Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 07:09

Ceux des citoyens congolais qui disent que les choses vont mal sont-ils des mauvais citoyens et ceux qui disent que tout va bien alors que les choses vont mal sont-il des bons citoyens pour autant ? Ici, l'objectif n'est pas d'opposer par une dichotomie tronquée ceux qui pensent que tout est est noir à ceux qui disent que tout est blanc. Il doit y avoir une juste mesure à déterminer par l'analyse.

"tu reviens au pays, comment vont les choses là-bas ?

-Tout va bien. C'était des vacances chouettissimes ! "

C'est le point de vue d'un "parisien" qui est allé s'enfiler de petites minettes et qui a passé le clair de ses nuits dans des boîtes de nuit et qui n'a pas fait attention aux conditions dans lesquelles vivent ces concitoyens. Il a acheté son groupe électrogène et buvait son eau Mayo pendant toute la durée de sa visite et a eu le temps de négocier quelques affaires pour ses prochaines vacances. Il y a aussi ceux qui disent : "on va bientôt résoudre les problèmes d'électricité" - alors que le pays, plongé dans l'obscurité, est toujours victime de délestages sauvages et que le chômage atteint des records, et que dans de nombreux domaines, les choses vont de mal en pis : éducation, urbanisation, démocratie, routes, aménagement du territoire, etc. On peut nous reprocher parfois de tomber dans le catastrophisme tandis que certains sont dans un positivisme idéologique - parce qu'il faut soutenir le pouvoir pour bien se faire voir ou parce que sa situation personnelle est bonne. Naturellement, ceux qui trouvent leur compte au Congo estiment que tout va bien MAIS POUR EUX ET NON POUR TOUS ! Quelle est la juste mesure entre l'intérêt individuel et l'intérêt collectif ? Dois-je estimer que les choses vont bien dans tous le pays parce que j'ai une somptueuse villa, que je profite du système inique mis en place par le clan Sassou & Nguesso ou devrais-je admettre que le niveau de l'ensemble social doit aussi augmenter en même temps que j'accumule des milliards ? Et ne devrais-je pas mettre mes  milliards mal acquis au service de tous afin d'élever le niveau de vie de ma société ? C'est qu'ailleurs, l'initiative privée est source de progrès et d'innovation.

Il y a ceux qui sont pour le statu quo et ceux qui prônent le changement. Les deux positions semblent à première vue inconciliables. On peut être pour le statu quo de sa situation personnelle et être pour le changement social, collectif. Nul ne peut nier qu'il y a une différence entre le Congo d'il y a 50 ans et celui de 2010 mais la question est la suivante  : s'y sent-on plus heureux aujourd'hui qu'il y a cinquante ans dans l'ensemble du pays ? Il y a des indicateurs qui ne trompent pas comme les décès ou l'état des villes, entre autres. Le budget du Congo de 2010 est de loin plus important que celui de 1960 et on aurait pu croire que cet accroissement se traduirait par un bien-être, un mieux-être collectif. Or, on voit que pour réussir au Congo, il ne suffit pas d'être brillant, d'avoir des compétences : il faut entrer dans un système de clientélisme vis-à-vis du pouvoir d'Etat qui a été privatisé et dont les parents d'un dictateur occupent tous les grands postes de décision. Au Congo, on vous dit : "Il faut être parrainé", un langage qui emprunte à la franc-maçonnerie qui a pris ses quartiers dans tout le pays.

Non pensons qu'il y a un citoyen sous l'individu que je suis et si l'individu est satisfait de sa situation personnelle, il ne faut pas qu'il laisse mourir le citoyen qui est en lui au risque de laisser mourir le pays. Donc, nous autres, au risque d'être mal vus du pouvoir et de ceux qui soutiennent le pouvoir, avons pris la plume pour dire ce qui ne va pas car ce qui va bien et peu de choses vont bien, nous n'avons pas besoin d'en parler ! Si l'individu que je suis mange tous les jours, que doit penser le citoyen que je suis de celui qui a faim, de celui qui est malade et qui aurait pu être soutenu par l'Etat qui brade nos richesses au lieu de mettre en place un système de sécurité sociale performant ? Nous pensons que l'Etat agit certes mais que nous avons le devoir d'évaluer son action à la hauteur de ses moyens. Hélas, quand nous regardons les richesses du Congo accumulées depuis cinquante ans, nous ne voyons pas dans la réalité la traduction matérielle de celles-ci. Il y a des infrastructures collectives, des institutions comme l'école, l'hôpital, etc qui ont  perdu en qualité. Quand nous comparons avec celles qui ont existé il y a cinquante ans, nous voyons que le niveau a reculé. Alors n'y a-t-il pas moyen que le citoyen que je suis dise aux autorités illégitimes ou non que les choses vont mal ? "Ah, le Lion de Makanda salit l'image du pays !" Entendez  que pour le pouvoir et ses fans, tout citoyen doit toujours soutenir son pays - même si on assassine, même si on laisse mourir les enfants de faim, de soif, que le virus poliomyélite revient et que le patrimoine et les comptes bancaires du clan au pouvoir grossit sans justification ? Bon sang, l'individu que je suis parce que je suis citoyen, devrais-je être pour autant contre mon pays en soutenant aveuglément son Etat qui le détruit depuis cinquante ans ?

Ma critique est comme un défi que je lance au système en disant : "prouvez-moi que j'ai tort en démontrant que les choses vont mal en les améliorant". En fait, je rends plus service à mon pays que celui qui dit que tout va bien car moi, je le pousse vers le haut comme lorsqu'on dit à un enfant : "Tu as eu 10 sur 20 ; c'est bien mais ne vois-tu que tu peux corriger ceci ou cela et avoir 17 sur 20 ? Bref, ne peux-tu pas t'arranger pour viser l'excellence, c'est-à-dire 20 sur 20 en utilisant au mieux tes ressources, tes capitaux ? ". Le critique est comme un entraîneur qui pousse sans cesse les capacités de son pays à aller plus loin. L'individu qui est en moi doit donc s'il aime vraiment son pays réveiller le citoyen qui est en lui car si le citoyen qui est en moi meurt, comment pourrions-nous être une nation, une république ? C'est vrai que mes mots sont durs, ma plume acerbe mais elle est à l'image de la réalité que je critique que je décris. Non, LDM ne salit pas l'image du pays car le pays est sale d'une saleté physique et mentale ; LDM lui demande d'aller se laver pour que les autres pays du monde ne se moquent pas de sa puanteur.

Quand l'individu vend son pays aux étrangers pour satisfaire juste sa réussite personnelle - alors qu'il a prêté serment de servir la nation, il trahit le citoyen qui est en lui et ipso facto joue contre sa propre nation. Les positivistes zélés ne doivent pas trouver que les choses vont bien quand elles ne reflètent que leur existence car la sphère individuelle est privée et mieux vaut dire : le pays va mal mais moi, je m'en sors. Comment ? En détournant ? En sacrifiant la nation ? En se corrompant ? En corrompant ? En perdant son âme ? En Europe, les riches tirent leur pays vers le haut et ne l'enfoncent pas dans les profondeurs de la honte en regardant la saleté du haut de leurs villas à cinq niveaux avec deux sols et des bunkers.

Vous savez que lorsqu'un jour, je donnerai un satisfecit au gouvernement, ce jour-là, il y aura eu un progrès irréversible, un pas de franchi MAIS POUR TOUS ! Alors, pendant que Pointe-Noire et Brazzaville sont dans l'eau et que le spectre de la polio terrorise mes frères, laissez-moi crier : " AU FEU ! LE PAYS BRÛLE !" " AU SECOURS, LE PAYS SE NOIE !" Si tu n'as pas compris ce texte, c'est que l'individu que tu es a assassiné le citoyen congolais qui vivait en toi. Kiadi mingi...

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg