Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 13:01

Les deux principes qui fondent l'ONU sont les suivants : le droit des peuples à s'autodéterminer et la non-ingérence. Or dans le cas ivoirien, on constate que l'ONU viole les deux principes et on doit se demander si cette organisation sert encore à quelque chose sinon à imposer la volonté des puissances du monde sur le reste des nations. Choi, le représentant de l'ONU en Côte-d'Ivoire n'a pas à prendre position pour l'un ou l'autre candidat en ce qui concerne l'élection présidentielle ivoirienne. Or, il a pris le parti d'Alassane Ouattara. Ce manque de retenue est à l'origine de la crise ivoirienne - alors même que la victoire d'Alassane Ouattara n'est pas prouvée - ni celle de Gbagbo d'ailleurs. Or, dans un domaine quantitatif comme l'élection présidentielle, la preuve de la fraude peut être faite. L'ONU aurait dû  exiger une clarification des résultats à la lumière des listes électorales qui ont été vraisemblablement falsifiées au nord de la Côte-d'Ivoire. Si ce "machin" ne sert qu'à défendre les intérêts des nations fortes, à quoi sert-il ? Personne ne s'offusque par exemple qu'Israël ne respecte aucune résolution de l'ONU. Et le constat est clair : l'ONU ne fait la loi que sur des nations faiblement militarisés car elle n'a pas droit au chapitre en Corée du nord, en Chine ou en Israël.

 

La crise ivoirienne met en lumière la faillite de l'ONU qui apparaît clairement comme une institution partiale - alors qu'on lui exige la neutralité dans les affaires intérieures des nations. Quand on voit les casques bleus de cette organisation en mauvaise posture, à l'hôtel du GOLF en Côte-d'Ivoire,  on en vient vraiment à se poser des questions. Il n'y a pas de petits hommes verts à l'ONU mais des Français, des Américains, des Russes et l'on peut douter de leur neutralité quand les lobbies peuvent en influencer les membres.

 

Qu'on ne s'y trompe pas : la crise ivoirienne est au domaine social le reflet de la guerre que se livrent les puissances qui veulent s'approprier les importantes réserves de gaz et de pétrole de Côte-d'Ivoire. Toutes les guerres sur le continent africain ont une seule et même source :  les convoitises croisées des superpuissances au travers de leurs complexes militaro-industriels sur nos matières premières. Lorsqu'on ne parvient pas à dominer une volonté sur le plan psychologique, on descend au niveau physique en déclenchant la violence physique sous quelque forme comme la guerre.

 

L'ONU ne garantit pas le droit des peuples à s'autodéterminer  eux-mêmes et elle viole aussi le principe de non-ingérence qui est le corollaire du premier principe. C'est une organisation qui ressemble à un mammouth car elle ne veut pas se réformer et, surtout, elle ne sert que la volonté des puissants - notamment leurs intérêts stratégiques. Donc comment une organisation à vertu discriminatoire dans laquelle les puissants ont un droit de veto  peut-elle prétendre oeuvrer de la sorte pour la démocratie en Afrique et dans le monde ? Vous ne pouvez avoir oublié le drame irakien qui ne s'explique que par le contrôle des grosses réserves pétrolifères irakiennes qui s'avère un échec cuisant de l'ONU qui n'a pas arrêté les Etats-Unis dans une guerre qui a fait des millions de morts. Aujourd'hui, si l'on ne fait rien, la côte-d'Ivoire risque de ressembler à un prochain BIAFRA...

 

A l'UPIERAD, nous avons posé la centralité de l'indépendance économique qui peut se résumer à ceci : l'accès libre des pays africains au marché (mondialisé) sans intermédiaires (multinationales) en ce qui concerne leurs matières premières. Nous autres Africains n'avons plus besoin d'intermédiaire pour vendre notre or, notre bois, notre uranuim, notre cacao,  notre pétrole, notre gaz, etc. Les pays qui se développent sont ceux qui n'ont pas d'intermédiaire entre eux et le marché. Nous pensons que l'Afrique doit commencer par être un marché pour elle-même. Si nous cassons ce rapport qui nous impose des intermédiaires occidentaux ou étrangers, entre le continent africain et le marché, nous gagnerons la bataille qui conduit à une autre Afrique qui passe forcément par les Etats-Unis d'Afrique : L'Afrique comme une seule unité politique, économique, monétaire, militaire, etc, l'Afrique réagissant comme un TOUT face à l'UE ou les Etats-Unis.

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg