Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 21:31

Il faut apprendre à lire l'histoire politique africaine avec froideur et rigueur, rigueur et objectivité, objectivité et détachement car seule une lecture sociologique sans parti pris peut permettre véritablement de tirer les leçons de l'histoire. 

Notre thème dans cet article est celui-ci : quelle est l'idéologie qui a présidé à la conquête et à la conservation du pouvoir de la pseudo-indépendance à 1992 qui inaugure la courte période véritablement démocratique du Congo dans un contexte pluriethnique ethnique doublé d'une dichotomie régionale tranchée ?

Le pouvoir a vocation de mobilisaion, de regroupement et dans un contexte où les idées et les projets politiques sont faibles ou inexistants puisque les idéologies politiques sont importées (socialisme, capitalisme, libéralisme, communisme) et inadaptées sociologiquement, l'identité prend le dessus et qui dit identité au sens d'un regroupement large renvoie en Afrique noire à l'ethnie qui est l'affinité atavique qui gère le sentiment d'appartenance, bref la grégarité. L'ethnie dans une société multiethnique est la première forme de regroupement naturel, instinctif car l'on s'identifie, on s'amalgame à l'autre parce qu'il nous ressemble culturellement, linguistiquement, historiquement. Il n'y a qu'à voir l'occupation ethnodéterminée de l'espace avec les originaires du nord d'un côté et les originaires du sud de l'autre dans une ville comme Brazzaville.


Par ethnoconservation du pouvoir, nous entendons la conspiration politique qui a pour objectif de conserver le pouvoir au sein d'une même ethnie ou d'une ethnorégion (sud, nord). L'ethnorégion ou l'ethnie agissent comme des partis politiques qui ont vocation à conquérir et à conserver le pouvoir - sauf que les partis une fois le pouvoir obtenu, se mettent au service du peuple, de tous. Enfin, c'est du moins ce qui se passe dans les vraies démocraties. La lecture de notre histoire doit faire une parenthèse de la seule élection démocratique que le Congo ait connue : celle du professeur Pascal Lissouba. Toute la période qui précéda 1992  était régie par un seul antagonisme, une seule adversité : la rivalité nord/sud qui commença avec Opangault et Youlou qui réussirent pourtant à surmonter leurs ambitions pour favoriser la paix.


La lecture de la ligne successorale de la pseudo-indépendance à 1992 révèle une constante : la volonté délibérée de conserver le pouvoir dans un camp, dans une optique de confiscation et non de démocratie car si légitimement un parti politique, un régime royal peuvent conserver le pouvoir dans leur giron, dans une république pluriethnique, il est anormal que le pouvoir ne connaisse pas d'alternance ethnique. Qu'est-ce qui dicta que Massambat-Débat succède à Fulbert  Youlou  ? Est-ce un hasard qu'ils furent tous deux de la même ethnie ? Et comment comprendre qu'un Kouyou, Yhombi succède à un autre Kouyou, Marien Ngouabi et qu'ensuité Sassou succède à Yhombi, conservant le pouvant au nord ? Fait hasardeux ou acte délibéré mûrement réfléchi ?

L'ethnoconservation du pouvoir n'est pas un mythe mais bien une réalité historique : on s'efforce de placer un membre de son ethnie en orbite pour bénéficier de privilèges immérités au détriment de tous ceux qui ne sont pas de son ethnie...

J'ai déjà évoqué la différence  entre une démocratie ethnisée et une démocratie de projet car dans la première, ce qui tient lieu de projet, c'est l'identité du candidat tandis que dans la démocratie de projet, l'identité de l'individu n'a aucune importance ; seul compte son projet de société qui est bien entendu au profit de toute la société.

L'Afrique développe actuellement une autre tendance qu'on pourrait appeler le caractère héritable du pouvoir dans une même lignée descendante ou "royalisation républicaine". A première vue, rien ne peut empêcher un fils de chef d'Etat de succéder à son père car c'est un citoyen comme un autre mais il y a un hic : il faut qu'il soit normalement démocratiquement élu  ; or, nous savons que ce n'est pas le cas, sa prétention au trône n'étant motivée que le fait qu'il est fils de président comme si on était sous le régime de la royauté et non de la république.

Au Gabon, au Togo, en RDC, et au su de ce qui se profile en Guinée Equatoriale, au Congo-Brazzavillle où ethnoconservation se combine avec une royalisation républicaine, on peut penser que nous sommes devant des situations politiques complexes qui exploitent plusieurs modes de gouvernance mêlant semblant d'élection, pouvoir hérité et pouvoir ethnorégionalisé. A l'état actuel, le pouvoir africain apparaît comme une addition de plusieurs fausses légitimités...

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

mwangou 04/07/2012 20:46


Bsoir LDM! en effet, quelle part du hasard et quelle part du déterminisme ethnique dans ces successions politiques? je me poserais d'abord la question de savoir s'il y a effectivement succession.
entre deux personnalités ethniquement uniformes mais politiquement antagoniques? Youlou - Massamba-Débat, Ngouabi - Yombi en m'arrêtant là. je pense qu'il y a trop de flous dans l'histoire
politique du Congo pour conclure sur ce point. par ex., dans le cas de Ngouabi, il a été tué par un groupe dont faisait partie son successeur présumé; y-a-t-il succession dans ces conditions? Et
sassou nguesso n'a succédé à personne en réalité, même pas dans le cadre de la préservation du pouvoir. On lui a ravi le pouvoir par un tour d'artifice que l'on sait. alors la succession ici est
à visage simple comme Hollande qui succède à Sarkozi. il faudra pioché dans cette boue volontairement fabriquée par Mbéri, Sassou, Louis Sylvain Goma, Ndala Graille, Yombi et bien d'autres pour
discourir sur ce thème... sinon, c'est trop risqué.

Le Lion de Makanda (LDM) 04/07/2012 21:00



"Mieux vaut perdre un kouyou que de de perdre le pouvoir...", cette phrase célèbre a fait date qui prouve que la volonté de conserver le pouvoir dans un giron n'est pas une vue de l'esprit.
succession ou pas succession ? A partir du moment où on commence son règne derreière un autre, c'est une succession et elle n'est pas forcément démocratique. On ne peut pas dire qu'un dictateur
ou un imposteur ne pas succéder à un autre ? Bien sûr que si ! SUCCEDER NE VEUT PAS DIRE LEGS FORCEMENT... LA SUCCESSION N'EST PAS LIEE A UN SEUL MODE DE GOUVERNANCE ET LES INTRIGUES DANS UN CAMP
NE SIGNIFIE PAS QU'ON NE SOUHAITE PAS QU'IL RESTE DANS UN cAMP DONNE...



Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg