Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 22:57

christel-sassou-jan2014.jpg2016, une année dont la somme des chiffres fait neuf, c'est-à-dire zéro ou un recommencement selon la règle de la preuve de la multiplication par 9. Nous allons d'une manière ou d'une autre débuter un nouveau cycle en repartant à zéro. Ayant promis dans son serment de protéger la Constitution, Denis Sassou Nguesso ne pourra pas la modifier ; il tomberait dans le parjure et la haute trahison - même si dans notre Congo corrompu on peut croire qu'un dictateur peut tout se permettre.

L'Afrique change, se métamorphose doucement et un homme qui veut passer pour un "sage" ne peut se permettre d'entrer dans l'histoire comme un parjure. Il est évident qu'un monstre comme Denis Sassou Nguesso peut, pour garder le pouvoir, violer sa propre constitution qu'il ne respecte pas par ailleurs comme si elle n'existait que pour faire illusion mais ce coup-ci, il n'y aura pas moyen de ne pas en tenir compte.

L'article 57 de la constitution du 20 janvier 2002 limite les mandats à deux et même si le mastodonte de l'Alima se refaisait une jeunesse par on ne sait quel miracle, lui qui a reconnu devant la presse internationale avoir célébré ses soixante-dix ans en 2013, il ne peut être candidat à la magistrature suprême en 2016 l'article 58 limitant de surcroît l'âge des candidats à au plus soixante-dix ans, un âge qu'il aura allègrement dépassé en 2016 dans la mesure où il es né en 1943.

Et si la tentation de chambouler tout cela lui prenait tout de même, lui, un soldat qui ne recule devant rien pour le pouvoir que l'article 185 dans son alinéa 3 l'arrêterait net car il interdit de modifier les dispositions relatives à la limitation d'âge et au nombre de mandats.

Denis Sassou Nguesso selon de nombreux observateurs espère hisser son fils Denis Christel Sassou Nguesso au sommet de l'Etat pour bénéficier de l'impunité par devers lui mais il y a un problème que nous soulevons maintenant pour provoquer le débat. En se fiant à l'article 58, nous notons ce qui suit :

"Nul ne peut être candidat aux fonctions de président de la république :

- s'il n'est de nationalité congolaise d'origine".

Arrêtons-nous un instant et posons-nous la question suivante : Y a-t-il une différence entre "s'il n'est de nationalité congolaise" et "s'il n'est de nationalité congolaise d'origine " ? Oui, il y en a et pas des moindres ! Si on dit juste "s'il n'est de nationalité congolaise", alors toute personne de nationalité congolaise - y compris les naturalisés peuvent se présenter à l'élection présidentielle dans notre pays mais si on dit "s'il n'est de nationalité congolaise d'origine", cela veut dire que si vous n'êtes pas issu de deux parents d'origine congolaise, vous êtes disqualifié. Sinon pourquoi le législateur qui a rédigé la constitution du 20 janvier 2002 ne s'est pas contenté d'écrire : "s'il n'est de nationalité congolaise " ?

Ceci aurait pu déjà s'appliquer à Denis Sassou Nguesso lui-même dont les Abbey de Côte-d'Ivoire revendiquent l'origine des parents. Mais passons et ne refaisons pas l'histoire car il est trop tard, les secrets des origines de Denis Sassou alias Nguesso se trouvant enfouis dans la poussière des archives de Nantes. Un jour, un courageux historien ira les dépoussiérer.

Regardons plutôt du côté de son fils Denis Christel Sassou Nguesso, bien entendu de nationalité congolaise mais dont les origines sont sujet à caution du côté de sa mère Mapapa, de nationalité zaïroise aujourd'hui rdcienne. La question de l'origine ne peut se traiter constitutionnellement qu'à la nationalité et à l'origine des parents. L'origine exclut toute souche issue de l'étranger comme aux Etats-Unis on interdit à tout Américain non né aux Etats-Unis d'être candidat à la fonction de président des Etats-Unis. La constitution de 1991 stipulait clairement que pour être candidat à l'élection présidentielle, un candidat devait être issu d'un père et d'une mère d'origine congolaise. L'origine fait la nationalité mais l'inverse n'est pas vrai : on peut en effet être de nationalité congolaise sans être d'origine congolaise. On peut avoir la nationalité congolaise par naturalisation ou affiliation mais si l'un des parents n'est pas congolais, l'origine congolaise n'est plus garantie qu'à 50%, donc incomplète et non elligible à la fonction présidentielle.

Ceci va être que vous le vouliez ou non la question qui se posera demain quand le fils du monstre de l'Alima voudra faire et perpétuer la volonté du père. Alors, avocats, juristes de toutes sortes, estimez-vous que Denis Christel Sassou Nguesso alias "mwana ndéya" peut-il être candidat à la lecture de l'article 58 tiret 1 aux fonctions de président de la république du Congo ? J'ai ma petite idée là-dessus mais c'est la vôtre qui compte...

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Paul 24/01/2014 18:31


Bonjour Lion de Makanda,


 


Loin de soutenir la lutte que se livrent les acteurs politiques congolais, nous voudrions
réagir, à votre article cites au-dessus qui remet en cause la nationalité d’une personne
de par sa naissance ou adoption.


 


Loin du Congo, combien de congolais sommes nous aujourd’hui
à être
devenue Européens, américain, asiatique de papier ou de cœur,  par affiliation, ou adoption ? Combien sommes-nous à combattre les idées du Front national en France et BNP en Angleterre, des
extrémistes de droites qui ne cessent de remettre en cause le droit des Français qui ont obtenu la nationalité en dehors du lien de sang ou du fait de la
naissance ?



Au CSCE, nous pensons que la nationalité est un état d’esprit dans lequel un individu, qui adopte un pays, adopte aussi ses lois, us et
coutumes bref le bon code de vie de ce pays. De ce fait on peut devenir congolais par naissance de père et de mère, ou par affiliation ou adoption et même amour simple d’un pays. Nous avons au
Congo des compatriotes que nous appelons ouest-africains,
des Européens de souches et autres qui ont du
mal à être intégré dans notre pays le Congo, parce que nous les acceptons pas du fait de leurs origines. Ce
même refus d’intégration est encore plus fort quand il s’agit de nos frères kinois ou de l’Afrique centrale.


 


Aujourd’hui, nous qui sommes installés a l’étranger, nous pouvons témoigner, que des
pays comme l’Angleterre, les États unis t même l’Afrique du sud, sont bénis par le seigneur Jésus-Christ, parce qu’ils
ont accepté de vivre en harmonie dans leur différence d’origine. Il est plus que temps que les Congolais, quelle que soit leurs origines, acceptent qu’il y 

Le Lion de Makanda (LDM) 24/01/2014 19:23



Monsieur Paul, bonjour. J'aurais tant souhaité recevoir de votre part une réponse qui tire ses arguments sur le plan du droit car un mot comme "HARMONIE" n'a aucune valeur dans notre
constitution. C'est du droit qu'il s'agit et le droit ne fait pas de sentimentalisme. Vous devez prendre notre constitution, lire l'article 58 et me dire si j'ai raison de poser la question ou
pas. Je vous signale au passage que ce n'est pas moi qui ai rédigé notre constitution. Cela dit, notre Seigneur Jésus-Christ n'a rien à voir avec ce texte non plus. Il faut rester dans le domaine
du sujet pour ne pas embrouiller l'esprit de nos lecteurs : il est question de droit constitutionnel et non d'Evangile. Pour tout vous dire, personne ne remet en cause la nationalité De Denis
Christel Sassou Nguesso MAIS IL S'AGIT DE REMPLIR LES CONDITIONS D'ELLIGIBILITE A L'ELECTION PRESIDENTIELLE DONT L'UNE EST L'ORIGINE (Art. 58). L'ambiguïté est dans le texte constitutionnel et
vous pouvez invoquer le Seigneur que rien n'y fera. Merci quand même pour votre commentaire.



U tunga Si 22/01/2014 21:07


Bonjour LDM


Je voudrais mieux comprendre votre article:


Je vais avoir 20 ans dans quelques jours, je suis français né de 2 parents congolais. Je souhaite acquérir la nationalité congolaise en plus (merci les problèmes à l'ambassade). Donc pour
comprendre, si je souhaitais me présenter à la présidentielle, je ne pourrais pas compte tenu du fait que je suis né français? Mais si Christel Sassou N'guesso est né congolais, ou est le
problème?

Le Lion de Makanda (LDM) 22/01/2014 21:26



Vous avez la réponse à votre question dans la deuxième prémisse de votre deuxième phrase : vous êtes d'ORIGINE CONGOLAISE A 100% par vos deux parents  donc  la question de l'origine est
un préalable que vous remplissez avant celle de la nationalité car je le dis l'ORIGINE FAIT LA NATIONALITE MAIS LA NATIONALITE NE FAIT PAS FORCEMENT L'ORIGINE. D'ailleurs, vous, les médias
français vous traiteraient bien de Français d'ORIGINE congolaise. Donc il n'y a aucun problème vous concernant. Juste un détail : c'est l'article 58 qui pose le problème pas moi, LDM ! Je ne fais
que soulever le problème qui va se poser car dire nationalité congolaise aurait suffi mais dire nationalité congolaise d'origine ne veut pas dire la même chose puisqu'à la nationalité s'ajoute
l'origine. Je ne sais pas si je me fais comprendre...



mwangou 22/01/2014 06:57


Bjour LDM! Les guerres civiles après une Conférence Nationale aussi Souveraine que celle du Congo, sont arrivées après un débat juridico-politique sur le concept de "majorité oarlementaire".
Débat incompréhensible comme l'est le droit dans notre pays. je n'ai jamais vu une discipline aussi imprécise que le droit. Et sur ce constat, il faut craindre que les précisions que vous
rappelez ne soient inutiles: je note que sur "d'origine", vous allez cherchez la précision dans la constitution de 1991; mais n'existe-t-elle pas dans celle de 2002?


En droit, il y a trop de quiproquo... aussi, selon ma lecture, "d'origine" signifierait aussi bien  "de naissance" que de l'origine des parents. de naissance, signifie, "être né sur le
territoire congolais", même de parents étrangers. A moins que la précision de 1991 soit reprise et bien mentionnée dans la constitution actuelle en vigueur... Si non, alors Denis Ch. Sassou
Nguesso, s'il est né au Congo Brazzaville, il est alors de nationalité d'origine, surtout que l'un des parents était de nationalité congolaise au moment de sa naissance.

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg