Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 16:59

W KIVOUVOUEt après… ?

Cinquante-cinq ans se sont écoulés depuis la proclamation de la République (28 novembre 1958).

Vingt-deux ans depuis la fin de l’historique Conférence Nationale qui a redonné beaucoup d’espoir au Peuple Congolais et au-delà – je l’espère- au Peuple Africain.

Mais depuis, les problèmes s’accumulent. L’espoir né de ces événements – formidable moteur d’une prise en charge réelle du présent et de l’avenir - se volatilise à chaque fois faute de n’avoir pas réellement évalué à sa juste valeur l’ampleur des difficultés et des défis à relever.

La Conférence Nationale, à laquelle il faut une fois de plus rendre un hommage appuyé pour avoir mis le pays sur la route de la démocratie, a par ailleurs péché pour n’avoir été l’agora de la sensibilisation du Peuple aux vrais enjeux.

Pendant plusieurs jours, on a consacré le temps à montrer combien le régime en place était haïssable, détestable. Notons à ce sujet que la Conférence Nationale aurait pu confier à un groupe d’expert indépendants, la mission d’établir le bilan objectif de la situation du pays, de mettre en lumière les malversations et assassinats… ce qui aurait permis d’utiliser le temps ainsi gagné à l’analyse des problèmes aussi, voire, plus importants que l’abjection de l’ancien régime.

Le Congo avec ses 3 500 000 d’habitants (supposés) peut-il espérer asseoir tout seul un développement durable ? Peut-on imaginer un développement hors des Etats-Unis d’Afrique ? Quelle place de l’environnement dans la politique économique, sociale de demain ? La mentalité de l’ex-colonisé constitue-t-elle ou non un frein à une réelle prise de responsabilité ? Autant de questions non exhaustives que la Conférence Nationale n’avait même pas effleurées.

En somme, on a oublié d’analyser d’autres causes qui sont à l’origine de la faillite de nos pays. Faut-il rappeler que l’échec est total dans toute l’Afrique, Noire en particulier, qui n’avait d’ailleurs pas opté dans son ensemble pour le marxisme-léninisme ? Cela montre que si les dirigeants ont largement contribué à aggraver la situation du pays, ils ne constituent pas pour autant l’unique cause de nos malheurs, de la banqueroute.

Pour avoir privilégié le déballage sur la médiocrité des dirigeants au pouvoir au détriment de l’analyse des causes structurelles, la Conférence Nationale a fini par accréditer l’idée qu’il suffisait que le tyran s’en aille pour que le paradis devienne une réalité terrestre. Il n’en demeure pas moins que ce que la Conférence Nationale a réalisé constituait un grand pas en avant ; mais il en fallait d’autres aussi grands – et je me doute bien que tout le monde sinon les acteurs politiques actuels le comprennent mieux- pour transformer l’espoir en bonheur vécu.

Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous le pont. Des crises diverses, des drames de toutes sortes et tant d’espoirs déçus qui, in fine, malgré d’abondantes ressources financières disponibles sur plusieurs années de la décennie des années 2000, semble s’imposer de nouveau la nécessité d’une rencontre pour desserrer l’étau autour d’un pays dont le peuple suffoque, étouffe.

Des voix s’élèvent ici et là pour réclamer qui des états généraux, qui des concertations à la sauce « rdcienne », bref un dialogue entre les acteurs politiques et sociaux du pays pour redéfinir un nouveau cap (contrat social). Peut-on se permettre de refaire une sorte de conférence nationale newlook, sans regarder minutieusement dans le rétroviseur ? 

Bien plus, demain avec le départ du régime au pouvoir depuis la fin de la guerre de 1997, nous allons de nouveau nous retrouver dans la situation des gens ayant découvert un champ plein de promesses. Il nous restera le plus gros à faire : il faudra choisir quelles cultures y réaliser, puis abattre les arbres mais pas tous, débroussailler sans utiliser de feu qui finit à la longue par stériliser le sol, ensuite semer et enfin récolter. Cela nécessitera du temps, un savoir-faire, beaucoup de travail et d’esprit de sacrifices. Sommes-nous préparés à tout cela ? Telle est la question fondamentale qui se pose. De la manière dont on y répondra dans les actes, dépendra notre avenir à tous. Puissent tous les Congolais et au-delà tous les Africains avoir sans cesse cette question à l’esprit.

Hier nous avons gâché la décolonisation, et aujourd’hui nous peinons à implémenter le pluralisme et la démocratie encore très balbutiante. Si nous ratons cette démocratisation, il faudra alors beaucoup de temps pour se relever d’un tel échec. Et le temps ne travaille malheureusement pas pour nous. Nous sommes dans la situation d’une personne victime d’un arrêt cardiaque ; toutes les secondes sont comptées afin qu’elle renaisse à la vie. En avons-nous conscience ?

Jusqu’à aujourd’hui le tyran et ses lèche-bottes ont servi dans une certaine mesure d’alibi à tout le monde ou presque ; je ne cherche pas à les disculper. Comment oserai-je ? Ce que ces gens ont fait est simplement innommable, immonde, inhumain d’autant qu’ils prétendaient assurer le bonheur de tous. En réalité, ils ont ruiné le pays, tué les enfants de ce pays physiquement et moralement, enfoncé dans la fange nos valeurs… uniquement pour préserver leurs intérêts égoïstes.

Mais cela étant, n’est-il pas temps de poser le problème de la responsabilité collective dans les malheurs qui se sont abattus sur nous ? Le silence coupable de la plupart d’entre nous, notre lâcheté n’ont-ils pas contribué à maintenir ces despotes irresponsables à la tête de nos pays ? Aucun dictateur, aussi sanguinaire soit-il, ne peut se maintenir au pouvoir sans l’accord même involontaire de son peuple.

La Conférence Nationale avait sonné l’heure de vérité pour tous les Congolais. Chacun devait montrer qu’il était un(e) digne fils (fille) de ce pays mais aussi de l’Afrique. On ne devrait plus se cacher derrière le manque de liberté pour justifier notre propension à fuir nos responsabilités. Hélas ! Le bilan d’après Conférence nationale n’inspire ni fierté, ni dignité tant de la part de ceux qui ont reçu mandat du peuple pour changer sa condition que de celle des citoyens qui auraient pu se poser en rempart pour la défense de l’Etat de droit.

Point n’est besoin d’être un fin sociologue pour comprendre que les comportements acquis ne changent pas du jour au lendemain, fût-ce après une révolution. Mais peut-on pour autant tolérer que certains de ceux qui ont fustigé avec véhémence, du haut de la tribune de la Conférence Nationale, le comportement régressif – nourri à l’eau sale du tribalisme - des anciens dirigeants, plongent à leur tour dans la fange tribaliste pour se hisser au sommet de l’Etat ? Pourquoi alors avoir prôné l’éthique, la moralisation de la vie publique, vilipendé « les mauvais fils » que sont les anciens dirigeants si en fin de compte, le tribalisme existentiel est le bien empoissé le plus partagé de tous ?

Sommes-nous si dépendants de nos minuscules origines (minuscules par rapport à notre appartenance à l’espèce humaine) au point de refuser de couper le cordon ombilical qui nous relie à la tribu, à la région ? Comment peut-on espérer dans ces conditions croître, devenir adulte – c’est-à-dire prendre notre place pleine et entière dans l’humanité – si nous restons accrochés aux jupes de la mère tribu ou région ?

Que dire des ministres issus des différents gouvernements qui se sont succédés depuis l’après Conférence nationale dont la première préoccupation est souvent la revalorisation de leurs appointements au moment où le pays et son peuple ne sont toujours pas au fait de l’embellie tant vantée ces dernières années caractérisées par des budgets dispendieux ? L’égoïsme et l’absence de dévouement pour la chose publique n’ont-ils pas fait assez de dégâts pour tirer les leçons qui s’imposent ?

Ni le tribalisme, ni le besoin de posséder toujours plus au détriment de la collectivité, ne nous sortiront de l’impasse où nous nous trouvons.

Seuls le travail, notre capacité de créer, de produire et vivre ensemble en tant que filles et fils de ce pays, de ce continent, de la terre nous permettront de gagner notre place au soleil.

 

                                        Brazzaville, le 02 septembre 2014

                             (Réflexion des Réseaux de La Conscience libre)

 

Partager cet article

Published by Wilfried Kivouvou - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

mwangou 03/09/2014 09:09


Bjour LDM! tout comme pourquoi des esprits bien éclairés viennent distraire l'opinion publique sur un sujet qui est sans problématique, sur le changement de consttitution? selon Kivouvou, c'est
pour des intérêts égoïstes que des clairvoyants d'hier sont devenus des obscurantistes d'aujourd'hui... pour posséder sans cesse... tout comme un type bien informé m'a suggéré cette idée sur ce
débat inutile: selon lui, si on a introduit un débat qui n'a pas lieu d'être, c'est parce que la secte avec à sa tête sassou nguesso est trop imbriquée dans l'Etat, et que ses adeptes se
demandent qu'adviendrait-il si à la tête de l'Etat arrive un type qui n'est pas dans la secte ou même qui y est, mais en tant que inférieur du grand maître sassou nguesso? Comme la secte s'est
muée en parti-Etat, le chef de la secte est le chef de l'Etat... et le grand maitre de la secte y est à vie... donc on ne peut envisager une autre situation... Voilà pourquoi, même au sein du
pct, on ne peut envisager autre situation tant que le grand maître de toutes les loges unifiées du Congo est encore là... Cela m'a donné de réflechir...

Le Lion de Makanda (LDM) 03/09/2014 20:16



Effectivement, si l'homme qui détient tous les pouvoirs temporels et intemporels, Denis Sassou Nguesso, est encore en vie, comment un petit franc-maçon de bas étage pourrait régner en lui donnant
des ordres ? Oui, Sassou ne supporte pas de voir qu'il existe un seul petit Congolais qui soit au-dessus de lui !  Cette confusion entre la secte maçonnique, le PCT et le pouvoir est un
GRAVE problème que j'ai soulevé dans mes écrits et je vois que tu l'as bien compris à présent. Lissouba était pourtant un franc-maçon aussi ! Il lui a été autorisé de prendre le pouvoir. Il
paraît que Kolélas n'étant pas franc-maçon, personne ne l'a soutenu pour cela. la franc-maçonnerie est un très sérieux problème pour notre pays ; je n'ose pas l'affirmer directement mais je
t'avoue qu'il faudra trouver une solution à cette confusion entre pouvoir temporel et pouvoir intemporel. Tu comprends pourquoi Sassou veut un cardinal nordiste - pour avoir le dernier pouvoir
qu'il ne contrôle pas.



mwangou 03/09/2014 08:53


Bjour LDM! Il a assurément bien analysé la situation. Et l'interrogation est juste: comment et pourquoi des analystes libres hier, sont-ils devenus de fervents partisans aujourd'hui?

Le Lion de Makanda (LDM) 03/09/2014 20:21



La réponse a été donnée par l'ancien ministre Zacharie Bowao : la servitude volontaire. On vous force à entrer dans la franc-maçonnerie pour que Denis Sassou Nguesso soit assuré de votre
obéissance servile et à ce moment-là, englué dans le serment maçonnique jusqu'à l'anus, vous n'avez plus le choix que de devenir franc-maçon. Tu comprends pourquoi je me méfie de ces gens-là car
ils ont juré toute leur vie d'obéir aveuglément à Denis Sassou Nguesso ! 



Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg