Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 11:42

COMMENTAIRE : Nous avons reçu ce texte d'un citoyen congolais désireux de rappeler aux mémoires les déclarations du ministre Hellot Matson Mampouya démontrant avec perfection les crimes commis au Congo alors même que la "guerre"  (entendez le coup d'Etat de monsieur Denis Sassou Nguesso) était soi-disant terminée. Ce ministre doit avoir un "eraser" qui remet la mémoire à blanc pour collaborer avec les assassins de son peuple aujourd'hui - à moins qu'il ne soit cynique car comment comprendre que l'homme qui s'émouvait hier soit aujourd'hui si effacé face à la décadence qui mine le pays chaque jour que Dieu fait ? Celui qui hier dénonçait la monstruosité du régime dictatorial de Denis Sassou Nguesso  est devenu le boukouteur d'aujourd'hui à la mémoire très très courte. IL CONTINUE ALLEGREMENT LE TOURNAGE DE SON FEUILLETON : "MANGE AVEC LES ASSASSINS DE TON PEUPLE"...

 


A TOUS LES SOUTENEURS DE SASSOU NGUESSO
ET A TOUS CEUX QUI DOUTENT ENCORE...

MASSACRES - ASSASINATS
ET EXECUTIONS SOMMAIRES
par Hellot Matson Mampouya


030498


[NDLR : Nous publions ici la liste de quelques cas connus, sur des milliers, qui illustrent le drame que vit le peuple congolais après le coup d’Etat de Monsieur Sassou Nguesso, le 15 octobre 1997.
Ceux qui souffrent le martyr au Congo-Brazzaville sont, aujourd’hui, en train de témoigner quotidiennement.
Malgré leurs cris, leurs appels au secours répétés, personne ne semble les croire ni les entendre, encore moins les écouter. Leurs cris, leurs appels au secours se perdent dans le néant.
Et quand demain, lorsqu'il sera bien sûr trop tard, l'hécatombe sera enfin constatée, les mêmes qui savent, qui se taisent par cynisme, par hypocrisie et qui peuvent, aujourd'hui, seront les mêmes et les premiers qui s'émouveront, s’en offusqueront et dénonceront cette tragédie pour crier au crime, au massacre, aux atteintes des droits de l'homme et parleront de crimes contre l'humanité (larmes de crocodile). Aujourd'hui, le nombre de victimes n'étant pas suffisant, on préfère se taire, attendre.
Néanmoins, "TRANSPARENCE" n'arrête pas, à travers cet outil de communication incontournable, d'attirer l'attention de la Communauté Internationale et de la Conscience universelle pour qu'elles ne disent pas, demain encore, qu'"elles ne savaient pas".
C’est pourquoi, bien qu’à une échelle moindre par rapport à la quantité de victimes, nous n’arrêterons pas de répéter que la situation du Congo-Brazzaville doit être regardée, considérée et placée au même niveau que celle du Rwanda.
Sinon, comment expliquer, qu’à la suite des résolutions de l’ONU et du Parlement Européen, le ministre congolais des Affaires étrangères, M. Rodolphe ADADA, qui avait demandé aux deux Institutions une Commission d’enquête sur le terrain, soit revenu sur ses déclarations et ait renoncé, la semaine dernière, à sa demande de Commission d'enquête dans sa déclaration à la 54ème Session de la Commission des droits de l’homme de l’ONU qui se tient en ce moment même à Genève ? N’est-ce pas paradoxal ?
Pour nous, c’est un aveu qui conforte les résolutions de l’ONU et l’Union Européenne, par la voix de son Parlement, qui disent clairement que le “CONGO-BRAZZAVILLE n’est plus un Etat de "droit” et que “depuis le retour de Sassou Nguesso au pouvoir” dans des conditions inacceptables, “le Congo-Brazzaville vit une dictature” programmée, délibérée.]


I.- MASSACRES, ASSASSINATS, EXECUTIONS SOMMAIRES

Du 16 au 17 octobre 1997 :
Les troupes étrangères, notamment l'armée angolaise, les mercenaires, les éléments tchadiens, les ex-Faz et les cobras ont massacré plus de cinq cents (500) civils, résidents et réfugiés des quartiers nord de Brazzaville à Bacongo, Makélékélé et environs, aménagés par le Député, Maire de Brazzaville, Monsieur Bernard KOLELAS, en zone humanitaire depuis le déclenchement de la guerre. Les corps des victimes étaient entassés au Centre sportif de Makélékélé et dans les cours de la morgue du Centre hospitalier de Makélékélé.

16 octobre 1997 :
- Le ministre Gabriel MATSIONA et deux (2) membres de sa famille sont assassinés par les milices cobras, les mercenaires et les troupes angolaises de Sassou Nguesso à son domicile situé à Massissia (zone sud). Les corps des victimes furent jetés dans un congélateur.

- Monsieur BAZEBIZONZA, Professeur d’anglais au Collège de l’Amitié, en compagnie de son épouse, sa soeur et de son enfant sont abattus à bout portant dans sa voiture au niveau du Centre Sportif de Makélékélé.

- Le jeune Marien, domicilié à Nzoko (Kinsoundi, zone sud) est froidement abattu par les cobras qui l’ont achevé au carrefour de Mbouono (Madibou, zone sud) devant la population.

Octobre 1997 :
- Monsieur MALANDA DIA MAYEMBO
- Monsieur MOUINI-LOUAGA
- Monsieur MALERCO
- Monsieur LOCKO-BOUKAKA Anicet sont abattus par les milices cobras, mercenaires et soldats angolais de Sassou Nguesso à Matoumbou (localité située sur le chemin de fer CFCO), dans la région du Pool.

Novembre 1997 :
- Monsieur MISSIDIMBAZI Paul et son fils Cyprien sont abattus à leur domicile par les milices cobras et les troupes de l’armée angolaise au service de Sassou Nguesso avant de piller leur domicile.

- Monsieur NTSONGA, domicilié au quartier Château d’Eau (zone sud - arrondissement 1)
- Monsieur MAYELE
- Monsieur MATSAMBA
- Monsieur NGANGA Charles
- Monsieur NGOMA Eric
- Monsieur OUMBA Jonas sont tous sommairement abattus au passage des milices cobras et soldats angolais au quartier Château d’eau.
- Monsieur LOUMBOUZI, chauffeur retraité des Services de Santé, domicilié rue Matiabou à Moukounzi-Ngouaka (zone sud, arrondissement 1) est froidement abattu au beach de “La Main-Bleue”.

13 novembre 1997 :
- Monsieur ILLO est fusillé au passage des troupes angolaises.

16 novembre 1997 :
- Monsieur NGUEMBO est abattu froidement par les milices cobras, les mercenaires et soldats angolais au camp de la Gendarmerie de Makélékélé (zone sud de Brazzaville).

17 novembre 1997 :
- Monsieur MALANDA, domicilié à Brazzaville, est assassiné par les milices cobras de Sassou Nguesso.
- Monsieur MATABA Anicet, réfugié dans son village Louingui (région du Pool, District de Louingui) situé à plus de 150 km de Brazzaville (zone sud), est abattu par les troupes angolaises en compagnie des milices cobras.

25 novembre 1997 :
- Monsieur NGOUMA Joseph, exploitant forestier domicilié à Dolisie, est froidement abattu avec cinq (5) de ses enfants; tous enterrés dans sa parcelle située à côté du CEG Hochi-Minh, par un groupe de cobras et d’Angolais conduits par NGUESSO, neveu de Monsieur SASSOU NGUESSO.

Novembre 1997 :
- Trois jeunes lycéens sont sommairement exécutés à Dolisie par les cobras, mercenaires et troupes angolaises. Il s’agit de :
- MOUKOYI Albert (25 ans)
- IBOUANGA Robert dit Roberto (23 ans)
- MOUKOKO Parfait (27 ans)

Décembre 1997 :
Enlèvement de quatre (4) jeunes filles, violées et exécutées par les cobras, mercenaires et soldats angolais dans la banlieue de Madibou (Arrondissement 1 Makélékélé - zone sud). Il s’agit de Mesdemoiselles :
- MILANDOU Odile
- MABIALA Carole
- PANGUI Rosette
- SYLVIE NENETTE

Décembre 1997 :
- Mademoiselle KIBAMBA Agnès, 25 ans, élève au lycée Lénine, habitant rue du Caire à Dolisie, est violée et assassinée par dix (10) soldats angolais, près de la base militaire.

Décembre 1997 :
Enlèvement et exécutions sommaires par les milices cobras, mercenaires et soldats angolais de :
- Monsieur KIBONGUI François, résidant à Pointe-Noire
- Sergent TOUTI Joseph, résidant à Pointe-Noire
- Sergent BOUDINGA Cyriac, Pointe-Noire
- Monsieur MBOUNGOU Roland, résidant à Pointe-Noire
- Monsieur DIANZINGA, demeurant à Makélékélé (Zone sud Brazzaville)
- Monsieur MANTSIONA, demeurant au quartier Matouta (zone Brazzaville sud)
- Monsieur MAMPIA, demeurant au quartier Matouta (zone Brazzaville sud)

25 décembre 1997 (jour de Noël) :
- Le Lieutenant Franck NGOUMA est enlevé, exécuté et enterré à la sauvette dans les alentours de la base aérienne Numéro 01/20 à Brazzaville (zone sud) où son corps fut retrouvé.

2 janvier 1998 :
- Monsieur NGOUILOU Joseph
- Monsieur NKODIA Alexis
- Monsieur MASSAMBA Siméon, demeurant tous au quartier MATOUTA (Arrondissement 1 Makélékélé, zone Brazzaville sud) sont enlevés et froidement exécutés par les milices cobras, les mercenaires et soldats angolais au service de SASSOU NGUESSO.

3 janvier 1998 :
- Monsieur MALEKA Richard, militaire, est enlevé et fusillé au Stade Marchand à Brazzaville par un groupe de cobras, mercenaires et Angolais au service de SASSOU NGUESSO.

27 janvier 1998 :
- Le Colonel MALONDA Jean-Joseph, Directeur Général de la Police Judiciaire, est exécuté à GAMBOMA sur instruction du Colonel OMBELE, neveu de Monsieur Denis SASSOU NGUESSO.

4 mars 1998 :
- Monsieur BADINGA Rodrigue et sa femme MAKISSOU Berthe sont enlevés au quartier Fond Tié-Tié, à Pointe-Noire, par un groupe de cobras, mercenaires et soldats angolais au service de Sassou Nguesso et ses souteneurs. La femme a été violée et son époux a été porté disparu.

- Monsieur YOULOU Patrice, alias “La Denga”, père de sept (7) enfants, domicilié 65 rue Lounianga au quartier Météo à Brazzaville (zone sud) a été abattu sommairement par un cobra.

11 mars 1998 :
- Messieurs MOUTONDA Anatole et NKAYA-MAMPASSI, tous deux retraités, parti de Mouyondzi (Région du Niari-Bouenza- Lékoumou/Niboland) pour percevoir leur pension de retraite à Brazzaville sont retrouvés morts, assassinés, derrière le Lycée Technique de Brazzaville.

Mars 1998 :
- Le couple TAMBIKA Victor et Solange, avec plusieurs civils, sont froidement abattus par un bataillon de plus de deux cents (200) cobras, mercenaires et soldats angolais dans le village MATOUMBOU, région du Pool. Cette localité est située sur le chemin de fer CFCO, à 15 km de Kinkala, capitale régionale du Pool.

18 mars 1998 :
- Messieurs DIAWARA et NGOUNGA, demeurant à Massina (zone sud de Brazzaville), sont assassinés par un groupe de cobras, mercenaires et soldats angolais au service de SASSOU NGUESSO.

II.- ENLEVEMENTS, VIOLS

Novembre 1997 :
- Madame MOUKIMOU Célestine et ses trois (3) filles, Mesdemoiselles : IBINGA Anne, IBINGA Pierrette, IBINGA Fabienne, sont violées dans leur maison à Dolisie par les mercenaires et soldats angolais au service de SASSOU NGUESSO.

- Quatre (4) filles, élèves du Collège (CEG) Central de Dolisie, revenant des cours, ont été violées par des soldats angolais, mercenaires et cobras au service de SASSOU NGUESSO.
Il s’agit de :
- Mademoiselle MOUKIETO Françoise
- Mademoiselle KIAMA Léontine
- MBEMBA Judicaëlle
- MPASSI Alpha

- Mademoiselle MAVOUNGOU Julie, 22 ans, étudiante, est enlevée et violée par des cobras au quartier OCH de Pointe-Noire.

30 décembre 1997 :
Mesdemoiselles :
- SAMBA Yvette
- SAMBA Reine
- SAMBA Patricia,
trois soeurs habitant, toutes, la rue Berlioz à Brazzaville-Bacongo (zone sud) sont enlevées devant leurs parents, et violées par un groupe de cobras, mercenaires et soldats angolais au service de Monsieur SASSOU NGUESSO.

17 janvier 1998 :
- Madame OUMBA Suzanne, âgée de 50 ans, est violée par quatre (4) soldats angolais dans sa maison sise rue Jolly à Bacongo (Brazzaville sud).

III.- ARRESTATIONS - DETENTIONS ARBITRAIRES

Novembre 1997: Arrestation et détention de :
- Ministre Jacques MOUANDA-MPASSI
- MOUNGONO Albert, Directeur commercial de Hydro-Congo
- KIBAMBA Pierre, Directeur Général des Douanes du Congo
- NGONO Emmanuel, Directeur Général de la CCA (Caisse Congolaise d’Amortissement)

Décembre 1997 :
Arrestations arbitraires d’officiers supérieurs détenus dans une prison souterraine à l’Académie militaire de Djili, à 30 km de Brazzaville, sur la Nationale 2 (Route du Nord).
Il s’agit de :
- Général ETA-ONKA, Secrétaire Général à la Défense
- Colonel EWOLO Oscar, Commandant du Génie
- Colonel NKOUNKOU
- ABA-GANDZION, ancien Préfet de la Région des Plateaux
- MAKOUNZI-WOLO Nestor, membre du Conseil constitutionnel
- DZOUMANGUELET Henri-Marcelin, Inspecteur Général d’Etat adjoint
- MOUNANGA Patrick, PDG de Société
- KOUASSI Georges, Commerçant

Mars 1998 :
Arrestations arbitraires à Pointe-Noire :
- Colonel IGNE
- Colonel NDZOTA
- Colonel SABA
- Capitaine Célestin NGANGOYE, Commissaire de Police de Pointe-Noire
- Monsieur OKABE Saturnin, membre du Bureau politique du RDD, le parti de M. Jacques-Joachim Yhombi-Opango.

Ainsi donc, depuis l’installation du pouvoir putschiste de Monsieur SASSOU NGUESSO au Congo, de nombreux crimes, dont les exécutions sommaires, se poursuivent impunément (ndlr : et la litanie des crimes continue dont celui du 4 mars 2012 où de nombreux innocents ont explosé dans leur sommeil).
Précédemment, nous avons déjà rappelé à l’opinion et à la Communauté internationales que dans la deuxième quinzaine du mois de février 1998, les Eglises du Congo-Brazzaville ont dénoncé, par la voix de l’Archevêque de Brazzaville, Monseigneur Barthélémy BATANTOU, les exécutions sommaires qui se poursuivent au Congo-Brazzaville, plusieurs mois après la fin de la guerre publiquement annoncée.

Le 9 mars 1998, l’Observatoire congolais des droits de l’homme, par la voix de son Président, Monsieur MOUNDZEO Parfait, informait par une interview sur la BBC, l’opinion internationale sur les exécutions sommaires de deux (2) policiers fusillés publiquement par les cobras, mercenaires et soldats angolais, au service de Sassou Nguesso, au quartier Saint-Pierre à Pointe-Noire. L’un succomba sur le champ, l’autre fut transporté à l’hôpital Adolphe Cissé par les habitants du quartier. Il fut retiré (enlevé) de l’hôpital par les mêmes cobras, mercenaires et soldats angolais, au service de Sassou Nguesso, pour être achevé publiquement aux abords de l’hôpital.

Bref, lorsque nous dénonçons la poursuite de la violence, des crimes au Congo-Brazzaville, nous parlons bel et bien de la dramatique réalité quotidienne sur le terrain.

Hellot Matson MAMPOUYA
Porte-Parole du Président du MCDDI
Président de l’ERDDUN
Premier Ministre du Gouvernement Constitutionnel
du Congo-Brazzaville


 

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Mudumango 01/11/2012 17:10


Rappels de vaccination intéressants et recommandés pour vaincre ces chroniques affections mémorielles chez l'homme Kongo, toujours enclin a jouer les agneaux et la servitude volontaire comme
indiqué par l'autre débarqué.
Merci LDM!

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg