Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 08:09

Il faut que les Congolais comprennent que lorsque l'on fait des analyses,  si l'on trouve une logique en dénombrant des constantes, des indicateurs qui reviennent tout le temps,  il ne faut pas redouter de les dire et de les dévoiler. Faire comme si de rien n'était, ne pas nommer exactement les choses est une trahison. A l'époque de Pascal Lissouba,  Denis Sassou Nguesso n'hésitait pas à dénoncer l'enrichissement des sudistes : " Ils ont pris en trois ans ce que nous avons pris en douze ans", disait-il déjà à l'époque.  Ils, ce sont les sudistes, bien sûr, mais à présent, l'analyse sous la dichotomie nord/sud est interdite alors qu'elle est flagrante dans la réalité !  Comment peut-on espérer changer les choses si on ne dénonce pas de tels faits ? Les analyses dichotomiques existent en politique même en France en termes de débat ou de conflit Gauche/Droite.  La dichotomie apparaît souvent quand il y a une opposition tranchée en deux camps : maîtres/esclaves, serfs/seigneurs, dominants/dominés, autochtones/étrangers, hommes/femmes, etc. La dichotomie devient un élément indispensable de l'analyse quand il est impossible d'expliquer la réalité autrement que par l'opposition tranchée entre deux camps, entre deux microcosmes opposés dont les contradictions déterminent la dialectique sociale. Dans cet article, nous allons révéler une situation que de nombreux Congolais connaissent car certains la vivent au quotidien dans notre pays et cette situation ne peut se comprendre que dans la logique dichotomique nord/sud qui a commencé à sévir depuis les fausses indépendances.

Nombreux sont les cadres du sud dans la fonction publique, dans l'armée, à la douane, l'enseignement ou ailleurs qui ont un salaire mais n'ont pas de poste de travail car le poste est occupé par un resssortissant du nord - à ce seul mérite. Ils perçoivent  un salaire, sont compétents mais depuis le coup d'Etat de 1997, n'exercent plus leur emploi car ils ont tout simplement été remplacés par des ressortissants dont vous reconnaîrez par la consonnance de leur nom qu'ils sont ressortissants du nord du Congo qui ont reçu le mot d'ordre suivant de Sassou : "Allez-y ! Formez-vous dans le tas ! C'est votre récompense pour m'avoir ramené au pouvoir". 

Ils sortent le matin après avoir pris un petit-déjeuner ou non et vont jouer aux cartes ou au jeu de dames pour passer le temps car ils n'ont rien d'autre à faire. A ceux qui font un tour au bureau, ils saluent juste les collègues de travail et reviennent à la maison. D'ordinaire, de telles situations ne s'observent qu'en cas d'occupation comme si le Congo était occupé par des étrangers, comme si les ressortissants du nord du Congo avaient occupé leur propre pays car l'occupation est toujours le fait d'étrangers. Certains s'ennuient et boivent pour essayer de trouver le temps moins long. Cette situation n'est pas une invention de ma part car ce sont les cadres inactifs du sud qui m'ont demandé de dénoncer cette situation. Denis Sassou Nguesso veut détruire le sud du Congo en commençant par affaiblir son élite socioprofessionnelle et il le fait si bien que dès que vous suivez Télé Nkombo, c'est toujours un ressortissant du nord qui est interviewé parce qu'il est directeur de ceci ou de cela.

Sassou reprochait à Pascal Lissouba d'avoir remplacé certains personnels parce qu'ils étaient du nord mais ce à quoi on assiste c'est que lui veut remplacer tous les agents de la fonction publique par les originaires du nord qu'on retrouve partout, à tous les postes de direction. Ils ne leur rest plus que les postes subalternes qu'ils ont commencé à occuper.

Après le coup d'Etat de 1997, les fonctionnaires du sud ont dû fuir de Brazzaville pour se réfugier dans leurs villages où certains ont trouvé la mort lors des inquisitions organisées par les cobras de Denis Sassou Nguesso. Quand ils sont revenus à Brazzaville, leurs postes de travail étaient occupés par des ressortissants du nord.

Certains peuvent douter que cette situation ne soit pas délibérée et qu'il s'agit d'un hasard ; à ceux-là, on répondra qu'en politique, il n'y a pas de hasard. Tout est le fruit d'une planification, d'une réflexion qui vise un objectif précis dans le but de conserver le pouvoir. A ceux qui pensent que l'on ne doit pas dénoncer cette situation de détresse des cadres du sud, je dirai que vous n'aimez pas votre pays car j'aurais dénoncé l'inverse si Pascal Lissouba avait agi de la même façon car nous avons accepté l'idée d'une république qui fait de tous les Congolais des compatriotes. Or, quand on fait une lecture souterraine de la politique de Denis Sassou Nguesso, on a l'impression qu'il a divisé le pays en deux et qu'il a sciemment organisé l'occupation de fait d'une partie par une autre. Si l'on ne prend que l'exemple de la douane, il y a des douanes à toutes les frontières et il est anormal que quelqu'un quitte le nord du pays pour venir exercer le métier de douanier à Pointe-Noire comme si les Vilis étaient incapables de le faire. Il faut vite inciter ce monsieur Sassou à instaurer une véritable décentralisation pour réduire le chômage et l'inactivité avec emploi au sud du pays... 

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

mwangou 18/09/2010 19:47



Encore merci pour cet article. Il convient cependant de dire que cette situation existe au Congo depuis Sassou 1, elle a continué sous Lissouba et est revenue sous Sassou 2,3. le problème
est qu'au Congo, les dirigeants au pouvoir se confondent à l'Etat; quand ils arrivent, ils se croient autorisés de changer le personnel, mais ne savent pas que faire de ceux qui étaient là,
surtout lorsqu'il s'agit de cadres. Alors dans cette logique, ils les laissent sur le bas côté avec cependant leur salaire. voilà comment cette situation se produit, et si elle ne gêne pas ces
dirigeants, c'est parce qu'ils n'ont rien à foutre avec l'argent public qu'ils gaspillent autant qu'ils peuvent par ailleurs.



Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg