Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 09:48

COMMENTAIRE : Ce texte est signé du jour même où j'ai écrit un texte exigeant une réaction de l'opposition congolaise et les réactions se multiplient : UPADS, FPOC, etc. Il faut aussi que les représentations de la société civile, entendez, les associations, les églises, interviennent afin de montrer que le peuple est avec la justice et non avec les voleurs et les corrompus. Il faut des contre-opérations à l'agitation qui est de règle au PCT et partis d'agitation politique professionnelle. Aux frères congolais restés au pays : ne prenez pas part aux marches que le pouvoir va organiser. Laissez-les patauger dans leur propre mélasse jusqu'à l'étouffement. En France et à l'étranger, il faudra que les associations pensent à organiser une marche de soutien à l'initiative judiciaire en associant des mouvements comme SURVIE, ATTAC, etc.Cette affaire des Biens Mal Acquis n'est pas une petite affaire puisqu'il y va de la crédibilité même de Denis Sassou Nguesso et de son entourage. Quel sera le regard des autres chefs d'Etat, notamment ceux des pays occidentaux, quand Sassou sera confondu ?  C'est sa crédibilité qui sera atteinte et cela nous amène à remettre encore une fois l'accès complaisant du Congo à l'initiative PPTE. Ceux qui seront convaincus de corruption pourront-ils encore occuper des postes au sommet de l'Etat comme Jean Dominique Okemba qui aurait des Biens Mal Acquis jusqu'en Belgique ? Sassou continuera à règner sur son propre vomi car il en a l'habitude mais la question de son entourage familial se posera forcément et toutes les forces doivent conjuguer leur effort vers le même but. On s'en fiche que Sassou distribue des médailles pour donner l'illusion d'un peuple uni. Nous savons qu'elle est le sentiment qui prévaut dans le royaume en ce moment...

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

LE FPOC ENCOURAGE LA JUSTICE FRANÇAISE À GARDER LA TÊTE FROIDE DANS CETTE AFFAIRE POUR LAQUELLE ELLE A LE SOUTIEN DE LA GRANDE MAJORITÉ DES CONGOLAIS

 

Mise au point du Front des Partis de l’Opposition Congolaise (FPOC) sur l’affaire des biens mal acquis impliquant le Président Denis SASSOU NGUESSO

 

La Chambre Criminelle de la Cour de Cassation a, en son audience publique tenue au palais de justice de Paris, rendu l’arrêt dans l’affaire visant des conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France par certains présidents de l’Afrique Centrale parmi lesquels Denis Sassou-Nguesso du Congo. La Cour de Cassation a, en effet, cassé l’arrêt rendu il y a un an par la Cour d’Appel de Paris, en concluant à la recevabilité de la plainte déposée par Transparence Internationale France en décembre 2008.

Le Front des Partis de l’Opposition Congolaise (FPOC) suit avec une attention et un intérêt particuliers la situation créée par cette décision aussi bien au Congo qu’en dehors de nos frontières.

 

Le Front des Partis de l’Opposition Congolaise qui a toujours combattu les antivaleurs dans la gestion des affaires publiques, appuie avec la dernière énergie toutes les forces qui, comme lui, luttent contre toutes les injustices, la mauvaise gestion et l’impunité. Dans ce sens, il soutient avec force cette décision de la cour de cassation qui, tout en reconnaissant aux tribunaux français, la compétence de juger ces affaires crapuleuses privées, consacre l’indépendance et l’impartialité de la justice française, d’une part et d’autre part, permettra tant soit peu la manifestation de la vérité sur la destination des recettes pétrolières et forestières dissipées et, les biens indûment acquis par une poignée de Congolais au pouvoir.

 

FRONT DES PARTIS DE l’OPPOSITION CONGOLAISE

F.P.O.C.

 

Faut-il le signaler, l’Opposition congolaise s’est toujours préoccupée de ce que, depuis des lustres, les ressources financières nationales prenaient des destinations obscures. A plusieurs reprises, elle a interpellé, en vain, les institutions habilitées à saisir la compétence de la Cour des Comptes et de Discipline Budgétaire sur des malversations financières avérées dont, entre autres, la non comptabilisation dans les budgets successifs de l’Etat congolais d’une partie importante des recettes pétrolières réalisées par la Société Nationale des Pétroles du Congo (SNPC), société d’Etat chargée de la commercialisation du pétrole brut congolais. A titre d’illustration, il peut être signalé, selon Xavier Harel), les recettes de l’ordre de un (1) milliard de dollars US soit 500 milliards de FCFA (au cours du dollar de l’époque) effectuées par ladite société dans la période allant de 2003 à 2005.

 

Par ailleurs, analysant le budget exercice 2011, le FPOC a noté qu’il est retenu, cette année comme les années antérieures, un élément de prudence à observer de 5 dollars par baril congolais à vendre. Cet élément de prudence qui constitue une recette à reverser dans le budget de l’Etat, ne l’a jamais été.

 

Dans la même veine, le compte de stabilisation ouvert à la Banque Centrale aux fins d’enregistrer les excédents pétroliers, ne disposait, d’après les statistiques de ladite Banque, que de 1046 milliards en avril 2010 alors qu’il aurait dû être de plus de 3 000 milliards de FCFA à cette date. Ce qui laisse comprendre que  des dépenses frauduleuses sont effectuées sur ledit compte en dépit de ce que toute dépense sur ce compte soit soumise à une loi rectificative.

 

Tout ce micmac auquel il faudrait ajouter des phénomènes comme la surfacturation des marchés publics et les projets non réalisés pour lesquels la totalité des fonds auront été décaissés, constitue autant de pistes d’enrichissement illicite pour les dirigeants congolais.

Le FPOC rappelle que le peuple congolais a toujours exigé de ses dirigeants le respect de l’article 48 de la Constitution du 20 janvier 2002 qui stipule « Tout citoyen élu ou nommé à une haute fonction publique, est tenu de déclarer son patrimoine lors de sa prise de fonctions et à la cessation de celles-ci, conformément à la loi. L’inobservation de cette obligation entraîne la déchéance des fonctions dans les conditions fixées par la loi. ». Avec ce même peuple, le FPOC fustige l’arrogance des dirigeants avec à leur tête le Président Denis Sassou Nguesso, qui en violation flagrante de la constitution taillée sur mesure, continuent d’entretenir la confusion et le flou sur leur patrimoine en ne déclarant pas leurs biens, ceci, avec la complicité active du Parlement, de la Cour constitutionnelle et de la Cour des comptes et de discipline budgétaire.

Le FPOC s’étonne de l’agitation fébrile qui gagne certains milieux politiques congolais et qui témoigne en réalité de la peur panique des dirigeants de la majorité présidentielle. En effet, ces milieux s’illustrent depuis le début de cette affaire par un discours violent et véhément qui fait l’amalgame entre la souveraineté nationale et le comportement de certaines personnes pour des actes privés qui les engagent individuellement et qui n’ont rien à voir ni avec leurs fonctions ni avec les relations bilatérales de notre pays avec des pays tiers.

 

Le FPOC dénonce la diversion savamment entretenue par une certaine classe politique pour détourner le peuple congolais de ses attentions traditionnelles. A ce sujet, le FPOC voudrait rappeler à l’opinion nationale et internationale que le peuple congolais a une grande tradition séculaire de condamnation de ses dirigeants quand leur comportement heurte la conscience collective. Il en est ainsi aujourd’hui des dirigeants actuels, empêtrés dans des scandales et des affaires qui n’honorent pas la République.  En effet, cette situation n’est pas une première dans l’histoire politique de notre pays comme l’a déclaré le Président Sassou Nguesso dans son message sur l’état de la nation, le 13 août 2009, nous citons : « …Je ne surprends personne en affirmant qu’en dépit de nos efforts multiples, notre pays n’est pas encore, hélas, exempt de corruption, de concussion, de fraude, de détournements de deniers publics et d’autres actes tout autant répréhensibles que néfastes à l’accomplissement du bonheur collectif. » Ici, ce sont les gouvernants qui sont interpellés. (...) Parmi les premières attentes de notre peuple, il y a l’espoir que s’arrête la dérive morale qui gangrène notre pays. » Fin de citation.

 

Déjà en 1963, la chute du Président Fulbert Youlou s’était accompagnée d’une mise en examen de certains dignitaires de son régime pour des biens qu’ils auraient acquis avec l’argent public détourné. Les activistes

de la révolution des 13, 14 et 15 août avaient ainsi accusé Fulbert Youlou et ses proches d’avoir tout volé. Leurs biens avaient été confisqués lorsqu’ils n’avaient pas été détruits.

 

En 1968, à la chute du Président Alphonse Massamba Débat, une commission des biens mal acquis avait également été mise en place par le CNR (Conseil National de la Révolution) pour traquer les biens des

dirigeants déchus, soupçonnés d’avoir été acquis avec des fonds publics détournés.

 

Sous le règne du parti unique, le Parti Congolais du Travail s’était également préoccupé des biens mal acquis par certains apparatchiks, appelés bourgeois bureaucratiques et compradors, tel que pouvaient le témoigner les recommandations des congrès du parti et les multiples procès sur la question.

 

En 1979, la destitution du Président Jacques Joachim Opango par ses camarades du Comité Central, sous la houlette du colonel Denis Sassou Nguesso, s’était réalisée sur un fond d’accusations multiples faites de

scandales, d’enrichissement personnel et de détournement de biens et de deniers publics.

 

En 1991, à travers la Conférence Nationale Souveraine, le peuple congolais s’était mêmement préoccupé des biens mal acquis par des dirigeants mafieux et malveillants.

 

En 1998, à la suite du coup d’Etat du 5 juin 1997, un procès avait été intenté contre le Président Pascal Lissouba à Paris, au sujet d’un hôtel particulier de la rue Prony, toujours sous le motif que ce bien aurait été acquis avec de l’argent public détourné.

 

Le FPOC estime légitime que le peuple congolais comme par le passé, demande des comptes à ses dirigeants, notamment au sujet de leurs patrimoines respectifs et de leurs biens privés.

Dans le cas actuel du Président Sassou Nguesso, les nouveaux riches qui fleurissent autour de lui et dont la liste des biens, à l’extérieur comme à l’intérieur du Congo, est établie, sont des personnalités connues de tous. Par conséquent, l’histoire et la traçabilité de la fortune personnelle de chacun des membres de notre classe politique et de ceux de la famille présidentielle peuvent donc être reconstituées facilement. Il ne s’agit nullement d’une affaire de souveraineté nationale ou d’institution bafouée. Il ne s’agit que d’une affaire privée, qui n’engage ni le peuple congolais ni la République.

 

Le FPOC encourage la justice française à garder la tête froide dans cette affaire pour laquelle elle a le soutien de la majorité des Congolais. Il souhaite ardemment que la justice suive son cours pour qu’une fois

au moins, la vérité éclate.

 

Fait à Brazzaville, le 26 novembre 2010

 

Le Collège des Présidents du FPOC

 

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg