Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 12:56

 

COMMENTAIRE : Une méthode Sassou en matière de négociations ? C'est déjà offensant qu'il n'ait pas fait le déplacement à Libreville en se faisant représenter par son ministre des Affaires Etrangères Basile Ikouébé qui n'a qu'une ligne politique :  "s'en tenir aux règles de l'Union africaine par rapport au changement de régime" - comme si Denis Sassou Nguesso en avait tenu compte en 1997 lors de son coup d'Etat contre le professeur Pascal lissouba. Nous sommes en plein dans un dialogue de sourds qui ne présage  rien de bon.

Le Séléka a-t-il les moyens politiques de résister politiquement face à des vieux routiers de la politique-mensonge habitués à enfumer leurs peuples depuis des années ? Si François Bozizé reste retranché derrière sa proposition de gouvernement d'union nationale (comme si le Centrafrique était désuni), que se passera-t-il  ? Militairement, le Séléka a-t-il  les moyens de vaincre une coalition de pays de la sous-région ? Vous pouvez comprendre que le statu quo ne profite qu'à une seule personne : François Bozizé.

Qu'il vous souvienne ce que nous avons dit dans des écrits précédents : Sassou cultive l'échec comme d'autres cultivent des cacahuètes ou des tomates. Il a déjà échoué. D'ailleurs, n'est-ce pas parce qu'il a senti l'odeur pestilentielle de l'échec qu'il a préféré envoyer Basile Ikouébé à sa place ? A quoi cela sert-il d'avoir Sassou comme médiateur s'il ne daigne même pas faire le déplacement à l'ouverture des négociations ? Asphyxié militairement, François Bozizé requinqué par un soutien militaire sous-régional inespéré veut gagner du temps pour recevoir ensuite ses armes de la Russie.

Comme le dit un proverbe tsangui : "Qu'importe à la souris les miaulements du chat tant que ce dernier est dehors sous la pluie ?" Bozizé a le budget d'un Etat à sa disposition ; il peut attendre et voir venir derrière sa barrière militaire sous-régionale. Les rebelles n'auront que le choix d'enfoncer Damara car dans la durée leurs positions sont intenables stratégiquement. A moins qu'ils cèdent aux desideratas de Bozizé qui risque de gagner sur le terrain politique après avoir échoué sur le terrain militaire. Et si c'était en fait son objectif : battre le Séléka sur le tatami de la politique pure ?

Centrafrique: un accord loin d'être acquis, les rebelles exigent le départ de Bozizé

10 janvier 2013 à 07:18
Le président centrafricain François Bozizé lors d'une conférence de presse le 8 janvier 2013 à Bangui

Un accord au terme des cruciaux pourparlers centrafricains de Libreville semblait mercredi soir loin d'être acquis, les rebelles continuant d'exiger le départ du président François Bozizé et sa traduction devant la Cour pénale internationale (CPI).

"Il n'y a pas d'autre alternative, rien que le départ de Bozizé. L'unique mal des Centrafricains, c'est Bozizé, c'est tout", a déclaré un porte-parole du Séléka Florian Ndjadder, après 12 heures de discussions entre les délégations du pouvoir, de la rébellion et de l'opposition, sous l'égide de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC).

Les représentants du Séléka ont quitté la séance vers minuit, mais doivent revenir jeudi matin.

"Il y a blocage ce soir, mais les rebelles reviendront jeudi", a indiqué une source au ministère gabonais des Affaires étrangères.

Dans un mémorandum présenté mercredi aux participants en début de séance, la coalition rebelle du Séléka exige "qu'une procédure soit engagée devant la CPI de la Haye contre François Bozizé".

La rébellion accuse le président centrafricain de "faits de crimes de guerre et crimes contre l'humanité", en lui reprochant "arrestations, détentions et séquestrations arbitraires, enlèvements, disparitions, assassinats et exécutions sommaires".

Après une conquête éclair de la majeure partie du pays depuis le 10 décembre, les rebelles se trouvant désormais aux portes de Bangui, demandent "la reconnaissance" par François Bozizé "et son régime de leur défaite militaire et leur abdication dans l'intérêt du peuple centrafricain". Elle recommande même au chef de l'Etat de "se trouver une terre d'asile".

A l'ouverture de la rencontre à la Cité de la démocratie, le ministre congolais des Affaires étrangères qui dirige la réunion, Basile Ikouébé, avait appelé rebelles et opposition à "s'en tenir aux règles de l'Union africaine par rapport au changement de régime", allusion à l'exigence de la rébellion que Bozizé parte.

Mardi, le président centrafricain avait, dans une charge violente contre la rébellion, catégoriquement refusé de quitter la pouvoir, estimant qu'il avait "perdu une bataille mais pas la guerre".

Dans le mémorandum, le Séléka reproche de nouveau au pouvoir le non-respect de divers accords de paix signés entre le gouvernement et les rébellions, notamment l'accord de paix global de Libreville de 2008. Les débats doivent porter principalement sur la renégociation de ces accords de paix.

M. Ikouébé a en effet demandé "aux uns et aux autres, surtout à l'opposition et aux groupes armés de respecter les engagements pris par les chefs d'Etats à N'Djamena, d'axer leurs discussions sur les accords de 2008 de Libreville".

Le 21 décembre, les chefs d'Etats de la CEEAC, réunis dans la capitale tchadienne, avaient demandé à la rébellion de quitter les zones occupées. En l'absence de cessez-le-feu, le Séléka avait cependant continué sa progression en balayant l'armée régulière.

Les accords de Libreville comprenaient notamment la mise en place d'un programme de Désarmement, démobilisation, réinsertion (DDR) qui n'a jamais été respecté, selon la rébellion. 

Le conseil des ministres des Affaires étrangères de la CEEAC réuni mardi à Libreville en préparation des négociations, avait "regretté que toutes les parties continuent de faire des déclarations incendiaires" et appelé "immédiatement à un accord de cessez-le-feu".

Les pourparlers de mercredi doivent être suivis jeudi par un sommet des chefs d'Etat de la CEEAC, a précisé M. Ikouébé.

François Bozizé devrait y participer, dans l'hypothèse où les délégations arrivent à s'accorder sur une sortie de crise, ce qui, mercredi soir, semblait loin d'être acquis.

L'un des principaux opposants, Jean-Jacques Demafouth, arrivé mardi soir, estime que le président Bozizé doit venir à Libreville: "Il ne peut pas refuser de venir. Il sera obligé à un moment donné d'être là. La situation est extrêmement grave", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Le gouvernement centrafricain ne veut rien entendre des revendications des rebelles, ces négociations vont accoucher d'une souris", estimait, pessimiste, un responsable de la CEEAC.

 

Source :  

http://www.liberation.fr/depeches/2013/01/10/centrafrique-debut-des-pourparlers-entre-pouvoir-rebelles-et-opposition_872672

     

    Partager cet article

    Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
    commenter cet article

    commentaires

    Présentation

    • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
    • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
    • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
    • Contact

    STATISTIQUES

     

    D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

    Recherche

    MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

    LDM_SWING.gif

                                                   

    VIDEO DU JOUR

     

     



    Articles Récents

    IMAGES

    SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg