Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 15:40

Nous venons de créer une catégorie EDITORIAL afin de traiter de sujets plus généraux et plus globaux. Cette rubrique nous est apparue comme une nécessité afin d'élargir la vision politique de nos compatriotes. En effet, l'histoire du Congo ne se joue pas à la marge de celle du reste de la planète, ce qui se passe à Brazzaville pouvant être déterminé à Paris ou ailleurs.

L'histoire du monde a une logique que dessinent les financiers, logique que les industriels traduisent sur le plan concret pour déterminer ce que vous allez consommer tant sur le plan de la pensée que sur le plan physique et au-dessus de tout ceci, vous avez un courant idéologique dans lequel s'engouffrent les religions, les doctrines de toutes sortes, l'occultisme, la vision de domination planétaire d'une certaine catégorie d'individus qui dessinent notre histoire sans jamais apparaître dans les livres d'histoire. Enfin, vous avez les hommes politiques qui ont le rude travail de maintenir le troupeau humain dans le giron de l'obéissance de la loi - sans toujours avoir les moyens d'exécuter leurs politiques faute de moyens financiers tenus par les banquiers et les financiers internationaux. La politique n'est pas un monde à part mais un domaine qui essaie de gérer les relations globales d'une nation et celui qui tient le fouet de la décision n'est pas forcément cela qui apparaît en avant-plan. Si vous observez bien, à peu près tous les gouvernements de Droite ou de Gauche en France ne parviennent pas à appliquer leur politique - comme si les hommes politiques étaient des produits jetables. C'est ce fouillis qu'il nous faudra tenter de comprendre afin d'expliciter pourquoi ce monde va à la dérive, l'Afrique noire encore plus vite que les autres parties du monde.

L'actualité en ce moment, c'est l'Angleterre  qui a les pieds dans l'eau. De fortes inondations ont plongé le Royaume-Uni dans une situation qu'il n'avait pas connue depuis plus de deux cent cinquante ans selon les spécialistes. Il est évident que les Anglais se mettront à faire plus attention au changement climatique qui n'est qu'une conséquence de l'industrialisation forcenée de l'Europe et de sa fille l'Amérique. Cependant, comme les puissances du monde disent toujours qu'elles ne sont pas prêtes à changer leur mode de vie qui confine à la consommation effrénée de la substance de notre monde de sorte que 20% de la planète engloutissent 80% des ressources planétaires, il n'y a rien à espérer à moins d'une grave catastrophe qui frapperait les esprits.

Avec les inondations, les terres s'appauvrissent car l'eau de mer par son sel rend les terres impropres à la culture agricole. Or, la nourriture, personne ne peut s'en passer. Les terres fertiles vont prendre de plus en plus d'importance et c'est même déjà le cas puisque des banques achètent des terres en Afrique provoquant le dépeuplement de certaines zones habitées pendant des millénaires par des autochtones. Nous voyons bien comment les Chinois menacés par la désertification lorgnent sur nos terres fertiles en se cachant derrière des projets farfelus comme s'ils pouvaient nous apprendre à planter  une tomate.

L'actualité c'est aussi l'Ukraine qui connaît une crise à cause de l'opposition des champs de la politique et de l'économie : politiquement, la Russie veut maintenir l'Ukraine dans son giron pour éviter de voir l'OTAN pointer ses missiles à sa frontière mais d'un autre côté, il y a ceux qui veulent entrer dans l'Union Européenne pour des motifs économiques. Les deux visions de l'Ukraine s'affrontent et rien ne garantit que la Russie gagnera cette guerre - même si elle tient économiquement l'Ukraine. La Russie qui par ailleurs est aussi engagée dans le conflit qui secoue la Syrie depuis plus de trois ans et qui a déjà causé d'importantes pertes humaines sans compter les milliards de dégâts matériels mais dont on ne voit pas encore se profiler à l'horizon la moindre solution tangible. Les Russes ont perdu la face en Lybie en se faisant avoir par la France et les Etats-Unis mais ce coup-ci, ils ont décidé de prendre leur revanche. Le conflit en Syrie sert les intérêts des lobbies militaro-industriels tout en préparant l'atteinte d'objectifs purement politique.

La Syrie est le terrain où se livre une guerre dont vous ne voyez pas les ressorts : abattre ce pays porterait un coup fort au Hezbollah et ouvrirait la voie à une attaque de l'Iran - ce que certains ont compris et veulent empêcher ; ce qui fait que la Syrie bénéficie de l'aide de plusieurs alliés : Hezbollah, Iran, Russie, etc. Tout ceci profite surtout à un pays de la sous-région : Israël qui est tranquille pendant que le Hezbollah se préoccupe de dépendre son allié syrien.

La question à résoudre est celle de comprendre pourquoi les Russes qui sont des Européens refusent d'intégrer l'OTAN et l'Union Européenne. C'est là où il nous faudra comprendre comment se créent les oppositions qui profitent avant tout aux lobbies des armes qui ont besoin de créer des oppositions pour ensuite les transformer en guerres afin de vendre des armes. L'Amérique a besoin de s'inventer des ennemis pour faire marcher son industrie militaire. Après avoir fait un semblant de paix avec la Russie qu'il a fallu se créer des ennemis : Irak, Lybie, la Syrie, l'Iran qui finira un jour par être attaqué mais avant cela, on affaiblit ses alliés (Hezbollah, Syrie).

En Afrique, au-delà des conséquences de la révolution de jasmin dont on a du mal à goûter les fruits, il faudra tirer les leçons de la crise centrafricaine. Si le Qatar et l'Arabie Saoudite pensaient qu'il était possible de coloniser l'Afrique centrale par le biais de la religion, il faudra que ces deux pays révisent leur stratégie : nous ne sommes plus à l'époque où l'on pouvait imposer la religion par la force et contrairement à ce que l'on prétend, il n'y a pas en Centrafrique une épuration ethnique mais une épuration religieuse (on vous tue à cause de votre religion et non à cause de votre ethnie) : les Anti-Balles-Ak (pour les désigner comme il se doit) sont avant tout des animistes bardés de fétiches qui, on l'admet, sont plus proches des chrétiens que des musulmans dont l'intolérance et la brutalité ont fini par renvoyer les Centrafricains à leur véritable identité animiste qui leur a permis de renverser la situation. Il s'agit à présent d'arrêter la furie des Anti-Balles-Ak et il faudra qu'ils passent d'abord d'une organisation militaro-défensive à une organisation politique car pour l'instant, personne ne représente politiquement les Anti-Balles-Ak et tant que ce sera le cas, ils seront difficiles à stopper car il n'y a pas assez de forces armées en RCA pour un tel dessein, le pays étant très vaste. Il ne faudra pas simplement juger les Anti-Balles-Ak mais aussi se pencher sur le cas de Michel Djotodia et de Noureddine Adam qui ont créé cette situation chaotique. Ils doivent être arrêtés et jugés par la CPI comme de nombreux chefs de la Séléka qui est la cause de ce qui se passe aujourd'hui en RCA où musulmans, chrétiens et animistes vivaient en bonne intelligence.

L'Afrique est à un tournant. Elle doit apprendre à accepter l'alternance politique ou demeurer dans la dictature et les puissances du monde auront une grande responsabilité si elles ne s'interposent pas contre les dictateurs qui essayeront de se maintenir au pouvoir en dépit des constitutions. En effet, si les constitutions ne sont pas respectées, cela signifiera que l'esprit du droit canon a du mal à prendre en Afrique - ce qui finira un jour par conduire l'Afrique à rechercher d'autres voies de développement que celles proposées par le mimétisme des modèles occidentaux. L'Europe, au nom de ses intérêts, peut très bien se contenter de dictatures en Afrique mais qu'elle sache que cela aura toujours un prix : l'immigration qu'elle nie politiquement mais dont les industriels ont besoin pour faire du bénéfice sur capital afin de satisfaire les actionnaires. L'Europe ne peut d'un côté favoriser les dictatures au nom de l'intérêt économique (matières premières bon marché) et de l'autre ne pas supporter l'immigration d'Africains qui se cherchent des portes de survie pour eux et pour leurs familles.

Sur le plan strictement financier, ce qui se profile c'est la dématérialisation de la monnaie  doublée d'un contrôle intégral des populations (ce qui se fait déjà autrement au travers des outils de communication). Les banquiers financiers internationaux, si rien n'y fait, finiront par imposer la monnaie numérique. Vous n'aurez plus accès à l'argent papier qui a remplacé l'argent dont l'étalonnage se faisait sur l'or et l'argent. Face à la crise banquière, si l'élite qui tient les finances ne parvient pas à provoquer des guerres qui leur permettront de rebondir, ils essayeront d'imposer la monnaie numérique. D'ailleurs, il n'y a que 5% des échanges en Europe qui se font avec de l'argent papier, le chèque qui ne coûte pourtant rien étant de plus délaissé par ailleurs. L'argent a été déconnecté de l'or parce qu'il n'y avait plus assez de ce métal pour garantir la monnaie ; aujourd'hui, les financiers américains redoutent que la valeur du dollar déjà menacé par l'euro s'écroule provoquant la plus grosse crise économique de tous les temps. La monnaie numérique serait une solution qui pourrait éviter cette catastrophe qui se profile à l'horizon.

Au niveau industriel, les ingénieurs vous préparent déjà ce que sera le monde de demain, un monde qu'ils façonnent sous la baguette du financier international qui ne pense qu'à s'enrichir de plus en plus vite  et, tant pis si la planète en souffre, tant pis si la faim gagne le monde. De toute façon, il faut s'attendre à ce que les banques spéculent de plus en plus sur les matières premières y compris la nourriture. Il en résultera des émeutes, des bouleversements qui pourraient très bien servir la cause du gouvernement mondial qu'ils appellent de tous leurs voeux.

C'est dans ce dédale complexe que nous allons asseoir notre éditorial - sans négliger ce qui se passe au Congo, un pays dont se disputent deux grandes puissances : la France et la Chine. De toutes les façons, Sassou ne vaut que par rapport à ses alliances et ses soutiens internationaux qui  sont nombreux. Denis Sassou Nguesso est avant tout un produit de la finance internationale qui agit au travers de multinationales comme Total-ELF-FINA pour dépouiller le Congo de toutes ses richesses. L'ignorer, c'est ne rien comprendre à la politique car nos indépendances ne sont que factices. Tant qu'il aura de tels soutiens, il sera très difficile de le faire partir du pouvoir. En effet, il faut se demander ce que gagnerait la Finance internationale à démocratiser l'Afrique en général et le Congo en particulier. Et c'est là, la vraie question à se poser. Sassou n'est qu'un serviteur qui se sert grassement au passage$. Avec un dictateur, il suffit de le corrompre pour qu'il signe les contrats les yeux fermés. Comment se fait-il que Sassou qui n'arrête pas de tuer, de violer le droit international n'est jamais inquiété - alors même que le président du nord-Soudan Béchir l'est ? Cela montre l'importance du lobbying et des réseaux de Denis Sassou Nguesso qui parviennent même à ralentir les procès des Biens Mal Acquis, question de faire en sorte qu'ils atteignent 2017 sans être jugés, dans le secret espoir que la Droite revienne au pouvoir en 2017 en France. La Droite, comme les financiers internationaux, est beaucoup plus tolérante à l'égard des dictatures car ce qui leur importe, c'est d'abord l'intérêt des financiers déguisés en "INTERETS DE LA FRANCE".

Sur le plan extérieur, Sassou compte sur ses alliés pour avoir des armes et un soutien politique international - notamment en s'appuyant sur ses frères francs-maçons ; à l'intérieur, il est fort du soutien de tous les kanis qui lui ont dit qu'il était leur fils et qu'il ne l'avait jamais abandonné - sans oublier ses alliés de tous bords qui vivent sur la dépouille d'un pays qu'on vide de ses richesses. Il a aussi à sa solde magiciens noirs, grands marabouts, sorciers et mages de toutes sortes. Et surtout, il peut compter sur son clan familial très riche qui se regroupera autour de lui en cas de danger. Il s'agit de mieux cerner le rapport de force qui fait que Denis Sassou est inamovible depuis près de quarante ans dans l'arène politique congolaise. Vaincre Sassou ne nous permettra pas de faire tomber le système qui tient le Congo captif et c'est cela qu'il s'agit à présent de démontrer.

Il faut développer l'intelligence globale pour mieux comprendre la marche du monde et voir comment extirper notre pays des pièges dans lesquels il est entrelacé. Nous avons en plus de voir notre pays connecté aux puissances du monde qui font et défont les "gouverneurs noirs" nos propres démons intérieurs qui empêchent l'unité nationale parce que nous n'avons pas encore réalisé les liens véritables qui créent la cohésion nationale. La politique ailleurs fait l'objet de la science politique, une science qui a sa place dans nos pays pour émanciper et les gouvernants et les gouvernés...

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg