Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 11:55

COMMENTAIRE : La réponse de Brazzaville n'a pas tardé face aux accusations officielles du régime de Kanambé Kabila par son ministre de l'intérieur lors des attaques de Loukolela dans le nord-ouest de la RDC.

C'est monsieur Raymond Zéphyrin Mboulou, ministre de l'intérieur qui répond à son homologue d'en face en arguant qu'il s'agit d'un montage de Kinshasa en vue de reporter les futures élections présidentielles qui s'approchent à grands pas. Nous avons aussi fait l'hypothèse d'un coup monté mais en pensant qu'il s'agissait d'une entente entre Brazzaville et Kinshasa mais le fait que Raymond Mboulou s'insurge - ce qui nous donne une image de la position de son maître Denis Sassou Nguesso - nous conduit à penser que quoi qu'il en soit, les accusations de Kinshasa qui n'en sont pas à leur première version sont bel et bien un indicateur des tensions qui existent entre les deux pays  : pourquoi toujours accuser son voisin d'en-face ? La RDC a d'autres voisins - même si nous voyons mal Kanambe accuser son pays le Rwanda - en dépit des massacres que ce pays a commis sur nos frères de la RDC. D'ailleurs, Nkunda, un parfait criminel, est protégé par le Rwanda où se refugiera demain Kanambe s'il perdait le pouvoir...

Par la même occasion, nous apprenons que le Général Munene serait en prison à Brazzaville mais cependant, nous nous demandons quel est le motif de sa mise aux arrêts à Brazzaville où il n'a commis aucun délit ? S'il s'agit d'un délit de séjour, simple supposition, pourquoi Brazzaville ne le renvoie-t-il pas en RDC ? Brazzaville a déjà affirmé que l'extradition du Général Munene est hors de question. C'est Mulele qui n'a pas eu de chance, lui qui fut extradé à Kinshasa pour y être assassiné à l'époque de Mobutu. D'ailleurs, on se demande si des accords bilatéraux en matière d'extradition existe entre le Congo et sa voisine la RDC. Il est tout de même curieux que Denis Sassou Nguesso, l'homme qui a massacré ses propres populations en 1997 et plus tard dans le Pool fasse autant cas d'un inidividu quitte à fâcher son immense voisin. Cela montre que Sassou ne respecte pas Kabila fils car il sait que c'est un Rwandais qu'il considère être le cheval de Troie de Paul Kagamé. Ce que par ailleurs nous ne souhaitons pas mais cela n'empêche pas que nous nous interrogions. Le Général Munene serait-il un pion dans une stratégie future de Denis Sassou Nguesso qui souhaiterait lui aussi diriger Kinshasa au travers d'un pion, en défaut d'un cheval de Troie comme l'a fait le Rwanda en installant Kanambe, un bon Rwandais sur le trône de la RDC ?

Il y a eu des rencontres entre les officiels des deux pays qui se déplacés à tour de rôle dans les deux capitales. Hélas, Brazzaville a toujours nié d'être le cerveau des troubles de son géant voisin et, nous constatons curieusement, pour les besoins de l'argumentation que le Général Munene serait aux arrêts à Brazzaville ! Dans quelle prison ? Résidence surveillée à Oyo ? Le fait d'être en prison n'empêche pas à Munene s'il en est, de communiquer avec l'extérieur mais nous ne disons pas que l'ordre de mission trouvé sur un supposé rebelle viendrait du Général Munene et c'est là où les choses entrent en eau trouble : nul n'a jamais un mercenaire posséder sur lui un ordre de mission mais cela ne signifie pas qu'il n'y ait pas de mission du tout !...

De façon officielle, il n'y a pas de problème déclaré entre Kinshasa et Brazzaville mais de manière souterraine, nous savons que des affaires de moeurs opposent les deux clans au pouvoir : une partie de la progéniture de l'éléphant a la moitié de ses origines de l'autre côté du fleuve où elle se rend souvent - notamment pour faire la fête et plus, si vous voyez ce que je veux dire... Faites une recherche sur le site et vous retrouverez la cause qui est en fait au coeur de l'inimitié entre Brazzaville et Kinshasa. Cela n'a pas commencé avec la présence supposée du Général Munene à Brazzaville...

Autant Kinshasa apporte des preuves que Brazzaville qualifie de fallacieuses, autant la capitale poubelle ne justifie pas ses propres dires. Il faut donc une commission d'enquête internationale neutre pour relever la vérité qui est sous un masque de mensonge des deux côtés des berges du fleuve Congo : une enquête des deux côtés du fleuve est indispensable. Nous avons besoin de déterminer quelle est la berge qui ment plus que l'autre car entre l'éléphant et le cheval de Troie rwandais, quelqu'un ment. Il se peut que les deux mentent mais nous savons que chez nous au Congo, le régime de Brazzaville a pris un abonnement à vie pour un ticket illimité pour le mensonge. Un crocodile des bords de l'Alima qui se présente comme un éléphant se présente déjà lui-même comme un gros menteur. Kanambe a menti sur ses origines. Qui ment n'est plus la question mais qui ment plus que l'autre, that is the great question !

Kabila fils n'est pas son supposé défunt père, en tout cas, il ne sont pas fait du même bois : c'est comme si le fruit était tombé très loin de l'arbre ou qu'il était d'une autre espèce  ! Imaginez un arbre qui se trouve en RDC et un fruit qui tombe au Rwanda et qui donne non pas un okoumé mais un manguier. Le père aurait déjà organisé des représailles contre le Congo - à moins que le fils n'ait pas les bourses d'entre-jambes assez grosses. Attendons voir si elles vont grossir...

Voici un article trouvé sur RFI qui en parle avec plus de détails (nous ce qui nous intéresse, c'est l'analyse politique afin de cerner les enjeux qui se cachent derrière les faits et les déclarations) :

 

« Cette attaque et ses arrestations sont un simulacre et un montage de la part des autorités de Kinshasa ». Ces propos directs sont signés du ministre de l'Intérieur de la République du Congo (Congo-Brazzaville).  Pour Raymond Zéphirin Mboulou.
tout ce montage a pour objectif de justifier la non tenue des élections en République démocratique du Congo (RDC), prévues fin novembre : « si ceux qui organisent les élections ne sont pas prêts, ils n'ont qu'à le dire.. mais qu'ils laissent les autres tranquilles ».

Concernant les preuves évoquées par Kinshasa sur la complicité du général Faustin Munene, le ministre Mboulou se défend, « comment peut-on envoyer des assaillants avec un ordre de mission signé par le général Munene qui est bel et bien aux arrêts à Brazzaville ?».

Hier matin, son homologue du Congo-Kinshasa, Adolphe Lumanu, avait indiqué que parmi les hommes armés qui avaient attaqué la localité de Lukolela , 5 assaillants possèdaient des cartes de résident du Congo-Brazzaville, des armes légères et un ordre de mission signé Faustin Munene .

Faustin Munene, est un général à la retraite congolais, ex-chef d'état-major des forces aériennes sous Laurent-Désiré Kabila, le père de l'actuel président.

Après avoir fui la RDC en automne 2009, il est officiellement emprisonné au Congo-Brazzaville et « attend » une hypothétique extradition vers Kinshasa où il a été condamné par contumace à la prison à vie.  Il est soupçonné d'avoir été mélé à l'attaque ratée contre la résidence présidentielle en février dernier.

Le 27 février 2011, un groupe de plusieurs dizaines d'hommes armés avaient attaqué la résidence du président Joseph Kabila et la base logistique du camp Kokolo. Dix assaillants et cinq militaires avaient été tués. Dans les jours suivants,  près de 130 personnes avaient été arrêtées à Kinshasa.

Une enquête préliminaire de la Mission de l'organisation des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (Monusco) avait révélé que les assaillants avaient franchi le fleuve Congo en provenance de Brazzaville.

Plusieurs rebelles de RDC ont trouvé refuge ces dernières années chez le voisin congolais. Lors de l'attaque de février, les deux pays avaient rappelé leurs ambassadeurs respectifs. Le président Denis Sassou Nguesso avait ensuite assuré son voisin que « le Congo ne servirait jamais de base arrière aux ennemis de la RDC ». Celui-ci avait cependant précisé que le général Faustin Munene ne serait pas extradé.

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg