Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 10:25

COMMENTAIRE : Nous affirmons haut et fort que le ministre de la défense à l'époque du règne du président Marien Ngouabi, en l'occurrence, monsieur Denis Sassou Nguesso, est bien personnellement impliqué dans l'assassinat de ce dernier. Il faisait personnellement partie du commando qui a tué le président Marien Ngouabi ; c'est la raison pour laquelle il a assassiné tous ceux qui l'ont reconnu et pouvait le dénoncer.

Ce n'est pas la peine de s'acharner sur des journaux qui affirment ce que tous les Congolais savent et nous nous joignons à la demande du CPJ (Comité de Protection des Journalistes) qui exhorte le pouvoir de Brazzaville de lever la suspension des quatre journaux Talassa, L'Observateur, Le Trottoir et Le Glaive. C'est une entrave à la liberté d'expression et ce n'est pas parce que les journalistes ne sont pas arrêtés que ce n'est pas un délit.

Le journaliste se trouve sous l'ombrelle du droit d'informer que viole actuellement le gouvernement de Brazzaville. Nous demandons à ces quatre journaux d'ester en justice en poursuivant l'Etat. Denis Sassou Nguesso peut porter plainte en diffamation mais il n'a pas le droit en sa qualité de premier magistrat de la république de violer la loi qu'il piétine à chaque fois que le peuple s'exprime en dénonçant des choses détestables qui lui sont imputées.

Nous allons vous dire pourquoi Denis Sassou Nguesso est personnellement impliqué dans l'assasinat du président Marien Ngouabi  :

1) Question : Qui a réduit le nombre de gardes le jour de la mort du président Marien Ngouabi ? Réponse : Denis Sassou Nguesso qui en imposait au chef d'Etat Major de l'époque en qualité de ministre de la défense. Il fallait que la garde présidentielle soit réduite de façon que le président ne puisse pas être défendu ce jour-là...

2) Question : Qui a immédiatement ordonné l'assassinat des gardes présents le jour de la mort du président Marien Ngouabi selon les propos tenus lors de la Conférence Nationale Souveraine ? Réponse : Denis Sassou Nguesso qui les avait pourtant personnellement choisis ! Pourquoi ?  Parce que ces derniers l'avaient vu en chair et en os ce jour-là. En fait, il est l'inconnu que personne n'a jamais pu identifier s'étant rendu à la présidence de la république le jour de la mort du président Marien Ngouabi. Normal : tous les témoins oculaires sont six pieds sous terre...

3) Question : Connaît-on exactement les assassins du président Marien Ngouabi à ce jour, les membres du commando qui se sont rendus à la présidence pour l'assassiner ? Réponse : Non, puisque tous ceux qui ont été assassinés sous l'ordre de Denis Sassou Nguesso étaient des innocents. Et la réponse sera non tant que Denis Sassou Nguesso sera en vie et au pouvoir. Exemple : aux Etats-Unis, l'implication du vice-président Johnson d'origine juive dans l'assassinat du président Kennedy ne fut dévoilée qu'à la mort de ce dernier. Il voulait tellement le pouvoir qu'il monta un complot avec les Juifs dont le président Kennedy voulait stopper le développement de la bombe nucléaire.

4) Question : Qui de ceux qui peuvent encore parler aujourd'hui au Congo connaissent l'emploi du temps de monsieur Denis Sassou Nguesso le jour de l'assassinat du président Marien Ngouabi ? Réponse : personne qui puisse encore vivre de nos jours...

5) Question : Qui a accusé Kikadidi et Motando d'avoir assassiné le président Marien Ngouabi ? Réponse : Denis Sassou Nguesso qui ne voulait pas que l'attention se tourne vers sa personne.

6)  Question : Qui a ordonné l'assassinat de Kikadidi - alors qu'il aurait pu être interrogé après arrestation ? Réponse : Denis Sassou Nguesso : il fallait empêcher Kikadidi qui l'avait vu de parler.

7) Question :  Kikadidi, qui est l'un des derniers hommes à avoir vu en dernier le président Marien Ngouabi était-il en lien avec monsieur  Denis Sassou Nguesso ? Réponse : oui, si on croit monsieur Boukadia qui a révélé que le président Fulbert Youlou avait demandé à Kikadidi d'encadrer le soldat Sassou. Normal que ce dernier lui réclame son "coq". Qu'il se tienne tranquille. Son "coq" il va l'avoir, un coq pourri qu'il ne saura manger parce que le mensonge qui le ronge est trop purulent... Kikadidi a été arrêté et aurait pu être interrogé mais Denis Sassou Nguesso en sa qualité de ministre de la défense l'a fait executer avant. Vous pouvez imaginer pourquoi.

8) Question : Qui a assassiné Motando en l'empoisonnant ? Réponse : Monsieur Denis Sassou Nguesso. Pourquoi ? Ce dernier savait que Denis Sassou Nguesso était impliqué personnellement dans l'assassinat du président Marien Ngouabi. Un bon secret est un secret enterré dans une tombe murale. En effet, aucune voix ne surgit d'outre-tombe...

9) Question :  Qui a dit :"Mieux vaut perdre un Kouyou que de perdre le pouvoir " quand il a appris d'Ontsou que Marien Ngouabi voulait remettre le pouvoir au président Massamba-Débat ? Réponse : Monsieur Denis Sassou Nguesso.

10) Question : Qui a fait assassiner Ontsou ? Réponse : Denis Sassou Nguesso.

11) Question :  Pourquoi monsieur Denis Sassou Nguesso a-t-il fait assassiner le président Alphonse Massambat-Débat et le cardinal Emile biayenda ? Réponse : Parce qu'ils savaient qu'il était impliqué personnellement dans l'assassinat du président Marien Ngouabi.

12) Question : Pourquoi le Général Yhombi Opango affirme-t-il qu'à la mort du président Denis Sassou Nguesso, il se trouvait à Owando ? Réponse : C'est pour dire de façon implicite que Denis Sassou Nguesso se trouvait bien à Brazzaville, lui, ce jour dramatique.

Ce n'est donc pas la peine de suspendre des journaux pour avoir juste esquissé quelques supputations. Nous sommes prêts a consentir un droit de réponse au chef de l'Etat actuel du Congo s'il veut bien nous apporter des réponses contradictoires à toutes les questions que nous avons soulevées...

cpj_logo
NEWS ALERT
   

République du Congo :  quatre journaux sont suspendus

 

New York, le 7 juin 2013- Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a aujourd'hui demandé aux autorités de la République du Congo de lever les mesures de suspension contre quatre hebdomadaires de la capitale Brazzaville qui ont été sanctionnés pour avoir publié des articles critiquant des fonctionnaires du gouvernement. Ces suspensions ont été infligées par l'organe de régulation des médias dont les 11 membres sont tous choisis par le président de la République.

« Les autorités de la République du Congo semblent se servir du 
Conseil supérieur de la liberté de communication pour fouetter les journalistes qui soulèvent des questions d'intérêt public ou qui remettent en cause la gestion des fonctionnaires », a déclaré Mohamed Keita, coordonnateur du Plaidoyer pour l'Afrique du CPJ. « Nous demandons la levée immédiate de la suspension des quatre journaux. Au regard des écrits incriminés, les raisons invoquées pour justifier ces sanctions sont au mieux contestables, sinon douteuses », a-t-il martelé.

Le 1er juin courant, le Conseil supérieur de la liberté de communication (CSLC), a suspendu L'Observateur, Talassa, et Le Trottoir pour quatre mois, les accusant d'incitation à la violence, de diffamation et d'atteinte à l'honneur des fonctionnaires du gouvernement, selon des  médias  et des journalistes locaux. Les journaux ont été sanctionnés pour avoir republié un article d'Afrique Education, un magazine bimensuel basé en France, dans lequel le président Denis Sassou Nguesso est accusé d' implication dans l'assassinat en 1977 de Marien Ngouabi, ancien chef d'état de la République du Congo. Le président Sassou Nguesso a nié toute implication dans cet assassinat, selon l'agence de presse britannique Reuters.

Le CSLC a également infligé une suspension de deux mois à l'hebdomadaire Le Glaive pour « refus répété d'obtempérer et de répondre aux interpellations du Conseil », a rapporté Reuters. Guy Milex Mbondzi, collaborateur du Glaive, a déclaré au CPJ que la suspension avait un lien avec une enquête du journal sur des pratiques du ministère des Affaires étrangères en  matière de délivrance de passeports diplomatiques. Le journal avait publié une série d'
articles affirmant que des hauts fonctionnaires du ministère ont délivré des passeports diplomatiques à des personnes qui ne remplissaient pas les conditions établies par la loi. Les articles ont inclus des copies de demandes de passeports de plusieurs de ces personnes.

En réponse à ces articles, le 
ministre congolais des Affaires étrangères Basile Ikouébé, a émis un communiqué de presse disant que les documents avaient été obtenus illégalement à partir des archives de l'État. Il a accusé Le Glaive de participer à une « campagne de dénigrement » et à des « actes systématiques de provocation », et demandé au CSLC de prendre des mesures contre ce journal.

En septembre 2012, le CSLC avait suspendu Le Glaive pour six mois et l'hebdomadaire La Voix du Peuple pour neuf mois pour une série d'articles critiquant les dirigeants et les méthodes dudit conseil, selon des médias.

·        Pour plus de données et d'analyses sur la République du Congo, veuillez cliquer ici.

Le CPJ est une organisation indépendante, à but non lucratif et dévouée à défendre la liberté de la presse 
dans le monde depuis 1981.

Contact:
Mohamed Keita 
Coordonnateur du plaidoyer pour l'Afrique
Email: mkeita@cpj.org
 

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

le fils du pays 10/06/2013 16:43


Oui mon cher frere c'est connu par tout le monde que Mr Sassou est  l'assassin du president Ngouabi.Meme ses amis francais qui l'ont aide a tuer son mentor le disent.Francois probst l'ami de
jacques chirac de 30 ans et celui de Sassou dont j'ignore la duree de leur amitie le dit clairement que c'est l'elephant d'oyo qui a tue Marien.Les gens qui l'ont aide a assassiner Ngouabi le
disent haut et fort maintenant quelle est autre preuve qu'on cherche.Si c'etait le mensonge de jean probst mr sassou aurait deposer contre ce dernier pour diffamation.On tue Marien et son
ministre de la defense n'est pas entendu chose qui n'a pas de logique.Observez bien le comportement de mr sassou vous vous rendrez compte effectivement c'est lui l'assassin,ses agissements le
dit.Le temps est arrive pour que les congolais se debarassent de ce mr car il est un veritable frein pour le progres du congo

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg