Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 14:26

Il est bon de discerner les processus en oeuvre et non seulement leurs effets. Le remue-ménage que l'on observe dans la sphère de la mafia financière intérieure au Congo est le fait du ministre des finances Gilbert Ondongo qui essaie de serrer les cordons de la bourse mais seuls souffrent les petits ministres comme nous l'avons écrit dans un de nos articles, suite à une correspondance reçue et les petites personnes qui survivent par de petites magouilles comme des salaires fictifs, c'est-à-dire, pour bien les désigner, des salaires multiples touchés par une seule personne. En fait, le Congo ne sait pas contrôler ou protéger ses revenus comme ses ressources ; c'est un pays passoire où l'on écume des milliards de francs cfa chaque jour hors du pays. Et dans ce tripatouillage à gros trous, il y a ceux qui se font prendre et les autres du pouvoir ou ceux de l'économie souterraine, l'économie qui échappe à l'Etat.

Nous avons appris le décès d'un Congolais en prison en lien avec l'affaire des salaires fictifs, une affaire qui ne date pas d'aujourd'hui. Pour ceux qui nous lisent, qu'il vous souvienne de l'affaire des 33000 faux salariés créés par un ministre dont le dossier est encore en souffrance sur la table de Sassou. Ondongo va à la pêche du menu frétin, Ondongo s'offre de la fine friture et non du gros poisson car les requins du saignement de l'Etat ont des dents longues et des bras qui arrivent jusqu'au palais Cristal de Mpila. Ils sont intouchables car un bras aussi long ne peut pas être pris : il a vite fait de changer de position dès qu'il sent des frissons le parcourir. Pendant ce temps, il a eu le temps de farfouiller dans de nombreux tiroirs étatiques et de cajoler de nombreuses poches. Gilbert Ondongo se rabat sur du menu frétin pour passer sa frustration et se donner l'impression de servir le pays.

Nous sommes à une époque où l'on peut contrôler aisément des dizaines de milliers de salariés voir des millions ou même des miliards. D'ailleurs, on fait mieux ailleurs en contrôlant pratiquement la plupart des transactions financières dans les pays civilisés. On doit pouvoir mieux contrôler les décaissements publics dans un petit pays comme le Congo. Et si la fraude existe, c'est qu'il y a des failles et les failles indiquent forcément des complicités souvent internes au système car un homme qui touche dix fois sa paye du mois ne peut pas passer inaperçu et nous savons qu'il ne jouit pas seul de ce pécule puisqu'à chaque fois, il laisse sa part de madesu ya bana ou "haricots des enfants". Déjà que 90% de l'économie congolaise sont souterrains, s'il y a des fraudes sur les 10% qui restent, vous pouvez imaginer l'intensité de la diarrhée financière dans notre pays. Il faut qu'Ondongo puisse essayer d'élargir l'assiette du contrôle à une part plus grande de l'économie congolaise - notamment les étrangers qui s'enrichissent goulûment dans notre pays. Imaginez un pays où l'on vous propose un poste à la fonction publique contre de l'argent. Vous payez, on vous crée un poste virtuel et un vrai salaire et peu importe si vous vivez au Congo ou non, que vous soyez mort ou non, que vous soyez un Congol, un Libanais ou n'importe qui. En fait, il n'y a pas de vraie administration dans le pays ; ce qui fait que le Congo n'est pas si loin de ressembler à un paradis fiscal car l'Etat ne contrôle pratiquement par les flux d'argent qui circulent dans l'économie du pays.

Gilbert Ondongo doit avoir les mains libres pour réussir là où Andély a été remercié pour avoir fait du zèle. L'éthique disparaît voluptueusement devant un billet de banque et les chasseurs d'argent sale et d'argent facile sont si nombreux et si puissants qu'ils n'ont rien à craindre d'un ministre des finances dont les caisses sont en fait détenues par Denis Sassou Nguesso lui-même. Et nous savons que pire que les salaires fictifs, il y a le détournement de l'argent public, une pratique nationale, à cause des multiples "bureaux" ou "voisines du lit" comme on les appelle ailleurs, une pratique qui ressemble fort à un sport de haut niveau comme une fornication financière en haut lieu.

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg