Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 13:31

Les internautes du monde entier et ceux de la diaspora peuvent témoigner que j'ai contribué à donner à la critique sociale congolaise ses lettres de noblesse. Nous le disons avec beaucoup de modestie : la critique sociale, vous pouvez le vérifier, a pris une tournure quand nous avons décidé de dire les choses de façon crue, sans langue de bois en mettant le doigt là où ça sent mauvais, là où ça pue l'arbitraire, l'injustice, l'incompétence, l'ethnodiscrimination.

Un pays n'avance pas si la critique sociale n'est pas à la hauteur des enjeux sociaux surtout si l'opposition politique ne joue pas parfaitement son rôle de contradicteur.

Nous comptabilisons aujourd'hui plus de deux mille deux cent quatre-vingts textes pour un seul procès en diffamation qui a pris des formes diverses et duré deux ans (2009-2011). C'était certainement le prix à payer pour que la semence de la critique sociale prenne. Nous nous réjouissons que la mayonnaise ait pris de sorte que l'on peut compter des sites de renom comme Zenga-mambu, Congo-Liberty, BrazzaNews et bien d'autres. Nous contribuons tous autant que nous sommes à faire entendre la voix de notre pays étouffée par une dictature féroce au travers du média universel qu'est internet.

Vous avez vu des personnes être libérées parce que nous avons publié un texte, d'autres éviter des arrestations arbitraires ou simplement ne pas subir l'irréparable parce que nous avons diffusé un article. Certains de mes frères ont même publié des textes sur DNCB avant de créer leur propre blog ; vous pouvez le vérifier.

Nous n'avons jamais fait acception de personne quand il s'agit de dénoncer l'injustice, l'arbitraire, quand il s'agit de défendre le faible, l'opprimé.

Cependant, quoi que nous ayons écrit, quoi que nous ayons reproché aux hommes politiques, notamment à Denis Sassou Nguesso lui-même en sa qualité de chef de l'Etat de notre pays, nous avons pris le soin d'éviter de s'attaquer aux personnes en ne regardant que leurs fonctions - sauf quand leur vie privée rencontrait leur vie publique. L'insulte n'a jamais été pour nous un argument - même si nous usons de l'ironie. Nous estimons qu'il s'agit avant tout de respecter la personne humaine quoi qu'elle ait fait dans son rôle d'homme public. S'en prendre à l'apparence d'un ministre ne nous honore pas mais au contraire nous dessert. Evitons, s'il vous plaît, de confondre invective et critique sociale.

Quoi que nous disions, ne touchons pas à l'épiderme d'un individu car c'est une insulte faite à Dieu le Créateur. Contentons-nous de démontrer en quoi il fait mal son travail ; c'est largement suffisant - surtout si nous pouvons proposer d'autres façons qui auraient mieux servi notre nation, notre pays (vous avez juste en dessous le texte de la critique de l'opération "LISUNGUI" pour ne citer que cet exemple). Certes, l'émotion prend parfois le pas sur la raison mais nous devons nous efforcer de raison garder.

Pour l'exemple du ministre Thierry Moungala, il n'y a aucun rapport entre son aspect physique et sa fonction ; nul ne peut dire qu'il travaille bien ou mal en fonction de son apparence. Associer les deux est inacceptable et nous demandons à nos jeunes frères qui ont pris le chemin de la critique sociale de la retenue - même si nous n'irons pas jusqu'à parler d'éthique car nous sommes des militants, des résistants et non des journalistes, un argument que j'ai valoir pendant les deux ans de procès qui m'ont opposé à un aîné à qui j'ai même présenté des excuses qui sont toujours en ligne pour montrer à tous les Congolais que nous sommes des kimuntistes et que nous n'avons pas honte de nous excuser - lorsque nous avons tort - alors que ces gens-là ne s'excusent jamais même lorsqu'ils explosent des compatriotes innocents au petit matin.

Nous demandons donc à nos jeunes frères de bien se focaliser sur la fonction et le rôle de nos hommes politiques et non sur leurs personnes : le Congo a besoin de vous pour montrer ce qui va mal mais ne cherchons pas à salir l'outil qui permet à la culture politique de notre pays de grandir dans le coeur de nos frères et de nos compatriotes. LE CONGO NE MERITE PAS CELA.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg