Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 15:40

 

gbagbo-cote-ivoire.JPGJe suis très surpris de la tournure que prennent de nos jours les événements en Côte d’Ivoire ;  je me demande si c’est une nouvelle jurisprudence que la communauté internationale veut créer ou c’est juste une volonté de soutenir à tout prix Ouattara que le camp de Gbagbo qualifie de marionnette des occidentaux et de la CIA.

Le pouvoir en Côte d’Ivoire, une nouvelle jurisprudence :

La communauté internationale pour des raisons très peu connues de tous est restée très vigilante sur les élections en Côte d’Ivoire : sur l’organisation et le déroulement de celles ci.

Elle a donc supervisé la tenue des élections dans ce pays et souhaite aujourd’hui faire respecter par tous les moyens la force des urnes ; c’est dans cette optique que le président Gbagbo déclaré vaincu des élections est sommé tous les jours à quitter le pouvoir, donc à céder le pouvoir au gagnant.

Cette façon de faire surprend car nous savons que tous les chefs d’Etats africains sont des grands dictateurs qui se maintiennent au pouvoir contre la volonté de leur peuple et que ni l’ONU, ni la communauté internationale ne disent rien ; cependant pourquoi quand Gbagbo fait comme les autres il est sévèrement sanctionné ? Est-ce une prise de conscience des occidentaux sur ce qui se passe en Afrique ? Est-ce une nouvelle forme de la coopération en vue d’ instaurer la démocratie en Afrique ?

Si la communauté internationale s’arrête seulement sur ce cas ivoirien ; force sera de constater que c’est juste pour des intérêts coloniaux que les hommes d’Etat européens ont soutenu Ouattara.

Si cet élan continue ça sera donc une véritable jurisprudence à laquelle tous les chefs d’Etat africains devront se soumettre et la dictature va peut être prendre fin en Afrique.

Le monde doit donc aider l’Afrique dans cette transition démocratique qui est toujours mise en mal par les dirigeants qui sont souvent soutenus par les puissances occidentales pour des intérêts de celles-ci au détriment des Africains.

Le cas de la Côte d’Ivoire doit être suivi partout en Afrique si l’Europe veut réellement combattre la dictature en Afrique.

Cette nouvelle jurisprudence de la communauté internationale aura-t-elle des effets rétroactifs ?

Je ne pense pas car tous les chefs d’Etat en Afrique ont triché ou mieux encore ont refusé d’écouter la voix des urnes ; nous avons des exemples sur le Gabon où le président Ali Ben Bongo est élu avec les suffrages de son adversaire sans aucune sanction de la communauté internationale.

Je me demande : comment la communauté internationale veut être crédible si elle ne s’arrête que sur le cas Gbagbo ?

La communauté internationale vient de créer un grand piège contre elle même car toutes les fois qu’il y aura élection en Afrique ; elle doit intervenir avec la même énergie qu’ en Côte d’Ivoire pour chasser le dictateur qui veut refuser la voix du peuple. Ainsi les opposants africains peuvent aussi publier les résultats qu’ ils souhaitent, qu’ ils peuvent aussi fabriquer dans leur officine et demander à la communauté internationale de les valider; ce qui risque de conduire à des guerres et autre dérapages.

Je pense que les présidents Sarkozy et Obama doivent montrer leur fidélité à cette nouvelle version de la coopération s'ils veulent être crédibles aux yeux des intellectuels africains et s’ils veulent écarter de nos têtes toute idée d’ingérence dans les affaires ivoiriennes.

Seule l’histoire jugera si cette affaire est réellement une volonté de faire de l’Afrique un continent démocratique par les puissances occidentales ou si c’est l’affaire des richesses ivoiriennes comme le soutiennent les militants de Gbagbo.

Les puissances occidentales peuvent-t-elles attaquer le président Gbagbo sans pour autant porter atteinte à la souveraineté nationale ?

C’ est quoi donc la souveraineté nationale?

La souveraineté est le principe de

l'autorité suprême. En matière de politique, la souveraineté est le droit absolu d'exercer une autorité (législative, judiciaire et/ou exécutive) sur une région, un pays ou sur un peuple.
La souveraineté nationale caractérise l'
indépendance de l'Etat-nation par rapport à d'autres Etats ou à des instances internationales, hormis pour les autorités que cet Etat a librement accepté de céder .
La souveraineté a été définie par Jean Bodin (1530-1596) dans son traité "Les Six livres de La République" comme un attribut essentiel de l'État : "La souveraineté est la
puissance absolue et perpétuelle d'une République." Aucun pouvoir n'est supérieur à la puissance souveraine qui ne peut être anéantie, mais elle n'est pas sans limite (s'exerce sur le domaine public et non privé). Pour Jean-Jacques Rousseau, le peuple est le seul détenteur légitime
de la souveraineté.
Ces définitions ne sont que théoriques car assez souvent la souveraineté nationale a été bafouée par la communauté internationale ; c’est dans cette optique que moi, je pense que le président Gbagbo met sa vie en danger en croyant à des concepts philosophiques qui n’ont plus de force de loi. Ainsi à tout moment l’armée française présente dans sa capitale politique peut venir le déloger de son palais en toute impunité morale et juridique.

Aussi, j’invite le président Gbagbo à quitter le pouvoir sauf s'il dispose d’une autre arme que la notion de souveraineté nationale.

Plusieurs exemples illustrent bien cette idée de l’inexistence de la souveraineté nationale dans les esprits des puissances occidentales.

Depuis un certain temps la notion de souveraineté nationale n’ a plus de sens dans le droit international public.

En effet, l’exemple de l’intervention de l’armée angolaise au Congo Brazzaville en 1997 du côté de Denis sassou (NGuesso) démontre bien que le droit international n’existe presque plus et plus tard après cette violation des frontières congolaises par l’armée angolaise, on a vu Jacques Chirac président de la France féliciter de vive-voix le président angolais pour cette intervention militaire.

D’autre part, on a vu les Etats-Unis d’Amérique et d’autres pays envahir l’Irak de Saddam sous le pavillon de l’ONU sous prétexte que ce dernier possédait des armes de destruction massive et au final ils ont tué le président en exercice ( Saddam Hussein).

Les puissances occidentales ont déjà trouvé un grand prétexte pour faire partir le président Gbagbo :  c’est celui d’ avoir perdu des élections comme si les autres présidents africains ont gagné aux élections.

On dit aussi du président ivoirien qu’il est trop nationaliste. Est -il possible qu’ un chef d’Etat africain soit nationaliste ?

 

                                                            MACKNARA

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg