Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 12:57

COMMENTAIRE : L'Europe connaît une crise qui affecte jusqu'à la survie de sa monnaie l'euro qui est au plus bas face au dollar. Il est normal que des pays comme la France qui possèdent encore un précarré colonial par l'entrave monétaire pensent à une éventuelle dévaluation pour augmenter leurs entrées en devises. Vous savez que les pays de la zone franc effectuent leurs transactions financières internationales en euro. Une dévaluation du franc cfa  représenterait des revenus importants pour un pays comme la France.

 

Tous les pays de la zone franc comme le Congo, le Gabon, la RCA, le Cameroun, la Côte-d'Ivoire, le sénégal, entre autres, n'ont pas d'indépendance monétaire et il est peu de dire que la France nous tient encore et toujours par la laisse de la monnaie. La parité fixe entre l'euro et le franc cfa dépend de la bonne volonté de l'Hexagone et en ce moment, la situation économique de la France ne l'invite pas à continuer à maintenir cette fixité. Nous finirons par passer de la dévaluation à une fluctuation du taux du franc cfa vis-à-vis de l'euro et à ce moment-là, notre pays n'échappera plus à la problématique de la sortie du franc cfa. En effet, rien n'empêche d'envisager une monnaie régionale ou même continentale qui favoriserait les échanges intercontinentaux.

 

Nous avons été parmi les premiers à porter devant l'opinion publique nationale et internationale une éventuelle dévaluation du franc cfa prévue pour cette année. Il est certain que nos exportations de 130 milliards de francs cfa - juste pour ce  qui concerne les denrées alimentaires coûteraient 260 milliards de francs cfa et cela ne pourrait se traduire que par une augmentation du simple au double de celles-ci sur nos marchés. La fondation Ebina, par la voix de son président,  Joe Washington Ebina, a tenu un point de presse pour marquer son indignation  à l'hôtel Saphir de Brazzaville, face à cette éventualité qui va signer une autre baisse du niveau de vie de nos populations. Joe Washington Ebina appelle les autorités congolaises à prendre leurs responsabilités. Nous vous laissons découvrir le résumé de ce point de presse..

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Joe Washington EBINA (1)Président de la Fondation Ebina, Joe Washington Ebina a fait un point de presse, samedi 17 décembre 2011, à l’hôtel Saphir, à Brazzaville, pour exprimer son indignation contre une éventuelle seconde dévaluation du franc Cfa, la monnaie en usage dans quatorze pays africains, et qui est arrimée à l’euro par un taux fixe. «La réalité congolaise est catastrophique, au regard d’une subsistance alimentaire de la population dépendante des importations. De ce fait, il serait aisément compréhensible d’imaginer ce que deviendrait notre population, au cas où le franc Cfa serait dévalué de nouveau», a-t-il dit, dans son point de presse qui a pris l’allure d’un cri du cœur sur le sort de la population.

Joe Washington Ebina a, d’abord, fait le rappel des méfaits de la première dévaluation du franc Cfa, intervenue en janvier 1994, qui avait diminué la valeur du franc Cfa de 50%. Il s’est référé à une étude réalisée, en 1995, par le laboratoire de nutrition tropicale de l’I.r.d, à Montpellier (France), et par l’O.M.S. (Organisation mondiale de la santé), dans une étude menée à Brazzaville et dans la banlieue de Dakar sur les effets produits par cette dévaluation du franc Cfa. Ces études ont démontré les effets néfastes de cette dévaluation sur la santé des populations. «Certaines mères de famille évoquèrent l’incapacité de faire passer le nourrisson allaité aux bouillies souvent importées, aux bouillies fabriquées localement, ce qui entraînèrent la diminution de la qualité des aliments de compléments». Les produits pharmaceutiques vont augmenter de prix et tout ce que les populations importent.
Bref, le président de la Fondation Ebina a mis l’accent sur les conditions sociales des populations qui risquent de se dégrader, profondément, en cas d’une seconde évaluation du franc Cfa. C’est pourquoi, il demande au gouvernement de prendre toute ses responsabilités pour éviter une nouvelle dévaluation de notre monnaie. Ou, en tout cas, prendre des mesures d’accompagnement ou pour compenser la perte de pouvoir d’achat qu’entraine la dévaluation.
Par ailleurs, il a indiqué: «L’Union européenne et la France devraient nous donner l’accès à des crédits moins chers, des taxes moins élevées et devraient favoriser et accorder des tarifs préférentiels sur toutes nos importations».
Enfin, Joe Washington Ebina a expliqué le sens de son point de presse, comme un moyen pour sensibiliser les pouvoirs publics et les partenaires internationaux, sur les conséquences sociales catastrophiques d’une éventuelle seconde dévaluation du francs Cfa.

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 11:13

4718099004_87077dff9f.jpgLes artistes se lancent de plus en plus à la conquête du pouvoir politique  suprême et l'Afrique n'est pas une exception. Youssou NDOUR, ce grand artiste de talent sénégalais, est formel : "Président de la république n'est pas un métier mais une fonction". Donc à son avis, ouvert à TOUT citoyen qui se sent prêt à proposer un projet de société à son pays. Il se lance dans la bataille présidentielle  afin, semble-t-il,  de barrer le chemin à Abdoulaye Wade qui est candidat à sa propre succession pour un troisième mandat. Il est assez visible que les Sénégalais sont exaspérés par ce mandat qui apparaît comme une candidature de trop. Néanmoins, si la constitution sénégalaise le lui permet, Wade a le le droit de briguer un autre mandat et il reviendra aux électeurs d'apprécier sa candidature dans les urnes. L'homme est octogénaire et on peut se demander si cette candidature supplémentaire est en adéquation avec son âge avancé, la fonction étant très prenante...

Président de la république, c'est assurément une fonction importante. Cependant, un chef de l'Etat doit savoir s'entourer et il a de toute évidence à sa disposition toutes les compétences et toutes les intelligences du pays. Il s'agit de dépasser l'ethnie ou la tribu pour rechercher l'accomplissement de l'intérêt national au travers de personnalités dignes d'en être les acteurs. Youssou Ndour, selon son entourage, en a la pleine conscience et on pense qu'il ira jusqu'au bout.

A Haïti, le président de la république est un chanteur ; ce qui démontre qu'il n'y a pas d'incompatibilité entre le fait d'être un artiste et celui de devenir président de la république. Ronald Reagan, un acteur américain a même occupé la MAISON BLANCHE. Youssou Ndour va surfer sur sa popularité nationale et internationale pour rabattre le maximum de voix autour de sa candidature. Très proche du peuple, il espère gêner le président sortant au point d'empêcher sa réélection. Nous lui souhaitons bonne chance.

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 15:36

Nous n'avons aucun plaisir à vous montrer les travers d'une république dont les priorités sont ailleurs mais pour que le monde entier puisse comprendre les insuffisances du régime Sassou&Nguesso - alors même que des solutions simples existent comme un vidéoprojecteur relié à un ordinateur qui permettrait à un enseignant de projeter un texte à lire sur un écran pour pallier à l'insuffisance de livres scolaires par nombre d'élèves -, nous sommes obligés de publier des vidéos qui attestent de la décadence de l'Etat.

On peut ou scanner un livre pour le transformer en support numérique ou l'acheter au format numérique. Un livre numérique, si chaque élève possède un ordinateur, peut se déployer en autant de copies. Cependant, c'est une solution plus onéreuse que celle qui donnerait un vidéoprojecteur, un ordinateur et un scanner à un professeur. Ce n'est pas par hasard que nous insistons sur le projet d'électrification globale du Congo : cela résoudrait de nombreux problèmes dans de domaines variés comme l'enseignement.

Si on équipait une classe de cent élèves avec cent tablettes, on gagnerait à les initier à l'informatique tout en leur permettant d'apprendre ludiquement le français, l'anglais, les mathématiques, etc.

Sassou construit un palais présidentiel à Kinkala selon les dires du compatriote qui nous envoie les liens de ces vidéos sur Youtube - une construction liée aux festivités de l'indépendance dans le Pool en 2012. Sassou doit associer aux investissements purement politiques des aspects plus constructifs et plus utiles renvoyant au quotidien : éducation, santé, emploi, routes, eau, électricité, matériels de toutes sortes pour favoriser le développement de la région. Dans tous les coins du pays, il y a des palais qu'il n'occupe même pas ! Le collège Moundongo ne possède même pas une machine à taper - alors que tous les collèges devraient être dotés d'ordinateurs, de réseaux internet et d'imprimantes. Comment comprendre qu'on néglige ainsi l'éducation nationale sans se demander ce que cache une telle politique d'abandon ? Il y a bien un ministère chargé de résoudre de tels problèmes avec un budget conséquent. Si la compétence des ministres n'est pas en cause, doit-on y voir un plan délibéré conçu pour entraîner une baisse du niveau scolaire ?

C'est bien de construire des palais présidentiels mais l'avenir, chemin oblige, ne peut se concevoir sans éducation digne de ce nom. Aussi, nous exigeons que le gouvernement congolais améliore les conditions de scolarité sur toute l'étendue nationale. A l'heure des excédents budgétaires, vous ne nous direz pas que le pays manque de moyens financiers. Certes, Moundongo n'est pas à Oyo mais il s'agit d'un collège du Congo et l'Etat n'est pas censé s'occuper juste d'un petit village de pêcheurs...

 

 

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 11:59

cheminavenir-okDenis Sassou Nguesso a décidé de faire de 2012 l'année de la santé. Encore une fois, l'intention est louable - même si la santé doit être pour un Etat une préoccupation de tous les instants. La santé est un enjeu permanent et une seule année, n'en déplaise à monsieur Denis Sassou Nguesso, ne saurait suffire à en éradiquer les manquements. Il ne suffira pas de construire une espèce de clinique politique à Oyo avec hôtel pour nous donner l'illusion de résoudre le problème de la santé. Sassou doit passer de la prestidigitation à la politique réelle, de l'incantation et l'intention à l'action politique globale avec visée de solutions durables pour tout le pays.

Dans un récent article, nous nous demandions si Denis Sassou Nguesso a la capacité de comprendre ce que recouvre le concept "SANTE". Ce n'est pas pour sous-estimer l'intelligence du grand éléphant totalement tournée vers le mal et la préservation du pouvoir mais parce que nous savons que la capacité d'analyse n'est pas le propre de tous , certains pouvant voir plus loin que d'autres. En effet, la santé est une résultante de plusieurs facteurs socio-environnementaux et si en dernier ressort, en cas de maladie, il en découle un déséquilibre des fonctions vitales, alors tout ce qui crée un dysfonctionnement dans l'organisme humain - de façon durable - peut être considéré comme une maladie. ainsi, selon la conception upériadienne de la maladie, même la pauvreté est une maladie, la première des maladies car d'elle découlent d'autres maladies comme la malnutrition qui affaiblit l'organisme ouvrant la voie à plusieurs autres pathologies.

La santé est le niveau de lecture sociale le plus éminent d'un pays. On peut lire la santé sur un corps humain à vue d'oeil. La santé ne se définit pas sans son contraire la maladie. Aussi, parler de SANTE devient parler de MALADIE. Tout programme qui se propose d'améliorer la santé doit opérer une transformation globale de toute la société car TOUT LE FONCTIONNEMENT DE LA SOCIETE AGIT EN DERNIER RESSORT SUR LA SANTE. Vous comprenez maintenant pourquoi nous disons que DENIS SASSOU NGUESSO TUE NOS COMPATRIOTES EN LEUR PRIVANT DE TRAVAIL DONC DE NOURRITURE, D'EAU POTABLE, ETC. ? C'est tout bonnement dans ce domaine qu'il commet  LE PLUS GROS CRIME CONTRE L'HUMANITE. LAISSER DES ENFANTS MOURIR DE FAIM EST UN CRIME ODIEUX.

J'ACCUSE DENIS SASSOU NGUESSO D'ETRE COUPABLE DE LA MORT DE TOUT ENFANT CONGOLAIS QUI MEURT DE FAIM. Hélas, il n'y a pas que les enfants qui meurent de faim ; il y a aussi les mères, les pères, les vieux, les vieillards. CECI VISE UNE POLITIQUE SUBTILE DE TYPE GENOCIDAIRE DONT L'OBJECTIF EST L'EQUILIBRE ENTRE LES POPULATIONS DU SUD ET DU NORD PUISQUE LE NORD DU CONGO SOUFFRE DEPUIS TOUJOURS D'UN DEFICIT DEMOGRAPHIQUE.

A Pointe-Noire, la qualité de l'air se détériore et nous voyons la multiplication des maladies pulmonaires, des cancers. Nous savons que c'est à cause des rejets de gaz brûlés dans l'atmosphère, rejets qui finissent par retomber en polluant l'eau, les légumes, etc. DE LA CONCEPTION DE LA SANTE DEPEND LA REPONSE QUE L'ON VA DONNER A LA MALADIE. SI L'ON TRAITE JUSTE L'EFFET ET NON LA CAUSE, ON N'APPORTE PAS UNE SOLUTION EFFICIENTE. ET, N'OUBLIONS PAS QUE LA PREVENTION N'EST PAS A NEGLIGER.

Il faut renforcer les moyens du ministère de la santé - de façon durable pour qu'avec d'autres ministères, il puisse proposer des solutions dont les effets auront un impact important dans notre société.

Voici des informations tirées d'un texte que nous avons reçu par mail d'un citoyen congolais, un frère de lutte qui fait de la veille informationnelle sur notre pays et que nous remercions pour tout ce qu'il fait pour le Congo. En effet, POUVOIR COMMENCE PAR SAVOIR.  26% des enfants de moins de 5 ans souffriraient de malnutrition chronique (dont les séquelles affectent aussi le développement normal du cerveau), 14% d'insuffisance pondérale, etc. Des chiffres jetés comme ça au cours d'un séminaire organisé par le ministère de la santé et l'UNICEF. Non, soyons sérieux ! D'où viennent ces chiffres ? Quel est leur fondement ? A-t-on fait une enquête à portée nationale ? Un recensement général de la population avec des indicateurs portant sur la santé ? le rapport taille/poids, etc. ? Il faut toujours relativiser vers le haut de telles statistiques car elles ne sont fondées par rien.

Nous pensons que ces chiffres sont à nuancer  et d'une manière générale, nous estimons que la malnutrition dépasse les 50%. En effet, si la population se compose d'une majorité de jeunes, si la population active est si faible, vous pouvez - même sans faire une enquête approfondie déduire que la malnutrition est très prononcée dans toute l'étendue du pays. Il s'agit de se dire que la malnutrition ne comprend pas le fait de manquer de nourriture mais surtout le fait que celle-ci soit insuffisante et qu'elle n'apporte pas les nutriments nécessaires à la bonne croissance de l'organisme d'un enfant par exemple. Pour les adultes, on parlera de carence alimentaire.

Je vous prie de me croire si je vous dis que j'aimerais être fier de l'Etat qui dirige mon pays mais je constate que la médiocrité et le vice ont réussi à se hisser à l'endroit même où le peuple pouvait espérer des solutions, un piedestal occupé par une caste qui n'a aucun projet global de bien-être pour tous puisque seuls comptent les membres de ladite caste royale.

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 13:06

En sa qualité de défenseur des droits de l'homme, de chantre de la liberté d'expression et de toute liberté en général, le Lion De Makanda, dénonce l'arrestation arbitraire de monsieur Pierre GAMBOU, lieutenant, aide de camp de monsieur Mathias Dzon, un des rares leaders politiques congolais à qui il reste encrore un soupçon de crédit d'un petit microgramme, en qualité d'opposant intérieur au régime de monsieur Denis Sassou Nguesso.

Dans un pays civilisé, aucune arrestation ne se fait sans le recours de la justice et d'un mandat d'arrêt en règle ordonné par un procureur de la république - suite à des accusations fondées. Il s'agit évidemment d'une campagne d'intimidation perpétré par l'éléphant de l'Alima en direction des vrais opposants pendant que monsieur Mathias DZON est à Paris.

Le pouvoir de Brazzaville soupçonne Mathias DZON de détention illégale d'armes de guerre - SANS LE MOINDRE COMMENCEMENT DE PREUVE - alors que dans le camp de Sassou, ils sont nombreux à détenir illégalement des armes en prévention d'un soulèvement populaire à réprimer dans le sang qui prendrait corps dans le sud du pays hostile à monsieur Denis Sassou Nguesso.

Nous mettons en ligne un lien vers un fichier audio dans lequel monsieur Mathias DZON s'exprime et accuse monsieur Denis Sassou Nguesso de DETENTION ILLEGALE D'ARMES au travers de sa milice privée de TSAMBITSO.

LE CONGO NE PEUT PAS ACCEDER A UNE VERITABLE DEMOCRATIE POUR UNE RAISON SIMPLE : DENIS SASSOU NGUESSO N'EST PAS UN DEMOCRATE, LUI QUI NE SAIT MEME PAS CE QUE LE MOT VEUT DIRE, LA SEULE CULTURE QU'IL POSSEDE ETANT UNE CULTURE MILITAIRE. AUSSI, DANS LA DEMOCRATIE VERITABLE A VENIR, AUCUN HOMME EN ARMES NE DEVRA BRIGUER UN MANDAT ELECTIF.

 

http://www.frtdh.org/playAudio.php?audioNo=133

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 16:18

L'épuisement des ressources de la mer et des océans est une question très délicate qui est au centre des préoccupations des écologistes et des Verts. La mer nous fournit une grande partie de nos ressources. Il n'y a pas que le pétrole qui vient de la côte atlantique ; il y a aussi le poisson et certains en tirent plus, y compris l'énergie éolienne ou celle des fonds marins. L'Occident et l'Asie ont pratiqué depuis trop longtemps la surpêche au point de  se ruer vers les côtes africaines où l'on trouve encore du poisson. Le poisson que j'achète dans un magasin exotique appartenant à des Chinois provient du Sénégal. Je constate d'ailleurs que les soles sont de plus en plus petites, preuve qu'on ne les laisse pas grandir...

Nous avons déjà évoqué des questions relatives au contrôle de la pêche et même de l'industrie pétrolière car l'espionnage moderne, ce n'est pas de filer LDM et de le lui dire au téléphone quand il revient en France après un voyage au Congo mais surtout de surveiller la production et la logistique liées aux ressources qui permettent au pays de vivre et d'engranger des devises.

Nous savons que la pêche est une activité très lucrative en direction de l'Asie - et, comme les Asiatiques ont détruit leur écosystème océanique et marin en dynamitant le corail, ils ont besoin de venir pêcher sur les côtes africaines très poissonneuses et très peu exploitées par les locaux qui pratiquent encore une pêche artisanale ; ce qui préserve le poisson...

Le journal Le Monde vient de confirmer nos soupçons et toutes les rumeurs sur la pêche illégale pratiquée par les Chinois sur nos côtes. Le Congo semble avoir pris des dispositions pour surveiller la pêche maritime. En effet, nous apprenons au travers d'un article du monde que soixante-neuf bateaux appartenant à trois compagnies de pêche chinoises ont été suspendus - MEME PAS INTERDITS ! SEULEMENT SUSPENDUS ! Je gagne  à lire la juridiction congolaise en la matière pour voir s'il n'y a pas de la corruption en l'air. Il eût fallu interdire les trois sociétés au lieu juste de suspendre les bateaux : il suffit de changer le nom des bateaux pour qu'ils reviennent pêcher en toute illégalité.

LE CONGO POSSEDE-T-IL UNE POLICE MARITIME CAPABLE DE SURVEILLER SON LITTORAL ? QUE LE GOUVERNEMENT REPONDE A LA QUESTION. UN ETAT DIGNE DE CE NOM DONT LES REVENUS PROVIENNENT DE l'EXPLOITATION DE SES COTES DOIT AVOIR UNE POLICE MARITIME DIGNE DE CE NOM AVEC BATEAUX, HELICOPTERES, FREGATES, HORS-BORDS, ETC. LE  CONGO EN A LES MOYENS ET NOUS LE SAVONS TOUS. IL NE SUFFIT PAS D'UNE SURVEILLANCE SATELLITAIRE...

Dernièrement, une Chinoise a été tuée lors d'un cambriolage. C'est un acte grave et nous savons que la justice fera en sorte que les quatre jeunes (un Congolais et trois jeunes centrafricains) soient jugés mais il convient de s'interroger sur la prépondérance des Chinois sur notre économie - au point où ils font des envieux et nous savons que les Congolais ne les apprécient guère, déjà qu'ils viennent avec ingénieurs et ouvriers sur nos chantiers, eux qui n'achètent rien sur nos marchés. Près de 70 bateaux qui pêchent nuit et jour sur nos côtes, et ce n'est pas l'ensemble de la flotille de pêche, c'est déjà trop au point où les pêcheurs locaux n'attrapent plus la moindre petite sardine  !

La Chine pratique une colonisation économique doublée d'une volonté de pillage effréné du continent africain : LES CHINOIS SONT PARTOUT ! ILS "RATIBOISENT" TOUT et vont finir par détruire tout notre tissu forestier et décimer toutes nos côtes si on n'y prête pas attention. Il devrait exister une société de pêche nationale pour éviter que le Congo importe pour plus de 130 milliards de francs cfa de denrées alimentaires car si chaque Congolais a besoin de 25  kilos de poissons SEULEMENT par an, nous avons les moyens de leur offrir plus que 25 kilos ! 

Nous devons nous interroger sur la place que nous devons laisser aux étrangers dans notre pays. IL FAUT PRIVILEGIER LES NATIONAUX ET LE CONGO AU LIEU DE PRIVILEGIER LES ETRANGERS. Pourquoi au Congo, faille-t-il que ce soient toujours les étrangers qui viennent exploiter ce qui nous appartient - même les côtes maritimes ?

Des Chinois qui pêchent à la dynamite, nous en avons parlé et nous voyons que la  situation est grave au point de préoccuper le gouvernement du roi Sassou. Au lieu d'importer pour 130 milliards de francs cfa de denrées alimentaires, il suffit juste d'investir 10 milliards dans une société de pêche nationale et 10 autres milliards dans l'élevage pour subvenir aux besoins de tout le pays en poisson. Néanmoins, il faut construire une grande conserverie nationale pour entreposer le poisson - ce qui nous amène à la question de l'autonomie énergétique du pays. ENCORE ET ENCORE...

SI LE CONGO PECHE LUI-MËME SON POISSON, IL PEUT EN CONTROLER LE CYCLE D'EXPLOITATION.

Nous savons que le contrôle est le talon d'Achille de notre pays  : il devrait toujours avoir à bord de ces bateaux de pêche des contrôleurs congolais et nous pensons que les contrôleurs doivent aussi surveiller les quantités de pétrole exporté par TOTAL ELF FINA...

69BATEAUX.jpg

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 11:45

Chers internautes,

Chers citoyens du monde,

Chers compatriotes,

Chers abonnés,

Mesdames et messieurs,

nous venons de terminer une année 2011 qui a été riche en rebondissements au niveau mondial. Tandis que la crise couvait en Europe et partout dans les sphères industrielles, le Maghreb se réveillait et disséminait sa ferveur révolutionaire à travers des pays comme la Tunisie, l'Egypte, la Lybie, le Yémen, l'Algérie, le Maroc, même le Maroc où le roi a cédé une partie de ses pouvoirs pour préserver la royauté du vent révolutionnaire qui est toujours au-dessus de la Méditerranée comme une épée de Damoclès.

L'Amérique en finissait avec Oussama Ben Laden dont le cercueil a été livré à la mer. Nous avons assisté au départ de l'armée américaine d'Irak après avoir connu un tsunami dévastateur au Japon remettant au centre de l'échiquier énergétique toute la problématique du nucléaire. La crise emporte des gouvernements en Europe et nous comprenons que ce sont les financiers qui gouvernent ce monde en faisant et en défaisant les gouvernements. L'Europe vit au-dessus de ses moyens depuis trop longtemps et nous voyons mal qu'elle s'en sorte puisqu'elle ne veut pas renoncer à un mode de vie où le superflu est de rigueur et le gaspillage de règle tandis que les riches sont épargnés - alors qu'ils ont beaucoup et à ceux-là, on ne demande malheureusement que peu...

En Afrique, nous avons vécu en Côte-d'Ivoire une situation politique digne d'un projet de recolonisation puisque la France a investi Ouattara en l'imposant par les bombes au détriment de Laurent Gbagbo qui croupit en prison à la Haye. Plus proche de nous, Mba Obame s'est vu voler le fauteuil présidentiel au profit d'Ali Bongo instaurant au Gabon une monarchie républicaine puisqu'il s'asseoit dans le fauteuil de son père. Sur la rive gauche du fleuve Congo, en ce moment même, Etienne Tshisekedi est en résidence surveillée pour avoir osé contester la réélection contestable de Joseph Kabila.

Au Congo, quelques soubresauts pour saupoudrer le peuple d'une illusion de progrès - alors que Denis Sassou Nguesso est revenu au pouvoir depuis treize ans - sans véritable projet globale pour TOUT le Congo. En cinq ans, on peut électrifier tout le Congo et en en cinq autres années, on peut donner de l'eau potable à tous les congolais puisque l'eau abonde et nous n'avons même pas à dessaler l'eau de mer comme en Algérie ou en Israël.

Sur le plan national, le chômage des jeunes est légion, la misère avance dans l'insalubrité tandis que le clan Sassou&Nguesso s'enrichit de plus bel. Il n'y a donc pas une véritable avancée infrastructurelle globale qui concernerait TOUS les Congolais. Par contre, le niveau éducationnel a baissé, le coût de la vie a connu un bon prodigieux alors que la dette du Congo a été passée à l'ardoise magique par le FMI et la banque maondiale. Sur le plan des libertés fondamentales, nous avons assisté à des arrestations arbitraires, la censure de journaux, une corruption galopante en dépit d'une Commission anticorruption qui a même subi le ridicule de se faire plumer par un opérateur véreux pour ce qui est de son siège social.

En prenant en compte les surliquidités, le budget de l'Etat congolais se situe autour de 7000 milliards de francs cfa - ce qui ne représente que 10% des ressources globales réelles estimées à 70.000 milliards de francs cfa dont la grande majorité s'évapore à l'étranger. D'aucuns se demandent où va le Congo, sans cerveau, sans projet global, sans libertés fondamentales, sans éducation, dans la faim, la soif, le noir et la maladie.

Avec ça, Denis Sassou Nguesso a proclamé 2012 "ANNEE DE LA SANTE". Si au moins, son cerveau de grand éléphant savait ce que cela voulait dire ! La santé, c'est un processus qui  se condense sur un organisme social et sur des organismes individuels en y apportant des niveaux de lecture sur sa qualité de vie, son alimentation, son éducation, son environnement, son système sanitaire avec ses infrastructures et la compétence de ses médecins. La santé ne se réduit pas à distribuer la nivaquine ou les moustiquaires imprégnées à quelques habitants d'Oyo ou de Pointe-Noire sans lutter contre le moustique qui profite de l'insalubrité et de l'eau stagnante.

La santé est un équilibre qui dépend de la qualité de la nutrition ou de l'alimentation, de la salubrité environnementale (hygiène), de la qualité de l'eau et nous avons vécu des épidémies  qui par ailleurs se pousuivent faute d'une eau digne d'être bue sans crainte. Le pouvoir promet comme solution globale deux petits potablocs à Brazzaville et à Pointe-Noire. La santé dépend aussi de la qualité des infrastructures sanitaires sinon comment expliquer que l'élite se soigne à l'étranger ? Il faut non seulement bien former les médecins, bien les payer et équiper les hôpitaux sans oublier tout le côté thérapeutique. Comme à son habitude, NOUS NE VERRONS PAS un projet global sortir du cerveau de SASSOU et des ses conseillers grassement payés mais un hôpital à Oyo, un petit dispensaire ici, etc., ce qui en substance n'apportera pas un changement qualitatif et quantitatif significatif.

Du point de vue de la santé, c'est tout un projet social qui doit être remis en cause car la santé n'est qu'un indicateur social, certainement le meilleur pour juger de la bonne santé politique d'un pays. Au premier rang de la maladie, Sassou peut-il comprendre que nous plaçons la malnutrition qui ravage mères et enfants ?

Cette année 2012, le Lion de Makanda a juré de  passer à la phase de propositions  dans une dynamique de critique constructive. Il ne s'agit pas de construire une route ici ou là mais d'élaborer un projet de logistique et de transport global pour le Congo. Il ne s'agit pas au président de construire une route pour faire plaisir à une concubine mais de l'intégrer dans un projet global d'infrastructures de transport qui comprennent la route, l'océan, le fleuve, et le transport aérien qui a causé un accident grave à Pointe-Noire à cause de cercueils volants écumant le ciel congolais.

Sur le plan politique, nous avons démontré qu'il Y A NECESSITE IMPERIEUSE DE SE REGROUPER DANS UNE OPPOSITION DIGNE DE CE NOM car le scandale récent d'Ewo a fini par convaincre tous les vrais démocrates, que l'opposition est à construire non pas autour d'une personne mais autour de GRANDES IDEES, DE GRANDS PROJETS POUR LE CONGO ET LES CONGOLAIS. IL S'AGIT DE PREPARER L'APRES-PETROLE, DE DIVERSIFIER LES SOURCES D'ENERGIE, DE TOUT CENTRER AUTOUR DU CONGOLAIS ET DES CONGOLAIS, EN REVENANT A NOTRE KIMUNTU-BOMOTO afin que les puissances du monde arrêtent de nous considérer comme des bêtes sauvages.

Au peuple qui m'a donné la vie, je dis QU'IL Y TOUJOURS DE L'ESPOIR CAR TOUT N'EST PAS ENCORE PERDU SI NOUS MENONS LE COMBAT QU'IL FAUT EN LAISSANT AUX PETITES AMES DE MOURIR DE LEURS PROPRES INEPTIES. NOUS SAURONS NOUS RASSEMBLER LE MOMENT VENU ET VOUS VERREZ QUE COMME ELIE QUI CROYAIT QU'IL ETAIT RESTE LE DERNIER PROPHETE, QUE DIEU A GARDE D'AUTRES COMBATTANTS, D'AUTRES SERVITEURS QUI N'ATTENDENT QUE DE LIVRER LE GRAND COMBAT POLITIQUE, LE VRAI, LE DIGNE, CELUI QUI APPORTERA LE BIEN-ETRE A TOUS LES CONGOLAIS, DES GUERRIERS PAR LES IDEES SORTIRONT DE L'OMBRE...

A TOUTES ET A TOUS, LDM VOUS SOUHAITE UNE BONNE FETE DE FIN D'ANNEE. 

QUE DIEU PRESERVE LE CONGO DE SES ENNEMIS DE L'INTERIEUR ET DE L'EXTERIEUR... QUE DIEU PRESERVE LE CONGO DE SES MAUVAIS FILS QUI TRAHISSENT LA MERE-PATRIE !

 

                                       LION DE MAKANDA

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 10:22

BONNE_ANNEE.jpg

Au peuple qui m'a donné la vie, aux combattants de la liberté partout dans le monde, à mes 202 abonnés, à toutes les âmes éprises de liberté, le combattant de la liberté LDM vous souhaite à TOUTES ET A TOUS une excellente année 2012 !

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 12:41

arcenciel2-1.jpgLes dictateurs n'ont qu'un seul rêve : ils rêvent à la royauté, un régime où l'on est au pouvoir à vie, de père en fils, de fils à petit-fils. En effet, la république limite les mandats dans certains pays ; parfois même lorsqu'il n'y a pas de limitation expresse, à un certain moment, on n'a plus les faveurs du peuple pour gagner et la "sélection politique" (pour parodier la sélection naturelle de Darwin) fait le reste. En fait, un dictateur souffre de la maladie de la soif illimitée du pouvoir : il en veut toujours, il en veut tout le temps et toujours plus de pouvoir.

Dans le monde, des pays essaient de sortir des griffes de dictateurs qui sont dans l'espace politique depuis des dizaines d'années et ce n'est pas facile ; le cas de la Syrie nous montre que les dictateurs ne se laissent pas facilement convaincre de laisser leur trône sans chercher à intimider le peuple (Marien Ngouabi a dit : "LE POUVOIR NE SE DONNE PAS") ; la lutte politique se joue entre la volonté collective et la volonté d'un homme porté par la puissance d'un système qui a réussi à acquérir la violence légitime au travers de sa personne.

 L'Afrique ressemble à l'un des derniers bouillons de culture de dictateurs et comme des microbes, ils refusent de disparaître tant qu'il y aura des peuples faibles à infecter, à parasiter. Au Congo, nous avons notre Sassou national qui hante les hautes sphères politiques depuis les années 70 ou même avant, un homme qui approche les 70 ans, lui qui a déclaré qu'il était né pour commander et que même s'il restait deux personnes au Congo, il commanderait.

2016, une année qui est encore éloignée mais nous savons que la machine du temps finit par  relativiser toute attente. Cette année va arriver et elle est décisive car Denis Sassou Nguesso ne pourra plus prétendre à la magistrature suprême selon les termes de sa propre Constitution qui ne peut être modifiée. Denis Sassou Nguesso court un risque énorme à vouloir modifier le non-modifiable, à prolonger ce qui doit s'arrêter, à forcer à contre-courant la marche de l'histoire ; ce qui démontrerait qu'il est malade du pouvoir au point de ne plus vivre sans et personne ne peut prédire les réactions populaires, le comportement de l'armée, de la communauté internationale, etc.

 Nous attendons avec impatience qu'il ose tenter proclamer la modification interdite de sa propre Constitution car il s'exposerait aux pires conséquences de son existence politique. Cet acte risque d'être l'acte déclencheur du réveil des Congolais car il est bon de ne pas abuser du peuple trop longtemps. Sassou n'at-il pas vu la fin horrible de Kadhafi ? Qu'a-t-il ressenti en apprenant la fuite de Ben Ali ? Pouvait-il même imaginer la chute de Moubarak ? Pourtant, Kadhafi a fait 2000 fois plus que Sassou en apportant même de l'eau dans le désert ! Les peuples ne se couchent pas et ne se réveillent pas à la même heure mais ILS SE REVEILLENT !

Sassou a apporté l'électricité à Oyo et à la partie nord au prix d'une dette qui va exposer nos forêts à l'appétit des Chinois, il a construit des routes chez lui, un aéroport inutile à Ollombo, il a des vaches, des chèvres, même des autruches que les Congolais ne consomment pas, son eau Okiéssi des banques, 18 villas en France, bref, TOUT le superflu nécessaire pour être le vieillard le plus riche du Congo et passer une retraite tranquille à l'abri du besoin en s'occupant de ses poissons chats et en contrôlant la fabrication de son foufou et de son huile de palme. IL A TOUT POUR VIVRE EN AUTONOMIE A OYO. Alors, pourquoi chercher à tout prix à humilier ce peuple au-delà du raisonnable ? Ben ali doit se demander à quel moment il aurait pu partir pour éviter l'exil. Kadhafi ne pourra même plus se poser la question : c'est trop tard !

A Sassou qui aime parler de "PAIX" - même s'il ignore ce que ce mot veut dire : IL EST TEMPS D'ANNONCER CLAIREMENT AU PEUPLE CONGOLAIS, QU'AVEC LE PEU D'HONNEUR QUI VOUS RESTE, ET SURTOUT, POUR EVITER L'INIMAGINABLE, QUE VOUS PRENDREZ VOTRE RETRAITE EN 2016 EN RESTITUANT AU PEUPLE CONGOLAIS LA DEMOCRATIE CONFISQUEE.

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 10:07

drapeaucongoflottant.gifCOMMENTAIRE : Décidément, Demain le Nouveau Congo-Brazzaville devient un lieu de revendications populaires. Le peuple bâillonné profite de cet espace de liberté pour porter ses revendications aux autorités du pays  qui nous lisent au quotidien.

Après les étudiants congolais en Chine qui au travers de leur association AECC dénoncent une année de bourse impayée pour cinq d'entre eux, voilà que les stagiaire militaires à l'étranger du collectif M22, des citoyens qui représentent le Congo, des hommes en armes, interpellent monsieur Denis Sassou Nguesso et le minstre de la Défense Zacharie Bowao, à cause de leur précarité finaciére qui les conduit au bord de la mendicité à l'étranger. Il se déduit aisément que leur pécule n'est pas payé - alors qu'ils ne peuvent bénéficier du réseau familial ou relationnel pour suvivre puisqu'ils sont à l'étranger. Ce pécule est l'élément vital de leur survie à l'étranger. C'est donc ou un mépris ou une incompétence notoire doublée d'un détournement de pécule réservé aux stagiaires militaires - par décret, s'il vous plaît !

 

Je ne connais pas monsieur Boyce Boyd qui m'a écrit par la fiche CONTACT qui ne laisse aucune trace sur le site. JE VOUS RECOMMANDE CE MODE POUR NOUS CONTACTER.


A Messieurs Denis Sassou Nguesso et  Zacharie Bowao,


selon l'idéologie du grand éléphant, l'armée et les corps constitués de la république doivent avoir un traitement digne de citoyens ayant fait le voeu de défendre la nation. Nous pensions jusqu'à ce message que leur condition était respectable de par leur statut. Hélas, ce message semble dire le contraire. La trésorerie militaire, celle du ministère de la défense, est l'une des plus importantes du Congo et il ne peut se comprendre et se concevoir que nos stagiaires militaires meurent de faim à l'étranger - alors même que la formation et la discipline militaires sont rudes et exigent une conditon physique sans reproches.

Nous savons que vous lirez attentivement ce message et ne manquerez pas de donner un sens à un décret que vous avez officiellement pris à ce propos.

Nous soutenons nos compatriotes militaires stagiaires à l'étranger et nous savons d'ores et déjà qu'ils vont incessamment obtenir gain de cause parce que leur cause est juste.

                                          LION DE MAKANDA

 

Où va le Congo ?
Boyce Boyd
Monsieur,

Je suis un fidèle lecteur de vos articles ; c'est ainsi j'ai décidé ce matin de passer par votre canal pour réclamer justice.
Au nom de mes collègues stagiaires militaires de la France, au maroc, Chine, Algérie et en Afrique du sud et autres pays, à travers ces mots nous souhaitons réparations à ce préjudice.
Nous nous demandons où va l'argent du Congo. Nous vivons comme les mendiants alors que nos camarades des pays très pauvres percoivent mensuellement des indemnités.
Il sied de noter que le président avait signé de (ndlr : lire un décret ?) pour instaurer une indemnité compensatrice de dépaysement suivi d'un arrêté du Ministre de la défense depuis 2009, qu'en est-il aujourd'hui?
On ne peut avoir les armes en main et accepter d'être traités de la sorte. Les stagiaires militaires ne sont pas ceux de la catégorie de 97 et j'en passe c'est-à-dire ceux qui ne réfléchissent pas mais plutôt ceux qui ont été pour la quasi totalité à l'université et connaissent les vraies valeurs républicaines.
Nous passons par ce canal pour réclamer justice. Pour les sceptiques et démagogues, venez nous voir dans les différentes écoles en Afrique du sud, au maroc, au Gabon... les Congolais quémandent pour survivre alors qu'ils représentent le pays.
Nous nous demandons, si le Président a encore son bon sens, quand il signe un décret qui n'a pas d'effet immédiat.
Le Congo appartient à tous, donc à tous de jouir de ses biens surtout quand ceux-ci sont mérités.
A bon entendeur salut, que tous  ceux qui doivent prendre leurs responsabilités les prennent pour éviter au Congo des périodes encore sombres dans son histoire.
Le collectif des stagiaires "M22"

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 8.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 6.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 2600 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 1800 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg