Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 13:21

COMMENTAIRE : C'est l'un des plus étranges messages que votre serviteur ait reçu depuis ces dernières années. Qu'on ait choisi DNCB pour lancer un message aussi important montre en suffisance que nous sommes lus largement au-delà de notre communauté congolaise. Celui qui nous l'envoie, le sieur Farid Mnebhi nous est inconnu mais il semble être d'origine marocaine - mais on peut se tromper - dans la mesure où il attire notre attention sur l'expérience de cohabitation interconfessionnelle réussie au Maroc. En le lisant, on comprend que le vrai musulman est épris de paix et ne s'en prend pas à celui qui ne partage pas sa foi. Quoi qu'il en soit, il attire l'attention des populations centrafricaines sur la présence des soldats marocains en RCA depuis le 26 décembre 2013, en insistant qu'ils viennent sans parti pris et qu'ils effectueront leur tâche avec professionnalisme.

Nous espérons que ce message aura un large écho auprès de nos frères centrafricains et auprès de la communauté internationale car monsieur Farid Mnebhi a bien saisi les dangers d'une partition de la république centrafricaine...

                                                   ***********

demande de publication
Farid Mnebhi
                               Les Communautés Religieuses en danger en Centrafrique
Il n’est pas question de prendre une quelconque position en faveur d’une communauté religieuse ou d’une autre mais tout simplement d’alerter la communauté internationale et le peuple centrafricain que la République de Centrafrique est au bord d’une guerre de religion, que plus de 02 millions de personnes, soit près de la moitié de la population du pays, ont désespérément besoin d’aide, qu’environ 40.000 personnes sont parquées dans l’enceinte de l’aéroport de Bangui (ndlr : désormais près de 100.000), la capitale, sans abri, ni toilettes, que des dizaines de milliers d’autres ont fui vers les pays voisins et que près d’un millier de personnes ont été tuées.
Telle est, aujourd’hui, la situation qui prévaut en Centrafrique et le pire reste encore à venir.
Une situation dramatique dont la génèse peut-être datée à mars 2013, date qui a vu la prise de pouvoir par une coalition de groupes armés, majoritairement musulmans, la Séléka, après un coup d’Etat.
Les membres de la Séléka, à la faveur de la mise en place du nouveau régime, ont, il faut le reconnaitre, pillé et tué, déclenchant des attaques de représailles par des groupes d’autodéfense civile, chrétiens pour la plupart, notamment des milices chrétiennes, les Anti-Balakas.
Face à ce désordre et au risque accru de guerre civile et de génocide, des troupes françaises ont été envoyées pour mettre un terme à l’insécurité et désarmer tous les groupes armés.
Cependant, suite à une erreur d’appréciation du commandement militaire français, seuls les Séléka ont été désarmés et les musulmans, sans moyens de défense, se sont retrouvés être la cible de la vindicte populaire suite à une instrumentalisation politique honteuse d’une crise que certaines parties voudraient absolument qualifier de conflit entre chrétiens et musulmans.
Ainsi, nombre de miliciens de la Séléka ont décidé de fuir vers le Nord de la République de Centrafrique laissant la population musulmane de ce pays subir impunément d’effroyables représailles de la part des milices d'autodéfense locales chrétiennes, à la solde du président déchu, François Bozizé, et de son fils, Jean-Francis, ou des foules en colère qui les accusent de connivence avec les ex-rebelles.
Des tueries interconfessionnelles qui ont happé les très nombreux Tchadiens installés en République de Centrafrique qui retournent désormais en masse dans leur pays, mais également des Nigériens, des Nigérians, des Soudanais et des Congolais mais également des éléments de la MISCA que les Anti-Balaka rejettent.
Aussi, face à ce chaos et devant une République de Centrafrique divisée et incapable d’assurer la sécurité de son peuple, les partisans de la Séléka viennent de brandir la menace d’une partition du pays.
Une menace lancée par Abaka Sabone, Conseiller du Président de Transition, Michel Djotodia, lors d’une conférence de presse tenue à Bangui, au cas où le dialogue entre chrétiens et musulmans venait à échouer.
A noter qu’une telle déclaration sécessionniste sur une base religieuse est sans précédant dans l’histoire de la République de Centrafrique et ne correspond aucunement à la réalité multiconfessionnelle de ce pays et ne fait que participer à l’instrumentalisation politique de ce conflit, mettant en péril son unité et sa souveraineté nationale.
Enfin, j’ajouterai que le Contingent des Forces Armées Royales est arrivé à Bangui le 26 décembre 2013 pour remplir la mission que Son Chef Suprême et Chef d’Etat-Major Général, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, lui a assignée à savoir la protection des sites de l’ONU et des populations sans distinctions de religions, races, ethnies ou nationalités.
C’est pourquoi, les banguissois doivent être rassurés quant à la présence des militaires marocains sur le sol d’un pays ami. Le soldat marocain accomplira sa mission avec professionalisme et en conformité à la légalité internationale comme il l’a toujours fait sur d’autres théâtres d’opération sous la bannière de l’ONU ou de l’OTAN.
Toute tentative d’attiser la haine de la population envers les soldats marocains est d’ailleurs vouée à l’échec et ils seront, comme à l’accoutumée, chaleureusement félicités par le peuple centrafricain unanime et la communauté internationale à l’issue de leur mission.
Le peuple centrafricain doit savoir également qu’une partition du pays aurait de graves répercussions sur sa sécurité, ses libertés et ses Droits Humains élémentaires car elle ouvrirait les portes à l’extrémisme religieux et favoriserait la venue de hordes de terroristes islamistes qui sévissent non loin, comme tentée vainement au Mali et que l’on observe au Soudan Sud et au Nigéria.
Je finirais ce papier en disant au peuple centrafricain que le Contingent des Forces Armées Royales est présent auprès d’eux pour les aider à surmonter cet épisode tragique de leur histoire, à ramener la sérénité, la quiétude et la sécurité dans leur pays et à protéger tous les centrafricains sans distinction de religion, d’éthnie ou de race ainsi que les ressortissants étrangers qui vivent dans ce pays. 
Il est également légitime de rappeler au peuple centrafricain qu’un ordre spécial a été transmis par Sa Majesté le Roi Mohammed VI aux unités des FAR qui sont en déploiement en République centrafricaine de retrouver les membres de la famille du joueur du Raja de Casablanca, finaliste de la Coupe du Monde des Clubs 2013, Vivien Mabide, et de les ramener au Maroc.
Le joueur centrafricain, de confession chrétienne, a été informé de cette décision par le Souverain marocain au cours de la réception Royale accordée en l’honneur du club casablancais et après avoir décoré les membres du club. 
Le peuple centrafricain doit savoir que le Royaume du Maroc est le seul pays arabo-musulman où la tolérance religieuse est élevée en vertu cardinale et où cohabitent harmonieusement musulmans, juifs et chrétiens et que leurs traditions, coutumes, Fêtes, lieux de cultes et cimetières y sont scrupuleusement respectés. Ce qui n’est même pas le cas dans nombre de pays européens qui se déclarent faussement et hypocritement démocratiques, laïcs, tolérants et respectueux de toutes les religions, origines, races et couleurs de peau ainsi que Champion du Monde du respect des Droits de l’Homme.


                                                                  Farid Mnebhi

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

mwangou 01/01/2014 06:59


Bjour LDM! BONNE et HEUREUSE ANNEE! cet appel est si pathéitique et son information contenue sur l'Islam, devait être adressé aux musulmans d'abord; car comme il est dit là-dedans, si le maroc
est le rare pays musulman a prèché la tolérance entre religion, tous les autres pays musulmans ne s'y attèlent pas... et c'est là qu'est le problème: en Egypte, en dépit d'une tradition
chrétienne très très ancienne, on sait que les chrétiens de ce pays ont toujours redouté le pouvoir des musulmans... et en si peu de temps de pouvoir islamique, on a vu de quoi même un ingénieur
musulman formé dans un pays de liberté comme les USA, est capable: les musulmans sont rarement à même de concevoir et donc d'admettre qu'un Etat puisse être laïc... et c'est sous le dictat d'un
leader fort et presque tyrannique que souvent la cohabitation religieurse est vécue dans ces pays majoritairement musulmans cas type de la Syrie, l'Egypte de Moubarack, l'Irak de Saddam, etc.
Alors!

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg