Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 12:51

RTE_PN_DOL_1.jpgUn article publié par le griot blanc de monsieur l'éléphant nous dit à propos du tronçon Pointe-Noire/Dolisie de la route nationale Pointe-Noire/Brazzaville que la nature reprend ses droits. En fait, les recherches montrent que la nature ne perd jamais ses droits ; c'est l'homme qui lui empêche de les reprendre. L'exemple d'une ville abandonnée comme Tchernobyl en Russie l'a démontré : dès qu'il n'y plus l'homme pour maintenir la qualité de l'environnement, la nature revient au galop et se réinstalle là où l'homme l'avait délogée.

Si le régime de monsieur Denis Sassou Nguesso nous avait entendu depuis que nous l'avons suggéré en remettant en scène la société des Travaux Publics que nous avions avant, nos routes seraient entretenues aujourd'hui. Le Congo ne totalise même pas dix mille kilomètres de routes bitumées. Cela rend l'entretien encore plus facile. Et c'est même un nombre exagéré. Les routes, c'est du capital mort que l'on rentabilise par l'activité qu'elle suscite ou qu'elle favorise au travers d'une logistique maîtrisée. Le fait que des poids lourds empruntent ce tronçon réduit sa durée de vie.

Ce n'est pas parce que nous sommes critiques à l'égard de ce pouvoir que nos idées sont forcément mauvaises. Nous le répétons ici : nous n'aspirons qu'au bien-être du peuple et à rien d'autre. Nos idées sont gratuites et à la portée de tous. Nous vivons dans un pays tropical à forte pluviométrie avec un soleil dépassant parfois les 40°. Lorsque vous construisez des routes, ces variables doivent être prises en compte. Il y va du choix des matériaux, des techniques, des supports, des modalités d'entretien, etc. Quand j'ai vu les Chinois raser des montagnes, je me suis demandé : "pourquoi pas de tunnels à ces endroits ?" En effet, on aurait peu dérangé la nature car on a rendu ce qui était stable instable.

A certains endroits de ce tronçon, la terre est fragilisée et des talus tombent sur la route dès que les éléments commencent leur travail d'érosion. Il aurait suffi de planter des arbres pour  stabiliser les sols. Un autre détail : cette route n'est pas éclairée ; elle est donc dangereuse la nuit, déjà qu'en journée, c'est déjà le cas. Il faut l'éclairer en utilisant le courant stable de Moukoukoulou (d'ailleurs, je me demande pourquoi il n'est jamais parvenu jusqu'à Pointe-Noire. Cette route est peut-être l'occasion de le faire...). Il faut prévoir des véhicules pour débarrasser la chaussée d'épaves ou d'autre chose.

Les Chinois vous construisent des routes avec des matériaux au rabais qui viennent tous de Chine et à la fin, vous livrent l'architecture en l'état. Rien n'est prévu pour l'entretien. Au Congo de se débrouiller. Or, nous n'avons pas les structures nécessaires pour corriger les défauts de construction ou le délabrement qui s'installe avec l'action des éléments dans le temps comme des ruptures de talus. Nous avons dit qu'il faut parfois payer le prix fort si vous voulez des infrastructures de qualité. Certaines routes construites par les Français depuis l'époque coloniale tiennent encore de nos jours.  La route du nord se dégrade. Nos abonnés ont vu la vidéo que nous avons mise sur le site. L'hôpital de Loandjili se délite. Nombreuses sont les structures construites par les Chinois qui foutent déjà le camp (façon de parler). Il est sage de diversifier les acteurs économiques dans le choix de ceux qui répondent aux appels d'offres. Or, curieusement, on se demande pourquoi les entreprises chinoises ont le monopole dans notre pays. En matière de construction d'infrastructures, ils (entendez les Chinois) ne sont pas les meilleurs au monde - même s'ils sont capables de chefs-d'oeuvre.

Si rien n'est fait, le tronçon Pointe-Noire/Dolisie deviendra vite impraticable. Nous sommes pour que le Congo mette en place une école d'architecture et de ponts et chaussées pour notre émergence et rien ne nous empêche de le faire car nous avons les ressources financières nécessaires - même si au départ, il faudra faire venir des experts de l'étranger pendant que nous formons nos propres ingénieurs. Dans le même ordre idée, nous ressentons la nécessité de ressusciter la société nationale de BTP : nous avons besoin de veiller sur le peu d'infrastructures que nous possédons. Quand le griot blanc et ses journalistes parlent d'équipes, de quoi parle-t-on ? Sassou va faire appel à des entreprises familiales qui vont bâcler le travail et nous ne serons pas plus avancés...  

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg