Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 13:06

COMMENTAIRE : Le professeur Marion Madzimba Ehouango a formé de nombreuses générations de juristes congolais à l'Université Marien Ngouabi. C'est un homme admiré par ses étudiants et nous avons beaucoup d'égard pour sa personne car c'est assurément un homme de valeur - même s'il s'est à un moment de sa vie aventuré dans la nébuleuse trouble de la sphère politique.

Dans une émission à MNTV, la télé du frère de l'autre, il participe à une émission sur les antivaleurs. Sa posture d'"opposant" au régime politique en place au Congo est connue. Nous aurions souhaité qu'il critique la notion d'antivaleur introduite par Denis Sassou Nguesso en s'en tenant au fait juridique. C'est un terme qui sur le plan juridique et judiciaire ne veut rien dire : en droit, on parle de crime, de délit, de vice, de délinquance. En fait, sur le terreau du droit, ce qui fait la valeur, c'est le respect de la loi. Encore faille-t-il que la loi existe et soit respectée ou qu'elle ait les moyens de se faire respecter. Dans l'absolu, les valeurs changent ou se transforment selon les milieux, les espaces, la société et elles ont droit de cité tant qu'elles ne violent pas la loi. En fait, d'une manière générale, dans toute société, les valeurs naissent, grandissent, luttent, collaborent avec d'autres valeurs, et, peuvent même mourir. Quelques-unes relèvent de l'entendement humain et ont une dimension qui confine à l'universalité comme le respect d'autrui et de tout ce qui entre dans la sphère du privé, le respect de la vie, la solidarité sociale, etc.

Le terme antivaleur me dérange par cette espèce de désignation du mal, du crime, du vice, du délit, de la délinquance en relation avec la notion de "valeur". Ce qui est antivaleur ici peut devenir valeur là si la société est permissive, si la sanction n'existe pas parce qu'il n'y a pas déjà contrôle, parce qu'il n'y a aucune institution qui tienne à garantir les valeurs ou si la soi-disant "antivaleur" détrône la valeur dominante. L'exemple des banquiers qui font jouer le lobbyisme pour transformer des pratiques répréhensibles en valeur sous le couvert de la loi est bien connu aux Etats-Unis et même en Europe. Attention, lorsque certaines pratiques sont communément admises dans une société par la plus grande majorité, elles font office de valeurs comme par une sorte d'inversion d'échelle : il suffit que le repère négatif à partir de zéro devienne le segment positif. Le sociologue que je suis est bien placé pour le savoir.

Si dans une société moderne, on prend le fait de gagner de l'argent comme une valeur, alors ceux qui se seront débrouillés à en gagner plus que les autres deviennent le modèle à suivre. Et si comme le redoutait Jean-Jacques Rousseau, il faille le gagner à tout prix, par tous les moyens, il y a problème. Et ce n'est pas que le problème du Congo puisque toutes les sociétés modernes sont confrontées à cette tendance. Il faut une normalisation de la bonne façon de s'enrichir si on veut éviter que la jungle devienne la loi, la valeur dominante et dans ce contexte, la corruption pointe sa queue derrière la maison.

Le professeur Madzimba fait bien d'évoquer les études de faisabilité quand monsieur Denis Sassou Nguesso prend certaines décisions sans compensation, sans moyens compensatoires. Cependant, l'argumentation de Denis Sassou Nguesso part du fait que les fonctionnaires sont payés et si l'Etat procure les pièces d' état civil, nous ne voyons pas de problème de compensation puisque l'argent que les fonctionnaires récoltaient partait dans les caisses de l'Etat - à moins qu'il n'allait "légalement" dans les poches de ces fonctionnaires, auquel cas il y aurait argument à parler de "manque à gagner". C'est l'Etat qui doit accuser un manque, un déficit et non des individus, des services. Or, ce n'est pas le cas ! Aucun service ne prétend manquer de moyens de fonctionnement : les bâtiments appartiennent à l'Etat, les fonctionnaires sont payés par l'Etat. Alors, en quoi la gratuité des pièces d'état civil pose problème ?

En matière de procédure décisionnelle, le professeur Madzimba sait bien que la prise de décision étatique est hiérarchisée à caractère descendant avec traçabilité. C'est la traçabilité qui manque ; on peut aussi y ajouter le contrôle et la sanction déterminés par des textes qui ont force de loi sans exception. Hélas, le Congo et la rigueur de Minerve, ça fait deux.

En matière de paiement en numéraire, c'est un flou volontaire introduit sciemment pour éviter toute forme de contrôle. Ailleurs, les banques imputent une traçabilité : en France, on vous oblige d'avoir un compte pour recevoir telle ou telle allocation, voire votre salaire. Nous estimons à juste titre qu'au Congo, on peut imposer que tous les fonctionnaires, tous les ministres, tous les militaires, etc, aient des comptes bancaires. Pourquoi n'existe-t-il pas une loi en ce sens ? C'est que le système se laisse le droit de piocher et de manipuler de l'argent sans contrôle et sans vérification - d'où l'importance des détournements avec pour conséquences l'enrichissement exponentiel de quelques-uns : avouez que la tentation est forte de piquer dans la caisse si vous gardez des milliards de francs cfa. Nous sommes pour la création de  la Banque du Congo qui permettrait à tout Congolais d'y avoir un compte - même s'il n'a pas d'argent. On pourrait même obliger les étrangers qui pillent nos richesses d'y avoir des comptes - pour éviter que l'argent dorme sous les matelas avant de quitter le Congo dans des cercueils. Comment des acteurs économiques peuvent-ils avoir des contrats avec l'Etat sans traçabilité bancaire ? C'est bien, le bordereau mais il peut être falsifié dans la mesure où c'est à la main qu'on le remplit. Cette perméabilité vient du fait que le crime économique, la délinquance, le vice, le délit sont devenus la norme dans notre pays : AU CONGO, CE SONT LES ANTIVALEURS PRESUMEES QUI FONT OFFICE DE VALEURS - ET CA FAIT UNE GROSSE DIFFERENCE. Et c'est ce gros travail, professeur Marion Madzimba Ehouango, que nous aurons à abattre pour redresser notre pays car le crime, le délit ne font pas partie des antivaleurs mais des pratiques qui entrent dans le domaine du sanctionnable, du répréhensible.

Normalement, une antivaleur n'est pas du domaine de la violation de la loi mais de la liberté individuelle. Si quelques individus ne partagent pas la valeur sexuelle communément admise de l'hétérosexualité et qu'ils choisissent de copuler entre hommes ou entre femmes, c'est une antivaleur qui confine à un nouveau modèle familial qui n'empêche pas la valeur chrétienne de la famille d'exister. Les valeurs nouvelles apparaissent qui combattent les anciennes pour soit les détrôner, coexister de façon récessive avec ou passer dans le domaine de l'interdit social, de l'interdit juridique.

Professeur, nous avons toujours saisi intuitivement que le redressement du Congo commencera dans votre domaine, le domaine juridique, colonne vertébral de toute société moderne. Et je ne doute pas qu'un jour, votre pays ait besoin de vos lumières...

A ceux qui vont écouter la vidéo, nos excuses car il du crachin à certains endroits - notamment quand les auditeurs téléphonent.

 


Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg