Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 12:26

Mes chers compatriotes, nous mettons en ligne la vidéo d'appel à manifestation du 8 avril 2013 contre l'arrivée de Denis Sassou Nguesso en France puisque les lobbies Pigasse et pétroliers ont réussi à faire entendre "l'intérêt de la France", vidéo postée par nos frères de Paris. En dépit du fait que le lieu de rassemblement ne soit pas indiqué, ce qui l'aurait rendue plus pertinente, nous la publions.

Le contexte est par contre néfaste pour Denis Sassou Nguesso car la Gauche et le président de la république française sont empêtrés dans l'affaire Cahuzac, ancien ministre du budget, qui possède un compte à l'étranger de 600.000 euros, une affaire qui éclabousse François Hollande qui parle de faute impardonnable.

Si Denis Sassou Nguesso espère trouver l'homme en disposition de l'entendre dans ses déboires avec la justice française, c'est pas de chance. Le président François Hollande vient de louper le coche de sa "république exemplaire" à cause de cette affaire de fraude fiscale et il tient à tout prix à redresser la barre et cela peut se comprendre.


Nous attendons du président François Hollande qu'il fasse entendre la voix de la liberté, de la justice et de l'égalité que Sassou ignore depuis trop longtemps. Le Congo est devenu une jungle dans laquelle les membres du clan Sassou & Nguesso occupent le sommet de la chaîne alimentaire et exercent une prédation féroce à tous les niveaux. L'injustice et le crime prolifèrent. Pour preuve, la délinquance de la milice policière de Sassou qui n'hésite pas à violer des innocentes et à filmer leurs actes barbares.


Hollande ne manquera pas de  rappeler à ce tyran de Sassou tous les maux qu'il inflige au Congo et dont l'exemple est suivi par tous ceux qui estiment posséder, au nom de l'ethnie, de la proximité, des alliances multiples de sang, mystiques, etc, un petit bout de son pouvoir.


Denis Sassou Nguesso a usurpé le pouvoir en 1997. Peu importe le reste, qu'importe les élections factices car c'est la manière dont on arrive au pouvoir la première fois qui compte. Le reste n'est qu'une affaire de conservation du pouvoir par quelque manière qui rende la chose crédible ou non.

 

AU REGARD DE LA VERITE ET DU DROIT VERITABLE, NE COMPTE QUE LE POUVOIR QUE VOUS OCTROIE LE PEUPLE. OR, SASSOU N'A JAMAIS OBTENU LE MOINDRE MANDAT DU PEUPLE CONGOLAIS. IL EXERCE LE POUVOIR DE FAIT MAIS N'A AUCUNE LEGITIMITE VERITABLE. IL N'A DONC AUCUNE RESPECTABILITE DEMOCRATIQUE.


CETTE FOIS-CI, CHERS COMPATRIOTES, VENEZ NOMBREUX. N'AYEZ PAS PEUR : VOUS NE COMMETTEZ AUCUN DELIT. PERSONNE NE VOUS FERA QUOI QUE CE SOIT. MANIFESTER UN DROIT ET UN DROIT NE PEUT VOUS RENDRE COUPABLE POUR L'AVOIR EXERCE.

Voici par ailleurs, ce que pense la Lettre du Continent à propos de la visite de Denis Sassou Nguesso en France. Exactement, ce que nous avons écrit comme si Antoine Glazer faisait les mêmes analyses que nous car il est évident quece piètre politicien n'a pasatteint son objectif de médiateur privilégié en Afrique centrale, lui qui échoue à chaque fois qu'il essaie de jouer au sage (normal,c'est un nainau niveau de l'esprit) :



CONGO-B


SASSOU IRA À PARIS LES MAINS VIDES


Preuve d'un manque de leadership en Afrique centrale, Denis Sassou Nguesso s’est totalement laissé déborder dans le dossier centrafricain. N’est pas médiateur qui veut ! Denis Sassou Nguesso rêvait de débarquer à Paris, le 8 avril, auréolé du titre de super-médiateur dans les crises africaines et d'offrir à François Hollande un dossier "Centrafrique" bien ficelé en guise d'œuf de Pâques. Il devra plutôt faire profil basContrairement à Omar Bongoqui en avait fait un sacerdoce, le règlement des crises sous-régionales ne réussit pas au chef d'Etat congolais. Principal négociateur dans la crise centrafricaine, Sassou, qui sera hébergé au Meurice durant son séjour en France, a totalement échoué à asseoir son autorité sur cette médiation et à faire respecter les Accords de Libreville pourtant signés sous sa houlette, le 11 janvier, par la majorité de la classe politique centrafricaine et la rébellion de la Séléka. Le 24 mars, le renversement de François Bozizé cautionné par le Tchad est venu ruiner ses ambitions. Faiseur de roi à Bangui, Idriss Deby apparaît comme le vrai maître de la Centrafrique et l'interlocuteur privilégié des puissances occidentales. Il devait d'ailleurs réunir à N'Djamena, à partir du 3 avril, ses homologues de  la CEEAC pour évoquer la nouvelle donne à Bangui. Par manque de maîtrise du dossier et malgré ses efforts, Denis Sassou Nguesso n'a guère plus de chances de faire aboutir ses bons offices dans la crise du Kivu, à l'Est du Congo-K, et se faire réellement entendre de ses homologues Paul Kagamé (Rwanda) et Yoweri Museveni (Ouganda), parrains de la rébellion du Mouvement du 23 mars (M23). Au sein de la CEEAC, tout semble désormais s'organiser autour des deux puissances militaires que sont le Tchad et l'Angola. Alors qu'Ali Bongo entretient une vraie distance à son endroit, le président congolais reste peu crédible au plan diplomatique et militaire. Il ne peut guère marquer son influence qu'à travers ses réseaux maçonniques et financiers dans des pays comme le Bénin, le Burkina Faso, le Niger ou encore la Guinée.

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 11:01

Non, je ne mettrai pas la vidéo de ces femmes dénudées livrées à la lubricité de miliciens-policiers qui leur pratiquent des attouchements et je ne sais encore. Ils ont dû la poster pour en retirer une certaine gloire ; or, moi, je ne les trouve pas glorieux mais minables, immatures, drogués, délinquants, eux qui déshonorent toutes les polices du monde. Même si elles étaient des péripatéticiennes - ce qui n'est pas prouvé - rien ne justifie une telle cruauté. Qu'est-ce qui  diable explique le traitement dégradant de ces femmes ? Le fait qu'elles aient quitté Poto-Poto pour se promener ou exercer je ne sais quoi à Talangaï ? Peut-être que nous le saurons un jour.

Ces miliciens-policiers sont-ils mariés ? ont-ils des filles ? En effet, si c'est ainsi qu'ils traitent les femmes, je vous laisse deviner ce qui se passe dans leurs foyers : ils doivent battre leurs femmes et peut-être violer leurs propres filles.

L'analyse de cette vidéo indique que la scène se passe à Talangaï, un quartier du nord de Brazzaville et montre clairement des hommes s'exprimant en lingala et non en munukutuba, un indice linguistique clair, l'un d'eux dans son excitation montre même son visage et introduit un objet dans le sexe d'une des deux femmes quand d'autres introduisent des doigts. Les femmes ont été dévêtues de force et on peut même voir comment on retire le slip de l'une d'entre elles. Elles sont allongées dans un véhicule de police comme des objets de curiosité, comme des morceaux de viande que n'importe qui peut tripoter et Dieu seul sait ce qui s'est passé quand le véhicule de police a démarré... On leur ouvre le sexe, on touche les seins, je ne cite peut-être pas tout ce que ces deux femmes ont subi à l'abri des caméras.

L'origine de la vidéo n'est pas précisée. On ne sait pas comment elle a atterri sur internet mais elle est là et les faits sont graves. Hélas, ces hommes, ces miliciens qui jouent au policier en violation de toute la déontologie de cette profession honorable ailleurs, sont mbochis et bénéficient au titre de membres de la caste supérieure MBOCHI de l'impunité du dieu Denis Sassou Nguesso, un dieu dont on imite les antivaleurs, un homme qu'il n'est pas autorisé à critiquer selon eux.

Oui, il est normal d'interpeller madame Antoinette Sassou Nguesso Tchibota au nom de la solidarité entre membres de la gent féminine mais que peut-elle y faire ? Nous doutons qu'elle puisse même en parler à son mari, soumise comme elle est. Nous savons tous que son éléphantesque divin époux n'a aucun respect pour les femmes puisqu'il n'hésite pas à commettre l'adultère avec les femmes de ses obligés, de ses proches, même celles des membres de sa propre famille. La dernière rumeur concerne l'ex-épouse de son propre neveu Willy Nguesso qui se serait enfuie de honte aux Etats-Unis.

Antoinette Tchibota ne dit rien quand Sassou fait des enfants avec des femmes mariées - même dans sa propre famille ; nous voyons mal comment elle pourra défendre la dignité de la femme face à un homme qui ne les respecte pas. Si elle ne le peut, nous le pouvons. Et nous disons ceci :

"MONSIEUR SASSOU, IL FAUT METTRE DE L'ORDRE DANS VOTRE MILICE POLICIERE - EN COMMENCANT PAR DEMETTRE NDENGUET DE SES FONCTIONS. NOUS SAVONS QUE VOUS NE LE FEREZ CERTAINEMENT PAS - PARCE QU'IL EST MBOCHI COMME VOUS, VOYOU COMME VOUS, SANS AUTORITE COMME VOUS ET INCOMPETENT COMME VOUS".

Pour que vous compreniez ce qui se passe au Congo depuis 1997, il vous savoir que les voyous, les criminels mbochis - je dis bien les criminels comme il en existe chez les autres ethnies et non tous les Mbochis dans la mesure où certains sont sérieux - ces chanvreurs, ces assassins qui sévissaient déjà avant les hostilités de 1997 à Talangaï ou à Ouenzé, ont tous pris les armes pour se battre à côté des militaires ayant pris cause pour le cobra royal, le grand éléphant, Denis Sassou Nguesso. Comme on a armé des islamistes ici ou là, Sassou a armé des voyous, des voleurs, des fumeurs de cannabis, des drogués. Son coup d'Etat terminé, ils ont été déversés dans l'armée et surtout la police - sans la moindre formation car le Congo n'a pas une école de police digne de ce nom qui aurait pu leur donner des cours de droit et un certain code déontologique du policier.

Ces miliciens cobras sous l'habit  du policier continuent leur délinquance - d'autant plusqu'ils sont du côté de la loi ; ils se permettent tout, je dis bien tout - même le fait de tuer gratuitement puisque le premier criminel de la nation leur a mis une arme dans la main. Les enlèvements et les viols ont explosé. Ceux qui devraient faire appliquer les lois de la république appliquent leur propre loi et la font régner puisqu'ils en ont le pouvoir : le pouvoir de l'autorité, le pouvoir de la proximité à Sassou par l'ethnie et le pouvoir des armes. Ils sont trois fois puissants comme Dieu est trois fois saint.

On pourra donc leur lancer des invectives, se morfondre, se plaindre, ces délinquants n'en ont rien à faire : ils sont payés pour appliquer leur loi et celle de la mafia au pouvoir et quand leur salaire ne leur suffit pas, ils rançonnent, ils braquent, ils pillent les pauvres populations. Ceux qui ont regardé cette vidéo peuvent déjà imaginer comment ils assouvissent leur lubricité pathologique puisqu'ils peuvent arrêter des femmes, les dénuder et leur faire tout ce qu'ils veulent tout en  filmant leurs crimes crapuleux.

Vous avez dit Denis Sassou Nguesso ? L'homme ne leur fait pas peur : ne sont-ils pas ceux qui l'ont porté au pouvoir, au sommet de la gloire ? Il leur est redevable donc ils ne craignent rien car sans eux, son pouvoir n'est rien. Ceux qui ont vu cette vidéo peuvent s'en rendre compte. Ces hommes sont parfaitement à l'aise dans leur délinquance et daignent même montrer leur visage.

La femme est sacrée car elle porte la vie - la femme est mère de l'humanité qu'elle porte dans son ventre avant d'accoucher ; même ces faux policiers sont nés de femmes, des mères qui seraient choquées en voyant le comportement indigne de leurs enfants. Ce sont de faux policiers parce que la tenue du policier ne fait pas le policier comme l'habit ne fait pas le moine et cela, vous le savez bien. Nous estimons qu'il faudra demain remettre à plat la police et l'armée si nous voulons construire un avenir qui regarde le peuple congolais en face.

Sassou prépare son arrivée en France. Une telle affaire n'est pas sa préoccupation immédiate ou médiate et ne le sera jamais. Son seul objectif actuel et toujours est la conservation du pouvoir pour l'argent facile, les femmes faciles car il peut toutes les avoir - même celles qui sont mariées aux propres membres sa famille : si son charme hypnotique de serpent ne suffit pas, il a son aura de "premier gangster de la nation", si cela ne suffit toujours pas, il a l'argent et si l'argent ne suffit pas, je vous laisse deviner le reste...

Quand le vice arrive au pouvoir, comme Dracula qui réveille tous les autres vampires, il réveille tous les autres vices qui prennent le pouvoir dans un pays. Et il ne reste plus qu'un mot pour décrire sur le plan éthique une telle catastrophe : DECADENCE.  Tel Néron qui conduisit Rome à la décadence, Denis Sassou Nguesso conduit le Congo vers sa perte et vous ne savez pas tout...

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 22:53

Chaque passage en région parisienne apporte son lot d'informations sur ce qui se passe au pays. Toujours des nouvelles incroyables comme l'existence de ce monsieur M. Paul Valentin qui gèrerait les biens et la fortune du ministre Djombo - qui se sent perdu sans ce dernier à qui il aurait concédé une forêt. Au Congo, la réalité a depuis 1997 dépassé la fiction. Il y a trop d'argent que l'on dépense sans compter - alors que le Congo n'arrête pas de s'endetter auprès des Chinois qui vont finir par posséder tout le pays si les choses continuent leur petit bonhomme de chemin. Les yeux bridés sont des prédateurs sournois et rampants comme des serpents. L'Afrique est leur proie depuis une quinzaine d'années.

La dernière information concerne l'état d'esprit des nantis du pouvoir, des privilégiés du régime Sassou qui fonctionnent désormais selon une nouvelle devise : "2016, l'inconnu !". Pour comprendre cette devise, il faut considérer le contexte congolais. En 2016, le mandat de Denis Sassou Nguesso se termine. L'homme n'aura plus le droit de briguer un troisième mandat et il aura dépassé la limite d'âge de soixante-dix ans. Si la constitution de janvier 2002 reste en l'état, Sassou nous aura débarrassé de Nguesso et Nguesso de Denis.

Tous les caciques du système espère qu'il change la constitution mais rien ne se fait pour le moment et personne ne sait si Sassou va le faire. Rien ne transpire à ce propos des intentions de l'éléphantesque cobra de l'Alima qui vient rencontrer François Hollande ce 8 avril 2013 à Paris. Alors, la peur règne derrière l'incertitude. On se dit dans les cercles du pouvoir qu'il faut profiter de l'argent du pétrole avant qu'il ne soit trop tard. "Dépensez, c'est l'argent du pétrole !" C'est ce que dit X, amateur de Weston et d'habits de luxe. Nombreux s'achètent des biens immobiliers, des produits de luxe, les détournements vont bon train et vous n'avez pas idée des sommes détournées. La peur est mauvaise conseillère, elle qui pousse les détourneurs à planquer l'argent sous les matelas, d'où les vols chez les ministres et les hommes forts du pouvoir de Brazzaville.

Ils sont persuadés du côté du pouvoir qu'en 2016, il se produira quelque chose - même si Denis Sassou Nguesso joue des pieds et des mains pour garder le pouvoir. Le destin politique ne leur a jamais paru aussi incertain. Tous sont devenus des consommateurs frénétiques, des hommes pressés de jouir de l'argent du pétrole avant que le robinet ne se ferme si d'aventure le pouvoir changeait de main : en effet, Dzon le veut au nom des Batékés.

Tout s'accélère. Il n'y a qu'à voir la multiplication des projets concernant Oyo et ses environs. On veut faire vite. il faut terminer le gazoduc, la zone industrielle spéciale, etc, car le temps risque de manquer. Le temps politique avance inéxorablement vers l'année fatidique 2016 - alors même que rien ne garantit que le pouvoir sera conservé au nord.

Aussi, ils disent partout : "2016, l'inconnu !" Comme pour dire : "Profitez pendant qu'il est encore temps, jouissez pendant que nous avons encore le pouvoir car en 2016, personne ne sait ce qui va se passer. Nous ne sommes pas à l'abri d'un coup de force ou d'un soulèvement populaire." En 2016, tout peut arriver. Ou rien. Mais personne ne peut maîtriser le destin - même pas les marabouts de Denis Sassou Nguesso qui ne devrait pas trop ce fier à la prophétie de ce prêtre qui lui a prédit un troisième mandat et la mort de son fils Christel Denis Sassou Nguesso qui selon cet abbé, ne montera jamais sur le trône.

Personne ne sait ce qui se passe dans la tête de notre mokili-mbembé national. Il pourrait décider d'aller s'occuper de ses vaches et de ses poissons-chats. Tous les scénarii sont possibles. Rien n'est écrit à l'avance. "2016, l'inconnu!". BIEN MALIN QUI PEUT NOUS DIRE QUEL CHEMIN PRENDRA L'AVENIR POLITIQUE DU CONGO EN 2016 - SURTOUT QUAND ON VOIT CE QUI S'EST PASSE EN REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE AVEC LE RETOUR EN GOLFE DE GUINEE DU COUP D'ETAT MILITAIRE...

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 20:11

COMMENTAIRE : Lorsque vous aurez lu ce mail que nous avons reçu de monsieur Ernest Mountouadi, vous comprendrez pourquoi le procès public du colonel Marcel Ntsourou traîne. L'homme qui seconde Jean Dominique  Okemba au conseil National de Sécurité  (CNS) connaît de nombreux secrets qui risquent d'être révélés publiquement. Il faut craindre qu'il ne soit torturé à dessein pour qu'il ne parle pas ou qu'il soit muet à jamais : les sbires du cobra éléphantesque pourront toujours arguer que c'est à cause de l'AVC qu'il aura perdu la faculté de la parole. Son fameux AVC pourrait ne pas être si naturel que ça puisque certains poisons peuvent causer des symptômes identiques à ceux de l'accident vasculaire cérébral.  Sassou n'est pas prêt à le soigner car l'homme est au courant de nombreux faits macabres. Peut-être sait-il où est enterré le défunt président Massambat-Débat ou l'endroit où l'on a exécuté les disparus du BEACH.

Le colonel Marcel Ntsourou a été déplacé à la prison d'Impfondo pour que personne ne sache quel traitement avilissant il pourrait subir à l'abri des regards indiscrets. La torture est encore pratiquée au Congo. Il faudra que ses avocats insistent pour lui rendre visite régulièrement pour vérifier son état de santé.

Vous découvrirez dans ce mail une information qui relève du crime contre l'humanité si elle s'avère fondée : l'existence d'un container contenant  quarante cadavres de ninjas plongé dans le fleuve devant la présidence de la république.

Le colonel Marcel Ntsourou doit libérer la parole et dire tout ce qu'il sait pour entrer en rédemption car le peuple le souhaite ; il est temps de ne plus protéger un système qui n'a pas hésité à le lâcher, lui qui a si bien servi le grand éléphant. LORSQUE LE PRIX DU SILENCE EST SI LOURD A PORTER, IL FAUT LIBERER LA PAROLE DE REDEMPTION...

 

Bonjour LDM, 

Des membres de la communauté congolaise de Blois m'informent que le Colonel Ntsourou n'est plus à la prison de Brazzaville.
Il a été transporté à la prison  d'Imfondo dans la Likouala. Cela aurait été décidé en haut lieu suite à la révélation qu'il a faite durant un interrogatoire de l'existence d'un container plongé dans le fleuve Congo devant la présidence avec quarante cadavres de Ninja enfermés dedans.
Alors que n'importe quel membre de la famille présidentielle a droit, pour le moindre bobo, à un avion sanitaire pour une évacuation sur la France, le Colonel Ntsourou au mépris de tous les droits humains élémentaires, malgré l'AVC qu'il vient de subir, est jeté sans soins et sans espoir d'en recevoir dans la prison la plus éloignée de la capitale et de toute structure capable de lui venir en aide.
Bien à vous.
Ernest Mountouadi
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 16:22

COMMENTAIRE : Le silence et les "chinoiseries" sont des vertus jaunes. La Chine trace son sillage en Afrique en silence, sans s'occuper des remous politiques - ce qui fait qu'elle conserve ses bonnes relations bilatérales avec de nombreuses dictatures comme celle du Congo-Brazzaville, quels que soient le dictateur ou le régime en place. En effet, la Chine est elle-même la plus grande dictature du monde, une dictature rouge qui a introduit une sorte de capitalisme d'Etat dans son système économique ; il n'y a qu'à voir le nombre de milliardaires et de millionnaires au sein du parti communiste.

Quarante ans de sourires jaunes, quarante de pénétration du marché africain avec une stratégie ascendante : d'abord les infrastructures, ensuite les matières premières puis le bois et les terres arables enfin les colonies de peuplement qui ont pour mission de fournir poissons, légumes, bois à la Chine pendant que d'autres reviennent vendre des produits finis au Congo. Et tout ça, sans jamais acheter une banane aux africains. Quant aux chinoiseries, elles s'inspirent à la fois de Confucius, de Sun Tzu et de Mao Tsé Toung, soit un mélange de silence, de non-ingérence, d'art de la guerre et de communisme défroqué à la chinoise.

Nous vous le disons tout le temps que les relations sino-congolaises sont tronquées, asymétriques et discriminatoires : tronquées parce qu'il n'y a pas transfert de technologie car au lieu de venir nous construire des routes et des barrages, les Chinois pourraient nous apprendre à le faire nous-mêmes, pas assez de formation de cadres congolais en Chine pour gérer nous-mêmes les structures qu'ils construisent (au lieu de ça, même pour changer une ampoule, on fait appel à un Chinois), asymétriques parce que les Congolais ne vont pas créer des entreprises en Chine ou prendre des ressources chinoises (sauf pour Denis Sassou Nguesso qui garde ses milliards de dollars en Chine, lui qui est l'un des gros actionnaires des sociétés chinoises qui s'implantent au Congo) et discriminatoires parce que les Chinois n'emploient pas assez ou du tout de Congolais, les entreprises chinoises s'installant au Congo avec matériel et personnel venus de Chine.

Pourquoi la Chine n'installe-t-elle pas d'usines de transformation au Congo ou ailleurs en Afrique ? Parce qu'elle serait obligée de transférer sa technologie et cela elle ne le veut pas : l'Afrique doit rester un entrepôt où les puissances du monde viennent se servir. On peut imposer la transformation du bois sur place, une usine de transformation du poisson mais Denis Sassou Nguesso doit tellement d'argent à la Chine qu'il devient leur obligé. C'est pareil pour le fer qu'on peut transformer sur place ; je ne vous parle pas du pétrole. Or, regardez ce que la Chine exige à l'Europe quand elle produit pour elle : un transfert de technologie, bien sûr ! Ensuite, c'est plus facile pour elle de copier la techonlogie occidentale.

De nombreux observateurs parlent aujourd'hui de "chinafrique" à l'instar de la françafrique dans la mesure où la Chine tisse son réseau en Afrique depuis quarante ans ; nous savons par exemple que Jean Jacques Bouya est l'un des membres du lobby sinophile au Congo dont le plus éminent est le grand éléphant lui-même qui leur octroie la part jaune du lion en matière de marchés publics infrastructurels.

Les Chinois colonisent tout simplement le Congo et de nombreux pays africains, une colonisation strictement économique basée sur des prestations infrastructurelles contre des matières premières bon marché, des terres arables, du bois, du fer, des minérais, etc. La Chine vend à l'Afrique des produits manufacturés de basse qualité car en Afrique le contrôle qualité n'existe pas. Il n'y a aucun contrôle qualité au Congo par ailleurs ; les Chinois peuvent donc vendre leurs mauvais produits manufacturés.

L'Afrique devrait diversifier ses partenaires économiques pour faire jouer la concurrence car il vaut mieux parfois payer un peu cher pour un travail de plus grande qualité.

Le constat fait dans cet article paru dans Libération est le suivant : les Chinois n'emploient pas assez de Congolais puisque les sociétés chinoises qui s'installent au Congo viennent avec leur ribambelle d'employés - ce que dénoncent les Congolais, ce que nous avons dénoncé depuis très longtemps forçant même Denis Sassou Nguesso à réagir une fois.

Et si vous ajoutez à ce fait qu'ils n'achètent rien sur nos marchés et à nos paysans, vous pouvez qualifier la colonisation chinoise d'économiquement discriminante. Vous achetez leurs produits de mauvaise qualité, eux n'achètent rien chez vous et viennent avec leur cohortes de yeux bridés aux sourires jaunes factices.

La Chine est un danger qui se fiche des Africains puisque seul importe le pillage de ce continent. Elle pratique en Afrique à la fois une colonisation économique et une colonisation de peuplement. Les Chinois sont de plus en plus nombreux au Congo. Si l'immigration chinoise continue à ce rythme galopant, bientôt, nous assisterons à une invasion du Congo par les Chinois qui se comportent en maîtres dans notre pays puisque même lorsqu'un Chinois tue un Congolais, il est encore protégé par des ... Congolais !

Le nouveau président de Chine vient rendre visite à sa colonie congolaise ; on s'affaire en essayant de donner un semblant de propreté à la ville de Brazzaville pour que le puissant hôte de Sassou ne voie pas la saleté. On sait que l'on ne transforme pas facilement des rapports verticaux de quarante ans en rapports horizontaux. La Chine veut devenir première puissance économique mondiale. Elle a besoin d'asservir le continent africain ; ce qui lui réussit bien à cause du soutien dont elle bénéficie des dictateurs comme Denis Sassou Nguesso. Le peuple congolais ne doit donc pas attendre que Sassou impose un quota d'employés congolais aux Chinois ou exige que le peu de Congolais qu'ils emploient soient mieux payés...

 

 

ÉCONOMIE

A Brazzaville, les jeunes souhaitent que les Chinois emploient des Congolais

28 mars 2013 à 15:02

«Les Chinois devraient recruter en priorité des Congolais». Edgar, l’un des nombreux jeunes sans emploi de Brazzaville, voudrait bien que la visite du président Xi Jinping apporte «du boulot» au Congo. Mais, trop souvent, dit-il, les sociétés chinoises arrivent avec leurs employés
 

«Qu’il apporte du boulot! La majorité des jeunes ici, ce sont des chômeurs», insiste le jeune homme, pendentif du révolutionnaire cubain Che Guevara au cou, dans son quartier de Makélékélé, l’un des plus peuplés de la capitale, avec ses 200.000 habitants.

«Il n’y a plus que deux compagnies qui fonctionnent: celle des militaires et celle des chauffeurs», ironise Edgar, désignant les taxis verts et blancs alignés sur l’avenue, courte et défraîchie, portant le nom de l’abbé Fulbert Youlou, devenu, en 1960, le premier président du Congo indépendant après la colonisation française.

«Nous avons du pétrole (constituant environ les 3/4 des recettes budgétaires du pays, ndlr), nous avons du bois, nous sommes entourés du fleuve... On a tout. On ne devrait pas souffrir!», enrage un fonctionnaire, pourtant proche du pouvoir, qui rappelle que le salaire moyen au Congo tourne autour de 50.000 FCFA (75 euros).

Investi mi-mars comme président de la République populaire, Xi Jinping, consacre à l’Afrique la majeure partie de sa première tournée à l’étranger. Et sa visite, vendredi au Congo, doit renforcer des relations déjà importantes entre Pékin et Brazzaville: les accords portent sur plusieurs milliards de dollars, dont le financement de plus de 500 kilomètres de route entre Brazzaville et Pointe-Noire, la capitale économique.

Mais dans le quartier de Makélékélé proche du fleuve Congo, frontière naturelle avec la République démocratique du Congo, l’annonce de cette «visite historique» ne soulève que peu d’espoirs.

«Qu’est-ce que ça va changer?», interroge un chauffeur de taxi. Mais «qu’est-ce qu’il va amener?», ronchonne une coiffeuse.

«Aucun transfert de compétences»

Rosine, 32 ans, employée dans l’hôtellerie, est l’une des rares à dire que «c’est une belle publicité».

«Cela va apporter de l’aide au Congo. Je crois que là, on aura beaucoup de travail. C’est le plus important», assure la jeune femme, fine silhouette perdue dans un jeans et un polo de l’hôtel qui l’emploie.

La Chine et l’Afrique ont considérablement renforcé leurs liens depuis une quinzaine d’années. Mais l’amertume domine chez les jeunes Brazzavillois désoeuvrés qui regrettent que les sociétés chinoises fassent venir directement de Chine leurs travailleurs, logés bien souvent à proximité des chantiers. Comme près de l’aéroport Maya Maya, où Xi Jinping doit inaugurer de nouveaux bâtiments que certains qualifient de «bijou» ou de «fierté» du Congo, voire d’Afrique centrale.

«C’est comme s’il n’y avait pas de bras au Congo. On peut +importer+ des travailleurs quand il n’y a pas de gens valides ni de spécialistes, là, d’accord. Mais les Chinois font même venir des chauffeurs! Il n’y a aucun transfert de compétences», se plaint Lewis, 46 ans, professeur dans un collège d’enseignement technique.

Autre frustration: les seuls Congolais qui sont embauchés reçoivent un très faible salaire. Et la plupart critiquent le gouvernement qui, selon eux, ne fixe pas un minimum décent pour un travail souvent harassant.

http://www.liberation.fr/economie/2013/03/28/a-brazzaville-les-jeunes-souhaitent-que-les-chinois-emploient-des-congolais_891970

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 15:03

COMMENTAIRE : Les dictateurs sont certainement les hommes publics les plus difficiles à rencontrer car ils sont méfiants, très méfiants et ils n'ont certainement pas tort. Nombreux se passent de considérations éthiques en espérant recevoir ou gagner de l'argent en rencontrant des chefs d'Etat, ceux de l'Afrique centrale étant assis sur des millions de barils de pétrole. A l'époque du défunt président Omar Bongo, c'est toute la classe politique française, tous partis confondus, qui jouait des coudes pour être reçue afin de percevoir des enveloppes.

La Lettre du Continent publie un article sur la façon de rencontrer trois chefs d'Etat (Ali Bongo, Sassou Nguesso et Obiang Nguéma), en dehors des circuits officiels, c'est qu'il existe une demande dans ce sens. Le protocole ressemble à un bouclier spartiate ; il vous faudra des voies de contournement. La famille y joue un grand rôle - comme partout ailleurs, surtout chez les Sassou & Nguesso. Nous disons à tous les chiens de garde des dictateurs, notamment ceux de Denis Sassou Nguesso, de leur demander de ne pas s'accrocher au pouvoir et de quitter le pouvoir avant que le pouvoir ne les quitte. Et c'est souvent violent, très violent. SASSOU DOIT DIRE QU'EN 2016, IL S'EN VA. SI JE LE RENCONTRE, C'EST LE CONSEIL AVISE QUE JE LUI DONNERAI.

Michel Djotodia et la Séléka viennent de remettre la force au coeur de la farce démocratique en Afrique centrale où depuis quelques années, il suffisait de falsifier les résultats des urnes pour se maintenir au pouvoir. Avec la Séléka, la force redevient un moyen d'accéder au pouvoir. Sassou le sait, lui qui va dépenser des milliards de dollars pour remplacer les stocks d'armes détruits le 4 mars 2012 (et à ce propos, on se demande toujours quand on va juger le colonel Marcel Ntsourou et les autres).

Rien n'est éternel, surtout pas la dictature. Alors, que ceux qui veulent manger le pain du diable en profitent car ça ne durera pas éternellement et, surtout, tous ces biens mal acquis, toutes ces villas, tous ces palaces - notamment au Congo - deviendront des biens publics - ce qu'ils sont en fait car achetés avec de l'argent public !

PORTES_DEROBEES.jpg

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 12:11

Quand j'écoute parler tous ceux qui réclament les Etats Généraux de la nation ou ceux qui se proclament de l'opposition, je fais le constat suivant : je suis le seul à demander à Denis Sassou Nguesso de dire publiquement qu'il respectera sa propre Constitution en ne la tripatouillant pas et en ne se présentant pas à sa propre succession après son deuxième et ultime mandat.

J'ai mis en ligne une pétition qui peine à atteindre les cent signatures - alors qu'il aurait fallu que les Dzon, Miérassa et compagnie la signent - pour donner le bon exemple au peuple.

Arrêtons-nous un peu sur Moukouéké qui a voulu être candidat à la dernière élection présidentielle - alors qu'il avait dépassé les soixante-dix ans (j'étais en plus au courant qu'il fêtait ses soixante-dix ans tout en se présentant à l'élection présidentielle). Aujourd'hui, il est le premier à dire à Sassou de finir son deuxième mandat et de s'en aller. Hier, il a pris l'argent de ce même Sassou pour sa campagne avant d'être arrêté par  la barrière de l'âge. Aujourd'hui, il a oublié tout ça et joue à l'opposant modèle.

Pourquoi ne signent-ils pas ma pétition s'ils sont de vrais opposants ? Le petit peuple a peur et cela peut se comprendre bien que nous ayons assuré de la discrétion du site d'AVAAZ sur l'identité des signataires qui peuvent prendre un pseudo mais eux, EUX, les prétendus opposants, pourquoi ne signent-ils pas ma pétition puisqu'ils n'ont pas peur de Sassou ? Est-ce parce qu'ils ne m'aiment pas ou parce qu'ils poursuivent d'autres objectifs que le mien ? Cette idée est-elle mauvaise parce qu'elle vient du Lion De Makanda ? 

S'ils ne veulent pas signer ma pétition, eux qui organisent des mégameetings, pourquoi ne demandent-ils pas à Sassou de dire ouvertement au peuple comme l'a fait Boni Yayi, qu'il ne sera plus candidat en 2016, à la fin de son mandat ?

ILS SAVENT QUE SI SASSOU LE DIT, IL SERA NON PLUS SEULEMENT SOUS L'EMPRISE DE SA PROPRE CONSTITUTION MAIS IL SERAIT OBLIGE DE CRACHER SUR SA PROPRE PAROLE - CE QUI EN FERAIT AUX DU MONDE ENTIER UN MENTEUR - DEJA QU'ON LE RECONNAIT VOLEUR ET INCOMPETENT. CE N'EST PAS POUR RIEN QUE LE SERPENT NE DIT RIEN A CE PROPOS CAR IL CONNAIT L'IMPORTANCE DE LA PAROLE EN POLITIQUE.

Chaque jour, vous êtes des centaines, parfois des milliers sur le blog et nous constatons que vous ne signez pas la pétition. AUSSI, JE ME POSE LA QUESTION SUIVANTE : POURQUOI NE SIGNEZ-VOUS PAS LA PETITION ? IL SE PEUT QUE VOUS SOYEZ TRAVERSES PAR UNE PEUR IRRATIONNELLE. NOUS VOUS LE DISONS : IL N'Y A RIEN A CRAINDRE EN SIGNANT CETTE PETITION.

ALORS, SOYEZ DES MILLIERS A SIGNER ! SIGNEZ, LA PETITION, S'IL VOUS PLAÎT ET PARTAGEZ L'INFO ! NOUS VOUS REMERCIONS D'AVANCE. ELLE SERA ENSUITE ENVOYEE A SASSOU ET AUX INSTITUTIONS INTERNATIONALES.

http://www.avaaz.org/fr/petition/SASSOU_DOIT_DIRE_QUIL_NE_SERA_PAS_CANDIDAT_APRES_2016_ET_RESTAURER_LA_VRAIE_DEMOCRATIE/?cPGltdb%20%EF%BB%BF

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 17:41

DJOTODIA.JPGLa fuite est le lot des dictateurs renversés : qui a fait fuir son adversaire hier, demain fuira devant un autre plus puissant, pourrait-on dire. LA LOI DU PLUS FORT NE VAUT QUE SI ON DEMEURE LE PLUS FORT. C'EST CE QUI POUSSE LES DICTATEURS A TOUJOURS S'ARMER ENCORE ET ENCORE.

On l'a d'abord cru en RDC, on l'a  même vu au Congo-Brazzaville mais nous avons l'impression que François Bozizé a attrapé la bougeotte depuis que le fauteuil présidentiel était devenu brûlant pour ses belles fesses bien noires de dictateur qui se croyait plus intelligent que ses ennemis de la Séléka.

Nous venons d'apprendre que François Bozizé est au Cameroun - certainement en provenance du Congo où il n'était plus le bienvenu. C'est bien que le Cameroun l'accueille. Mais pour combien de temps ? Biya ne gardera pas très longtemps ce convive encombrant qui s'est invité tout seul à sa table de dictateur "élu démocratiquement". Cela ne peut vouloir dire qu'une chose : son frère de l'ombre qui l'a trompé en lui concoctant des accords insidieux et trébuchants à Libreville n'a pas voulu le garder pour ne pas rappeler à ses hôtes des Grands Lacs venus jouer la comédie de la paix l'odeur fétide de l'échec. Sassou n'aime pas avoir devant les yeux les symboles de l'échec. Cette fois-ci, le baiser de juda était bien un baiser d'adieu. D'ailleurs, le baiser du traître est toujours un baiser d'adieu  : JUDAS N'A PLUS EU L'OCCASION DE REVOIR CHRIST...

Bozizé a des biens mal acquis en France, à ne point en douter. Il s'agira de voir si la France lui accordera l'asile ou pas. La vie ne doit pourtant pas être si mal au Cameroun. Les bananes du Cameroun, c'est aussi bien pour son riche estomac...

Et pendant ce temps, Sassou reçoit Kabila, Kagamé et le président de l'Ouganda à Oyo. Il vient d'échouer à Libreville dans la crise centrafricaine et il prétend résoudre une crise plus complexe dans le Kivu riche en minérais. Qu'il commence par trouver des solutions aux problèmes des Congolais s'il est si sage.

Il sait pourtant que le président sur échasses est plus malin que lui car il voit plus haut, plus loin. Kagamé a les jambes d'un échassier mais les dents d'un pirhana. A ne point douter, dans cette crise qui plonge depuis des années la RDC dans la tourmente, avant même d'avoir fini, voire même d'avoir commencé, Sassou a déjà échoué. N'a-t-il pas lui-même dit que Kanambé alias Kabila était le cheval de Troie de Kagamé ? En fait, cet homme n'a jamais rien réussi sur la scène internationale. Même quand il était à la tête de l'Union Africaine, il accumulait les échecs.

bozize-and-djotodia.jpgCe qui est grave, ce qu'on ne vous dit pas, c'est ceci : de nombreux soldats congolais sont morts et certains ont été faits prisonniers par les soldats de la Séléka. POUR RIEN ! Sassou croyait faire peur à Djotodia en affirmant qu'attaquer Bozizé reviendrait à lui faire la guerre mais nous savons tous qu'il ne tentera plus rien, vu que son fils spirituel, l'homme qu'il a introduit dans la franc-maçonnerie, a pris la fuite. Qu'importe à Sassou qu'il perde le pouvoir ? Il est prêt à recevoir monsieur Djotodia, président autoproclamé de la république centrafrique. Il a de l'admiration pour tous ceux qui viennent au pouvoir par la force, en versant du sang innocent propitiatoire. Bientôt, le grand éléphant voudra rencontrer le président autoproclamé Michel Djotodia car il a de nombreuses affaires, business croisé oblige, en RCA. Pour lui faire un autre baiser de Judas - même si ce dernier ne lui donnera pas l'occasion de le trahir. EN EFFET, ON NE PEUT ETRE QUE LE JUDAS D'UNE PERSONNE A LA FOIS...

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 10:41

Nous suivons de près la chute de François Bozizé en Centrafrique, vu que l'homme a été lâché par son allié le plus solide, celui qui l'a porté au pouvoir, son allié tchadien Idriss Déby qui n'a pas voulu ouvrir un deuxième front en RCA après celui du Mali où il combat les islamistes à côté des Français. Nous savions déjà que les rapports entre les deux hommes s'étaient détériorés. D'autre part, les troupes des autres dictateurs comme Sassou et les mercenaires ont pris la fuite : comme l'a si bien dit Machiavel, un pouvoir ne peut être bien défendu par une soldatesque étrangère  et des mercenaires face à des troupes armées d'une plus grande conviction comme celles de la Séléka qui sont chez eux et qui connaissent mieux le terrain.

Souvenez-vous des louanges du griot blanc de Sassou, Jean Paul Pie-(qui)-(a)gace, vantant la"méthode" Sassou lors des accords de Libreville en comparant cette pseudo sortie de crise avec le fait que l'Afrique de l'ouest n'avait pas réussi seule à sauver le Mali des griffes des islamistes obligeant les troupes françaises à intervenir. Cet homme a démontré par là qu'il n'est qu'un piètre analyste de la vie politique africaine, parce qu'il méconnaît la noirceur de la main qui le nourrit.  Il faut qu'il se méfie : un jour ses louanges ne seront plus douces aux oreilles de notre crapule politique et son lobbyisme peu satisfaisant en retombées positives. A partir de là, il devra fera attention à toute bouchée de pain ingurgitée à la table du "vénimeux" éléphant : on attrape vite une indigestion à la table de l'enfant terrible de l'Alima quand il n'a plus besoin de vos services...

Les médias français ont confirmé l'entrée des troupes de la Séléka au palais présidentiel où comme on pouvait s'y attendre, il n'y avait plus d'occupant puisque François Bozizé avait pris la fuite. La question est alors de savoir où l'ancien dictateur se cache avec sa famille. Certaines rumeurs le prétendaient en RDC mais nous pensons qu'il doit se trouver au Congo car Denis Sassou Nguesso lui doit au moins cela après l'avoir mal conseillé et boutiqué des accords que nous avons estimés fragiles et mal fagotés. Entre frères d'ombre, on se soutient, entre fils de la veuve, on se donne l'asile et le baiser de Judas. Un site internet affirme que le président Bozizé et sa famille ont trouvé réfuge au Congo-Brazzaville auprès de Denis Sassou Nguesso.

Qui prête l'asile aujourd'hui demain en recevra ou se dit qu'il pourrait en demander. Des dictateurs comme Mobutu ont fini leur vie hors de leur domaine de dictature. Rien ne nous dit que cela n'arrivera pas à Denis Sassou Nguesso - même si nous n'avons pas encore une rébellion de la stature de la Séléka.

Sassou pourra demain, si les choses se passent mal au Congo, se réfugier au Bénin. Vous savez pourquoi. Comme personne ne peut prédire l'avenir, wait and see...

SASSOU RECOIT BOZIZE

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 19:43

Nous n'irons pas jusqu'à dire que des bords de l'Alima, il n'est jamais rien sorti de bon mais tout ce que Denis Sassou Nguesso touche dépérit, ne porte pas du fruit, comme s'il était la mort en personne qui n'accouchait que d'os, de putréfaction et de décomposition. il est vrai que Dieu sait susciter la vie de la mort mais le diable ne peut tirer de la mort que la mort. OR, SASSOU EST UN FAUST, UN VRAI DISCIPLE DU DIABLE...

En république centrafricaine, les choses vont mal, poussant une coalition de rebelles à prendre les armes sous une alliance appelée SELEKA qui menaçait directement le pouvoir de François Bozizé. Tous les dictateurs de l'Afrique centrale ont pris peur en se disant que cet exemple risquait d'inspirer d'autres peuples à en découdre par le feu de la kalchnikov. Denis Sassou Nguesso a donc décidé de se mêler d'un problème centro-centrafricain qui ne le regardait pas en proposant un accord bancal à Libreville dont nous avons rélevé de nombreuses contradictions - parce qu'il fallait sauver le "frère de l'ombre" Bozizé (nos 353 abonnés peuvent en témoigner). L'accord n'a pas fait long feu.

Nous pouvons donc dire que rien de bon ne peut sortir de Denis Sassou Nguesso et cela, les éléphants de l'Alima le savent. Et ce ne sont pas les crocodiles qui diront le contraire. L'homme est mauvais jusqu'à la moelle et même sa peau sue le mal...

Comme on le dit chez nous : "Quand l'oeuf est pourri, n'espérez pas avoir un poussin - même mort". Sassou pourrit tout ce qu'il touche avec son pouvoir mortifère. Il se croit sage mais ne pourrait même pas s'acheter un milligramme de sagesse avec tous ses milliards de dollars qui font de lui l'homme le plus riche du monde. Il refuse dans son pays un vrai dialogue à l'opposition depuis 1997 et vous croyez qu'il est capable de résoudre les problèmes des autres ? IL N'AGIT QUE POUR SA GLOIRE ET CELLE-CI N'EST TIREE QUE DU MAL...

Nous apprenons sans surprise aucune que la rébellion SELEKA est entrée à Bangui. Il était évident que les soldats de la force coalisée des dictateurs unis n'allaient pas faire le poids face à la détermination des Centrafricains qui se battent pour leur pays et pour une noble cause. Personne ne veut perdre une goutte de sang pour un dictateur qui n'en vaut pas la peine et vous avez la preuve qu'un homme qui a pris le pouvoir par la force - nonobstant le fait qu'il prétende avoir été élu au travers d'élections factices peut être combattu par les armes. Ce qui compte, c'est la façon dont on arrive au pouvoir - parce qu'un usurpateur reste un usurpateur. Pour ceux qui l'ignorent, la prise du pouvoir de Bozizé s'est faite par les armes et qui arrive par les armes partira par les armes si on suivait l'enseignement du Maître des maîtres. Toutefois, attendons que tout ceci se décante pour que l'on sache vraiment ce qui se passe à Bangui...

SELEKA.jpg


Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg