Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 09:51
Carte d'identité des sociétés traditionnelles, un homme sans clan est un homme malheureux car il est dans la condition d'esclave, de "moundogo." Quand  une femme  était réduite en servitude, on lui demandait de ne plus prononcer le nom de son clan de sorte que sa progéniture prenait l'identité du clan du maître. Généralement pour cause de dette impayée, on prenait une jeune fille en gage et si sa famille ne parvenait pas à payer la dette, elle était réduite dans une servitude larvée avec interdiction de prononcer le nom de son clan, de ne pas quitter la maison du maître, de prendre son clan comme nouveau clan identitaire. Son retour dans sa famille pouvait déclencher une guerre clanique. Il n'y a pas dans nos sociétés traditionnelles une servitude qui prend le produit du travail d'un individu pour vivre avec  (absence de prédation sociale qui est un signe de civilisation avancée en humanisme, en "kimuntu") - et ceci est une grosse différence avec les sociétés dont le développement est basé sur le produit du travail  comme les sociétés occidentales qui, à cause de la guerre, sont obligées de développer les corps de métiers pour nourrir, loger, habiller, armer, transporter les soldats qui se spécialisent à la défense du territoire ou à son agrandissement : on doit produire des outils comme des épées en masse ; vous voyez bien qu'il y a là un prélude à l'industrialisation future de ces sociétés. Le transport développera la construction des bâteaux par exemple.  On n'a pas encore compris pourquoi nos sociétés n'ont pas eu le même développement que les sociétés occidentales mais c'est très important de savoir qu'il y a la possibilité d'expliquer ce qui n'est pas un retard de civilisation mais simplement l'expression d'un mode de vie pacifique, harmonieux dans un climat moins rigoureux qui n'oblige pas à accumuler de la nourriture, par exemple. La nécessité des bâtisses en dur, des gros murs défensifs apparaît avec la volonté des seigneurs de défendre leurs terres. Il convient de dire ici que les  sociétés africaines traditionnelles sont des sociétés à connotation relationnelle - de sorte qu'on n'y observera pas un développement matériel  important car l'élément vital est La RELATION SOCIALE, LA RELATION DE PARENTE ET DANS UNE SOCIETE DE TYPE RELATIONNEL L'HOMME EST L'ELEMENT LE PLUS IMPORTANT. Dans les sociétés bantoues, l'homme est le bien de prestige le plus important, l'homme est au piedestal de l'importance. L'esclavage est dans nos traditions une perte d'identité, mieux, un changement d'identité. On passe de moussi X à moussi Y. Généralement, au fil des générations, on n'en parle pas car lorsqu'il s'agit de femme, le maître épouse l'esclave et lui fait des enfants et ensuite, on n'évoque plus jamais cette affaire. Lorsqu'elle transpire, et je connais de tels cas au vingtième unième siècle, cela fait des dégâts sur le plan psychologique et des relations de parenté.
On voyage avec son identité clanique bien ancrée dans sa tête. Exemple : Nziengué i Ibala moussi Ngoni mwana Mikali. Pour la traduction : Nziengué fils d'Ibala, membre du clan Ngoni, fils du clan Mikali. Je m'inspire des clans que je connais, vu que les ma kanda (clans) vilis ou mbochis, je ne les connais pas mais je sais qu'ils existent car la structuration des tribus est la même partout dans la période pré-coloniale. C'est ce qui vous assure une assistance sociale dans les tribus voisines qu'elles soient linguisitiquement homogènes ou non. Dans le sud, le statut de moussi et de mwana est le même dans presque toutes les tribus de sorte qu'on n'a pas du mal à se faire comprendre quelle que soit la langue parlée.
On m'a posé la question suivante : "Peut-on trouver des Makanda chez les Tékés, les Nzébis, les Laris ou ailleurs ?" J'ai répondu oui et c'est le sujet de cet article. Je souhaiterais que les Congolais ne perdent pas leurs traditions car dans le fond, elles se ressemblent dans tout le Congo avec la seule différence du patriarcat au nord où les enfants s'identifient au clan du père. Je vais procéder par axiomes afin de rendre mon propos plus intelligible.

Axiome 1 : Le clan s'hérite de la mère et non du père dans les tribus ou les ethnies matrialinéaires. Cet axiome avec comme conséquence que dans le royaume Loango, le titre de Nimi Lukéni (roi) passait de l'oncle au neveu car on disait qu'on n'était pas sûr que le fils soit bien le vôtre tandis qu'on était certain que le neveu était bien de votre sang.
Axiome 2 : Un clan est immuable sauf situation de servitude larvée. Nous, Bantous, avons dans le passé pratiqué un esclavage qui n'est pas dans son expression le même que celui que l'on pratiquait en Europe. On pouvait par exemple acheter un homme dans un autre clan ou dans une tribu pour compenser la faiblesse en hommes de son clan ou de son lignage. Ma grand-mère Loumba  acheta des hommes qu'il maria à ses filles. On choisissait de préférence un homme qui n'avait pas de soeurs, de  préférence un fils unique. Pour le reste, il intégrait sa nouvelle famille en coupant totalement les ponts avec sa famille véritable. Il n'y avait aucun traitement dégradant à son encontre.
Axiome 3 : Vu le principe de prohibition de l'inceste, les femmes sont mariées de préférence à d'autres clans, à d'autres ethnies. On a tort de penser que la prohibition de l'inceste comme s'appliquant uniquement à ses frères et soeurs et à ses parents. Dans la tradition, elle était plus élargie et s'étendait jusqu'au clan tout entier. Si vous considérez que dans le lignage, il y a des classes de "mères", de "frères", de "soeurs", etc, vous comprendrez que la prohibition de l'inceste est compliquée. A Mossendjo, il m'était difficile de draguer une fille car on me trouvait tout de suite un lien de parenté avec application de la prohibition de l'inceste immédiate...
Axiome 4 : Un mariage est avant tout une alliance entre deux clans ou deux ethnies au travers d'un homme et d'un femme de sorte qu'on dise : "les Ngoni ont épousé les Mikali" ou " Les Punus ont épousé les Laris".
Axiome 5 : La tribu ou l'ethnie est extérieurement reconnaissable par la langue. On parle de tribu Punu, Vili, Lari, Mbochi quand la langue de communication collective est le punu, le vili, le lari, le mbochi, etc. Il est impossible de considérer qu'une tribu qui parle vili soit tékée.
Axiome 6 : L'ensemble des tribus de même expression linguistique forme un peuple ou un royaume avec parfois inclusion d'ethnies linguisitiquement hétérogènes sur la base de la migration spatiale. Le royaume Loango s'étendait d'abord aux peuples d'expression orale vilie. Ensuite, sont arrivées d'autres ethnies mais vivant dans le royaume de Loango, ils étaient sujets du roi de Loango et ne pouvaient pas exercer le titre de propriétaire foncier que n'importe exerce aujourd'hui dans notre république du Congo sans véritables assises historiques.

Axiome 7 : Une épouse est l'élément mobile dans la relation matrimoniale dans la société traditionnelle de sorte que la femme quitte son espace tribal pour celui de son époux où elle adopte souvent la langue de ce dernier s'il parle une langue différente (ma grand-mère parlait tsangui comme son mari  qui était tsangui alors qu'elle était punue). Il est rare que l'homme vienne s'installer là où vit la femme - sauf en cas d'esclavage comme nous l'avons évoqué à l'axiome 2.

Axiome 8 : Le mariage ne signifie pas la perte de son identité clanique qui reste transmissible à ses enfants. Le mariage est un libota, un espace de procréation. L'homme a la jouissance de la femme qu'il a épousée contre une dot pour compenser son départ mais les enfants sont du clan de sa femme et l'oncle maternel peut au nom de son pouvoir avunculaire venir prendre un neveu pour vivre avec et en faire un homme. Référez-vous aux travaux de Claude Lévi Strauss pour comprendre l'importance de la relation avunculaire (mère, fils, oncle maternel). Vous avez souvent observé des problèmes de transmission de l'héritage d'un de cujus (défunt) car le Congolais moderne est désormais pris entre tradition et droit moderne qui veut qu'un "libota" soit une famille à part entière - alors que dans la tradition, LE LIGNAGE EST LA FAMILLE, le mariage (makuéla, libota) n'étant qu'un lieu de reproduction sociale où les individus ne s'appartiennent pas. Il est fréquent d'entendre une femme dire : "Yandi ké pessa mbongo ka na famille ya yandi, ya munu vé" (Il (le mari) ne donne de l'argent qu'à sa famille et non à la mienne) - ce qui indique que consciemment, l'homme et la femme estime ne pas appartenir à la même famille - alors que dans la logique moderne, ils sont censés  former, même sans enfants, une "famille".

Théorème  : A la deuxième génération d'un mariage inter-ethnique, les enfants parlent principalement la langue du père tout en s'identifiant au clan de leur mère. C'est la conséquence de l'axiome de l'axiome 7 à cause de la mobilité de la femme.

Nous allons le démontrer. Si une femme punue épouse un Lari, elle reste par exemple Makanda au terme de l'axiome 1 et 2. L'application des axiomes 3, 5, 7 et 8 font que la femme va commencer à parler la langue lari tout en restant membre de son clan et les enfants qui naîtront dans un espace linguistique différent de leur mère parleront directement le lari tout en restant makanda au terme de l'axiome 1 qui veut que l'identité clanique s'hérite de la mère. A la troisième génération si les filles de cette femme se marient au sein de la communauté larie, on obtient des individus tribalement laris car la tribalité s'obtient par la langue et l'adoption des coutumes d'une tribu donnée et claniquement makanda. Ce sont des makanda Lari. Et si un makanda quelconque venait dans leur village, elles ont obligation de lui donner le gîte et le couvert. On est affublé de la tribalité  kongo si on vous entend parler lari - pourtant, on peut-être téké. C'est que la langue est le signe qui permet de distinguer extérieurement l'appartenance ethnique. Imaginez une société où les enfants parleraient les grandes langues du Congo comme le lari, le téké, le vili, le mbochi qu'ils auront apprises à l'école ; cela rendrait le tribalisme beaucoup plus difficile. Votre serviteur parle punu, tsangui, un peu le téké à cause du tsangui qui appartient aux langues tékées, un peu le lari, un peu le vili, un peu le kugni, le français, l'anglais et un peu l'hébreu. Je lis le grec ancien et je vais apprendre bientôt l'égyptien ancien.
Ceci pour dire que la tribalité se conjugue avec le clan pour donner une situation sociologiquement complexe qui rend même le tribalisme politique ouvert aux autres ethnies par le clan.
Nous devons prendre le temps de parler de nos traditions, de nos coutumes, de toutes ces choses car leur connaisance sera nécessaire quand nous poserons les bases d'une société où la tribalité politique sera bannie. Toutes vos questions sont les bienvenues.

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

MONIANGA C 23/04/2010 00:29



Mon frère, mes maigres connaissances historiques et sans doute ma jeunesse me laisse penser que vous êtes utopiste et niez le faite que l'homme n'est qu'un animale sociable.


Un imbécile qui marche va toujours plus loin qu'un itellectuel assis, prenons l'exemple de la poudre à canon; elle était connu des egyptiens nègres et des chinois, ces peuples etaient très sages
et l'utilisaient pour les ceremonies religieuses où comme feux d'artifices. Les occidentaux en ont fait des armes et ont dominés le monde, les connaissances de l'égypte antique une prétendue
preuve de leurs capacités intellectuelle.


En gros le progrès qui caractérise ce siècle n'a été crée que dans un but simple exploité les autres (le GPS pour tué plus efficacement, le téléphone Idem).


Je suis peut être jeune et naif dans tous les cas les occidentaux m'ont prouvé que la paix n'est pas toujours rentable ni la guerre non plus mais le sentiment de superiorité ce dédain, ce mépris
pour les autres, cette volonté de dominer est un sentiment qui a batti toute les nations moderne.



MONIANGA. C 22/04/2010 15:00



Je ne suis pas d'aacord, l'afrique a produit la civilisation la plus aboutie : L'égypte antique, une autre au zimbabwé avec ses chateaux mediévaux OUI AU ZIMBABWE avec le Roi Mwana MUTAPA, sans
compter ceux de Soundjate KEITA.


Là où je vous rejoins c'est sur le matriarcat d'ailleurs les ministères de la condition féminine sont une insulte à l'afrique. Ce sont les invasions islamiques qui ont mi un terme à ces
traditions sur partie de l'afrique.


Je vous conseille : Nation nègre et culture de Sheikh Anta Diop (FNAC), L'origine africaine du savoir grec (EDITION MENAIBUC) et d'autres.


Bonne idée ce blog, bon courage et vive la liberté de la presse.



Le Lion de Makanda (LDM) 22/04/2010 17:09



Mon frère, MONIANGA,


bonjour.


Je possède TOUS les livres de CHEIK ANTA DIOP. Je sais que la civilisation égyptienne est issue de la "lumière noire" qui éclaire l'âme du monde depuis la nuit des temps. J'estime juste que la
puissance extraordinaire de la relation sociale au travers de l'idéologie du clan est une grandiose réalisation : faire vivre des millions d'hommes par la magie de la relation. C'est la prouesse
de notre kimuntu qui fit en sorte qu'on trouva une Afrique supeuplée alors qu'elle n'était pas basée sur l'exploitation de l'homme par l'homme. Mon frère, je pense que vous ne m'avez pas compris
: construire une pyramide pour la gloire d'un seul homme est-il plus grandiose qu'imaginer un système social, relationnel qui permet à l'individu de se fondre dans le groupe pour vivre en
harmonie à partir juste de la "tradition" ? Méditez cette pensée.


                        LION DE MAKANDA



Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg