Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 19:23

sassououa-1.jpgMes chers compatriotes, le discours du chef de l'Etat, je viens de l'entendre au téléphone par l'intermédiaire d'un ami qui a eu la bonne idée de mettre le haut parleur. Il n'y a eu aucune annonce explicite sur le changement ou la modification de la constitution du 20 janvier 2002 - même si Denis Sassou Nguesso en appelle au peuple qui n'a pas constitutionnellement le pouvoir de se saisir de la loi pour appeler un changement et surtout, il égratigne au passage l'ingérence étrangère (française) - oubliant que lors de son coup d'Etat de 1997, c'est avec l'aide des Angolais et l'appui de son ami Jacques Chirac, président de la république française, qu'il est revenu aux affaires louches de la république royale bananière.

Quand Denis Sassou Nguesso annonce des élections en 2016 et 2017, nous y lisons une continuité institutionnelle car s'il y a changement de constitution, toutes les institutions tombent et il faut alors une période transitoire avant d'organiser de nouvelles élections. Conclusion : il n'y aura pas de modification ni de changement de la constitution du 20 janvier 2002 en 2015 pas plus qu'en 2016.

Quant au dialogue dont parle notre mastodonte, de quoi parle-t-il ? Le pays est en paix, les institutions marchent bien, paraît-il - alors pourquoi forcer les gens ou les responsables politiques à dialoguer ? Sur quoi ? Tout ceci n'a aucun sens. Nous avons compris la situation de Denis Sassou Nguesso qui s'est pris les pattes dans son propre filet constitutionnel. La constitution est au-dessus de lui et de son assemblée nationale bidon mais il y a le PEUPLE au-dessus de la constitution. DENIS SASSOU NGUESSO A DU SE DIRE : " PUISQUE JE SUIS COINCE AU NIVEAU CONSTITUTIONNEL, JE NE PEUX SORTIR DE CE PIEGE QU'EN M'ELEVANT AU NIVEAU SUPERIEUR, CELUI DU PEUPLE..." Comment y parvenir d'autant qu'il a perdu toute estime auprès de ses concitoyens ? Il faut organiser un faux débat n'ayant pas lieu d'être sur la constitution - l'objet qui l'empêche de briguer un troisième mandat - ce qui entraînera un faux dialogue qui aboutira à un référendum mais le problème, c'est le SOUVERAIN PRIMAIRE lui-même qui n'entend pas se faire dicter sa marche car il a pris conscience qu'il est le POUVOIR VERITABLE.

Denis Sassou Nguesso n'a pas vocation à imposer au peuple ses lubies mais à lui obéir. Vouloir forcer ce verrou, c'est ouvrir grandement les portes de la GUERRE CIVILE. Denis Sassou Nguesso l'a compris, raison pour laquelle il distribue des armes de guerre aux siens mais s'il entraîne le pays dans un embrasement, le Congo se rwandisera ou s'antibalakisera s'il ne se somalise pas et cette fois-ci, les choses ne seront pas aussi simples. Notre fauteur de troubles est attendu au tournant par la communauté internationale : ce coup-ci, s'il provoque l'embrasement du pays à cause de sa soif de pouvoir, il se retrouvera avec toute sa famille et tout son clan à la CPI...

Donc Denis Sassou Nguesso n'a pas pris le risque de dire qu'il s'engageait LUI, personnellement, à changer ou à modifier quoi que ce soit. Ca ne lui ressemble car sa tactique, c'est de toujours faire jouer aux autres le mauvais rôle : pseudo-sages, ministres et personnalités de tous bords corrompus, le PCT, etc. Il veut au contraire préserver SA paix et terminer SES petits travaux d'intérêt personnel. Après avoir évoqué une conjoncture économique internationale peu propice, il a néanmoins assuré que les fonctionnaires passeraient de l'indice 225 à l'indice 250 et qu'il poursuivrait ses petits travaux (au nom de sa gloire). Denis Sassou Nguesso a prononcé un discours prudent s'arc-boutant sur les acquis et la poursuite du statu quo.

D'une voix qui sentait l'homme qui s'est shooté au whisky comme à son habitude, il a dit : "Donnons-nous la main". C'est donc  qu'il sent la main du peuple et de nombre de ses alliés s'éloigner. Puisqu'il semble avoir perdu la main que le peuple a reprise et qu'il nous la laisse en nous demandant de nous décider, nous avons ici la latitude de lui dire que nous avons décidé de ne rien décider et de laisser LA PAIX actuelle suivre son cours jusqu'au fleuve Alima afin que les eaux constitutionnelles le ramène au bord des rives de ce majestueux fleuve qu'il affectionne tant. A bon port.

J'avais prédit qu'il ne ferait aucune annonce explicite du genre : "Au nom de l'article x de la constitution stipulant..." parce qu'en le faisant, il risquait de se frotter à la barrière constitutionnelle et ses piquants n° 57, 58 et 185. L'homme table donc sur un soutien populaire qu'il va peut-être essayer de provoquer en l'achetant mais il se heurtera à la grande barrière du nombre cette fois-là. Il nous tend la main ; il est de notre devoir de la laisser tomber une fois pour toutes dans l'intérêt de tout le peuple - si nous voulons préserver l'avenir largement compromis. L'homme rêve certainement de capitaliser une gloriole internationale en organisant les jeux africains en 2015, des jeux qui n'amusent pas trop les ventres affamés de nos compatriotes. Nous devons rester vigilants et ne rien laisser passer.

L'Afrique marche désormais sur les lignes prophétiques du prophète Simon Kimbangu, prophète du vrai Dieu Nzambi ya Mpungu. Elle se trouve à la croisée des chemins. Elle finira par prendre son destin en main car nous avons compris l'histoire et la place qu'elle nous assigne, place de marche-pied, de dernier de la classe que nous ne voulons plus. L'époque des gouverneurs noirs arrive bientôt à sa fin. Le temps des fils intègres de mama Africa s'approche. Nous avons tout essayé - sauf d'être ce que nous sommes au fond de nous, génétiquement, culturellement : des Bantus, des fils du kimuntu-bomoto-Kimburu, tsimuntu, imutu, ubuntu, etc. Evidemment, en jouant à nous détester et à ressembler à nos colonisateurs, nous ne pourrons jamais construire un avenir qui nous ressemble.

Notre destin à TOUS est de rentrer au pays afin d'aider notre pays à se redresser. Congolais, debout, fièrement...

 

                                      INGUETA !

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg