Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 20:40

 

CONGO BRAZZAVILLE, (CONGOSITE) - "Mes Chers Compatriotes, Voici venu le moment d’offrir à la nation, au peuple congolais dans sa diversité la plus accomplie, mes vœux les plus ardents de santé et de prospérité pour la nouvelle année 2014. Ces mêmes vœux, je les adresse à tous les étrangers qui résident au Congo et qui partagent nos joies et nos peines.

 

Ce discours ramassé, sans esprit, brouillon, à la limite médiocre, semble avoir été rédigé à l’arrache, dans la précipitation. Treize minutes insipides dont presque cinq consacrées aux soldats Congolais morts en RCA. On pourrait même le soupçonner d’avoir été réécrit tellement, il exclut de parler des vrais problèmes du pays. Quand on regarde de près, dans le fond, il concerne deux sujets principaux : la Centrafrique et la question de l’indivisibilité de la nation qui nous amène à dire qu’il s’adresse à la frange sécessionniste des Congolais qui prêchent la scission. Ceux qui ont regardé la vidéo du passage de Kovalin Tchibinda à Télésud ont remarqué qu’il avait évoqué le fait que le Congo était passé très près de la scission. Ceci pourrait peut-être expliquer qu’il termine son discours en rappelant le caractère indivisible de la nation. Pour de nombreux observateurs, il est le plus nul des discours de vœux adressés à la nation par Denis Sassou Nguesso.

Adresser des vœux de santé aux Congolais et aux étrangers qui vivent dans notre pays est d’une ironie cynique quand on connaît l’état de notre système sanitaire qui est certainement le dernier de toute l’Afrique – alors que nous avons les moyens de nous doter d’infrastructures hospitalières modernes qui éviteraient qu’on aille se faire soigner au Maroc ou en France, bref que nos malades veuillent quitter le pays pour aller se faire soigner à l’étranger.

Quant aux étrangers qui vivent chez nous, on peut croire que nombreux vivent bien et sont en excellente santé et s’ils tombent malades, eux au moins peuvent retourner chez eux se faire soigner dans de bonnes conditions. Mélanger la condition des étrangers qui vivent chez nous et les fils du TSI est vraiment déplacé ! C’est bien pour le tyran du Congo de rassurer ceux qui viennent piller notre pays mais il faut craindre qu’un jour, si rien n’est fait pour corriger le tir, qu’on se retrouve face à une situation insoutenable car les étrangers parce qu’ils ont de l’argent commettent des crimes sur nos compatriotes en tazzant nos sœurs, en faisant enfermer nos frères dans nos prisons insalubres, en prenant les parcelles des autochtones, etc. C’est bien de les rassurer au vu de ce qui se passe en Centrafrique mais il faut surtout faire en sorte que l’impunité dont ils bénéficient disparaisse au profit de la justice car comment comprendre que deux étrangers sortent plus de deux cents conteneurs au port autonome de Pointe-Noire – sans payer un rond ? Un jour, cette situation finira par se retourner contre les étrangers.

Je ne saurais poursuivre cette adresse sans exprimer mon grand chagrin et ma profonde tristesse suite à la mort en République Centrafricaine de six de nos jeunes soldats. Je présente à leurs familles respectives mes condoléances les plus émues. J’invite la nation à s’incliner, avec respect, devant leur mémoire. 

Il est évident que nous compatissons à la mort de six de nos jeunes soldats mais nous nous demandons : pourquoi se retrouvent-ils dans le bourbier centrafricain qui tourne au merdier si ce n’est à cause de Denis Sassou Nguesso qui a échoué dans sa médiation de Libreville qui s’est soldée par l’avènement des islamistes salafistes de la Séléka au pouvoir ? Ce n’est pas le premier coup d’Etat en RCA mais cette fois-ci, c’est différent : ils sont venus avec l’intention d’islamiser la Centrafrique en cassant du chrétien. Denis Sassou Nguesso qui a soutenu et Djotodia et Bozizé ne pouvait l’ignorer. En effet, la technique bien connue des illuminatis est la suivante : soutenir les deux camps pour être sûr d’être du côté des vainqueurs quel que soit le camp qui l'emportera. Mal formés, peu préparés à affronter une telle situation si délicate sans avoir reçu de formation pour demeurer neutres, nos soldats ne pouvaient être qu’exposés : ou ils essuyaient les foudres des musulmans ou ce sont les antibalakas qui leur tombaient dessus. Nous avons appris que l’un des six soldats décédés aurait été découpé à la machette sous la furie populaire. Et ce n'est pas tout : les Centrafricains s'en prendraient désormais aux Congolais qui vivaient paisiblement en RCA...


Aux soldats blessés, qui sont actuellement en soins, j’adresse mes souhaits de prompt rétablissement. Aux valeureux officiers et hommes de troupes du contingent congolais, je forme des vœux de santé et de succès. A tous, je dis la reconnaissance éternelle de la République. A la communauté nationale, je voudrais ici dire que le sacrifice de nos enfants n’est pas vain. Ils étaient en Centrafrique en mission de sécurité collective. Ils y étaient en mission de paix. 

Oui, ils étaient en mission de sécurité collective, en mission de paix mais qu’avaient-ils vraiment à sécuriser ? On ne sécurise pas des populations en furie, une fois qu’elles entrent dans un cycle de vendettas.   A pacifier ? Comment pouvaient-ils œuvrer pour la paix sans une stratégie clairement définie ? D’abord, dès le départ, il eût fallu empêcher les pillages et les massacres gratuits perpétrés par le conglomérat de milices islamiques. Et là, les forces de la CEMAC sur place avant les soldats français auraient pu empêcher cela. La meilleure façon de sécuriser la Centrafrique plongée dans une guerre civile confessionnelle est de cantonner les deux camps belligérants dans des espaces séparés de sorte qu’ils ne se croisent pas. Or, cette stratégie n’est nullement appliquée et d’autre part, elle doit être accompagnée d’une volonté de solution politique. Or, seule la Séléka semble politiquement représentée – alors que les antibalakas et les autres n’ont aucune force politique qui les représente ; pour qu’il y ait paix, il faut qu’il y ait pourparlers de paix et non simplement des hommes qui tiennent des armes entre les belligérants. Il faut donc ressouder le tissu politique centrafricain en faisant intervenir les chefs de partis, les religieux. Dans une atmosphère politique où seule la Séléka aura une structure politique, les choses ne sont pas prêtes de s’arranger en RCA. C’est la première fois que l’on assiste à un coup d’Etat avec destruction du tissu politique car tout le camp Bozizé et les autres ont fini par quitter le pays ; et d’ailleurs, dans ce climat de « croisade », on peut imaginer que l’élite politique centrafricaine revienne au bercail…



Nous ne pouvions pas ne pas nous engager, aux côtés d’autres Etats à travers la CEMAC, la CEEAC, l’Union Africaine et l’ONU, pour prendre les rôles évidents que le Congo devait y jouer. Et puis, il s’agit de la République Centrafricaine. Un pays dont l’histoire et la géographie nous lient si intimement. Un pays dont l’implosion pourrait avoir sur l’ensemble de notre sous-région, des conséquences tragiques et fatales. Nous devons impérativement conjurer un sort si funeste. 

Sassou oublie qu’ils sont certainement aujourd’hui plus de onze mille dans la Likouala, les Centrafricains qui ont fui leur pays face aux atrocités des miliciens de la Séléka ou des antibalakas. Il y a plus d’étrangers que d’autochtones à Ouesso (8000) et ce n’est pas une situation tenable à long terme. Nos frontières sont si mal protégées que dix mille Angolais se sont déjà installés sur une portion de notre territoire près de Kimongo – sans que le gouvernement n’en parle. Il n’y a pas de souveraineté territoriale sans protection adéquate des frontières et pire, lorsqu'on se montre limite menaçant sur le caractère indivisible du territoire, comment comprendre qu'on laisse les Angolais occuper notre pays sur une largeur de dix kilomètres ? NOUS AVONS DES CHARS ET DES HELICOPTERES DE COMBAT CONTRE NTSOUROU MAIS A KIMONGO, NOS SOLDATS ONT ETE FAITS PRISONNIERS PAR L'ARMEE ANGOLAISE - SANS TIRER UNE SEULE BALLE - ET LA OU LE BAS BLESSE - A L'INTERIEUR DE NOS PROPRES FRONTIERES. Bientôt, nous apprendrons que les islamistes de Boko Haram sévissent à l’intérieur de nos frontières tellement elles sont poreuses et perméables.

Nous venons par ailleurs d'apprendre que des ex-sélékas auraient attaqué une base militaire camerounaise, ce qui fait craindre à certains observateurs qu'ils pourraient avoir la volonté d'embraser toute la sous-région...


Mes Chers Compatriotes, 


Au gré du temps qui passe, le Congo, notre cher pays, avance. Il avance, uni, libre et souverain, vers les buts de sa destinée. D’année en année, malgré les difficultés et les écueils, notre pays progresse. Il progresse, avec assurance, porté par de grandes ambitions qu’il s’est données à travers le chemin d’avenir, notre pacte de développement et de solidarité. 

 

Dire que le Congo avance uni, libre et souverain, c’est se moquer du peuple ! Comment peut-on parler d’unité quand Sassou favorise son clan sur des bases ethno-régionales et qu’il s’en prend à des personnalités au seul tort d’appartenir à l’ethnie téké ? Comment peut-on parler d’unité quand toute l’action politique de Denis Sassou Nguesso consiste à diviser le pays entre privilégiés et personnes sans droits ? On prétend même que Sassou serait en froid avec son fétichiste d’ami Florent Tsiba au point d’envisager une perquisition à son domicile, y compris celui d’Okombi Salissa et du général Ngouélondélé. Quant à la liberté, même la liberté d’expression n’existe pas, vu que de nombreux journaux sont suspendus dès qu’ils écrivent quelque chose qui déplaît au pouvoir. A propos de la souveraineté, elle dépend du respect des institutions lors de l’exécution de chaque action politique. Or, comment expliquer que le grand nzokou décide seul de donner l’argent du Congo aux Chinois qui n’en n’ont pas besoin, aux Espagnols, aux Ivoiriens, aux Nigériens, aux Centrafricains, etc, sans en référer ni à l’assemblée nationale, ni au sénat ? Et que dire de notre justice qui n'est pas indépendante - ce qui nous aurait permis par exemple d'éviter la tragédie Ntsourou ?



Qu’il nous souvienne ! Par ce pacte auquel sont liés tant d’espoirs et attachés tant de défis, nous avons refusé l’immobilisme pour nous engager avec conviction dans le seul combat qui nous est essentiel : le combat du développement, le combat pour la vie. Ce combat, nous le savons, ne connaît ni trêve, ni répit. Il est de tous les temps, il est de toutes les années. Il est de toutes les saisons. C’est ainsi qu’au cours de l’année qui s’achève ce soir, nous ne nous sommes pas dispensés de l’effort nécessaire à la modernisation et au progrès de notre pays. 


Franchement, les efforts consentis par Sassou pour conduire le pays vers la modernisation et le progrès en seize ans, sont « considérables » puisque nous n’avons ni eau potable, ni électricité ! Il a fallu moins de temps que ça pour reconstruire toute l’Europe ! Sassou passe très vite sur seize ans de « progrès » puisqu’il n’y consacre qu’un  maigre petit paragraphe. En fait, le monstre de l’Alima n’a rien à dire parce qu’il sait qu’il n’a rien fait d’intéressant et qu’il ne fera rien en deux ans qu’il n’a pas pu faire en seize !



Mes Chers Compatriotes 



Pour 2014, je prends l’engagement au nom du gouvernement, que cette œuvre importante et exaltante de la marche du Congo vers l’émergence sera poursuivie avec davantage d’ardeur et de détermination. Il s’agira, puisque l’école est le berceau de la République, de redonner au cours de cette année, en termes d’investissements publics, la priorité à ce secteur, en prenant en compte, cette fois-ci, l’ensemble du système éducatif : enseignement fondamental, enseignement technique, formation qualifiante et enseignement supérieur. Il s’agira de continuer d’encourager l’industrialisation du pays pour espérer résorber le chômage du présent, demeurer en capacité de créer de nombreux emplois et rendre irréversibles les progrès socio-économiques accomplis.

 
2013 était déjà une année consacrée à l’école et à l’éducation mais nous n’avons rien vu venir ; l’école de la république a les fesses par terre comme nos enfants qui sont assis à même le sol parce qu’il n’y a pas de tables-bancs dans un pays producteur de bois et c’est même insultant d’apprendre que l’Etat congolais va importer des tables-bancs à l’étranger – alors qu’on peut les fabriquer sur place, question de donner du travail à nos menuisiers. Hélas, c’est oublier que Sassou n’aime pas le Congo et qu’il préfère donner notre argent aux étrangers…



Il s’agira de poursuivre en amplifiant l’équipement du pays en infrastructures de base. Il s’agira de continuer d’accorder au dialogue son rôle, son utilité et sa crédibilité. Afin que :- au plan social, les recommandations du Comité National du Dialogue Social soient mises en œuvre progressivement dès 2014, comme convenu ;- au plan politique, les prochaines élections locales et sénatoriales se déroulent dans la paix, la liberté et la transparence. Un tel succès que j’appelle de tous mes vœux confirmera le caractère irréversible de notre choix démocratique.

 
Pour les prochaines élections, nous savons déjà que les maires et les sénateurs seront nommés à Edou, sous le manguier. Les élections ne se feront que sur une base théâtrale, selon le mode usuel de la comédie politique. Donc, parler de transparence, c’est se foutre de la gueule du peuple. Le Congo n’est pas en paix car ce que Sassou appelle SA « paix », c’est d’abord le statu quo qui consacre la dictature et la résignation du peuple à un pouvoir crapule et assassin. La démocratie n’est pas une simple question d’élections car il faut encore qu’elles soient justes et vraiment transparentes. Or, il n’y a pas un véritable recensement, la CONEL n’est pas indépendante et les listes électorales sont truquées. Comment expliquer que le PCT gagne toutes les élections depuis 1997 - alors que lorsque le Congo a organisé de vraies élections libres et transparentes à partir de 1992, le PCT n’avait pas obtenu la part de l’éléphant ?



J’invite tous les acteurs politiques de notre pays à faire preuve de responsabilité, de dignité et d’honneur pour que ce rendez-vous politique soit la victoire du Congo et de sa démocratie. Il s’agira de continuer à assurer à notre pays et à notre peuple la paix. La paix pour tous et pour chacun. Nous savons ce que c’est que d’en manquer. Notre peuple a beaucoup souffert d’en avoir été privé. 


En fait, Sassou oublie d’ajouter qu’en fait, il est le vrai fauteur de troubles dans notre pays depuis près de trente ans. Pour ne prendre que les deux dernières années, on lui doit le drame du 4 mars 2012 avec des milliers de morts et des milliers de sinistrés qui ont tout perdu. En 2013, c’est lui qui a demandé à l’armée de prendre des chars et des hélicoptères pour aller dégommer des hommes sans défense au domicile du colonel Marcel Ntsourou, certains en caleçons, la preuve qu’ils étaient sortis les bras en l’air mais qu’ils ont quand même été massacrés.



Voilà pourquoi, quiconque s’avisera à remettre en cause la paix que notre pays a si chèrement recouvrée, rencontrera l’autorité inflexible de l’Etat qui doit s’exercer sur tous, à tous les niveaux, avec rigueur. Il s’agira, enfin, au cours des douze prochains mois, d’affermir notre diplomatie pour que notre pays fasse toujours entendre sa voix et continue de prendre toute sa place sur l’échiquier africain et international. 

 

Voici un message de vœux menaçant car l’autorité de l’Etat, pour Sassou, ne concerne pas la justice mais d’abord l’usage disproportionnée de la force armée. Pour ceux qui en doutent, le paragraphe ci-dessus ne peut que vous convaincre que Denis Sassou Nguesso est un homme violent assoiffé de sang qui traumatise le pays pour rester au pouvoir parce qu’il n’accepte pas que quelqu’un d’autre dirige ce pays pour lui faire du bien, vu qu’il n’a pas encore fini de le détruire entièrement. En ce qui concerne notre diplomatie, on peut dire qu’elle a vraiment besoin qu’on s’en occupe vu que certains diplomates s’exhibent en tenue d’Adam sur internet, en faisant joujou avec leur serpent d’entrecuisses au lieu de travailler sur leurs dossiers. En tout cas, cela ne semble pas déplaire aux petites Marocaines qui adorent les gros diplomates ventripotents et fainéants qui ont la main droite sur la « chose » et la gauche sur le cœur - question d'abouler le fric...




Voilà, mes chers compatriotes, ce que sera 2014 ! Je suis fondé à croire que cette nouvelle année sera heureuse. Par-delà les soubresauts de l’histoire, par-delà nos prétendues Différences, 2014 devra renforcer la volonté générale qui nous anime tous et demeure notre passion commune et sublime : celle de vivre ensemble pour toujours. Donnons-nous donc la main ; mutualisons nos énergies et mettons notre génie créateur au service d’une seule et même cause : la sauvegarde d’une République digne ayant pour socle une nation indivisible et prospère. 

 

Vaste programme pour 2014 ! Une école à ruiner, des opposants à massacrer s’ils bougent, des soldats de plus à enterrer en provenance de la RCA et une diplomatie à redorer pour qu’elle tienne sa quéquette.

Mais de quelle passion de vivre ensemble Sassou parle-t-il quand la scission est devenue le sujet favori des cercles de réflexion des intellectuels congolais ? A-t-il tendu la main au colonel Marcel Ntsourou ou était-il prêt à lui tirer une balle en plein cœur ? En tout cas une nation indivisible et prospère partage sa prospérité entre ses enfants au lieu de ne favoriser que quelques individus proches du souverain. Franchement, si vivre ensemble c’est regarder Sassou et son clan pomper et vamper toutes les richesses du pays, il y a mieux à faire !

Pour terminer, si Denis Sassou Nguesso viole la constitution en la modifiant, alors elle perdra son caractère sacré et l’indivisibilité de la nation ne sera plus un principe intangible puisque le principe de l’alternance ne le sera plus non plus. Quand on ouvre la boîte de Pandore, tous les maux sortent, y compris la scission…

                        Bonne et heureuse année à tous."

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

newsoftpclab 03/03/2014 13:02


Bonne et heureuse année avec des logiciels gratuits pour protéger votre ordinateur

mwangou 03/01/2014 19:27


Bsoir LDM! le plus embêtant c'est quaprès tant d'années à la tête de l'Etat, ce monsieur n'est toujours pas à même de parler franchement et librement aux Congolais. ces discours sont
toujours trop académiques, et du coup, ils sont loin de la réalité congolaise...


ici, à Bzv, on n'est que très partiellement en sécurité. les patrouilles de police sont plutôt des occasions d'insécurité pour les paisibles citoyens... Imaginez les policiers qui
embarquent sans raison un citoyen, le fouillent et lui ravissent tout ce qu'il a qui a un peu de valeur, puis vont le libérer à des kms de son lieu d'enlèvement... ça devient trop courant surtout
depuis l'affaire Ntsourou... et ça monsieur le haut président du Congo, ne peut le voir, tant ses discours sont redigés dans les chambres climatisées de ses palais...


une autre surprise est ce discours de fin d'année au pays, et on y fait une place nette aux étrangers résidents, on suppose, alors qu'ils devaient être assimilés aux nationaux: quand on
dit "Congolaises, Congolais", les résidents au congo sont compris. Alors que prétend montrer cette allégeance à l'étranger?


Comme nous aimons l'avenir, l'espérance et nous avons la foi, nous espérons!

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg