Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 23:32

CARGO_ARMENIEN.jpg

Cette compagnie aménienne qui a perdu cinq membres de son équipage a forcément des actionnaires congolais proches du pouvoir et nous ne tarderons pas à le savoir. Nous savons que ce sont ce genre d'alliés qui empêchent que les victimes soient indemnisées. Vous verrez, de peur, personne ne portera plainte - même si ce genre de sociétés se doivent d'être assurées pour ce genre de catastrophes.

Nous présentons nos condoléances aux familles de victimes à qui nous conseillons de prendre des avocats pour faire entendre leurs voix afin de défendre leurs intérêts...

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 16:07

Le quartier Mfilou, au sud de Brazzaville, a été frappé par un crash aérien en voyant un avion cargo manquer son atterrissage ce 30 novembre 2012. Pour le faux journaliste Itoua Ikama, il n'y a pas eu de morts; le crash ayant eu lieu dans un ravin, loin des zones d'habitations - alors que la presse internationale parle d'une trentaine de morts et le fait qu'il ait hésité avant de dire que la nuit empêchait de savoir à quelle compagnie appartenait l'avion cargo, un déchet acheté au cimetière des avions en Ukraine ou en Russie, indique qu'il appartient à un membre du clan Sassou très influent. Les photos parlent mieux que les journalistes. La question, puisque Sassou indemnise les victimes de Ouenzé et de Talangaï, qui va indemniser ces pauvres innocents ? Faut-il être Mbochi, ou nordiste et habiter les quartiers nord de Brazzaville (Ouenzé, Talangaï, Mpila) pour être indemnisé au Congo ?

 

Crash1.jpg

Crash2

Crash3

Crash4

Crash5

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 13:23

Une vidéo conseillée par un ami que nous vous invitons à regarder. Vous y découvrirez la démocratie directe suisse qui refuse d'aider la Zambie lors d'une assemblée du canton de Rüschlikon, la Zambie, un pays riche en matières premières mais classé parmi les 20 pays les plus pauvres du monde, la société Glencore, une des plus importantes sociétés mondiales de négoce des matières premières avec 186 milliards de dollars, le vice-président blanc de Zambie et la pollution causée par l'exploitation du cuivre qui ne profite pas à tous les Zambiens. Glencore ne paie pas l'impôt sur les sociétés et pratique l'évasion fiscale - alors qu'à Rüschlikon (SUISSE), Glencore paie ses impôts sans rechigner. Vous découvrirez la magouille de GLENCORE pour ne pas payer un impôt sur les bénéfices à la Zambie sur le négoce du cuivre à travers "le transfert de prix".

Vous découvrirez les magouilles d'un personnage américain, Marc RICH, la corruption même d'un député européen. Glencore manipule le prix du cuivre pour payer moins d'impôts en violant le principe de pleine concurrence.

Il y a pourtant une solution : arrêter de travailler avec Glencore mais avec un vice-président blanc en Zambie. LA  ZAMBIE PEUT EXPLOITER ELLE-MEME SON PROPRE CUIVRE MAIS VOUS VERREZ COMMENT LE FMI ET LES AUTRES STRUCTURES ACCULENT LES ETATS A LA PRIVATISATION et avec ça, ce sont les multinationales qui fixent les règles lors des négociations mais au final, la Zambie a revu les contrats signés avec les sociétés exploitant le cuivre. Hélas certaines ont refusé de payer comme GLENCORE, une société qui a été introduite en bourse et qui a réalisé une plus-value de plus de 8 milliards de dollars...

Si au Congo nous n'avons pas encore un ministre blanc, nous nous demandons si TOTAL ELF FINA reverse un impôt sur le bénéfice au Congo. NOUS ESTIMONS QUE POINTE-NOIRE EST VICTIME D'UNE LOURDE POLLUTION IMPUTABLE AUX ACTIVITES PETROLIERES. OR, TOTAL SE CONTENTE DE POMPER LE PETROLE SANS S'OCCUPER DE POLLUTION. NOUS AVONS MEME DEJA DENONCE UN CAS DE POLLUTION.

L'Afrique souffre de ce que nous n'avons pas d'hommes capables de défendre les intérêts des nations affricaines. Conclusion : les multinationales comme GLENCORE viennent piller nos richesses, polluent notre environnement en provoquant des maladies et des cas importants de mortalité et pour se moquer des nègres, ces sociétés ne payent même pas d'impôts sur les bénéfices aux pays africains.  

SIMPLEMENT INHUMAIN, HUMILIANT ET REVOLTANT DE VOIR QU'UNE SOCIETE ETRANGERE COMME GLENCORE FAIT LA LOI EN ZAMBIE. ET IL EN EST DE MEME AU CONGO OU TOTAL ELF-FINA IMPOSE SA LOI...

 

 

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 21:07

Nous avons un peu plus d'informations sur l'accident aérien dont nous vous avons parlé tout à l'heure avant tout le monde. L'AFP a apporté dans un article des précisions, notamment ce qui s'est passé (atterrissage raté semble-t-il à cause d'un orage), le type d'aéronef (un avion cargo, un gros porteur Iliouchine), la zone touchée (LA POUDRIERE) et enfin le nombre de morts (une trentaine de personnes)...


Precisions_Accident_aerien.jpg

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 17:51

Crash3Nous venons de recevoir une nouvelle dramatique au téléphone selon laquelle un avion se serait écrasé sur les quartiers sud de Brazzaville entre  Mfilou et la Base.

Il pleut des cordes en ce moment pendant que j'écris ces lignes. Des habitants se dirigent vers l'endroit du crash pour s'enquérir de la situation.

Nous ne tarderons pas à avoir  plus d'informations sur le type d'aéronef, le nombre de victimes ou de blessés et, nous espérons recevoir très vite les photos s'il en est. Nous souhaitons simplement qu'il ne se soit pas écrasé sur des habitations. La nuit est tombée et ça peut être terrible pour des habitants blessés sous la pluie diluvienne - d'autant que la réaction des autorités se fait souvent attendre.

Nous attendons d'avoir de plus amples informations pour vous tenir au courant.

D'autre part, si parmi nos lecteurs qui nous lisent de Brazzaville, il se trouve ceux qui sont au courant de l'information, laissez des commentaires ou envoyez des messages. La proximité entre l'aéroport et les quartiers d'habitation très denses en populations nous fait craindre le pire...

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 13:04

L'actualité internationale telle que définie par les médias occidentaux se préoccupe avant tout de l'accession de la Palestine comme Etat observateur à l'ONU tandis qu'en France, deux "Africains", Nkonppé et Fignou se battent pour un fauteuil à la tête d'un parti, l'UMP et que l'Etat se bat contre un industriel possesseur D'ARCELOR-MITTAL. Aux Etats-Unis, l'affaire Dsk vs Nafissatou Diallo refait surface tandis qu'en Syrie, on s'inquiète d'une interruption d'internet, et j'en passe. Pendant ce temps, la presse se fiche de ce qui se passe à Goma où le Rwanda a de nouveau envahi son grand voisin, la RDC par le biais du M23.L'Afrique et les Africains comptent pour quantités négligeables sur l'échiquier mondial ; donc les Africains peuvent toujours se cannibaliser, s'entretue ; le monde dit civilisé s'en fout tant qu'il a son pétrole bon marché, son cuivre, ses terres rares, son uranium, son cobalt, son bois,  etc.

Au Congo, nous sommes parmi les rares qui montrent combien les sinistrés des pluies diluviennes à Pointe-Noire sont dans un marasme absolu - sans que l'Etat bouge le petit doigt. Et pendant qu'on se morfond, c'est la presse même du pouvoir qui nous apprend que CHAQUE ANNEE, dans les caisses de la BEAC, la Banque des Etats de l'Afrique Centrale, 5000 milliards de francs cfa restent inutilisés - dit-on  faute de projets (sic). Si l'on y réfléchit bien, en se disant que chaque année 5000 milliards renflouent les caisses de la BEAC sans qu'on sache quoi en faire, eh ben, je ne suis pas étonné qu'il y ait des problèmes de détournements dans cette banque centrale.

Ils disent que les projets manquent ? Ah bon ? C'est dû à quoi ? Au fait que les hommes politiques de la région la plus riche d'Afrique manquent d'idées ou ne veulent rien foutre avec l'argent des peuples ? Vous comprenez pourquoi Sassou n'a eu aucun mal à augmenter le budget 2012 de 400 milliards pour calmer le courroux de ses frères victimes du drame du 4 mars 2012 et qu'il s'apprête à leur construire une nouvelle cité moderne avec de l'argent qui traîne à la BEAC, de l'argent que Denis Sassou Nguesso détourne à volonté pour s'acheter mille vaches par-ci, des villas à l'étranger par là, etc.

Sans blague, ils ne parviennent pas à échafauder des projets - alors que la vie est si chère au Congo avec des terres fertiles, des fleuves, un océan ? Et vous avez pensé à l'industrialisation du Congo, du Gabon, du Cameroun, du Tchad, de la RCA ? Non, mais de qui se fout-on ? QUI DECIDE DE CE QUE L'ON DOIT FAIRE DE CET ARGENT ? LES ETATS ? LA BEAC ? ET ILS SONT, BANQUIERS ET POLITICIENS CONFONDUS, EN MANQUE D'IDEES ?

 

Quand nous vous parlons de "misère établie", c'est-à-dire, de misère voulue, entretenue politiquement, vous pouvez mieux nous comprendre car l'argent pour développer les pays de l'Afrique centrale en général et le Congo en particulier, existe ! 5000 milliards de francs cfa depuis quinze ans (durée de Sassou II au pouvoir) de thésaurisation annuelle, ça vous fait 5000 x 15, soit 75000 milliards de francs cfa et on se demande depuis quand la situation est ainsi  !

Nous estimons que la lutte politique contre ce système mafieux doit s'envisager au niveau continental, du moins, sous-régional. Les problèmes sont à peu près les mêmes partout en Afrique centrale et l'on comprend mieux pourquoi : L'ARGENT EST GARDE DANS LES CAISSES DE LA BEAC JUSQU'A CE QU'IL MOISISSE ! Pendant ce temps, pas d'écoles, de collèges, d'universités, d'électricité, d'eau potable, d'hôpitaux, d'industries, etc. Finalement, pourquoi un certain ministre du plan se plaint au lieu de proposer des projets ? Pourquoi a-t-il remplacé Pierre Moussa si ce n'est pas pour faire mieux ? VOUS POUVEZ DONC TIRER LA CONCLUSION QUE L'ARGENT POUR CONSTRUIRE LE BARRAGE DE SOUNDA QUI SUFFIRAIT A ALIMENTER TOUT LE CONGO EXISTE ! 

Au fait, pourquoi Sassou dévoile la situation au travers de son griot blanc en faisant mine de se plaindre ? Aurait-il du mal à sortir de l'argent ou est-il incapable de fournir des projets dignes de ce nom à la BEAC ? A quoi sert-il donc, lui et tout son gouvernement  ? Ne sont-il pas là pour construire, élaborer, échafauder des projets pour le bien-être du peuple congolais ?

J'écris de la façon la plus simple pour que tous mes compatriotes me comprennent en me lisant. Au diable la stylistique verbeuse si ce n'est pour être mieux compris - même si parfois, nous écrivons des textes plus soutenus.

Il y a d'un côté une pauvreté absolue et de l'autre, ô mystère, de l'argent qui ne sert à rien ! Alors, pourquoi pas nos propres pêcheries au lieu de laisser les Chinois piller nos côtes poissonneuses pour aller nourrir de petits sourires jaunes et de petits yeux bridés ? Pourquoi ne pas développer l'élevage nous-mêmes ? L'agriculture ? La recherche ? Bon sang ! Et avec ça, Sassou, euh, le Congo, a des créanciers au cul - alors qu'il a de l'argent qui chôme ? Nous avons toujours dit  ce qui suit : LE CONGO A ASSEZ D'ARGENT POUR SE DEVELOPPER SANS EMPRUNTER. Vous pouvez désormais me croire mais je sais que vous me croyez car notre intérêt n'est que le bien-être du Congo et de l'Afrique. L'AFRIQUE A LES MOYENS DE SON PROPRE DEVELOPPEMENT - SURTOUT SI LES ETATS AFRICAINS NE BRADENT PAS NOS RICHESSES.

trop_d_argent.jpg

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 17:42

 

 

COALITION POUR LE CHANGEMENT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

3C-RDC

Déclaration politique

 

Nous acteurs Congolais, filles et fils de Simon KIMBANGU, émanant de toutes les tendances, à savoir : partis politiques, résistants, organisations et associations de la société civile, organisations cultuelles, intellectuels et personnalités indépendants, mouvements divers en République Démocratique du Congo et dans la diaspora congolaise à travers le monde ;

Considérant la crise grave dans laquelle se trouve notre cher pays la République Démocratique du Congo aujourd’hui, pays classé parmi les plus pauvres de la planète, parmi les trois derniers du développement humain en Afrique et dans le monde, pays où se passe le plus grand holocauste après la seconde guerre mondiale avec plus de 8.000.000 de morts ;

Considérant que la République Démocratique du Congo se trouve depuis 1960 dans un système savamment monté des cercles vicieux des conflits dits d’exercice démocratique du pouvoir et qu’il y a urgence de remédier définitivement à cette situation ;

Considérant que ce système pernicieux des cercles vicieux s’est accentué avec les inquiétants ratés du processus électoral du 28 novembre 2011, qui crée un sérieux problème de légitimité du pouvoir et ouvre la voie au combat pour la recherche et la reconnaissance de la vérité des urnes ; combat qui peut tourner à un véritable affrontement armé entre la majorité présidentielle (MP) et la majorité présidentielle populaire (MPP) ;

Considérant que les autorités et leaders notamment politiques Congolais n’ont pas été capables, depuis les accords de Sun City en Afrique du Sud en 2002, de créer un vrai climat de justice et de réconciliation nationale, un climat sûr de promotion des investissements et d’impulsion du développement, de construire une armée républicaine et professionnelle, d’assurer la sécurité effective des biens et des personnes ;

Considérant les atteintes graves aux droits de l’homme dans notre pays à la lumière des massacres, des crimes graves de viols massifs des femmes et enfants, de l’utilisation des enfants soldats, qui mettent totalement en péril l’existence même de l’Etat congolais totalement affaibli dans le cadre de la bonne gouvernance et du chemin vers un Etat de droit;

Soulignant aujourd’hui que l’existence de l’Etat Congolais n’a jamais été aussi menacé et que le plan de balkanisation ou de parcellisation de notre pays est en train d’atteindre la phase de son achèvement, s’il n’y a pas un vrai sursaut et un puissant assaut patriotique congolais ;

Réaffirmant l’appui clair du Président François Hollande de la France au Peuple Congolais quand il déclare, lors du Sommet de la Francophonie qui s’est tenue à Kinshasa, du 12 au 14 octobre 2012 : « La troisième priorité que nous devons porter ensemble, les francophones, c’est de contribuer au règlement des crises, chaque fois que nous sommes concernés et notamment ici en Afrique. Ici à Kinshasa, je pense aux populations des KIVUS, victimes de conflits à répétition. Je pense à ces populations civiles massacrées, à ces femmes violentées, à ces enfants enrôlés. Oui nous devons, et je le fais à cette tribune, réaffirmer que les frontières de la RDC sont intangibles et qu’elles doivent être respectées. »

Considérant que cet engagement du Président François Hollande devrait devenir l’engagement de toute la communauté internationale, au-delà de la communauté francophone ;

Appuyant la proposition de la France de la requalification du mandat des forces des Nations Unies en République Démocratique du Congo (MONUSCO), eu égard à cette grave crise accentuée par l’émergence de la rébellion du M23 appuyée par les armées rwandaises et ougandaises ;

Considérant que le contenu complet des accords du 23 mars 2009 entre les rebelles, les mercenaires et les autorités congolaises doit être mis sur la place publique, tant la revendication du M23 est progressive et de plus en plus confuse ;

Rappelant que l’unité et l’intégrité nationales congolaises sont non négociables et appellent une mobilisation générale et urgente du Peuple Congolais ;

Rappelant que l’heure est à l’union sacrée et à la mobilisation tous azimuts du Peuple Congolais et de tous les amis du Congo, en conciliation et en réconciliation profondes avec nos ancêtres et nos pères, notamment avec Kimpa Vita, Simon Kimbangu, Paul Panda Farnana, Patrice Emery Lumumba, Albert Malula, Joseph Kasa-Vubu et Laurent-Désiré Kabila ;

Mus par l’esprit cher de Kintuadi nous légué par Papa Simon KIMBANGU, esprit inamovible de l’unité et de l’union de la libération, de la dignité, de la prospérité et de la grandeur ;

Convaincus qu’au Congo la justice, la paix, le dialogue et la réconciliation nationale valent mieux que la vengeance, le revanche et le règlement des comptes, avec l’obligation de la réparation ;

Considérant l’impérieuse nécessité de la réconciliation du Peuple Congolais avec Dieu, avec lui-même, son sol, son espace et ses ancêtres ainsi qu’avec ses voisins  et les autres peuples du monde ;

Très attachés aux grandes valeurs de la justice, de la paix, de la liberté, de la solidarité, de la démocratie, de la bonne gouvernance, du respect des droits de l’homme et des peuples, proclamés par les instruments internationaux et régionaux des Nations Unies et de l’Union Africaine ;

Considérant comme légitime la détermination du Peuple Congolais de bâtir une nouvelle et vraie République Démocratique du Congo qui sera le Grand Congo du XXIème siècle, Grand Congo de Simon KIMBANGU au Siècle de la Justice ;

Conscients de la place géostratégique de la     République Démocratique du Congo en Afrique et dans le monde, pays d’avenir et convoité pour ses richesses naturelles qui servent d’appui à la construction du nouveau monde ;

Conscients que l’instabilité généralisée de notre cher pays et les crises y récurrentes sont dues à la volonté manifeste des puissances traditionnelles et émergentes d’accéder à vil prix aux ressources stratégiques du pays, pour ne pas dire de les piller avec la complicité des fils égarés du pays ;

Conscients que cette situation appelle le développement d’une nouvelle intelligence qui permette l’harmonisation des intérêts des uns et des autres dans le contexte tendu et angoissant de la mondialisation;

Conscients que la situation grave et urgente du Congo appelle l’émergence d’une nouvelle classe politique congolaise responsable, compétente, visionnaire, patriote et humaniste,  non noyée dans la corruption, la tricherie, les fraudes, les crimes et la trahison avérée du pays et du peuple congolais ;

Conscients que le changement doit être préparé maintenant et que demain n’est pas attendre mais à inventer, dans la mesure où même 2016 c’est demain matin et demain se prépare aujourd’hui ;

Attendu qu’il y a urgence de mobiliser tout le peuple congolais du pays et de la diaspora autour d’un leader responsable et crédible ;

Attendu que la diaspora congolaise doit être associée au processus du grand changement en République Démocratique du Congo dans le cadre de l’accomplissement de la prophétie(1) de notre Père Simon KIMBANGU ;

 

Décidons ce lundi 26 novembre 2012 à Paris de la création de la Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo, en sigle 3C-RDC.

 

Déclarons ce qui suit :

 

-          La Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC) s’engage dans la mobilisation du Peuple Congolais et la création de la synergie indispensable pour l’unité et le changement global urgent en République Démocratique du Congo.

-          Un appel est lancé pour l’union et l’unité sacrées de tout le Peuple Congolais autour de notre mère commune qui est gravement malade et agonisante, à savoir la République Démocratique du Congo.

-          L’organisation des états généraux du Congo deviennent obligatoires pour jeter définitivement les bases de l’émergence du Grand Congo de Simon KIMBANGU et de tous ses enfants comme Paul Panda Farnana, Patrice Emery Lumumba, Albert Malula, Joseph Kasa-Vubu, Laurent-Désiré Kabila.

La solution de la crise congolaise actuelle est avant tout spirituelle et morale, pour ne pas dire culturelle. Nous préconisons une solution assise sur l’approche globale et systémique. La recherche d’une victoire militaire ne pourra que nous conduire à accroître la marre de sang dans laquelle les Congolais vivent depuis 1996.

-          Toutes les forces vives congolaises y compris celles de la diaspora doivent se mettre d’urgence autour d’une table pour mettre fin à ce système cynique et inique qui a détruit le Congo et en a fait le dernier de tous les pays du monde, au vu de ses potentialités.

-          Le Peuple Congolais doit d’abord compter sur lui-même, car aucun peuple n’a été libéré et développé par un autre.

-          La Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC) entend désormais être à l’avant-plan de toutes les actions et synergies qui vont amener le vrai, grand et durable changement en République Démocratique du Congo.

-          La trompette de l’histoire a sonné pour l’accomplissement du grand rêve du Peuple Congolais réconcilié avec Dieu, avec lui-même, avec son sol, son sous-sol, tout son espace et ses ancêtres, ainsi qu’avec ses voisins et tous les peuples du monde entier.

 

                                            Vive la République Démocratique du Congo

                                            Que Dieu bénisse la République Démocratique du Congo

 

 

 

Fait à Paris, le 26 novembre 2012

 

  

Le Coordonnateur et Porte-parole de 3C-RDC

 

 

Armand MAVINGA TSAFUNENGA

Ecrivain poète, Ambassadeur de paix et Humaniste

 

 

CONTACT

Mail : congombongwana@yahoo.fr

Tél. : +33 (0) 7 53 68 07 32

 

 

(1)   Simon KIMBANGU est une référence absolue pour le Peuple Congolais qui l’appelle Papa ou le Père. C’est lui qui a entrepris de démolir en 1921 les solides fondements de la colonisation belge par son irrésistible théologie de la libération de l’Homme Noir. Il doit être considéré à juste titre comme le vrai Père de l’indépendance congolaise. Il lança un enseignement défi le samedi 10 septembre 1921 à Mbanza-Nsanda dans la province du Congo central (actuellement Bas-Congo en République Démocratique du Congo). Dans sa prophétie, il avait annoncé que beaucoup de jeunes quitteront l’Afrique dans l’espoir d’aller chercher le bien-être dans les pays de Blancs. Beaucoup seront séduits par la vie matérielle et ne reviendront plus. Mais ceux qui auront pris conscience des valeurs et antivaleurs de Blancs, quand ils se décideront de rentrer en Afrique, ce sera le décollage de l’Afrique et notamment du Grand Congo. Il s’agissait d’un message prophétique sur le rôle futur de la diaspora africaine dans la libération, la paix et le développement de l’Afrique. C’est ainsi qu’aujourd’hui, plusieurs jeunes de la diaspora congolaise, notamment parmi les résistants ou combattants, se reconnaissent comme ces enfants de la promesse de Simon KIMBANGU.

28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 20:33

singecorbeaubaillant.jpgLa problématique que nous soulevons ici vient d'une déclaration que font même ceux qui prétendent combattre Denis Sassou Nguesso : "Tout ce que Sassou fait n'est pas mauvais". Ainsi éructée, cette phrase prend la forme d'une assertion univoque, presque universelle qui ôte à l'homme des massacres de masse tout son côté monstrueux et lui redonne presque un visage humain - alors qu'il laisse mourir des enfants de faim. Mais que les supporters du grand éléphant ne se réjouissent pas trop vite en avançant cet argument qui leur  semble imparable car il va s'avérer très symptomatique du véritable visage et de l'envergure réelle de l'homme. Sassou a-t-il une épaisseur politique en ce qu'il entreprend en visant la globalité tant en superficie qu'en populations ? En lisant attentivement ce qui suit, vous pourrez répondre à la question.

La dimension des actions de Denis Sassou Nguesso qualifiées de "pas mauvaises" prennent brusquement une autre trajectoire quand on ajoute à la phrase : "POUR QUI ?"  "Tout ce que Sassou fait n'est pas mauvais mais pour qui ?" Telle est la question qui mérite d'être posée pour que l'on apprécie à sa juste valeur le truculent personnage qu'est Denis Sassou Nguesso, l'homme qui squatte la haute sphère politique depuis près de 40 ans !

L'action humaine a des dimensions différentes : individuelle, familiale, lignagère, clanique, villageoise, urbaine, amicale, nationale, continentale et enfin universelle. Toutes ces dimensions récèlent en elles une portée sur le nombre de personnes qui peuvent être affectées en bien (pour ne retenir que cet état).

Si un homme d'affaires ayant réussi aux Etats-Unis en ouvrant un restaurant vendant du ngoki en bouillon revient dans son village créer une école, des routes, des entreprises pour donner du travail aux paysans, personne ne lui reprochera le fait qu'il n'ait pas construit des écoles partout ou créé des entreprises sur toute l'étendue du territoire. Cela est facile à comprendre car si un tel homme dont on respectait la liberté d'action en tant qu'homme d'affaires dans la sphère privée devenait subitement un homme public, un homme d'Etat, on lui réclamera des actions à l'échelle nationale, des actions dites politiques - notamment s'il devient chef de l'Etat, président de la république ou quelque chose comme cela.

En ce qui concerne l'action politique, notamment celle d'un homme d'Etat, la dimension qui nous intéresse d'abord est la dimension nationale et nous disons qu'une action a une dimension et une portée nationales si et seulement si celle-ci touche la totalité de la superficie et la totalité des habitants.

Lorsque Denis Sassou Nguesso pille les caisses de l'Etat pour un enrichissement personnel, ce n'est pas une mauvaise action pour lui puisqu'il s'enrichit mais si on transpose cette pratique au niveau nationale, l'action devient négative car il ôte au pays les possibilités d'actions qui auraient pu soulager les populations. Un acteur politique de premier plan comme Denis Sassou Nguesso se juge à l'aune du rapport entre les possibilités d'investissements réels et la couverture nationale ainsi que démographique de ceux-ci.

Lorsque Denis Sassou Nguesso installe ses enfants et neveux à des postes stratégiques, c'est bon pour les enfants mais est-ce bon pour le peuple ? Lorsque Denis Sassou Nguesso transforme son école primaire en école moderne avec des ordinateurs, c'est une action qui n'est pas mauvaise pour les enfants d'Edou et d'Oyo mais en quoi cette action revêt-elle une portée positive au niveau national ? Toutes les écoles du Congo ressemblent-elle à l'école primaire d'Oyo ? Ce n'est donc pas une action politique de construire une école à Oyo en laissant certaines écoles inachevées ici et là. C'est bien qu'Oyo ait l'électricité de façon continue et permanente mais pourquoi pas Tchitondi, Vindza ou ailleurs ?

A-t-on déjà vu Denis Sassou Nguesso engager un seul projet à caractère politique, c'est-à-dire, une action qui aurait pour mission de couvrir tout le Congo - même si sa programmation est prévue sur des décades ? Y a-t-il en cours un projet "électricité pour tout le Congo et pour tous les Congolais" ? L'eau potable pour tout le Congo et tous les Congolais ? La Santé pour tout le Congo et tous les Congolais ? L'éducation ? L'emploi ? L'urbanisation pour tout le Congo et tous les Congolais ? La modernité pour tous ? En fait, il n'y a rien de tel et nous pouvons dire au regard de cette définition de la politique que Denis Sassou Nguesso bien que faisant de bonnes choses pour Oyo et ses environs, une route par ci, un sentier par là, sans objectif de couverture globale tant du point de vue de la surface que de la démographie, n'est pas un homme politique. C'est plus un gangster en chef, un chef de clan, un kani qui agit en bien pour les siens mais pas pour TOUS les Congolais. En fait, il agit ainsi parce qu'il veut être perçu comme tel pour trouver dans son ethnie et son clan le soutien nécessaire pour demeurer au pouvoir à vie.

Il est clair pour nous qu'en dépit du fait que ce monsieur se soit hissé au sommet de l'Etat, il n'en a pas l'envergure car il n'y a rien dans toutes ses actions qui ait une dimension et une portée nationales. SASSOU EST PETIT SUR LE PLAN DE LA POLITIQUE ET C'EST TOUT CE QUE L'HISTOIRE RETIENDRA DE CET HOMME, DE CET ELEPHANT PAR SA CUPIDITE QUI AGISSAIT COMME UNE SOURIS DANS LE CHAMP  POLITIQUE GLOBAL.

 

                                                      LION DE MAKANDA

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 19:41

cpj_logo

NEWS ALERT


En RDC, des journalistes de Bukavu se disent victimes de menaces

New York, le 27 novembre 2012-Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a demandé aujourd'hui aux autorités de la ville de Bukavu, à l'est de la République démocratique du Congo (RDC), de mener des enquêtes sur des menaces de mort qui cibleraient quatre journalistes locaux.

« Nous sommes préoccupés par la sécurité de quatre de nos confrères journalistes travaillant à Bukavu qui nous ont fait état de menaces de mort qu'ils auraient reçu par rapport à leur profession » a déclaré Mohamed Keïta, coordonnateur du Plaidoyer pour l'Afrique du CPJ. « Nous tenons les autorités provinciales de Bukavu responsables de la sécurité et du bien-être de tous les journalistes et les invitons à mener des investigations sur ces menaces », a-t-il martelé.

Solange Lusiku
, directrice de publication du mensuel Le Souverain, a déclaré au CPJ avoir reçu le 21 novembre courant un appel téléphonique à partir d'un numéro masqué. Son interlocuteur non identifié lui aurait dit qu'elle ira continuer ses écrits « dans une pierre ». Mme Lusiku a également déclaré que vendredi dernier, un homme  non identifié et des soldats se sont rendus dans un cyber café qu'elle fréquente pour la chercher. Craignant pour sa sécurité, elle a fui Bukavu depuis lors.

Dans la dernière édition du
Souverain, Mme Lusiku avait écrit un éditorial critiquant ce qu'elle a appelée l'«ingérence » du Rwanda dans l'instabilité dans l'est du Congo. Le Souverain couvre l'actualité  de la région, notamment la vie politique et la rébellion du M23 dans la région voisine du Nord-Kivu.

Le rédacteur en chef du
Souverain, Baudry Aluma, a indiqué au CPJ avoir également reçu des menaces par téléphone après avoir publié un éditorial en octobre dernier. Son article portait sur les prétendues luttes intestines au sein du parti au pouvoir. L'article détaillait également des allégations de mauvaise gestion portées par certains députés provinciaux à l'encontre du gouverneur du Sud Kivu et des membres de son cabinet. L'éditorial estimait aussi qu'un remaniement serait souhaitable. M. Aluma a prévenu le CPJ qu'il est entré dans la clandestinité par peur pour sa sécurité.

Christian Shadiki, inspecteur de police de  Bukavu a, quant à lui, assuré le CPJ qu'il mènera une enquête sur les menaces contre les journalistes du
Souverain.

Blaise Sanyila, directeur de la chaîne privée
Vision Shala Media , a déclaré au CPJ avoir reçu  vendredi dernier un appel téléphonique menaçant provenant d'un numéro masqué. M. Sanyila anime également une émission interactive hebdomadaire au niveau de la station, a-t-il affirmé. Le journaliste a déclaré au CPJ que son interlocuteur non identifié a menacé de « mettre un terme» à toutes ses interventions à la radio, a-t-il ajouté.

La veille de cet appel téléphonique, M. Sanyila a affirmé avoir été interrogé pendant deux heures par des agents de l'Agence Nationale de Renseignement pour avoir diffusé une interview avec un porte-parole du groupe rebelle M23 qui venait de s'emparer de la ville de Goma située à l'est de la RDC. Craignant pour sa sécurité, le journaliste a depuis lors fui Bukavu.

M. Sanyila a également déclaré au CPJ avoir été menacé le 13 octobre dernier par Marcellin Cishambo, gouverneur du Sud-Kivu en présence de plusieurs témoins lors du sommet de la Francophonie dans la capitale Kinshasa. Selon lui, Cishambo lui reprochait d'avoir diffusé un reportage qui critiquait la façon dont le gouverneur avait présenté le pavillon du Sud Kivu au village de la Francophonie. Contacté par le CPJ, M. Cishambo a déclaré : « Je ne le connais même pas. Il a raconté sa vie, je n'ai jamais fait cela ».
 

Jean Baptiste Badera, correspondant local de l'Agence France-Presse et directeur de la chaîne locale Canal Futur Télévision, a déclaré au CPJ qu'il avait reçu, en même temps que Mme Lusiku et M. Sanyila, un autre message de menace provenant d'un numéro inconnu citant M. Cishambo comme faisant partie d'un complot pour éliminer le trio ainsi que sept autres personnes.

M. Cishambo a nié auprès du CPJ toute implication dans le prétendu complot pour tuer les
  journalistes. « Je ne menace pas les journalistes »a-t-il affirmé, tout en invitant les journalistes à aller le rencontrer.

En outre, M. Badera a déclaré au CPJ avoir suspendu son émission interactive hebdomadaire, « Plein Feu», qui traitait de l'actualité, en raison de la détérioration de la sécurité dans la région.

Cependant, le ministre congolais de la communication, Lambert Mende, a déclaré aujourd'hui au CPJ qu'il n'était pas informé de ces menaces. Il a invité les journalistes à le contacter pour qu'il mène des enquêtes.

 

  • Pour davantage de  données et d'analyses sur la République Démocratique du Congo cliquez ici.

 

Le CPJ est une organisation indépendante, à but non lucratif basée à New York et dévouée à défendre la liberté de la presse dans le monde.
Contact:
Mohamed Keita
Coordonnateur du plaidoyer pour l'Afrique
Tel. +1.212.465.1004 ext. 117
Email: mkeita@cpj.org
Facebook
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 17:07

Le Congo : un océan, des fleuves, des rivières, des lacs, des terres fertiles mais le pays importe de la nourriture au point où les prix des denrées ont parfois doublé et avec ça, les Chinois pêchent le long de nos côtes poissonneuses sans nous vendre un seul  poisson sur les étals, on donne des terres fertiles aux Chinois, aux sud-Africains, à plein d'étrangers pour l'agriculture sans qu'une seule de leurs tomates ne soit vendue sur nos marchés. Normal, puisque le gouvernement n'exige rien, ne prévoit rien contractuellement et ceux qui reçoivent gratuitement les terres du Congo sont ceux-là qui traîtent les Congolais de "zoba".

Mais quel est donc cet Etat qui préfère sacrifier son propre peuple pour laisser des Chinois venir pêcher nos poissons jusqu'au point de décimer les frayères, planter des tomates pour aller nourrir les petits Chinois ? Pourquoi tant de cruauté à l'égard du peuple congolais ?  Cela ne s'explique que parce que le clan Sassou & Nguesso tire profit de ce gâchis : ne dit-on pas que les malheurs des peuples font le bonheur des dictateurs ?

En fait, celui qui gagne avec la hausse vertigineuse des prix des denrées alimentaires, c'est Denis Sassou Nguesso, lui qui élève des vaches, des chèvres, des cochons, des poules, des autruches, qui produit son foufou, son huile de palme, son eau Okiéssi, etc., et qui doit faire des bénéfices extraordinaires.

Nous importons pour 240 millions de dollars de nourriture - alors qu'avec le tiers de cette somme on peut produire suffisamment pour 4 millions de personnes tout en exportant et nous savons quels sont ceux qui en profitent vraiment de toutes ces importations, c'est-à-dire, des 240 millions dollars : toujours les mêmes qui se sont parfois arrogés des monopoles. Ce n'est pas une république mais bel et bien un royaume.  

Et la solution ne consiste pas à accorder aux étrangers des terres, des zones pour la pêche et la pisciculture - alors que le gouvernement peut financer des citoyens congolais ou se lancer lui-même dans des projets étatiques à caractère agricole. En fait, le foufou de Matsoumba n'existe plus parce que Denis Sassou Nguesso a pris les machines de la société publique pour faire du foufou privé à la place du foufou public.

Nous pouvons atteindre l'autosuffisance alimentaire : il suffit pour cela d'une bonne politique agricole qui créerait en même temps des milliers d'emploi dans tout le pays. En effet, rien n'empêche le pays d'avoir sa propre pêcherie industrielle d'Etat ou de financer des hommes d'affaires congolais dans ce sens pour être sûr que ce qui sera produit sera bien vendu aux Congolais. Néanmoins, à cause de l'esprit tordu de nos hommes d'affaires, il faudrait exercer un contrôle rigoureux. Hélas, ces choses-là n'arriveront jamais sous les Sassou & Nguesso...

 

Voici un article trouvé sur le site de allAfrica.com qui donne plus de détails (source :  http://fr.allafrica.com/stories/201211271406.html) :

Brazzaville — La République du Congo, qui importe plus de 240 millions de dollars de nourriture par année, a assisté à une augmentation brutale des prix des denrées de base et du combustible depuis le début de 2012, selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et une organisation locale qui défend les droits des consommateurs.

Un contenant de 25 litres d'huile végétale qui se vendait pour l'équivalent de 32 dollars en janvier 2012 coûte maintenant 50 dollars et le prix du manioc est passé de 1 à 2,60 dollars les cinq kilos, selon Dieudonné Moussala, président de l'Association de défense des droits des consommateurs.

Il a également dit que le prix du litre de kérosène était passé de 0,70 à 2,6 dollars sur le marché noir pendant la même période.

« Il me faut maintenant débourser 3 500 francs CFA [7 dollars] pour un kilo de viande à la boucherie, alors que je payais auparavant moins de 2 000 francs CFA [4 dollars] », a dit à IRIN Carine Moutombo, une mère de trois enfants de 32 ans.

« Il est difficile de se débrouiller et de manger à sa faim. Le budget qu'on consacrait auparavant à la nourriture ne suffit plus », a dit Mme Moutombo.

« Les prix de l'ensemble des produits congelés importés ont augmenté à cause de la corruption dans la chaîne d'approvisionnement [de leur arrivé au port de Pointe-Noire jusqu'à leur vente par les petits détaillants] », a dit M. Moussala.

« Il y a trop de taxes non officielles et de postes de contrôle dans la chaîne d'approvisionnement. Les commerçants et les autres importateurs sont corrompus à tous les niveaux. Au bout du compte, ils font payer chacune des pertes encourues aux pauvres consommateurs. C'est ce qui explique l'augmentation des prix des marchandises », a ajouté M. Moussala.

« Nous n'avons pas encore trouvé la solution à tous nos problèmes [liés aux importations]... Nous avons encore du chemin à faire. C'est pourquoi la lutte de notre pays contre l'insécurité alimentaire est importante en termes de politiques publiques », a dit Rigobert Maboundou, le ministre de l'Agriculture et de l'Élevage. Selon lui, le Congo est un « pays à déficit vivrier ».

Afin de limiter les importations et d'assurer la sécurité alimentaire, le Congo a lancé, en 2010, un projet de 26 millions de dollars pour la construction de « nouveaux villages agricoles ». « Grâce à ce projet, nous avons réduit de moitié la facture des importations d'oeufs. Nous avons produit 6,6 millions d'oeufs en 2011, alors que la quantité d'oeufs importés chaque année est estimée à 13 millions », a dit M. Maboundou.

En 2011, le Congo a également loué 180 000 hectares de terres arables à un groupe de fermiers sud-africains qui ont réussi à y planter 1 200 hectares de maïs.

« Le Congo importe près de la moitié des produits de base dont il a besoin. Il faut être conscient de cela pour comprendre la hausse actuelle des prix. En important des produits, on importe aussi de l'inflation », a dit à IRIN André Kamba, directeur de cabinet du ministre du Commerce et des Approvisionnements.

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg