Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 15:37

 

COMMENTAIRE : Elle tire en longueur depuis que deux juges d'instruction ont été nommés, juges d'instruction qui se plaignent d'avoir des équipes réduites - déjà qu'à l'époque de Nicolas Sarkozy, la politique leur mettait encore des bâtons dans les roues. Ce qui a fait germer dans le cerveau d'une Gabonaise l'idée de rallonger la liste des suspects gabonais - question de leur donner plus de travail - en règlant des comptes au passage avec les membres de l'ancien régime passés dans l'adversité.
L'affaire dite des Biens Mal Acquis pourrait prendre une autre tournure au Gabon où une liste dépassant le seul cadre de la famille Bongo aurait été introduite par madame Anne Marie Dworaczek Bendome, une Gabonaise, auprès de madame Christiane Taubira, ministre de François Hollande,  garde des sceaux. En effet, l'affaire des Biens Mal Acquis, pour avoir un impact plus important, et surtout par souci d'une justice sans parti pris, ferait mieux de s'élargir à tous ceux qui ont des Biens et de l'Argent Mal Acquis en France et ils ne sont seulement membres de la famille Sassou & Nguesso au Congo, de la famille Bongo ou de la famille Obiang  Nguéma en Guinée Equatoriale : il s'agit de tous les nantis du Gabon, du Congo, de la Guinée Equatoriale et d'ailleurs mais nous savons que la justice française n'ira pas chercher les nantis du Golfe, par exemple car nous savons que les princes des émirats ont la rancune tenace, eux dont les épouses sont les meilleures clientes des Champs Elysée...
Après tout, les Africains comme point de départ, ce n'est pas mal pour un début mais le travail doit être bien fait et complet, déjà que l'Afrique ne s'arrête pas dans le golfe de Guinée...
Les Congolais doivent prendre exemple sur le Gabon pour allonger la liste des suspects en ce qui concerne notre pays : il n'y a pas que les Sassou & Nguesso mais tout un clan qui possède des Biens Mal Acquis en France. Un site recense déjà de nombreux biens. Nous avons des avocats engagés qui doivent s'impliquer - notamment, ceux de la place de Paris... Il faut lister les ministres, les officiers comme tous ces généraux affairistes, les hommes d'affaires de tous bords qui pactisent avec le pouvoir de Denis Sassou Nguesso, les épouses de tous ces messieurs, les belles-familles, etc.  Ils ont tous des biens en France et il suffit de démontrer qu'ils ont été mal acquis pour qu'ils deviennent des BMA. Cette affaire pourrait ouvrir une boîte de Pandore car les BMA ne date pas d'aujourd'hui et il faudrait pour être impartial, remonter depuis le début des indépendances...
---------------------------------------------------------------------
Le dossier dit des « biens mal acquis » pourrait connaître de nouveaux rebondissements dans les tous prochains jours. Après l'acharnement de la Justice et de la Presse française contre une seule famille gabonaise (BONGO ONDIMBA), d’autres têtes, aussi bien de la majorité que de l’opposition, pourraient (ENFIN!) bien être indexées dans ce dossier. Parmi les politiques récemment cités dans cette affaire, les noms d’André Mba Obame et Pierre Claver Maganga Moussavou figurent en bonne place.
 


A ces quelques trois noms s’ajoute celui de Jean Eyéghé Ndong, ancien Premier Ministre sous l’ère Omar Bongo Ondimba. Il serait détenteur d’un appartement de luxe à l’avenue Jean Jaurès à Paris.

Sur la liste également, Jean François Ntoutoume Emane, l’actuel maire qui lui, possèderait une propriété au 37 rue Inkerman, à Neuilly sur Seine (France).

Paulette Missambo détiendrait, une propriété au 32, rue Victor Noir, toujours à Neuilly sur Seine.

Chantal Myboto épouse Gondjout, serait quant à elle propriétaire d’une luxueuse villa à Neuilly. Elle serait également propriétaire d’une quinzaine d’appartements déclarés au fisc français et de 5 pavillons disséminés à Maisons-Alfort, Champigny et Saint Quentin dans les Yvelines.

Pierre Claver Maganga Moussavou, serait lui, propriétaire d’un bien immobilier situé sur la rue Lauriston à Paris 16e.

Quant à André Mba Obame, il aurait un appartement dans la banlieue la plus huppée de Paris, résidence au 71 rue Chézy. Il serait également l’heureux propriétaire d’un hôtel particulier à Bobigny(93), de deux appartements à Cergy-pontoise (95), d’un pavillon à Chelles et d’une villa à Villeneuve Saint Georges.

Ces hommes et femmes auraient, durant leur passage au gouvernement sous Omar Bongo Ondimba, bénéficié des largesses du défunt Président selon une concitoyenne nommée Anne Marie Dworaczek Bendome, qui aurait saisi les autorités françaises, dont le PrésidentFrançois Hollande, afin qu’une enquête soit menée sur les conditions d’acquisition de ces biens immobiliers par les sus cités.

Cette liste non exhaustive de personnalités politiques du Gabon devrait s’allonger et voir d’autres milliardaires de la République être sérieusement secoués par ce dossier rouvert par cette jeune gabonaise.

« Les autorités françaises apportent une réponse à l’impunité dont jouissent tous ceux qui, durant des décennies ce sont servis de l’argent public du Gabon à des fins personnelles », déclare Anne Marie Dworaczek Bendome.

Dans son courrier adressé à Christiane Taubira, avocate et actuelle Garde des Sceaux française, la jeune gabonaise soutient que « ce n’est pas du goût à faire plaisir à Ali Bongo Ondimba ». Et d’ajouter que « la mort d’Omar Bongo Ondimba ne doit pas être l’occasion pour certains de s’absoudre de leurs méfaits envers le Gabon et son peuple ».

De l’avis de plusieurs observateurs, de cette requête introduite par Anne Marie Dworaczek Bendome, d’autres personnalités politiques, quoique étant toujours aux affaires, devraient également justifier leur opulence insolente qui ne saurait être le fruit de leurs seuls émoluments.
 
Tous ces richissimes passés dans l’opposition et criant à haute voix contre les BONGO ONDIMBA, devraient être entendus dans cette affaire.
 
De la même manière que ceux restés aux affaires devraient également se justifier devant la justice française et même interpellés par la Commission Nationale de Lutte Contre l’Enrichissement Illicite (CNLCECI) dont l’action encore dans les terroirs, tarde à être visible sur le terrain.

Dans le même ordre d'idée, la justice gabonaise devrait jouer son rôle en jugeant au même degré de culpabilité les riches et les pauvres du fait que selon la Charte Universelle des Droits de l’Homme, nous sommes tous égaux face à la loi.
 
Source : Gaboneco     Auteur : UJPDG-France

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg