Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 22:01

COLLECTIF DES PARTIS DE L’OPPOSITION CONGOLAISE, SIGNATAIRES DE LA DECLARATION DU 17 AOÜT

 SUR LES ELECTIONS LEGISLATIVES DE 2012

 

            ²

 

 

 

DECLARATION

(A L’OCCASION DE L’AN 1 DU COLLECTIF)

 

Le 17 août 2012, soit deux jours après la célébration du 52ème anniversaire de l’indépendance nationale, et suite à la publication des résultats des élections législatives de cette année, les plus fâcheuses et obscures de notre histoire politique contemporaine, une dizaine de Partis politiques, à savoir : le CAR, le MVC, la CNDD, le Mouvement MIKALE, le PSRD, le PSDC, le PPC, le RDR, l’UDR-MWINDA, l’UPADS, l’UPRN, rejoints plus tard par le MLC, se penchaient sur l’avenir de notre pays, du fait de la mise à mal, par le pouvoir actuel, des fondements politiques et institutionnels consacrés par l’historique Conférence Nationale Souveraine tenue du 25 février au 10 juin 1991.

Au terme d’une analyse affinée de la situation politique, économique, sociale et culturelle de notre pays, en général, du processus électoral en particulier, une déclaration dite du 17 août sur les élections législatives de 2012 était adoptée. Cette déclaration avait pour point culminant l’appel lancé au président de la République de convoquer, en tant que garant de la cohésion nationale, des « Etats Généraux de la Nation », aux fins d’un partage sur la situation nationale et de la recherche des solutions idoines à la crise multidimensionnelle qui sévit dans notre pays.

Un an après l’appel aux Etats Généraux de la Nation, que pouvons-nous dire sur cette lancinante question du dialogue ?

De la question du Dialogue

Faut-il le rappeler, le 17 août 2012, les partis de l’Opposition congolaise faisaient le constat du désastre auquel courait, et court encore, notre pays.

A ce sujet, les partis de l’opposition congolaise épinglaient  des phénomènes tels : le taux encore élevé de 70% du chômage notamment chez les jeunes,  les taux mêmement élevés de la pauvreté et de la mortalité, le raccourcissement de l’espérance de vie, l’assombrissement de l’école congolaise, l’appropriation du bien public par un clan et la transformation en biens familiaux des ressources nationales issues du pétrole, de l’exploitation forestière et minière, du trésor public et des régies financières, les marchés publics devenus l’exclusivité des gens du pouvoir et de ses affidés, la corruption devenue endémique, la prévalence d’une misère extrême, une situation de sécurité du pays gravissime, confortée non seulement par l’importation abusive et continue des armes de destruction massive sans qu’en soit défini l’ennemi extérieur mais encore par l’incompétence de ceux qui sont chargés de leur bonne gestion, ce qui a eu pour conséquence les désastres comme celui du 04 mars 2012.

Et, s’appesantissant sur les élections qui venaient de se dérouler, le Collectif des Partis de l’Opposition congolaise fustigeait, dans la suite logique des 14 exigences électorales issues des Etats Généraux de l’Opposition congolaise tenue en février 2009, les nombreux dysfonctionnements constatés le long du processus électoral en cours dans notre pays. Nous pouvons citer, entre autres, l’échec des opérations de révision et de mise à jour des listes électorales organisées dans notre pays, qui attestent le manque de maîtrise du corps électoral, un découpage électoral injuste et inique ne tenant pas compte du poids démographique de chaque circonscription électorale, l’établissement des cartes d’électeurs aux personnes n’ayant atteint l’âge de voter, aux personnes décédées, aux étrangers et, la distribution de plusieurs cartes d’électeurs au même nom, la modification des résultats issus des urnes dans certaines circonscriptions, l’implication de l’administration territoriale dans les actes préparatoires des élections. Etc.

Pour rappel, les Etats généraux de l’opposition congolaise tenus à Brazzaville, du 21 au 22 février 2009, avaient adopté en matière électorale un cahier de charges en quatorze points dont voici les principaux :

La dissolution de la CONEL actuelle, tout acquise au pouvoir, et la mise en place d’une commission paritaire d’organisation de l’élection présidentielle, chargée de réaliser toutes les opérations préélectorales et électorales ;

La réalisation de façon paritaire d’un recensement administratif spécial pour déterminer un corps électoral fiable ;

L’égal accès de toutes les sensibilités politiques aux médias d’Etat ;

L’ouverture par le gouvernement d’un site Internet sur les élections au Congo depuis 1992 ;

Le respect du principe de la libre circulation des acteurs politiques et du libre exercice des activités des partis politiques ;

La liberté de l’exercice de la profession de journaliste ;

La neutralité de la force publique ;

Etc.

Ces exigences demeurent d’une brulante actualité. Elles constituent des préalables à toute élection libre, transparente et crédible. C’est pour ces motifs que le Collectif a dit non à la concertation de Dolisie, n’en déplaise au président de la République, et a appelé le peuple congolais à boycotter le recensement administratif spécial organisé sous la tutelle du ministère de l’intérieur et ses affidés.

L’appel aux Etats généraux de la Nation a connu un écho négatif dans les milieux du pouvoir, en dépit de l’envoi, le 26 octobre 2012, au président de la République d’une lettre ouverte contenant une analyse sur la situation nationale dans tous ses compartiments, d’une part, et la publication, le 23 novembre 2012, de la vision que le Collectif des Partis de l’Opposition congolaise a des Etats Généraux de la Nation, d’autre part.

Pour étayer son refus, le pouvoir continue de se réfugier derrière la lecture insuffisante et controversée que ses chantres ont de l’histoire des Etats Généraux de France de 1789, oubliant que la France a connu plusieurs Etats généraux initiés à partir de 1492 et que, comme ceux de la France, les Etats généraux, lorsqu’ils sont minutieusement préparés, sont toujours des occasions de réflexions positives et constructives et d’avancées significatives dans la consolidation de l’unité nationale.

Le président Denis SASSOU-NGUESSO reste fidèle à lui-même, en refusant de conférer

avec l’opposition politique dans son pays, préférant donner des leçons de dialogue ailleurs. En

effet, dans son message à la nation du 31 décembre 2012, il déclare, nous citons : « Notre

peuple ne croit pas aux grandes messes politiciennes qui tournent en foire d’empoigne où

sont démolis, sans recul, dans la passion et même dans l’irresponsabilité, les acquis

obtenus patiemment au prix de la sueur et, parfois, du sang. »

Le 12 août dernier, abordant la question de démocratie et de dialogue, le président de la République, comme à son habitude, a une fois jeté l’anathème sur l’opposition congolaise qui rejetterait systématiquement tout, et le compromis et le consensus. Fondamentalement, il a feint d’oublier que c’est l’opposition qui, propositions concrètes et de bon sens à l’appui, a toujours été à l’initiative du dialogue, le pouvoir, quant à lui, excellant dans le non-respect des engagements pris.

Si telle n’était pas la situation, le processus électoral ne serait pas resté vicié jusqu’à ce jour, en dépit des conclusions issues des brèves concertations organisées dans notre pays. L’organisation, cinq ans plus tard après avoir été requis par l’opposition congolaise en 2009, du semblant de recensement administratif spécial, est cette autre illustration qui démontre l’option clairement indiquée par le chef de l’Etat, nous le citons : « d’avancer selon son rythme, son génie et ses intuitions ». N’est-ce pas là l’illustration du retour à la pensée unique, à la volonté d’un homme et de son régime ?

Du message sur l’état de la nation du président de la République

A l’occasion du 53ème anniversaire de l’indépendance du Congo dont la situation est marquée par une gravissime crise multidimensionnelle (crise de confiance, crise de transparence, crise morale, crise  politique, crise électorale, crise  sociale, crise économique), le peuple attendait du chef de l’Etat un signal très fort dans les domaines politique, économique et social.

Il attendait tout particulièrement que le président de la République dise haut et fort qu’à la fin de son deuxième et dernier mandat, le 14 aout 2016, il ne briguera pas de troisième mandat, il ne modifiera pas ou ne changera pas la Constitution du 20 janvier 2002, et qu’il promouvra les conditions permissives d’une alternance pacifique, ainsi que les conditions d’élections libres, transparentes, équitables et crédibles en 2013 et en 2016.

Au lieu de cela, il a, comme à son habitude, fait dans l’autosatisfaction et la glorification du bilan calamiteux de sa gestion. Son discours a été porté de bout en bout par un déni de réalités et de contre-vérités indignes de sa fonction, comme nous le montrons dans les lignes qui suivent.

2.1 A propos de la croissance et des performances économiques du Congo 

Le président de la République a affirmé que la Banque Mondiale a placé le Congo dans les 10 pays à économies performantes et parmi les 10 pays africains appelés à l’émergence. S’il est vrai que depuis 2003, du fait de la bonne tenue du cours du baril de pétrole sur le marché international et de l’accroissement de la production pétrolière, le Congo a connu un taux de croissance moyen annuel de 5%, il importe cependant de souligner avec force que la croissance congolaise est une croissance creuse et que le taux de croissance flatteur brandi par le président de la République n’a aucun impact sur la vie quotidienne du Congolais, en même temps qu’il reste inférieur aux 8% minimum de taux exigé pour atteindre par les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD)  et entamer la réduction de la pauvreté.

En effet, les  énormes revenus générés par le pétrole congolais ne ruissellent pas dans toute la société. Ils vont plutôt dans les poches des tenants du pouvoir et tout particulièrement dans les poches des membres la famille régnante, devenus du jour au lendemain immensément riches et mènent un train de vie scandaleux au regard de la misère sans nom des 70% des Congolais qui vivent en dessous du seuil de pauvreté, avec moins de 1.000 FCFA par jour. De même, cette croissance n’a pas d’impact sur le développement des secteurs économiques hors pétrole et ne génère pas d’emplois pour les Congolais en général, les jeunes en particulier dont le taux de chômage est évalué à 70%, contrairement aux affirmations du président de la République selon lesquelles le chômage a décru de 19,4% en 2005 à 6,9% en 2011.

2.2.  A Propos de l’émergence en 2025 

Rappelons d’abord que la notion d’émergence est un concept forgé en 1981 par Antoine van AGTMAEL, un spécialiste des marchés financiers qui cherchait à attirer les investissements sur les marchés des pays en voie de développement à travers, notamment la création d’un fonds dénommé « Third Word Equity ». Le concept a été par la suite consacré par le groupe de la Banque Mondiale pour désigner des pays qui comme le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine, l’Afrique du sud (BRICS) sont sortis de façon accélérée de la pauvreté et sont entrés en transition rapide vers le développement, bref des pays qui sont en cours d’industrialisation rapide, enregistrant des taux de croissance élevés et présentant des opportunités de placement.

Les critères pour atteindre l’émergence sont très variés. À titre illustratif on peut retenir entre autres :

La rapidité du processus d’industrialisation ;

La croissance des agrégats macro-économiques, la taille du marché et de ses entreprises ;

L’identification de l’origine nationale des 100 plus grandes entreprises (le BCG100) qui ne sont pas des filiales des multinationales des pays développés et dont le chiffre d’affaires (CA) dépasse un milliard de dollars (1 milliard de $)  dont au moins 10% à l’exportation ;

La part des exportations et leur diversification sur les marchés des pays industrialisés, notamment pour les produits à haute technologie ;

Le montant des réserves en devises ;

Un taux de PIB/Hab. supérieur à la moyenne mondiale et à celle des pays les plus riches, voisin de 8% ;

Le degré de liquidité de l’économie ;

Le niveau de la corruption ;

La capitalisation boursière, etc.

A partir de ces critères, on peut se poser la question de savoir comment un pays comme le Congo qui n’a pas d’industrie et qui est aujourd’hui incapable de fournir à sa population de l’eau potable, de l’électricité, des emplois, une éducation et des soins de santé de qualité, des logements décents, bref une vie digne,  peut-il se  targuer de prétendre à l’émergence en 2025 ?

Comment peut-il accéder à l’émergence en 2025 alors qu’il est incapable aujourd’hui d’atteindre les OMD qu’il s’est engagé à honorer et dont la date butoir de réalisation est fixée à 2015, c'est-à-dire dans deux ans?

Comme on peut le constater, en faisant du battage médiatique sur le concept d’émergence, le pouvoir cherche à masquer son incapacité à résoudre les problèmes du quotidien des Congolais, par une fuite en avant dans un futur lointain. A moins qu’il ne s’agisse d’une méconnaissance des conditions d’émergence d’une nation, pourtant au cours du dernier forum du magazine Forbes, tenu à Brazzaville le 23 juillet 2013, d’éminentes personnalités internationales ont rappelé ces conditions. Ce qui aurait pu inspirer le président de la République dans son propos, lui qui a pris part à ce forum.

2.3. A propos de la transparence dans la gestion des revenus pétroliers 

Ici, le président de la République a indiqué que « les revenus pétroliers du Congo étaient gérés dans une totale transparence. » A l’appui de sa démonstration, il a évoqué la conformité de la gestion des revenus pétroliers du Congo aux normes de l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (ITIE). Les faits apportent un cinglant démenti à ces affirmations du chef de l’Etat.

Pour rappel, en 2010, la SNPC a vendu à la société de négoce pétrolier, GUNVOR dont le siège est installé à Genève en Suisse, 18 cargaisons soit 18 000 000 de barils de pétrole de l’Etat congolais, pour un montant de plus de 1 000 milliards de francs CFA. La transaction a donné lieu à des opérations financières jugées suspectes par l’Etat helvétique qui a bloqué les comptes privés appartenant à des proches du pouvoir congolais, comptes dans lesquels le produit de la vente des 18 cargaisons ainsi que les commissions subséquentes ont été versées.  L’Etat suisse a par ailleurs porté plainte contre X pour blanchiment d’argent. Or, depuis 2010, les 1000 milliards de FCFA, produit par la vente des 18 cargaisons, n’apparaissent pas dans les comptes budgétaires exercices 2010, 2011, 2012 ni dans ceux de l’exercice 2013. Où est donc la transparence dans cette affaire ? Que sont devenus aujourd’hui les 1000 milliards de  FCFA, propriété de l’Etat congolais ? Rappelons encore que les deux cargaisons, réputées disparues en 2005, n’ont jamais été retrouvées. Là encore, où est la transparence ?

Par ailleurs, le contrat signé entre l’Etat et la SNPC dispose que cette dernière a l’obligation de reverser au trésor public congolais trois jours après leur encaissement, les fonds générés par la vente de la part de pétrole revenant à l’Etat congolais, au titre du contrat de partage de production. Or, la SNPC ne respecte pas les termes de cet accord et ne verse pas les encaissements au trésor public et, l’argent est gardé dans des banques étrangères en Chine, à Singapour, à Hong-Kong, au Brésil, à l’île Maurice, en Autriche, à Beyrouth, aux Iles vierges, etc. Les intérêts de ces placements ne sont jamais reversés au trésor public congolais. Où est donc la transparence « totale » dans la gestion des revenus pétroliers ?

Dans le même ordre d’idées, depuis 2002, il avait été décidé que les excédents budgétaires devraient être logés dans un compte de stabilisation ouvert dans les écritures de la BEAC. En 2006, le président de la République a pris l’engagement de faire auditer chaque année ce compte de stabilisation par la Cour des comptes et de discipline budgétaire. Depuis 2003, le budget de l’Etat dégage des excédents dont la moyenne annuelle est de 1200 milliards de FCFA. De 2003 à ce jour, le solde de ce compte devrait s’élever à 1200 x 10, soit 12 000 milliards de FCFA d’excédents, somme qui devrait être reportée chaque année pour mémoire dans le cadre budgétaire et non les 500 milliards annoncés par le président de la République dans son message sur l’état de la Nation. Or, 12 000 milliards – 500 milliards font 11.500 milliards que « la transparence totale » du chef de l’Etat ne fait pas apparaître dans les comptes de l’Etat. 

En 2012, la position de ce compte à la Banque Centrale était à moins de 1 000 milliards de FCFA. Où est le reliquat de 11 000 milliards de FCFA ? D’ailleurs, à la date du vendredi 16 août 2013, nous avons constaté que l’ensemble des comptes de l’Etat à la Banque Centrale présentent un solde cumulé inférieur à 1400 milliards de FCFA.

De plus, le solde de ce compte  n’a jamais fait l’objet d’une communication au parlement lors des débats budgétaires, malgré les demandes insistantes des parlementaires. De même, l’audit du compte de stabilisation des excédents budgétaires promis par le président de la République n’a jamais été réalisé une seule fois.

Plus grave, au mois de juillet 2013, les comptes de l’Etat ont fait apparaître un décaissement de l’ordre de 400 milliards de FCFA au titre des investissements. Une question grave se pose : quels sont les investissements qui ont été réalisés au cours du seul mois de juillet dernier avec cette somme colossale ? Sur quelle ligne budgétaire a-t-on défalqué ces 400 milliards de FCFA ? Ceci n’est pas pour nous surprendre car les énormes sommes décaissées pour les municipalisations accélérées de 2004 à 2013 n’ont jamais fait l’objet d’inscription budgétaire à hauteur des décaissements effectués (525 milliards de FCFA pour le Pool, 455 milliards pour les Plateaux, etc.).

Qu’en est-il du compte PPTE que le président de la République a brillamment omis d’évoquer, compte pour lequel les créanciers internationaux du Congo ont abandonné leurs créances pour booster le développement et la lutte contre la pauvreté au Congo. La « transparence » dont parle le président de la République, en se référant aux normes de l’ITIE, relève du mirage et de la mystification.

Le Collectif des partis de l’opposition exige non seulement la réalisation d’un audit sur l’utilisation des 400 milliards de FCFA décaissés en juillet 2013 mais encore et surtout plus de transparence sur toutes ces évocations à caractère sulfureux.

2.4. A propos du social

Le président de la République a égrené une longue liste de ce qu’il a appelé « les avancées sociales substantielles » et a affirmé que « la pauvreté et le chômage avaient reculé ». Par quel miracle la pauvreté aurait-elle reculé quand on sait que le pouvoir d’achat des populations en général, des fonctionnaires en particulier, n’a fait que baisser au regard de la modicité des revenus et du coût élevé de la vie ?

Dans les marchés, les prix des biens de première nécessité ont augmenté à un rythme vertigineux et ce ne sont pas les ménagères qui le démentiront.  Les salaires des fonctionnaires, les bourses des étudiants, les pensions des retraités n’ont pas été revalorisés. Le président de la République ne confond-il pas la situation sociale de la majorité des Congolais avec celle des dignitaires de son régime ? Rappelons que les ministres d’Etat ont vu leur salaire mensuel porté à 15 000 000 de FCFA et les ministres simples à 11 000 000 de FCFA, sans compter les multiples et divers avantages en nature.

Le président de la République a aussi parlé des gratuités dont jouiraient les Congolais en matière d’éducation et de santé. Dans quelle école publique au Congo y a-t-il gratuité de manuels scolaires, comme le donne à entendre le président de la République ? Dans quelle formation sanitaire publique y a-t-il gratuité des soins pour les enfants âgés de 0 à 15 ans et les femmes enceintes, malades du paludisme ou bien accouchant par césarienne ?

Le président de la République ne parle-t-il pas d’un pays autre que le Congo ? Vit-il dans le même pays que les Congolais d’en bas ? Quelles entreprises ont été créées en 2013 et qui auraient embauché les Congolais pour faire baisser le chômage à 6% ? S’est-il soucié de savoir comment les nombreux diplômés sans emploi, les nombreux jeunes oisifs ont reçu son message selon lequel le chômage aurait baissé ?

S’agissant de l’enseignement, l’année 2013 a été déclarée année de l’enseignement : qu’est-ce qui a été fait pour l’enseignement en 2013 ? Rien, absolument rien comme du reste pour la santé en 2012. La grève des enseignants, qui a paralysé l’école publique pendant deux mois, en est une éclatante illustration.

2.5. A propos de la jouissance totale des libertés et de la séparation des pouvoirs 

Le président de la République a proclamé que « le Congo est un pays des libertés et de toutes les libertés ». Il a ajouté que « la jouissance totale des libertés, la séparation des pouvoirs et l’organisation des élections à échéances régulières, sont la preuve que la démocratie est bien en marche au Congo ». De quelle liberté le président de la République parle-t-il, lorsque l’accès aux médias publics est fermé aux partis politiques de la vraie opposition, lorsque les activités de cette dernière sont constamment interdites, lorsque certains de ses dirigeants sont arrêtés et emprisonnés arbitrairement ou interdits de sortir du territoire, lorsque l’accès aux espaces publics des réunions est refusé aux partis de la vraie opposition, lorsque la presse indépendante est muselée ? 

De quelle liberté le président de la République parle-t-il lorsque les arrestations et les emprisonnements arbitraires sont monnaie courante, lorsque les lois de la République en matière de garde à vue et de détention préventive sont allègrement violées ? De quelle liberté parle-t-il lorsque la torture physique, morale et psychologique est érigée en méthode de gouvernement et est pratiquée de façon inhumaine et cruelle dans les geôles de la Direction Générale de la Surveillance du Territoire (DGST), les commissariats de police et les prisons du Congo ? Ceci est inacceptable. Dans tous les cas, l’opposition congolaise se propose de se constituer partie civile auprès des juridictions internationales pour tous les cas de torture, pour que cette pratique prenne fin dans notre pays.

De quelle séparation des pouvoirs le président parle-t-il lorsque  les magistrats du parquet dépendent du pouvoir exécutif ? En effet, au Congo les magistrats du parquet sont nommés en Conseil des ministres et placés sous l’autorité hiérarchique du Garde des Sceaux, alors que le pouvoir judiciaire est censé être un pouvoir indépendant du pouvoir exécutif. De quelle séparation des pouvoirs le président de la République parle-t-il lorsque lui-même, chef du pouvoir exécutif, est en même temps, président du Conseil supérieur de la magistrature et que le ministre de la justice, Garde des Sceaux en est membre de droit ?

sur la question du dialogue, point nodal du combat actuel de l’opposition congolaise, le Collectif des Partis de l’Opposition congolaise réitère ici son attachement au dialogue, au vrai dialogue et dit non aux simulacres de concertations imposées par le pouvoir, concertations par lesquelles le président de la République s’ingénie à imposer ses points de vue dans le sinistre dessein de perpétuer le système mafieux qui gangrène toutes les sphères de la vie de la nation.

Depuis sa création, le Collectif ne cesse d’inviter le président de la République à convoquer un véritable dialogue citoyen, avec les forces vives de la nation.

Si, comme il l’a déclaré dans son discours du 12 août dernier, le président de la République est pour un vrai dialogue citoyen, alors le Collectif l’invite une fois encore à convoquer les Etats Généraux de la Nation, unique instance capable de définir de façon consensuelle, les nouvelles règles de la gouvernance politique, électorale, économique, sociale et culturelle. Ceci crédibiliserait le président de la République qui sollicite avec insistance la possibilité d’être médiateur dans la crise politique en RDC et ailleurs en Afrique, alors qu’il refuse systématiquement le dialogue avec la vraie opposition dans son propre pays. Le Collectif rappelle au président de la République qu’il est toujours bon de voler au secours d’un voisin quand sa maison brûle mais qu’il est tout aussi impératif de balayer devant sa porte et d’éteindre le feu qui brûle le toit de sa propre maison. 

Vive la Démocratie !

Vive le Congo !

En avant pour un dialogue inclusif et constructif au Congo.

 

Fait à Brazzaville le 17 aout 2013

 

Le Collège des Présidents du Collectif des Partis de l’Opposition Congolaise

Partager cet article

Published by Le Collège des Présidents du Collectif des Partis de l’Opposition Congolaise - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg