernements de l'Afrique du Sud à la Gambie criminalisent les reportages sur la mauvaise gouvernance comme une menace pour le développement ; certains pays comme L'Éthiopie et le Burundi invoquent même des lois antiterroristes pour réprimer les opinions contestataires; en Amérique latine, les médias d'État sont une arme politisée contre la presse indépendante. Dans le monde entier, les lois sur la cybercriminalité, comme celles du Cameroun et de l'Angola, mettent les journalistes citoyens en danger.

Attaques contre la presse en 2011
, une 
évaluation annuelle de l'état de la liberté de la presse dans le monde entier, présente des essais analytiques réalisés par des experts du CPJ ainsi qu'un aperçu sur les conditions des médias dans plus de 100 pays et des données régionales sur les violations contre la presse. Ce rapport documente également des cas individuels et fournit un bilan sur les journalistes tués (46) et emprisonnés (179) en 2011.

 

 

Parmi les tendances régionales clés identifiées par le CPJ, figurent les suivantes:

L'Afrique:

Alors que la Chine devient un partenaire commercial clé et étend son influence dans la région, les reportages indépendants sur la corruption, la mauvaise gouvernance et les abus ou les opinions contestataires sont dépeints par certains gouvernements comme nuisibles au développement économique. La répression est pratiquée sous forme d'injonctions, d'amendements aux lois et de saisie d'images. Le rôle de chien de garde d'une presse libre est publiquement terni et le reportage critique jugé antipatriotique. Au cours des 10 dernières années, au moins 301 journalistes africains, soit plus du double du nombre de journalistes exilés de toute autre région du monde, ont fui leur pays d'origine par crainte de violence et d'emprisonnement.


Les Amériques:

L'utilisation de médias d'État à des fins politiques est devenue une tendance notoire dans les pays politiquement polarisées d'Amérique latine. En plus de faire de la propagande politique, ces médias servent de plates-formes pour les campagnes de dénigrement contre les voix critiques, notamment les journalistes. Les dirigeants élus ont investi dans les grandes sociétés multimédia, bâtissant des conglomérats de presse impressionnants qui servent les agendas politiques et excluent ou avilissent les voix critiques. Pendant ce temps, au Mexique, la violence contre la presse continue de se propager, en toute impunité. Tandis que le mandat du présidentCalderón tire à sa fin, un mécanisme de protection des journalistes reste un vœu pieux et les enquêtes sur les meurtres de journalistes demeurent entre les mains d'autorités étatiques souvent corrompues.

L'Asie:

La censure en Asie est multiforme, de la répression officielle à la violence qui est régulièrement subie en toute impunité. Depuis 1992, la région a connu 156 meurtres non résolus de journalistes. Depuis deux ans, le Pakistan est le pays le plus meurtrier dans le monde entier pour les journalistes, ce qui pousse beaucoup d'entre eux à entrer dans la clandestinité ou à partir en exil. Aux Philippines, un procès en quête de justice pour 32 journalistes et collaborateurs de presse assassinés en 2010 est pendant, ce qui témoigne de l'incapacité du gouvernement à garantir une procédure judiciaire régulière ainsi que de l'impunité qui sévit dans cette région. Pair ailleurs, en Chine, malgré des débats houleux sur les microblogues qui donnent aux médias grand public l'écho de la colère populaire, les autorités maintiennent un contrôle strict sur l'information du fait de la pratique de l'emprisonnement, de la détention secrète et du blocage d'Internet.


L'Europe et l'Asie centrale:

L'écart entre les pays qui défendent la liberté de presse comme une valeur fondamentale et ceux qui imposent des restrictions aux médias critiques se creuse. Au sein de l'Union européenne (UE), la Hongrie a créé un dangereux précédent en adoptant une loi sur la presse et une constitution nouvelles qui défient les valeurs fondamentales européennes. Au niveau régional, la protection des sources est devenue un important champ de bataille, étant donné que certains gouvernements souhaitent affaiblir le journalisme d'investigation. Les manifestations de rue se sont avérées risquées, tandis que les mouvements populistes et nationalistes ainsi que les organisations criminelles intimident la presse. Dans ses relations extérieures, l'UE néglige le débat sur la liberté de presse avec des pays puissants comme la Chine et la Russie, où l'emprisonnement et l'impunité pour les meurtres de journalistes, respectivement, restent la norme.

Le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord:

Dans un climat de crise, le succès ou l'échec des soulèvements populaires repose sur le contrôle de la presse  au niveau national. Les journalistes se trouvent donc être les cibles de menaces nouvelles et variées, avec les longs procès politisés qui diminuent tandis que les agressions et les victimes augmentent. Alors que les vidéos amateurs des citoyens donnent aux médias traditionnels une couverture politique pour aborder des sujets sensibles, les autorités font un usage aussi astucieux des nouvelles technologies pour diffuser leurs messages, museler et intimider les voix indépendantes. La politique d'incarcération tournante de l'Iran pousse beaucoup de journalistes à l'exil.

Le CPJ est une organisation indépendante à but non lucratif basée à New York, dévouée à la défense de la liberté de la presse dans le monde entier

Contact médias:

 

Gypsy Guillén Kaiser

Directrice du Plaidoyer et de la Communication                     

Tel. +1.212.300.9029

Courriel: ggkaiser@cpj.org                                           

 

Magnus Ag

Associé de Plaidoyer et de Communication

Tel. +1.212.300.9007

Courriel: mag@cpj.org

 

 

Partager cet article

21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 18:31

COMMENTAIRE : La Françafrique n'est ni de Gauche ni de Droite : Pour preuve, la Gauche, envisageant l'hypothèse d'une victoire de François Hollande, semble se préparer à prolonger ce système mafieux comme nous pouvons le lire sur le site de Survie. Crise oblige, personne n'a intérêt à interrompre des siècles de pillage et de servage car "L'INTERET (DE LA GRANDEUR) DE LA FRANCE EST A CE PRIX-LA". Il n'y a pas de Grandeur qui ne s'alimente de servitude, de petitesse des autres, de pillage, de brutalité même par gouverneurs noirs interposés. La France tient à ses ex-toujours colonies françaises qui lui assurent son indépendance énergétique et plus encore. Fabius, au Gabon auprès d'Ali Bongo, balaie et prépare le chemin de "son" président probable Hollande. Il est visiblement allé rassurer Ali Bongo car le pétrole gabonais est à ce prix...

Tant que les Affaires Africaines seront traitées à l'Elysée de façon régalienne et non à l'Assemblé nationale, nous saurons que la Françafrique se poursuit. Dans le secret, dans le Noir, pour une sempiternelle servitude qui dessert les nègres pour grandir économiquement le "pays des Droits de l'Homme". Pourquoi ? Parce qu'ici ou ailleurs en Occident, on considère certainement que l'Homme n'a jamais été, n'est pas et ne sera jamais NOIR...

En pleine campagne présidentielle de François Hollande, les déclarations de Laurent Fabius au Gabon sèment des doutes sur la volonté du Parti socialiste de rompre avec le soutien français aux dictatures africaines. Ce parti et son candidat doivent clarifier leur position à ce sujet.

L’ancien Premier ministre français Laurent Fabius, en visite à Libreville, a estimé hier que les relations entre la France et le Gabon étaient « excellentes » et souhaité « qu’elles se développent dans le futur ». Il a également été reçu par le dictateur gabonais Ali Bongo, fils du despote Omar Bongo, imposé au pouvoir en 2009 par le biais d’un coup d’État électoral.

Ce soutien explicite à la dictature d’une figure de poids du Parti socialiste intervient quelques jours seulement après que le député européen Kader Arif ait réagi à la réception, à l’Élysée, par le président Sarkozy, du président congolais Sassou Nguesso. Le responsable des questions de coopération auprès du candidat François Hollande avait ainsi évoqué l’affaire des Biens mal acquis, dans laquelle le clan Bongo est lui aussi fortement impliqué. Or le fils d’Omar Bongo n’est certainement pas plus fréquentable que Denis Sassou Nguesso. Il fait partie intégrante de cette « Françafrique » à laquelle le candidat Hollande a promis de s’attaquer sans pour autant détailler les mesures à entreprendre, concernant, notamment, le soutien aux dictateurs africains, les bases militaires françaises, le franc CFA ou les entreprises qui exploitent les ressources de l’Afrique.

Si Laurent Fabius n’est pas officiellement dans l’organigramme de campagne du candidat socialiste, il a néanmoins été missionné pour préparer le programme des « cent jours » de gouvernement de François Hollande. Doit-on s’attendre à ce que François Hollande, tout comme Nicolas Sarkozy en 2007, accueille le Président du Gabon parmi les premiers chefs d’État reçus à l’Élysée et qu’il lui réserve une visite à Libreville dans les premiers mois de son mandat ?

Cet épisode rappelle les propos élogieux tenus en novembre dernier par Ségolène Royal à Ouagadougou à l’égard du despote burkinabè.

A quelques semaines de l’élection présidentielle, où chaque déclaration compte, l’association Survie interpelle le Parti socialiste et son candidat François Hollande sur l’interprétation qui doit être faite des propos de Laurent Fabius et demande, s’ils n’en sont pas solidaires, une condamnation de ces propos et de cette visite à Libreville.

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 14:14

COMMENTAIRE : Nous venons de recevoir un message alarmant signalant l'arrestation d'un Congolais en Chine pour semble-t-il situation irrégulière. Connaissant le racisme des Chinois qui viennent pourtant s'enrichir chez nous, j'attire l'attention du chef de l'Etat, du gouvernement et du ministre des affaires étrangères monsieur Basile Ikouébé, que nous leur imputerons tout sévice que ce compatriote subira en prison - s'ils ne font rien pour le tirer de ce mauvais pas.

Les Chinois tuent des Noirs par pur racisme ; cela se sait mais personne ne dit rien parce que tout le monde est en affaires avec la Chine et le fait que ce frère soit en prison depuis un mois est inquiétant car la Chine ne respecte pas les Droits de l'homme. Comme monsieur Denis Sassou Nguesso est en affaires constantes avec la Chine, nous savons qu'il ne manquera pas d'intervenir pour sortir ce compatriote de prison. C'est le rôle d'un Etat de protéger ses sujets où qu'ils soient et si possible, pourquoi ne pas attribuer une bourse d'étude à ce jeune homme ? NOUS AVONS BESOIN D'ETUDIANTS QUI SACHENT LIRE LA LANGUE DE CONFUCIUS POUR NE PAS DEPENDRE TOTALEMENT DES CHINOIS LORSQU'ILS INSTALLENT DES INFRASTRUCTURES DANS NOTRE PAYS. Le fait que ce jeune homme se trouve déjà en Chine est un avantage.

IL FAUDRA QUE LE GOUVERNEMENT CONGOLAIS VERIFIE SI TOUS LES CHINOIS QUI VIVENT AU CONGO SONT EN SITUATION REGULIERE : C'EST LE PRINCIPE DE LA RECIPROCITE...

 

ArrestationChine.png

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 13:52

 

COMMENTAIRE : Voici un texte tiré à l'adresse suivante : http://lacotedivoiredebout.ivoire-blog.com/archive/2012/02/20/sassou-nguesso-a-paris-les-dessous-de-la-visite.html  qui nous donne plus de détails sur la visite de Denis Sassou Nguesso en France (Paris, Lyon). Il apparaît que pour Nicolas Sarkozy, il s'agisse d'une visite "subie". Nous apprenons que c'est Jean-Dominique qui inciterait Denis Sassou Nguesso à tripatouiller la "Constitution" sur mesure de 2002 pour que le grand éléphant soit candidat pour un troisème mandat en 2016. Nous verrons si Nicolas Sarkozy a réussi à persuader ce monsieur qui s'estime le seul à être capable de diriger le Congo A SES DEPENS...

----------------------------------------------------------------

LES DESSOUS DE LA VISITE DE DENIS SASSOU NGUESSO A PARIS

 

A Brazzaville, les cercles du pouvoir s'inquiètent moins des conséquences des printemps arabes que du relâchement du lien avec la France. Le président Denis Sassou Nguesso, qui n'avait pas été reçu à l'Elysée depuis le 14 juillet 2010, a profité de sa présence au Forum francophone préparatoire au Sommet Rio+20 sur le climat, du 8 au 10 février à Lyon, pour décrocher un entretien à l'arraché avec Nicolas Sarkozy et charmer les patrons français. Enquête exclusive.

Rendez-vous express à l'Elysée - "On me fait recevoir Sassou !", affirmait Nicolas Sarkozy, début janvier, à un interlocuteur très branché Afrique. Ami de trente ans de Jacques Chirac, le président congolais n'est pas un intime de l'actuel locataire de l'Elysée, qui lui préfère de loin Ali Bongo. Une question de génération et de feeling. En 2007, Sassou était plus séduit par François Bayrou…

Selon nos sources, le 9 février à 17 heures, l’entretien à l’Elysée, bien que chaleureux, n’a pas excédé quarante minutes. Pour mieux se border, Nicolas Sarkozy s’est entouré des ministres Alain Juppé (affaires étrangères), nouveau Père Fouettard des chefs d'Etat inusables en Afrique, et Henri de Raincourt (coopération). Accompagné des ministres Gilbert Ondongo (économie) et Basile Ikouébé (affaires étrangères), de Jean-Dominique Okemba (services secrets) et de l’ambassadeur Henri Lopes, le président congolais y est allé au charme, se concentrant sur les dossiers économiques, un sujet qui ne peut déplaire à Nicolas Sarkozy.

 

L'aide de Paris a été sollicitée sur plusieurs chantiers (chemin de fer, aéroports, routes…) à travers des crédits de l’Agence française de développement (AFD). Accord de principe de l'Elysée, sous réserve de la pertinence de ces projets. Les dix dernières minutes, passées en tête à tête, furent nettement moins agréables. Sassou, qui ne peut plus se porter candidat à la présidentielle de 2016, a été dissuadé par Sarkozy de tripatouiller la Constitution pour se présenter. Message reçu cinq sur cinq, pour le moment…

Business tricolore as usual - Côté affaires, l’axe Paris-Brazzaville semble plus vigoureux. Invité le 9 février pour un petit-déjeuner au Medef, le président congolais a mouillé sa chemise en intervenant de 8h30 à 10h30. Deux heures non-stop durant lesquelles il a répondu aux questions d’une quarantaine de patrons assis autour de la table ovale de la présidence de l'organisation patronale. Arrivé au pouvoir en 1979 avec un intermède - Pascal Lissouba - et une guerre civile, Sassou a récemment lancé des chantiers d'infrastructures tous azimuts. Il n’est jamais trop tard… Et les entreprises hexagonales veulent leur part du gâteau.

D’où la présence en force des groupes de BTP (Satom, Spie International, Egis, ETDE, DTP terrassement, Alstom, etc.) et des organismes de financement (BNP Paribas, Edifice capital…). Toutefois, ce rendez-vous - trop élargi aux dires de certains - n’a pas permis d’aborder les questions de fond. Sauf peut-être lorsqu'un participant, évoquant la corruption et l’environnement des affaires, a illustré son propos par la piètre position du Congo-B (180e) dans le rapport Doing Business de la Banque mondiale.

Visiteurs du soir - Les vrais marabouts blancs ont préféré rencontrer discrètement le président congolais au Bristol, lieu de ses villégiatures parisiennes. Gestionnaire du port de Pointe-Noire et pressenti pour opérer le Chemin de Fer Congo-Océan (CFCO), Vincent Bolloré a été reçu le 10 février, deux jours après le ministre délégué aux transports Thierry Mariani. Avec le ministre de l’économie, François Baroin, les discussions ont porté sur la reconversion de 80 millions € dans le cadre du C2D mis en place par Paris pour la période 2010-2014.

Le neveu du président congolais, Jean-Dominique Okemba, chaud partisan d’une réélection de Sassou en 2016, a introduit à deux reprises Claude Guéant, ami de Me Robert Bourgi. Ne manquait plus que Nathalie Kosciusko-Morizet, autre personnalité du cercle de l'avocat parisien, pour parler du bassin forestier du Congo. Le 10 février, Sassou est reparti à bord de son McDonnell-Douglas 87 de location - plus sûr pour éviter les saisies de créanciers hargneux !

 

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 12:05

Certains se demandent probablement pourquoi je fustige tant la franc-maçonnerie au travers d'articles très critiques. Je vais vous dire pourquoi : mon objectif est que la franc-maçonnerie se divise, qu'elle parvienne à se séparer de la franc-maçonnerie affairiste qui a fait passer Denis Sassou Nguesso ou Ali Bongo de compagnon à Grand Maître.

Si la franc-maçonnerie se veut une alliance universelle ayant pour but la fraternité entre tous les hommes, le perfectionnement de l'être humain et le progrès de l'humanité, pourquoi des énergumènes tels que François Stifani, Denis Sassou Nguesso, entre autres, trahissent-ils ce bel idéal ? Parce qu'ils ne sont pas francs-maçons dans l'âme et ceux qui lisent un tel serment ne se retrouvent pas dans le fait que la plupart des présidents africains sont des francs-maçons qui n'oeuvrent pas pour la fraternité entre les hommes puisqu'ils divisent leurs pays respectifs et, surtout, personne ne peut croire que la franc-maçonnerie a perfectionné tous ces dictateurs qui marchent sur leurs compatriotes pour arriver au sommet de l'Etat et qui font mourir des enfants et des mères de faim.

Certes, la vraie franc-maçonnerie a jadis oeuvré au progrès de l'humanité en refondant les institutions qui ont permis à des pays comme la France d'avoir une belle devise : "Liberté, Egalité, Fraternité" mais celle de nos jours qui exige des cotisations de 1000 euros ou plus à ses membres n'a plus rien à voir avec l'ancienne : c'est une entreprise qui ressemble à une "escroquerie spirituelle".

Cet ordre est passé de la spiritualité au mercantilisme en gardant les oripeaux de la source qu'elle a assassinée sinon personne ne comprendrait qu'elle admette dans son sein des personnages comme Denis Sassou Nguesso qui n'ont pas un centime de spiritualité et qu'ils passent de compagnon à Grand Maître. C'est ce qui est arrivé à de nombreuses institutions spirituelles et religieuses, y compris le christianisme. TOUT CELA PUE LE FRIC, L'ACHAT DE GRADE, DE POSITION INSTITUTIONNELLE. Et d'ailleurs, la rumeur veut que si l'on veut être président en Afrique, il faut être franc-maçon. Lorsqu'une institution qui se dit spirituelle ne travaille plus que pour l'argent, elle n'est plus qu'une oeuvre terrestre mercantile comme une autre et C'EST LA QUE J'INTERPELLE LES FRANCS-MACONS DU MYOSOTIS car nombre d'entre eux recherchent une véritable spiritualité, une véritable progression dans leur humanessence. Je serai tenté de les initier dans la plus vieille école spirituelle du monde, le kimuntu-bomoto mais je vais juste leur poser une question simple  : vous êtes la franc-maçonnerie puisque c'est une association. Si elle vous insupporte et vous pique votre fric, pourquoi y demeurez-vous ? Qu'attendez-vous pour la quitter en créant une autre franc-maçonnerie qui poursuive vraiment l'objectif qu'elle s'est assigné ? Vous savez que la Lumière est tout le contraire de l'ombre mais alors pourquoi restez-vous dans les ténèbres ? J'ai la vague impression que c'est le moment de créer une nouvelle franc-maçonnerie qui ressuscitera la véritable source, la franc-maçonnerie mère.

Vous ne pouvez pas perdre sur les deux tableaux : 1) on vous prive d'une vraie spiritualité et 2) on vous pique votre argent. Et comme les Grands Maîtres demeurent à vie dans le Conseil d'Administration, jamais vous ne vous débarrasserez de Stifani, Foellner et compagnie. Oui, vous êtes bien pris dans un piège et tout être sensé ferait tout ce qui est en son pouvoir pour en sortir ! ALORS, SORTEZ DE LA FAUSSE FRANC-MACONNERIE OU TAISEZ-VOUS !

Pour illustration, je publie un extrait de votre article qui constate que la franc-maçonnerie ne respecte pas les objectifs de "progrès de l'humanité". Lorsqu'on a des principes, on les respecte et si vous recherchez vraiment la VRAIE SPIRITUALITE, vous ne pouvez continuer à vous laisser manipuler par une secte qui ne vous apporte rien et qui vous pompe votre fric. ENTREZ AU-DEDANS DE VOUS ET OSEZ VOUS REGARDER EN FACE. RIEN NE VOUS RETIENT DANS CETTE "FARCE" SPIRITUELLE A VOCATION FRATERNISANTE. SI VOUS ESTIMEZ MERITER MIEUX, QUITTEZ L'ANTRE DES TENEBRES, LA MAISON DU MENSONGE.

Si vous ne voulez plus être associés à des criminels, à des assassins qui salissent l'idéal franc-maçonnique, il vous faut quitter la fausse franc-maçonnerie et comme le dit IESCHOUA : "Si ton bras gauche t'empêche d'entrer dans le royaume des cieux, coupe-le"....

-----------------------------------------------------------

 

"Pour mémoire la Franc-Maçonnerie est une alliance universelle, ayant pour but la fraternité entre tous les hommes, le perfectionnement de l'être humain et le progrès de l'humanité.

 

Mes Frères, sentez-vous ce désir chez le "démocrate" Sassou Nguesso ?

 

Sentez-vous cette spiritualité et ce désir de fraternité chez quelqu'un qui passe de compagnon à GM dans la même cérémonie?

 

Vous sentez-vous Frère de cet homme-là ?

 

Cette GLNF-là avec ces accointances-là, nous n'en voulons plus. Du tout.

 

Pourtant, c'est ce que madame Legrand va remettre sur les rails.

 

C'est pour ce projet qu'elle réclame à tous les Frères le paiement des cotisations. Pour certains, c'est plus de 1000 €, pour un projet qui est à mille lieus de notre idéal maçonnique."

 

SOURCE : http://le-myosotis-rouvray.over-blog.com/article-le-piege-99641212.html

 

 

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 13:56

Dans l'imaginaire politique congolais, il n'est pas possible d'envisager un activisme militant qui ne soit pas sous la solde d'une personnalité quelconque du sérail qui tirerait en quelque sorte les ficelles derrière un Lion De Makanda, un site comme Zenga Mambu, un Kovalin Tchibinda, etc. Je le dis en connaissance de cause : deux agents de la sécurité d'Etat sont allés menacer ma soeur. "Madame, vous devez nous dire qui est derrière votre frère sinon nous brûlons votre commerce..." Prise de panique, ma soeur est venue me voir à Lyon. Ma réponse était simple : "Dis-leur de me le demander directement car toi tu ne t"intéresses pas à la politique..."

Actuellement, le pouvoir répand la rumeur selon laquelle LDM roulerait pour monsieur Mathias Dzon - CE QUI EST EVIDEMMENT FAUX. Certes, Mathias DZON bien qu'ayant travaillé sous Denis Sassou Nguesso, depuis la dernière élection présidentielle, semble avoir retrouvé une certaine humanité, un certain sens de la démocratie ; cela étonne plus d'un mais le fait qu'il s'en prenne au pouvoir même si c'est pour assouvir une ambition personnelle et que moi je combatte ce pouvoir depuis sa naissance et même avant de façon désintéressée, ne nous met pas dans le même camp. Oui, j'admire Mathias Dzon pour son courage puisqu'il ose livrer son combat de l'intérieur mais ce n'est pas un homme neuf mais plutôt le produit du sérail, un homme qui doit beaucoup à monsieur Denis Sassou Nguesso à qui je ne dois rien du tout...

Je n'ai jamais rencontré ce monsieur ni eu le moindre contact épistolaire ou téléphonique avec lui. Ce n'est donc pas la peine de lui causer encore plus d'ennuis car il n'est pour rien dans mon activisme militant. Mathias Dzon est le prototype du héros romanesque, un personnage créé par le système qui se retourne ensuite contre lui, genre Blek qui trahit les Anglais pour entrer en résistance parce qu'il réclame l'indépendance de la colonie anglaise d'Amérique en étant lui-même Anglais. LDM n'a jamais trempé dans le système et ne collabore pas avec lui, question de principe et une telle liberté peut étonner plus d'un mais c'est la stricte vérité. "Que désire-t-il ? De l'argent ?", s'interrogent certains. Non, l'argent n'est pas mon leitmotiv mais le bien de tous, la justice sociale, la démocratie, un Congo qui nous ressemble et dans lequel il fait bon vivre parce que chacun y trouve sa place et que les ressources sont utilisées à bon escient dans l'intérêt de TOUT le pays.

Certes, au Congo, nul ne peut faire de la politique sans un "parrain" avoué ou supposé. Ce que l'on oublie, c'est que moi je ne veux pas entrer dans cet univers machiavélique où l'on casse des cacahuètes sur le dos du peuple. Mon militantisme est désintéressé car seule m'importe une certaine idée de justice sociale, je ne recherche que la restauration de la démocratie et le bien-être de tous les Congolais en demandant que les ressources nationales profitent à tous.

Nous considérons que le temps où l'on faisait de la politique juste pour soutenir des personnalités du même village, de la même ethnie, etc, est révolu. Avec notre génération commence l'avènement de la valeur du politique par les idées qu'il incarne et c'est le premier pas qui conduit vers la démocratie qui n'est pas l'identité mais le projet soutenu par un homme, un leader politique.

Pour m'accorder avec un homme sur le plan des idées, j'exige qu'il puisse être ouvert à l'autre, qu'il fasse preuve d'entendement, de désintéressement et que sur le plan éthique, il soit mû par le kimuntu-bomoto qui place l'être humain et les valeurs de partage au summum de l'importance...

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 23:10

COMMENTAIRE : Ils savent que leur tour viendra mais pour le moment la justice française ne perquisitionne étrangément que chez le fils Obiang dont le patrimoine est extravagant. Avec 5000 $ de salaire en tant que ministre, il s'offre un hôtel privé d'un coût de 120 millions d'euros, des yatchs, des voitures de luxe, des avions privés, etc. Cependant, nous nous interrogeons du fait qu'il n'y ait pas des actions simultanées concernant les clans congolais, gabonais et autres. La différence de traitement questionne. Oui, ça questionne, vraiment. Teodoro Obiang Nguema Mangue n'est pas le seul ; il a de la concurrence à Brazzaville où les membres du clan Sassou & Nguesso rivalisent avec lui du côté de la carte bleue qui chauffe dans la poche.

Dans la vidéo qui suit, nous apprenons que les membres du pouvoir de Brazzaville seront bientôt concernés par les perquisitions mais d'ici-là, ils ont tous acheté de nouveaux biens mal acquis et ont eu le temps de planquer certains biens de valeur.

Dans cette affaire, nous ne sommes même pas sûrs que justice sera vraiment rendue. Juridiquement, les saisies ne nous disent pas ce qu'il adviendra des biens saisis car à qui doit-on restituer les sommes ou les biens mal acquis, vu que ces familles règnent toujours sur leurs pays respectifs ? JE DOUTE DONC JE SUIS...

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 20:47

COMMENTAIRE : C'est un homme sensible qui réagit à travers de la voix de son ministre de la communication et porte-parole, Bienvenu  Okiémy. Quoi que l'on dise de monsieur Denis Sassou Nguesso, force est de reconnaître que c'est un homme, peut-être à l'excès,  sensible. Des deux côtés de la balance : en bien mais peut-être plus en mal. Il fait par exemple montre d'une certaine fidélité en amitié et sa bienveillance à l'égard des siens est légendaire au vu de leurs malversations qui mériteraient qu'il s'en sépare mille fois. Nous lui reconnaissons parfois une certaine hauteur mais l'homme est otage de son clan, de forces qui l'encerclent, qui l'alimentent et qui s'imprègnent de lui pour grandir encore et encore. EN MAL... Si Sassou veut marquer les esprits, qu'il se montre sensible à la souffrance du peuple, qu'il nous restitue notre démocratie confisquée et qu'il s'efface du pouvoir en 2016.

C'est Okiémy qui parle mais avec le ressentiment et les mots de monsieur Denis Sassou Nguesso, le tout maquillé dans un propos attribué à tout le Gouvernement  congolais. En réagissant aux propos d'Eva Joly, Denis Sassou Nguesso montre qu'il ne veut pas que l'idée qu'on le traite dans des termes qui font de lui un monstre fasse son chemin dans la conscience et l'opinion publique françaises et même au-delà. Il sait que la mort est la voie de tous mais entrer dans l'histoire comme un assassin est la pire des insultes. Cependant, n'est-il pas trop tard ? Il y a certainement une différence entre tuer avec ses mains propres et commanditer un crime. Le pouvoir ne se pense-t-il pas comme le lieu où il est difficile de garder les mains propres ? Il est bon que des Grands Hommes on ne se souvienne que des bonnes actions mais encore faille-t-il qu'elles existent au point de surclasser les mauvaises... Eva  Joly avait-elle besoin de se mêler d'un contexte historique qui ne la concerne point  à  dessein électoraliste ?  

Ceux qui attendaient une plainte n'ont eu qu'un communiqué dans lequel il va jusqu'à dire qu'il se passerait de visites officielles en France si elle était élue et en proclamant cela, ce n'est pas à cette femme qui n'est créditée que de 2% dans les  sondages qu'il s'adresse mais au futur président français. Sassou réclame de la considération et le message sera entendu car il sait sur quoi il est assis.

Nous ne voyons en Sassou que le pion d'un système et, de ce point de vue, sa disparition ne fera pas disparaître le système, un système qui entend maintenir les "nègres" dans une servitude qui ne s'avoue plus en toute clarté.

-------------------------------------------------------------------------------------------------

 

.

OKIEMYLe Gouvernement congolais réagit aux propos d'Eva Joly

Mardi 14 Février 2012 - 18:29

Communiqué du Gouvernement de la République du Congo

Le Gouvernement de la République du Congo vient de réagir aux propos tenus par Mme Eva Joly traitant le chef de l’Etat congolais Denis Sassou N’Guesso d’«assassin». Voici le communiqué du Gouvernement lu par le ministre de la communication, des relations avec le parlement et porte-parole du Gouvernement Bienvenu Okiemy.

"Communiqué du Gouvernement de la République du Congo

Au cours d’une réunion publique dans le cadre de l’élection présidentielle française où elle est engagée, Madame Eva Joly a pris le parti perfide de diffamer avec acrimonie, le Président de la République du Congo, Monsieur Denis Sassou N’Guesso, en le traitant d’assassin.

Indigné et outré, le Gouvernement congolais condamne avec véhémence ces allégations graves, outrancières et irresponsables proférées, de surcroît, par une candidate à la présidence de la République française.

Le Gouvernement congolais est d’autant plus surpris et choqué par la gratuité et la violence de cette accusation fallacieuse que Madame Eva Joly n’a jamais mis les pieds au Congo pour en parler avec tant de certitudes.

Sauf si ce n’est pour elle un exutoire pour épancher sa haine et son mépris, Madame Eva Joly doit savoir que le Président Denis Sassou N’Guesso qui porte avec honneur et dignité la charge de son peuple, n’est pas le criminel qu’elle croit. Denis sassou N’Guesso n’a jamais tué personne au Congo et certainement pas en Norvège.

Si malgré tout, Madame Eva Joly persévère dans ses préjugés et dans l’altération de la vérité et de l’histoire d’un pays qu’elle ne connait pas et qui ne représente rien pour elle sinon qu’à assouvir ses fantasmes, qu’elle soit rassurée que si elle était élue Présidente de la France (comme elle semble en être convaincue), le Président Denis Sassou N’Gueso ne demandera jamais à la rencontrer ni en France, ni ailleurs. Le peuple congolais ne s’en portera pas plus mal.

                              Fait à Brazzaville le 14 février 2012"

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 8.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 6.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 2600 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 1800 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg