Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 23:21

 

COMMENTAIRE : Ce texte secret date de 2000 et a 12 ans d'âge. Il est d'une insolent actualité et met en lumière le logiciel qui détermine toute l'action du pouvoir actuel dans le but de rassembler le nord et d'élaborer une stratégie visant la conservation du pouvoir. Ce qu'il préconise ressemble en vrai à la politique actuelle menée par Denis Sassou Nguesso. Il nous a été transmis par Kovalin Tchibinda. Prenez le temps de le lire et analysez la réalité sociopolitique congolaise au prisme de sa posture de domination du sud par le nord afin de garder éternellement le pouvoir dans tout type d'hypothèse électorale ou militaire. Ce texte date du 15 juillet 2000. Voilà près de trois ans que Sassou a abrogé la Constitution de 1991 et mis en place son Patriot Act. Il s'apprête à sortir sa nouvelle Constitution taillée sur mesure et à organiser un semblant d'élection présidentielle dans un contexte où le désarmement n'est pas encore total. D'ailleurs, Sassou n'a jamais désarmé ses propres milices ; les armes pour certaines ont sauté avec l'explosion du 4 mars 2012 mais certaines dorment encore sous les matelas en attendant de servir contre l'ennemi de l'intérieur : le mokongo.

Ce texte-complot décrit une stratégie politique à partir d'une analyse froide et totalement cynique de la réalité politique congolaise. La seule question que vous devez vous poser est la suivante : DEPUIS LE 15 JUILLET 2000, DENIS SASSOU NGUESSO APPLIQUE-T-IL CETTE POLITIQUE OU PAS ?

 

 

CONSEILS DE DABIRA A SASSOU NGUESSO

 

République du Congo

Présidence de la République

Commission d'Analyse et de Statistiques Générales


NOTE SYNTHÈSE

INTRODUCTION GÉNÉRALE

 

Dabira

L'histoire tumultueuse de notre pays nous enseigne que depuis 1958 à nos jours, les partis politiques, les alliances politiques sont essentiellement basées sur la tribu, la région et surtout sur la base des intérêts plus ou moins égoïstes des protagonistes. Ce qui du reste ne permet pas au peuple de comprendre le sens réel de la politique qui est en réalité une science de développement. Aussi, ce que nous nous étions promis de faire il y a trois ans au sortir du forum, nous ne l'avons pas fait, et l'environnement politique du pays a subi de nouvelles dégradations.

Le grand problème qui se pose à nous est de savoir si nous sommes prêts à prendre les difficiles décisions propres pour modifier rapidement et radicalement nos habitudes en matière de gestion de la chose politique, de sécurisation des populations, de la liberté de circulation ?

Sommes-nous capables de ramasser les armes qui se trouvent entre les mains de nos propres guerriers ?

Si oui, que leur donner en échange ?

 

Comment réparer le déséquilibre du recrutement dans nos districts ?

Sommes-nous capables de faire des réalisations susceptibles d'amener notre propre électorat à voter positivement ?

Sommes-nous capables de contenir la furie de l'opinion nationale et internationale ?

 

C'est donc ici, l'occasion de proposer au Président de la République des solutions susceptibles de nous sortir de l'impasse.

 

Au vu de la lecture de ce tableau de sondage réalisé à notre pays propre demandé par le groupe français IBM, il nous est impossible de remporter la moindre élection quelle que soit notre manière de battre campagne.

Dans notre fief du Nord, où nous croyons avoir la majorité sinon la totalité des voix, notre propre électorat nous lâche et nous ne possédons la majorité que dans le Plateau-Nord, alors que le Général Yhombi-Opango reste majoritaire largement dans le restant de toutes les régions Nord. En conséquence, il n'y a rien à attendre des régions Sud du pays qui nous sont traditionnellement hostiles et les populations qui ont subi les pires humiliations resteront toujours attachées à Lissouba et Kolélas.

 

QUE FAIRE ?

1° AU NORD

 

a)- faire des réalisations urgentes (micro-barrages, routes, écoles, dispensaires) pour amener les populations à voter positivement.

b)- Il nous faut réussir une réconciliation avec Yhombi, Ganao, Galibali, Bokamba et autres...

Pour cela, notre discours envers ces frères doit être modéré ; nous devons arrêter de les traquer et préparer leurs indemnisations, et mettre leurs Partis dans les meilleures conditions de travail. Le grand travail, c'est savoir comment renouer le contact avec des personnes qui ont perdu parents et biens. Le travail commencé avec Ganao, Tsomabet et Mouambenga doit se poursuivre et s'intensifier. Il faut créer les conditions du retour du vieux BAZINGA à Impfondo.

 

2° AU SUD

 

Nous avons dit plus haut que le travail politique au Sud du pays ne nous apportera pas grand chose. Cela ne peut nous empêcher à faire le travail que nous avons commencé en direction de Jean Pierre Thystère TCHIKAYA, Benjamin BOUNKOULOU, MAMPOUYA, Hervé DIATA.

Cependant, il est plus qu'impérieux d'aider des jeunes comme NZOMONO Macaire, les NGUIMBI, à organiser des associations de soutien au Président de la République en leur apportant la logistique nécessaire pour leur permettre de réaliser certains projets en milieu jeune.

 

COMMENT CONSERVER LE POUVOIR

 

Depuis la fin de la guerre du 5 juin 1997, notre gros problème, celui qui nous préoccupe le plus, c'est la conservation du pouvoir. Ainsi, nous n'avons devant vous que deux schémas.

1. Le schéma militaire

2. Le schéma électoral

1- Par les moyens militaires

Malgré les accords de cessez-le feu et de cessation des hostilités de Pointe-Noire et de Brazzaville, notre première analyse de juillet 1999 reste valable, car nous sommes convaincus que des hommes rusés comme nos frères du Sud, ne nous pardonneront jamais la perte du pouvoir de 1997 ; ils se vengeront sûrement.

C'est pourquoi nous devons nous préparer à une action militaire forte pour imposer la paix, en formant avec l'aide des Français des troupes de réserve dans nos villages, en commandant des armes de guerre pouvant nous permettre de résister pendant cinq ans. Pour cela, les zones militaires du Nord doivent être commandées par des personnes que nous contrôlons réellement en poussant les autres à l'énervement pour ainsi nous permettre de reprendre les hostilités et aller jusqu'au bout.

2- Par les élections

Comment remporter les élections dans un pays où la carte électorale nous donne battus avant le vote ?

a) - Il faut préparer des électeurs fictifs Ce travail nous l'avons expérimenté pendant les élections législatives passées. Il suffit de le perfectionner, en recrutant au Gabon, au Cameroun et surtout en RDC, moyennant des cartes nationales d'identité et des petites sommes d'argent. Les intimidations et les menaces de reprise de guerre peuvent provoquer beaucoup d'abstention dans leur camp.

b) - Il faut fausser les listes électorales. Cela demande un travail méthodique, suivi et bien coordonné. Le ministère de l'intérieur nous aidera à le faire.

c)- Il faut maintenir l'embargo sur les autres Partis à l'intérieur du pays.

d)- Mettre beaucoup de moyens pour acheter des voix.

e)- Remanier l'équipe gouvernementale, pour amener au gouvernement des hommes capables.

 

Brazzaville, le 15 juillet 2000

Le Président de la Commission

Le Général Norbert DABIRA

Inspecteur Général des Forces Armées Congolaises 

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

meyasko 02/02/2013 13:41


Bonjour Mr de Makanda,


En 1991 il y a eu la deuxième conférence nationale bien que celle là fut souveraine. Est ce que vous connaissez un seul citoyen qui était pour sassou pendant cette conference? en tout cas moi
j'en connais point. Tout le nord avait banni sassou. En suivant cette conference, lorsque ceux du nord ont compris que cette conférence commencait à devenir en filigranne, l'expression d'un
procès de certains citoyens du Sud contre les nordistes, celà a sonné en eux comme une sonnette d'alarme. 


Aujourd'hui, si un nordiste s'exprime ouvertement contre sassou, vous savez qu'il est tout de suite taxez d'infiltrer ou de "caisse de résonnance" que sais je encore!!


il faut les écouter dire:" thizinga tsi kotélé nioka" comme pour dire attention il y a un danger, quand un individu du nord prend position contre sassou.


Ollombo est le milieu géographique entre le nord et Brazzaville vous le savez bien. Quand on quitte ouesso pour Brazzaville le dernier aeroport moderne se trouve à Owando,  soit près de
670km sans aeroport vous le savez bien.


Vous savez aussi bien que Ollombo à 22.272 habitants. Vous savez aussi que Si quelqu'un tombe malade à P/Noire ilpeut être soigné soit à l'hopital general A. SICE, soit à Loandjili, il peu aussi
aller se soigner à Dolisie après deux heures de route. Il peut s'il a ses moyens prendre un avion pour aller se faire soigner une heure après à Brazzaville au chu.


Savez vous qu'il n y a aucun hopital general à Ollombo? savez vous que si quelqu'un tombe malade il a  5heures de route pour se faire soigner au CHU. malgré ses 22.272 habitants?


Le trafique n'est pas encore effectif à l'aeroport d'ollombo, et  je n'ai pas envie de m'aventurer sur des quelconques statistiques .


si s'est avéré, réjouissez vous  que sassou copie vos idées. Alors utilisez s'il vous plait les mots que vous aviez enployez pour qu'il vous copie pour lui dire: 


Nous avons besoin d'un hopital general, d'un lycée, d'un lycée technique, d'un college technique, d'une boulangerie, d'une mairie d'un marché, d'un stade, d'un institut agricole  et d'une
université pour que nos enfants cesse de se faire enroller à l'armée. Voilà ce que nous attendons de lui.


Cordialement. 


 


 

Le Lion de Makanda (LDM) 02/02/2013 14:31




Mon cher Meyasko,


je suis d'accord pour qu'il y ait des infrastructures au nord. L'essentiel du pays est au nord et curieusement, l'exode se fait surtout du nord vers le sud. Il n'y
a encore un grand transfert de la population du sud vers le nord pour assurer une mixité sociale plus équilibrée. On vient plus au sud mais rien n'empêche qu'on aille au nord. Le président doit
donc favoriser une politique de mixité sociale car c'est de cette manière qu'on luttera mieux contre le tribalisme politique. Par tribalisme politique, j'entends non pas que tout le
nord profite du système au pouvoir mais le fait que l'élite du pays est choisie selon un critère identitaire proche du souverain bafouant les principes d'égalité et de
compétence. La conséquence qui en résulte se décline en : impunité, détournement, corruption, bricolage, vol (comme dans ce demi-milliard évaporé au nord), communautarisme,
etc.


Vous croyez que si j'écrivais comme le commun des boulangers, ils allaient me remaquer et vouloir me lire ? Il a fallu trouver un style qui soit à la fois simple
pour être accessible  à tous et poignant pour marquer les lecteurs. Nous sommes nombreux à écrire sur les mêmes sujets, les mêmes choses, sommes-nous lus de la même façon ? Evidemment, non



Vous avez laissé un commentaire. Ils le liront. Espérons qu'ils répondent à vos doléances qui sont aussi les nôtres pour la partie nord du pays où
j'aimerais aller finir mes jours. Encore une fois, je veux des écoles, des universités, des lycées, des hôpitaux partout et vous avez raison : personne ne doit être à
plus d'une heure d'un hôpital. Si les nordistes critiques sont mal compris, qu'ils viennent publier sur notre site car certains le font et leur message est bien reçu.


Nous n'avons qu'un seul pays et tous nos destins sont liés. Nous devons donc distribuer de façon juste ce que nous avons mis en commun. C'est cela le sens de la
république sinon nous ne sommes pas une vraie nation digne de ce nom.


Vous venez de découvrir le site. Vous avez de quoi lire puisque nous y avons publié plus de 1800 articles et nombreux sont des vrais programmes de société. En vous
lisant, je me dis que nous avons plus de choses en commun que de choses qui nous opposent. Je ne suis qu'un incitateur politique et je n'ai que ce petit espace pour m'exprimer.


Je ne m'attendais pas à avoir 342 abonnés aujourd'hui : je pense que je m'efforce d'être juste - même si parfois je suis un peu mordant et provocateur mais
c'est à dessein.


Nous devons nous demander : "comment faire pour transcender politiquement l'ethnie, la valeur la plus tenace en politique puisque l'identité ethnique est
supérieure à l'identité nationale ?" Ce n'est pas en l'ignorant que nous le ferons mais en faisant en sorte que l'identité nationale soit au-dessus de cette dernière : il faut
donc une justice sociale de sorte qu'il y ait de l'eau potaable à Oyo, à Tchitondi, à Boko, partout. C'est certainement cette réalité politique qui instille le doute chez certains
de nos compatriotes quand ils entendent un nordiste critiquer Sassou mais combien le font ? La recherche de justice, de justesse, d'équité ne doit pas faire acception de
personne. Nous devons partager les richesses en partageant le travail, les infrastructures, le savoir, le savoir-faire, le territoire de sorte que l'on ne redoute pas d'aller vivre
au nord ou au sud ou à l'est ou à l'ouest. Comment font-ils ailleurs ? Ils mettent l'intérêt public au dessus de l'intérêt personnel lorsqu'ils exercent en politique. Je suis d'avis qu'un grand
nord pourrait aider le Congo mais pour cela, il ne faut pas que la mixité sociale ne soit qu'au sud...



meyasko 02/02/2013 09:37


Bonjour,


je viens de découvrir votre site; ceci par un pur hasard. Je ne sais pas si ce que vous avez publié concernant le general Dabira est avéré. Qu'à cela ne tienne.


Je vais dire ceci: pourquoi vous preferez que les intervenants puissent le faire sous anonymat? quelque soit la réponse , je me dis un homme doit être responsable de ses actes, donc assumer sans
se voiler. Si vous êtes sûr de ce que vous dites, prononcer vous ouvertement.


Je félicite maître moudileno massengo, mtre massengo tsiassé qui dise ce qu'ils pensent de sassou ouvertement sans bagayer, notamment à la radio droit de l'homme.Ce sont le gens qui savent ce
qu'ils veulent. Des courageux. Ils vivent à Brazzaville.


Le Sud du Congo a tout eu avant le Nord. Toutes les usines au sud, les centrales électriques au Sud.Les stades au Sud. Le CHUà brazzaville Sud. L'université à bacongos au Sud. Le centre culturel
à bacongo (donc au sud). l'institut de développement rural à au Sud.le Lycée et le college technique au Sud. Le chemin de fer au Sud. Les premiers cadres de l'etat au Sud.L'usine textile sotexco
au Sud. Socodi puis IAD au Sud. Usine de decorticage de riz à mossendo (au Sud), ONAF à mossendjo au Sud.Jean joseph loukabou au Sud. L'usine de Sucre à à la gare Jacob au sud,  le port au
sud. les routes bitumées au sud la liste n'est pas exhaustive. Les nordistes n'ont jamais reprochés celà  à massamba Debat.


Vous trouvez que construire un barrage, construire une route c'est créer les conditions pour garder le pouvoir!!! Donc Massamba Débat en mettant tout au sud était ce pour garder le pouvoir!! je
m'intterroge.


Lorsque on regarde les gestionnaires de l'adminstration congolaise, on constate que 60% sont des cadres du Sud. Allez dans les ministeres, dans les banques (LCB et BCI) pour voir et les entendre
dire beto ne beto quoi!!!


Allez y au nord à OLlombo, à Gamboma, djambala pour comprendre que ce vous soulevez est une insulte à ses populations.
savez vous ce que vivent les rares etudiants ressortissants du nord pour arriver à temps à l'université? il y en a qui se font violées simplement parce qu'à 4h30 il faut être à l'arrêt de bus si
on veut avoir la place.


Beaucoup d'étudiant ont arreté les etudes par manque de moyen et la seul solution qui s'offre à eux c'est l'armée pour etre par la suite la risée de leurs anciens condisciples de bacongo.


Non! menez une lutte contre sassou comme vous le voulez mais laissez de côté le tribalisme. Le nord à souffert et continue a souffrir. Sassou à le pouvoir mais la gestion des afffaires ce sont
les autres.


sans rancune!

Le Lion de Makanda (LDM) 02/02/2013 12:21



Mon cher Meyasko,


bonjour. Merci pour votre long commentaire. Si vous parlez de moi, je suis connu du pouvoir, j'ai même eu deux ans de procès avec le système. J'ai pris un pseudo comme le faisaient les
Palestiniens parce que ce sont des noms de combat. Quant à ceux qui m'écrivent, j'essaie de les protéger contre le pouvoir pour qu'ils ne soient pas torturés ou menacés - surtout lorsqu'ils
vivent au Congo. Nous ne sommes pas contre nos compatriotes du nord. Et c'est une nuance importante. Nous disons même que le tribalisme est politique et non sociétal. Si vous niez le tribalisme
politique, c'est une affaire entre vous et votre conscience. Oui, il y a eu, depuis l'époque coloniale, des infrastructures au sud avant le nord - certainement parce que la majorité de la
population s'y trouvait, peut-être par politique tribalisée et dans ce cas, je m'insurge car je ne demande que l'équité. Lisez moi bien : de l'eau, de l'électricité partout, des projets qui
tiennent compte de tous mais aussi de la densité démographique pour être équitables. Il s'agit de développer tout le pays et non juste le pourtour Oyo-Ollombo. Donc arrêtez de réagir comme les
Juifs qui crient tout le temps à l'antisémitisme quand ils n'ont pas d'argument. Dans tous les pays civilisés, on tient compte de globaliser les infrastructures : télé, écoles, universités,
électricité, eau potable, hôpitaux, routes, tétéphonie, banques, partout. Ensuite, on fait des projets spécifiques en tenant compte des densités démographiques. En France, il y a des endroits qui
ne sont pas desservis par la SNCF parce qu'il y a peu de voyageurs. C'est bien de mettre un aéroport à Ollombo et non à Owando mais quelle est l'intensité du trafic ? Oui, le nord doit avoir un
aéroport digne de ce nom ; il faut savoir où le construire par contre. Le chef de l'Etat a pris mon idée de pôles universitaires et j'espère qu'il la mènera jusqu'au bout. Moi, je suis pour deux
ou plusieurs universités à Brazzaville si la population l'implique ; en France, il y a des pôles universitaires même dans des petites villes de 30000 personnes. Donc construire deux universités
dans une grande ville de plus d'un million de personnes me paraît normal : Lyon a à peu près un million d'habitant et il y a comme universités Lyon 1, Lyon 2, Lyon 3, des facultés de pharmacie,
de médecine, des instituts partout. L'Etat doit créer une société de transport pour ne pas laisser le privé réguler seul  le trafic urbain. 


Oui, on souffre au nord comme au sud mais cela n'exclut pas le tribalisme politique de monsieur Sassou dans le but de garder le pouvoir ; le dénoncer n'est pas faire insulte aux frères du nord
d'autant que je dis que tous les chefs d'Etat au Congo l'ont pratiqué. Il est donc temps d'en finir. Nous dénonçons le fait qu'à compétences égales, à diplômes identiques, les Congolais n'ont
plus la même chance. Il faut que tous les Congolais aient les mêmes droits et cela signifie que si l'on doit construire une autre université ou des pôles universitaires à Ouenzé pour soulager les
étudiants, pourquoi serais-je contre ? J'ai toujours été pour plusieurs pôles universitaires généraux et spécialisés en même temps selon les opportunités que donne l'environnement. Si vous nous
lisez bien, vous deviendrez vite des nôtres car nous sommes parmi les rares qui disent ce que tout le monde pense si bas. On souffre aussi au nord donc liguons-nous contre ce système. Pourquoi
donc y a-t-il peu de compatriotes du nord qui critiquent Denis Sassou Nguesso ? J'ai critiqué Lisouba et s'il était encore au pouvoir, je le ferai s'il se montrait tribal. Il s'agit d'être juste
et nous nous efforçons de l'être.



mwangou 04/10/2012 13:25


Bjour! je vous comprends bien. mais mon propos n'a nullement comme rôle de faire l'avocat de personne... et les sondages ne sont pas du ressort de certains... vous pouvez faire votre
sondage sans que vous le publiez... je m'intéressais à l'époque à ce qui pouvait arriver à la fin du mandat de lissouba... et j'avais recueilli quelques points de vue... oui dans la bouenza et
une partie du niari, on en était arrivé à se poser la question suivante et simple: pourquoi lissouba n'avait-il pas pu réaliser son programme au moins dans les régions qui lui étaient acquises?
la réponse avancée par les mêmes personnes de la région était qu'il était plutôt du genre menteur...dans le pool, sur le même exemple, on se demandait si kolélas n'était pas un lissouba caché? et
alors, la conclusion était que sassou nguesso avait au moins déjà donné la preuve de sa compétence, surtout en étant dans un pays où il n'y avait pas de guerre... la guerre a desservi lissouba et
kolélas dans leur fief... pour savoir si sassou nguesso est aimé ou pas aujourd'hui dans son nord, on n'est pas obligé d'attendre des sondages venus de l'occident...pour vous en convaincre, vous
pouvez aller essayer... alors, oui sassou nguesso aurait pu être un autre kérékou m du bénin qui était revenu au pouvoir par la grande porte... mais en sassou nguesso il y a un complexe
incroyable qui lui fait penser des choses que lui seul ressent, par ex la fameuse peur du sud, notamment du pool... là-dessus, on ne peut que constater que ce monsieur priorise dans le négatif et
ne peut pas faire autrement. on ne peut que constater qu'il n'a jamais compris le message du peuple congolais...mieux que vous, j'avais été tôt sur le terrain ce 4 mars dernier... et dans la
stupeur, je m'étais posé la question, mais pourquoi avait-il acheté de telles armes, lui qui se dit homme de paix et qui a signé tant d'accords de paix entre les pays africains? ma réponse était
simple: attendre le moment propice pour faire naître un autre ntoumi dans le pool et se servir de ces armes. voilà...plus de 3 mois avant le 4 mars, un type m'avait rapporté des propos d'un jeune
nordiste, qui était venu boire à makélékélé, et avait sorti des paroles-ci : "si vous blaguez encore ici là à bacongo, on a maintenant des armes qui vont vous détruire"... il ne s'agissait pas
seulement de l'effet de l'alcool...le 4 mars a confirmé. on regrettera que cela soit arrivé... moi je ne regrette pas.

Mudumango 03/10/2012 18:54


Tout esprit sensé est en mesure de comprendre qu'entre 2 options pour atteindre un objectif visé à tout prix, l'option la plus parcimonique est toujours et focément priorisée, sauf à être envahis
d'idiotie ou de d'absurdité.
On peut afflubler l'homme des actions malsaines de toute la médiocrité qui soit mais pas aussi bête pour prioriser un choix suicidaire s'il aurait su pouvoir être accueilli chez ses ennemis
congénitaux, à dos d'âne entre fleurs et rameaux de palmiers, comme Jésus entrant dans Jérusalem.
Les alibis typoye d'Owando et leurs suites n'auraient jamais existés.
Des chiffres de pseudosondage ''Informel'' de 1997, ainsi que leurs sources seraient intérêssant de savoir. En revanche ceux formels qui ont orienté les choix à Magenta et sous les lambris de la
république Gaulloise sont bien connus, puisque accessible à l'époque à qui cherchait!

Le problème de la croisière Concordia quand elle a commençé à prendre l'eau, c'est que des membres d'équipage moins courageux se sont vite résolus à quitter le navire avec bagages pour certains,
et il semble que son capitaine également froussard a finalement abandonné le navire avec passagers à bord. Depuis il a au moins la chance de ne se retrouver que devant les juridictions nationales
Italiennes, pas la justice Internationale.

mwangou 01/10/2012 08:44


Bjour! En 1997, après sondage informel dans le Pool et la Bouenza, si les élections avaient eu lieu, sans truquage, c'est sassou nguesso qui serait élu... les congolais de ces deux
régions venaient de découvrir à la suite de la présidence de lissouba que sassou nguesso n'était finalement pas mauvais... même dans le Pool, les populations en étaient arrivés à cette conclusion
majoritairement, se méfiant des gens qu'on ne connaissait pas finalement (lissouba, kolélas et les autres).... que des gens souhaitaient le retour de yhombi... vous voyez que les gens se trompent
de période et donc se fourvoient dans leurs analyses...parce que l'analyse ici livrée de ce général, porte sur l'après guerre et c'est normal... voyez-vous comment les gens peuvent se fourvoyer
dans l'idiotie... 

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg