Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 16:23

Mon cher A. M., la tradition est à redécouvrir ! En fait, la démocratie véritable, si tu y réfléchis, ce sont les Noirs qui l'ont inventée et vraiment pratiquée. Le peuple est souverain quand il décide vraiment de son destin - sans se contenter de choisir un souverain - comme si, fatigués de voir les peuples se révolter et menacer de tout détruire, les souverains ont trouvé dans le vote l'astuce qui les a sauvés de la guillotine : il suffisait que l'esclave choisisse son maître pour que le tour soit joué ! En fait, ce n'est pas cela l'exercice du pouvoir par le peuple ; en Europe, le modèle qui s'y rapproche le plus est le modèle suisse avec sa votation où le peuple est consulté sur tout. Hélas, empêtrés dans l'ignorance de notre propre histoire, nous, les Bantous, oublions que nous avions des richesses culturelles en plus des richesses bien physiques qui ne nous profitent même pas de nos jours et, la fascination de l'occident agissant, nous avons cessé de tourner le regard vers notre passé, vers notre culture, vers notre histoire ; pire, nous avons changé d'identité - sans complètement nous débarrasser de l'ancienne. Ce qui fait que nous ne sommes plus ce que nous devrions être et nous ne serons jamais ce à quoi nous voulons ressembler : des "Blancs".

Pourquoi je dis haut et fort que nous avons inventé la démocratie ? Tu me répondras que l'histoire nous apprend qu'elle vient des Grecs, des Spartiates, où seule une portion votait : une pierre blanche pour un oui, une noire pour un non. Le « demos » ne représentait pas la totalité du peuple grec. D’ailleurs, les Spartiates qui ont inventé la démocratie avaient réduit en servitude d’autres Grecs et vivaient à leurs dépens. Au vingtième siècle, il te reviendra à l'esprit que les femmes ne votaient pas en France ; il a fallu que le général De Gaulle change la loi électorale pour qu'elles se mettent à placer un bulletin dans l'urne. Est-ce là, la seule vocation de la démocratie : mettre un vote dans une urne ? Sûrement pas - même si cet acte a l'avantage de faire participer une bonne partie de la population à l'élection d’un individu qui est un inconnu pour le plus grand nombre, un individu dont on ignore le degré de sagesse, au sommet de la société – pour qu’il décide à la place de tous.

Je ne te fais pas remarquer que ceux qui ont moins de dix-huit ans, pour une raison que j'aimerais comprendre, n'ont pas le droit de voter en France. A quinze, peut-être quatorze ou même treize, on surfe sur internet, on regarde la télé, on écrit des livres, des programmes informatiques et on peut déjà être lycéen. Avec tout ça, on ne peut pas voter ?

J'ai fait remarquer que la démocratie était une sorte de dictature électorale d'un parti ayant entraîné l'opinion dans sa majorité  sur une autre - ce qui ne veut pas dire que son projet est le meilleur qui soit pour la société ; je t'épargne les arguments que tu as découverts dans le texte que tu as lu sur tout ce qui influence les hommes politiques (financiers, lobbies, sectes, etc. ).

Venons-en à la question principale : dans une démocratie moderne, qui exerce le pouvoir ? Pour l'intérêt de qui exerce-t-on le pouvoir ? Certes, on proclame que le seul le peuple est souverain mais l'observation de la réalité montre une autre vérité : en Europe, ceux qui font les lois obéissent à Bruxelles où un groupuscule d'individus fait les lois qui s'imposent à des nations dites  démocratiques. Dis-toi que ceux qui font les lois à Bruxelles, celles qui s'imposent en Europe, ne sont même pas élus !

J'ai déjà passé au crible cette démocratie. Il n'est pas rare de voir le peuple manifester en masse contre une décision politique - sans que le gouvernement tenu par les puissances de l'argent - ne cède d'un pouce. Le peuple est-il souverain comme on le proclame dans les démocraties européennes gangrénées par le capitalisme et le libéralisme des forces si corrosives, si corruptives, si dominantes ? Peut-il y avoir de démocratie dans une société de classes hautement stratifiée où la classe supérieur vit en prédatant les autres classes sociales ?

De plus en plus en plus, en Europe, les politiques de la  gauche ressemblent étrangement à celles de la droite et celui qui accède à la présidence de la république mesure certainement le poids des forces qui dominent le pays : celles de l'univers de l'argent qui n'a rien de démocratique car dans ce monde, la subordination est de règle, tout comme la propriété privée. L'Etat doit grappiller de la menue monnaie au travers de taxes, d'impôts, de redevances, parce qu'il lui a été ôté le pouvoir de créer de la monnaie et même d'entreprendre, c'est-à-dire de maîtriser l'économie d'une nation. Voilà en substance, la démocratie occidentale qui certes a produit un bon niveau de vie d'ensemble mais est-ce vraiment une DEMOCRATIE ? Le peuple a-t-il vraiment le pouvoir ?

Regardons notre modèle kimuntiste dans lequel l’homme est au piédestal de l’importance : le souverain ne décide rien puisque tout doit répondre à la conformité d'une norme : l'esprit des ancêtres, l’esprit du tout social, l’esprit grégaire. Les décisions sont collégiales dans le mbongui ou les assemblées et l'on prend des décisions qui ne sont nullement inégalitaires, les classes ne se développent pas - même s'il y a une sorte de noblesse royale. Le peuple exerce la totalité des droits et revendique aussi la totalité des devoirs puisque chaque individu les possède et les exerce vraiment et, dans ce contexte, on peut parler d’égalité. Nul ne peut se prétendre supérieur à lui et lui en imposer pour lui priver du plus petit de ses droits. Dans ce monde, il y a comme une uniformité, personne ne peut mobiliser personne contre son gré et l'espace social n'empêche personne de vivre du produit de sa force de travail. Le chef du village ou le roi n'est que le gardien de l'harmonie sociale pour que personne ne prive personne de ses droits et devoirs et surtout, le groupe est plus important que l'individu - ce qui n'est pas le cas dans la démocratie moderne.

Dans un monde où un individu possède le pouvoir de dire à l'autre d'aller se faire tuer dans une guerre mondiale causée par des querelles d'individus, il y a quelque chose qui me dépasse, comme un illogisme qui défie les lois de la nature : dans la société des fourmis, on se sacrifie pour le tout social et non pour un individu. Certes, cette société-là, parce qu'elle donne à quelques individus le pouvoir de mobiliser, d'entraîner, de jouir de l'énergie des masses, peut faire des grandes choses, réaliser de grandes infrastructures mais, il y a un mais, elle reste une société élitiste, qui privilégie celui qui exploite l'autre au travers d'un rapport appelé "travail salarié" à celui qui est exploité, un nouvel esclave en quelque sorte appelé "employé", "salarié".

L'Afrique ancestrale n'exploitait personne et personne n'avait plus de droits et de devoirs qu'un autre. On respectait les traditions qui étaient un jeu de rôles changeants : on était à la fois oncle, fils, frère et, toute la tradition pouvait être vécue par un individu. Ce monde était simple, nous n'y retournerons pas mais lui, était démocratique, lui ne ressentait pas la nécessité du vote car il n'y avait ni mécontentement à l'égard du fonctionnement de la société, ni inégalités criardes. Cette réalité-là, certes, nous n'y retournerons plus mais nous pouvons nous en inspirer pour créer une démocratie originale, un nouveau type de société.

Dans cinquante ans, si les choses se poursuivent selon le modèle créé par l'occident, nous aurons de sérieux problèmes au niveau planétaire - sauf si quelque chose change : la démocratie à l'européenne favorise la destruction de la planète au nom du profit de quelques individus - alors que dans la société kimuntiste, le profit individuel était proscrit, banni, combattu. Aujourd'hui, la course à la production réduit des forêts à quelques billets de banques, dépouille les océans et les mers de leur abondance en vies pour que des comptes bancaires grossissent. Il y a un idéal qui n'est pas si élevé dans le monde moderne dit démocratique, celui qu'on proclame comme le meilleur de tous, celui-là qui est le plus individualiste de tous : en effet, il suffit de gagner de l'argent, beaucoup d'argent pour contenter ce monde - comme si l'existence de toute vie sur l'univers tournait autour de cela. L'argent ne devrait être qu'un moyen d'échange ; il est devenu la raison d'être de toute chose, produisant un monde inégalitaire que reproduit froidement la démocratie. Il n'y a jamais eu de critique de la société occidentale sauf celle faite par Marx qui n'a attaqué que sa face non démocratique : le capitalisme, le monde de la subordination légalisée dans les textes du droit du travail, le monde de l'égoïsme triomphant, de la propriété privée - alors que tout progrès est le fruit du travail de l'ensemble de la société.

Nous avons toujours copié l'occident parce que notre subconscient de race ayant subi l'esclavage, la colonisation n'étant en fait qu'une forme atténuée de celui-ci, nous avons tendance à croire que celui qui nous a dominés, soumis, réduits à l'état de bête de somme, possède le meilleur modèle de société, parce qu’il a les moyens d’en imposer à d’autres. Les choses ont été détournées : le sauvage n'est pas celui qui vient agresser et dominer celui qui vivait en toute harmonie avec ses voisins et son environnement mais ce dernier. Certes, là où 20% de la population mondiale consomment 80% des richesses et de l'énergie du monde, il doit faire bon vivre mais c'est un monde qui gaspille et qui détruit en provoquant guerres et souffrances ailleurs.

Le monde kimuntiste a prôné et pratiqué l'égalité, la justice, la solidarité, la fraternité et ce monde-là a été voué aux gémonies comme si rien de précieux ne s'y trouvait ! Pourtant, quand ils sont venus, quand les premiers Blancs ont découvert l'Afrique, elle débordait de vies, sans superflu certes mais l'homme y était heureux. Ce passé-là a inspiré Marx qui y a trouvé les bases du communisme aujourd'hui dépassé. Regarde l'Amérique, une puissance très endettée qui a failli ne plus fonctionner du tout à cause des querelles entre républicains et démocrates. Je reste convaincu qu’une meilleure démocratie est possible et avec elle, on pourrait rêver à l'émergence d'un monde qui serait comme l'univers lui-même au service de la vie qui est la justification même de toute l'histoire de l'univers...

Depuis la mort de Karl Marx et des grands philosophes allemands, plus personne n'a pris la peine de penser ce monde qui va inéluctablement vers sa propre destruction. La solution se trouve dans notre passé, la solution est le modèle du kimuntu où nous étions démocrates, écologistes, humanistes, spirituels avant l’heure – sans la moindre velléité de parasiter autrui en vivant de son travail. TANT QUE L'HOMME N'EST PAS AU PIEDESTAL DE L'IMPORTANCE, UNE SOCIETE N'EST DEMOCRATIQUE QU'EN APPARENCE.

 

 

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg