Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 10:37

des-milliers-d-habitants-ont-fui-les-violences.jpgDepuis que le président François Bozizé a été chassé du pouvoir, plus rien ne va en RCA. Michel Djotodia n'est pas le premier dictateur a être porté au pouvoir par des forces armées étrangères : nous avons eu le cas de Mzé Laurent Désiré Kabila qui entra à Kinshasa avec des Rwandais et au Congo, nous savons que les soldats angolais ont été décisifs dans le triomphe de Denis Sassou Nguesso contre le président Pascal Lissouba et cela ne nous étonne pas que dix mille Angolais occupent désormais une partie de notre territoire en se faisant passer pour des "réfugiés" - ce qui par ailleurs explique mieux l'intervention de l'armée angolaise dans notre territoire sous occupation au travers d'une colonie de 10.000 angolais qui ne sont pas des réfugiés mais des occupants.

Que se passe-t-il en république centrafricaine ? Nous entendons parler de "crise humanitaire", de la réaction des antibalakas avec de simples machettes contre des kalachnikovs - ce qui s'apparente plus à de la résistance qu'à autre chose, de tentative de coup d'Etat de Sany Yalo mais, si vous observez bien ces troubles sociaux, ceux-ci ne constituent que les conséquences d'un phénomène sous-jacent : le règne de la terreur des islamistes de la Séléka qui veulent éradiquer la majorité chrétienne du pays en armant les musulmans afin qu'ils massacrent les chrétiens qui n'ont fait que se défendre face aux pillages et aux violences de la Séléka-Al-Qaïda  selon la révélation de Sany Yalo, un autre prétendant au pouvoir.

François Hollande, le président français, a bien fait de ne pas attendre pour lancer l'opération SANGARIS  car les islamistes de la Séléka/Al-Qaïda préparent une épuration des chrétiens, un génocide confessionnel. Il est évident que 1200 soldats ne suffiront pas à sécuriser tous les quartiers de Bangui et toutes les villes du pays.

En proclamant la dissolution de la Séléka sans désarmement, Michel Djotodia a lâché les chiens enragés dans la nature. Cette politique de la terreur est la même que nous avons observée dans le nord-Mali sous occupation salafiste ; ce qui confirme que la Séléka peut être assimilée à Al-Qaïda par la pratique de la terreur et du chaos. Quand ils arrivent dans un environnement structuré, les salafistes d'Al-Qaïda sèment d'abord le chaos afin de préparer l'ordre islamiste. Il n'y a qu'à voir comment l'archevêque de la ville de Bangui craint pour sa vie au point d'être protégé par des soldats : l'islam salafiste veut amputer la chrétienté de ses dirigeants et cette logique est bien celle d'Al-Qaïda car elle est froide, cynique et dévastatrice.

Nous appelons les Congolais à la vigilance car les extrémistes de la Séléka/Al-Qaïda risquent de se déverser au Congo où l'islamisme salafiste et Al-Qaïda sont déjà dans la place avec pour indicateurs ces nombreuses mosquées et un nombre impressionnant de fidèles : plus de 800.000 ! Surtout, ils circulent librement avec de faux papiers d'identité et font déjà la loi au détriment des nationaux au travers d'une force publique corrompue.

Lorsque les soldats français vont commencer à déverser leur puissance de feu sur les islamistes salafistes de la Séléka, ils vont tous descendre vers le nord-Congo, vu que les soldats français comptent sécuriser la frontière entre la Centrafrique et le Cameroun et non celle entre la RCA et le Congo. Les islamistes qui sont entrés en RCA sont les transfuges de Boko-Haram, les djindjahouides, les mercenaires tchadiens en provenance de Lybie, tous ayant en commun la haine du chrétien car l'islam, qu'on se le dise, est une religion au prosélytisme violent - notamment quand il est incarné par la mouvance salafiste à laquelle appartient Al-Qaïda. Djotodia a été porté au pouvoir par des salafistes d'Al-Qaïda dont le but est d'instaurer la charia sur ce pays frère où on compte désormais des centaines de milliers de déplacés. Imaginez que ces pillards et ces assassins se retrouvent au Congo où Sassou leur mange dans la main car il a planqué son argent dans les émirats, notamment au Qatar qui est avec l'Arabie Saoudite , l'un des principaux soutiens de l'islam salafiste.

La France peut-elle se contenter de ne rester que six mois en RCA ? Dans la mesure où les salafistes de la Séléka se sont fondus dans la population où ils distribuent des armes aux musulmans qui vivaient pacifiquement avec les chrétiens, comment les soldats français pourront-ils éradiquer le mal en six mois seulement ? Il faut commencer par purger les salafistes de l'armée régulière centrafricaine avant de mettre en place une vraie armée nationale centrafricaine. Et cela prendra du temps...

Désormais, à la tête de l'armée dite officielle centrafricaine, se trouve un général musulman issu de la Séléka, un étranger qui se vante de massacrer les chrétiens. D'un désastre économique, la Centrafrique bascule désormais dans un désastre humanitaire avant de sombrer si on n'y prend garde dans un génocide confessionnel. On risque d'assister à une terreur pire qu'au Rwanda où la présence des soldats français n'avait pas empêché le génocide des Tutsis. Et ça peut aller vite car les mercenaires salafistes de la Séléka sont armés...

La difficulté de l'intervention française SANGARIS est la suivante : la situation a les apparences d'une guerre civile et dans ce contexte, on se demande qu'est-ce qui pourra être défendu par les mille deux cents soldats français : la colonie française ? L'aéroport ? Les frontières ? Le pillage ? Les exactions ? Les intérêts français ?

Après la destabilisation de la Lybie, celle de la Centrafrique et c'est toute la sous-région de l'Afrique centrale qui est désormais menacée - avec le Congo en ligne de mire par la présence exorbitante d'islamistes dans notre pays qui n'hésiteront pas à prêter main forte à leurs frères en cas de conflit confessionnel.

Le salafisme s'implante par la force, par la ruse et par la corruption dans le Golfe de Guinée et dans mon Congo natal où chrétiens et musulmans cohabitaient pacifiquement - alors que les salafistes à peine arrivés dans le pays ont déjà commencé à s'en prendre aux natifs du pays à dominance chrétienne et animiste - en violant les femmes, en les tazzant, en spoliant les parcelles des Congolais, en brutalisant les populations, en faisant emprisonner les fils du TSI. Seul Eduardo Dos Santos a senti venir le danger mais il ne s'agit pas de répondre à un extrémisme par un autre en décrétant l'ensemble de l'islam hors la loi : IL FAUT JUSTE INTERDIRE L'ISLAM SALAFISTE EN LE RANGEANT DANS LA LISTE DES ORGANISATIONS TERRORISTES !

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg