Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 18:41

OkemaSassouEnPeignoirsInterpellation du Général Dabira ou les très chères vacances gâchées du dictateur congolais

Denis Sassou NGuesso venait à peine de rejoindre, avec sa Cour habituelle, son palais à Marbella que le signal était donné aux barons du régime qu’ils pouvaient, eux également,  partir en vacances.

Du même avion qui arrivait de Brazzaville, à Roissy Charles de Gaulle le 22 août 2013, débarquaient Hugues Ngouélendélé, Mathias Dzon et le Général Norbert Dabira unis  au moins dans une même date de congé. Pour ce dernier, ce jour restera longtemps gravé dans sa mémoire.

A peine parvenu à son domicile de la région parisienne, ce même matin, le militaire congolais se rendit à la sous-préfecture de Torcy, en Seine-et-Marne, dans une Mercédès grise immatriculée 350xxxxxxx. Son arrivée, quoique discrète, ne passa pas totalement inaperçue. C’était aux environs de 9h30.

Sans perdre un instant, un « donneur d’alerte » congolais communiqua l’information et quelques renseignements essentiels à un « grand frère » qui les transmettait à un autre. En moins d’une quinzaine de minutes l’info, sous forme d’un SMS détaillé, circula de mobile en mobile. Elle parvint enfin à la bonne destination, celle de responsables de la diaspora en contact permanent avec les juristes, policiers et journalistes concernés ou intéressés par les  « affaires congolaises » (BMA, Beach, etc..).

Il était alors à peine plus de 10 heures du matin. Les dés étaient jetés avec les alertes et demandes d’intervention à différents niveaux. Après « l’échec » digéré de l’arrestation manquée de Jean François Ndenguet au mariage d’un parent à Versailles, les intervenants ne pouvaient qu’espérer en avoir tiré les bonnes leçons. Peu après 14h, la confirmation de son interpellation, à la même sous-préfecture, parvenait à tous. La satisfaction était grande et tous se remirent au travail pour contacter journalistes et médias, tout en diffusant la nouvelle sur les réseaux sociaux. Quasiment tous les ministres français furent aussitôt informés ainsi que la plupart des leaders de l’opposition.

 « L’interpellé » ne s’en sortirait pas, discrètement, par une porte dérobée.

En quelques heures, l’AFP et les principaux médias se saisirent de l’affaire. Les télévisions, BFM, I-Télé en firent de même. De ce fait, au Congo, tout l’après-midi et toute la soirée ont été consacrés au traitement de cette information : l’interpellation et la mise en examen du Général Norbert Dabira. Dans toutes les langues, ou presque, elle fut reprise. Il en a été de même jusqu’au prestigieux New-York Times.

 Il est bien révolu le temps où Sassou NGuesso et ses sbires zigouillaient allègrement nos populations civiles sans qu’une seule ligne ne soit écrite à cause du verrou habituel de la presse française. On notera comme d’habitude le silence du journal Le Monde, dans lequel la famille Pigasse détient une participation conséquente. Peu importe, ce journal ne vaut plus rien !

Moins d’un mois après « le scandale de la présence de Jean-François Copé à Brazzaville » c’est, encore une fois, le régime congolais qui fait la « une » sous  le plus mauvais jour qui soit. Gageons que cela ne cessera plus !

Peu après midi, toujours ce 22 août 2013, dans son palais andalou, l’autocrate à peine réveillé s’apprêtait à savourer une excellente journée, comme la nuit précédente, taillée à la mesure de ses désirs et de ses plaisirs. Avec moult précautions, à sa première gorgée de café, on informa Louis XIV, le Roi Soleil réincarné dans la peau du Dictateur congolais, de l’interpellation de Norbert Dabira à Torcy. Il fit alors exploser si fort sa colère qu’elle fut entendue de l’autre côté de la Méditerranée dans son palais marocain dans lequel il ne met plus les pieds ! Toujours prêt à déclarer la guerre avec la France pour la libération d’un interpellé ou d’un gardé à vue,  avec qui a-t-il pu refaire la scène d’insultes et de menaces dont il avait abreuvé copieusement Chirac et Villepin pour l’arrestation de Jean-François Ndenguet  en 2004 ?

Pas François Hollande, ça c’est sûr ! Pas le Premier Ministre Ayrault, non plus ! Son amie Taubira ? Tout de même pas… ! Laurent Fabius ? Nul ne sait… ! Son ami de Margerie ? Avec lui c’est bien possible !!!

Toute gâterie cessante, Lopès troqua sa chemise à fleurs et son pantalon blanc pour un costume d’ambassadeur, et embarqua immédiatement de Malaga (jet privé ?) pour Paris. Dabira mis en examen et libre de ses mouvements pouvait lui faire un compte rendu précis de la situation dès son arrivée. Pour le pouvoir, il importait de prétendre que son interpellation à la sous-préfecture de Torcy était inopinée et qu’elle n’avait rien à voir avec une intervention de la diaspora congolaise. Cet ambassadeur, qui aurait dû être à la retraite depuis fort longtemps, n’est plus à un mensonge près : comment expliquer alors que le mandat de recherche figure bien dans l’ordinateur de la sous-préfecture de Torcy mais pas dans celui de la Police de l’Air et des Frontières  à Roissy Charles de Gaulle ? L’interpellé aurait-il pénétré sur le territoire français avec un faux-passeport ?

Le Général Norbert Dabira, dans son témoignage récent devant la Cour à Brazzaville dans l’affaire des explosions du 4 mars 2012, pour avoir alerté en vain les plus hautes autorités sur la dangerosité des installations de stockage des armes et des munitions à MPila, amenait raisonnablement à conclure à la responsabilité d’un Jean-Jacques Bouya et plus encore à celle du président de la République, Denis Sassou NGuesso.

Il est fort à craindre, car tout le monde est présumé innocent, que si  le Général Dabira devait faire, dans l’affaire des Disparus du Beach, un témoignage de la même qualité, qu’il sera plus en sécurité à Paris, voire à Torcy, qu’il ne pourrait l’être à Brazzaville !

A l’heure qu’il est, personne ne sait exactement où se trouve notre Général !  S’il venait à prendre la décision de rester en France, rien ne pourrait plus sûrement terminer de gâcher les vacances du dictateur !

                                 Rigobert Romuald OSSEBI

 

 

Ndlr : Un article du Monde a bien été publié le 24 août à 12h56. Après toute la presse française et étrangère. L’article de R. Ossebi a été rédigé dans la matinée alors que celui du Monde n’apparaissait pas encore.

Partager cet article

Published by Rigobert Romuald OSSEBI - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg