Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 15:08

COMMENTAIRE : Voici encore une preuve que le Congo est un Etat policier qui surveille le moindre fait et geste de tous ceux qui viennent de l'étranger - surtout quand vous êtes Français, originaire de l'ancienne puissance ayant colonisé le Congo - c'est-à-dire, membre de la puissance faiseuse de gouverneurs noirs au Congo depuis les indépendances et, pire encore, vous avez travaillé à l'ambassade de France à Brazzaville supposant être au parfum des secrets du régime des crocodiles de l'Alima - ce qui accroît a fortiori la méfiance du système.

Un Français ex-employé de l'ambassade de France au Congo, Jérémy Filippi, a fait les frais d'une expulsion du territoire congolais manu militari lors d'un second séjour privé pour le simple fait d'avoir discuté avec l'opposition. Qu'on prive les Congolais de leur liberté d'expression ou de circuler, ça s'entend d'autant que nos compatriotes n'ont pas la fibre de se heurter à la sécurité d'Etat qui vous emprisonne pour un simple regard de travers. Nos frères ont intériorisé la dictature et n'osent même plus se plaindre quand ils subissent des sévices à l'intérieur du pays. Mais qu'on s'attaque à un Français juste pour délit de discussion - même pas d'amitié prouvée, c'est très très grave !

Dans le texte ci-dessous, vous allez lire le récit d'une violation des règles internationales de séjour à l'étranger : monsieur Jérémy Filippi, un Français, se fait expulser du Congo sans que l'ambassade de France au Congo ou le gouvernement français ne lèvent le petit doigt :  La france a trop d'intérêts en jeu pour les mettre en péril pour un simple citoyen. Il vaut mieux se coucher. Ce qui nous fait dire que vous, Congolais ayant acquis la nationalité française qui combattez l'intolérable et l'inacceptable, vous n'êtes pas en sécurité quand vous vous rendez au Congo : vous êtes filés, surveillés dans vos moindres faits et gestes. A la moindre méprise, ce régime n'hésitera pas à vous enfermer, vous torturer voire vous tuer. Souvenez-vous de notre défunt frère Bruno Ossébi brûlé vif mais, ayant survécu, a été liquidé définitivement par injection pour le faire taire à jamais quelques jours plus tard à l'hôpital militaire de Brazzaville.

La fébrilité du régime a atteint des sommets car on s'approche de 2016, date de la fin de règne du mastodonte Denis Sassou Nguesso : le système criminel a peur car il se sait coupable de mille et mille crimes de tous genres ; il file donc tous ceux qui viennent de l'étranger. D'ailleurs, tout courrier en provenance de l'étranger est ouvert et lu par la sécurité d'Etat. Tous les opposants, tous les nantis du pays, sont sur écoute. Et le régime frappe à la moindre suspicion - même injustifiée. 

La communauté internationale peut ainsi mesurer la tension politique au Congo à travers le sociomètre de la violation des droits primaires au Congo dès lors que le régime des crocodiles de l'Alima s'en prend même à un citoyen français. Juste pour l'avoir vu discuter avec Mathias Dzon...

                                                                           *

Un Français a été expulsé de République du Congo le 9 juillet dernier. Jérémy Filippi est un ancien employé de l'ambassade de France à Brazzaville. Il avait effectué un contrat de Volontaire international en administration (VIA). Entre juin 2011 et juin 2013, il était chargé de la communication et de la politique intérieure pour le compte de l'ambassade. Revenu au Congo mi-juin pour travailler pour une société privée, il s'est finalement fait expulser. Les autorités l'accusent de s'être immiscé dans la politique congolaise.

Durant deux ans, Jérémy Filippi rencontre un grand nombre de politiciens congolais. « C'était l'une de mes missions », dit-il. Le Français, âgé aujourd'hui de 28 ans, mène des entretiens avec quelques représentants de la majorité, mais surtout avec des opposants. « J'en voyais un à deux par semaine. Même si, parfois, j'arrêtais pendant quelques mois. Selon les relations entre Paris et Brazzaville, l'ambassadeur me demandait de lever le pied au besoin », explique l'ancien expatrié.

Avec les opposants, il parle de la situation du pays. Il leur demande leurs avis, leurs projets et leurs stratégies pour l'avenir. « Mon rôle était d'écouter ce qu'ils avaient à dire. Je rédigeais une note et la transmettais directement à l'ambassadeur », indique Jérémy Filippi. Ces rendez-vous se tiennent systématiquement dans un lieu public, le plus souvent à l'institut français, « jamais chez eux ou chez moi, justement pour ne pas être accusé à tort de conspiration », déclare le jeune homme.

Une mission somme toute classique. « Dans le travail d'une ambassade, il est parfaitement admis de rencontrer des opposants, à condition de ne pas trop en faire état », confie une source diplomatique. « L'ambassadeur ne peut pas les voir directement en tête-à-tête. Cela peut créer des tensions avec les autorités, et bloquer des dossiers. Donc il délègue », explique cette même source. Par contre, l'ambassadeur côtoie officiels et opposants de manière transparente, «dans un cadre plus large, comme des réceptions, etc. Cela permet de ne pas être utilisé par un camp ou l'autre », conclut un diplomate.

Avertissement

Le 13 juin, Jérémy Filippi revient au Congo, cette fois à titre privé. Il doit réaliser un contrat d'un mois avec la société SIP Editions, une entreprise qui se trouve éditer l'agenda de l'ambassade de France.

Un premier avertissement lui est envoyé le 25 juin par un contact à l'ambassade. Un message l'informant avec inquiétude que le secrétaire général du Conseil National de Sécurité (CNS), Jean-Dominique Okemba, exige qu'il quitte le pays, à cause de « contacts subversifs avec les membres de l'opposition ».

Le conseiller spécial du président Sassou-Nguesso aurait averti l'ambassadeur de France. Il aurait aussi chargé de l'affaire le colonel Elie Atipo-Etou, directeur des Affaires intérieures de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST).

L'expatrié est alors convoqué pour le 1er juillet à la DGST. Il se rend au rendez-vous, où il est interrogé par l'officier et un de ses adjoints. « Ils n'étaient pas menaçants, mais le ton était froid et ferme », se rappelle Jérémy Filippi. Ce dernier affirme avoir été questionné sur les raisons de son retour au Congo. La nature de son nouveau travail.

Puis on lui aurait demandé des précisions sur son ancien emploi à l'ambassade. Pourquoi il avait rencontré des opposants, s'il avait par exemple eu des entretiens avec Mathias Dzon (NDLR : président du parti ARD), et s'il avait de nouveau contacté des opposants lors de son séjour actuel. Jérémy Filippi signe un procès-verbal, et l'affaire en reste là. Pour l'instant.

Ton menaçant

Le 4 juillet, la DGST le convoque de nouveau. « Cette fois le ton était plus menaçant », indique le jeune homme. Le colonel Atipo-Etou lui indique que sa hiérarchie demande son départ. « Pour seul motif, il m'a donné le fait que j'avais rencontré des opposants. J'ai demandé en quoi était-ce un problème? Il m'a répondu que si je voulais que ça se passe bien, il fallait que je parte », se souvient l'ancien expatrié.

Son contact à l'ambassade lui conseille également de plier bagage, vu « l'imprévisibilité des forces de l'ordre congolaises ».

Mais le Français n'en fait rien. « Je refusais de céder. Je voulais qu'ils aillent au bout de leur logique », explique Jérémy Filippi. Le week-end passe. Lundi 7 juillet, la DGST le convoque pour le lendemain. Le Français prévient cette fois son ambassade.

Le 8 juillet, il arrive devant le colonel Atipo-Etou à 8h30, lui dit qu'il estime n'avoir rien fait d'illégal et que s'il était expulsé, il fallait lui notifier officiellement. « Il m'a répondu -d'accord, vous ne voulez pas partir, je vous place en garde à vue et on vous expulse », raconte le jeune homme.

Il est alors placé en cellule à la DGST, avec 7 autres détenus. « Certains m'ont dit être là depuis des mois, voire des années, dans l'attente d'un procès », détaille Jérémy Filippi. Prévenue, l'ambassade lui apporte des vivres. Il passe la nuit en détention et le lendemain soir, la police l'escorte jusqu'à l'aéroport et le met dans un avion pour Paris.

Amertume

« Je suis choqué, mais pas surpris quant on connaît la nature du régime congolais. On ne me reproche pas d'avoir appuyé, encouragé et encore moins financé des opposants. On me reproche simplement d'avoir discuté avec eux, de les avoir rencontrés. Le Congo veut donner l'impression qu'il est un Etat de droit, mais sur les questions politiques, le régime est encore très tendu, et limite paranoïaque. Comme si moi, petit volontaire international j'étais capable d'exciter qui que ce soit pour renverser le régime. Je trouve ça hallucinant », réagit le Français, qui demande à Paris de prendre ses responsabilités.

Selon lui, le ministère des Affaires étrangères doit protester officiellement. « On ne peut pas demander à des agents de s'investir dans un pays sensible comme le Congo si ces mêmes agents risquent demain d'être arrêtés, intimidés ou expulsés au seul motif qu'ils font le travail demandé ».

Interrogée, l'ambassade de France à Brazzaville renvoie la balle au Quai d'Orsay, qui lui n'est pas très bavard sur cette affaire. « Son expulsion n'a aucun lien avec notre ambassade. C'est un problème d'ordre privé. Ce que les autorités du Congo lui reprochent c'est une affaire de justice et nous n'avons pas à nous en mêler », indique un officiel du ministère. Il n'en dira pas plus.

Silence radio

D'autres sources diplomatiques étrangères, au courant de l'affaire, ont aussi du mal à y voir clair. « Les autorités nous ont opposé un silence radio. Nous n'avons rien pu savoir à part que sa présence était indésirable. Brazzaville a décidé que c'était son choix souverain », indique un diplomate européen, avant d'ajouter une hypothèse : « Le pays est dans un contexte spécial, avec la perspective d'élections. Il y a une certaine crispation concernant tout ce qui va à l'encontre du pouvoir ».

Un autre contact diplomatique étranger ajoute que ce genre d'expulsion est rare : « C'est peut-être une mauvaise interprétation du nouveau travail qu'il venait faire au Congo. Peut-être un excès de zèle. Peut-être un peu de paranoïa. On peine à comprendre ».

Joint par téléphone, le colonel Atipo-Etou a refusé de répondre aux questions. Interrogé sur l'affaire, l'officier s'est aussitôt mis en colère, affirmant que les médias ne parlaient jamais des Congolais expulsés de France, avant de mettre brutalement fin à la conversation.

Le porte-parole du gouvernement a lui accepté de s'exprimer sur le sujet. Selon Bienvenu Okiemy, également ministre de la Communication, « il lui est reproché d'avoir développé une intelligence, visant à dresser les Congolais les uns contre les autres. Il lui est reproché aussi de s'être immiscé, sans aucun titre, dans la vie politique de notre pays. En somme, ce monsieur a développé des activités qui étaient tout sauf commerciales. Et il aura foulé au pied le droit congolais. »

Ce serait donc son retour à Brazzaville le mois dernier, et l'activité qu'il aurait exercé dans le pays depuis cette date, qui poserait problème. Mais le ministre ne donnera pas plus de détails. En tout cas Jérémy Filippi lui tombe des nues. « Je ne comprends pas. Je ne vois pas ce qu'on me reproche. Je n'ai même pas rencontré d'opposants depuis mon retour ».

Prison la prochaine fois

Interrogé sur ce qu'il entendait par « intelligence » et avec qui, Bienvenu Okiemy répond : « Quand nous parlons d'intelligence, il y a certainement eu collusion. Mais nous nous en sommes arrêtés à une mesure administrative d'expulsion. S'il y avait eu une instruction d'engagée, on aurait peut-être aujourd'hui les résultats, s'il sagissait d'une intelligence à titre personnel ou à titre collectif. Quoiqu'il en soit, à la lumière de nos relations avec la France, nous avons décidé de l'expulser mais de ne pas engager de procédure pénale ».

Au passage, le ministre lance un ultime avertissement : « La République du Congo n'est pas une terre d'aventure. A l'avenir, de tels comportements se solderont bien par une sanction pénale, avec la possibilité d'effectuer un séjour en prison, si le juge congolais l'estime nécessaire ».

Jérémy Filippi explique la position de Brazzaville par le fait qu'il « est difficile pour un régime d'expliquer des expulsions prises pour des raisons politiques ». Il n'est par ailleurs pas surpris que l'ambassade n'ait pas pu empêcher son expulsion. « L'ordre est venu de très haut », dit-il. Quant à l'explication du Quai d'Orsay, il se dit déçu : « Le ministère a une position de prudence extrême. Il doit avoir le courage de protester ».

Source : http://www.rfi.fr/afrique/20140722-ex-employe-ambassade-france-expulse-congo/

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

mwangou 24/07/2014 07:03


Bjour LDM! comme quoi, tous ces jeunes doivent savoir qu'ils peuvent ^^etre envoyés en pature pour sauver des privilèves établis. A lui d'en tirer les leçons et surtout de changer de boulot: la
diplomatie, c'est pour ceux qui savent encaisser les coups. Au fait en quoi consistait son boulot? n'était-ce pas pour entuber l'opposition, raison pour laquelle son employeur ne l'a pas
protéger? ton commentaire LDM dit bien que c'est ce pays qui est faiseur du beau temps dans notre pays... d'où il faut se méfier aussi de ces jeunots superbement actifs dans ce monde
diplomatique.

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg