Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 23:18

         Droit de réponse à Messieurs Justin Koumba, Pierre Mabiala et compagnie


Lors d’un récent séjour du président le 22 Mars à Dolisie, pour l’inauguration d’une cimenterie dans un faubourg de la ville, il s’est tenu en marge de cet événement, une réunion d’un groupe de personnes s’arrogeant la qualité de sages du Niari. Ces personnes, sont sommes toutes acquises aux menées subversives de messieurs Koumba Justin, Mabiala Pierre, Nguimbi Pierre Michel et compagnie, pour user d’un certain sensationnalisme sous le label de la région du Niari à travers une déclaration, empreinte de fourberie et de chantage par le biais de billets de banque faisant office des subsides anesthésiants comme des armes sacrées. Ces individus ne pensent qu’à conserver le pouvoir au-delà des termes manigancés après le 15 octobre 1997. Nous savons que le Parti congolais du travail et son aéropage politique ont le secret, plus que quiconque, de la suprématie et de la force dynamique du mensonge sur la vérité. 
Mais, nous jeunes du Niari de la diaspora, tenons à rappeler à messieurs Koumba Justin, Mabiala Pierre, Nguimbi Pierre Michel et compagnie que la démocratie n’est pas seulement une question de constitutionnalité. Mais, elle est avant et après tout l’expression de la reconnaissance et du rassemblement d’un peuple dans toute sa diversité autour d’un grand projet politique, économique, social et culturel. C’est donc toute la communauté nationale qui doit se reconnaître et se constituer autour de ce projet. Pour ce faire, les exigences de la vie collective qu’elle entend incarner, doivent être marquées par l’existence d’un pouvoir, d’un réel contre-pouvoir et de la liberté d’expression à travers une consolidation des médias le tout encadré par un État de droit, qui ne pourrait porter atteinte aux libertés fondamentales. Or, depuis la prise du pouvoir par les armes et la consolidation des assises gouvernementales du régime de Brazzaville par des méthodes ubuesques qui ont endeuillé le Congo et confisqué la souveraineté du peuple congolais, les complots les plus sombres s’ourdissent toujours contre le Congo avec la complicité d’une élite corrompue et manipulée par le pouvoir en place. 
Au lieu de convier le peuple congolais à un véritable dialogue national que revendiquent toutes les instances de la nation, le pouvoir s’est complu à décréter un mode de gouvernance fondé sur le non-respect du droit, le repli clanique, l’instrumentalisation de la justice, la manipulation et la corruption des élites auxquels s’ajoutent la dilapidation des ressources de l’État, la cupidité effrénée, la répression des populations avec des cliquetis d’armes et de jurons. L’attitude flagorneur de messieurs Koumba Justin, Mabiala Pierre, Nguimbi Pierre Michel soumise à un régime qui n’a cessé de trahir et d’humilier les Congolais et les Congolaises, les pousse à user des subsides anesthésiants auprès d’une poignée de personnes s’arrogeant la qualité de sages du Niari. Ce, pour demander de façon ignominieuse au président Sassou Nguesso d’organiser un référendum constitutionnel, lui permettant de se débarrasser des scories institutionnelles et consubstantielles de son propre absolutisme juridique. Les oripeaux de cette attitude aux allures d’une véritable escroquerie politique, laissent transparaître une perfidie inavouée visant à permettre à ce dernier de se maintenir au pouvoir, au-delà de la limitation des mandats qu’il s’était fixée lui-même dans sa loi constitutionnelle. 
La justice ne peut être conçue indépendamment de ce qui la fonde : l’éthique, qui est organiquement liée au souhait d’une vie bonne et heureuse. Ainsi, la politique prise au sens large constitue à cet effet l’architectonique du juste. Cependant, en voulant libérer le juste de la tutelle du bien, vous avez fini par opérer une dépravation des mœurs au Congo qui érode les fondements politiques de la Justice et rend possible la marche de notre pays vers un nouveau désastre qui consiste à ne pas respecter le droit et faire abstraction des valeurs. 
Parlant du Niari, messieurs Koumba Justin, Mabiala Pierre et compagnie, vous êtes sans pour autant ignorer que le 15 octobre 1997, un fils du Niari ; le professeur Pascal Lissouba, élu au suffrage universel direct fut chassé de manière avilissante du pouvoir par les ordres guerriers de Mr Sassou Nguesso dont l’euphorie d’une victoire militaire que les Congolais peinent toujours à trouver le réel vaincu, l’emmenait à tenir des propos d’une haine et d’une violence injustifiées au vu et au su de tous à l’endroit des population des pays du Niari. Nous citons ses propos : « Je les poursuivrai jusque dans leurs derniers retranchements ». Ce qui fut fait. La région du Niari fut soumise à l’épreuve d’une violence inouïe à l’instar d’autres régions. Nos sœurs, nos mères, nos tantes ont été violées en public, battues, tuées. Les jeunes garçons persécutés, pourchassés, arrêtés, violés, torturés, exécutés et enterrés dans des fosses communes à MBounda et au cimetière de Moulendé, sans oublier les bombardements d’hélicoptères et des avions de chasse. Aucune raison ne saurait justifier ces actes d’une extrême violence à notre à endroit, sinon le péché d’être originaire d’une même région que le professeur Pascal Lissouba devant le roi régnant du Congo. La jeunesse du Niari terrorisée, menacée d’extermination et aux abois n’avait eu autre choix que le chemin de l’exil pour ceux qui le pouvaient. D’aucuns se sont terrés dans les forêts d’où certains ont laissé leur vie par faute de soins. Nombre des cadres militaires et civils de la région croupissent dans un exil interminable qui ne se justifie guère. Pour ne citer que le cas de Benoit Koukébéné qui porte depuis 16 ans le fardeau d’une condamnation relevant d’une véritable farce juridique dont l’opino juris s’est révélée être par la pratique et la qualité du droit issue d’une perception univoque. Néanmoins, nous nous consolons de la nature imprescriptible de tous ces crimes, puisque justice sera rendue tôt ou tard. 
Tous ces sévices se sont faits non sans la complicité et la caution de Mr Koumba Justin dont la haine viscérale à l’endroit du professeur Pascal Lissouba et de ses autres frères de la région s’est accomplie par une présence notable et privilégiée aux premières heures de ce coup de force ensanglanté aux côtés de monsieur Sassou Nguesso. Plus est, l’expression de cette inimitié se poursuit à travers des entreprises malsaines qui n’ont cessé de diviser les filles et fils du Niari et de ternir la notoriété de la région. Si Mr Sassou est le cerveau de cette entreprise macabre et ignoble, nous savons aujourd’hui qu’il n’est pas le seul. Il a fabriqué pour les besoins de la cause des criminels passionnés, démagogues et profiteurs comme les sieurs Koumba Justin, Mabiala Pierre, Nguimbi Pierre Michel et compagnie, dont les mains sont trempées dans le sang versé des filles et fils du Niari. Ces messieurs sans mandat aucun, pensent se substituer aux populations du Niari, en monopolisant leur liberté, leurs responsabilités et en s’auto-saisissant des problèmes les concernant puisqu’ils estiment que ce régime est éternel.
Eu égard à leur dogmatisme cynique et aveugle, nous jeunes du Niari de la diaspora avons, quant à nous, une première préoccupation : c’est celle de dénoncer le caractère unanime que ces messieurs veulent conférer à cette abjecte déclaration demandant au président Sassou au nom du Niari d’organiser un référendum pour modifier la constitution en plus de ne pas nous reconnaître dans leurs affaires personnelles et compromissions. Il est indispensable de préserver notre dignité, et comme il n’y a pas de dignité sans liberté, alors que toute subordination, toute contrainte dégrade celui sur qui elle pèse et lui retire une part de sa qualité d’homme. Cet impérieux besoin de dignité nous conduit à dénoncer les pratiques cavalières et immondes de messieurs Koumba Justin, Mabiala Pierre et compagnie et à engager très prochainement des poursuites devant les juridictions compétentes contre ces derniers pour complicité de crimes contre l’humanité, tortures et disparitions forcées des jeunes du Niari en plus de l’usurpation des mandats et droit à agir en lieu et place. Toutefois, nous affirmons notre opinion fondamentale dans une démarche unitaire et interdépendante menant vers l’affranchissement des filles et fils du Congo, des institutions de la république, de sa justice, de son économie, et de son organisation administrative du joug de la corruption, de la violence, du mensonge, du sectarisme et de l’opportunisme politique et juridique, en vue de bâtir une solide communauté nationale dont la pérennité sera d’autant plus assurée qu’elle n’aura plus en son sein des phénomènes d’injustice, de discrimination et toute autre cause de dépersonnalisation et d’indignité.
Pour que vive la république du Congo. 

          Pour une large diffusion, le collège des jeunes du Niari de la diaspora

Partager cet article

Published by le collège des jeunes du Niari de la diaspora - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

mwangou 30/03/2014 07:46


Bjour LDM! comme quoi, les congolais sont tenus dans l'ignorance de ce qui se passe ou s'est passé dans leur pays. ce que je lis dans cette déclaration des jeunes du niari, je l'ignorais
totalement. que les populations de cette région aient subi tout cela, c'est tout simplement inimaginable, et fort heureusement, ces jeunes ont su le porter au grand public.


Entretenir une telle ignorance, c'est la politique du pct, qui y trouve de quoi manipuler... jeunes du congo, de toutes les régions, apporter votre témoignage sur les exactions
politico-militaires dans vos régions.


mais il me vient une question: la disposition pour la modification de la constitition, est-elle dans la constitution, ou peut-elle être à l'extérieur de celle-ci? en d'autres termes, quelle est
la valeur et la caution juridiques d'une réunion de la rue sur la constitution? ceux qui organisent ces meeting, sont-ils prêts à accepter d'autres meeting demandant le respect scrupuleux de la
constitution comme seule gage de paix dans la société?  Sassou nguesso avait-il pris pour épouse, la femme qu'on lui avait donné dans la sangha,il y a de cela des années, tout le monde s'en
souvient? si non, alors les meeting déclarant du n'importe quoi, restent dans le cadre d'un simple meeting, qui sont acceptés selon les dispositions constitutionnelles sur la liberté de réunion.
ils n'ont aucune valeur, morale, juridique, sociale, culturelle, au contraire, parait bien immorale, incovenante à exiger une révision constitutionnelle par un président en fin de mandat.

Le Lion de Makanda (LDM) 30/03/2014 11:31



Je crois avoir dit une fois que la raison d'être de l'école de l'excellence de Mbounda est dans le fait que Sassou voulait éviter qu'on fouille un jour les environs pour trouver les fosses
communes des personnes innocentes assassinées. Les populations n'ont pas la même opinion de Sassou que ses valets et cela peut se comprendre.


Quant au PCT, le parti a longtemps perdu de sa superbe. Pour ta première question, oui, il y a des dispositions sur la modification de la constitution. A l'intérieur de la constitution elle-même
qui disent ce qu'on peut modifier et ce que l'on ne peut pas modifier. Le droit à manifester est aussi inscrit noir sur blanc dans la constitution donc les jeunes de Dolisie peuvent manifester
s'ils le voulaient. Cependant, une réunion ou un meeting n'a pas valeur de loi ! Ce qu'ils ont suggéré à Sassou n'a aucune incidence sur la constitution - même si celle-ci leur donne le droit de
réunion et de manifestation.


Je pense que pour l'épouse proposée dans la Sangha, il l'a prise et a eu des enfants avec. Tu sais, Sassou en a vu une alliance et il ne pouvait se permettre de refuser ! Elle vit à Brazzaville
et on lui a même chanté des chansons, je crois...



Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg