Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 12:44

Merci, cher ami S. d'avoir pensé à m'envoyer le discours du président Ali Bongo Ondimba à la nation à l'occasion du cinquante-troisième anniversaire de l'indépendance du Gabon (17 août). Nous le mettons en ligne et invitons les Congolais à le comparer avec celui de Denis Sassou Nguesso que nous n'avons même pas pris la peine d'analyser  car trop déçu et notre déception vient du fait que nous n'avons rien vu de nouveau qui pourrait modifier le contexte macroéconomique national dans les années qui viennent au point de permettre l'émergence, ce slogan tant proclamé par le grand éléphant sans que rien ne démontre qu'on y prend le chemin, l'avenir s'annonçant souvent sombre et à certains sujets sans issue. C'est pour cela d'ailleurs que je vous mets le discours du président Ali Bongo Ondimba à titre de comparaison car lui au moins ne veut pas passer sa vie à distribuer l'argent du Gabon à tous les vents et à se mêler des affaires des autres sur le continent comme le fait Denis Sassou Nguesso ou comme le faisait son père Omar Bongo avant lui.

Il y a d'un côté un homme qui veut changer le Gabon comme s'il voulait corriger les erreurs de son père dont il a hérité le fauteuil présidentiel et de l'autre un ancien crocodile de la politique africaine qui se complait dans une auto-satisfaction alors que tout part à la dérive autour de lui dans son pays et qu'il mène une politique sans véritable Politique depuis près de 30 ans, sans aucun schéma directeur, privilégiant un Congo contre un autre - au lieu d'unir tous les fils du Congo par l'égalité constitutionnelle autour des mêmes droits et des mêmes devoirs : droit à tous à l'eau, à la santé, à l'éducation, au travail, à la justice, à l'emploi public, etc, et si on interrogeait les Congolais à ce propos, sans nul doute, ils diraient qu'ils n'ont pas les mêmes droits et les mêmes devoirs selon la proximité sanguine, amicale, occulte, géographique, culturelle, linguistique au chef de l'Etat.

Au Gabon, on parle de "gabonisation" parce que l'on veut privilégier les fils du Gabon, alors qu'au Congo, on privilégie les étrangers au détriment des autochtones. Le Congo a besoin d'une politique de "congolisation" qui donne la primauté et même parfois l'exclusivité aux fils du Tsi à certains postes surtout de cadres et dans certains projets au lieu de laisser les étrangers venir faire la loi chez nous - alors qu'on devrait D'ABORD privilégier LES CONGOLAIS. Il faut une "congolisation" du commerce et des enseignes commerciales sur toute l'étendue du pays pour que l'argent du Congo profite d'abord aux nationaux au lieu d'aller enrichir les pays étrangers. Nous incitons le Congo à constituer un fonds à ce propos.

Vous allez vous rendre compte que c'est comme si cet homme me lisait car au lieu que ce soit mon pays qui applique mes idées, c'est le Gabon qui en prend le chemin - même si certaines commencent à être prises au sérieux. Au moment où j'écris ce texte, j'écoute Ali Bongo sur mon smartphone. Il parle de sa volonté de conduire le Gabon vers l'émergence et pourrait y arriver - même si je me demande pourquoi 2025 et pas 2020, par exemple. L'émergence est avant tout question de ressources, de volonté et d'objectifs ; cinq ans peuvent suffire à l'atteindre si on y met suffisamment de ressources (financières, humaines, matérielles, procédurales, etc).

Pour Ali Bongo Ondimba, d'abord, la santé en premier en modernisant les hôpitaux, en construisant quatre centre hospitaliers universitaires avec une structure spécialisée concernant la mère et l'enfant. Il y parle d'accès de TOUS aux nouvelles technologies (au Congo, tous - ou du moins la grande majorité - n'auront pas accès à internet), de constructions de barrages hydroélectriques qui permettent de doubler la production d'électricité (et pas tous au nord du Gabon, s'il vous plaît !). Plus aucune matière première n'est exporté du Gabon sans y avoir subi une transformation. Il ne manquera plus à Ali Bongo que d'appliquer cette décision au pétrole puisqu'il a commencé à transformer le manganèse au Gabon - ce qui fournit du travail aux Gabonais, sans oublier la transformation du bois, une idée que nous avons suggérée depuis longtemps à notre gouvernement (mes 387 abonnés peuvent en témoigner). Il parle d'adaptation et de modernisation du système scolaire pour éradiquer la surpopulation scolaire avec 400 salles de classes nouvelles construites proposant vingt mille places. Il y va aussi de la délocalisation des grandes écoles - alors que nous demandons au Congo de constuire des pôles universitaires sur toute l'étendue nationale depuis des années. Pointe-Noire, deuxième ville du Congo et de surcroît capitale économique, mérite d'avoir une à plusieurs unversités et instituts. Le gouvernement congolais aurait déjà fini le barrage de Sounda si Sassou avait engagé les moyens dès 1998 : quinze ans, c'est beaucoup - même pour un projet de cette envergure.

Ali Bongo demande à sa jeunesse de se lancer dans le monde des affaires et nous savons qu'il l'encouragera dans cette direction alors qu'au Congo, l'enthousiasme des volontés à entreprendre est freiné, bloqué sciemment et cela a été confirmé par un  très proche parent de Sassou  lors d'un entretien au téléphone, d'où la création à Lyon de la Chambre de Commerce France-Congo qui ne profite au plus qu'aux étrangers.

Bongo parle de logements sociaux à des prix abordables - alors qu'au Congo, personne ne peut les acheter ou les louer de sorte qu'ils sont vides et à ce sujet, il n'y a qu'à prendre exemple sur les logements de Bacongo trop chers à l'achat !

  Depuis 2009,  Ali Bongo Ondimba a construit autant de kilomètres de routes qu'en dix ans. Il parle de "changement d'époque", de retards accumulés et le Congo en a largement besoin car Ali Bongo dénonce le favoritisme clanisme qui énumère les maux qui entravent le progrès de son pays. Il parle de changement de valeurs, de révolution de conscience. Il dit : "Ne manquez pas le train de l'émergence car il ne restera pas longtemps en gare".

Il parle de l'emploi des jeunes et de l'assistance et, à ce propos, j'avais proposé la création du Revenu Minimum Vital pour les familles les plus démunis du Congo afin que les enfants de ces familles aient un cadre qui permettent qu'ils aillent à l'école au lieu de mendier. Ali crée un fonds d'investissement pour les affaires et pense aux plus démunis en créant un fonds national d'aide sociale. "Chaque franc dépensé doit aller vers ceux qui en ont besoin", dit-il.

Sans appliquer toutes les idées de l'UPIERAD, Ali Bongo Ondimba s'en rapproche énormément surtout quand il prône la transformation de toutes les matières premières au Gabon car cela implique 1) des investissements au Gabon 2) un transfert de technologie 3) une création d'emplois 4) une mise à disposition d'une partie des produits finis sur le marché local gabonais. 

Ali crée une liste électorale biométrique afin d'éviter tout oubli de citoyen - même si nous y émettons un bémol car les données informatiques sont facilement manipulables et c'est un informaticien qui parle : il faut limiter cette liste à la vérification des inscriptions sur les listes électorales et à l'assurance faite aux citoyens qu'ils ne seront pas oubliés et surtout, il faut aussi informatiser l'Etat civil et les morgues pour mettre toutes ces données en réseau afin que les personnes décédées soient retirées des listes électorales tandis que ceux qui atteindraient dix-huit ans seraient invités à s'inscrire sur les listes électorales et ceci, nous l'avons déjà proposé au Congo et un jour, c'est le Gabon qui l'appliquera.

Nous ne nous confondons pas en critiques stériles car nous proposons des tas d'options positives à notre gouvernement mais c'est au Gabon, semble-t-il que nous sommes un peu écoutés...


Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg