Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 13:35

Les rapports entre maraboutisme, fétichisme, occultisme et politique ne sont pas nuls du tout. Surtout pas en Afrique. Il suffit de considérer l'imbrication entre franc-maçonnerie et pouvoir pour parler de la face visible de cette congruence qui mêle instinct pratique de l'homme politique et tendance occulte  renvoyant à la nature même du pouvoir (influence, magnétisme, admiration, aura, domination, autorité naturelle, charisme, etc). En Afrique, le jeu politique ne relève pas que du rapport de force objectif entre les protagonistes autour de la sphère du pouvoir  et leur capacité de séduction ou de conviction du peuple ; il est aussi tributaire du coup de pouce fétichiste, des initiations de toutes sortes, qu'il s'agisse d'entrer, de se maintenir ou de s'élever en pouvoir (hiérarchie décisionelle nationale) - surtout lorsque l'on se retrouve dans un régime dictatorial.

Au Congo, personne ne peut nier l'addiction du grand éléphant aux fétiches, à l'occulte, au maraboutisme car il veut être de tous les pouvoirs (politique, économique, occulte, traditionnel, mystique, social, culturel, etc), il veut posséder tous les pouvoirs et toujours plus que les autres. Cette posture aurait-elle influé sur son entourage ? Il n'y a qu'à voir l'agitation des uns et des autres quand un remaniement ministériel se profile à l'horizon. Les marabouts se frottent les mains car c'est la grande cohue à qui va dénicher la super affaire mystique. Simple question psychologique ou les forces obscures jouent-elles vraiment dans le domaine de la politique pour modifier la configuration des uns et des autres au sein de la hiérarchie du pouvoir ? En tout cas, Adolph Hitler y croyait dur comme fer et nous vous assurons que les hommes politiques pensent que manipuler l'échelle de l'importance décisionnelle pour se hisser très haut est possible sans passer par les cabinets de communication, du moins, pas seulement...

Il y a un homme au sein du gouvernement de Denis Sassou qui fait l'objet d'une rumeur tenace, persistante qui laisserait croire que son maintien au sein du gouvernment ne serait pas juste le fait qu'il soit proche du chef de l'Etat Denis Sassou ou qu'il appartienne au monde des fils de la veuve, à la loge des adorateurs d'Eblis. Cet homme, en effet, a toujours été le premier des ministres dans l'ordre protocolaire, quand il n'a pas été simplement premier ministre - même lorsque le poste n'était pas constitutionnellement prévu. De quoi laisser croire à un super pouvoir de persuasion  sur le chef de l'exécutif, le grand nzokou, Denis Sassou Nguesso, maître de tous les mondes, kani des kanis, roi des rois au Congo, l'homme qui règne sur les morts, les vivants et ceux qui viendront demain (en leur bousillant leur avenir).

Cette histoire invraisemblable que nous allons vous raconter en essayant de l'analyser de façon objective nous vient du potin d'un ex-chauffeur du ministre Isidore Mvouba, monsieur Jean Jacques Malela, à l'époque où il était encore premier ministre. Un homme qui trahit son voeu de secret pour ne pas avoir reçu les 13 millions qu'on lui promit pour avoir transporté des colis spéciaux dont le destinataire ne nous a pas été indiqué clairement au travers des textes reçus, juste un lieu : à proximité de l'académie militaire - sans autre précision et sans que quoi que ce soit ne permette d'en déduire l'usage.

Nous avons été parmi les premiers à vous apprendre qu'Isidore Mvouba avait été discrètement exfiltré du Congo - avec de nombreux collaborateurs dont monsieur Frédéric Mahoungou Tekanima, prétendument pour raison de santé mais désormais, nous nous demandons si ceux qui dès le départ avaient aussi soutenu la thèse de la fuite n'avaient pas raison sur les deux tableaux. Et nous nous demandons même si l'alibi de la maladie n'est pas le meilleur prétexte pour sortir du pays où les hôpitaux sont des mouroirs. Toutes les hypothèses sont sur la table, même la rumeur d'un désaccord familial entre Isidore Mvouba et Denis Sassou Nguesso qui aurait trouvé le moyen de planter sa graine royale dans la "fleur" sortie de la graine d'Isidore Mvouba. A soixante-dix ans révolus, la virilité de notre big nzokou serait toujours active et féconde à ce qu'il paraît. Comme les rois de jadis, il a dû se jurer de laisser après lui une progéniture gigantesque digne de celle du roi David ou de son fils, le roi Salomon, eux qui avaient des centaines de femmes et des centaines de concubines !

C'est de la sphère de la vie privée mais là, il y a bel et bien irruption dans la sphère politique si la rumeur est fondée et qu'elle soit l'une des raisons qui aient introduit une dissension entre le chef de l'Etat et le premier de ses ministres sur l'ordre protocolaire. Au Congo, il n'est pas rare que des affaires de "postérieur" viennent dicter la conduite des affaires de l'Etat ! En effet, Isidore Mvouba n'a plus été vu siégeant au milieu des autres ministres depuis un moment et l'on se dit que si Sassou n'a pas encore procédé à un remaniement ministériel, c'est parce qu'il garde toute sa confiance en son ministre Isidore Mvouba dont il pourrait bientôt être lié par...l'hémoglobine !

S'il ne s'agissait que de ça ! Hélas, la rumeur est comme le levain dans la pâte ; il lui faut toujours monter plus haut. Cette fois-ci, elle est un peu plus qu'une rumeur puisque l'accusation serait portée par l'ancien chauffeur d'Isidore Mvouba aujourd'hui incarcéré en l'occurrence monsieur Jean Jacques Malela. L'homme accuserait le premier ministre de trafic d'ossements humains à des fins mystiques de sorte à prendre l'ascendant sur le chef de l'Etat Denis Sassou Nguesso. Vengeance du chauffeur  limogé et emprisonné n'ayant pas reçu les 13 millions qui lui furent promis ? En tout cas, nous avons hésité avant d'en parler car les documents que nous avons téléchargés sur un réseau social nous laisse perplexe : il n'y a pas un rapport direct établi entre l'ex-chauffeur et Isidore Mvouba parce que l'interlocuteur direct de l'accusateur n'est autre que le Directeur Administratif et Financier d'Isidore Mvouba, Frédéric Mahoungou Tekanima et non directement Mvouba lui-même.

Il est à noter que dans une autre version, il est fait allusion à des "colis" au lieu de cercueils - ce qui ajoute à la confusion. On se demande s'il s'agit dans ces bouts d'articles de la même mission ou de plusieurs autres mais nous sommes persuadés que c'est la seule puisqu'il est fait allusion de la promesse de 13 millions de francs cfa. D'autre part, dans un des articles qui parle clairement du contenu des cercueils ouverts, il est dit que l'on y retrouve cinq cadavres d'adultes et d'un mort-né et non d'ossements proprement dits, tout en prétendant qu'il y a d'autres "colis". Tous ces textes dont certains ne sont pas complets nous laissent dubitatifs.

Sans nier l'existence du trafic d'ossements humains dont l'un de nos aînés du quartier tirait l'origine de sa richesse et qui lui valut la prison, l'administration directe de la preuve fait un peu défaut dans cette histoire : rien ne permet de dire à monsieur Jean Jacques Malela que ces corps dans ces cercueils avaient vocation à entrer dans des compositions fétichistes. Et s'il s'agissait de personnes assassinées que l'on voulait enterrer en douce ? Ces textes ne sont pas si explicites au logicien que nous sommes. Monsieur Jean Jacques Malela prétend certes avoir été reçu par Isidore Mvouba sous la pression d'un ami député en présence de Tekanima et de Bemba, directeur de cabinet mais rien ne permet de déduire tout le reste. Et Isidore Mvouba ne doit pas ignorer que dans le domaine occulte, Denis Sassou Nguesso a tout d'un grand féticheur lui-même et qui plus est son grand ami de longue date. Isidore Mvouba bénéficie en qualité de membre du PCT de la politique de gouvernance géostratégique de Sassou : des Kongos-Laris, par-ci, des Tékés par là pour donner une impression d'unité nationale au travers de son gouvernement de larbins. Cependant, vu les recherches effectuées, nous postons un article à ce sujet et nous allons tout mettre en oeuvre pour avoir un peu plus d'informations dans cette affaire. 

 Donc, prudence : par pure vengeance, on peut diffamer son ancien employeur - surtout quand vous n'avez pas tout reçu de vos 13 millions et que vous vous retrouvez en prison...

trafic-ossements-humains-1.JPG

trafic-ossements-humains-2.JPG

trafic-ossements-humains-3.JPG

trafic-ossements-humains-4.JPG

trafic-ossements-humains-5

trafic-ossements-humains-6.JPG



Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg