Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 15:34

Nous suivons de près ce qui se passe au Congo et il s'agit de trouver une explication, voire une logique cohérente dans tout ce remue-ménage. Il y a un enjeu majeur que l'on doit garder à l'esprit : la fin de règne de Denis Sassou Nguesso est constitutionnellement programmé par le logiciel "Constitution du 20 janvier 2002". De deux choses l'une : ou l'on reprogramme le logiciel Constitution ou on l'empêche de fonctionner en sabotant l'ordinateur Congo. Ce qui survient en politique n'arrive jamais par hasard : les événements sont généralement des constructions, des montages dus à l'homme pour manipuler le cours de l'histoire à son profit. C'est une règle bien connue. Les incendies et les saccages peuvent renvoyer à la destruction de documents et de données compromettants : on peut imaginer que dans un climat de Biens Mal Acquis entre autres procès de tous genres comme celui des massacrés du beach - dans un contexte de fin de règne, que le pouvoir prenne peur et se mette à détruire toutes les données, tous les documents compromettants. Donc on brûle les bureaux quand on ne les vandalise pas pour que les ordinateurs soient inexploitables, les documents carbonisés ne pouvant plus être lus, etc. Hélas, on oublie souvent que de nombreuses données sont à l'extérieur dans des clés usb d'anciens employés - sans oublier que certains ont dû être expédiés à des tiers par internet.

Hier, la présidence de la république avec des bureaux qui flambent sans que la garde républicaine ne prenne la peine d'enrayer l'incendie à son début, incendie qu'on prétend d'origine inconnu - ce qui peut laisser une place à un incendie volontaire même si on nous a dit le contraire, aujourd'hui, le siège d'AGIR d'Edgard Nguesso - sans oublier les incendies de la direction de la SNE et d'une agence à Pointe-Noire, ça fait beaucoup. A cela s'ajoute cette étrange rumeur de l'occupation de Kimongo par les Cabindais - et nous parlons de rumeur parce qu'il n'y a pas encore de confirmation ni de façon officielle, ni par des vidéos ou un média sérieux mais au Congo, la rumeur ressemble à la queue de l'information de sorte que l'on peut s'avancer de penser : "AU CONGO, QUAND VOUS APERCEVEZ LA RUMEUR, C'EST QUE L'INFORMATION N'EST PAS LOIN". Rien n'est donc à négliger.

On aurait pu s'attendre que monsieur Denis Sassou Nguesso regagne Brazzaville à l'annonce de toute cette agitation. Hélas, il doit encore se trouver au milieu de ses vaches et de ses poissons-chats à Oyo. Dans un climat d'insécurité, on le comprend : il vaut mieux rester à l'abri au loin pour gagner le Gabon ou la RDC en cas de situation grave mais nous croyons qu'il se trouve hors de Brazzaville pour donner l'impression que tous ces événements se passent sans qu'il soit concerné et sans qu'il en soit l'instigateur...

Nous sommes en 2013. Presque 2014. Il ne reste au régime des crocodiles du PCT à la tête desquels se trouve le grand éléphant qu'un peu plus de deux ans et ça passe vite. Jusque-là, la grande barrière constitutionnelle n'a pas encore été brisée et on ne sait pas comment la surmonter. L'incertitude gagne et avec elle la panique, laquelle entraîne des actes de sabotage, de destruction des pièces compromettantes. Tout régime criminel, en cas de doute, détruit tous les éléments qui pourraient le condamner ; les nazis l'ont fait - nous ne voyons pas pourquoi Sassou et les siens ne le feraient pas : ils sont pas encore à l'abri de procès pour Biens Mal Acquis, détournements, haute trahison, etc, au Congo...

Ceux qui nous lisent savent que nous avons déjà évoqué l"hypothèse de troubles savamment orchestrés pour décaler l'organisation de l'élection présidentielle de 2016 ou tout bonnement la suspendre pour attendre par exemple que la droite que Sassou a sauvée de la banqueroute revienne au pouvoir en France.

Tout ce qui se passe au Congo est à prendre très au sérieux. Ce n'est pas encore tout à fait un climat de fin de règne mais ça y ressemble et nous le disons derechef ici, au fur et à mesure que l'on s'approche de 2016, le grand éléphant risque de provoquer des troubles dans la forêt Congo.

Comme disent les Tsanguis (groupe téké) : "Fudu avant ndé mu kua il faut ndé utsala mbahu". En clair : "la tortue avant de mourir doit d'abord détruire le feu qui le brûle vif"...

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg