Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 17:31

Nous venons à peine de recevoir l'information sur ce qui se passe au Congo à propos des pressions qu'exercent les chefs d'établissement sur les enseignants afin d'étouffer la grève qui court depuis le 25 février 2013 en vue d'obtenir la revalorisation du point d'indice du corps enseignant.

Le pouvoir s'inquiète de voir perdurer cette grève et s'emploie à jouer deux politiques, l'une publique, l'autre cachée. Côté face publique, c'est un discours fait de promesses, discours démagogique qui assure que la question est collective et sera examinée lors du budget de l'exercice annuel suivant et qu'il faille que les enseignants reprennent le chemin des classes.

Il faut dire que si les autres corporations avaient besoin d'une revalorisation indiciaire, elles auraient aussi fait grève. Alors, si vous n'êtes pas capables d'accorder à une seule corporation ce qu'elle vous demande, comment pourrez-vous l'accorder à toutes les dix-huit corporations de la fonction publique ? COMMENCEZ PAR LES ENSEIGNANTS CAR L'ECOLE, C'EST L'AVENIR D'UN PAYS.

Si les enseignants vous écoutent, cela équivaudrait à avoir fait une grève pour rien.

 

Du côté obscur, enlèvements, intimidations, corruption jouent à plein. L'intimidation passe souvent avant la corruption. Si l'intimidation échoue, on envisage la corruption et si celle-ci ne donne rien, on peut envisager des atteintes physiques qui peuvent aller jusqu'à vous "faire bouffer votre acte de naissance".

Ceux qui ont lu notre article sur la corruption ont compris que l'on corrompt généralement celui qui a un pouvoir de décision, un poste élevé pour qu'il exerce à son tour des pressions (parfois sous la forme d'une autre corruption) en cascade sur ses administrés ou ses obligés. La stratégie du pouvoir en ce moment même consiste à corrompre les chefs d'établissements scolaires pour qu'ils ramènent leurs ouailles devant le tableau noir. Ceux-ci téléphonent aux enseignants en leur disant que s'ils ne reprennent pas les cours, ils ne seront pas payés puisqu'il faudra que les enseignants présentent un document de reprise à cet effet. C'est un chantage qui commence à porter ses fruits dans la mesure où certains enseignants reviennent dans les établissements - même si les élèves ne sont pas encore présents.

L'attitude des chefs d'établissement est condamnable puisqu'ils sont eux-mêmes concernés par l'avancement du point d'indice : en effet, ce sont juste des enseignants qui perçoivent une prime de direction. En cassant la grève, ils sont contre-productifs et agissent contre leurs propres intérêts. C'est la sempiternelle guerre entre l'intérêt privé et l'intérêt collectif qui n'est pas propre au Congo ou à l'Afrique. Lorsque le système menace les directeurs d'établissement de perdre leur poste, c'est-à-dire, leur indemnité de directeur qui majore leur salaire, ils ont intérêt à contraindre par tous les moyens les enseignants à revenir dans les établissements scolaires désertés depuis le 25 février 2013.

Si l'on fragmente l'intérêt collectif en intérêts individuels, on casse tout mouvement social. En pensant à son salaire qui ne sera pas versé, un enseignant faible peut céder à l'intérêt individuel et reprendre les cours : il a une famille à nourrir, n'est-ce pas ? LES AUTRES QUI POURSUIVENT LA GREVE AUSSI. EN SE DESOLIDARISANT DU CORPS ENSEIGNANT, IL AGIT COMME UN TRAITRE QUI INTRODUIT UNE CASSURE DANS LA CONSCIENCE CORPORATIVE QUI CRAQUE DE PART EN PART. LE COMBLE EST QUE SI LA GREVE ABOUTIT, LES TRAITRES AUSSI BENEFICIERONT DES RETOMBEES DU MOUVEMENT. QUELLE IRONIE DU SORT !

D'ailleurs, sur la place de Paris, les Congolais ont du mal à domestiquer leur intérêt individuel pour faire émerger un intérêt collectif. Tous veulent être des chefs ou devant par intérêt personnel et rien ne marche car il n'y a pas une volonté collective venant cimenter les volontés individuelles. Les enseignants ont réussi à fédérer un mouvement, un courant d'idées autour d'une revendication salariale ; un ciment qui tient depuis plus d'un mois, du jamais vu au Congo depuis le retour de l'éléphant de l'Alima au pouvoir. Ce mouvement s'il perdure, peut gagner du terrain en agrégeant d'autres corporations à la grève qui se commuterait en grève générale et là, les choses allaient vraiment bouger au Congo.

 

Nous demandons aux directeurs d'établissement scolaire du Congo :

1) de ne pas faire pression sur les enseignants en respectant leur droit de grève car c'est tout simplement illégal et cela constitue une parfaite violation des droits de l'homme et du citoyen ;

2) de se dire qu'ils sont aussi bénéficiaires des avancées sociales en cas d'aboutissement du mouvement - qu'ils ont intérêt donc à le voir triompher comme le reste du corps enseignant ;

3) de ne pas céder au chantage du pouvoir parce qu'ils ne perdront pas leurs postes : on ne peut pas changer un directeur d'établissement pour motif de grève car la loi ne le permet pas ;

4) de ne pas communiquer les adresses ou les numéros de téléphone des enseignants pour que le pouvoir puisse avoir la possibilité de les intimider ou d'aller les arrêter chez eux - ceci est aussi valable pour les syndicalistes qui sont aussi avant tout des enseignants.

On ne cesse pas une grève avant qu'il y ait des accords paritaires signés de part et d'autre entre le pouvoir représenté par les ministres de tutelle et les syndicats d'enseignants. Nous signalons que la parole du pouvoir est hautement dévaluée, parole qui ne vaut rien car ces gens-là n'ont pas de sens de l'honneur. SIGNEZ DES ACCORDS ECRITS OU ATTENDEZ UN DECRET POUR RETOURNER DEVANT LA POUSSIERE DES CRAIES QUE VOUS PAYEZ DE VOTRE POCHE. NE FAITES PAS UNE GREVE POUR RIEN !

PressionsGreve.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg