Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 13:47

 

COMMENTAIRE : Henri Djombo va certainement crier à l'acharnement s'il lit cet article mais ce n'est pas le cas. Nous avons libéré la parole de sa cage de peur et si les membres du PCT parlent et disent ce qu'ils savent, ce dévoilement peut avoir des conséquences positives pour tout le pays. Djombo est montré du doigt par ses "frères" du PCT, une sous-secte dans la grosse secte maçonnique qui englobe et chapeaute tous les réseaux obscurs du Congo. Qu'il se tienne tranquille : il n'est pas le seul démon du paradis qui se trouve au coeur même de l'enfer national congolais. A chaque enfer, son paradis intestin.

Sassou, l'éléphantesque Denis, n'est pas du reste mais respectueusement, les membres du PCT le protègent et nous comprenons pourquoi. Hélas, nous ne sommes pas du PCT.

Djombo fait au ministère de la destruction forestière ce que Sassou fait en pire à la présidence de la république : Djombo pioche 516 millions de francs cfa, Sassou fait disparaître, s'il vous plaît, 240 milliards de francs cfa. Ce qui nous amuse, c'est que monsieur Mobendza parle de coffre-fort comme dans l'analyse que nous avons faite à propos de la disparition des 240 milliards de francs cfa à la présidence de la république. Mêmes conditions, mêmes procédés de détournement. Mêmes complicités, mêmes conséquences : les caisses de l'Etat sont purgées de sommes énormes qui circulent hors de la comptabilité officielle. Vous comprenez pourquoi nous vous disons, et nous le tenons d'un proche du pouvoir, que 90% de l'argent du pays fait partie de l'économie clandestine. Le vrai budget du Congo avoisine les 50.000 milliards de francs cfa !

Les membres du PCT ne peuvent pas tout nous dire car cela équivaudrait à se faire harakiri. Aussi, on joue sur l'émotion populaire pour solder des contentieux ethno-partisans. "Le parrain" est une référence à la mafia et cela est révélateur de ce que nous savons au niveau des magouilles qui détournent le bois du Congo par le Cameroun. Oui, la trop grande longévité politique de certains ministres comme Henri Djombo est malsaine. Attention, il n'est pas le seul oeuf pourri du panier. Tous pourris peut-on dire sans craindre de se tromper.

La question est la suivante : POURQUOI SASSOU FAIT-IL CONFIANCE A TOUS LES "DJOMBO" DU GOUVERNEMENT ? Ce n'est pas forcément à cause du pacte maçonnique. CERTAINS DETIENNENT TROP DE SECRETS QUE LE COBRA ROYAL PREFERE LES GARDER AUPRES DE LUI. POUR MIEUX LES SURVEILLER, D'AUTANT QU'ILS SONT RICHES DONC POTENTIELLEMENT DANGEREUX, L'ARGENT ETANT LA PREMIERE CAPACITE DE NUISANCE EN AFRIQUE, ALORS QU'AILLEURS, IL BATIT DES MONDES...


                  HOLD-UP A L’ECONOMIE FORESTIERE
                  « Désormais le doute n’est plus permis »

singecorbeaubaillantHenri DJOMBO
Alias le « parrain »

Pourquoi le Hold-up est-il arrivé ? Comment ? Et pour le compte de qui ?
Toutes ces questions appellent des réponses claires et précises.
Pour le compte de qui ? Interrogeons-nous d’emblée !
Deux faits, que relie un même fil rouge ne résisteront pas longtemps aux intimes convictions des enquêteurs : La récente tournée de campagne du « Parrain » dans son département d’origine avec un chapelet de promesses très coûteuses et le hold-up.
Une vilaine affaire de linge sale que le « Parrain » aurait sans doute préféré laver en famille, tant ses implications sont potentiellement dommageables pour sa crédibilité. Crédibilité mise à rude épreuve, depuis un certain temps déjà, selon des sources sécuritaires proches de la Présidence de la République, suite aux annulations, en octobre dernier, des législatives dans le département de la LIKOUALA.
Une chose est d’ores et déjà acquise, M. Henri DJOMBO alias le « Parrain » ne sera plus au gouvernement dès que les conclusions de l’enquête seront disponibles.
En effet, un lobby très puissant et très proche du pouvoir, à Brazzaville, est bien décidé à saisir cette occasion pour faire sauter le « consensus mystico-maçonnique » qui, depuis longtemps, attribue certains ministères pourvoyeurs de fonds à des frères. De toute façon, c’est une certitude, cette question cruciale, du départ du ‘’sieur’’ Henri DJOMBO du gouvernement, sera au cœur des discussions autour de la formation de la prochaine équipe.
Pour ceux qui l’ignorent encore, ce n’est pas la première fois que le fonds forestier est l’objet d’un détournement sous le règne du « Parrain ». C’est un flagrant délit de traficotage des fonds publics.
Comment expliquer qu’une somme aussi importante soit hors des institutions bancaires ?
Selon notre enquête, appuyée par plusieurs témoignages ainsi que par des rapports confidentiels internes à la Présidence de la République, le Président Denis SASSOU NGUESSO aurait, en personne, demandé, aux services de sécurité de diligenter l’enquête après que les premiers éléments, en leur disposition, aient formellement établi trois indicateurs irréfutables. Il s’agit de :
Premièrement, les outils présentés comme ayant servi à défoncer le coffre-fort révèlent que l’opération aurait dû produire un bruit assourdissant qui n’aurait pas manqué d’alerter les éléments de la garde des locaux du Ministère, s’ils n’étaient pas complices ;
Deuxièmement, le coffre-fort, défoncé, n’a pas la capacité requise pour contenir la somme de cinq cent seize millions (516,000.000) Francs CFA, une bonne partie de cette somme était, sans doute, placée hors du coffre-fort ;
Troisièmement, comment les malfaiteurs ont pu atteindre la salle du coffre-fort ?
La fenêtre par laquelle ils seraient passés semble inaccessible à toute personne ne disposant pas de complicité des services chargés du gardiennage des locaux.
Les services de Police, sont restés dubitatifs au moment où l’enquête leur a été retirée pour être confiée à la Gendarmerie.
Par qui ? Et pourquoi l’enquête a-t-elle été retirée à la Police Nationale ?
Plus aucun doute à ce stade de l’enquête, les enquêteurs de la Police Nationale étaient sur une piste qui menait droit au Ministre Henri DJOMBO. Alors que l’enquête entre dans sa phase décisive, le sieur Henri DJOMBO se livre au blanchiment, par personne interposée, de l’argent sale, dans son département d’origine, la LIKOUALA, sous le couvert d’une mutuelle.
Quelle mutuelle ?
La loi, du 1er juillet 1901, relative au contrat d’association est claire. Une mutuelle est une association d’entraide. Elle est soumise, comme toute autre association, a un dépôt préalable d’un dossier constitutif auprès de l’administration.
Parmi les pièces exigées, il ya le procès verbal de l’assemblée générale constitutive dans lequel sont précisées l’adoption des statuts, du règlement intérieur et la mise en place de l’organe exécutif de l’association (mutuelle).
Qui a participé à une assemblée générale constitutive ?
Nous savons qu’une réunion des assujettis du « Parrain » est convoquée le dimanche 10 Février 2013, à 10 heures, à l’hôtel LEDJER (Ex-Méridien de Brazzaville). S’agit-il de l’Assemblée Générale ?
Néanmoins, il est légitime de se poser ces questions quand on ne sait pas la dénomination d’une association (mutuelle) qui est déjà sur le terrain de l’action.
Quel serait son numéro de récépissé ? Qui l’aurait délivré ?
Bien sûr nous savons que, sans enquête préalable, le consanguin et homonyme du Ministre Henri DJOMBO, le Préfet du département de la LIKOUALA, ne manquera pas, une fois de plus, d’enjamber la loi N°16/60 du 11 Mai 1960 rendant obligatoire la déclaration préalable pour les associations et autorisant la dissolution des associations contraires à l’intérêt général de la nation; afin de répondre à toutes les questions que soulève l’existence illégale de la fameuse mutuelle.
Au moment où nous écrivons ces lignes, une course à l’échalote est engagée dans le département de la LIKOUALA pour dénicher les adhérents moyennant la somme de dix mille (10.000) francs CFA en guise de droit d’adhésion.
La promesse est faite. Tout adhérent bénéficie de facto de la somme de cinquante mille (50.000) Francs CFA de crédit, pour ne pas dire de cadeau. D’où vient cet argent ?
Pour quelles raisons une autorité reconnue peut-elle s’affranchir aisément des législations en vigueur dans le pays ?
Le Ministre Henri DJOMBO ne s’en cache pas, à qui veut l’entendre : «Je suis riche », aime-t-il répéter auprès de ses assujettis.
En effet, il n’est pas moins nanti que les autres résidents de ce territoire très spécifique du pouvoir qui se situe aux confins de la politique et des affaires, dans cette zone grise, entre légalité et non-droit, qui existe et qui fleurit à l’intérieur de L’Etat, dans toutes les Républiques Bananières. Dans le cas d’espèce, depuis le retour, en 1997, au pouvoir du Président Denis SASSOU NGUESSO, le Congo forestier est resté sous la coupe d’un seul homme, Henri DJOMBO.
Henri DJOMBO alias le « Parrain » en a profité pour mettre en place une forme d’économie forestière qui inclut, en réalité, l’illégalité et la criminalité. Ce dysfonctionnement du système économique s’appelle « l’économie trafiquante ». L’économie trafiquante produit des fraudes, comme mode de gestion de l’économie sous le regard indulgent et complice des organes publics de contrôle qui laissent faire avec indifférence.

                                                Mobendza Hervé Marchand

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

mwangou 25/02/2013 14:52


bjour LDM! pour dire que votre hypothèse sur ces disparitions de tant d'argent est très plausible, on peut seulement se poser la question de savoir: combien de personnes détiennent les codes des
coffres forts à la présidence et à ce ministère? je suppose que ce ne sont pas tous les employés du cabinet présidentiel comme ministériel. Ce qui suppose que les enquêtes là-dessus ne devrait
pas prendre du temps. Et s'il n'y a pas d'enquête, ou si les coupables ne sont pas démasqués, il y a tant de raisons vraisemblablement, y comprise la raison que dans les deux cas, le "tchipoye"
tombe sur leur chef de ces départements étatiques. Autrement, ce n'est pas possible. ou alors ces disparitions sont mystiques.

Le Lion de Makanda (LDM) 25/02/2013 17:31



Ils n'ont nullement besoin de sorcellerie pour voler des billets bien réels ! Il suffit de complices et le tour est joué ! Il faut bien arroser les gardiens, les transporteurs, les gardes du
corps, etc. Peut-être que l'aide de camp de Djombo était au courant de quelque chose - raison pour laquelle ce dernier l'aurait sacrifié en le laissant aller se faire exploser sur son bâteau. Non
c'est un gang, tous ces voleurs et affameurs du peuple : personne n'opère seul. D'ailleurs, s'il y a tant de vols, c'est peut-être que les complices qui savent où est planqué le magot ne
reçoivent pas leur part. Restons sur terre car ce sont des vices bien terrestres...



Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg