Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 09:06

COMMENTAIRE : Sous l'impulsion de la Grande Bretagne et des Américains, Denis Sassou Nguesso a décidé de jouer son théâtre Muhirika entre la RDC, le Rwanda et l'Ouganda dans un nouveau ballet de médiation bananière - pour faire semblant de solder le conflit du pillage organisé de la RDC sur arrière-plan de remplacement des populations congolaises par celles du Rwanda afin d'occuper habilement une partie très riche de notre vaste voisin (le travail en est déjà à six millions de morts). Cet article de Boniface Musavuli met en lumière des interrogations sur monsieur Denis Sassou Nguesso face à Paul Kagamé et ses donneurs d'ordre anglais et américains qui sont les grands gagnants de la déconfiture frontalière de la RDC. Au lieu d'aider nos frères d'en-face cernés et infiltrés par les Rwandais, Denis Sassou Nguesso va jouer le médiateur paillasson qui ne maîtrise même pas l'affaire dans laquelle on lui demande des lumières. Pourtant, tous les observateurs ne cessent de l'avertir qu'après la colonisation de la république démocratique du Congo, le Rwanda a en ligne de mire les richesses pétrolifères de la rive droite du fleuve Congo et le 4 mars 2012  n'est qu'un coup d'essai pour eux.

En mettant en place une ligne aérienne Kigali-Brazzaville, en fait, Kagamé se prépare à rapatrier les Hutus qui ont trouvé réfuge au Congo : en effet, comment comprendre que le Rwanda, petit pays qui gratte ses montagnes pour produire des légumes puisse exporter en direction du Congo des produits agricoles ? Tout cela ne tient pas. Si les Anglais et les Américains le voulaient, ils arrêteraient les Rwandais. Ce n'est donc pas Denis Sassou Nguesso qui trouvera des solutions à la crise qui a coûté plus de six millions d'âmes à nos voisins d'en-face.

Kigali a des vélléités expansionniste. Nous sommes les prochains sur la liste mais Sassou en est-il conscient ? Honoré Ngbanda ne cesse de crier au loup rwandais qui salive sur l'hippocampe bourré de pétrole mais Denis ne sert que Sassou et personne d'autre.

Nous incitons nos frères de la RDC de prendre le problème rwandais à bras le corps s'ils ne veulent pas disparaître en tant que nation. Quant aux Hutus qui vivent au Congo et qui n'ont pas voulu rentrer au Rwanda, il ne restera à Sassou que d'inventer un mobile pour que les avions de Kagamé les rapatrient de force comme cela s'est observé avec les Tchadiens. Paul Kagamé veut éviter que le Congo devienne le bastion de la résistance à sa dictature. C'est aussi une façon habile pour le big nzokou de se débarrasser d'alliés encombrants qui l'ont aidé à conquérir le pouvoir en 1997 mais qui pourraient demain freiner l'ascension politique de "mwana ndéya" en choisissant le camp adverse de la restauration de la démocratie au Congo...

En qualité de médiateur, Denis Sassou Nguesso a échoué partout. Pour preuve, son  récent échec cuisant en RCA aujourd'hui livrée au pillage d'autant plus que ce pays, asphyxié financièrement, est au bord de la ruine. Sans se soucier de ses échecss successifs, le vieux crocodile de la politique africaine continue son oeuvre de médiateur pour rien du tout. Pourtant Sassou a qualifié Hyppolite Kanambé de cheval de Troie du président sur échasses. Donc, il sera assis en face de deux complices. Peut-être trois si Museveni, un autre Tutsi, est sur la table des négociations.

Hélas, pour ses propres intérêts dont le but est de se forger une image de nouveau "sage" de l'Afrique - surtout depuis la mort du président feu Omar Bongo Ondimba - afin d'apparaître indispensable sur le trône du Congo en 2016, Denis Sassou Nguesso est sur le point de trahir une nation soeur pour servir sa propre gloire car il faut bien qu'il gagne quelque part et si ce n'est sur le plan international, c'est donc sur le tatami national qu'il attend des rétombées positives. Entre nous, qui peut se passer d'un sage qui n'arrive même pas à donner de l'eau à ses propres administrés au Congo ? Denis travaille pour Sassou et Sassou pour Nguesso. Le reste n'a pas d'importance...

                                         ___________________________________________________

Congo-Brazza – RD Congo – Rwanda : A quoi joue Sassou-Nguesso ?

Lorsque se produit un malheur dans la maison d’un être cher, et qu’on aurait pu le prévenir, on s’en veut pour longtemps de ne pas l’avoir fait. Le Congo-Brazza et ses chaleureux habitants ont toujours été pour les Congolais de la RDC une seconde patrie, une terre de répit durant les moments difficiles, trop fréquents au Congo de Lumumba. Mais tout ceci risque de devenir du passé en mesure que se renforcent les relations entre Denis Sassou-Nguesso, Président du Congo-Brazza et Paul Kagamé, Président du Rwanda. Pour tous ceux qui ont été témoins de la succession des événements dans l’Est du Congo au cours des deux dernières décennies, où un havre de paix, le Kivu, a été transformé en gigantesque abattoir, il n’y a rigoureusement rien de rassurant dans le rapprochement entre Brazzaville et Kigali. On est peut-être à la veille d’une nouvelle catastrophe en Afrique centrale, et l’analyse des premiers indices n’est guère rassurante.

Une ligne aérienne Kigali-Brazzaville

Un accord de coopération entre Kigali et Brazzaville a été conclu, et un premier vol, un cargo, a décollé de l’aéroport rwandais vers Brazzaville le 06 mai 2013 avec à bord 30 tonnes de marchandises[1]. Selon le ministre rwandais du commerce et de l’industrie, François Kanimba, l’avion transportait essentiellement des produits agricoles comme la viande, le haricot et de petits poissons séchés.

Il est prévu qu’un appareil effectue chaque semaine un vol avec à bord des produits agricoles comme les farines de manioc et de maïs, le haricot, la viande, les fruits, et les légumes. Une information officielle qui devrait mettre la puce à l’oreille.

Mobiliser un avion pour transporter 30 tonnes de légumes, de fruits, de farine de manioc,… d’un pays comme le Rwanda qui manque d’espace agricole (419 hab./km²) vers un pays comme le Congo-Brazza disposant de vastes terres inexploitées (13 hab./km²)

Par ailleurs, on voit mal une compagnie aérienne rester longtemps rentable en convoyant des légumes vers un pays couvert au 2/3 de forêt équatoriale, et qui en produit déjà presqu’en excès. Et des petits poissons séchés du Rwanda vers un Congo-Brazza qui dispose de 169 km de littoral sur l’Océan Atlantique[2], où il suffit de jeter les filets dans l’eau pour « ramasser » du poisson en abondance. 

On peine à croire qu’une telle information officielle a pu passer sans susciter des interrogations. On comprendrait plutôt que des denrées alimentaires partent du Congo vers un Rwanda surpeuplé et privé de terres agricoles.

Qui croit toujours que des avions vont amener, chaque semaine, à Brazzaville, trente tonnes de légumes, de farines de manioc et de petits poissons,… ?

Menace sur les réfugiés hutus

Une petite communauté des Hutus rwandais est installée au Congo Brazzaville depuis 1997. On leur a demandé de rentrer au Rwanda avant le 30 juin dernier sous peine de perdre leur statut de réfugiés[3]. Les 8.000 Rwandais ont fait la sourde oreille et ont donc, officiellement, perdu leur statut, un choix difficile mais assumé, et il y a lieu d’éprouver de la compréhension à leur égard.

En effet, ces hommes et ces femmes sont les survivants, voire les rescapés de la Première Guerre du Congo (1996-97)[4]. Nombreux ont quitté le Rwanda à pied pour se réfugier dans l’Est de la République Démocratique du Congo en juillet 1994, après la prise du pouvoir par les rebelles tutsis du FPR, le mouvement de l’actuel Président rwandais Paul Kagamé.

Devoir de mémoire

Certains Hutus seraient même originaires du Nord du Rwanda qu’ils ont dû quitter, poussés vers Kigali par les combattants du FPR, Kigali qu’ils vont devoir quitter, à nouveau pour se réfugier dans l’Est du Zaïre, l’actuelle RDC, en 1994. Mais en 1996, l’armée rwandaise envahit l’Est du Congo et bombarde les camps du HCR où étaient massés les réfugiés hutus.

C’est le début d’un massacre à grande échelle que vont subir les Hutus qui tentent de fuir dans la forêt, à l’Ouest. Ils vont devoir traverser toute la République Démocratique du Congo, à pied, sur une distance quasiment entre Moscou et Paris (plus de 2.710 km). Le rapport du Projet Mapping d’août 2010 doit être lu et relu avec attention dans les familles des survivants hutus du Congo-Brazzaville. Difficile pour ces rescapés des massacres dans les forêts du Congo, de percevoir avec sérénité le rapprochement entre Brazzaville et Kigali.

Les autorités de Kigali, qui commencent à perdre du prestige sur le plan international, suite à l’affaire du M23, craignent, manifestement, que Brazzaville puisse éventuellement servir de point de concertation des opposants rwandais en exil. Kinshasa est trop infiltré par les agents du régime de Paul Kagamé. En effet, à la suite de négociations secrètes entre Joseph Kabila et Paul Kagamé, de nombreux agents rwandais ont été placés dans les hautes instances des institutions de la RDC. Cela transparait, par exemple, dans l’affaire Bosco Ntaganda, telle qu’elle a été commentée par le général rwandais en exil Patrick Karegeya[5].

Pour les opposants à Paul Kagamé, la RDC n’est pas un pays sûr. Le Congo-Brazza, en revanche, proche de Paris, aurait pu être un point d’ancrage dans la lutte contre la dictature rwandaise. Nous sommes donc plus proches d’une coopération destinée à démanteler la résistance rwandaise que d’une coopération économique entre le Rwanda de Paul Kagamé et le Congo de Sassou-Nguesso.

L’affaire de trente tonnes de légumes et de petits poissons rwandais devient dès lors un habillage assez grotesque.

L’ambassadrice britannique à Brazzaville

Et dans ce contexte où se mêlent intrigues et fausses apparences, on entend parler un haut diplomate britannique. La nouvelle ambassadrice de la Grande Bretagne à Brazzaville a consacré sa première déclaration à un sujet assez curieux, lorsqu’on se situe du côté du Congo-Brazza. En effet, le 07 août dernier, Madame Diane Corner a déclaré que son pays va travailler avec le Président Sassou-Nguesso « dans la recherche des solutions pour la stabilité et la paix durable dans la région des Grands Lacs »[6]. On s’attend à ce qu’un diplomate étranger à Brazzaville parle de la Centrafrique, du Gabon, ou de tout autre pays avec lequel le Président congolais a des affinités « naturelles » du fait de la proximité culturelle des peuples du Golfe de Guinée. Le Congo-Brazzaville n’a pas d’expertise dans les conflits de la Région des Grands-Lacs.

Si les Britanniques parviennent à convaincre Denis Sassou-Nguesso de s’impliquer dans la crise de la région des Grands-Lacs, il faut s’attendre à ce que le Président congolais devienne essentiellement un simple « pion » des Anglo-Saxons qui lui dicteront ce qu’il aura à faire, parce qu’il ne maitrise pas le sujet.

Sachant que ce sont les Britanniques et les Américains qui parrainent Paul Kagamé dans sa sanglante campagne visant à détruire la Patrie de Lumumba, depuis près de deux décennies, Denis Sassou-Nguesso deviendrait un des leurs. Il s’afficherait officiellement comme un médiateur de bonne foi, mais, officieusement, il jouerait, malgré lui, le jeu de Londres et Washington à l’origine de l’interminable tragédie de l’Est du Congo : plus de six millions de morts[7].

Les Congolais du Congo-Brazza ont une histoire millénaire de fraternité sans tâche avec leurs cousins de l’autre rive du fleuve Congo. Ils devraient rappeler à leur Président qu’il est au point de mettre le doigt dans un engrenage qui risque de broyer son peuple comme les Congolais du Kivu sont aujourd’hui en train d’être broyés.

Gouverner, c’est prévoir, et pour prévoir, il faut savoir méditer les expériences du passé, surtout les plus douloureuses.

Boniface MUSAVULI

 [1] http://fr.igihe.com/l-investisseur/...

 

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg