Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 18:41

Affaire MAPAKOU

LES PREUVES DU TRIBALISME

Depuis l’interrogation publique sur ce que cache l’emprisonnement de Joseph Mapakou  et la mise à nu des détails du plan pour l’écarter, Il ne fait plus aucun doute que l’affaire de l’Observatoire Anticorruption (oac) est un montage qui a permis de jeter en prison Joseph Mapakou  et ses collaborateurs devenus gênants, aussitôt après l’effacement de l’essentiel de la dette publique congolaise via acquisition de l’initiative ppte.

Les faux mandats et documents comptables accusateurs, fabriqués de toutes pièces et sortis de la présidence même de Denis Sassou Nguesso avec pour messager Gabriel Bopaka, ont confirmé le caractère politique, ethnique et stratégique de la machination.

Les preuves du Tribalisme se sont également révélées avec le remplacement instantané de Joseph Mapakou, par  Emmanuel Ollita Odongo  secondé par FélixAndzono,  à l’occasion d’une postiche d’assemblée supervisée par Gabriel Bopaka.

Accusé aussi faussement de corruption, avec Joseph Mapakou, le sénateur André Ikongo Logan, vice président élu de l’oac, ne se présentera pas devant la justice de son pays et encore moins ne dormira en prison (tant mieux pour lui).  André Obami Itou et le sénat pct ayant mis leur véto sur la levée de son immunité. Preuve flagrante que même dans ces rangs, personne ne croit à cette pseudo-affaire.

Sauf naïveté, Joseph Mapakou qui s’est fait jeter en prison par Jean Aive Allakoua, n’a probablement pas compris assez tôt qu’il était cerné.

Allégations de corruption

Les insuffisances de dotation publique, les exécutions partielles de décaissement de fonds,  les blocages de soldes budgétaires déjà engagés et les suspensions injustifiées d’engagements budgétaires, ont été simplement des moyens planifiés d’asphyxie de l’efficacité de l’oac.

Du vrai-faux litige né de la mauvaise exécution du marché de réhabilitation du siège de l’oac, il s’est clairement révélé être une tentative d’implication de Joseph Mapakou dans une malversation via un entrepreneur véreux (Bienvenu Oyombi). Pourtant, les détails décrits dans le rapport de conciliation, établi sous le contrôle de la Gestapo locale (dgst), ont explicitement mis hors de cause Joseph  Mapakou et son institution.

La publication par André Ikongo Logan de document transactionnel avec les établissements Juliette, pour l’acquisition d’équipement en matériel roulant de l’oac, a fini par faire tomber les allégations éhontées de corruption à l’encontre du bureau dirigé avec Joseph Mapakou. Pourtant ce dernier et ses collègues sont jusqu’ici en détention arbitraire prolongée.

La découverte spontanée de preuves d’accusation fabriquées de toutes pièces et introduites dans les bureaux du président de l’oac et de la directrice comptable et financière, apparaît être forcément en lien avec le flagrant délit d’intrusion dans ces bureaux, par ailleurs sous scellés, de Jonas Amboulou (neveu de Félix Andzono) et du fils Bopaka.

Remplacement instantané de J. Mapakou

Aussitôt après l’incarcération de Joseph Mapakou dans les geôles du régime, Emmanuel Ollita Odongo et Félix Andzono,  porté par Gabriel Bopaka, ont été mis en orbite à la tête de l’institution en usant de coup de force : méthode classique de Denis Sassou Nguesso pour la conquête du pouvoir politique depuis mars 1977. Et le vice-président élu, évincé, n’a pas dit autre chose : « C’est une espèce de coup d’Etat, ce qui se passe, aujourd’hui. Ils ont cassé la porte de la salle des conférences et ils ne remplissent pas la condition des deux-tiers [pour tenir une AG ; ndlr]» (sic).

Le coup tribaliste sur Joseph Mapakou se clarifie avec les propos d’Emmanuel Ollita Odongo nommé à la tête de l’institution et qui, comme pour avouer implicitement “mission accomplie“,  déclare :

« Ce n’est pas un coup d’Etat ! Le combat à mener, je crois que, dans un premier temps, les gens se sont divisés, il faut  ramener la famille de l’Observatoire anti-corruption ensemble.

Nous devons travailler ensemble. C’est une situation très sensible, c’est l’image du pays qui est en jeu. Nous sommes appelés à faire un travail de fond.

Nous ne laisserons personne au bord, pour bien mener le combat et arriver aux résultats attendus.

Mais, j’ai, en effet, des pouvoirs limités. Je suis là juste pour gérer les affaires courantes, en attendant la sortie du décret que nous attendons depuis un temps» (Sic).

Les propos ont le mérite de la clarté, la concision et la précision. En effet, les personnes n’appartenant pas à la famille et prévues à être laisser au bord, le sont effectivement déjà. Ces personnes croupissent dans les geôles et ne reviendront plus jamais. Mission d’éloignement des indésirables accomplie donc. La famille, co-ethnique, restante peut ainsi se rassembler et à Denis Sassou Nguesso de parachever l’œuvre par un décret de nomination, prévu et attendu depuis un temps !

La prison et l’« injustice » exclusivement pour Mapakou & collaborateurs

Pour orner la mélodie et donner une forme à la détention arbitraire prolongée dont sont victimes Joseph Mapakou et ses collaborateurs, Denis Sassou Nguesso a instruit d’une procédure judiciaire de façade à leur encontre. Et fidèle à sa tradition de procès d’élimination (politique et physique) de ses ennemis de l’intérieur depuis 1977, il y a des raisons à craindre pour la vie de Joseph Mapakou et de ses collaborateurs. Son origine Kongo  étant un motif supplémentaire.

Entre-temps, le premier acte judiciaire de demande de levée de l’immunité parlementaire du sénateur Ikongo-Logan, vice-président élu de l’oac également accusé de corruption, s’est  vu opposer une fin de non-recevoir par ses collègues du pct le 30 Août 2013. André Obami Itou s’est ainsi acquitté de son légitime devoir de protection de son frère.

Depuis bientôt quatre (4) mois, les enfants Kongo peuvent ainsi continuer à croupir en prison, après avoir accompli le travail qui leur était assigné avant de les écarter.

Dans ces conditions et au regard des noms qui l’entourent, qui pourra continuer de nier l’effet du Tribalisme dans “l’affaire Mapakou ?

 

Honorable Robert POATY PANGOU

Partager cet article

Published by Honorable Robert POATY PANGOU - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

mwangou 22/09/2013 08:11


bjour LDM! C'est aussi que cet honorable R. Poaty Pangou se met en danger en donnant cette analyse. dommage! que ceux qui n'ont pas encore compris les réelles motivations du pct, fassent preuve
de recul par rapport à ce parti. ceux qui n'ont pas encore compris que ce parti est un piège à cons pour les kongo...bref! que ce  sénateur fasse attention.

Le Lion de Makanda (LDM) 22/09/2013 13:42



Il ne manquera pas de vous lire...



Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg