Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 01:45

COMMENTAIRE : Il est tard mais je tenais à mettre en ligne avant de dormir une partie de l'entretien de modeste Boukadia face aux journalistes car il est révélateur de beaucoup de choses : Boukadia ne nous dit pas tout et il sait ce qui va prochainement se passer au Congo. Cet homme est dangereux. Ceux de nos compatriotes qui n'ont pas pu lire la vidéo peuvent maintenant se faire une idée de son interview. Comment a-t-il pu décider de la fin de la guerre en vivant tranquillement en France ? D'où lui vient à ce moment son autorité pour que Mathias Dzon et Rodolphe Adada viennent le voir ? Est-il franc-maçon comme Dzon, Sassou et Adada ? En tout cas, il y a de fortes chances car c'est la seule hypothèse qui tienne la route... Il est forcément sous influence et je le combattrai car je sens que c'est un dangereux démagogue...

 

 

Je ne vais pas traduire tout le discours de Modeste Boukadia mais juste la partie où il reconnaît que le 20 octobre 1997, il a signé des accords avec Denis Sassou Nguesso pour devenir premier ministre. J’entends qu’il fait des révélations importantes : comme Pascal Lissouba était membre du PCT et qu’à ce titre, il ne voulait que modifier la constitution du PCT et que l’UPADS est une émanation du PCT, les deux ayant consenti une alliance. Modeste Boukadia est prêt à faire une concession si le pouvoir lui donne 100 milliards de francs cfa pour qu’il puisse créer des entreprises ; c’est 100 milliards de francs cfa pour enterrer les accords du 20 octobre 1997. En tout cas, un homme qui tient un tel discours n’est pas digne d’être considéré comme un opposant puisque la raison qui le discrédite est la même que celle qui discrédite Denis Sassou Nguesso : il veut faire la même chose que ces grailleurs, ces boukouteurs. Comment comprendre que Modeste Boukadia soit un opposant s’il a voulu gouverner avec Denis Sassou Nguesso, l’homme qui a marché sur des dizaines de milliers de Congolais ?

En signant des accords le 20 octobre 1997 en France avec Denis Sassou Nguesso, cet homme montre qu’il approuve le coup d’Etat de ce dictateur ; tout ce qui lui importe, c’est de manger, de prendre sa part du festin. Un tel homme peut-il être crédible ?

Cet entretien montre pourquoi Mathias Dzon combat le pouvoir : il se sent évincé du système qu'il a lui-même créé– puisque c’est lui qui a signé le document qui a fait de Sassou un président. C’est le seul mérite de Modeste Boukadia dans cet entretien : clarifier le rôle des uns et des autres dans un complot qui nous a ramené la dictature et le dictateur Denis Sassou Nguesso.

 Dans tout l’entretien, il montre qu’il est un homme du passé, un homme du système qui connaît les hommes sous leur vernis pctiste et surtout, qui est en collusion avec la puissance coloniale : La France. Un tel homme qui veut ou un poste de premier ministre de Sassou Nguesso ou qu’on lui donne 100 milliards de francs cfa ne peut pas incarner l’opposition mais C’EST UN PION DE LA MEME ESPECE QUE DENIS SASSOU NGUESSO… :


-Modeste Boukadia : Quelqu’un qui vient du P.C.T peut-il se déclarer librement dans sa tête et dans sa conscience qu’il est dans l’opposition ?

-La journaliste : Ah bon ? Qui  par exemple vient du PCT ?

-Boukadia : Mais tout le monde ! Que vous prenez le RDD,  que vous prenez l’UPADS, que vous prenez je ne sais pas quoi tout le monde est issu du PCT.

-La journaliste : Pour vous, il n’y a pas  d’opposant au Congo-Brazzaville…

Boukadia : Nous aurons une opposition lorsque nous allons ré-avoir des élections comme en 1992, lorsque le premier ministre Milongo avait fait son travail et à ce moment-là, la majorité du pouvoir était incarnée par l’UPADS et le PCT et l’opposition par le MCDDI…

-Le journaliste : Mais en qualité de qui ou de quoi le CDRC a pris part à la conférence des présidents du front de l’opposition ?

-La journaliste : Effectivement,  il y a quelques jours, vous avez tenu une conférence de presse où vous avez déclaré qu’il y a un délégué de votre parti qui a pris part au Front des partis…

-Modeste Boukadia : Mais non. Non, non, non. Nous incarnons l’alternance. Parce que le peuple congolais en a marre qu’on tue ses enfants, qu’on sacrifie ses enfants.  Alors ces oppositions-là qui existent parce qu’ils n’ont pas suffisamment mangé, hein ? (NDLR : POURTANT, BOUKADIA S’OPPOSE AUSSI POUR MANGER PUISQU’IL RECLAME OU LE POSTE DE PREMIER MINISTRE OU 100 MILLIARDS DE FRANCS CFA. ATTENDRE LA SUITE POUR LE CONSTATER...)

J’étais en France. En France, on m’a dit que nous ça ne pose aucun problème que monsieur Sassou Nguesso parte mais tous ceux qui tournent autour veulent prendre sa place pour faire la même chose. Que voulez-vous qu’on fasse ? (NDRL : Ici, Modeste Boukadia reconnaît que c’est la France qui fait le pouvoir au Congo-Brazzaville et qu’il a pris les ordres de Paris)

-La journaliste : Jusque-là, Vous ne répondez pas à ma question…

-Modeste Boukadia : Mais si !  Je vous dis qu’il nous faut aller aux élections libres et transparentes ; c’est à ce moment-là que l’on va  clarifier qui est de l’opposition et qui est du pouvoir. Aujourd’hui, j’amène l’ensemble de la classe politique vers un consensus où nous devrons nous entendre pour mettre en place un nouveau gouvernement d’union nationale (NDLR : VOUS VOYEZ ? C’EST SASSOU QUI DEMEURERA  PRESIDENT PUISQUE SEUL LE GOUVERNEMENT CHANGERA ET RIEN NE CHANGERA AU NIVEAU SYSTEMIQUE. JE ME DEMANDE SI BOUKADIA NE TRAVAILLE PAS POUR SASSOU EN EMMENANT LE PEUPLE VERS UNE NOUVELLE CONSTITUTION QUI ENTRAINERA DU COUP UN GOUVERNEMENT D’UNION NATIONALE. BOUKADIA EST UN DANGER POUR LE CONGO…) et c’est ce gouvernement d’union nationale qui va organiser, qui va mettre en place la commission tant recherchée pour organiser des élections.

-Le journaliste : Le  CDRC, avec l’autre politique,  finalement, vous êtes au centre quand même, parce qu’il y a l’opposition, le centre et le pouvoir. Vous êtes où ?

-Boukadia : Monsieur, je ne veux pas qu’on parle d’opposition parce que vous trompez le peuple ! ( NDLR : ICI, BOUKADIA RECONNAIT QUE CEUX DE L’ANCIEN SYSTEME NE SONT PAS DES OPPOSANTS, Y COMPRIS LUI-MEME)  Donnez-moi un exemple d’un opposant, je vous dirai qui il est !

-Les deux journalistes : Mathias Dzon, par exemple…

-Modeste Boukadia : Mais Mathias Dzon, c’est celui qui a incarné la gestion du président Sassou, Mathias Dzon celui qui a signé les accords en France ! C’est Mathias Dzon, le porte-parole de monsieur Sassou Nguesso. Pendant que monsieur Sassou Nguesso était ici au Congo, c’est Mathias Dzon qui a signé le document pour que monsieur Sassou Nguesso devienne président ! Et aujourd’hui, il est de l’opposition ? C’est Mathias Dzon qui a donné le pouvoir à Sassou.  Enfin, de quoi on parle ici ? De quelle opposition on parle ? Non, non, non, non !

-Le journaliste : Ange Edouard Poungui… De l’UPADS

-Boukadia : Qui ? Il n’était pas le premier ministre de monsieur Sassou ? Il était premier ministre, aujourd’hui, il devient opposant ?  Non, donnez-moi encore. Non, non, non ! Ce qui est important…

-Le journaliste : Ca c’était à l’époque ! Aujourd’hui, mais la politique est évolutive !

-Boukadia : Monsieur, monsieur,  le PCT reste encore au pouvoir en tant que parti-Etat dans lequel monsieur Ange Edouard Poungui était… d’ailleurs, il a été. L’UPADS, je vous ai dit que c’est une émanation du PCT.

-Le journaliste : C’est l’UPADS qui a battu Sassou aux élections en 1992.

-Boukadia : l’UPADS est une émanation du PCT (NDLR : ICI, BOUKADIA DIT VRAI PUISQUE SASSOU A FINANCE LA CREATION DE L’UPADS A HAUTEUR DE 90 MILLIONS DE FRANCS CFA. ENSUITE, L’UPADS TRAHIRA L’ACCORD. LA SUITE, C’EST LA GUERRE ET LE RETOUR DE SASSOU…).

-Le journaliste :… l’UPADS

Modeste Boukadia : Pardon ?  Non… non, non : le PCT a fait alliance avec L’UPADS : ils ont gagné (ndlr : tous les deux) l’élection présidentielle. Au premier tour, ils sont allés en ordre dispersé  Je vous signale que le président Lissouba ne voulait pas qu’on change la constitution du Congo : il voulait seulement qu’on modifie la constitution du PCT. Parce que tous les membres du PCT à l’exception de monsieur Moungounga_Nguila qui n’était pas membre du PCT – même s’il a participé à dessiner le drapeau du PCT mais il n’a jamais été membre du PCT.  D’ailleurs la divergence entre monsieur Moungounga-Nguila et le président Pascal Lissouba c’était le fait que monsieur moungounga-Nguila ne voulait pas que Lissouba soit au PCT. Donc ce sont des points importants pour connaître la suite.

Donc aujourd’hui puisque vous m’avez parlé de Mathias Dzon, mais monsieur Mathias Dzon avec son ami qui est au gouvernement aujourd’hui avait signé le 20 octobre 1997 à 14 h 30 à l’école militaire des accords de gouvernement dans lequel j’étais (membre)...

-Le journaliste : Ca, ça se passe où ?

-Modeste Boukadia : Ca se passe en France, à l’école militaire dans le septième arrondissement.

-Le journaliste : Donc pour  toute…

-Boukadia : Alors il avait été dit : d’accord, mettons fin à la guerre, monsieur Sassou Nguesso sera président de la république, monsieur Boukadia Modeste premier ministre, chef du gouvernement. (QUI A DIT ?) Pourquoi ils n’appliquent pas ? Je reviens qu’on mette en place les accords du 20 octobre 1997 signés  à 14 heures 30 à l’école militaire de France.

-Une journaliste : Donc si on vous comprend bien, si aujourd’hui le président...

-Boukadia : Moi, je n’étais,  Madame, s’il vous plaît, ma signature à moi était incarnée par d’autres personnes pas par moi, la signature de monsieur Sassou était incarnée par Rodolphe Adada et Mathias  Dzon pour qu’on mette fin à la guerre  au Congo (ndlr : ce qui est faux car ce sont les Angolais qui ont permis de mettre fin à la guerre en donnant une victoire nette à Sassou). Nous avons signé, ça monsieur Sassou le sait…

-Le journaliste : Donc vous aussi, vous faisiez la guerre…

-Boukadia : Je ne faisais pas la guerre ; j’étais la caution pour que la paix revienne au Congo (NDLR : ET LA J’AIMERAIS BIEN QUE BOUKADIA EXPLIQUE QU’IL AIT UN ROLE DANS CETTE GUERRE MACABRE AU POINT OU C’EST LUI QUI DECIDE DE LA PAIX. LA, CE N’EST PAS CLAIR. EN TANT QUE QUI INTERVIENT-IL ? PURQUOI EST-IL CAUTION ? VEUT-IL DIRE QUE SANS LUI, LA GUERRE NE SE SERAIT PAS ARRETEE ? IL DOIT MIEUX S'EXPLIQUER…).

-Les journalistes : Comment ça ? (ICI, ILS SENTENT QU’IL Y A QUELQUE CHOSE DE LOUCHE QU’ON NE LEUR DIT PAS)

-Boukadia : Allez demander à monsieur Sassou Nguesso, il vous dira comment (NDLR : ICI, BOUKADIA ESQUIVE ET NE DIT PA LA VERITE… IL Y A UN SECRET COMME UN SECRET MACONNIQUE !)...

-Les journalistes : Nous sommes en face de vous…

-Boukadia : Je vous ai dit le 20 octobre 1997 à 14h30, à l’école militaire en France à Paris septième, quand ils ont signé, on (NDLR : C'EST ICI QUE l'ON VOIT L'INTERVENTION D'UNE PUISSANCE EXTERIEURE. BOUKADIA VOULAIT ENTRER AU GOUVERNEMENT - C'ETAIT SON AMBITION PERSONNELLE. OR, TOUT HOMME QUI LAISSE UNE PUISSANCE ETRANGERE DECIDER DES AFFAIRES DE SON PAYS EST UN TRAITRE ! BOUKADIA COMME DZON ET SASSOU - EST UN TRAITRE A LA NATION) leur a demandé : ça vous pose un problème que monsieur Modeste Boukadia travaille avec vous ? Mathias Dzon et Rodolphe Adada répondent  : "NON". C’est à ce moment-là que vers le 22 j’ai pris l’avion pour venir au Congo (NDLR : POUR PRENDRE SON POSTE DE PREMIER MINISTRE CHEF DU GOUVERNEMENT ALORS QUE LE CONGO ENTERRAIT ENCORE SES MORTS...) Je n’ai jamais fait la guerre. Voilà, monsieur, je n’ai jamais fait la guerre. On se respecte Si nous voulons la tranquillité dans ce pays mettons en place ces accords-là.

-La journaliste : Si monsieur Sassou vous demandait de travailler avec lui, accepteriez-vous ?

-Modeste Boukadia : mais enfin, il y a les accords qui sont là ! (NDLR : c’est ici que Boukadia joue sur une fausse naïveté en croyant que l’accord qu’il a signé est toujours valable…)

-Boukadia : Tout le monde étant rentré, si on ne s’entend pas, ça va être difficile pour lui en juillet 2012 (date prévue de la modification de la Constitution de 2002 ou autre coup d'Etat ?). Nous sommes à la veille de 2012. Je suis resté silencieux… le président de la république sait que je tiens toujours mes engagements….

Les deux journalistes : vous cherchez votre part du gâteau…

-Boukadia : Parions. J’avais dit : qu’on me donne seulement 100 milliards ; j’installe des entreprises dans ce pays ; je leur laisse sur  les 3500 milliards, je leur laisse le reste (NDLR : ici, on voit clair dans le jeu de Modeste Boukadia : il a été floué ; il veut donc ou le poste de premier ministre ou 100 milliards de francs cfa).

-Le journaliste : Vous avez dit à qui ?

-Boukadia : En conférence de presse…

A SUIVRE…

Monsieur Modeste Boukadia connaît les choses de l’ombre et il a intérêt à parler car dans ses propos, il y a comme des menaces insidieuses. Il dit qu’il tient toujours ses promesses et c’est là que ce monsieur ne nous dit pas tout. A QUI A-T-IL FAIT DES PROMESSES ? Boukadia demande à Sassou de ne pas céder à monsieur Mboulou ( ndlr : qui inciterait à la guerre ? A modifier la constitution ? Boukadia reste flou...) ; il redoute que Mathias Dzon soit la prochaine victime. Tout ceci sent la  secte, le flou et NOUS N’ACCEPTERONS PLUS CELA.

MODESTE BOUKADIA NE PEUT INCARNER L'ALTERNANCE SI SON OBJECTIF EST DE SERVIR MONSIEUR SASSOU NGUESSO OU D'OBTENIR SA PART DU BUTIN ESTIME A 100 MILLIARDS DE FRANCS CFA (Voir ce soir dans la suite de la traduction).

Boukadia quand on lui demande : « qui a… », il répond : « allez demander à monsieur Sassou… » comme si Sassou allait parler : un homme qui est lié par le voeu du silence est une marionnette. Je sens l'influence de la franc-maçonnerie... C’est un homme sous influence qui cache des choses au peuple  et c’est un pion dangereux et il sait très bien qu’un gouvernement d’union nationale n’est pas la solution ultime car on ne voit pas ce qui va changer avec le système Sassou en place. Cet homme travaillerait-il pour SASSOU ? IL Y A QUELQUE CHOSE QUI SE PREPARE ET L’ASSURANCE DE BOUKADIA EST SUSPECTE…

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

congo-sangha.com 03/04/2012 15:19


Cher Lion de Makanda, le texte complet des voux a la presse peut etre lu sur le site du CDRC: http://www.congo-sangha.com/cdrc-revue-de-presse/voeux-presse-2012.html.


 


 

Le Lion de Makanda (LDM) 03/04/2012 18:54



Merci, je ne manquerai pas d'aller le lire.



mwangou 29/02/2012 08:00


bjour! et merci pour avoir mis ces propos sous cette forme; car à brazza, nous n'avons pas la connexion qu'il faut... ce type ou il est un fou joyeux (suivez mon regard), ou il est fâché
contre ceux qui ont voulu le flouer. dans les deux cas, ce qui importe, c'est ce qui est dit. et si il n'y a pas réaction, c'est que la folie de ce type a surpris ses complices... surement qu'il
a aussi des choses sur la guerre qui a fait les disparus du beach...et pourquoi Dzon ou Ndzon, c'est selon, a quitté le gouvernement et se retrouver opposant... histoire tragique qui a quelques
odeurs communes avec l'opposition de Anga à son temps... VRAIMENT, merci et on attend la suite...A Brazza, on veut être édifié; trop de zones d'ombre dans l'histoire du Congo, qui a fait
chanter:"sassou nguesso telemaa", alors que c'est tout du faux...

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg